L’avis de Carine sur L’homme de la Sierra, un roman de Pauline Libersart


Titre : L’homme de la Sierra

Auteur : Pauline Libersart

Genre : Romance historique

Editions : Audélo Editions

Ebook : 3.99€

Broché : 14.00€

Résumé : 

Californie 1866 – Quand une belle Sudiste doit cohabiter avec un cowboy solitaire.
La guerre de Sécession a ruiné et détruit la famille d’Amélie. Pour survivre, la jeune femme se voit contrainte de quitter Charleston et de faire le dangereux voyage vers Sacramento. Suite à un accident de diligence, elle se retrouve seule et sans ressource au coeur des montagnes de la Sierra Nevada.
Un rancher taciturne, croisé par hasard, lui offre sa protection, mais elle aura un prix…

Mon avis écrit par #Carine : 

L’homme de la Sierra. Une magnifique lecture qui m’a complètement happée d’un bout à l’autre sans m’en rendre compte. Il fait partie de ces romans tellement agréables à lire, qu’on ne peut le poser sans être arrivé au mot fin.

Amelie ne s’attendait sûrement pas, en débutant son périple, à tomber sur un Rancher aussi taciturne et énigmatique que Dallas. Perdue, face à ce qu’il l’attend pour atteindre les terre de l’Ouest, mais aussi perdue dans sa vie, elle va accepter ce qu’elle pense être la meilleure chose pour une femme dans cet univers qui ne laisse pas la place à la chance. Pourtant la chance, Dallas a toujours fait en sorte de la traquer, la provoquer pour arriver à ses fins. En sera-t-il de même face à Amelie ? Il compte bien la garder près de lui, mais comment s’y prendre ? Amelie a bien trop de classe, d’éducation, elle est bien trop jolie aussi et il ne pourra jamais lui offrir la belle vie qu’elle a toujours connue dans son monde doré. Pourrait-elle trouver sa place au milieu de ces terres sauvages qui s’étendent à perte de vue, elle, la belle demoiselle du Sud ? Et surtout auprès de lui, alors qu’il est complètement asocial, enfermé dans ses démons et son travail, plus à l’aise avec les bêtes que les être humains et encore plus muet qu’une tombe… Deux êtres que tout oppose au milieu de la Sierra qui vont devoir remettre en question leurs modes de vie et bien plus encore…

L’homme de la Sierra est une magnifique romance historique qui nous dévoile une histoire d’amour peu commune. J’ai énormément aimé la manière dont cela s’est déroulé dans une douceur extrême malgré les dangers et l’inconnu que vivait Amélie. Chacun apprivoise l’autre, mais sans jamais vraiment savoir ce qu’ils ressentent. Étudiant chaque geste, chaque parole, chaque frémissement… Chaque silence. Dallas est un homme très difficile d’accès et mutique. Lorsque Amelie l’a rencontré, on faisait face un homme froid, impénétrable, mystérieux et à la fois, doux et prévenant envers elle. Un contraste qui ne permettait pas à Amelie de le cerner. On pourrait nous aussi, avoir du mal, mais ayant accès à ses sentiments et ses pensées, on ne peut que succomber, sans même tout connaitre de lui. Il dégage une sorte de confiance apaisante malgré ses airs bourrus. Pourtant, dès leur arrivée au Ranch on va douter. L’auteure met en place la scène qu’il faut pour qu’on se demande si notre point de vue était vraiment le bon. Mais Pauline Libersart va se servir du passé d’Amelie pour nous situer les conditions de la femme après la Guerre de Sécession et comprendre le comportement de notre beau Rancher. Il ne faut pas oublier que nous sommes en 1866 et que ce qui va se dérouler dans ce ranch est en parfaite adéquation avec l’époque. Alors, on fait comme Amelie. On se dit que finalement, elle en a de la chance d’être tombée sur lui et pas un autre, ou encore des autres. Et puis nous on sait. On découvre Dallas sous son vrai jour qui n’a, certes, rien en commun avec un prince charmant, mais on le comprend et on aimerait même tant l’aider à se dévoiler. Si seulement Amelie pouvait savoir ! Si seulement, il pouvait lui parler et dire ce qu’il pense !

Elle n’a malheureusement pas les codes pour déchiffrer cet homme auquel elle s’attache un peu plus chaque jour. Les semaines passent et elle n’est plus certaine de rien. Est-elle là car il la désire ? Elle ou une autre… Se pourrait-il que ce soit pareil pour lui ? Tout est vraiment confus et complexe dans sa tête. Tout se mélange entre la mort de ses parents et la colère qu’elle vouait à sa mère pour l’avoir mise dans cette situation. La perte de son immense demeure, son mode de vie qui n’a plus rien en commun avec tout ce qu’elle a toujours vécu, et son honneur… perdu avec cet homme plus muet qu’une tombe qui lui était inconnu. Inconnu et pourtant, son étrange gentillesse lui réchauffait le cœur. Ses yeux l’hypnotisaient, ses mains caleuses la protégeaient, son torse chaud la rassurait. Elle changeait chaque jour un peu plus à son contact et se rendait compte que la peur qu’elle éprouvait à son arrivée était oubliée. Elle changeait d’avis sur la vision du monde aussi, ses aprioris, mais était-ce une vie pour elle ? Le danger, la solitude, le manque de communication ? Amelie était censée rejoindre la famille qui lui restait dès que possible, mais le désirait-elle encore ? Dallas vivait avec la peur qu’elle parte, mais était-il en droit de la garder pour lui si elle ne le souhaitait pas ? Arriverait-il à la convaincre de rester ?

