The Most Insolent Man de Jeanne Pears aux éditions Addictives !


Hello les étoiles, je vous présente mon avis sur The Most Insolent Man de Jeanne Pears. Une aventure chargée d’adrénaline et dont les héros nous régalent d’un bel amour au goût d’interdit et d’une alchimie à haute tension. Une histoire mâtinée aussi d’un suspense haletant, d’une atmosphère prenante et de moult rebondissements.

Titre : The Most Insolent Man

Auteure : Jeanne Pears

Editeur : éditions Addictives

Genre : Romance

Résumé : Il est habitué à enchaîner les trophées, mais elle ne va pas se laisser faire !
Troy est pilote de course. Déterminé, arrogant, il est sûr de lui et les femmes défilent dans son lit ! Mais un soir, l’une d’entre elles lui résiste malgré le baiser torride qu’ils échangent.
Quand quelques jours plus tard, il recroise l’inconnue, il tombe des nues. Hope n’est autre que sa nouvelle collègue, et la nièce de son patron d’écurie ! En plus de ça, leur contrat leur interdit toute relation amoureuse !
Mais c’est déjà trop tard, il l’a goûtée le temps d’un baiser, l’attirance est là. Comment oublier ? Comment lutter ?
Troy ne veut qu’elle et il n’est pas du genre à abandonner avant la victoire…

L’avisdeMya 

Troy ne vit que pour sa passion. S’il sait s’amuser comme à l’instar de ses homologues célibataires, tant que ces relations soient sans attache, il reste concentré sur son objectif. Rafler autant de prix possibles et gagner le plus grand trophée de sa carrière. Une soif aveuglante l’anime, prendre revanche sur le passé, gagner pour son père et le rendre fier de lui. Sauf que dans son obsession d’être toujours premier à l’arrivée, il passe à côté d’autres belles choses que son métier peut lui offrir. À savoir, des amitiés qui ne demandent qu’à se souder et de devenir sa famille de cœur. À part sa mère, il en manque cruellement dans sa vie, tellement, il s’est barricadé au plus profond de lui-même, ne laissant personne s’approcher de plus près. Troy n’est ni égocentrique ni un loup solitaire et loin d’être égoïste. Il a un grand cœur et aime les gens contrairement à ce qu’il laisse paraître. S’il est réservé et garde ses distances avec le reste de l’équipe, c’est qu’il a ses raisons… et elles ne sont pas anodines. Du moins, de son propre point de vue. Cependant, le destin a des projets pour lui. Des projets qui n’étaient pas au programme, ni dans son futur immédiat ni dans l’avenir. Jamais. Mais, depuis que Hope a croisé son chemin, son cœur balance et le doute s’est insinué dans son esprit. Pourquoi ne peut-il pas avoir les deux ? Allier ses deux passions ne lui parait plus impossible… Certes, le secret de cette relation leur pèse, mais Troy n’a pas de regret. Il préfère partager ces instants volés avec Hope que rester loin d’elle. Il n’est pas aisé de cacher leur liaison interdite aux yeux des autres, se voir clandestinement alors qu’ils ont envie de crier leur amour au monde entier, finalement, ce qui importe, c’est qu’ils soient ensemble… Jusqu’à ce que le passé vient se rappeler au bon souvenir de Troy. Le secret qu’il tait farouchement à sa mère, plus grave, à son patron et à son équipe pour continuer à courser, vient de le rattraper. Troy n’a plus le choix, il doit se raccrocher à sa première ligne de conduite. C’est une question de vie ou de mort pour lui de gagner cette compétition. Il faut absolument qu’il aille jusqu’au bout de la course et tant pis s’il doit se briser le cœur et réduire leur amour à néant. Et pour mener son plan de carrière à bien, il se doit de la repousser, la convaincre qu’elle fait barrage entre lui et ce podium tant rêvé, même s’il doit le faire d’une manière inappropriée et au risque de la détruire !

The Most Insolent Man était ma dernière lecture de l’année et encore une fois je ne peux que me féliciter d’avoir clôturé 2020 avec cette romance dans l’univers NASCAR. Un thème que Jeanne Pears maîtrise à la perfection, décrit d’une façon précise et avec passion, permettant un plongeon immédiat au cœur de cette aventure à haute tension. Rien de tel qu’imaginer le grondement d’une voiture de course pour s’abreuver de quelques shoots d’adrénaline tout au long de la lecture, tout oublier et ne penser plus qu’arriver au mot fin.

