L’avis de Carine sur Arte Corpus : Angel et Raph 1, un roman de Jenny Rose chez Plumes du Web


Titre : Arte Corpus 3

Tome Angel et Raph 1

Auteur : Jenny Rose

Genre : Romance

Ebook : 4.99€

Broché : 16.90€

Résumé :

De la haine à l’amour, il n’y a souvent qu’un pas ! Lorsqu’ils se rencontrent aux fiançailles d’une amie commune, Angélique et Raphaël réalisent aussitôt qu’ils ne sont pas faits pour s’entendre. Elle le trouve rustre et antipathique, selon lui elle est froide et prétentieuse. Pourtant, ils ne sont pas si différents : leur caractère borné n’a d’égal que l’amour sans limites qu’ils vouent à leur entourage. Mais alors que le talentueux tatoueur croque la vie à pleines dents, la jeune psychologue vit à travers les yeux de son frère aîné, atteint d’un handicap et d’une pathologie incurable. Leurs existences aux antipodes l’une de l’autre vont se télescoper et leur prouver que les apparences sont souvent trompeuses. Raphaël comprendra-t-il que le monde n’est qu’une palette aux nuances de gris ? Angélique parviendra-t-elle à accepter qu’une vie de sacrifices ne la rendra jamais heureuse ? Une chose est sûre : aucun des deux ne sortira indemne de cette rencontre.

Mon avis :

Avec Arte Corpus, je découvre la plume de Jenny Rose qui a été pour moi une belle surprise. N’ayant pas lu la duologie précédente, c’est aussi la découverte d’une bande d’amis qu’il vous faut absolument découvrir à votre tour. Plus que des amis, ils sont cette famille qu’ils se sont choisis et pour qui ils sont prêts à tout.

Et avec cette nouvelle duologie, après Tori et Noha, c’est au tour d’Angélique et Raphaël de nous offrir leur récit, et comme je disais plus haut, n’ayant pas lu les précédents tomes, vous comprenez donc qu’ils peuvent se lire indépendamment.

Angélique et Raphaël, deux prénoms divins, angéliques, ils en sont loin ! Deux caractères de feu qui vivent une vie à l’opposé de l’un de l’autre. Angélique est une très jolie femme douce et posée en apparence. Le feu et la glace. Piquante et complètement dans le contrôle qui serait prête à tout faire péter face à Raphaël qui ne porte de pur que son prénom. Elle le déteste, il le lui rend bien. Il aime trop jouer avec elle, la pousser à sortir sa vraie personnalité. Elle peut mieux faire encore que le peu qu’elle lui a montré jusqu’alors. Pourquoi il aime tant la piquer ? Il n’en a aucune idée mais, il est clair que même si elle n’a rien en commun avec les femmes qu’il côtoie et drague généralement, il ne peut s’empêcher de la chercher. Malgré la répulsion qu’ils se vouent l’un et l’autre, ils vont devoir se côtoyer puisque, le meilleur ami d’Ange a intégré la bande depuis sa relation avec Tori qui n’est autre que la meilleure amie de Raph.

Raphaël est un homme intense, fougueux et déterminé. Il croque la vie à pleines dents, se foutant des convenances et se conduisant comme un enfoiré de première. Mais cela ne l’empêche pas d’être honnête et loyal. Il ne cache pas qui il est. Il le revendique même. Tatoueur hors pair, il est maître dans l’art d’être un parfait connard. Et dès les premières pages, le début des hostilités est lancé au premier regard échangé avec cette jolie blonde qui parait si hautaine et coincée. Angélique…

Cette jeune psychologue qui s’interdit de vivre en se sacrifiant pour le bien-être de son père et de son frère. Raph voit bien qu’elle se bride et qu’elle s’empêche d’être totalement en accord avec elle-même. Un petit jeu s’installe alors entre eux, jusqu’à un défi qui les mènera au point de non-retour. Jusqu’à ce qu’Ange s’offre la possibilité de s’amuser, sans culpabiliser. S’accorder de brefs interludes durant lesquels elle va vivre enfin pour elle, rien de plus, rien de moins… Mais, se frotter à Raph était-ce une bien judicieuse idée ? Il incarne tout ce qu’elle refoule, tout ce qu’elle jalouse aussi… Tout ce qu’elle ne peut décidément pas s’accorder.

