Ceux qui tiennent la ficelle des cerfs-volants par Béatrice Ruffié Lacas, mon avis !

Hello les étoiles, je vous présente mon avis sur un roman de Béatrice Ruffié Lacas, Ceux qui tiennent la ficelle des cerfs-volants. Merci aux éditions Les Bas-Bleus pour l’envoi du service presse !

Titre : Ceux qui tiennent la ficelle des cerfs-volants

Auteur : Béatrice Ruffié Lacas

Éditeur : Les Bas Bleus

Genre : Romance

Broché : Lien d’achat

Résumé : Tout les oppose, et pourtant, il ne la laisse pas indifférente…
Célia, jeune étudiante studieuse, vient de perdre sa maman et doit s’occuper, seule, de son enterrement à Béziers. Durant son séjour, elle découvre la région, en quête de souvenirs et de secrets de famille depuis longtemps enfouis. Alors qu’elle laisse libre cours à sa tristesse et à ses doutes, elle rencontre Jocelyn, organisateur de soirées et dragueur invétéré. Tout les oppose, et pourtant, il ne la laisse pas indifférente… 

L’avisdeMya :

Autant ma première lecture de l’auteur m’a laissée sur ma faim (Demande à la maîtresse) , autant Ceux qui tirent la ficelle des cerfs-volants était surprenant, intéressant et touchant. Sa force vient des thématiques abordés intelligemment et avec pudeur par l’auteur.

Si l’histoire tournait autour de l’amour, il n’en est pas néanmoins le sujet principal. Cette romance raconte le deuil et les secrets de familles que le proche disparu laisse derrière lui. Ces secrets qui peuvent détruire l’image qu’on a de lui ou tout juste détruire toute une vie, toutes les convictions de ceux qui restent. « Les non-dits sont les maîtres silencieux de nos destinées » parait-il. Et cela s’avère pour les protagonistes de cette romance.

Aujourd’hui, Célia est contrainte de revenir à Béziers pour enterrer sa maman. Un retour difficile car tout la renvoie à une partie de son enfance qui s’est effacé de sa mémoire. Elle ne reconnait plus rien dans cette ville où elle ne sent plus chez elle.

Déprimée et perdue, elle erre comme une âme en peine dans les rues désertes de la ville et sous une pluie battante. Seule une cafétéria la sauvera d’une errance sans fin et de ses idées noires. Un café plus tard pour se réchauffer, puis un inconnu entreprenant que le hasard a mis sur son chemin, et son triste pèlerinage a changé de cap. Elle qui ne s’attache jamais, cette rencontre arrive à point nommé. Une parenthèse pour oublier toute cette tristesse dont elle n’arrive pas à s’en défaire.

Jocelyn quant à lui, est le beau gosse assumé dans toute sa splendeur. Il est plébiscité par toute la gente féminine du coin. Il est reconnu pour sa légèreté et son instabilité amoureuse. En tant qu’organisateur de soirée, cela lui facilite les rencontres d’un soir soir sans attaches. Jusqu’à ce qu’il croise Célia. Cette dernière a réveillé en lui des doux rêves qu’il a enfuis au profond de lui-même. Hélas, il n’aura pas le temps d’approfondir ces sentiments qu’elle remue en lui. Célia doit rentrer à Paris pour ses études et Jocelyn a des racines bien ancrées dans cette ville. Mais cela ne l’empêche pas de se donner à fond pendant le laps de temps que le destin consent à leur attribuer. Mais, lui non plus, ne sera pas épargné pas les révélations de son père, Pierrot. Des révélations qui feront semer le doute et raviver une colère latente.

Ceux qui tiennent la ficelle des cerfs Volants est assez atypique comme romance. Bien qu’elle ait débuté sur une note triste et mélancolique, on en apprécie pas moins le panel d’émotions dispensé à hautes doses. Les états d’âme de Célia sont super touchants. Et sa fragilité n’est plus que palpable. Ce qui est normal, vu ce qu’elle doit affronter toute seule et sans soutien. Elle se noie dans sa peine, sa souffrance et dans un puits profond d’incompréhension et aussi de colère. Et il n’y a que Jocelyn, ce mec frivole et cavaleur qui arrive à apaiser sa douleur. Mais quand les secrets de famille, et le lourd fardeau qui en découle, s’en mêlent, il ne restera grand chose à ramasser. Les mille débris de toute une vie, de croyance et de convictions parsèment le planché de ces cœurs blessés. Car ceux laissés par sa mère ne sont pas anodins. Elle est partie en laissant un héritage enchevêtré de mensonge et non-dits qui impactent tous ceux qu’elle a fréquentés.

Cette histoire évolue doucement mais sûrement dans une ambiance feutrée avec un  fond dramatique. Saupoudrée de tendresse mais aussi d’amertume.

Au fil des pages, on va d’une révélation à une autre, ce qui ne laisse pas place à l’ennui. D’intenses émotions sont présentes pour apporter un plus à ce récit plus que sympathique. Ceux qui tiennent la ficelle des cerfs Volants est un retour dans le passé prenant et un agréable moment de lecture que je vous recommande de découvrir.

Gilles Vigneault – Le grand cerf-volant

6 commentaires sur « Ceux qui tiennent la ficelle des cerfs-volants par Béatrice Ruffié Lacas, mon avis ! »

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s