La belle et le soldat de Katy Regnery, mon avis !


Hello les étoiles ! Je vous présente mon avis sur une lecture coup de coeur. La belle et le soldat, de Katy Regnery n’est pas juste une romance inspirée de conte de fées mais aussi un hommage tout en émotions ! Merci à Juno Publishing France et NetGalley France !

photoeditor_20180915_1254589561583167505.jpgTitre : La belle et le soldat

Auteur : Katy Regnery

Éditeur : Juno Publishing France

Genre : Romance M/F

Kindle : Lien d’achat

Broché : Lien d’achat

RésuméDans cette version moderne de La Belle et la Bête, Savannah Carmichael, trahie par une source peu fiable, retourne dans sa ville natale de Danvers, en Virginie, avec sa carrière de journaliste en ruines. Ayant l’occasion de revenir dans le jeu en écrivant un article patriotique, Savannah se tourne vers l’ermite de la ville, Asher Lee, un vétéran blessé qui est revenu à Danvers huit ans auparavant et que personne n’a revu depuis. Après l’explosion d’une mine anti personnelle en Afghanistan qui lui a arraché la main et défiguré une partie du visage, Asher a vécu une vie discrète aux abords de Danvers où les habitants respectent son intimité… jusqu’à ce que Savannah Carmichael arrive la bouche en cœur, vêtue une robe d’été empruntée et portant une assiette de cookies maison. Lorsqu’Asher accepte d’être interviewé par Savannah, il commence à ressentir des choses pour la belle journaliste qu’il n’a pas ressenti depuis des années. Marginaux pour la petite ville de Danvers, Savannah et Asher créent immédiatement un lien, touchant le cœur de l’autre d’une façon qu’aucun d’eux ne pensait possible. Lorsqu’une terrible erreur menace de les séparer, ils devront décider si l’amour qu’ils ont trouvé dans les bras de l’autre est suffisamment fort pour qu’il se batte pour leur fin de conte de fées durement gagnée.

40376907_2183653445252719_6393717122618359808_n

L’avisdeMya :

Virée par ses patrons après une débâcle professionnelle, Savannah Carmichael est rentrée au bercail natal. En attendant de ranimer la flamme éteinte en elle et se remettre en confiance, elle se guérit tout doucement de ses blessures auprès des siens et aide aux préparatifs du mariage de sa petite sœur.

Jusqu’à ce coup de téléphone qui l’a rempli d’espoir de rétablir sa réputation malmenée. Une connaissance dans le milieu vient de l’appuyer pour un éventuel poste dans un journal même s’il n’est pas d’une renommée égale à celui qu’elle vient de quitter, honneur bafoué.

Savannah, heureuse de pouvoir enfin se venger de celui qui a précipité sa chute, accepte de faire un article de société qui n’est pas de son domaine de compétence. Mais quand vous êtes au bord du désespoir, vous ne pouvez vous permettre de faire la fine bouche.

L’independance Day approchant de bons pas, elle décide de faire un article sur un blessé de guerre qui vit en ermite dans sa ville. Forte de sa décision, elle toque à la porte à celui qu’on ignore et qu’on craint à cause de sa différence. Une différence qui n’est pas de son fait. Mais de celle dont on n’en revient pas indemne. Physiquement et psychiquement.

Et là, une grande surprise l’a prise de fouet. Ashley Lee, n’est pas le bossu, ou la bête décrite dans le conte de fées, qu’elle s’attendait à voir. Certes, une moitié de son visage est un monceau de chair, une main manquante, mais quelque chose dans son regard, l’a complètement déstabilisée.

L’interview qui aurait dû être professionnelle, a vite dérapé en une sorte de parade prénuptiale sous des abords amicaux. Ash, s’est avéré sous son air mal dégrossi, un homme d’un humour, d’un charme fou et d’une tendresse. Intense et passionné. Choses qui n’ont pas échappé à son regard de femme. Son coeur, bien avant elle, l’a reconnu comme celui qui rentre dans les cases des 12 étapes les plus importantes de toute relation, tant vantées par sa sœur à peine quelques jours avant.

Dès lors, une moitié d’elle, est restée cette journaliste ambitieuse en quête d’un bon sujet pour rétablir le crédit perdu auprès de ses confrères. Et l’autre part, la femme qui aspire, en parallèle au succès professionnel, à un mari aimant, une petite maison et à des enfants.

Deux voeux contradictoires mais une seule femme qui voudrait avoir le tout… Apaiser sa soif d’ambition et l’amour. Mais elle apprendra bien assez tôt, que vouloir n’est pas avoir et qu’on ne peut avoir l’un sans perdre l’autre.

Je n’en dirai pas plus sur l’évolution de cette relation. Car elle mérite vraiment que vous la découvrirez par vous même pour ressentir toutes les émotions qu’elle dégage.

La belle et le soldat n’est pas juste une romance avec un Happy-end.

Non. Et non. Ce qui la différencie, c’est qu’elle a été écrite pour une raison précise. Pour une bonne cause. L’auteur a reversé deux mois de ses droits d’auteur à une association qui milite à l’aide de reconstruction des militaires blessés aux combats. Si ce n’est pas beau et généreux !!!

Et le plus beau c’est que Katy Regnery y a mis toutes ses tripes. Son récit était plein d’une émotion qui vous déchire le cœur. Je pourrais presque croire que c’était une histoire vraie et pas qu’une fiction.

La guerre, au nom de je ne sais quelle cause, ne laisse qu’un champ de mines, des chairs meurtries et des cœurs brisés. Mais que fait-on pour réparer le mal-être que ces vaillants soldats trimbalent et subissent quotidiennement ?

Et c’est là, que l’auteur entre en scène pour nous donner un regain d’espoir. L’espoir d’avoir droit à une seconde chance. Droit de vivre normalement. De vivre vraiment et pas juste survivre. Et dieu sait que ce droit, ils l’ont mérité plus que d’autres et a été chèrement payé. Droit à l’acceptation de soi même. L’acceptation de l’autre sans être pointé du doigt. L’acceptation de leurs différences. Et surtout leurs droits à l’amour!

Ce roman, je le ressens comme un hommage à ce soldat mutilé, seul et ignoré. Un cri de cœur pour qu’il ne perde pas espoir. Qu’il garde la tête haute. Oui, il a fait vécu des choses atroces. Oui, Il a commis des crimes horribles. Mais rien de tout cela ne sera jamais de sa faute. La faute est à la bêtise humaine. La faute à la soif du pouvoir. La faute à la cupidité…

La belle et le soldat est un récit qu’on aimerait qu’il soit l’histoire et le Happy end de chacun de ces soldats rentrés chez eux différents dans leurs corps et mal dans leurs peaux.

«Gortoz A Ran» par Denez Prigent, un titre hommage à l’absent !

41801935_310227053089062_7061315539049644032_n

Publicités