L’avis de Carine sur le roman de Gwen Delmas : Sex Friends – Pas de contraintes, que du plaisir !


515jeTozczL._SY346_Titre : Sex Friends – Pas de contraintes, que du plaisir !

Auteur : Gwen Delmas

Genre : Romance

Editions : Addictives

Ebook : 4.99 €

Résumé :

Petits arrangements entre sex friends…

Robin est tatoueur, mystérieux, et décidé à ne plus jamais se laisser avoir par l’amour.
L’arrivée d’Aurore, qui déboule dans sa vie comme une tornade, va faire vaciller ses résolutions.
Elle est bourrée de contradictions, lumineuse, blessée, impossible… et complètement irrésistible.
Alors, un contrat de sex friends, c’est parfait pour céder au désir sans complications !
Sans complications, vraiment ?

Sex Friends – Pas de contraintes, que du plaisir ! de Gwen Delmas, histoire intégrale.

 M78632760_2527981890631942_2180159265266728960_nn Avis : 

Il n’est jamais simple de vous livrer un avis sur un roman qu’on a vu naitre, grandir, s’épaissir au fil des jours pour ensuite finir entre vos mains. Ce roman je l’ai donc lu, relu encore et encore, jusqu’au mot fin et avant qu’il parte en édition. Mais pour écrire mon avis, je le reprends et désire relire vite fait le début afin de me remettre dans le bain, de retrouver les émotions et vous donner mon ressenti. Vite fait ? Hum… pas vraiment en fait. Je me suis laissée une nouvelle fois happer par ce dernier et je l’ai dégusté, page après page comme si je découvrais pour la première fois l’histoire d’Aurore et de Robin.

Sex Friends : Pas de contraintes, que du plaisir ! C’est l’histoire de la princesse Aurore qui pensait avoir trouvé le prince charmant en son fiancé Cody. Cet homme solide qui a fait les meilleures écoles et dont la future carrière politique est déjà presque tracée. Aurore est prête à tout pour lui, comme mettre en berne sa carrière et le soutenir dans ses ambitions. Et même si elle n’est pas très à l’aise avec le rôle décoratif auquel elle est destinée, elle sait qu’elle le jouera à la perfection. Elle a été éduquée pour tenir son rang. Formatée selon les critères de la haute bourgeoisie, bercée toute sa vie par le luxe et les bonnes manières. Mais Aurore va avoir un réveil brutal ! Cody n’a rien du prince charmant et elle va se rendre compte qu’elle a été plongée pendant des années dans une douce utopie. Cette vie, ce n’est pas ce qu’elle souhaite, ce n’est pas la vie à laquelle elle aspire… Pour mettre ses idées au clair et avoir une bonne dose de bonne humeur, Aurore part se réfugier au soleil chez sa meilleure amie inavouée, Angie, celle qui ne correspond pas aux codes qu’on lui a toujours imposés mais qui a toujours été pour elle un cocktail détonnant. Mais si elle laisse à Paris un prince pas tout à fait charmant contre lequel elle ne veut pas se battre, arrivée dans le sud, c’est un Dragon aux écailles d’un rouge sombre et au prénom d’un psychopathe qui va lui faire face… Un homme aux antipodes de tous ses habituels critères et qui lui fait bien trop d’effets…

Robin alias « Dexter » le cousin d’Angie. Deux opposées. Une face nord, une face sud. L’ombre et la lumière. La nuit, le jour. On dit que les opposés s’attirent. Mais très souvent, l’un ne peut aller sans l’autre. Il ne pourrait pas y avoir d’ombre s’il n’y avait pas de lumière. Pas de jour s’il n’y avait pas de nuit… Pas de dragon si il n’y avait pas de princesse à sauver…

Aurore est le Yin de Dex comme il est son Yang. Il est ce petit point noir dans sa vie parfaite et virginale de tout ce qui est extérieur à son monde, elle est sa blanche colombe au milieu de son univers rock et de ses encres qui ornent sa peau. Ils sont irrémédiablement attirés l’un vers l’autre malgré tout ce qui les oppose. Ensemble ils sont leur tout et s’harmonisent à la perfection pour ne former qu’un sans se soucier de ce qu’il se passe en dehors de leur bulle. Mais malgré tout le désir que le beau tatoueur, à la renommé internationale, a pour elle, il ne souhaite aucun engagement. Ce dernier ne fait plus confiance aux femmes et encore moins à l’amour. Aucun souci pour sa belle princesse qui ne peut en aucun cas envisager une quelconque relation avec lui. Il n’est pas compatible avec son monde… Mais que penseraient les gens voyons !

Pas de contraintes, que du plaisir ! le Deal est presque parfait… Presque. Car lorsque deux personnes ne se manquent pas du tout, et qu’ils prennent plaisir à vérifier leurs dires à mainte reprise pour être bien sûr qu’ils ne sont pas du tout contents de se voir… Les sentiments eux se forment peu à peu se foutant alors un peu des codes et surtout, des apparences.

