L’avis de Carine sur le roman de Aimée Bianca : B.O.S.S Beau, Odieux, Sexy, Snob chez Addictives Editions.


Titre : B.O.S.S Beau, Odieux, Sexy, Snob

Auteur : Aimée Bianca

Genre : Romance

Editions : Addictives

Ebook : 4.99€

Résumé :

L’embrasser ou l’insulter ?

Aprile adore sa vie : libre et sans attaches, promise à une carrière passionnante, elle est entourée d’une sœur adorable et d’une meilleure amie loufoque…
Tout lui sourit ! Le seul hic, c’est son boss. Archibald Perkins est sexy, imposant, exigeant… et froid comme la banquise.
Il l’attire autant qu’elle le déteste, mais elle refuse de céder à ce désir : elle joue trop gros, elle pourrait tout perdre !
Sauf qu’il suffit d’une blague innocente, d’un ou deux quiproquos et d’un baiser aussi interdit qu’incendiaire pour tout faire basculer…
Et Aprile a beau lutter, sa raison ne fait pas le poids face à son boss aussi canon qu’insupportable !

Mon avis :

Boss : Odieux, Sexy, Snob. Une très belle lecture rafraîchissante et romantique à sa façon qui m’a fait passer un excellent moment et sans prise de tête, et avec un rythme parfait qui m’a permis de le lire d’une seule traite.

Aprile est une jeune et magnifique femme, drôle et ne manque pas de réparties. Depuis quelques mois, elle a enfin trouvé le job de ses rêves comme responsable markéting chez Patience où elle doit faire ses preuves et ne compte pas ses heures. Le nom de la société ne pouvait pas être plus en raccord avec son état d’esprit. Patience… oui, il lui en faut beaucoup avec son Boss ! L’impérator ! Fils du PDG du groupe qui occupe le poste de directeur commercial dans son département. Un bourreau de travail, emmerdeur de première, arrogant, imbu de lui-même et magnifiquement beau…

Archibald est un homme glacial, la banquise à côté pourrait faire pâle figure tellement Aprile est refroidie dans chacun de leurs échanges professionnels. Snob, Odieux caractériel, mais aussi beaucoup trop sexy pour qu’elle ne fantasme pas en douce sur lui. Fantasme qu’elle partage avec sa meilleure amie et qui prendra une dimension insoupçonnable suite à une blague stupide qui attirera l’attention de L’impérator.

Se pourrait-il qu’Aprile réussisse à faire fondre son Iceberg de patron ? Et si c’était lui qui lui faisait fondre sa petite culotte ? Encore faudrait-il qu’il puisse l’attraper ! Un jeu se met alors en place. Un jeu qu’on pourrait nommer une fois de plus le chat et la souris comme cela est souvent le cas dans les romances, mais personnellement dans ce cas précis, j’aurais tendance à le nommer plutôt, le jeu de l’amour vache et des quiproquos !

Mais si Aprile se laissait attraper, ne risquerait-elle pas sa carrière qui débute à peine ?

Aimée Bianca nous offre là une romance qui ne peut que nous emporter malgré une thématique assez redondante, les relations avec son Boss. Néanmoins elle a su parfaitement la mener de manière à ce qu’on ne puisse que y succomber. Et particulièrement, en rendant Archibald humain et non l’homme parfait des romances à qui tout lui tombe dans le bec. Un homme vrai qui derrière sa carapace de conard arrogant se veut joueur, mais a aussi ses failles. Parfois même des défaillances réalistes et rien que pour cela, moi je dis banco ! Quant à Aprile, elle est le rayon de soleil de cette romance. Fraîche, pétillante, souriante, lumineuse, drôle et entière, elle nous renvoie sa bonne humeur et son sourire par delà les pages. On ne peut que succomber à cette héroïne qui ne se laisse pas abattre et qui supporte, non sans mal, cet Odieux Boss qui n’a pas l’air de la porter dans son cœur. D’ailleurs, est-il possible qu’il ait un cœur ? C’est moins sûr, et pourtant…

