H.A.R.D. – Hot, Arrogant, Rebelle, Déterminé de Laura Black aux éditions Addictives !


Hello les étoiles, je vous présente mon avis sur H.A.R.D. de Laura Black. Une chevauchée dans l’enfer de Tate des plus addictives ! Une bad romance éditée chez les éditions Addictives !

Titre : H.A.R.D. – Hot, arrogant, rebelle, déterminé

Auteure : Laura Black

Éditeur : éditions Addictives

Genre : Romance à suspense
Résumé : Ténébreux, dangereux, fascinant.

Tate est dangereux, violent, imprévisible. Il n’accorde sa loyauté qu’à son gang, les Styx Lions.
Arizona est têtue, déterminée et intrépide. Membre du FBI, elle s’associe aux Styx Lions pour démanteler une fondation qui s’adonnerait à du trafic d’êtres humains.
Forcés de travailler ensemble, Tate et Arizona s’opposent en tout, se repoussent et se désirent.
Elle n’a peur de rien, l’attire et le rend dingue, lui qui ne sait pas faire l’amour sans faire mal…
Et quand le moindre faux pas peut leur coûter la vie, le désir est plus dangereux que jamais.

L’avisdeMya

Après Dax, c’est au tour de Tate, le bras droit du chef des Styx Lions, de goûter à cette aventure qu’est l’amour… À goûter ses moments de bonheur et aussi à ses épreuves… À son tour de nous partager son histoire, son passé peu reluisant soit-il ! Et ce qu’il nous apprend sur lui, nous prend aux tripes, nous touche en plein coeur !

Tate a beau se tortiller comme un petit diable, son karma n’a pas dévié d’un iota, et pour cause… Celle que le destin a choisi pour lui n’a rien d’une mauviette. Si elle patauge dans le milieu du crime jusqu’au cou, elle n’a pas perdu sa lumière ni sa joie de vivre pour autant…Arizona peut autant se mouver et avec aisance dans les dédales sombres de son univers qu’en pleine lumière… Elle le déroute, le défie, l’attire et le pousse dans ses retranchements. Flirtant avec son monstre, elle révèle le pire de sa personnalité… Et ce n’est pas joli joli à voir. Le monstre est à son apothéose et s’apprête à gagner du terrain et à prendre les rênes… Restera-t-elle ? Ou prendra-t-elle ses jambes à son cou comme la fille maline qu’elle est ? Hélas, le coeur a ses raisons que la raison ne connaît point comme le dit si bien le proverbe !

Arizona risque gros à côtoyer ce redoutable biker et son entité sans états d’âme… Mais intrépide et déjà accro, il n’y a pas de retour en arrière pour elle… Elle va devoir accepter ce côté obscur qui fait froid au dos et qui est une partie intégrante de sa personnalité… Le monstre ne l’aime pas et n’a que faire de son amour ni de son empathie… Et pour gagner la guerre, Arizona doit céder le premier round de cette bataille que le monstre a déclarée contre ces émotions qui lui font perdre un bout de celui qu’il possède corps et âme ! Si la guerre contre les narcos et les trafiquants s’avère épineuse et dangereuse, celle contre le monstre de Tate, sera pire sinon mortelle car il y va de son coeur et de leur avenir ensemble !

Si j’avais hâte de retrouver les Styx Lions, Tate et sa bande ne m’ont pas déçue… Suspense, danger et rebondissements sont les cartes gagnantes de cette chevauchée haletante qui risque de n’avoir pour fin que désolation et mort !

L’auteure et à l’instar de ses autres romans, n’a pas fait dans la dentelle. Nous offrant une superbe course contre la montre où tout n’est que danger, trahison, lutte et passion incommensurable ! J’ai eu un coup de coeur et mille coups au coeur pour le personnage de Tate ! Rongé par ses démons et par la culpabilité, il se refuse toute relation et toute rédemption pensant mériter cette souffrance qui transpire de tous les pores de sa peau, méritant à juste titre cette blessure qui infecte ses entrailles ! Heureusement, Arizona est arrivée dans sa vie pile au moment où il se soumettait à son monstre et basculait dans la folie. Petit à petit, elle a envahi son espace intime en dévastant sa zone de confort… Lumineuse, énergique, irraisonnable, résistante à toute forme de rejet de sa part, courageuse et d’une beauté à lui couper le souffle. Tate n’avait aucune chance de lui résister si ce n’est son monstre qui menace de lui faire du mal… Le pire dans tout cela, c’est qu’elle le revendique et l’accepte tel qu’il est. Lui qui a connu toute sorte de femmes, mais aucune n’a touché son corps, son âme ni son cœur. Aucune d’elles ne l’a revendiqué comme elle le fait ! Malheureusement, il ne peut accepter son offrande tentante soit-elle, son monstre risque de la salir avant de l’anéantir. Et hors de question qu’il le laisse éteindre cette lumière qui fait vibrer son coeur qu’il croyait froid et sans attache !

Une belle histoire, sombre, dure et violente certes, mais qui offre néanmoins quelques éclaircies et des moments de joie de vivre avec les pitreries et les canulars de certains membres des Styx Lions. Et un plaisir de retrouver Dax et Tasha qui n’ont rien perdu de leur amour ni de leurs mordants mémorables !

Une histoire de lutte entre obscurité et lumière dont l’amour seul en sortira vainqueur qui ne vous laissera pas insensibles !

Merci aux éditions Addictives pour l’envoi du service numérique ainsi qu’à l’auteure pour cette aventure au sein des redoutables mais non moins addictifs Styx Lions.

82954039_176745500096677_1753522764842532864_n

L’avis de Carine sur le roman de Anne Cantore : Ardent, aux Editions Addictives


41FTkrlS49L._SY346_

Titre : Ardent

Auteur : Anne Cantore

Genre : Romance historique

Editions : Addictives

Ebook :4.99 €

Résumé : Ardent, d’Anne Cantore, histoire intégrale.

Elle refuse de l’épouser. Il ne lui laisse pas le choix.

Sullyvan Jefferson n’a qu’un seul objectif : protéger les siens, les derniers survivants des Cherokees sur les berges du lac Hudson.
Ancien militaire, rejeté par la bonne société à cause de son métissage indien, il se moque des convenances et des codes.
Quand il rencontre Kathleen O’Briley, il ne voit en elle qu’une gamine docile, héritière de terres prospères qu’il pourrait offrir à sa tribu.
Il l’épouse par la ruse, la liant à lui contre sa volonté, et compte bien s’imposer en maître.
Mais Kathleen est une adversaire de taille : déterminée, volontaire et rebelle, elle lui tient tête.
Et surtout, elle réveille en lui des sentiments aussi dangereux qu’indécents…

Mon avis : 

Lorsque j’ai débuté ma lecture, j’ai été très surprise de me retrouver en 1869 ! Mais connaissant la plume de l’auteure, même pas peur ! La romance historique n’est pas mon genre de lecture de prédilection et pourtant, à chaque fois, je me dis, mais pourquoi je n’en lis pas plus ? Surtout lorsqu’elles sont aussi bien écrites qu’Ardent et qu’elle apporte un petit savoir non négligeable à notre culture. Souvent on ne connait que les grandes lignes de certaines périodes et beaucoup sont encore méconnues.

La conquête de l’ouest a fait beaucoup de ravages chez les amérindiens, ces natifs que les Colons ont décimés et expulsés de leurs propre terres par une trop forte colonisation aidée par une pression et une répression militaire. Au travers de l’histoire de Ketty et Sully, nous allons en apprendre beaucoup sur cette période de l’histoire de façon très touchante, mais aussi violente.

Dès le prologue, l’auteure nous plonge en plein cœur de l’Histoire pour nous permettre de partir avec de bonnes bases. Elle nous informe de tout ce qui est bon à savoir en nous situant dans le temps et les événements qui ont marqué les esprits et qui ont abouti à des lois.