Avec Sex Friends, Gwen Delmas m’a fait vivre un vrai conte de fée des temps moderne. Le sudiste et la parisienne.  Le tatoueur avec la bourgeoise qui derrière sa face guindée cache une femme forte qui n’aspire qu’à la liberté et à une vie totalement à l’opposée de celle qu’on lui impose. Avec Robin elle va enfin vivre, rire, être elle-même sans filtre bien que les habitudes soient rudes et qu’elles fassent toujours partie de sa vie.   Mais notre beau Robin va apprendre à l’aimer telle qu’elle est, « venez comme vous êtes » vous connaissez le slogan ? Et bien c’est tout à fait ça pour notre tatoueur préféré qui ne lui demandera jamais de changer. Mais qu’en est-il pour elle ? Elle qui le met souvent en garde sur son monde et sa façon de s’y tenir. Pourra-t-elle assumer aux yeux de tous cette relation ? Elle aura beau lutter intérieurement, s’imaginer que tout est possible, la collision entre les deux mondes sera brutale, percutante…

Un récit qui nous ouvre les portes de deux mondes complètement différents et de deux personnalités opposées qui se fondent pourtant si bien ensemble. Des protagonistes hors du commun avec d’un côté une princesse pleine de principes, et d’un autre, Robin cet homme que chacune d’entre nous rêverait avoir -soupirs- double soupirs, même triple il est juste trop canon, trop parfait, trop tout ! -… Derrière ses écailles de dragon se cache un prince beaucoup plus qu’honorable et juste. Cet homme qui malgré toute sa souffrance laisse entrer Aurore dans sa vie en la regardant s’épanouir de jour en jour. Telle une rose qui éclot ou encore un papillon qui sort de sa chrysalide, Aurore s’ouvre peu à peu jusqu’à ce que la réalité la rattrape et qu’elle doive affronter ses choix. Etre maître de ses décisions et … de ses indécisions.

La plume de Gwen Delmas est toujours aussi douce, magnifique et romantique. Elle nous entraine dans son univers à sa manière et elle le fait parfaitement bien. J’aime son vocabulaire riche et toujours tenu à la perfection, parfois même sentencieux aux moments opportuns ce qui apporte au récit un crédit supplémentaire. Les descriptions sont à couper le souffle. Je me voyais tout vivre à la place de Aurore. Les conventions le son du stencil hummm… les calins ? chut censuré ! Mais je peux vous dire qu’ils sont juste parfaits et dosés à la perfection.

Que dire des personnages secondaires qui sont tout aussi bien travaillés et attachants que les principaux avec une mention spéciale pour Zélie et Angie, Vince aussi et … le père d’Aurore ou encore sa mère qui est aussi d’une complexité à décortiquer. Je passerai outre certaines personnes « amies » de notre belle princesse, je ne pourrais pas vous dire qu’elles sont attachantes loin de là, mais je ne peux les détester, juste les plaindre et me dire que Aurore fait partie du même acabit.

Un beau roman coup de cœur, pleins de promesses, d’émotions et d’amour et qui envoi valser dans un tourbillon digne d’une tornade les préjugés d’un monde conditionné et tellement pas conforme à ce qu’est vraiment la vie et le bonheur qui va avec. En ce qui concerne les apparences, parlons de la cover qui n’est en aucun cas une façade. Notre beau tatoueur y est représenté à la perfection. Chaud et tendre comme un moelleux au chocolat dans lequel on voudrait croquer sans modération…

Un grand merci aux Editions Addictives pour ce merveilleux service presse. Même si j’ai eu la joie, l’honneur et la chance de faire partie des bêtas fées, le relire dans sa version publiée était juste la cerise sur le gâteau, la petite touche finale qui rend le roman encore plus appétissant !

Extrait :

– Reste…
Je lâche un rire froid.
– Sérieusement ? Hier soir, tu m’as dit de partir alors que je voulais rester, ce matin tu me demandes de rester alors que je n’aspire qu’à m’éloigner de toi. Qu’est-ce que tu veux, à la fin ?
– Tu ne le sauras pas si tu ne restes pas, rétorque-t-il avec un sourire qui se veut peut-être apaisant, mais qui m’apparaît comme une provocation supplémentaire.
– Des explications ? Quand j’en voulais, tu n’étais pas d’humeur. Ce matin, c’est moi qui n’ai pas envie d’entendre ce que tu as à me dire. Il faut croire que ça n’a pas tant d’importance, après tout.
Je tourne les talons, assez fière de moi, mais ses mots me percutent tout de même.
– Encore une fuite ? Je ne suis pas sûr que tu aies autant avancé que ça…
– Et tu vas faire quoi ? Me donner un gage ? ricané-je en lui jetant un regard assassin par-dessus mon épaule.

76175423_555429128583160_1895051149950582784_n

 

 

Maux d’amour : L’amour en cage #1 de Mandi Beck chez Juno Publishing France !


