L’avis de Carine sur Ps : Oublie moi de Emma Green chez Addictives Editions


41hi6tSPGgL.jpgTitre : PS : Oublie-moi

Auteur : Emma Green

Genre : Romance

Editions : Addictives

Ebook : 9.99€

Résumé :

Il a brisé son cœur et détruit sa vie. Elle va pourtant devoir se reconstruire avec lui…

Léonore est belle comme le jour, mais elle vit dans l’ombre pour cacher son plus gros complexe et son plus douloureux secret. Pourtant, quand une agence de mannequins atypiques s’intéresse à elle, elle y voit une chance de se reconstruire.
Mais ses espoirs se brisent lorsqu’elle découvre l’identité de son nouveau boss : Wolf Larsson, le garçon qu’elle aimait et qui a bien failli la détruire.
Il fut son premier amour, son bourreau, son pire cauchemar…
Huit ans après le drame, elle est devenue une lionne prête à tout pour survivre. Lui a gardé ses mots féroces et ses yeux de loup.
Elle va devoir lui pardonner. Il va devoir se racheter. Pour raviver la flamme qui brûle encore entre eux, malgré tout.

PS : Oublie-moi !, d’Emma Green, histoire intégrale.

Mon avis :

Léo est une belle jeune femme au caractère bien trempé qui jongle entre ses études et les castings dans l’espoir de se faire un peu d’argent pour subvenir à ses besoins et payer ses études en criminologie. Si elle est belle comme le jour avec son physique atypique à la limite du féminin-masculin, elle n’est pas sûre d’elle comme elle l’était adolescente.

Elie, son copain photographe de métier, la pousse à se mettre en avant et à dépasser ses angoisses et ses complexes pour qu’elle puisse s’épanouir enfin. Mais mettre en avant son plus gros complexe est aussi raviver cette flamme qui la brûle sans cesse la ramenant au passé qu’elle ne pourra jamais oublier.

Ce passé qui hante ses jours comme ses nuits et qui la fait souffrir corps et âme… Ce corps qu’elle aime tant sentir pulser et en vie et en même temps, qu’elle déteste plus que tout lorsqu’il se dévoile. Mais Léo et une battante et tout ce qui ne tue pas comme on dit, rend plus fort. Ou encore glisse comme elle le dit si bien. Alors hop hop hop ! Après chaque déception comme après chaque échec, Léo attend que la terre se remette à tourner, l’entraînant avec elle, lui rappelant que rien d’autre ne compte que d’être en vie. Et la vie est belle quand on prend le temps de la vivre et d’en savourer chaque seconde.

Après s’être faite éconduite d’un énième casting, Léo se rend à son prochain rendez-vous. Une agence, pas comme les autres, qui pourrait être faite pour elle. Même si elle ne comprend toujours pas pourquoi quelqu’un l’embaucherait elle, alors qu’il y a tant de belles filles aux corps magnifiques et parfaits qui cherchent à percer dans le milieu. Mais… Chez Strange et Strong, on ne cherche justement pas la perfection, bien au contraire. Ils recrutent leurs modèles sur un seul critère : Ils doivent sortir des diktats de la beauté classique. Et Léo pourrait bien justement y avoir sa chance.

Mais lorsqu’elle va se retrouver devant l’un des Boss… Le sol va s’effondrer sous ses pieds. Elle vient de se jeter tout droit dans la gueule du loup. Et quel loup !

Wolf Larson… Toujours les mêmes yeux diaboliquement beaux … Féroces …, Inoubliables… Terrifiants… Magnifiques. Mais aussi le dernier regard qu’elle a croisé il y a huit ans avant que tout bascule…. Avant sa chute dans les abysses de l’enfer… Lui, celui qui a fait d’elle le monstre qu’elle est aujourd’hui…

Je pourrais dire qu’une fois de plus les plumes d’Emma Green ont su m’emporter et me faire rêver comme elles ont l’habitude de le faire mais non. C’est tellement plus que ça ! J’ai retrouvé, je dirais même cette force, et ce petit plus qu’on trouvait dans leurs premiers romans. Ces romans qui m’ont rendue complètement accro à tous leurs écrits qui ont suivi. Et dans lesquels, on pouvait toujours retrouver cette profondeur chez les protagonistes qui faisaient de leurs failles, leurs forces. Et qui par la même occasion, nous plongeaient dans des tourbillons d’émotions.

