L’avis de Carine sur le roman de Ana K. Anderson, Indompté.


41Ea5Dc6yAL._SY346_Titre : Indompté

Auteur : Ana K. Anderson (Auteur)

Genre : Romance

Editions : Addictives

Ebook : 9.99€

Broché : 17.90 €

Résumé : Quand elle découvre sa meilleure amie sauvagement assassinée, Olivia quitte tout et part sur les traces du passé de la jeune femme, bien décidée à savoir qui a commis un tel crime. Ses recherches la conduisent à Colorado Source, où elle rencontre Rock, le chef des bikers et protecteur de la ville. Elle est rapidement séduite mais comprend trop tard qu’il lui a tendu un piège. Rock est charmant, sexy, irrésistible… indomptable ! Olivia n’avait pas prévu de tomber amoureuse. Surtout pas au moment où sa vie est en danger… Pour connaître la vérité, elle risque de devoir affronter l’homme dont elle est éprise. Entre l’aimer et le détester, Olivia a-t-elle vraiment le choix ?

Mon avis : 

Contre tout attente, après ma lecture de « Indompté », c’est un avis mitigé que je vous propose aujourd’hui. Pas que la trame soit ennuyeuse ou manque d’originalité car, ce n’est vraiment pas le cas. Ce roman traite d’ailleurs des sujets sensibles et met en avant des valeurs humaines qui sont importantes et qui touchent en plein cœur. Cependant, le manque de crédibilité des personnages a été pour moi un gros frein pour m’y attacher. Nous sommes dans une fiction je vous l’accorde, mais j’ai besoin que les actes et le cheminement psychologique des personnages soient cohérents et puissent être vrais. En fait, j’ai besoin d’y croire et là, je n’y suis pas arrivée… C’est particulièrement le personnage d’Olivia qui n’a pas collé, et c’est dommage, car l’intrigue du récit est très bien menée.

Avec Indompté, Ana K Anderson nous plonge dans l’univers des Evil’s Heat ! Et dès les premières lignes, nous sommes happés dans ce récit. Une belle mise en bouche pleine de promesses …

Olivia décide de changer de vie, de tout quitter après avoir retrouvé sa meilleure amie, Moïra, assassinée six mois plus tôt. Elle fuit la France pour Colorado Source, une petite bourgade Américaine où règne en maître les Evil’s Heat, une communauté de marginaux violents, formée de bikers, les protecteurs de la ville.

Ce n’est pas par hasard qu’elle se retrouve dans ce bled paumé au milieu des reliefs arides du Colorado. D’autant que cette ville n’existe même pas sur une carte, mais Olivia savait où chercher, car ce petit bled, elle le connait sans vraiment le connaitre. Son amie, Moïra, originaire des environs lui en avait souvent parlé. En s’y réfugiant, elle espère pouvoir échappée à ses ennuies mais surtout en connaitre davantage sur son amie. Moïra n’a jamais été très éloquente sur son passé et tout ce que sait Olivia, c’est qu’elle a fui sa famille et que cette dernière lui manquait beaucoup tout comme la région.

Sa quête de vérité commence alors par le bar de Max qui lui a gentiment tendu la main en lui proposant de travailler pour lui en tant que serveuse. Elle espère bien pouvoir mener sa petite enquête au milieu de tous ces bikers. Mais dès que son regard va croiser celui de Rock, tout va partir en vrille !

La vie n’a jamais été tendre avec Liv et ce n’est pas aujourd’hui que cela changera apparemment … Tout comme Sa rage de survivre et sa fureur de vivre malgré tout ce qui lui arrive. Sans parler de son grain de folie qui la caractérise tant et qui va souffler un vent de fraîcheur dans cette communauté brute de décoffrage. Indompté aurait pu aussi porter comme titre Indomptée ou mieux encore, Indomptés…

Un avis donc mitigé car, j’ai beaucoup aimé la trame globale mais aussi cette intrigue qui m’a fait énormément douter à maintes reprises. Et si je n’aime pas les incohérences de certains faits, je suis, par contre fan du suspense. D’être dans le doute et ne pas trouver rapidement ce que l’auteure nous cache. Et c’est pourquoi, il est très difficile pour moi de vous donner mon avis. D’autant plus que j’aime la plume d’Ana. Son dernier roman avait été un énorme coup de cœur. Et celui-ci a fait presque l’unanimité des lectrices.

Je fais simple : Si vous aimez vous évader sans tenir compte du réalisme que peut vous offrir votre lecture, foncez ! Vous passerez de très bons moments. L’auteure sait manier sa plume pour vous faire rire aux éclats à un chapitre et vous faire pleurer au suivant en y apportant beaucoup d’émotions. Elle touche du doigt plusieurs sujets sensibles, peut-être trop à la fois de mon avis car, on les survole et même si ce n’est pas approfondi, ces thèmes touchent, alertent et font réfléchir.