On parlera souvent de « La piste des larmes »… J’en avais déjà entendu parler, mais sans jamais prendre le temps d’en apprendre autant. J’avoue être aller encore plus loin après lecture dans mes recherches et mon envie de tout savoir. Même si vous n’êtes pas fans d’histoire et de culture, ne passez pas ces quelques pages qui vous permettront de bien comprendre le contexte pour le récit qui suivra. Par la suite, libre à vous de vous référer ou pas aux explications.

Après la mort de son père, Kathleen a été recueillie par son parrain et de par ce fait, a dû quitter le ranch dans lequel elle a toujours vécu et passé une enfance heureuse. Son père lui avait toujours accordé la liberté, que ce soit dans ses actes ou dans ses paroles, loin des convenances ou encore des codes. Se retrouver dans la ville de Boston, si éloignée de ses terres, à devoir apprendre à broder et porter des corsets lui pèse plus que de raison. Elle veut rentrer chez elle, mais cela lui est impossible… Pourtant, il n’y a que sur ses terres qu’elle pourra être heureuse et son parrain ne veut rien entendre, seule c’est impossible. Tout ce qu’il souhaite, c’est qu’elle puisse trouver un bon mari qui gérera son patrimoine et lui fera des héritiers. Non par méchanceté, mais plus pour la protéger… Malheureusement, c’est justement en voulant la protéger, qu’elle sera en danger depuis qu’il l’a mise sur la route des Jefferson… Elle qui ne comptait pas épouser le premier venu et pensait avoir son mot à dire, se retrouve en pleines conspirations et pardessus tout, mariée… Sans le vouloir à un Jefferson aux yeux d’un noir ardent qui va envahir sa vie jusque dans ses rêves…

Sullivyan est un Cherokee. Pas tout à fait « blanc » et pas complètement indien. Il oscille entre deux mondes. Le peuple Cherokee est son enfance, son passé et ses racines. La nation blanche américaine est son avenir, son destin d’homme. Depuis son retour à Boston, il tente de trouver sa place, d’aider sa nation, son peuple en vain. Jusqu’à ce qu’il se rende compte que le seul moyen d’y arriver… C’est Elle. Et si c’est par la ruse qu’il parvient à ses fins, il n’en a cure. Tout ce qu’il lui importe à Lui, c’est de protéger les siens. Pensant avoir épousé une docile héritière au caractère particulier, il n’est pas au bout de ses surprises. Car Kathleen est loin d’être une de ces femmes qui se courbent devant leur mari en se pliant à leur volonté. Non. Ketty est une femme forte, une battante indocile au caractère de feu qui ne compte pas lui laisser occuper sa place d’époux et encore moins celle du maître de son domaine. Tout ce qui lui importe à Elle, c’est de pouvoir reprendre le contrôle de sa vie, de ses terres et ce n’est pas cet homme très sexy et protecteur soit dit en pensant, ni ses songes étranges qui la rendent fébrile, mais aussi conquérante, qui la feront changer d’avis… Deux âmes unies par le destin pour l’amour de leurs terres. Deux âmes prêtes à combattre pour chérir ce qu’ils ont de plus cher. Deux êtres pudiques qui cachent leurs sentiments le jour et les dévoilent la nuit.

Rien ne sera facile pour eux, mais rien n’est impossible…

Ardent est une magnifique histoire d’amour, une histoire de destin, mais aussi de courage, de violence, d’espoir et de conquête. L’auteure va nous faire voyager d’Est en Ouest, sur les terres d’une nation en construction. De Boston aux terres rouges d’Oaks Creek avec ses étendues de plaines et ses forêts, ses élevages de bétails et les derniers survivants des Cherokees sur les berges du lac Hudson. Un voyage que l’on vit au travers des pages comme si nous y étions aussi de part les descriptions sublimes et très imagées que l’auteure nous offre. J’aurais presque envie de vous dire que je me voyais assis avec eux dans cette diligence en ressentant tout l’inconfort des moyens de transports de l’époque et tout ce qui s’y rattache.

Dans sa romance hautement addictive, Anne Cantore va mettre en évidence l’Histoire de cette colonisation qui a tant fait souffrir les amérindiens, mais qui était aussi une question de survie pour beaucoup de colons. Au-delà de cela, elle va aborder plusieurs thèmes qui se démarquent. La condition des femmes à cette époque en fera partie y compris celle des femmes autochtones. On parlera aussi de la tolérance, la différence et de cette magnifique culture ethnique et ses légendes qui offrent au récit tant de magnifiques choses et le rendent si triste à la fois.

La plume d’Anne Cantore a su une fois de plus me ravir et m’emporter d’un bout à l’autre sans pouvoir faire de pause. J’ai complètement craqué pour les héros qui vont apprendre à s’apprivoiser et se désirer d’une manière très particulière et finement mis en situation. Leurs caractères et la vision qu’ils ont de la vie et des personnes qui les entourent ne peuvent que les rapprocher. Pourtant, il ne cesse de s’affronter et ce n’est que lorsque la nuit tombe qu’ils font tomber leurs barrières pour se laisser aller à ce qu’ils ressentent vraiment. Mais au-delà des héros, j’ai plus qu’aimé que l’Histoire ne soit pas qu’en surface et qu’elle ne prenne pas non plus le pas sur la romance qui est époustouflante. Tout est dosé à la perfection pour s’imbriquer parfaitement l’un dans l’autre. Tout comme l’intrigue qui est parfaite et bien intégrée dans le contexte. C’est beau, c’est magnifiquement écrit, c’est bouleversant et dur.

Anne Cantore retranscrit la beauté au-delà des apparences, mais aussi la violence à travers un récit fort, poignant, plein d’émotions et tout mené avec tact et subtilité. Les pages se tournent et on se délecte de chaque mot, chaque scène. Des scènes parfois violentes, d’autre fois douces, sensuelles et spirituelles. L’auteure dose de manière très agréable son récit et on ne peut qu’y adhérer. Entre manipulation, corruption et désir Ardent, laissez-vous tenter par cette histoire qui ne pourra que vous ravir et vous faire vibrer autant qu’elle m’a fait vibrer.

Un immense merci à Anne Cantore pour m’avoir fait passer un moment de lecture vraiment excellent. Merci aux Éditions Addictives de m’avoir permis de découvrir cette pépite en service presse.

Ne passez pas à côté de cette histoire sublime !

Extrait :

– Vous avez raison, Kathleen, j’ai négligé mes devoirs d’époux et voilà où nous en sommes. Ma femme menace de me tuer d’un coup de carabine. Qu’auriez-vous fait, ma douce, pour vous débarrasser de mon corps ?
Elle me martèle le dos de coups de poing, gigotant et hurlant.
– Je l’aurais donné aux coyotes, espèce de chien d’Indien.
J’éclate de rire alors que ma main s’abat violemment sur ses fesses.
– Chien d’Indien ! Cela faisait un petit moment que je ne l’avais pas entendue, celle-ci ! Allons, assez parlé !
Je me mets en marche et sors de la pièce. Vu l’heure, je doute que nous croisions Liz. Et quand bien même, elle n’interviendra pas ! Kathleen donne de la voix en espérant ameuter la maisonnée.
– Lâchez-moi ! Lâchez-moi immédiatement ou je hurle à vous faire tomber cette satanée baraque sur le crâne !
– Quel langage indigne d’une jeune femme bien séante ! Mlle Amélie n’aurait pas apprécié. Hurlez tant que ça vous chante, ma belle, je suis le maître ici, et personne, y compris vous, ne peut me refuser l’accès à votre lit.
En quelques enjambées, j’ai gravi les escaliers et traversé l’étage jusqu’à ma chambre. J’y entre et, d’un coup d’épaule, jette l’insolente sur le lit où elle atterrit lourdement.
– Vous me prendriez de force ? glapit-elle à la limite de la panique tandis que je défais les boutons de mon gilet.
Je suspends mon geste.
– Non, ma chérie, je réponds sobrement, tu ne seras pas violée. Tu désireras la moindre de mes caresses, le plus léger de mes baisers, tu me supplieras de te prendre, et si tu cries ce soir, cela sera pour exprimer ta jouissance.