Avec PS : Oublie-moi, on monte d’un cran, et pas qu’un tout petit. Que ce soit avec les personnages principaux ou secondaires, tous sans aucune exception, sont travaillés à la perfection. Que ce soit en ce qui concerne leurs caractères, dans leurs différences ou le cheminement psychologique, ils sont vrais, réels, intenses.

Dès les premières lignes, nous sommes plongés dans l’univers et l’atmosphère dans lequel va évoluer le récit avec ce petit pincement qui nous dit que nos cœurs vont bien déguster. Les thèmes abordés nous en donnent d’ailleurs le ton… Ce récit est une belle leçon de vie.

Léo a mis des années pour se reconstruire corps et âmes. Et même si les séquelles du passé sont marquées comme au fer rouge, elle puise toute la force qu’elle peut dans ses mauvais moments pour se donner la force d’aller vers le haut. Elle teste chaque jour en douceur sa stabilité sans brûler les étapes, s’autorisant à hésiter ou à faire des erreurs qui la mettront souvent en colère. Mais elle s’en donne le droit, car ses colères font aussi sa force, celle qui lui permet de ne pas rechuter et de continuer de remonter cette pente vers la vie. Alors comment gérer lors qu’après tant d’années à se reconstruire, elle se retrouve face à face avec celui qui à fait de sa vie un enfer, ? Celui qui a fait d’elle ce qu’elle déteste à ce jour ! Mais qui malheureusement réanime aussi son cœur et les sentiments qu’elle ne pensait ne plus jamais éprouver…

Wolf Larson est un peut-être un loup féroce et arrogant qui ne laisse personne s’approcher de plus près, mais derrière le masque, il cache sa douleur, ses secrets et sa culpabilité. Il faut que la lionne pardonne au loup mais comment le pourrait-elle s’il ne lui demande pas ? Comment pardonner ce qui n’est pas pardonnable ?

Le combat peut commencer et aussi féroces peuvent-ils être, le feu qui crépite entre eux ne demande qu’à s’embraser mais… la peur de s’y brûler est beaucoup trop grande.

Un récit qui nous emporte d’un bout à l’autre sans prendre le temps de relâcher la pression. Même si de temps en temps les Emma Green nous offrent des moments de tendresse et d’humour, on ne peut en aucun cas appuyer sur bouton pause… Ps : Oublie-moi ? Sûrement pas ! Impossible de poser le roman avant de l’avoir terminé.

Il faut dire qu’en plus des thèmes abordés qui nous embarquent dans une tornade d’émotions, l’intrigue suit son court et nous pousse à aller toujours plus loin pour savoir le fin mot de l’histoire.

Drame, culpabilité, secret de famille, reconstruction, pardon et acceptation de soi, tolérance sont les maîtres mots de ce roman. J’ai plus qu’aimé les chemins pris pour que Léo s’accepte au quotidien. En soulignant la diversité du monde pour en finir avec les standards de beauté et les diktats de la société. Qu’on soit une personne au physique « ordinaire » voire « difficile » Qui sommes-nous derrière les apparences ? Quel est l’importance du regard des autres et de celui qu’on se porte à soi-même ?

Une belle histoire d’amour qui se construit après avoir été tuée dans l’œuf. Et qu’elle soit partie en fumée avoir d’avoir pu commencer. Une histoire forte qui apporte un beau message de tolérance et d’acceptation. Ce roman est un énorme coup de cœur et je ne peux que vous conseiller de lire à votre tour.

Un grand merci à notre partenaire Editions Additives pour m’avoir permis de découvrir cette belle pépite livresque en service presse.

41hi6tSPGgL

 

L’avis de Carine sur Sexy Summer – Mon coloc & moi de Rose Miller


51hE+Fe91TL.jpgTitre : Sexy Summer – Mon coloc & moi

Auteur : Rose Miller

Editions : Addictives

Genre : Romance

Ebook : 4.99€

Résumé :

Un été pour se détester… ou se séduire ?

Avery vit avec son père et Sienna, sa belle-mère, dans l’immense demeure familiale. Et cela lui convient très bien : elle a son indépendance mais profite des avantages de la maison.
Alors quand Julian, le frère de Sienna, est invité pour passer les deux mois d’été avec eux, Avery n’y voit pas d’inconvénient. Son oncle par alliance ne devrait pas trop bouleverser ses habitudes.
Sauf que quand Julian débarque, il n’a rien du vieil oncle qu’Avery imaginait : il est jeune, sexy et insolent au possible. Insolemment sexy, même.
Avery et Julian vont devoir cohabiter pendant deux mois : deux mois pour se détester, deux mois pour se séduire… deux mois pour faire voler en éclats leur vie ?