Jeanne Pears est une auteure qui ne craint pas de tenter de nouvelles expériences et elle nous le prouve dans cette histoire. Une expérience riche de descriptions, de jargons et de battements de cœur à plus de 300/h. Elle est animée d’une telle passion pour le sujet qu’elle arrive à nous la transmettre même si c’est le temps d’une lecture. On se prend au jeu de la vitesse et de la compétition, on se surprend à retenir notre souffle, à guetter l’arrivée comme si elle nous a payé un ticket en direct de l’évènement. Elle nous a offert un road-trip américain des plus captivants, une visite guidée de ces sites dans lesquels règne une tension électrique. Et le plus beau dans tout cela, c’est la magnifique romance qui est née dans le secret et a évolué dans l’interdit faisant vibrer mon cœur au même rythme que les courses automobiles . Sans oublier l’ambiance bon enfant teintée d’une rivalité gentillette qui habite les circuits. Une rivalité qui vire aussi à haut risque dans certains chapitres exacerbant mes émotions déjà à vif . Les amitiés qui se consolident dans un univers où la jalousie et les coups bas priment, nous rend ces personnages hauts en couleur et drôles encore plus attachants qu’on a envie d’adopter d’emblée. Des protagonistes secondaires que j’espère bien revoir dans un spin-off ou deux. À bon entendeur !

The Most Insolent Man est une aventure chargée d’adrénaline et dont les héros nous régalent d’un bel amour au goût d’interdit et d’une puissante alchimie. Une histoire mâtinée aussi d’un suspense haletant, d’une atmosphère prenante et de moult rebondissements. Les joutes verbales pertinentes aussi qu’explosives qu’hilarantes nous accrochent et nous poussent à tourner les pages sans se lasser. Encore une fois, la magie a opéré avec cette merveilleuse plume qui nous vend à chaque fois un rêve. Clairement, un talent qui n’est plus à prouver. L’accompagner dans ses voyages n’est jamais décevant et m’assure toujours une immersion totale dans ses univers. Je ne vous en dis pas plus, je vous laisse au plaisir de la découverte de ce good road-trip dans l’univers de la NASCAR. Une histoire qui nous fait vibrer autant par la vitesse sur les circuits que par les somptueuses émotions qui se dégagent entre les lignes.

Merci aux éditions Addictives pour l’envoi du service presse de cette sublime lecture.

136663741_230308398587608_2616458815768430432_n

Invitée spéciale chez les étoiles avec AB. Blackwood!


Hello les étoiles ! Aujourd’hui je vous invite à en apprendre un peu plus sur AB. Blackwood, auteure de Murder Game, de 666 Les Murmures du Diable et de Je Creuserai ta Tombe.

136407860_1824288737727251_3619814501454597707_n

Audrey : Je m’appelle Audrey et j’écris des romances et des thrillers sous le nom de plume de AB. Blackwood. J’ai commencé sur la plateforme Wattpad avant d’être repérée par une maison d’édition, puis j’ai choisi de me lancer dans l’auto édition.

Mélissa : Pourquoi te lancer dans l’écriture ?

Audrey : J’ai commencé à écrire très jeune pour échapper au réel qui ne me plaisait pas. J’avais besoin d’un univers à moi pour survivre. Et ça ne s’est pas arrangé à l’âge adulte…

Mélissa : Pour le plus grand bonheur de tes lectrices… En parlant d’univers, as-tu un rituel pour écrire ?

Audrey : Je n’ai aucun véritable rituel pour écrire. Je suis capable d’écrire dans le train comme du fond de mon lit.

Mélissa : Peux-tu nous parler de ton premier roman : Murder Game ?

Audrey : Murder Game est une Dark Romance qui mêle suspense, romance et manipulation dans une intrigue amoureuse autour d’un tueur en série.

Mélissa : Il y a un coté sombre dans chacun de tes livres, on pourrait facilement deviner ton thème de prédilection, non ? Audrey : J’adore aborder des thèmes variés et écrire des thrillers et de l’horreur, mais mon genre de prédilection est sans hésiter la romance.

Mélissa : Surprenant, ce qui me pousse à te demander quels sont ton livre et/ou ton auteur(e) préférés ?