84259258_1046308505707186_5929755483786182656_n

 

L’avis de Carine sur A(b)ime-moi: Tome 1 (Everness) un roman de Karyn Adler


41FgZTg2ceL

Titre :

A(b)ime-moi: Tome 1 (Everness)

Auteur : Karyn Adler

Genre : Dark Romance

Ebook : 4.99€

Broché : 

Résumé Sombre, parfois violent, souvent dérangeant, un peu agaçant, mais tellement troublant !

Lee a connu l’enfer. Quant à Aiden, il a fait de sa propre vie un cauchemar. Lee devrait le fuir, elle n’a pas besoin de quelqu’un d’aussi détruit que lui dans sa vie. Mais le bad boy aux yeux d’orage l’attire autant qu’il l’effraie. Son seul regard promet autant de plaisirs que de tempêtes.
Comment Aiden peut-il prendre soin d’une jeune femme, lui qui n’est déjà pas capable de s’occuper de lui-même ?
La petite ville d’Everness qui a réuni Lee et Aiden par le plus grand des hasards n’a pas fini de révéler tous ses mystères… et si les deux âmes brisées se faisaient finalement plus de bien que de mal ?

Histoire intégrale.
Dark Heart a d’abord été publié sous le titre A(b)îme-moi.

Mon avis :

Lorsque j’ai refermé la dernière page de ce roman, la première chose qui m’est venue à l’esprit est de me dire : Mais comment j’ai pu ne pas le lire avant ! Comment est-ce possible d’être passée à côté de cette romance si pleine d’émotions.

Un,

Deux,

Trois,

Respire…

Difficile de vous donner un avis qui sera à la hauteur de ce que j’ai pu ressentir lors de cette lecture qui m’a prise aux tripes si souvent. Dès le prologue, j’avais déjà les larmes aux yeux et je savais que j’allais souffrir autant que Lee et avec Lee.

Karyn Adler nous plonge dans un roman poignant avec des mots justes, des mots qui touchent et des situations qui ne nous laissent pas indemnes. Un roman fort, troublant qui ne laisse pas indifférent et qui ne s’oublie pas. Sombre, parfois violent, souvent dérangeant, un peu agaçant, mais tellement troublant ! Voilà qui résume à la perfection cette lecture que je vous invite à découvrir ainsi que mon avis.

Il y a des accidents qui marquent, ceux dont on peine à se reconstruire. Il y a des pertes qui font si mal qu’il est difficile d’avancer… Puis il y a des âmes abîmées qui se rencontrent et qui essayent tant bien que mal à se reconstruire malgré que le destin ne cesse d’être cruel…

Lee est une jeune fille d’à peine dix-huit ans qui fuit déjà sa vie. Sa vie d’avant, mais aussi celle du jour qui vient de se passer tout comme elle fuira celui de demain. Elle ne vit pas… Elle survit juste à chaque jour qui passe avec toute la colère et la douleur qui font rage en elle. On pourrait même dire qu’elle se fuit elle-même, enfermée dans sa solitude. Et le carcan qui l’oppresse et lui pèse la ramenant sans cesse dans ses souvenirs douloureux. À ces blessures dont on ne guérit pas…

Partir le plus loin possible pour tout oublier, recommencer en laissant derrière elle sa douleur et sa peine. Devenir quelqu’un d’autre, ailleurs pour essayer de se retrouver ou être une autre… Simplement exister… Respirer… Malgré ses secrets qui la tuent à petit feu… Mais Lee qu’on pourrait penser faible est tout simplement une survivante de la vie et c’est après avoir erré de ville en ville pendant des mois, qu’elle va poser ses pieds sur le sol de la petite ville d’Everness. Une ville accueillante dans laquelle elle fera la connaissance d’Aiden.

Aiden est lui aussi une âme brisée qui se laisse chaque jour envahir par cette douleur qui le bouffe et tous les remords qui vont avec. Il fait de sa vie un enfer ne pensant en aucun cas mériter le bonheur. Il erre dans sa vie sans but, perdu entre tous les rêves auxquels il a pu aspirer un jour et les cauchemars qui hantent aujourd’hui ses nuits… Chacune de ses nuits… Le destin qui a été sans pitié jusqu’à ce jour pour chacun des deux, pourrait bien jouer une nouvelle carte, celle de l’avenir. Mais quand on a connu l’enfer comme Lee, peut-on prendre le risque d’avoir dans sa vie une personne aussi détruite qu’elle ? Et si elle se laissait emporter dans cette tempête qui fait à nouveau battre son cœur, se pourrait-il que pour une fois son organe ne finisse pas en million de débris éparpillés ? Comment faire confiance à nouveau et s’attacher sans y perdre le peu d’âme qu’il lui reste alors que tant de secrets lui pourrissent tout à petit feu….

Pour Aiden c’est encore plus compliqué de laisser parler son cœur. Il n’arrive déjà pas à remonter la pente et chercher sans cesse à se punir, enfermé dans un tourbillon destructeur. Comment pourrait-il apporter la lumière dans les yeux de dragon de Lee alors qu’il n’est que noirceur ? Faire battre à nouveau son cœur et lui permettre de respirer, enfin ?

A(b)ime-moi  est une magnifique romance que je qualifierai de tempête livresque. On commence notre lecture sous une douce pluie fine qui va s’intensifier à force d’émotions jusqu’à nous emporter en plein cœur d’un cyclone dévastateur. C’est sombre, c’est violent et intense. Tel un vent glacial qui nous tranche comme une lame, Karine Adler jette nos cœurs dans cette tempête hurlante attendant la déferlante sournoise qui viendra tout emporter. Puis lorsque le soleil revient, tout se réchauffe, tout se recolle Jusqu‘à l’arrivée des prochains nuages et de la nouvelle éclaircie. Un récit sombre où la douleur physique et morale est omniprésente, mais aussi plein d’espoir. L’espoir d’une seconde chance, l’espoir de vivre et de la reconstruction de deux âmes abîmées.

Des sujets lourds, durs, violents et profonds, écrits d’une plume sensible, envoûtante et remplie d’émotions qui nous emportent dans un tourbillon qui nous ébranle et nous percute au point de rester souvent en apnée. Malgré les tempêtes et les chemins tortueux qu’ils vont emprunter, il se pourrait que lorsque deux âmes abîmées se trouvent et s’aident à trouver la lumière au fond des abysses dans lesquels ils sont plongés. Leurs blessures et leur fêlures ne leur rendront jamais la vie dont ils rêvaient, mais à deux, ils peuvent avancer et être cette lumière pour l’autre comme un phare guide ses marins perdus dans la tempête. Et si la lumière flanche, si les vagues sont trop hautes et les engloutissent… Ils sont loin d’être seul et il y aura toujours autour d’eux des personnes pour qui ils comptent et qui lanceront cette bouée qui leur permettra de sortir enfin la tête de cette houle qui comprime leur existence.

A(b)ime-moi  m’a touchée au cœur, mais aussi à l’âme. Touchée par ce couple et par leur histoire, que ce soit dans les moments sombres qui ont fait couler mes larmes, ou dans ceux pleins d’amour et de tendresse. Touchée par la plume de l’auteure qui prend aux tripes et qui met à nu ses sentiments et une part d’elle-même. Touchée par les personnages secondaires qui sont exceptionnels et font aussi la force de ce roman. Un roman où l’émotion est omniprésente, palpable, intense, jaillissant au travers des mots avec virtuosité ou bien tapis dans les non-dits et ses silences. C’était absolument magnifique. Et si j’ai beaucoup pleuré, je n’ai pas manqué de rire, de sourire et de passer un excellent moment de lecture. Un bon combo pour une lecture parfaite.