Hello les étoiles, je vous présente mon avis sur Maux d’amour, le 1er tome de L’amour en cage de Mandi Beck. Une histoire sombre mâtinée d’une bonne dose de suspense et d’un amour aussi passionnel que destructeur publiée chez Juno Publishing France

Titre : Maux d’amour : L’amour en cage #1

Auteure : Mandi Beck

Éditeur : Juno Publishing France

Genre : Romantic-suspense 

Broché : Lien d’achat

Résumé : Même si elle ne se battra pas pour nous, j’irai au combat pour elle… À l’intérieur de la Cage, je n’ai peur de rien. Je suis chez moi, dans mon élément, infligeant de la douleur aux hommes entraînés pour m’en infliger. Je les fais se soumettre, je les mets KO, je les mutile, car c’est eux ou moi. En dehors de la Cage, ma seule faiblesse est une femme d’un mètre soixante, avec une putain de classe, que j’ai aimée pendant presque toute ma vie. Elle est celle qui me met à genoux, qui emplit mes bras, mon coeur et bientôt mon lit. Elle me rend imprudent. Versatile. Je bois trop, et j’essaie plus que tout de ne rien ressentir – tout cela à cause d’elle. Frankie De Rosa est à moi, ma meilleure amie. Je ne la mérite pas encore, mais je ne laisserai personne me la prendre. Elle sera le plus grand combat de ma vie, mais elle en vaut la peine. L’amour fait mal, mais c’est le cas de tout ce qui se mérite, n’est-ce pas ? Je suis Deacon « The Hitman » Love – Bienvenue dans la cage.

L’avisdeMya 

À la sortie du 2e tome de L’amour en cage, j’ai regretté de pas avoir lu le premier. Mais Maïwenn avec sa gentillesse coutumière, m’a fait le plaisir de m’envoyer les deux. Alors Merci à Juno Publishing France pour être toujours à l’écoute.

Si Deacon n’a peur de rien ni de personne surtout sur un Ring, il y a bien une chose qui peut ébranler son assurance et sa confiance en lui. Ou plutôt, une personne… La seule qui peut le toucher et l’envoyer à ses vieux démons… Elle… Frankie, sa meilleure amie, son âme sœur… Son ancre à laquelle il se rattache quand cela va mal… Mais encore il faut oser le lui avouer… La princesse a le don de le rendre à un simple adolescent boutonneux et peu sûr de lui. Dans la cage, il se sent invincible, mais auprès d’elle, il est apaisé et retrouve le sommeil du juste qui habituellement peine à arriver… Elle dompte ses pires travers. Mais loin d’elle, le monstre refait surface pour le pousser au vice…

Au moment de prendre son courage à deux mains pour lui déclarer sa flamme, c’était déjà trop tard. La femme de sa vie vient de lui passer sous le nez et a dit OUI à son compagnon… et il ne peut s’en prendre à lui-même d’avoir tardé à prendre les devants… Un mois après la terrible déconvenue, Deacon se noie toujours dans l’alcool, les combats et le sexe pour oublier d’avoir perdu celle qu’il croyait lui appartenir un jour. Cette femme qu’il a aimée et aime encore de toutes ses tripes… Jusqu’à ce qu’il reçoive un appel de détresse de la part de Frankie… Cette dernière est en danger de mort alors qu’il est en train de batifoler avec des femmes qui ne valent même pas le temps qu’il passe auprès d’elles. La rage au cœur et rongé par la culpabilité, il accourt au chevet de celle qui a le pouvoir de tirer de lui aussi le meilleur que le pire en priant de ne pas arriver trop tard…

Ce premier tome de L’amour en cage est d’un suspense et d’une intensité qui ne pourrait que vous accrocher à cette histoire brute de décoffrage. Abrupt, vraie, mâtinée de sang, de violence mais non dénuée d’une bonne dose de sincérité et de passion. Le personnage de Deacon n’améliore pas les idées préconçues sur le comportement brutal des boxeurs. Instable, en colère et toujours prêt pour un bon baston pour se défaire de ses frustrations et repousser ses démons que juste Frankie arrive à tenir à distance… Cette dernière, malgré, avoir été couvée pendant toute sa vie, elle sait se défendre et rendre coup pour coup… Mais, se défendre contre le surplus d’émotions que lui suscitent Deacon, est trop pour elle. Deacon sème le chaos dans sa vie, dans son corps et son cœur. S’offrir à lui corps et âme serait une erreur fatale… Lui faire confiance est juste impossible… Car, souvent ses faits sont à l’opposé de ses dires et faire partie de sa cour d’adoratrices ne fait pas partie du plan. Elle le veut, y a pas à dire, mais à elle… Juste à elle… Sans avoir à le partager avec une nuée de groupies à chaque fois que Hitman, perde pied ou pète les plombs…

Maux d’amour raconte un amour complexe, passionnel et fusionnel ainsi que destructeur. Il parle d’amitiés solides, de soutien indéfectible aux gens qu’on aime. L’énigme de l’agression de Frankie reste encore un flou total mais nous promet une suite haletante, des rebondissements et pleines de petites choses qui font de cette romance, une lecture passionnante et à émotions à ne pas rater ! Cerise sur le gâteau, la plume de Mandi Beck est simple, fluide et plaisante. Aussi électrique que torride.

Affaire à suivre...

75262174_412003349686670_2963171699278741504_n