Audrey : Un seul livre ? je ne peux pas. Un top 5 au moins :

  • Madame Bovary de Flaubert.
  • Le Festin des ténèbres de Tanith Lee
  • Ça de Stephen King
  • Le Maître des illusions de Donna Tartt.
  • Le temps de l’innocence d’Edith Wharton.

Mélissa : Je prends note. Quelques mots sur 666 Les Murmures du Diable ?

Audrey : Les Murmures du Diable, est une courte histoire d’horreur qui mélange harcèlement scolaire et manifestations démoniaques.

Mélissa : Pourquoi avoir fait le choix de l’auto-édition avec cette histoire ?

Audrey : Après une mauvaise expérience en maison d’édition, je préfère pour l’instant l’édition indépendante. L’auto-édition via Amazon est souvent plus avantageuse pour les auteur.e.s qui ont l’envie et la capacité de gérer le travail d’édition autour d’un livre.

Mélissa : A quel personnage de tes livres pourrais-tu t’identifier ?

Audrey : Si j’étais un personnage de mes livres, je serais Chloé de Murder Game, un personnage avec de multiples facettes…

Mélissa : Peux-tu nous en dire plus sur Je Creuserai ta Tombe ?              

Audrey : Je Creuserai ta Tombe est un thriller qui parle de la disparition d’un bébé et de la dépression post-partum.

Mélissa : As-tu une préférence pour l’un de ces trois livres ?

Audrey : Dans mes livres déjà publiés, mon chouchou est Murder Game. Et dans ceux qui arrivent, c’est la trilogie de romance New Adult que je suis en train d’écrire.

Mélissa : Tu peux nous en dire plus ?

Audrey : C’est une histoire d’amour tumultueuse entre deux adolescents au sein d’un pensionnat élitiste.

Mélissa : J’ai hâte de la découvrir ! Un quatre mains pourrait-il faire partie de tes projets ?

Audrey : Ecrire à quatre mains est hors de ma portée… Je suis une introvertie et une (gentille) asociale. Je suis toujours très impressionnée par les gens qui y parviennent.

Mélissa : Je nous trouve bien sérieuse.

Audrey : Un auto-portrait chinois ça te tente ?

Mélissa : Trop !

Audrey : Alors :

  • Si j’étais un animal, je serais un chat d’intérieur.
  • Si j’étais un film, je serais Joker.
  • Si j’étais un jour de la semaine, je serais le dimanche.
  • Si j’étais une sucrerie, je serais de la crème glacée.
  • Si j’étais une couleur, je serais le blanc.
  • Si j’étais un objet, je serais un ordinateur.
  • Si j’étais un footballeur, je serais virée.

Mélissa : Mdr !

Audrey : Je me sens un peu bête, mais c’est marrant. Cela me fait retomber en enfance, c’est ce que l’on faisait en cours lorsque l’on s’ennuyait.

Mélissa : J’adore, et même si j’adore le foot, je préfère te voir exceller dans l’écriture… Pour clore cet interview, j’ai une dernière question pour toi. Qu’est-ce que tu dirais pour donner envie à des lecteurs/lectrices de découvrir tes livres : Audrey : Pour cette dernière question, je ne sais me vendre de cette manière et je ne vais pas trouver une réponse qui me ressemble. Cela va sonner faux… Je peux répondre à autre chose, mais ça je ne vais pas y arriver.

Mélissa : Je trouve cette réponse en parfait accord avec ce que tu dégages : une grande sincérité. Pour moi qui te suis depuis la première parution de Murder Game, je ne peux me retenir de donner mon avis. Tu as un talent exceptionnel pour faire passer les émotions quel qu’elles soient dans tes écrits et d’un point de vue très objectif, personne ne devrait passer à côté de çà ! L’émotion dans une lecture c’est tellement important !

Pour suivre l’actualité de ABBlackwood sur ses réseaux, suivez les liens : Page Amazon – Facebook – Instagram

Merci Audrey de m’avoir accordé du temps et d’avoir répondu aux questions pour les étoiles des bibliothèques.

137317635_237351557832987_7538504221108945759_n

L’avis de Mélissa sur Fireman tome 1 : Inflame Me de Mila Marelli chez Evidence Editions.


Hello les étoiles, je vous invite à découvrir mon avis sur Fireman tome 1 : Inflame Me de Mila Marelli chez Evidence Editions. Une histoire d’amour naissante entre un pompier et une jeune femme au tempérament de feu. Une lecture pétillante, promesse de fou rire mais, tout autant incendiaire de petites culottes.