L’homme de la Sierra, une romance à découvrir que vous soyez fan du genre historique ou pas. J’ai tout aimé dans cette lecture que ce soit la trame, les personnages, l’univers qui nous offre des paysages époustouflants et un mode de vie particulier. Conquise aussi par la plume de l’auteure qui est vraiment très envoûtante et par son choix de narration omnisciente, qui n’est pas particulièrement celle que je préfère habituellement, mais que j’ai beaucoup appréciée dans ce récit. Il nous permet d’avoir une vue à 360° en ayant accès à tout ! Avec ce type de narration, Pauline Libersart nous permet d’entrer dans la tête de n’importe qui, n’importe quand et toujours au bon moment, sans pour autant lever le mystère de l’intrigue qui tient bien la route jusqu’à la fin. Ne pas attendre pour avoir le point de vue de chacun d’entre eux a été une belle force pour le récit, créant une fluidité de lecture plus que parfaite, augmentant notre perception des émotions à l’instant T et de s’en imprégner à chaque situation.

Un moment de lecture dépaysante qui ne pourra que vous faire succomber à votre tour. L’homme de la Sierra est une magnifique histoire d’amour, une histoire de seconde chance, de destin, mais aussi de courage et d’espoir. Un voyage en plein cœur de la Sierra et ses magnifiques étendues que l’on peut facilement imaginer grâce aux descriptions sublimes et très imagées que l’auteure nous offre. Les conditions des femmes à cette époque fera aussi partie du voyage, y compris celles des femmes autochtones qui nous mèneront à parler de la différence et, donc, de tolérance.

En finissant ce roman, je ne pouvais passer à côté du second tome, Les enfants de la Sierra, qui s’annonce déjà très fort émmotionnellement. J’y ai laissé mon cœur dans les premiers chapitres et j’ai hâte de le terminer pour pouvoir vous en parler également.

Deux tomes. Deux romans, qui peuvent se lire indépendamment.

Un grand merci à Pauline Libersart pour cette magnifique lecture, ainsi qu’à Babelio pour l’envoi de ce livre broché dans le cadre de la Masse Critique.

Extrait  :

Son parfum, la douceur de sa peau, sa chaleur qui l’enserrait si étroitement, le rendaient presque fou…

Dieu qu’il la désirait !

seulement, si le corps d’Amelie s’offrait à lui, il se rendait compte que son esprit était ailleurs. Quant à son coeur, il lui était barricadé, inaccessible. Comment une femme rafinée comme elle pourrait-elle un jour vouloir de son plein gré partager la vie d’un rustaud comme lui ?

Les doigts tremblants légèrement, il tira sur le ruban qui emprisonnait ses cheveux, les dénoua et plongea son visage dans leur masse soyeuxe. Avec lenteur, il amplifia ses mouvements. il aurait tant aimé que cela se passe autrement, qu’elle l’accepte. Mais à quoi s’était-il attendu ?

L\'homme de la sierra par Pauline Libersart

L’homme de la sierra

L\'homme de la sierra

Pauline Libersarttous les livres sur Babelio.com

L’avis de Charlotte sur Sugar & Love de Emma Scott


Hello les étoiles. Je vous présente mon avis sur Sugar & Love de Emma Scott et publié chez Juno Publising France.

Titre : Sugar & Love

Auteur : Emma Scott

Genre : Romance

Editions : Juno Publishing France

Ebook :  5,99 €

Broché : 20 €

Résumé :

Nikolai Alexei Young est né avec un don… un don qu’il donnerait tout pour voir disparaître. Le cœur et l’âme de chaque personne avec qui il entre en contact sont un livre ouvert pour ses sens exacerbés. Émotions colorées, lambeaux de pensées, douce amertume de vieux souvenirs… il ressent tout. Les livres de science-fiction le qualifieraient d’empathe. Pour Nikolai, sa capacité a fait de lui un exilé. Il parcourt seul les États-Unis seul, évitant les zones peuplées des grandes villes et utilisant ses talents innés pour gagner de l’argent dans des tournois de poker clandestins. Juste assez pour continuer d’une ville à l’autre. Il n’a aucun espoir de changement dans sa vie, jusqu’à ce qu’il la rencontre…

À dix-neuf ans, Fiona Starling était piégée dans une situation intenable et sans issue, jusqu’à ce qu’elle se libère de la seule manière qu’elle connaît. Désormais, trois ans plus tard, elle vit en bordure de Savannah en Géorgie et reconstruit sa vie selon ses propres règles, saisissant chaque moment et économisant le moindre centime afin de pouvoir réaliser son rêve d’emménager dans la forêt vierge du Costa Rica. Mais derrière son sourire insouciant bat le cœur d’une jeune femme solitaire hantée par son passé, jusqu’à ce qu’une rencontre fortuite avec un inconnu tatoué change tout…

Mon avis :

Une superbe histoire d’amour pleine d’émotions avec des touches de paranormal.