C’est une lutte de tout instant pour Ange qui s’autorise aucun bonheur de la vie et encore moins de s’ouvrir aux autres. Seule sa famille compte plus que tout et une relation ne peut voir le jour au milieu de tout cela. Qui pourrait l’accepter ? À part Noha… qui lui a filé entre les doigts et a finalement a fini par en trouver une autre avec qui il file le parfait amour. Elle n’est pas prête à laisser qui que ce soit bousculer sa routine rassurante. Pour autant, se hasarderait-elle à laisser filer Raph à son tour ? À la fois beau et dangereux, cet homme pourrait bien être celui pour lequel elle prendrait le risque. Mais lui ? Serait-il prêt à être avec elle en toute connaissance de cause ? Malgré tous les enjeux, tout ce qu’une relation avec elle implique ?

Arte Corpus est une belle et douce romance qui ne manque pas de peps, de part les caractères hauts en couleur de nos protagonistes qui sont parfaits dans leurs imperfections. J’ai aimé que l’auteure les façonnent tels qu’ils sont. Ni tout blanc, ni tout noir. Avec chacun ses fêlures, ses nuances ses couleurs et ses envies. Je dois avouer que j’ai dévoré cette première partie qui, malgré la simplicité de la trame est très addictive et la psychologie des personnages vraiment bien menée. Particulièrement en ce qui concerne Raphaël qui est de nature magnétique et malgré son caractère et son comportement, est toujours honnête et franc. Cet homme pour qui c’est tout blanc ou noir et qui ne voit jamais les nuances et encore moins les couleurs. Les pages défilent à une allure folle dans une fluidité parfaite, sans que l’on éprouve le moindre ennuie ou la moindre lassitude. Jenny Rose m’a tenue en haleine du début à la fin en nous offrant de magnifiques personnages avec cette bande d’amis dont on veut tout savoir.

Un excellent premier tome dont je n’ai fait qu’une bouchée et qui me donne qu’une envie, plonger dans le second le plus rapidement possible.

Un grand merci aux Éditions Plumes du Web pour m’avoir permis de lire cette belle romance en service presse numérique.

Extrait :

— Ce qui signifie, au cas où je devrais te l’expliquer, qu’il y a très peu de chances que je fasse une rencontre décisive ce soir.

— Un miracle, ça peut toujours arriver, réplique Alex avec un air goguenard. Mon petit chat, ajoute-t-il en se tournant vers Tori, on sort s’acheter de quoi manger ?

Il n’est plus qu’amour et douceur quand il s’adresse à elle et, si je ne le connaissais pas depuis aussi longtemps, je pense que je serais capable d’être jaloux de la relation qui le lie à ma meilleure amie. Celle-ci acquiesce, puis se relève en s’étirant les lombaires, avant de se pencher pour attraper son sac à main à mes pieds. Pour l’enquiquiner deux secondes, je lui bloque l’accès en agitant mon boot en cuir sous son nez, ce qui ne m’apporte qu’une tape agacée sur la cuisse et un regard blasé. Je lui lance un large rictus, mais cela ne lui fait plus ni chaud ni froid.

Ange, elle, était à deux doigts de me balancer son couteau au milieu du front quand je lui souriais comme ça. Je ne sais même pas pourquoi j’ai une pensée pour elle, alors que les fiançailles ont eu lieu il y a plus d’un mois. Il faut dire que jouer avec ses nerfs a embelli ma soirée, et que je ne suis pas peu fier d’avoir réussi à lui faire sortir les crocs. Et encore, je suis intimement convaincu qu’elle s’est canalisée.

Peut-être qu’elle sera là au mariage, cet été ? J’avoue que cette idée ne m’avait pas du tout effleuré l’esprit.

