Un bonheur à la campagne par Caroline Costa, mon avis !

Hello les étoiles ! Je vous présente mon avis coup de coeur sur Un bonheur à la campagne, une auto-édition de Caroline Costa que je remercie pour l’envoi du service presse !

Titre : Un bonheur à la campagne

Auteur : Caroline Costa

Éditeur : Auto-édition

Genre : Romance

Broché : A la demande
Résumé : « Je m’appelle Lyn et mon truc c’est la vie parisienne, ses sorties et ses boutiques.
Je ne suis pas devenue journaliste de mode pour que mon patron m’envoie au fin fond de l’Ardèche.
Même pour interviewer un éleveur de chèvre, au prétexte qu’il a créé le buzz au Salon de l’Agriculture !
Qu’importe si son magnétisme me fait penser à un prédateur !
Et des prédateurs, je vais en croiser quelques-uns… »

L’avisdeMya :

Tout d’abord, merci à Caroline Costa de la confiance qu’elle m’octroie à chacune de ses publications. La lire en avant première est toujours un honneur que j’apprécie à sa juste valeur. Depuis que je la connais, elle ne fait que confirmer tout le bien que je pense de sa plume. Sa maestria dans la romance contemporaine n’est plus à prouver. Pas une fois, je n’ai été déçue. Avec Caroline, ce sont des thèmes éclectiques autour de ce sentiment qui fait tourner le monde : L’Amour. Embarquement assuré et atterrissage euphorique.

Et Un bonheur à la campagne ne déroge pas à ses habitudes. Une pure félicité dont je me suis délectée. L’auteur nous offre des allées et retours entre Paris et l’Ardèche. Prenez ticket, et appréciez le paysage auquel elle vous invite. Elle vous embarque pour une chasse aux scoops ne vous épargnant ni jalousie dans un monde impitoyable, ni coups bas. Elle vous offre des instants bling-bling où évoluent certains privilégiés, vous invitant à un Paris By Night très cliquant et appétissant. Mais elle ne s’arrêtera pas là. Elle vous dévoilera aussi l’envers du décor de cette société tape à l’œil. Les galères des agriculteurs, et précisément d’un certain éleveur caprin qui ne demande qu’une chose : Qu’on l’écoute. Ce dernier n’échappera pas à sa plume aiguisée et engagée.

52825757_2300820800190240_2980014465069613056_n

Lynette ou Lyn est journaliste de mode, mais du jour au lendemain, elle se retrouve dans une ferme à biquettes (tiens tiens… ça rime avec Lynette, coïncidence ou destin farceur ? ) loin de son petit confort, des lumières artificielles de Paris qu’elle aime tant, de ses bars de prédilection où elle peut décompresser avec ses amis et plus si affinités ! Atterrir dans une cambrousse en Ardèche, ce n’est pas le pied pour une parisienne dans l’âme. Et pourquoi faire ? Pour interviewer la nouvelle coqueluche qui fait grimper l’audimat. Un éleveur caprin qui a fait le buzz au dernier salon de l’agriculture. Et si Paul fait parler de lui sur les social-média, ce n’est pas parce qu’il a trouvé l’amour dans son pré. Ce nouveau porte-parole malgré lui n’a trouvé de mieux que de mettre un grand cadre face à ses responsabilités, un chevreau tout mimi dans les bras en plus. De quoi faire fondre les cœurs les plus endurcis. Non mais il a osé quoi ! Paul dans son cri de coeur a titillé la suffisance même, mais ce qu’il risque pèse gros dans la balance. Sauf si Lyn arrive à supporter longtemps son caractère bourru pour l’aider de se sortir de ce mauvais pas !

Lyn a connu bien des hommes, du despote éternellement insatisfait (patron irascible), à l’arriviste qui est prêt à se hisser dans les échelons mais non sans écraser quelques pieds sur sa route (collègue-stagiaire incompétent), au camé qui a besoin de sa dose d’adrénaline pour assurer un minimum devant l’écran (star de l’audimat qui ne brille pas tant que ça) …Et bien d’autres qu’elle gère habilement au quotidien. Mais des hommes de l’acabit de Paul, Ils n’existent que dans les bleds paumés de l’Ardèche. Elle a beau le défier à toutes sortes de jeux, elle ne gagne que des dents cassées devant son mutisme et son caractère un brin rustre. C’est clair, celui-là, elle ne l’a pas vu venir.

51970232_407394629827245_8941771324976529408_n

On pourrait traiter Paul de tous les adjectifs peu aimables dont je m’abstiens de vous en faire une liste pour ne pas écorcher les oreilles de la bienséance, mais il n’en reste pas moins que ce dernier a tout les atouts pour faire sauter Lyn au plafond et dans tous les sens du terme. Si elle se croyait la reine des mots, dans ce registre, elle a trouvé en Paul, celui qui pourrait se targuer d’être son égal. Et dans tous les domaines.

Vous imaginez bien la confrontation entre ces deux caractères ombrageux ! De quoi se percer les tympans ! Heureusement qu’on n’a pas besoin de bouton Sound-Down !

Notre super-girl peut se tortiller dans tous les sens, et clamer sa confiance en elle, d’assumer sa féminité, son indépendance et sa férocité devant l’adversité à tous ceux qui veulent bien l’entendre, mais n’empêche qu’elle a gardé toute sa pureté, son honnêteté et sa loyauté. Le fruit pourri n’a pas atteint son intégrité ni n’a affaibli ses convictions et principes dans cette jungle où toutes ces qualités là, n’y sont plus de mise !
Un bonheur à la compagne est venu me conforter dans l’idée que le talent de l’auteur continuera à faire vibrer nos cœurs romantiques. Une écriture épurée comme à l’habitude, une plume savoureuse et des personnages à l’image des héros papier qui nous font succomber, un peu salaud sur les bords mais si sexy. Ils sont sincères, investis corps et âmes, déterminés, susceptibles, drôles, emportés, mais ne manquent pas de sensibilité malgré ce qu’on pourrait penser d’eux. En sommes, des personnages captivants, craquants et irrésistibles.

Et la romance dans tout ça me direz-vous ? Rassurez-vous, si l’auteur nous relate des faits avérés, c’est enrobé dans un gant de velours, (pas de chevreau, promis) qu’elle vous sert ce mets délicieux. Sensualité brute et chaud-bouillante, humour et beaucoup d’amour sans tomber dans la mièvrerie ! Tout ce qu’on aime…

Alors êtes-vous tentées de trouver chaussures à vos pieds dans les prés ardéchois ? Si oui, cliquez sur le lien en haut et je vous promets que vous ne le regretterez pas !

Mon choix musical pour cette lecture coule de source. T’en penses quoi Caroline ?

James Blunt – You’re Beautiful

52606015_255501418720204_2903996580472291328_n

4 commentaires sur « Un bonheur à la campagne par Caroline Costa, mon avis ! »

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s