Un roman léger, mais très addictif qui nous emporte d’un bout à l’autre sans temps mort. Un roman sans prise de tête qui a été pour moi une belle découverte et que j’ai lu au bon moment. J’ai été séduite par le récit, mais surtout par la plume d’Aimée Bianca que je ne connaissais pas et dont j’ai apprécié la simplicité et la fluidité. Un récit drôle et enflammé aussi à ses moments, entre deux joutes verbales et une tension sexuelle à son paroxysme on ne peut qu’être charmé à ce merveilleux moment de lecture même si j’en aurais voulu un peu plus, même beaucoup plus… Et que dire de cet épilogue à tomber ? Rien, si ce n’est de vous dire de foncer le lire et le découvrir par vous-même. Et si je devais moi aussi jouer avec les protagonistes, je dirais que le dernier mot est pour moi 😉

Un grand merci aux Éditions Addictives pour l’envoi de ce service presse très pétillant !

Extrait :

– Mademoiselle Barnett, souffle-t-il quand j’arrive à sa hauteur.
Son torse se soulève irrégulièrement et ses épaules sont tendues.
– Monsieur Perkins.
Je contourne son bureau en l’effleurant du bout des doigts, d’une allure aguicheuse. Hier, il est parti comme un voleur et a oublié de me donner quelque chose. Et je compte bien le récupérer, maintenant.
Je pose mes mains sur les accoudoirs de son siège, le surplombant. Ma position lui offre une vue plongeante sur mon décolleté. Mon chemisier pend en avant et mes seins tentent de s’échapper de mon soutien-gorge blanc. Archibald ne rate pas une miette du spectacle et déglutit difficilement.
Je suis ravie de l’effet que je produis sur lui et de son absence de contestation. Avec audace et détermination, je m’agenouille doucement à ses pieds. Son regard braqué sur moi, ses pupilles se voilent immédiatement d’un désir brut.
Nous y voilà.
– Aprile…

L’avis de Charlotte sur Initiation on your skin de Izia Soley


Coucou les étoiles. Je vous présente mon avis Coup de Cœur sur Initiation on your skin de Izia Soley aux Editions Addictives, une romance rythmée, avec des personnages intéressants et intrigants !

Titre : Initiation on your skin

Auteur : Izia Soley

Genre : Romance

Editions : Editions Addictives

Ebook :  4,99 €

Résumé :

Elle veut tout savoir, il sera son professeur.

Malgré son caractère piquant, Rwen, 20 ans, est nulle en séduction.
Il suffit pourtant d’une soirée déguisée, d’un peu d’alcool et de beaucoup de lâcher-prise pour qu’elle s’abandonne à lui : Canaan, tatoué de la tête aux pieds, arrogant et serial fucker…
Joueur et touché plus qu’il ne veut l’admettre, Canaan propose alors à la jeune femme un deal des plus tentants : lui enseigner les secrets de la séduction en échange de sa peau qu’il rêve de tatouer.
Le désir qui naît entre eux est intense, et bientôt l’amour s’en mêle. Mais pas question pour Canaan de se faire avoir…
L’élève sera-t-elle plus douée que le maître ?

Mon avis :

Canaan est attiré par Rwen, qui ne cesse de le repousser. Son manque de confiance en elle l’empêche de se lâcher. Entre eux, le désir est puissant. La tension crépite. Ils ont, tous les deux, une repartie bien placée qui donne des joutes verbales hautes en couleur agrémentées de petits surnoms grâce à l’imagination fertile de Canaan.

Canaan comprend facilement les doutes et incertitudes de Rwen quant à sa capacité de séduction. Il lui propose un deal : sa peau qu’il veut tatouer contre l’aide dont elle a besoin pour se libérer de ses barrières. 
On sent rapidement que Rwen, sous sa répartie bien placée, a des fêlures. Les indices sont donnés avec parcimonie et cela a aiguisé ma curiosité. 

Je suis entrée dans l’histoire très facilement, dès le démarrage le ton est donné et la chaleur grimpe ! Rapidement, le jeu commence. Canaan initie Rwen à l’art de la séduction, mais jouer avec le désir et le feu peut brûler ! Les deux jeunes font face à une passion dévorante. Cependant, il n’est pas prévu dans le deal de céder à cette tentation…

Les séances de tatouages sont chargées de beaucoup d’émotions et de tension pour Canaan qui est comme drogué à l’idée de s’approprier la peau de la belle et pour Rwen qui se livre entièrement aux mains du jeune tatoueur. 