Un grand merci à Karine Adler pour la lecture de ce sublime roman coup de cœur et aussi pour sa confiance.

Extrait : Le baiser devient profond. Impatient. Et alors que je devrais vouloir me débattre et m’enfuir, je reste là. Pire encore, je relève mes mains et les plaque contre son torse. Son cœur bat fort.
Aussi fort que le mien, ou peut-être même plus. Et nos langues s’entremêlent. Nos dents s’entrechoquent. C’est la première fois que j’apprécie réellement un baiser et tout ce que cela provoque en moi.
Il glisse une main sous mes cheveux et agrippe ma nuque pour me plaquer un peu plus contre lui. Il dévore ma bouche, mordille mes lèvres et je gémis un peu plus encore.
Je le laisse chasser mes douleurs, ma peine, mes peurs et tout ce qui rend mon monde obscur et chaotique. Ses lèvres ont le goût de l’espoir.

Résiste-moi… si tu peux ! de Wendy Roy aux éditions Addictives !


Hello les étoiles, je vous présente mon avis sur Résiste-moi… si tu peux ! de Wendy Roy. Une superbe et rafraîchissante romance publiée chez les éditions Addictives !

Titre : Résiste-moi… si tu peux !

Auteure : Wendy Roy

Éditeur : éditions Addictives 

Genre : Romance

Résumé : Il maîtrise tout… sauf elle.

Jayden est sportif, sûr de lui, déterminé à triompher dans toutes les disciplines du pentathlon.
Personne ne se mettra sur sa route, rien ne le distraira !
Sauf qu’un inconnu diffuse des photos de lui nu sur Internet, menaçant sa réputation et les liens déjà fragiles avec sa famille.
Une seule personne peut l’aider discrètement à trouver le coupable : Aphrodite. La jeune femme le déstabilise, elle n’a pas froid aux yeux, pas peur de lui tenir tête, et surtout… elle l’attire irrésistiblement.
Entre leurs deux caractères affirmés, le désir brûlant et une enquête complexe, ils vont en voir de toutes les couleurs !

L’avisdeMya 

Un énorme plaisir de retrouver la plume sublime de Wendy Roy qui encore une fois a fait une bienheureuse après cette belle lecture. Ayant beaucoup aimé les deux premiers opus, j’attendais avec impatience ce troisième consacré à A. et Jayden. Avouons-le, j’avais une telle envie de tâter de la main anarchique de A. et voir l’intouchable et sexy Jayden se dépatouiller contre son attirance avec un seul personnage mais deux entités, chacune avec son vouloir propre. Ça promettait d’être torride et explosif. Et ça n’a pas loupé et encore plus… Suspense et rebondissements au rendez-vous pour embellir cette jolie et caliente romance avec laquelle on passe du rire à la tristesse facilement…tellement le thème abordé par l’auteure est touchant !

A., cette déesse de l’amour, de beauté, de la sexualité et à la main hautement baladeuse et antipathique (sauf avec Jayden, cette coquine sait apprécier la beauté de ses atouts majeurs LOL) a jeté son dévolu sur l’intouchable Jayden et ne lui a laissé aucune chance de lui filer entre les doigts…

Au début, Jayden n’avait besoin que de son expérience de Hacker discrète mais vite, elle lui est devenue aussi indispensable qu’un poisson a besoin d’eau pour vivre… Elle le trouble, l’ébranle jusqu’au profond de lui-même. Lui, le self-control même, l’athlète voué à sa carrière et qui n’a besoin d’aucune forme d’émotions pour le faire dévier de son objectif : Le podium ! Non qu’il ait quelque chose à prouver à quiconque… Mais un peu quand même… Ses parents snobinards et despotes attendent trop de lui et pensent lui passer un caprice en attendant qu’il reprenne le flambeau des affaires familiales ! Sa carrière est trop importante pour lui et n’est en aucun cas un caprice de fils de riche ! Quant à Aphrodite qui n’a jamais eu la vie facile, sa main capricieuse ne lui facilite pas les choses. Bon gré, malgré, elle s’est construite un mur qui la protège des chocs de la vie… Elle est d’un mordant qui déstabilise ses interlocuteurs et d’un caractère très fort et qui ne s’en laisse pas conter… Et s’il y a un qui arrive à voir la fragilité à travers sa tour d’ivoire, Aphrodite se doit de le garder… Si elle réussit à faire taire cette voix off qui reflète sa fragilité et ses craintes…

Comme je disais en haut, Wendy Roy nous a concoctée une recette alléchante  et sur mesure qui ne peut que faire saliver et apaiser cette faim impérieuse de jolie histoires. Des duels verbaux à mourir de rire avec deux personnages, l’un dans le contrôle, et l’autre, un brin folle et incontrôlable… Tout les oppose mais l’attraction entre eux est plus forte que tout rêve ou position sociale ! Étincelles et bonne humeur garanties.

Des histoires dédiées à des femmes hors du commun qui méritent aussi leurs moments de gloire et le bonheur de trouver l’amour… Une histoire, hymne à l’amour et qui qui plaide aussi pour la tolérance à accepter nos différences !

Merci aux éditions Addictives pour l’envoi du service presse numérique ainsi qu’à l’auteure pour cette magnifique et touchante romance !

83857456_643122519778354_7166350433152139264_n

 

L’avis de Carine sur le roman de Ena. L : So Romantic


Titre : So Romantic

Auteur : Ena. L

Genre: Romance « Déjantée »

(Avertissement de l’auteure : ce livre est un crossover de « Not a fuckin’ romance », donc bien entendu, attendez-vous à du débile, à du non politiquement correct, et à de l’imprévu. J’assume entièrement, ou presque. Fin d’avertissement inutile.)

Editions : Auto

Ebook : 3.99 €

Broché 18.50 €

Résumé : `

« Je suppose que tu viendras seul à mon mariage. Comme toujours. »
Voilà. C’est parti d’une seule réflexion de mon ex. (Et d’un blender vide de mojito.) À cet instant, moi, Milan, 26 ans, père célibataire, j’ai pris la résolution de trouver la femme de ma vie. Et pour cela, je suis prêt à tester toutes les méthodes possibles de rencontres, avouables ou non. Le mariage de mon ex aura lieu dans 2 mois. Et je compte bien lui prouver que moi aussi, je peux trouver l’amour.
Je résume : j’ai 2 mois pour réussir ce challenge. 2 mois pour dénicher l’âme sœur, dont je rêve depuis toujours. Et un handicap de taille : mon romantisme à la con.
Quelque chose me dit que rien ne va se passer comme je l’imaginais…

Mon avis : 

Contre toute attente ce sera un avis mitigé que je vous propose sur cette romance qui est pourtant vraiment originale et qui n’a pas manqué de me faire rire très souvent. Ce roman est vraiment une bouffée d’oxygène et le récit est addictif au plus haut point. Paradoxal me direz-vous ? Et pourtant…

Milan est célibataire et père de deux charmants garçons de six et quatre ans. Il aurait fait n’importe quoi pour leur mère qui a fini par le jeter pour se mettre en couple avec le mec le plus macho de la terre. Oui, tout le contraire de lui qui est doux et romantique. Quatre ans après, il a toujours du mal à digérer, non pas parce qu’il aime toujours son ex, il peine juste à trouver chaussure à son pied. Pourtant, Milan est canon et les femmes sont toutes en admiration devant lui. Mais il est surtout… un incurable romantique. Fan de livres sentimentaux et de films du même genre, il fait partie de ces hommes qui n’ont pas honte de pleurer ou encore de crier des « je t’aime » à foison. Il attire facilement, mais dès qu’il ouvre la bouche, il fait fuir les belles demoiselles qui lui collent aussitôt une étiquette trop « fleur bleue » tandis que les hommes le traite facilement de mauviette. Il est bien connu qu’aujourd’hui les femmes sont plutôt entreprenantes et ne s’encombrent plus de plusieurs rendez-vous avant une bonne baise. Le mariage ? Pourquoi pas, mais pas après une seule nuit voyons !