Titre : Fireman tome 1 : Inflame Me

Auteure : Mila Marelli 

Editeur : Evidence Editions 

Genre : Romance Contemporaine  

Ebook : 7.99€ 

Broché : 20.00€

Résumé : Ils n’ont rien en commun.

Lui est pompier, il combat le feu et les dangers tous les jours. Il attend celle qui partagera sa vie, une femme douce avec qui il fondera un foyer chaleureux.

Elle est une organisatrice de soirées mondaines, elle aime les fêtes, ses amis et sa liberté, et aucun homme ne lui fera changer cela.

Et pourtant, leur rencontre va être explosive !

Seront-ils prêts à faire tomber les barrières qu’ils se sont imposées ?

L’avis de Mélissa

Fireman tome 1 : Inflame Me de Mila Marelli est la naissance d’une histoire entre deux personnages diamétralement opposés qui pourtant éprouvent une attirance incontestable. Après une première rencontre plutôt explosive, ils vont se découvrir et s’apprivoiser. Ils n’envisagent pas le futur de la même manière mais, trouvent vite un compromis afin de n’abuser que des bonnes choses. Pas d’étiquette sur ce qu’ils sont, ni promesse ni espoir en l’avenir. Seulement des instants charnels, des rapports passionnels et enflammés. Mais, attention, à trop jouer avec le feu, ils risquent de se brûler.

Ézéchiel est pompier professionnel à la BSPP, ce qui implique l’uniforme, un corps de rêve et une certaine capacité à maîtriser les incendies. Il pourrait user de ces atouts pour enchaîner les conquêtes mais, il n’en est rien. Il n’est pas comme tous ces types coureurs de jupons. C’est un amoureux de l’amour, un homme respectueux, qui a des valeurs. Il est à la recherche d’une relation plus conventionnelle car, la famille c’est important et précieux alors, trouver une femme, la chérir et fonder son propre foyer, voilà ce qu’il désire. Lorsqu’il rencontre Zoé, il tombe sous son charme. La jolie brune ne se montre pourtant pas sous son meilleur jour…

En effet, elle vient d’être dérangée dans un moment qui est pour elle d’une importance capitale et frôle la crise d’hystérie. Il faut dire que la jeune femme est dotée d’un tempérament de feu. Cette directrice d’agence d’organisation en événementiel est une femme indépendante. Dans sa vie professionnelle, elle est impitoyable car, à l’image de sa vie personnelle, elle ne laisse aucune place pour les sentiments… Elle aime sa liberté et en profite pour voyager afin de s’adonner à ce qui la fait vibrer : braver l’extrême en quête de sensations fortes au grand dam de son père, qui est le premier et le seul homme de sa vie. Il est hors de question pour elle d’imaginer une relation sérieuse avec un homme, en revanche prendre du bon temps avec le soldat du feu lui semble carrément envisageable…

Dans ce premier tome, nous faisons la connaissance avec un personnage masculin très différent de ceux qu’on a l’habitude de rencontrer. Il est attachant et son côté pudique lui donne un certain charme. Qui n’a jamais souhaité rencontrer un homme comme lui, un gentleman qui une fois la porte, de son intimité, fermée, s’avère être en plus un amant qui vous fait frôler la combustion spontanée. Et puis il y a Zoé, cette fille complètement timbrée, amoureuse du grand frisson… Elle est pétillante et drôle tout en étant une femme forte et impressionnante. Au fil du récit, elle se radoucit au contact du jeune homme.

Leur histoire est intense et petit à petit, Ézéchiel fait tomber les barrières de la jeune femme. Lui, il n’a aucun doute, il veut plus que ce qu’elle lui offre et il est prêt à patienter jusqu’à ce que Zoé ouvre les yeux et accepte qu’il y a bien plus entre eux. Mais cette dernière en est elle capable ? N’est-il pas plus facile de se voiler la face, de s’imaginer des choses et de s’en servir pour justifier la fuite. Et puis officialiser une relation, la vivre au grand jour pourrait entraîner des dommages collatéraux. Qu’en sera-t-il de leur avenir ? Je vous invite à le découvrir.