J’ai eu un pincement au cœur en découvrant certaines zones d’ombre de la douce Rwen, car il n’est pas uniquement question de séduction dans ce roman… Elle se bat contre un passé qui la hante et n’arrive pas à s’en défaire. Cette intrigue est très bien menée plus complexe qu’elle ne le laisse paraître au premier abord. 

Canaan souffle le chaud et le froid, il a un caractère complexe. Il est difficile de savoir comment il va réagir à certaines situations et le doute reste entier jusqu’au bout… Ce qui rend l’histoire d’autant plus addictive !

Les personnages secondaires m’ont intrigué. Cléo, la sœur de Rwen par son langage sans filtre, j’ai adoré son caractère ! Je découvre que Méléri et Shillow, la sœur et le beau-frère de Canaan, sont les personnages principaux de « Fauves », leur relation m’a rendue curieuse, je vais rapidement aller découvrir leur histoire ! 

Initiation on your skin est une romance prenante et entraînante. Une histoire bien menée par les auteures dont les plumes se mélangent à merveille. Pour avoir lu séparément les auteures, je trouve cette histoire moins sombre qu’à leur habitude, mais avec des personnages très intéressants, car ils sont aussi lumineux que torturés.

Merci à Carole et aux éditions Addictives pour l’envoi de ce service presse.

Extrait :

En une vitesse record, Canaan se déshabille, récupère un préservatif dans sa table de chevet puis retrouve mon corps. Ses mains écartent mes cuisses, son nez effleure le pli de mon aine et il inspire à s’en décrocher les poumons. Ou alors ce sont les miens qui manquent l’asphyxie. Canaan se coule ensuite contre mon flanc droit, me fait pivoter et s’étend derrière moi. Un violent frisson se grave sur mon épiderme lorsque sa voix chahute ma nuque :
– C’en est terminé, Rwen. Cette fois, pas de retour en arrière. Ton corps est à moi. Ta bouche, tes seins, ton cul d’enfer… tout m’appartient. Je vais te prendre, bébé. Je vais te prendre si profondément que chacune de tes cellules se souviendra de moi.
Mon abdomen se contracte pour parer par anticipation à l’onde de désir qui menace de m’engloutir. D’une torsion, Canaan bascule sur le dos et m’entraîne avec lui, bloquant mes courbes sur les muscles de son torse, sa hampe tendue taquinant mes fesses. L’une de ses mains s’enfouit dans mes cheveux, expose mon cou à ses lèvres pendant que sa jumelle rejoint mon entrejambe. Glisse le long de mes chairs.
Je déchire l’étui du préservatif, soulève mes fesses et, avec une extrême lenteur, fais coulisser le latex sur son sexe. La totalité de ses muscles se raidit contre ma colonne vertébrale… et se bande à l’extrême quand mon corps s’empare enfin de lui, centimètre par centimètre. Souffle par souffle. Pulsation par pulsation. Mes reins se creusent pour l’accueillir, pour enfin assouvir ce besoin presque viscéral que Canaan me possède. Un brasier prend naissance au creux de mon ventre, s’enroule autour de chacune de mes vertèbres et crépite sous mes côtes.
Une seule idée parvient, là, à percer ce brouillard éthéré de plaisir dans lequel je me noie avec délice. Je veux qu’il prenne tout. Qu’il encre, marque chaque grain de ma peau pour absorber le reste. Mon sang. Mon cœur. Tout. Tout est à lui. Peut-être est-ce là ma réelle liberté. Lui accorder une confiance totale. Sur mon corps comme mon âme.
Un coup de reins me fait soudain réintégrer la réalité. Un gémissement s’extirpe de ma gorge, meurt au-dessus de nos enveloppes au moment où il entame de paresseux va-et-vient entre mes cuisses. J’incline de nouveau ma tête de façon à ce que son souffle envahisse mon cou. Capture ses doigts dans ma bouche lorsqu’il les insère. Je les goûte, les suce, déclenchant une réaction immédiate et presque primitive chez lui. Son sexe enfle davantage et me pénètre de plus en plus fort. De plus en plus vite.