L’avis de Carine sur Une plume dans le désert -tome 2, un roman de Aryabella Connors chez Lips & Co

510WAQC10yL

Titre : Une plume dans le désert Tome 2

Auteur : Aryabella Connors

Genre : Romance

Editions : Lips and Co

Collection : Lips and Roll

Ebook : 5.99€

Broché : 16.99€

Résumé : « J’en ai vu des corps d’hommes, mais le sien, il envahit ma vision : ses muscles, ses courbes, ses gestes lents et mesurés, comme s’il savait que je me rinçais l’œil sur chaque partie de son corps… »

Tandis que ses amies filent le parfait amour avec leurs beaux soldats, Maxynne se rend compte que Brooster ne la rendra pas heureuse. Elle est déchirée entre son avenir tout tracé au sein de la tribu et sa passion pour son nouveau poste, mais aussi pour le si charmant Sebastian.

Que faire quand les décisions à prendre auront irrémédiablement un impact sur la vie des gens qu’elle aime ?

D’autre part, la guerre lui fait comprendre que la vie ne tient parfois qu’à un fil et doit être croquée à pleines dents. Faire un choix s’avère de plus en plus difficile !

Sans parler du soleil de Libye qui réchauffe les cœurs et les corps…

Mon avis :

Si le premier tome a été sans aucun doute un coup de coeur… Que vous dire de cette suite… Le souci avec les chroniques coups de coeur, c’est qu’il est très difficile de trouver les bons mots. Des mots assez forts pour qu’ils vous percutent et vous fassent comprendre à quel point il ne faut en aucun cas passer à côté de cette lecture captivante. Non, aucun mot ne sera à la hauteur de ce que j’aimerai vraiment vous dire…

Dans ce second tome, Maxynne va se révéler dans un pays en plein chaos. La guerre, les conflits qui font rage dans ce pays, et le rôle qu’elle peut tenir sur le théâtre, vont la forcer à se dépasser et devenir cette femme qu’elle n’a jamais été : Une femme libre de ses choix qui déploie enfin ses ailes, heureuse d’avoir enfin trouvé sa voie. Et c’est pour cette raison qu’elle accepte le nouveau poste que lui propose sa hiérarchie. Plus qu’un poste, c’est un honneur pour Maxynne, une preuve de confiance qui enhardit la sienne… Un don de soi pour aider, soutenir, apaiser, soigner les autres dans un pays où les gens se battent pour vivre et être libres. Mais avant d’obtenir ses galons, Maxynne va devoir suivre une formation qui va la plonger encore plus profondément dans les horreurs de la guerre et y subir de dures épreuves. Une formation où chaque mission lui apportera son lot de peine, de violence, de conflits mais aussi de savoir, et de valeurs humaines. Maxynne donnera de sa personne, de son temps pour ce peuple qu’elle apprend aimer un peu plus chaque jour, à comprendre aussi et à respecter quel qu’il soit…

De chaque contact, de chaque situation, même les plus périlleuses, elle en apprendra plus… De village en village, de base sanitaire à d’autres, Maxynne laisse place peu à peu « Au Rossignol » qui devient grand…. Fort… Et dont le chant s’entend jusqu’aux contrées lointaines comme une légende qui flotte dans l’air sous des airs doux dans un pays en feu…

Mais cette mission va l’éloigner de son beau pilote qui se consume d’amour pour sa belle créature sans pour autant pouvoir la toucher, l’embrasser… Mais dont il en est fier chaque jour que Dieu fait. Seul le combat qu’elle mène contre elle-même le met hors de lui… Elle, cette femme si forte et déterminé à sauver le plus de monde possible, ne daigne pas se sauver elle-même… Se sauver d’une destinée qu’elle n’a pas choisie. Elle a du mal à prendre une décision qui sera de toute évidence néfaste sur la vie des gens qu’elle aime… Est-elle encore prête à sacrifier son avenir pour sauver les saisons de son peuple alors que la guerre lui montre chaque jour que la vie peut être si courte et à la fois si intense ?… Un choix qui s’avère de plus en plus difficile, particulièrement après avoir partagé des moments avec son pilote pour lequel son cœur bat pour la première fois de sa vie et auprès duquel il devient difficile de taire ses sentiments… Une chose est pourtant claire dans sa tête : Brooster ne la rendra jamais heureuse… Mais l’épouser est avant tout épouser un peuple qui compte sur elle, sur leur Aïyana… Pourtant aujourd’hui, après ces mois passés dans le désert, elle n’est plus cette Aïyana… Aujourd’hui, elle est Rossignol et ce ne sont pas des saisons qu’on attend qu’elle sauve, mais des vies humaines…

