L’avis de Charlotte sur De Tahiti à Noël : La vie (pas si) superficielle de Mia #1.5 de Mathias P. Sagan


Hello les étoiles. Je vous présente mon avis sur De Tahiti à Noël : La vie (pas si) superficielle de Mia #1.5 de Mathias P. Sagan publié chez Juno Publising France : le petit plus qui me manquait !

Titre : De Tahiti à Noël : La vie (pas si) superficielle de Mia #1.5

Auteur : Mathias P. Sagan

Genre : Romance

Editions : Juno Publishing France

Ebook :  2,49 €

Résumé :

Salut à tous !

Vous vous souvenez de moi ? C’est Mia ! Je vous ai manqué, j’espère ?

J’imagine que vous voulez savoir où en est ma vie pas si superficielle… Rien de plus facile ! Et vous allez adorer.

Pliez vos bagages, nous partons à Tahiti !

Mon avis :

Dans ce supplément, très court, nous retrouvons Mia telle que nous l’avons laissée à la fin du tome 1. Je ne vais pas vous en dire beaucoup plus, je ne voudrais pas spoiler ! Je vous conseille tout de même d’avoir lu le premier tome avant de lire cet avis ! 😉

Mia part à Tahiti comme elle en avait tant rêvé et prévu bien que certaines choses aient évoluée ! Elle ne part pas seule, Matt l’accompagne. Elle va devoir faire face à de nouvelles angoisses dues à sa nouvelle relation amoureuse, une vie commune à mettre en place et la place qu’elle peut occuper dans la famille de cet homme qui a déjà un fils… Beaucoup de questions la taraudent.

Matt égale à lui-même est plutôt sereins et ne cache rien de ses émotions ou de ses inquiétudes. Ce qui rassure Mia. J’aime le caractère pétillant de Mia et le calme de Matt.

Ce supplément vient clôturer parfaitement « La vie (pas si superficielle) de Mia ». Nous avons des réponses à des questions laissées en suspens la concernant et concernant son frère.

La plume de l’auteur est fluide et agréable. J’ai passé un très bon moment avec eux, du soleil paradisiaque aux fêtes de Noël !

Merci à Maïwenn et Juno Publishing France pour l’envoi de ce service presse.

Extrait :

— Veux-tu que je t’accompagne ?

— Le ferais-tu ? demandé-je, maudissant ma voix qui produit une plainte enfantine.

— Mia Johanesson, en quelle langue faut-il que je te parle ? répète-t-il, secouant la tête et levant les yeux au plafond. Si je te le propose, tu connais donc ma réponse.

— Bien. Je veux dire, oui. Oui, ça me plairait que tu viennes avec moi.

Je pose mon visage contre son torse et hume son parfum. Comment arrive-t-il à sentir aussi bon alors qu’il n’a pas encore mis son Bleu de Chanel ? Son odeur est loin de calmer mes ardeurs, pourtant je me retiens de le titiller.

Mon estomac gronde de mécontentement, et je me sépare de lui à regret.

— J’ai faim. Et pour Tahiti, je ne sais pas comment faire pour la réservation, je n’avais pas prévu un accompagnant, lui dis-je en accentuant le dernier mot.