Pour ma part, c’est un nouveau coup de cœur. J’aime la plume de Mila Marelli, une de celle qui vous captive très rapidement et qui vous promet des moments de lecture exquis. Je ne me lasserai jamais de la suivre dans les aventures qu’elle nous propose. Peu importe le genre auquel elle s’attaque je suis conquise. Dans Fireman, j’ai adoré la diversité des protagonistes. Comme je l’ai dit plus haut, le profil d’Ézéchiel est assez singulier et c’est très plaisant mais, mon coup de cœur est tout de même pour Zoé, la déjantée. Puis l’on rencontre d’autres personnes, les collègues et la famille du pompier, le père et les amies de la jeune femme, un tout synonyme d’une belle promesse pour le tome 2. Il y a aussi le double point de vue, qui offre un ressenti simultané de nos deux héros nous procurant de l’émotion et nous donnant une lueur d’espoir sur un éventuel avenir commun pour eux. Mais, ce que j’ai aimé plus que tout, c’est l’humour qui ressort de cette lecture. Il y a longtemps que je ne me suis pas marrée autant et ça fait du bien au moral.

Si vous aimez rigoler, cette lecture est faite pour vous ! Vous êtes déprimées ? Cette lecture est faite pour vous ! Vous n’êtes pas axées humour ? Cette lecture est faite pour vous aussi car, vous ne résisterez pas aux propos et au comportement hilarant de la jolie brune. Vous l’aurez compris, aucune excuse n’est valable pour passer à côté de cette lecture. Une romance réunissant fous rires, sentiments, et incendie de petite culotte.

Aucune description disponible.

EXTRAIT :

<< — Salut ! Plus que jamais. Je t’appelle parce que j’ai un truc à négocier avec toi.
     — Tout ce que tu veux, chérie ! D’ailleurs, j’ai tes talons à la maison !
     — Mes talons ? demandé-je, ahurie.
     — Ouais, des noirs avec le dessous rouge et ils ont une torsade sur le côté.
     — Mais comment ça se fait qu’ils soient chez toi ?!
     — Attends, la dernière fois qu’on s’est vus, tu t’es mis une race, ma pauvre ! Je sais même pas comment ton foie a survécu !
     — …
     — Tu m’as trop régalé !
     — Marek, je ne suis pas seule, s’il te plaît !
Je deviens aubergine. Je sais de quelle soirée il parle. Celle dont je ne me souviens plus. C’est le black-out tellement j’étais bourrée. C’était la soirée de la phase terminale de Nastasia, lorsque, Ézéchiel et moi, nous nous sommes disputés, mais ce n’est pas du tout le bon moment de parler de ça !!
     — Franchement, minette, pourquoi avec toi toutes les soirées partent en couilles ?! Tu sais que Philibert m’en veut encore à mort. On était censés être tes baby-sitters et on s’est déglingué la gueule avec toi !
     — Attends, il m’en veut à moi aussi ?
     — Non, t’es sa chouchoute ! Mais putain, j’en ai pris plein la gueule !
Je ris et décide de terminer cette conversation qui va commencer à m’embarrasser devant la famille d’Ézéchiel.
     — Je m’en souviens pas et Nastasia n’a pas voulu me raconter, donc je pense qu’il faut laisser le …
     — Tu veux que je te rafraîchisse la mémoire ?
     — Ça va aller !! dis-je précipitamment. Je t’assure que ce n’est pas une bonne idée de …
     — Le zoo de nuit, la roulade dans l’enclos des boas.
J’ouvre la bouche en grand et écarquille les yeux.
     — Putain, c’est comme ça que j’ai ruiné mon jeans ?!
     — Ah non ma chérie, t’as ruiné ton jeans en entrant dans l’aquarium des requins, le tout en chantant baby shark à tue-tête.
Le temps que Marek rit à s’en faire péter les cordes vocales, je regarde Ézéchiel et tente de m’en sortir comme une princesse.
    —Il en fait des tonnes à chaque fois, je suis sûre que ce n’était pas aussi farfelu que ça en a l’air.
Ezra s’avance vers moi avec un sourire de vainqueur.
    — Menteuse ! C’est parce que tu t’en souviens pas, Philibert a pété un câble quand il est venu nous chercher !
    — Attends, on s’est retrouvés au commissariat ?
    — Non, chez moi, au club. D’ailleurs, je savais pas que tu parlais russe !
    — Je te rassure, moi non plus, je le savais pas ! dis-je en me frottant les paupières.>>