L’avis de Charlotte sur Règle N°1 : Never kiss the boss de Alix Parks

Coucou les étoiles. Je vous présente mon avis sur Règle N°1 : Never kiss the boss de Alix Parks aux Editions Addictives

Titre : Règle N°1 : Never kiss the boss

Auteur : Alix Parks

Genre : Romance

Editions : Editions Addictives

Ebook :  4,99€

Résumé :

Elle le déteste le jour et en rêve la nuit.

En un texto, la vie de Joséphine bascule. Elle se retrouve brusquement célibataire, avec un nouvel appart, un nouveau quotidien et, cerise sur le gâteau, un nouveau patron.
Nathan est hostile, arrogant, et surtout imprévisible. Pourtant, Joséphine doit lutter contre une attraction incompréhensible.
Il est tout ce qu’elle fuit, mais elle ne rêve que de se jeter dans ses bras !
Est-elle prête à prendre le risque ?

Mon avis :

Une romance avec un boss irrésistiblement insupportable !

Le quotidien de Josephine se voit bousculer par le changement de patron et son nouveau statut de célibataire.
Le fils de son employeur prend les commandes. Dès son arrivée, Nathan donne le ton : il ne la ménagera pas, avec elle, il ne mettra pas les formes pour lui parler, pas de manières, de la franchise et de l’efficacité. C’est un changement radical pour la jeune femme avec qui la relation était totalement différente avec le père, mais elle a l’autorisation d’être elle aussi d’une franchise à toute épreuve et ne compte pas s’en priver ! La relation entre Joséphine et Nathan est unique, leurs échanges son épique, mais pas de tout repos !

Joséphine est prévoyante, très organisée et elle anticipe le moindre détail, mais elle n’avait pas prévu de se retrouver célibataire subitement, nouveau changement pour la jeune femme qui va devoir s’adapter. Joséphine est plutôt solitaire. Son vécu l’a forgée ainsi, elle ne fait confiance qu’à peu de monde. 

Le jeune et nouveau patron doit faire ses preuves auprès de son père. Nathan est un patron déterminé qui ne mâche pas ses mots. Il est charismatique et très séduisant, même carrément sexy, mais tellement arrogant et totalement imbuvable pour la pauvre Joséphine qui subit ses sautes d’humeur. Cependant, elle prend goût à ces joutes verbales entre eux, à leurs échanges piquants et on peut dire qu’elle se défend très bien à ce petit jeu. J’ai beaucoup aimé leur manière de communiquer et leur franc-parler.

J’ai été happée par cette histoire agréable dynamique. J’ai été touchée par la douceur et la souffrance des personnages que l’on découvre petit à petit. Tous les deux sont attachants. Si Joséphine nous livre ses secrets rapidement, car nous avons son point de vue uniquement, ce n’est pas le cas de Nathan qui met plus de temps à s’ouvrir. Il est secret, presque intouchable. Il donne envie de le connaître plus, de casser cette carapace qu’il porte. 

Une plume fluide et agréable pour un roman qui se lit rapidement et qui m’a donné envie de plus. J’aurais aimé que la fin soit plus longue pour rester plus longtemps avec eux… 

Merci à Carole et aux éditions Addictives pour l’envoi de ce service presse !

Extrait :

« Dès que les portes de l’ascenseur s’ouvrent, je m’y précipite, appuie sur le bouton du troisième étage. Lorsque je me retourne, je croise les yeux de Nathan braqués sur les miens. Leur intensité me coupe le souffle et mon cœur rate un nombre incalculable de battements. Sans réaliser l’effet qu’il a sur moi, mon boss avance d’un pas tranquille, se rapproche, comme s’il ne devait jamais s’arrêter. Instinctivement, je recule et sursaute au moment où mon dos nu rencontre le miroir. D’un air sérieux, il place ses bras de part et d’autre de ma taille, les mains calées sur la barre qui court le long de la paroi. À vingt centimètres à peine de lui, de sa chaleur, enivrée par son odeur, je me sens surexcitée, prête à toutes les folies. Je me mords la lèvre, fébrile, pour canaliser ce bouillonnement.
— Qu’est-ce que tu fais ? questionne Nathan d’une voix sourde.
Je ne fais rien. Rien du tout.
J’essaie, en tout cas, de ne rien faire, tandis que lui…
— Toi, qu’est-ce que tu fais ?
Il tend la main vers la console pour stopper l’ascenseur, puis se rapproche encore de moi, m’obligeant à lever la tête pour pouvoir le voir. La cabine risque de prendre feu, vu la tension qui y règne, et moi de me liquéfier. Mon regard se perd sur ses lèvres, si proches, si tentantes. Va-t-il m’embrasser ? Lorsqu’il se recule soudain, enfonçant les mains dans ses poches, je réalise que j’en meurs d’envie.
— Il ne faut pas qu’on fasse de bêtises, marmonne-t-il. On bosse ensemble, ce serait idiot.
— Ouais, idiot… Quel genre de bêtises ?
Le regard de Nathan revient vers moi, il brille d’une lueur ardente.
— Le genre, je te plaque contre cette paroi, puis je soulève ta robe pour glisser ma main dans ta culotte, annonce-t-il sur un ton vibrant.
J’ai vraiment très chaud. Ses mots, les flashs qu’ils créent dans ma tête font fondre les inhibitions que le vin n’avait pas encore dissoutes. Des picotements se répandent dans tout mon corps, jusqu’à se concentrer là où Nathan projette de placer sa main. Je me fiche qu’il soit mon patron et le type le plus instable de la planète. J’ai envie de lui, de ses doigts sur moi. Je tente d’ignorer mon attirance depuis des mois, et j’en ai plus qu’assez. Je le veux. Maintenant. »

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s