J’écris, tu me lis mais…. qui suis-je ? Avec Geny H. David

J’écris, tu me lis mais…. qui suis-je ?

1- Pour me présenter Je m’appelle Geny, je suis auteure de dark romance et de romance fantastique. Je suis également la maman ordinaire de deux canailles de 8 et 9 ans. J’ai commencé très tôt à écrire ! Petite, j’inventais des histoires. J’avais huit ans quand j’ai couché la première sur le papier. Aujourd’hui, mes genres de prédilection en écriture sont le romantic thriller (Un sous genre de dark romance) et la romance paranormale.

Côté lecture, j’étais un peu surdouée. Vers neuf ans, j’ai lu l’Odyssée d’Homère, puis j’ai dévoré Jack London et Kessel. Dans le bureau de ma mère, vers dix ou onze ans j’ai volé trois bouquins qui me faisaient de l’œil : Ça, de Stephen King. Plus tard j’ai découvert trois autres auteurs qui m’ont marquée : Pennac, Stoker et Vargas.

Côté cinéma, j’aime les films durs, qui font peur ou pleurer, mais réfléchir dans tous les cas. Avec une préférence pour ceux qui finissent plus ou moins mal ! Parmi les réalisateurs, je suis clairement fan de Tarantino, Kusturica et … George Lucas. Ouaip, je suis une très très grosse fan de Star Wars, une passion que je partage avec mon fils.

Côté musique, je suis addicte, j’en écoute en permanence et j’ai une solide culture musicale, extrêmement éclectique. Jazz, RNB, pop, classique, musiques de film, rock (Toutes catégories, du métal industriel de Ramstein au Velvet underground de Lou Reed)… Mais je ne joue d’aucun instrument.

2 – J’ai écrit plusieurs livres, dont deux dark romances sont publiées à ce jour : — Dark shadow, un roman sur les conflits Nord-irlandais paru chez Eden (City éditions), qui se situe entre les années 90 et nos jours. C’est un romantic thriller qui s’appuie sur des faits réels, sur lesquels je me suis beaucoup documentée. Notamment sur l’affaire des « disparus des Troubles ». On peut y voir une sorte de Roméo et Juliette, mais beaucoup plus sombre ! — Noirs secrets paru chez Eden (City éditions) également. Celui-ci se passe à Moscou. Il s’appuie sur une histoire de complot et d’espionnage entre un homme d’affaires et une artiste impliquée dans un réseau de « kompromats », ces fichiers compromettants destinés au chantage. — Âmes captives est une romance paranormale qui porte sur les liens des vivants avec les défunts et sur le message que les âmes nous transmettent de l’au-delà. Y a-t-il un sens à tous les signes que l’on perçoit ? Doit-on les interpréter et comment ? N’est-ce pas dangereux de se confronter à l’au-delà ? Âmes captives est une duologie que j’ai commencé à écrire il y a longtemps, à une époque où je faisais des concours pour m’amuser. Les copines qui me lisaient m’avaient donné le challenge d’écrire un roman fantastique. Alors j’ai essayé. J’avoue que l’idée ne m’était pas étrangère, j’avais cette légende en tête depuis mes dix-sept ans. J’ai toujours été une grande passionnée d’urbex (Contraction d’exploration et urbaine), cette activité qui consiste à explorer des lieux façonnés par l’homme, interdits et abandonnés (Aujourd’hui, je préfère la pratiquer à deux et je cherche un ou des partenaires d’exploration). J’ai commencé l’urbex à 13 ans, je me faisais peur toute seule, mais j’étais fascinée et inexorablement attirée. J’imaginais tout de ces lieux : l’utilisation des objets, le quotidien des propriétaires, leur vie, leur destin. Puis je suis devenue antiquaire, un moyen sans doute, de me rapprocher de cette activité en manipulant des objets anciens. Mais ça n’a pas la saveur de l’urbex !

Je sais, j’ai l’air d’une droguée, c’est un peu ça en fait ! Âmes captives, ce sont tous mes fantasmes d’exploratrice, toutes ces vies qu’on frôle du bout des doigts sans les atteindre.

3 — Côté projets, j’en ai plusieurs en cours ! Tout d’abord, j’attends la réponse d’une maison d’édition sur un romantic thriller qui s’appelle Love after dark, et qui nous emmène dans le milieu du grand banditisme cette fois (J’aime tellement mon titre que je l’ai même déposé, mes études de juriste ont fait de moi une excentrique un peu procédurière !) Ensuite, je boucle un thriller avec mon amie Cécile Pommereau (Là, c’est un pur polar/thriller, pas un romantic thriller). Cette année sera aussi marquée par la reprise et réédition de ma saga dark romance : LIZ, aux éditions Élixyria. Les lectrices pourront alors découvrir Ride up, le tome 4, tant attendu sur lequel je travaille également en ce moment (Réécriture et correction). De tout ce que j’ai écrit à ce jour, LIZ est sans conteste la série que je considère comme étant mon œuvre majeure. Même si mon écriture n’y atteint pas encore la maturité qu’elle a aujourd’hui, parce que c’est ma toute première œuvre, l’intrigue est sans aucun doute la plus complexe que je n’écrirais jamais. Elle est truffée de recherches et s’appuie sur beaucoup de témoignages et d’histoires vraies. C’est dark, sombre, mais très très psychologique. J’ai approché tant de gens fascinants, tant de milieux dangereux pour accomplir ce travail ! Et puis, j’y exorcise aussi certains démons personnels. Cette saga est un cri du cœur, une fracture ouverte de l’âme, j’y ai mis tout ce que j’avais dans le ventre, je crois que je n’écrirai jamais rien de comparable ! Et puis… j’ai aussi pour projet de poursuivre les aventures de la fratrie des Flannighan dans la lignée de Dark shadow. J’ai beaucoup de demandes, mais j’ai été pas mal accaparée sur d’autres projets ces derniers temps !

Que Troid me pardonne !

Merci Geny pour cette belle présentation ❤

Découvrez toutes les sorties de Geny H.David ici 

 

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s