Aryabella Connors nous invite une nouvelle fois au cœur de l’action sous le soleil de Libye. Un pays dans lequel l’amitié se crée au fil des obstacles et où l’amour survient quand on ne l’attend pas…   Le dépaysement est complet une fois de plus et on plonge à nouveau au cœur de l’histoire comme si nous la vivions nous-mêmes. Un roman fort en émotions et dont les nombreux rebondissements très intéressants ne cessent de pimenter le récit. Elle nous offre une histoire époustouflante, riche d’une culture sans précédent qui m’a complètement conquise. J’ai pris un réel plaisir à retrouver les personnages pour lesquels je suis juste, admirative. Mais particulièrement le personnage de Maxynne, cette magnifique créature captivante, intelligente, si vivante et engagée dans tout ce qu’elle entreprend du moment ou cela concerne les autres et qu’elle peut leur apporter du bon.

En plein cœur du conflit, dans un pays ravagé par la guerre, on va la voir s’épanouir encore plus dans son apprentissage, trouver enfin sa voie mais aussi la force de se remettre en question face à ses engagements auprès des Panthaliens. Maxynne est unique, elle possède une trempe incroyable qui lui permet d’affirmer ses choix et de rester en accord avec ses idéaux. Dotée d’une éthique irréprochable et de valeurs morales, elle excelle dans ses missions tout en souffrant des injustices et des ignominies dont elle peut être témoin et qui la hante jour après jour… Nuit après nuit.

Les sujets sont pesants et certains, même dérangeants. L’auteur nous offre au milieu de ce pays en guerre et au sein du chaos, des histoires fortes. Qu’elles soient d’amour, d’amitié ou encore de respect. Elle mêle la lumière à l’obscurité d’une manière bien définie qui nous montre alors deux facettes d’une même vue, d’un même paysage ou encore d’une même situation… Une face lumineuse qui nous offre des paysages et une architecture à couper le souffle, le rire des enfants au milieu des soldats ou encore des amitiés qui se créent, des liens qui se tissent et deviennent de plus en plus profonds. Puis le côté sombre, cette face poignante qui met en lumière des secrets et des situations bouleversantes qui nous broient les tripes et nous font trembler pour nos protagonistes, mais aussi pour les autochtones. Deux facettes qui montrent toute la contradiction d’un pays dans lequel les pleurs et le cris se mêlent aux paroles rassurantes de ceux soignent, où les femmes souillées, meurtries continuent de vivre tout en apportant du réconfort aux autres à leurs manières en gardant le sourire et s’assurant de faire briller les étoiles pour ceux qui comptent. Au beau milieu de cette guerre, ils continuent d’éprouver des émotions, créer des liens d’amitié qui ne s’oublieront jamais… Ils continuent tout simplement de vivre…

Une addiction vraie et pure qui nous plonge inlassablement heure après heure dans notre lecture sans pouvoir en sortir un instant. Un roman qui se dévore mais qu’on n’a pas envie de quitter pour autant. Un roman que j’ai lu d’une traite malgré son nombre conséquent de pages et le manque de sommeil. Une invitation au voyage, à la rencontre de soi-même à travers l’autre, au don de soi et à la réflexion, sur les conflits, les vengeances sans pour autant juger mais plutôt, observer et tenter de comprendre.

Une plume captivante qui nous porte d’un bout à l’autre en nous faisant vivre des émotions intenses, fortes et réalistes avec un panel de personnages très attachants qui font aussi la force de ce roman. Autant les principaux que les secondaires. Chacun y a sa place. Et dans cette suite, Dimitri y imposera la sienne.

Un second tome qui voit Maxynne sortir de sa chrysalide et déployer de magnifiques ailes qui vont la rendre encore plus unique aux yeux de tous… Mais qu’en sera-t-il pour les Panthaliens

Rendez-vous au prochain tome disponible dès le 29 avril ! Un énorme merci aux Éditions Lips and Co pour m’avoir permis de découvrir cette pépite livresque en service presse broché qui arbore une couverture magnifique qui correspond parfaitement à une scène du roman, chose très rare que j’apprécie beaucoup. Merci Aryabella pour m’avoir transportée une fois de plus dans ton univers ❤

58613062_2027947377507707_849148539459076096_n

 

 

 

 

Un commentaire sur « L’avis de Carine sur Une plume dans le désert -tome 2, un roman de Aryabella Connors chez Lips & Co »

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s