Plaidoyers et Préjugés de Fanny Desdarcis, mon avis !

Bonsoir les étoiles ! Je vous présente mon avis sur Plaidoyers ePréjugés de Fanny Desdarcis ! Une lecture qui ne m’a pas fait voyager, ni ne fait partie de mon genre de prédilection. N’hésitez pas à tenter votre chance si cela vous dit !

51hfatbx-hl1452143350..jpg

Titre : Plaidoyers ePréjugés

Auteur : Fanny Desdarcis

Éditeur : Indépendently Published

Genre : Romance

Kindle : Lien d’achat

Broché : Lien d’achat

Résumé : A l’aube de ses 29 ans, Valérie alias miss pied dans le plat est une jeune avocate désabusée. Célibataire, une carrière au point mort dû à une décision qu’elle regrette amèrement. Elle peut heureusement compter sur ses deux meilleurs amies, Jenny et Natty, pour la soutenir mais surtout pour la suivre dans ses plans foireux ! Face à elle Julien, son patron et ami. L’association de Valérie au cabinet était prévue et tout se passait bien entre eux. Jusqu’au jour ou elle accepte une affaire qui met Julien en porte à faux sans même le savoir. Il se renferme alors pour se protéger quand il perd la face à cause d’elle. Entre eux rien n’est gagné ! Du désir à la passion, le tout mêlé aux désillusions et aux rancunes qui va l’emporter ? Seront-ils capable de gérer leurs sentiments ? A vous de juger !

L’avisdeMya :

L’histoire de Valérie a commencé par un malheureux malentendu. Car se retrouver au tribunal pour plaidoyer contre son ami et patron ne peut être que malentendu n’est-ce-pas ? Et bien, c’est tout à fait le genre de Valérie, la gaffe ! Compromettre sa carrière, n’est pas le pire qu’elle fera.

Depuis cet incident, elle est mise en quarantaine par le cabinet d’avocats dans lequel elle bosse. Obtenir le statut d’associée qu’elle concoite depuis des années est irrémédiablement compromis. En attendant le miracle, elle accumule les heures et mâche le travail à son patron qui recueille les lauriers de son labeur.

Aujourd’hui, Valou en a marre. Et poussée par ses meilleures amies, Jenny et Nathty, décide de tout envoyer bouler et refaire sa carrière ailleurs. Mais sans compter avec Julien, qui refuse sa démission. Et l’embarque dans une malvenue et imprévisible danse sensuelle. Tentative de corruption ? Ou le patron en question, s’est réveillé ce matin avec un trou de mémoire ? Car jusqu’à aujourd’hui, les deux jeunes gens ne pouvaient se voir en peinture. Et toutes les occasions sont bonnes pour échanger des coups bas.

Valou est déstabilisée et ne sait plus à quel saint se vouer. Cela fait longtemps qu’elle a négligé le côté sentiment pour ne penser qu’à sa carrière. Après une sévère déconvenue amoureuse, elle ne fait confiance qu’à ses jouets en cas de besoin d’un réconfort !

Mais il n’a suffit qu’une soirée, et une étreinte brutale pour que tout change entre eux. Dix ans qu’ils se connaissent et 4 ans qu’ils travaillent ensemble sans aucune ambiguïté. Jusqu’à ces malheureux mots ou heureux pour que tout bascule.

Valou ne mâche pas ses mots. Sa langue bien pendue pourrait bien vous séduire ou pas. ses péripéties vous embarquent dans un monde parallèle. L’impossible devient possible. Une aventure rocambolesque pimentée d’une romance érotique. Rire, drama et érotisme font le trio gagnant de Plaidoiyers et préjuges, si vous êtes fan du genre.

Valou, est un personnage entier, et ne fait pas dans la demi-mesure. Elle peut autant, s’attirer la sympathie des lectrices, que leur antipathie. Son langage vulgaire, pour une avocate de barreaux, ne m’a pas trop accrochée. Mais il trouvera probablement écho chez certaines vu les coms plus qu’élogieux sur les plateformes !

J’ai relevé aussi quelques points négatifs. Cette format numérique a besoin d’une « fée-main » pour partir à la chasse de : Quelques coquilles qui se sont glissées ici et là. Des fautes d’orthographe, certes inoffensives, mais je me devais de le mentionner. Absences récurrentes de ponctuation.

Inutile de vous dire que cette lecture m’était un peu pénible. Attention ! Ne croyez pas que je parte en croisade contre l’auto-édition. Ce n’est pas mon genre, d’ailleurs, le blog a repéré des pépites. IL FALLAIT JUSTE QUE JE LE SIGNALE  !

Clémence et johnny hallyday – On a tous besoin d’amour

 

51hfatbx-hl1452143350..jpg

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s