L’avis de Carine sur le roman de Angel Arekin : Love Memories, tome 1 Chez Black Ink Editions

Titre : Love Memories, tome 1

Auteur : Angel Arekin

Genre : Romance

Editions : Black Ink

Ebook : 4.99 €

Résumé :

« Je te présente le nouveau membre de notre famille, voici Swan. Dorénavant, nous serons tous ensemble. »

Billie, jeune hippie, éprise de liberté, est contrainte de poser ses bagages pour vivre auprès du nouveau mari de sa mère et de son fils, le beau mais étrangement mutique, Swan Anconie.
Elle a du mal à trouver ses marques et son nouveau « demi-frère » ne l’aide pas : ses yeux glacés posés sur elle lui prouvant chaque matin qu’il désirerait la voir partir. Mais Billie y entrevoit là un nouveau challenge : apprendre à connaître ce jeune homme atypique et sombre, muré dans une colère inexpliquée, et découvrir ce qu’il cache dans ses silences.
Swan n’avait pas prévu de se fracasser contre la beauté sauvage de la jeune femme.
Billie n’avait pas prévu d’aimer autant chaque ombre et éclats de lumière qui le composent.
Ensemble, ils vont découvrir l’amour et partager chacune de leurs premières fois. De la douceur aux coups de gueule, de la jalousie à la trahison, de la tristesse à la sensualité, de la rage à la passion.
Non, ils n’avaient rien prévu de ce qui allait se passer, mais ils s’apprêtaient à en aimer chaque seconde.
Voici l’histoire de leur amour.

Mon avis :

Billie n’a jamais eu de famille. Depuis toute petite, il n’y a toujours eu que sa mère, son père ayant déserté à l’annonce de sa conception. Elle s’en est toujours très bien portée car, malgré le jeune âge de sa mère Emma, elle l’a toujours assumée, sans jamais baisser les bras, la trainant dans son sillage à travers ses voyages, ses festivals et tous les différents pays que ces derniers lui permettaient de connaitre. Elle s’est construite et s’est épanouie au milieu de la folie bohème loin du moule de la société en compagnie de fêtards et de personnes anticonformistes, ce qui a eu comme conséquence, de la rendre libre et solaire.

Mais voilà que sa mère a décidé de poser ses valises, suite à son récent mariage avec Lucyan. Vivre dans une maison et se retrouver sédentaire avec un rythme de vie n’est pas au goût de Billie qui se sent prisonnière. La voilà à devoir cohabiter avec un nouveau père, et surtout avec Swan, un frère carrément douteux. Deux ados complètement à l’opposé l’un de l’autre et qui n’ont vraiment rien en commun. Si Billie est un soleil, lui représente la face cachée de la lune. Mutique, distant, froid et taciturne, Swan Anconie n’ouvre jamais sa bouche. Billie en a rencontré des gens bizarres, mais comme lui, jamais ! Elle a du mal à le comprendre et cautionner son attitude à repousser les gens tout comme les motifs de son silence. Swan la laisse perplexe, et aussi, curieuse… Comment peut-on être aussi indifférent aux autres lorsqu’on a tout juste 17 ans ? De part leur cohabitation forcée, ils vont devoir apprendre à se connaitre, s’apprivoiser et apprendre à s’aimer… S’aimer comme de simple demi-frère et sœur ? Et s’il s’aimait d’un amour plus profond ? Plus violent ? Plus intense ?! Quelles en seraient les conséquences ?

Love Memories de Angel Arekin m’a rendu mes 17 ans ! Je ne suis pas fan des amours de lycée et des histoires de Stepbrothers qui sont en général du « vu et revu ». Mais là, je dois vous avouer que j’ai pris un plaisir fou lors de ma lecture qui ne ressemble à aucune autre. Toujours à réinventer les histoires d’amours, Angel Arekin nous fait vivre et revivre des émotions lointaines, tout en nous en nous en créant de nouvelles. Dans ce premier tome, elle nous pose les bases d’une histoire qui va vite prendre un chemin qui nous apporte un lot d’émotions sans noms. Les bases d’une construction amoureuse interdite, mais Ô combien intense ! Le tout enveloppé d’une intrigue familiale pleine de suspense qui apporte là aussi un panel d’émotions qui ne sont pas toujours belles à ressentir. Et pourtant on y va ! On tourne les pages, les unes après les autres avec une frénésie qui ne nous quitte pas. On veut savoir, on veut que cela avance et en même temps, on a peur que tout s’effondre si tout va trop loin, trop vite.