Milan, lui quand il aime, il aime et … Il aime souvent très vite ou trop vite. Est-ce une raison pour ne pas trouver la femme idéale ? Il y a bien quelque part une jolie fille qui sera heureuse de partager de beaux moments avec lui et qui sera heureuse de sa douce folie romantique et il faut qu’il la trouve vite. Son ex se mariant bientôt, il s’est donné comme mission d’arriver à la cérémonie avec la nouvelle femme de sa vie à son bras pour ne passer encore pour le pauvre petit Milan célibataire. Que la chasse commence ! Le compte à rebours est lancé. J-2 mois… La trouvera-t-il au travail, à un speed-dating ou encore sur Tinder ? Il va tout essayer jusqu’à la rencontrer par hasard.

Et si elle était le coup de foudre de sa vie ? Celle qu’il attend depuis si longtemps ? Et si tout n’avait pas démarré sur un mensonge… Et si… Le destin lui lançait un défi encore plus grand pour atteindre son rêve ?

Une romance à la Ena Deline ! Pleine de peps, de rebondissements et surtout, pleine de fous rires ! Le crossover de « Not a fuckin’ romance » est à l’image de ce dernier. Toujours aussi déjantée, la plume de l’auteure va nous emporter dans un tourbillon de folie, d’amour et d’humour.

Alors, mitigée pourquoi ? Tout simplement, car je n’ai pas trop adhéré aux changements de cap de l’auteure qui ont été carrément contraires à tout ce qu’elle avait mis en place en début de récit. Alors, oui j’ai bien conscience que l’on se laisse parfois guider par nos protagonistes lorsqu’on écrit un roman, qu’ils sont imprévisibles et mènent l’auteure par le bout du crayon. C’est ce qui fait en général un roman hors du commun dans lequel on ne sait pas vraiment à quelle sauce nous allons être mangés. Cela apporte certes, un piment non négligeable à la recette et j’aurais pu aimer, et adhérer complètement aux rebondissements s’ils n’allaient pas à l’encontre du message de tolérance sur la valeur des gens et des apparences que l’auteure prend le temps de mettre en place sur une grande partie de l’histoire.

Avec So Romantic, Ena L met en avant le fait que notre héros a le droit d’être romantique et qui se fait pourtant stigmatiser par tous, renvoyant l’image qu’un homme ne peut l’être autant qu’une femme. Un homme vrai, ne peut pas être fan de romance ou vouloir dire « je t’aime » après seulement une nuit d’amour. Un homme se doit d’être viril, beau et fort, mais romantique non. S’il est romantique, il est forcément une mauviette, Gay ou encore un fils à maman. On se moque facilement d’un homme qui pleure en le comparant à une femme et pourtant les hommes ont aussi leurs propres émotions. Les préjugés sont là. Ena nous montre que chacun a ses goûts, tout comme une femme peut aimer regarder un match de foot, les hommes peuvent apprécier des choses qui sont associées généralement aux femmes.

Milan aime les femmes et surtout la belle Gala auprès de laquelle il se fait passer pour un ami en attendant d’en avoir plus, tout en étant heureux d’être enfin lui-même. C’est un homme qui a juste un problème de romantisme. C’est aussi un fils et un petit frère que sa famille protège et avec laquelle il peine à s’affirmer. Tout est là pour que nous, grandes romantiques fans de romance comme Milan, nous succombions à ce héros que nous aimerions prendre dans nos bras pour lui dire  » viens, on est là nous ! On ne te violera pas, on aime les fleurs et les chocolats » ou encore, « fait pas comme ci si tu la veux, attention à ce que tu dis, ce que tu fais  » !

Ena nous alpague dans son roman de manière à ce qu’on soit avec Milan, envers et contre tous. Sa gentillesse nous touche, son périple et ses déconvenues à la recherche de l’amour sont hilarants, mais aussi très émouvants. On espère avec lui tout comme nos larmes coulent parfois avec les siennes. Il est difficile pour lui de trouver celle qui répondra à ses critères et avec laquelle il pourra enfin être heureux en étant lui-même. Puis tout à coup, Ena fait du Ena ! Cela ne me dérange pas habituellement bien au contraire, surtout et particulièrement dans ses romans, car on les attend de pied ferme ses rebondissements qui nous mettent toujours ko de surprise ou encore ko de fou-rires. Mais là, je n’étais pas d’accord avec elle et cela a été une chute dans l’euphorie de ma lecture. (ok pas longtemps, mais elle a été là) Je suis d’accord sur le fait qu’on ne choisit pas l’amour, il nous tombe juste dessus et nous assomme sans qu’on se rende compte qu’on est déjà foutue. L’histoire reste aussi forte qu’importe les choix qu’il fait, seulement, c’est comme si tout ce contre quoi il s’était battu ou même souvent s’est tu, étaient finalement que la pure vérité. Comme s’il donnait le bâton pour se faire battre par son propre jeu. Comme si tous les préjugés que les gens avaient sur lui étaient tous justifiés. Et c’est là que ça n’a pas collé pour moi. Même si cela relance la lecture le cœur palpitant. En même temps, sans ce retournement de situation, l’histoire de Milan aurait été un récit simple drôle et romantique, dans lequel on aurait souhaité être cette femme qu’il lui fallait. Est-ce vraiment ce qu’on cherche lorsqu’on lit du Ena.L ? Elle n’est pas ce genre d’auteure qui va nous servir sur un plateau un récit qui coule de source et je pense qu’il faut simplement se le dire avant d’ouvrir un de ses romans. « Simple » ne fait pas partie de son vocabulaire, elle aime trop jouer avec ses lecteurs et ses protagonistes. Habituellement j’en suis la première ravie.

Avec So Romantic, je dirai qu’elle a fait un mix d’un peu de tout en tournant autour de la recherche de l’amour, avec toutes les possibilités qui existent jusqu’à trouver le duo qui se complète parfaitement. Ils ont les mêmes attentes de la vie et leurs cœurs battent à l’unisson. Deux cœurs qui n’ont pas regardé si ce serait compris. Deux cœurs qui ont simplement trouvé l’amour, cette âme sœur qui leur permet de se sentir bien, se sentir vivant et heureux. Et n’est-ce-pas là le principal ? Car, au-delà du premier message de tolérance que l’auteure souhaite passer sur le début du récit et qui n’a pas tenu la route, le second lui, a été parfaitement mis en place et tenu à la perfection.

Un Grand merci à Ena Deline pour cette lecture qui m’a certes fait bondir, mais avec laquelle j’ai passé un très bon moment de lecture.

 

Extraits : 

« Je n’apprécie pas spécialement les sentiments extrêmes par lesquels je passe, ils m’effraient, je m’effraie. Mais j’ai l’impression que je ne pourrais plus faire sans. »

« — Est-ce que ça te fait ça à toi aussi ? Est-ce que c’est presque trop fort au point de te demander si ça va te briser ?
Pour la première fois de ma vie, je me retrouve sans voix.
Pas parce que je n’ai rien à dire, non, mais parce que les mots que je souhaiterais employer me manquent. »

« — Merci de m’avoir accueilli pour la n…
— Tu lui fais du mal et je t’éclate.
OK… j’ai bien compris le message monsieur le psychopathe. P… pardon de respirer votre air. »

L’avis de Carine sur le roman de Shelby Kaly : Possessed Souls chez Black Ink Editions


Possessed souls par [Kaly, Shelby]Titre : Possessed souls

Auteur : Shelby Kaly

Genre : Romance

Editions : Black Ink

Ebook :`4.99 €

Broché : 17.00 €

Résumé :

Megan, sulfureuse et sublime jeune femme, vit sous la coupe de son père qui l’utilise pour ses affaires illégales.

Sa dernière mission : séduire Connor, le fiancé d’Alyssa, sa demi-soeur décédée dans un étrange accident, qui avait en sa possession des informations compromettantes. Elle doit découvrir ce qu’il sait, et mettre en oeuvre n’importe quel moyen pour parvenir à ses fins.

