L’avis de Carine sur le roman de Shanthi Sekaran, Lucky Boy


Titre : Lucky Boy
Auteur : Shanthi Sekaran
Editions : Milady littérature
Ebook : 12.00 €
Broché : 20.00 E
Résumé :

Pour la première fois, elle se mit à observer les enfants. Les bébés. Sa poitrine se serra à leur vue. Elle aurait voulu en tenir un contre son cœur, sentir le poids doux et chaud d’un nouveau-né dans ses bras. Aimer et être aimée. Concocter une vie toute neuve à partir de son propre sang, de son propre corps. Devenir le foyer d’un être, un nid rassurant et doux dans un monde aux contours tranchants.

À dix-huit ans, des rêves plein la tête, Solimar décide quitte le Mexique pour se rendre en Californie, et traverse la frontière au péril de sa vie. Après un voyage semé d’embûches, lorsqu’elle arrive à Berkeley, Solimar découvre avec stupeur qu’elle est enceinte. Sans papiers et livrée à elle-même, elle trouve en son fils son point d’ancrage, et dans la maternité, son identité.
(…) Je me permet de ne pas vous mettre le résumé en entier qui en dit beaucoup trop sur le roman. Si vous souhaitez néanmoins le lire, je vous invite à suivre ce lien
Mon avis :

Avec Lucky Boy, Shanhi Sekaran nous offre le récit touchant sur les expériences très différentes de deux femmes immigrées aux États-Unis à travers le fossé socio-économique.

Kavya est issue d’une immigration privilégiée, elle a tout pour être heureuse. De bonne famille, un travail, des amis et un mari aimant. Mais lorsque le désir de maternité pointe son nez, et que rien n’arrive, ce manque va la grignoter de plus en plus. Jour après jour, devenir mère deviendra une obsession. Aimer et être aimée, devenir le foyer d’un petit être qu’elle pourra choyer et ce, à n’importe quel prix…

Solimar, jeune mexicaine rêve de la Californie et d’une vie meilleure. Elle pourra aider sa famille au Mexique tout en vivant le rêve américain. Tout est prêt, le passeur doit la récupérer et même si la peur de ne jamais arriver à destination la tiraille, Soli est plus que prête. Son Papi a tout prévu, tout payé… Demain Soli prendra la route qui lui permettra de passer la frontière mais pas sans risque. Une route qu’elle prendra au péril de sa vie…

Mais si les embûches seront nombreuses, Soli apprendra vite et trouvera au cours de son périple, certes beaucoup de désillusions en faisant de mauvaises rencontres, mais elle en fera aussi de bonnes. Comme Checo et ses amis qui désirent également passer la frontière coûte que coûte… Soli arrivera malgré tout à Benkley où vit sa cousine comme beaucoup d’immigrés avec ou sans papiers… Une nouvelle vie l’attend avec pour commencer, un imprévu de taille…

Lucky Boy… Coup de coeur éditorial 2018 amplement justifié… Une mise en lumière sur les expériences et la complexité de l’immigration aux États-Unis qui suscite réflexion sur la manière dont on vit ou on survit dans un environnement qui n’est pas le nôtre. Ce que l’on est prêt à faire pour aller au bouts de nos rêves, que ce soit pour une vie meilleure, pour l’amour de son enfant, ou encore pour un besoin vital de maternité. Un roman touchant, qui aborde un grand nombre de sujets sensibles, comme principalement l’immigration illégale, mais aussi de la détention, de la fécondité et ou encore, du placement familial. Un roman dont la moralité ne fait pas défaut, surtout en ce qui concerne les abus de pouvoir que peuvent vivre les mexicaines dans leur quête… Des abus que connaissent malheureusement plus de 60 % des femmes et ce, au simple passage de la frontière…

Deux femmes, deux histoires, un enfant… Une situation très complexe dans laquelle on ne peut prendre aucune partie. Les deux nous touchent, nous interpellent dans leur douleur mais aussi par l injustice des droits auxquels elles peuvent prétendre…

Il faut savoir que le droit de l’immigration accorde aux immigrantes d’emmener leurs enfants nés sur le sol américain avec eux lors de leur expulsion, mais les tribunaux de la famille et la nature du système de détention font souvent obstacle à l’exercice de ce droit. Solimar va devoir survivre et se battre corps et âme freiné par le système. Un système qui mettra aussi Kavya dans une situation qu’elle ne contrôle plus aveuglé par l’amour qu’elle peut enfin offrir à ce petit Lucky Boy. Est-il vraiment un enfant chanceux dans tout ce chaos ? Pourquoi ce titre ? Peut-être tout simplement car c’est un enfant aimé inconditionnellement ?

Au fil des pages, et avec une plume fluide et pleine de douceur malgré le thème, l’auteur va également nous décrire les différentes cultures à travers celle de Solimar et celle Kavya. On y découvrira des passages vraiment intéressants qui apportent un plus au récit mais aussi à notre façon de voir et comprendre nos protagonistes.

Une fin juste et pleine de pudeur, qui pousse le réalisme de cette histoire encore plus loin même si on aurait pu en imaginer beaucoup d’autres. Là encore, l’auteur a fait son choix, un choix que j’ai trouvé judicieux.

Un grand merci à Milady ainsi qu’à la Masse Critique Babelio pour l’envoi de ce service presse dans sa version papier qui arbore une magnifique couverture et de bonne facture.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s