L’avis de Carine sur le roman de Anne Cantore : Ardent, aux Editions Addictives


41FTkrlS49L._SY346_

Titre : Ardent

Auteur : Anne Cantore

Genre : Romance historique

Editions : Addictives

Ebook :4.99 €

Résumé : Ardent, d’Anne Cantore, histoire intégrale.

Elle refuse de l’épouser. Il ne lui laisse pas le choix.

Sullyvan Jefferson n’a qu’un seul objectif : protéger les siens, les derniers survivants des Cherokees sur les berges du lac Hudson.
Ancien militaire, rejeté par la bonne société à cause de son métissage indien, il se moque des convenances et des codes.
Quand il rencontre Kathleen O’Briley, il ne voit en elle qu’une gamine docile, héritière de terres prospères qu’il pourrait offrir à sa tribu.
Il l’épouse par la ruse, la liant à lui contre sa volonté, et compte bien s’imposer en maître.
Mais Kathleen est une adversaire de taille : déterminée, volontaire et rebelle, elle lui tient tête.
Et surtout, elle réveille en lui des sentiments aussi dangereux qu’indécents…

Mon avis : 

Lorsque j’ai débuté ma lecture, j’ai été très surprise de me retrouver en 1869 ! Mais connaissant la plume de l’auteure, même pas peur ! La romance historique n’est pas mon genre de lecture de prédilection et pourtant, à chaque fois, je me dis, mais pourquoi je n’en lis pas plus ? Surtout lorsqu’elles sont aussi bien écrites qu’Ardent et qu’elle apporte un petit savoir non négligeable à notre culture. Souvent on ne connait que les grandes lignes de certaines périodes et beaucoup sont encore méconnues.

La conquête de l’ouest a fait beaucoup de ravages chez les amérindiens, ces natifs que les Colons ont décimés et expulsés de leurs propre terres par une trop forte colonisation aidée par une pression et une répression militaire. Au travers de l’histoire de Ketty et Sully, nous allons en apprendre beaucoup sur cette période de l’histoire de façon très touchante, mais aussi violente.

Dès le prologue, l’auteure nous plonge en plein cœur de l’Histoire pour nous permettre de partir avec de bonnes bases. Elle nous informe de tout ce qui est bon à savoir en nous situant dans le temps et les événements qui ont marqué les esprits et qui ont abouti à des lois.

On parlera souvent de « La piste des larmes »… J’en avais déjà entendu parler, mais sans jamais prendre le temps d’en apprendre autant. J’avoue être aller encore plus loin après lecture dans mes recherches et mon envie de tout savoir. Même si vous n’êtes pas fans d’histoire et de culture, ne passez pas ces quelques pages qui vous permettront de bien comprendre le contexte pour le récit qui suivra. Par la suite, libre à vous de vous référer ou pas aux explications.

Après la mort de son père, Kathleen a été recueillie par son parrain et de par ce fait, a dû quitter le ranch dans lequel elle a toujours vécu et passé une enfance heureuse. Son père lui avait toujours accordé la liberté, que ce soit dans ses actes ou dans ses paroles, loin des convenances ou encore des codes. Se retrouver dans la ville de Boston, si éloignée de ses terres, à devoir apprendre à broder et porter des corsets lui pèse plus que de raison. Elle veut rentrer chez elle, mais cela lui est impossible… Pourtant, il n’y a que sur ses terres qu’elle pourra être heureuse et son parrain ne veut rien entendre, seule c’est impossible. Tout ce qu’il souhaite, c’est qu’elle puisse trouver un bon mari qui gérera son patrimoine et lui fera des héritiers. Non par méchanceté, mais plus pour la protéger… Malheureusement, c’est justement en voulant la protéger, qu’elle sera en danger depuis qu’il l’a mise sur la route des Jefferson… Elle qui ne comptait pas épouser le premier venu et pensait avoir son mot à dire, se retrouve en pleines conspirations et pardessus tout, mariée… Sans le vouloir à un Jefferson aux yeux d’un noir ardent qui va envahir sa vie jusque dans ses rêves…

Sullivyan est un Cherokee. Pas tout à fait « blanc » et pas complètement indien. Il oscille entre deux mondes. Le peuple Cherokee est son enfance, son passé et ses racines. La nation blanche américaine est son avenir, son destin d’homme. Depuis son retour à Boston, il tente de trouver sa place, d’aider sa nation, son peuple en vain. Jusqu’à ce qu’il se rende compte que le seul moyen d’y arriver… C’est Elle. Et si c’est par la ruse qu’il parvient à ses fins, il n’en a cure. Tout ce qu’il lui importe à Lui, c’est de protéger les siens. Pensant avoir épousé une docile héritière au caractère particulier, il n’est pas au bout de ses surprises. Car Kathleen est loin d’être une de ces femmes qui se courbent devant leur mari en se pliant à leur volonté. Non. Ketty est une femme forte, une battante indocile au caractère de feu qui ne compte pas lui laisser occuper sa place d’époux et encore moins celle du maître de son domaine. Tout ce qui lui importe à Elle, c’est de pouvoir reprendre le contrôle de sa vie, de ses terres et ce n’est pas cet homme très sexy et protecteur soit dit en pensant, ni ses songes étranges qui la rendent fébrile, mais aussi conquérante, qui la feront changer d’avis… Deux âmes unies par le destin pour l’amour de leurs terres. Deux âmes prêtes à combattre pour chérir ce qu’ils ont de plus cher. Deux êtres pudiques qui cachent leurs sentiments le jour et les dévoilent la nuit.