Mais Connor n’est pas manipulable et recèle une dangerosité qui excite la prédatrice en elle. Chacun cherchera à prendre l’ascendant sur l’autre, mais certains secrets causent des dégâts irréversibles.

Un torride mais vicieux jeu de séduction s’engage, les poussant à déployer l’étendue de leur machiavélisme. Quand deux chasseurs s’affrontent, la loi du plus fort ne s’applique pas toujours.

Mon avis : 

Il y a des romans qu’on déguste, d’autres que l’on dévore sans aucune retenue tel des boulimiques qui ne savent pas se tenir devant une assiette appétissante. Possessed Souls fait partie de la seconde catégorie. On commence déjà par se mettre en appétit devant la couverture sublime qui nous donnerait presque le filet de bave en plein contemplation, mais on ne peut tenir longtemps, car regarder, c’est bien, mais goûter c’est bien mieux. Et là, c’est l’explosion des papilles, on dévore d’un appétit féroce, on en redemande… tellement il est impossible de se rassasier. C’est bon, épicé, c’est addictif et vraiment appétissant. Explosive, tentatrice, gourmande juste ce qu’il faut, la recette est parfaite et les ingrédients aux accords savamment dosés. Puis vient la fin du roman … C’est un peu comme lorsque l’assiette est vide et que cela vous rend à la fois triste, car vous en aurez bien voulu encore, mais aussi heureux de vous dire  » Cette adresse là est vraiment excellente, je reviendrai me faire plaisir dès que possible. Shelby Kaly ? J’ai hâte de goûter à un nouveau plat, mais en attendant il est fort possible que je dévore à nouveau celui dans une version plus palpable qui ira tout droit dans ma bibliothèque.

Connor est dangereux, sexy, sulfureux, riche et puissant. Il attire comment un aimant, un piège à femmes qui n’ont pas peur de se brûler les ailes tant qu’elles peuvent avoir un peu d’attention de sa part. Si les femmes le désirent, les hommes eux, l’envient. Mais lorsqu’il devient la proie de la sulfureuse Megan, un jeu ardent, suffocant et incandescent va se mettre en place. Elle est aussi rusée que lui et tout aussi attirante. Elle fait partie de ces femmes qui vous hantent et vous obsèdent tant le désir qu’elle dégage est violent et tentant. Bien plus qu’une simple attitude séductrice, Megane est aussi l’élégance, la flamboyance d’une attitude de vie. Cette ode à la beauté indomptable, teintée de panache et débordante de charme va provoquer sa chance, jouer, flamber jusqu’à son coeur et tenter le tout pour le tout pour réussir.

Elle veut jouer ? Pas de soucis, Connor est son homme, mais est-il possible qu’il puisse perdre face à cette beauté qui pourrait bien lui faire perdre la tête ? D’autant plus que si Megane le convoite ce n’est pas simplement pour une partie de plaisir, pour cela elle a tout ce qu’il lui faut, quand il faut. Non. Si Megan doit séduire Connor, c’est avant tout un ordre de son père qui lui a donnée une mission et elle ne doit pas échouer !

Qui va l’emporter ? N’est-il pas trop dangereux pour elle ? Affaire à suivre dans un face à face plus qu’explosif.

Une magnifique romance qui ne manque pas de piquant et encore moins d’émotions. J’ai passé un excellent moment de lecture plus qu’addictif ! Les pages se tournent et se dévorent dans un mélange de mots forts, de situations torrentueuses. Face à Connor, Megane va découvrir que le verbe aimer peut exister, même dans son monde. Mais se laisser aller à ce sentiment est vraiment rédhibitoire pour elle. Elle qui n’en a jamais reçu et encore moins donné ne souhaite en aucun cas se laisser aller à cette faiblesse. Façonnée par son père à l’image d’une personne sans cœur, blindée derrière une armure qui la rend prête à faire tout ce qu’il lui demandera et lui prouver qu’elle peut être aussi digne et fidèle à sa famille. Un père manipulateur immoral qui n’a malheureusement guère de considération pour la gent féminine que ce soit pour sa femme ou pour sa fille… Elle n’est finalement qu’un vulgaire pion dans le royaume de ce dernier, mais elle compte bien lui prouver qu’elle est aussi capable que son frère Charlie pour avoir une place à ses côtés pour gérer l’entreprise familiale… Un frère à l’image de son père et peut-être même, encore plus pervers.

Auprès de Connor, elle affirme sa forte désirabilité au gré d’ingrédients hautement séducteurs et de son caractère de feu. Une créature prédatrice, aussi magnifique que démoniaque que Connor va essayer de cerner et qui va lui donner du fil à retordre en se laissant guider par son instinct. Chacun est la proie de l’autre, ils jouent, s’attirent et essayent tant bien que mal de marquer leurs territoires tout en ouvrant les portes du passé, de ses secrets et se battant pour une vérité jusqu’à s’ouvrir l’un à l’autre… Mais à quel prix ?

Un récit hautement addictif d’un jeu mené de main de maître par l’auteure qui nous offre là une romance qui est loin de ressembler à de la guimauve. Les protagonistes sont bien travaillés tout comme l’intrigue pleine de suspense qui nous pousse toujours à en savoir plus. Tout est ficelé à la perfection pour nous laisser découvrir l’histoire sans que cela soit tout joué d’avance, autant sur la trame que sur les héros que nous allons apprendre à connaitre et à comprendre petit à petit.

Un roman riche en émotions qui sont même parfois très dures à gérer plongées dans un univers où la manipulation et la luxure sont les maîtres mots. Un mélange savant entre romance érotique, dark et romance à suspense. Tout ce que j’aime ! La plume fluide et intense de Shelby Kaly m’a conquise au plus haut point tout comme son récit torride qui sort des sentiers battues et dont la fine psychologie des personnages m’a complètement subjuguée.

Je n’ai qu’un mot à dire : Foncez !

Un grand merci à Black Ink Editions pour m’avoir permis de découvrir cette pépite très caliente, mais aussi très profonde en service presse numérique.

Extrait :

L’attente devient insupportable, le désir de plus en plus ardent. Il est clair que nous n’allons plus pouvoir prendre notre mal en patience bien longtemps, même si je suis toujours en proie à mes hésitations et mes interrogations.
Mes paumes caressent son torse, puis longent dans une lenteur calculée ses abdominaux appétissants. Connor frémit au moment où j’atteins, non sans une certaine hâte, l’élastique de son maillot de bain. Je veux qu’il comprenne que je le désire. Il ne faut pas qu’il pense que jamais plus…

 

À double tranchant, tome 1 : Manipulations de Feryel aux éditions Black Ink !


La-signification-cachee-des-emojis-coeur-selon-leur-couleurHello les étoiles, je vous présente mon avis sur Manipulations, le premier volet de À double tranchant de Feryel publié chez Black Ink éditions. Son premier roman certes mais, qui a tenu toutes ses promesses !

Titre : À double tranchant, tome 1 : Manipulations

Auteure : Feryel

Éditeur : Black Ink éditions 

Genre : Romantic-suspense 

Résumé : Jeune flic téméraire mais inexpérimentée, Claire Stevens se retrouve piégée dans une fusillade entre trafiquants. Menacée, elle est contrainte de se réfugier chez la mère de son petit ami Eddie, également policier.

Mais cohabiter avec Antonio, le demi-frère de ce dernier, est la variable qu’elle ne peut maîtriser. Nonchalant et provocateur, à l’opposé de son aîné, Antonio réveille chez Claire un trouble contre lequel elle veut lutter. Quand les actes criminels se mutltiplient, au nom d’une mystérieuse vengeance à assouvir, elle comprend qu’elle ne peut se fier aux apparences…

Dans ce sulfureux jeu de dupes, Claire doit-elle se laisser aller à ses désirs ?