Swan, hanté par son passé et ses secrets, que je vais totalement taire dans mon avis, a peur qu’a son contact le monde plein de couleurs de Billie soit aspiré dans ses ténèbres, emporté par la méchanceté des gens, par les secrets de famille, et par cette noirceur qu’il détient au plus profond de lui et qui surgit beaucoup trop souvent lorsque Billie lui fait perdre les pédales. Elle qui représente tout ce qu’il déteste, devient son oxygène, son soleil, son arc-en-ciel. Après des années d’orages, il touche du doigt le bonheur. Un bonheur auquel il ne pense même pas avoir droit. Un bonheur qui pourrait bien lui faire perdre sa dignité et ressembler à la seule personne avec laquelle il ne souhaite rien avoir en commun. Lui qui ne voit que le mauvais côté des choses, se voit offrir par Billie tout ce qui les embellit, tous ces bons côtés dont il ne soupçonnait pas l’existence. C’est un pur bonheur de voir naitre un simple sourire sur ses lèvres, le voir s’ouvrir avec cette hantise qu’il se referme aussi vite. Mais si cacher, mentir, se taire, c’est son lot quotidien, qu’en sera-t-il pour Billie ? Ne risque-t-elle pas de s’éteindre ?

Swan et Billie sont très touchants, chacun à sa manière, même si s’est pour Swan que l’on souffre le plus, Billie n’est pas épargnée par les secrets. Si elle lui apporte le soleil qui manquait à sa vie, saura-t-il lui être là lorsque ce sera le moment ? Car les secrets de l’un toucheront indéniablement aussi l’autre et la bombe est amorcée en fin de tome pour nous laisser dans l’angoisse. Pas de Cliffangher, mais beaucoup d’éléments en main qui allument la mèche. Sachant que Angel Arekin ne fait pas dans la dentelle, je souffre d’avance pour eux tout en gardant espoir qu’elle nous les protégera un peu. Mais cela est un doux rêve utopique… j’ai bien l’impression que les larmes vont couler, mais là, on en reparlera lors du second et dernier tome de cette duolgie.

Love Memories, une romance addictive, sensuelle, et complètement bouleversante. On ressent tellement de choses…. La plume de Angel Arekin est forgée dans l’émotion pure et aiguisée de manière à ne pas nous laisser indemne. Que ce soit pour ressentir la douleur ou l’excitation des premiers émois, la gangrène qu’est la jalousie ou encore les liens de l’amitié, elle fait en sorte de ne pas nous épargner par le saisissement qui nous prend au fil des pages. Tout est tellement bien dit, bien écrit que tout ne peut être que ressenti à sa juste valeur. Rien ne sera cependant simple, même si dans ce premier tome le soleil brille au milieu du ciel obscurcie par les fantômes de Swan. On se pose mille questions. On imagine mille scénarios en restant suspendu aux pages et aux mots jusqu’à ce que celui de la fin arrive. Quelques réponses nous sont cependant apportées pour nous faire patienter. Je dirai que rien n’est laissé au hasard et que le boomerang, je l’attends, je m’y prépare…

En attendant je vous quitte avec ces paroles

Du côté de chez Swan

Je ne voudrais pas refaire le chemin à l’envers

Et pourtant je payerais cher

Pour revivre un seul instant le temps du bonheur

À l’ombre d’une fille en fleurs

Un grand merci aux Editions Black Ink pour m’avoir permis de découvrir cette nouvelle pépite de Angel Arekin en service Presse.

Extrait :

Il caresse à nouveau son écran de ses pouces. Je remarque alors que lorsqu’il est concentré sur son téléphone, la tête légèrement inclinée vers l’avant, sa canine est plantée dans sa lèvre inférieure, qu’il a plein de taches de rousseur sur le nez et qu’une mèche de cheveux bruns lui tombe sur le front en épi. De toute façon, il n’est jamais coiffé. Ses cheveux ne sont pas très longs, mais ils partent dans tous les sens, comme s’il y passait sans arrêt la main. Cet aspect lui confère une allure dépenaillée qu’il se fiche de corriger. Il porte d’ailleurs un vieux jean troué au genou et sous la fesse droite, un t-shirt noir dont le dessin est à moitié effacé et des Adidas avec des bandes blanches presque arrachées sur les côtés. Sous les manches de son t-shirt, je devine les traits noirs d’un tatouage. Je n’ai jamais pu entrevoir ce qu’il représentait. D’un autre côté, je m’en fiche. Il relève les yeux vers moi et me tend de nouveau son téléphone pour que je puisse lire :

[Swan : Donne-moi ton pseudo.]

  — Billie the kid, avec un e à Billie et tout attaché, déclaré-je à contrecœur. J’aperçois nettement son sourire railleur.

— Oui, ma mère m’a appelée comme ça à cause de lui. Super, hein ? Il pianote sur son écran.

  [Swan : Calimity Jane était déjà pris, je suppose.]  

— Très drôle, grogné-je. Son sourire s’élargit, pourtant, celui-ci n’atteint pas ses yeux. Ils sont d’un bleu si pâle, nimbés de givre, qu’ils en deviennent angoissants.  

[Swan : Je t’ai envoyé l’invit. Te sens pas obligée d’accepter.]

  — C’est ma mère qui te l’a demandé. Je présume que c’est pour qu’on devienne amis ou quelque chose du genre.

  [Swan : Sois rassurée, j’ai aucune envie d’être ami avec toi.

Un commentaire sur « L’avis de Carine sur le roman de Angel Arekin : Love Memories, tome 1 Chez Black Ink Editions »

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s