Rien ne sera facile pour eux, mais rien n’est impossible…

Ardent est une magnifique histoire d’amour, une histoire de destin, mais aussi de courage, de violence, d’espoir et de conquête. L’auteure va nous faire voyager d’Est en Ouest, sur les terres d’une nation en construction. De Boston aux terres rouges d’Oaks Creek avec ses étendues de plaines et ses forêts, ses élevages de bétails et les derniers survivants des Cherokees sur les berges du lac Hudson. Un voyage que l’on vit au travers des pages comme si nous y étions aussi de part les descriptions sublimes et très imagées que l’auteure nous offre. J’aurais presque envie de vous dire que je me voyais assis avec eux dans cette diligence en ressentant tout l’inconfort des moyens de transports de l’époque et tout ce qui s’y rattache.

Dans sa romance hautement addictive, Anne Cantore va mettre en évidence l’Histoire de cette colonisation qui a tant fait souffrir les amérindiens, mais qui était aussi une question de survie pour beaucoup de colons. Au-delà de cela, elle va aborder plusieurs thèmes qui se démarquent. La condition des femmes à cette époque en fera partie y compris celle des femmes autochtones. On parlera aussi de la tolérance, la différence et de cette magnifique culture ethnique et ses légendes qui offrent au récit tant de magnifiques choses et le rendent si triste à la fois.

La plume d’Anne Cantore a su une fois de plus me ravir et m’emporter d’un bout à l’autre sans pouvoir faire de pause. J’ai complètement craqué pour les héros qui vont apprendre à s’apprivoiser et se désirer d’une manière très particulière et finement mis en situation. Leurs caractères et la vision qu’ils ont de la vie et des personnes qui les entourent ne peuvent que les rapprocher. Pourtant, il ne cesse de s’affronter et ce n’est que lorsque la nuit tombe qu’ils font tomber leurs barrières pour se laisser aller à ce qu’ils ressentent vraiment. Mais au-delà des héros, j’ai plus qu’aimé que l’Histoire ne soit pas qu’en surface et qu’elle ne prenne pas non plus le pas sur la romance qui est époustouflante. Tout est dosé à la perfection pour s’imbriquer parfaitement l’un dans l’autre. Tout comme l’intrigue qui est parfaite et bien intégrée dans le contexte. C’est beau, c’est magnifiquement écrit, c’est bouleversant et dur.

Anne Cantore retranscrit la beauté au-delà des apparences, mais aussi la violence à travers un récit fort, poignant, plein d’émotions et tout mené avec tact et subtilité. Les pages se tournent et on se délecte de chaque mot, chaque scène. Des scènes parfois violentes, d’autre fois douces, sensuelles et spirituelles. L’auteure dose de manière très agréable son récit et on ne peut qu’y adhérer. Entre manipulation, corruption et désir Ardent, laissez-vous tenter par cette histoire qui ne pourra que vous ravir et vous faire vibrer autant qu’elle m’a fait vibrer.

Un immense merci à Anne Cantore pour m’avoir fait passer un moment de lecture vraiment excellent. Merci aux Éditions Addictives de m’avoir permis de découvrir cette pépite en service presse.

Ne passez pas à côté de cette histoire sublime !

Extrait :

– Vous avez raison, Kathleen, j’ai négligé mes devoirs d’époux et voilà où nous en sommes. Ma femme menace de me tuer d’un coup de carabine. Qu’auriez-vous fait, ma douce, pour vous débarrasser de mon corps ?
Elle me martèle le dos de coups de poing, gigotant et hurlant.
– Je l’aurais donné aux coyotes, espèce de chien d’Indien.
J’éclate de rire alors que ma main s’abat violemment sur ses fesses.
– Chien d’Indien ! Cela faisait un petit moment que je ne l’avais pas entendue, celle-ci ! Allons, assez parlé !
Je me mets en marche et sors de la pièce. Vu l’heure, je doute que nous croisions Liz. Et quand bien même, elle n’interviendra pas ! Kathleen donne de la voix en espérant ameuter la maisonnée.
– Lâchez-moi ! Lâchez-moi immédiatement ou je hurle à vous faire tomber cette satanée baraque sur le crâne !
– Quel langage indigne d’une jeune femme bien séante ! Mlle Amélie n’aurait pas apprécié. Hurlez tant que ça vous chante, ma belle, je suis le maître ici, et personne, y compris vous, ne peut me refuser l’accès à votre lit.
En quelques enjambées, j’ai gravi les escaliers et traversé l’étage jusqu’à ma chambre. J’y entre et, d’un coup d’épaule, jette l’insolente sur le lit où elle atterrit lourdement.
– Vous me prendriez de force ? glapit-elle à la limite de la panique tandis que je défais les boutons de mon gilet.
Je suspends mon geste.
– Non, ma chérie, je réponds sobrement, tu ne seras pas violée. Tu désireras la moindre de mes caresses, le plus léger de mes baisers, tu me supplieras de te prendre, et si tu cries ce soir, cela sera pour exprimer ta jouissance.

84259258_1046308505707186_5929755483786182656_n