Et si l’amour devenait une arme à double tranchant…

L’avisdeMya

C’est avec un grand plaisir que je suis arrivée au mot fin de ce romantique suspense tellement addictif. Frustrée certes, mais tellement contente de cette addictive prise de tête …

Je vais éviter de faire un point détaillé sur ce premier volet. A l’instar de beaucoup de romantiques suspense, Manipulations ne supporte aucun spoiler sinon, il perdra de son mystère qu’il faut absolument découvrir par soi-même !

Feryel a tenu toutes ses promesses en nous offrant suspense et amour, une combine détonante et explosive ! Une sublime arnaque que je ne pourrai qu’applaudir et féliciter…tellement elle est rondement bien menée !

Claire, notre jeune flic possède tous les atouts pour faire du bon boulot malgré son inexpérience. Elle est forte, hardie, passionnée et n’a pas froid aux yeux. Auprès de son copain, Eddie, et flic également, elle se sent invincible…Jusqu’au jour où elle est prise dans une fusillade…Elle a fait connaissance avec un élément perturbateur qui fera basculer toutes ses résolutions et bousculer ses principes. Elle sera prise entre deux feux. Son amour pour Eddie et son obsession pour Antonio, le secret honteux de la famille de son copain…

Claire a une mission : prendre revanche sur son douloureux passé et faire taire cette culpabilité dont son mal-être se nourrit !

A-t-elle trouvé la sécurité et l’apaisement dont elle a besoin ? Pas sûr, car son coeur, ce lâcheur, entrera bientôt en guerre avec sa raison ! Une guerre attisée par la rivalité et la haine qui animent les frères ennemis, Cruz !

Feryel nous a offert un puzzle magistralement construit sachant surtout que c’est son premier roman. Un coup de théâtre dont on ne sort pas indemnes. Rarement, un roman a trouvé un titre aussi adapté et qu’il lui va comme un gant. L’auteure maîtrise l’art de la manipulation et m’a baladée tout le long de cette lecture entretenant le suspense avec brio et multipliant les zones d’ombre. Au moment où j’étais sûre de détenir enfin la vérité, je me rends compte qu’elle se joue de ses lecteurs comme un marionnettiste manipulant les ficelles de ses marionnettes. Déconvenue, car c’est rare qu’on me berne ainsi et avec facilité, mais aussi en extase que je reprends ma lecture en espérant arriver à percer le mystère qui auréole cette histoire avant la fin. Mais, hélas, il était écrit que je perde mon pari !

Tout se mélange dans nos têtes et on ne sait plus par où tenir le bout ni démêler l’écheveau de cette histoire remplie de questionnements, de suspense ainsi que de passion…Les indices s’accumulent mais mènent tous à un cul-de-sac des plus casse-têtes. On découvrira à nos dépens que les apparences sont trompeuses et que rien n’est acquis avec cette jeune auteure…

J’ai été conquise par la force de caractère des protagonistes et par leurs côtés attachants et fougueux malgré l’aura mystérieux d’Antonio qui m’a laissée sur ma faim, j’espère qu’il se dévoilera un peu plus dans le final. J’ai été séduite et bluffée aussi par l’intrigue policière et par son déroulement explosif et surtout inattendu. Je suis fan.

Je reviens très vite pour vous relater la suite qui confirmera ou pas mon enthousiasme pour cette pépite addictive !

Merci à Black Ink éditions pour l’envoi du service presse numérique et toutes mes félicitations à la jeune auteure qui a su me captiver, me frustrer et que je remercie même de m’avoir fait passer une nuit blanche !

82603164_486892485164303_5205657983756795904_n

 

 

 

Esme, tome 2 de Farah Anah chez Black Ink éditions !


Hello les étoiles, je vous présente mon avis sur le 2e tome de Esme de Farah Anah, une romance publiée chez Black Ink éditions, remplie de noirceur et de fortes émotions !

Titre : Esme, tome 2

Auteure : Farah Anah

Éditeur : Black Ink éditions 

Genre : Romance

Broché : Lien broché

Résumé : « Je crèverais de la toucher, de la serrer contre moi, me couler en elle pour effacer toutes ses souffrances. »
Je m’étais juré de la protéger, coûte que coûte.
À présent, je paye cash les décisions prises, et je partage l’addition avec Esme.
Le piège à loup se referme sur nous, me voilà contraint de m’expliquer face à Elle, de lui cracher la vérité qui pourrissait en moi. Ces révélations nous plongeront dans la sombre mécanique du destin, nous condamneront sans procès. La passion nous a submergés au point de nous noyer.
Parviendrons-nous à garder la tête hors de l’eau, ou la fatalité s’acharnera-t-elle jusqu’à nous déchirer ?

L’avisdeMya

Ayant beaucoup aimé le premier tome qui m’a laissé à la fin sur une tonne de questions, j’ai abordé ce deuxième tome avec une grande appréhension. Esme a-t-elle été trahie par l’homme qui lui a tout donné, amour et protection, en somme tout ce qui lui manquait ? En tout cas, le cours des événements du premier tome ne m’a laissé aucun doute… Mais j’avais espoir pour une fois d’être à côté de la plaque.

Mais, il s’est avéré qu’Abain a dû prendre des décisions pour contrer l’entêtement de sa protégée. De mauvaises certes, mais pour la seule raison de protéger la femme qu’il a prise sous son aile depuis qu’il a foulé en terrain conquis le sol de son quartier malfamé… Des décisions qui ont changé le cours de la vie d’Esme et ont impacté son avenir…

Le détestable Abain a rapidement gagné quelques points en nous donnant sa version des faits dans ce dernier tome. Et ce ne serait pas une surprise si je vous dis que je lui ai trouvées des circonstances atténuantes pour son attitude et ses frasques qui me donnaient envie de lui en mettre une…même si cela n’excuse pas tout. Mais, il a une façon bien particulière de nous raconter son histoire qui nous donne envie de lui pardonner et Esme n’est pas en reste… Car elle va continuer sa quête pour la vérité aussi amère soit-elle et ne renoncera pas à sa quête du bonheur… Un bonheur qu’elle ne sait trouver qu’auprès de son protecteur et tourmenteur à la fois !

Je ne peux pas vous en dire plus au risque de vous gâcher le cours de l’histoire qui mérite d’être dévoilé au compte de gouttes pour un max de suspense. Mais, ce que je peux vous en dire, c’est que c’est une belle et sombre romance que Farah Anah nous a concoctée là. Suspense et émotions en sont les mots d’ordre même si la tension s’est légèrement allégée dans ce final !

Exit les questionnements et place aux réponses qui nous faisaient défaut et nous taraudaient tout le long de cette lecture… Place aussi aux émotions intenses, à un désir fou, à la passion et aussi à l’amour et au bonheur d’être réuni auquel aspirait nos protagonistes depuis leur première rencontre…

Abain, grandement déterminé, doit ramer et passer par tant d’épreuve s’il veut reconquérir une Esme aussi émotionnée que commotionnée par cette douloureuse rafale de réponses qu’elle a cherchées pendant des années mais n’attendaient pas… Quant à Esme, parviendra-t-elle à passer outre cette trahison même perpétrée pour son bien ? Parviendra-t-elle à oublier cet amour ravageur qui a forgé la femme qu’elle est devenue aujourd’hui ? Un amour destructeur mais non dénué de joie et de plénitude qui l’a aidée à se reconstruire à un moment crucial de sa vie ! La trahison n’est pas de moindre, mais Esme est tellement mordue que je ne serai pas étonnée si elle pardonne encore et encore à son élément perturbateur préféré !

Bref, n’attendez pas pour découvrir cette magnifique duologie et ses magnifiques protagonistes qui n’attendent que vous pour vous dévoiler le mystère de leur histoire, vous raconter leur amour passionnel et fusionnel. Leur rire, leur tristesse ainsi que leurs coups de sang légendaires ! Et la plume addictive de l’auteure est la cerise sur ce délicieux gâteau qui nous laisse quand même un goût amer par sa noirceur…Bravo Farah  Anah !