Olivia va vivre des moments difficiles, sombres, mais hors de question pour l’auteure de nous laisser nous morfondre. Non, Ana K Anderson aime l’émotion et les rebondissements, qu’ils soient cruels ou pas. Mais par-dessus tout,  elle aime rire, la légèreté, s’amuser en écrivant et les contrastes. Elle aime les bikers et leurs côtés sombres mais, aime aussi les licornes et les arcs-en-ciel. Elle sait que la vie est parfois cruelle, qu’elle fait mal, horriblement mal et elle ne lésine pas sur les coups du sort ni les coups tout court. Mais, elle sait aussi que lorsque tombe une nuit noire, le jour se lèvera le lendemain. Alors de sa plume, elle fait en sorte que ce soit plus rose que noir. Qu’en saupoudrant le tout d’amour, d’humour et de paillettes, elle pourra nous faire rêver à un monde meilleur.

C’est sûrement ce qui a fait que personnellement, cela ne l’a pas fait pour moi mais cela le fera peut-être pour vous. Pas que je n’aime pas rire attention, loin de là mais, parce que lorsque je lis une situation assez « dark, » je ne peux pas me retrouver dans la page suivante dans une « comédie ». J’ai besoin que ce soit intense, que même si tout est imagé, je puisse le toucher du doigt… Le ressentir…

Donc nous passons au : Si vous êtes pointilleuses comme moi sur le réalisme d’une romance dans les attitudes, le caractère des personnages et de leurs psychologies, attention de bien prendre en compte que certaines situations ont été parfois même assez loufoques. D’autres, n’avaient pas leurs places, et beaucoup ne se tenaient pas. Je ne parle en aucun cas des lieux imaginés dont la description était telle que j’ai eu très envie de pouvoir les découvrir un jour. Tout mon scepticisme tourne autour des attitudes des personnages qui ne collent pas du tout avec le « cliché » dans lequel on les attend et dans lequel ON désire les découvrir. La reconstruction d’Olivia est complètement irréelle ou peut-être qu’elle est tout simplement bipolaire et qu’elle n’ira jamais vraiment mieux. Il est vrai qu’on peut passer par différentes phases lors d’une dépression, qu’il n’y a pas de « références ». Chacun la vit à sa manière, c’est comme lors d’un décès, on fait comme on peut pour sortir la tête de l’eau mais voilà, je n’y ai pas cru et cela est vraiment dommage…

À côté, j’ai pris plaisir à mener mon enquête, j’ai souvent ri aussi. Et parfois, même versé ma larme. Donc, on peut dire que l’émotion y était mais, que d’un seul côté. Olivia ne m’a pas touchée comme elle aurait dû. Elle ne m’a pas touchée tout court, impossible de m’identifier au personnage. Par contre, j’ai aimé Rock, l’indomptable au caractère aussi fort que son nom mais au cœur généreux, complètement dévoué à sa famille du Clan. J’ai plus qu’aimé Max, ce personnage attachant qui ne nous laisse pas indifférentes.

Ce roman n’est peut-être pas parfait pour moi de la manière dont il est abordé, mais il reste fort dans les valeurs qu’il transmet. Il est aussi riche en rebondissements, ce qui ne permet pas l’ennui, malgré quelques longueurs. Normal, au vu du nombre des pages, on ne peut pas toujours être dans la tension. Et même, si je n’y ai pas toujours adhéré, je me dois aussi de vous dire qu’il est aussi riche en humour. Juste que pour moi, les genres n’aillaient pas ensemble ou alors par parcimonie car, si j’avais lu toutes ces joutes verbales et ces répliques dans un autre univers, j’aurais pu faire une standing-ovation à Anna K Anderson pour sa fraîcheur, ses railleries et sa façon de tourner les situations les plus sombres en dérision. Parce qu’en fait, c’est exactement ça. Me voilà en fin d’avis et trouver le mot exact qui me manquait. L’auteure nous présente à plusieurs reprises des tableaux assez noirs et parallèlement, leur apporte ce vent de légèreté et cette fraîcheur pour ne pas qu’on reste sur une note sombre. Elle nous fait chuter très profondément puis hop, tout en bas, nous attend un trampoline qui nous donne l’impulsion pour remonter vers la lumière. Puis on redescend et remonte encore. Comme je vous l’ai dit plus haut, Ana K aime les bikers, mais elle aime trop les paillettes roses pour vous laisser souffrir.

Un grand merci aux éditions Addictives pour m’avoir permis de lire cette romance en service presse !

41Ea5Dc6yAL._SY346_