*** Sexy Summer – Mon coloc & moi, de Rose Miller, histoire intégrale.

Mon avis :

Fraîche et pétillante, Sexy Summer – mon coloc et moi, démarre comme une vraie comédie romantique, avec des joutes verbales et des situations qui m’ont souvent fait rire. Mais quand l’amour fait mal on ne rit plus du tout…

Avery est une jeune femme qui planifie sa vie, réglée comme du papier à musique et qui sort avec ses copines et a un petit ami parfait. Une fille à son papa qu’elle aime plus que tout. D’ailleurs elle vit avec lui, travaille pour lui. Il est son univers comme elle est le sien et ce, depuis la mort de sa mère onze ans plus tôt.

Aussi bizarrement que ce soit possible, il est autant son père que son meilleur ami et même l’arrivée de Sienna, sa belle-mère avec qui elle s’entend très bien, n’a jamais changé les choses entre eux. La pauvre n’aurait même jamais tenté de le faire, car elle souffre bien trop depuis que sa famille lui a tourné le dos des années auparavant.

Mais ce soir, l’heure est à la fête ! Son frère qu’elle n’avait pas revu depuis longtemps, vient passer deux mois chez eux pour renouer les liens qu’ils avaient jadis… Sienna est plus que ravie et Avery l’est également pour elle. Rencontrer son « oncle » et cohabiter tout l’été avec lui ne la dérange pas plus que ça. La maison est assez grande pour tout le monde.

Sauf, que lorsqu’elle va se retrouver devant lui, elle ne pourra cacher son étonnement et toute l’animosité qu’il lui inspire. Son vieil oncle n’a rien de vieux, il ne porte aucune moustache, et n’est pas moche du tout ! Il est jeune, beau comme un dieu.

Mais surtout, il est le connard, arrogant au sourire insolent qui lui a fait péter les plombs la veille en boite de nuit où elle sortait avec ses amies. Devant sa belle-mère et son père, elle se reprendra vite et fera bonne figure mais, en son for intérieur, elle fulmine tel un volcan proche de l’explosion.

Impossible de faire abstraction aux piques insolentes et arrogantes de Julian. Que cela ne tienne, il veut jouer, jouons ! Mais ce ne sera pas un jeu sans conséquence ni un jeu tout court d’ailleurs. Car c’est plus une déclaration de guerre qu’ils vont se faire… Cohabiter ne va pas être une mince affaire, surtout que ce canon sur pattes a tous les atouts pour la faire plier. Et ses piques sont de plus en plus affûtées.

Deux mois avec cet homme est impensable pour Avery. Elle ne sait pas du tout comment  gérer cet oncle sexy en diable qui fait de lui un ennemi plus que parfait.

Puis un jour à force de jouer et de passer du temps ensemble, le jeu dérape et les deux amants se jettent à corps perdu dans une passion… Qui leur est interdite.

Une belle romance fraîche et légère comme un doux parfum d’été fruité, subtilement épicé. Une narration à deux voix qui nous fait découvrir deux personnages touchants. La plume de l’auteure est simple mais entraînante, particulièrement lors des joutes verbales qui rend notre lecture électrique et très amusante. Elle est aussi émouvante a ses moments au point d’avoir versé ma petite larme.

Une trame qui se devine dans l’ensemble mais garde néanmoins son lot de petites surprises. Notamment sur le second sujet traité.

Hormis Julian qui rend le roman attrayant et Avery qui apporte l’émotion nécessaire lors de sa descente aux enfers, certains points ont manqué néanmoins de profondeur et d’explications comme la prise de position radicale du père que j’aurais aimé plus approfondie et fondée.  Mais Julian apporte cette touche qui fait qu’on ne peut qu’aimer notre lecture. Son message est fort et rempli d’amour. Il ne veut pas priver celle qu’il aime de ce qui compte le plus au monde pour elle.

Ce roman traite deux sujets d’actualité, je tairai le second pour ne pas spoiler le récit. mais le premier étant, au vu du nombre de remariages et de familles recomposées qui existent, les liens qui unissent Avery à Julian. Mais où commencent les véritables liens ? Quels sont-ils réellement mise à part une prise de position familiale ?

Un grand merci aux Éditions Addictives pour m’avoir permis de passer ce très bon moment de lecture..

51hE+Fe91TL