Merci à Black Ink éditions pour l’envoi du service presse ainsi qu’à Farah Anah pour cette sublime romance à fortes émotions qui sort des sentiers battus !

41Prs8tBvKL._SY346_

L’avis de Carine sur le roman de Sonia Eska Savage, chez Addictives Editions


Savage par [Eska, Sonia]Titre : Savage

Auteur : Sonia Eska

Editions : Addictives

Ebook : 4.99 €

Résumé : 

Ils n’ont rien en commun… sauf le désir.

Casey est l’étoile montante du freefight, en chemin pour les Jeux olympiques.
Il est implacable, tourmenté et mystérieux.
Aria est nageuse, déterminée et tendue vers un seul but : remporter les Jeux.
Entre eux, c’est électrique et puissant dès le premier regard.
Céder au désir, c’est une évidence. Admettre ses sentiments ? Ce sera la plus grande épreuve de toutes !

Mon avis : 

Encore une magnifique lecture chez les Éditions addictives. Avec Savage, Sonia Eska m’a offert un merveilleux moment de lecture passionnante et très intense dans un univers très peu abordé en romance. On ne peut en aucun cas faire de pause lors de notre lecture tant on veut connaitre la suite des événements.

Aria est une grande nageuse qui s’entraîne sans relâche pour les JO de Rio. Son coach, qui est aussi accessoirement son père, ne la ménage pas sur le côté sportif et encore moins sur les sentiments qu’ils se portent pour l’un et l’autre. Ce dernier est acide, cinglant, il devient de plus en plus dur et tout particulièrement ces derniers mois. Pourtant, Aria donne tout ce qu’elle peut, tout comme son équipe dont fait aussi partie sa sœur. Depuis le décès de sa mère, Aria est devenue ermite, complètement coupée du monde extérieur, nageant encore et encore. C’est une vraie machine. Nager pour gagner est tout ce qui lui importe et c’est ce qu’elle fait jour après jour sous les yeux de son père pour qui ce n’est jamais assez bien. Aria est devenue cette fille hermétique à tout. Aucune affection, aucune sortie, rien ne doit la faire dévier de sa route. Zéro distraction, tout dans le contrôle. Seule et concentrée sur son unique objectif, La Médaille d’or à Rio.

Seul son meilleur ami, Pierce, est resté auprès d’elle malgré ses absences et son manque de sociabilité. Et c’est un peu à cause ou grâce à lui que contre toute attente, son contrôle et sa ténacité vont lui faire défaut face à un homme qui d’un simple regard, va faire mettre à mal ses barrières et la faire basculer… L’impact sera brutal…

Casey, l’étoile montante du Free-Fight est lui aussi en route pour les JO. Cet homme torturé ne se bat pas simplement pour le côté sportif, mais surtout, contre et envers ses démons qui le torturent et le hantent si souvent que cela fait presque peur. La rencontre entre les deux champions va être électrique… Et c’est une drôle de compétition qui va se jouer entre les deux athlètes dans une catégorie bien à eux.

Entre désir, promesses, drames, déchirures et tout l’espoir que peuvent avoir nos protagonistes, Sonia Eska nous offre là une romance spectaculaire tant elle est addictive et passionnante. Comment ne pas devenir accro dès les premières pages ? J’avais d’autres lectures en cours et ne lisant pas les résumés à la réception du service presse, j’ai tenté quelques lignes pour me faire une idée…je n’ai jamais pu arrêter ! Tans pis pour le retard, je devais en savoir plus, rester avec Aria et Casey. Ils m’ont tous deux emportée dans leur monde avec la dose d’émotion nécessaire pour me faire succomber sans préavis.

Nous entrons dans les coulisses de deux cœurs meurtris, mais aussi dans celles des J.O qui vues de l’intérieur apportent beaucoup tensions à cette histoire. Cette façon dont les athlètes professionnels font face aux entraînements ardus pour accéder au haut niveau. Se lever très tôt, effectuer des entraînements toute la journée, suivre une alimentation équilibrée… Motivés seulement par le dépassement de soi et la compétition. Oubliant bien trop souvent qu’ils ne sont pas des machines, mais des êtres humains, mettant alors à mal leurs vies sociales, sentimentales et leurs passions.

Aria et Casey sont deux sportifs écorchés aux âmes bien noires, mais déterminés dans leurs quêtes de la victoire qu’ils pensent être l’ultime but à atteindre pour trouver enfin cette plénitude qui leur fait défaut. Ils vont devoir lutter pour atteindre le podium… Mais si avant tout pour gagner, ils devaient lutter contre eux-mêmes ? Lutter contre ce manque, cette absence de laisser aller au désir et aux sentiments ? Se sentir tout simplement vivant hors compétition.

Le style de l’auteure est captivant tout en étant simple et riche de détails. On devine le travail de recherches poussées qu’elle a  faire pour nous immerger en plein cœur de l’ambiance des JO, vue et ressentie par nos protagonistes, ainsi que par ceux qui les entourent. Car les personnages secondaires sont tous aussi addictifs, attractifs que nos deux protagonistes. Ils font tous partie du package comme la grande famille qu’ils forment. Et c’est tous ensemble que nous vivons cette aventure comme si nous y étions. Sonia Eska nous pousse avec ses héros dont la psychologie est assez complexe et elle le fait bien. Le cheminement qui les mènera vers la lumière ne sera pas facile, mais nous sommes aux premières loges pour les encourager même si souvent on aimerait plus les pousser aux fesses et les mettre au pied du mur. C’est d’une plume pure, fluide et maîtrisée qu’elle nous offre un vrai bonheur. Un mélange brut de tendresse, d’impulsivité et beaucoup de sensualité. C’est vivifiant.

Un mélange de chaud et de froid qui fait du bien et met notre palpitant à dure épreuve. Et que dire de leurs échanges épistolaires ? En plus d’être vifs, ils sont souvent pleins d’esprits et j’ai adoré ça ! Tout comme j’ai aimé ressentir autant de choses et si j’ai été plus que touchée par Aria et qu’elle m’a fait vivre des tonnes d’émotions. Je dois vous avouer que c’est Casey qui m’a mise à terre, complètement KO. Je lui décerne la médaille d’or de mon cœur. Sans oublier Pierce qui mérite amplement sa place sur le podium des héros de ce roman.

Un grand merci aux Éditions Addictives pour m’avoir permis de découvrir cette pépite une fois de plus en service presse. Merci Sonia Eska pour ce merveilleux moment de lecture si palpitant et à la fois, si touchant.

Extrait :

– Merde, Aria, souffle-t-il en passant son bras dans mon dos pour m’attirer d’un coup sec contre lui.
Son érection se cale sur mon bas-ventre. Je ne respire plus, ne pense plus, n’obéis plus à aucun commandement de ma conscience. Comment peut-il gagner si vite ?
Sa main libre englobe ma joue et passe dans mes cheveux qu’il empoigne pour m’imposer de basculer la tête en arrière. Je suis prise au piège, comprimée contre son corps bandé, pourtant je n’ai pas peur.
Non, ce n’est pas de la peur, seulement de l’appréhension, de la surprise… de l’impatience contenue.
Tandis que ses yeux détaillent minutieusement les courbes de ma bouche, sa mâchoire se crispe. Une déferlante de frissons prend d’assaut ma peau, mes muscles, mes organes. Je vrille, je me noie, je…
– J’ai sauvagement envie de toi, articule-t-il.
Mon entrejambe s’enflamme. S’il savait à quel point j’en ai envie aussi, à quel point je me déteste de ressentir ça alors que je ne devrais penser qu’aux Jeux, aux médailles… à ma promesse.
– Mais tu peux partir, murmure-t-il en délaissant mon dos pour venir effleurer mes lèvres de son pouce.

Savage, de Sonia Eska, histoire intégrale.

ouns002redq