Nikolai est un homme perdu avec un don dont il ne sait que faire. Il a la possibilité de « lire » les gens et ne supporte pas toujours ce qu’il perçoit. Par choix, il vit seul et passe de ville en ville à travers les États-Unis sans jamais se poser réellement. Il n’a pas d’objectif, aucun espoir de changement.

Fiona vit pour un objectif bien précis et se bat chaque jour pour s’en approcher, son départ au Costa Rica est sa planche de salut. Elle en a besoin, un besoin vital.

Leur rencontre, normalement pour une nuit, bouleverse tout.

Dans ce roman, Emma Scott nous entraîne à la limite du paranormal grâce au don de Nikolai. Les deux protagonistes livrent chacun un combat. Fiona cherche à se défaire de l’emprise de son passé. De ces épreuves qui l’ont profondément marquée et affectée dans sa vie de femme. Elle a perdu toute confiance en elle. Nikolai, de son côté aussi, à un passé complexe. Son don est un poids qu’il porte chaque jour et qui l’empêche d’être libre.

Leur histoire se construit en douceur entre passion et doutes. Les aléas sur leur chemin rendent l’histoire addictive. Les personnages sont touchants et tellement attachant. Ils m’ont transporté avec eux, au travers de leur parcours et de leurs sentiments. L’apparition par petites touches d’Evan, personnage principal de « Comment sauver une vie » m’a fait plaisir. Vous l’aviez aimé ? Vous aimerez celui-ci ! Si vous ne l’avez pas lu, pas d’inquiétude, ils peuvent sans problème être lus indépendamment.

L’histoire originale de cette romance et les émotions palpables m’ont séduite. La plume fluide et captivante de l’auteure m’a une nouvelle fois conquise !

Merci à Maïwenn et Juno Publishing France pour l’envoi de ce service presse.

Extrait :

Depuis que j’avais échappé à Steve, deux ans auparavant, je m’étais promis de vivre selon mes propres règles. Pour moi, cela signifiait que je n’en suivais aucune. Je ne me cacherais plus jamais. J’allais vivre en pleine lumière. Alors, pourquoi ne pas avoir un coup d’un soir si j’en avais envie ?

— Oui, pourquoi pas ? dis-je en balayant des feuilles mortes du ficus près de l’entrée. Une glorieuse partie de jambes en l’air, d’une nuit ? Je ne dis pas non.

Une vague de chaleur me submergea. Je ne disais pas non, en effet. Le contact des mains d’un homme me manquait, se perdre dans le plaisir aussi. Peut-être que les voix de ses ombres du passé disparaîtraient grâce à la présence d’une autre personne. Un délicieux inconnu que je ne devrais supporter qu’une nuit.

— Oui, je pourrais bien m’accorder ça. Voir au moins où ça nous mène.

Opal me jeta un coup d’œil.

— Comment ça marche un coup d’un soir maintenant ? Tu choisis un homme et tu vas chez lui ?

— Je ne suis pas une spécialiste, mais je crois qu’il vaudrait mieux que ça se passe chez moi. À l’aube, le lendemain matin, moi je reste, et lui s’en va.

— Il doit vraiment s’en aller ?

— Oui, répliquai-je en la fixant, avant de reprendre mon travail et de pousser les feuilles.

— Les hommes ne sont pas tous comme Steve.

— Je sais, dis-je, mais je ne suis pas capable de voir la différence.

Tu es tellement bête… une petite écervelée…

Je secouai la tête et balayai plus énergiquement.

— Il faut que je parte au Costa Rica. Une fois là-bas, je serai libre de… Une fois que je me serai retrouvée… Non, dis-je en secouant vigoureusement la tête. Une fois que je me serai reconquise, je pourrai sortir avec des hommes à nouveau. Peut-être même tomber amoureuse.

Ces mots semblaient tellement improbables. L’idée de confier mon cœur à un homme, de le poser dans ses mains me semblait impossible.

— Je te le souhaite. J’aurais préféré que tu restes ici pour que je le voie en direct.

— Ça arrivera, dis-je pour lui faire plaisir, me forçant à sourire. Mais en attendant, les coups d’un soir coquins feront l’affaire. Opal ne put se retenir de rire. Je savais qu’elle voulait seulement m’aider, mais une seule chose le pouvait, c’était le Costa Rica. Quitter le pays. Je pourrais alors cesser de regarder toujours derrière moi.

Je serais libre.

— Comme tu veux, mais ne t’interdis rien, d’accord ?

— D’accord.

C’était la chose la plus simple à répondre. Bien plus que de préciser que ma vie m’appartenait et que je ne referais pas l’erreur de la confier à quiconque. Plus jamais.