À cette éventualité, je sens une espèce de satisfaction malicieuse s’insinuer dans mon cerveau. J’aime faire chier le monde, c’est un fait. Mais la faire chier, elle, c’était quelque chose de particulièrement jouissif. Comme si j’étais un gros chat qui malmenait une petite souris teigneuse dans l’unique but de l’effrayer.

L’avis de Charlotte sur le troisième tome de Four Kings Sécurité : Roi de Trèfle de Charlie Cochet


Hello les étoiles. Je vous présente mon avis sur le tome 3 de Four Kings Sécurité : Roi de Trèfle de Charlie Cochet publié chez Juno Publising France. Un tome plus calme que les précédent mais tout aussi addictif.

Titre : Four Kings Sécurité, tome 3 : Roi de Trèfle

Auteur : Charlie Cochet

Genre : Romance MM

Editions : Juno Publishing France

Ebook :  5,49 €

Broché : 17,50 €

Résumé :

Eduardo « Lucky » Morales est un combattant, depuis son enfance à Cuba jusqu’au Béret Vert dans les Forces Spéciales. Marqué par les guerres de son passé, Lucky a appris que rien ne dure pour toujours. Protéger son cœur est une seconde nature, et s’impliquer émotionnellement n’est pas envisageable. En tant qu’associé fondateur de Four Kings Sécurité, Lucky travaille dur avec ses anciens frères d’armes, les trois autres rois de Four Kings, mais cela ne l’empêche pas de profiter à fond de la vie nocturne. Flirter avec le Texan Mason Cooper, flic et cowboy, est bien trop amusant pour que Lucky résiste à la tentation, jusqu’à ce que Mason prenne l’avantage.

Mason Cooper n’est peut-être pas un soldat, mais il a mené son lot de batailles en tant que policier et maintenant inspecteur ouvertement homosexuel au sein du département des Crimes majeurs. Mason ne saurait pas dire quand les choses ont changé entre Lucky et lui, mais le magnifique et enflammé Cubain donne de nouvelles couleurs à son monde. Lorsqu’une erreur conduit à une suspension des forces de l’ordre, Mason se tourne vers une personne inattendue pour obtenir de l’aide : Ward Kingston.

Déterminé à ne pas se rapprocher davantage de Mason, Lucky est surpris lorsqu’il trouve l’homme à Four Kings Sécurité. Travailler dans le domaine de la sécurité privée peut s’avérer dangereux et imprévisible, mais c’est aussi le cas lorsqu’on tombe amoureux.

Mon avis :

Lucky, de son vrai nom Edouardo Morales est un ancien Béret Vert. Il est aujourd’hui associé de Four Kings Sécurité, avec ses anciens frères d’armes, dont Ace et Red, personnages principaux des précédents tomes. Son passé l’a marqué. Il protège désormais son cœur, impossible de parler de sentiments. 

Mason est un homme droit et intègre, son homosexualité ne l’a pas empêché de gravir les échelons. Quand il se voit suspendu de ses fonctions d’inspecteur, il n’envisage pas de rester inactif et va demander de l’aide à Ward Kingston afin d’intégrer provisoirement la Four King Sécurité. Lucky et Mason vont devoir travailler ensemble, mais Lucky en veut à Mason. En temps normal, il aime flirter, conclure et passer à autre chose. Mais Mason lui a ouvert une porte sur plus…

Le vécu des deux hommes est compliqué. L’un comme l’autre sont encore affectés par des événements passés et ils m’arrivent pas à avancer dans leur vie. Ils se cherchent, se trouvent, se repoussent. Lucky ne veut pas s’engager dans une relation longue durée. De son côté, Mason a peur de la réaction de Lucky quand il lui parlera de ce qui le ronge. La tension comme la passion augmente au fil des pages. 

J’étais impatiente de retrouver les précédents couples : Ace et Colton, Red et Laz. Plus qu’une équipe, les Kings sont une famille… Les personnages principaux comme secondaires, sont attachants. J’aime leur l’humour, leurs forces et leurs petites faiblesses. 

La plume de l’auteure, comme pour les précédents opus, est fluide et addictive. L’épilogue ne laisse pas d’autre choix que d’avoir hâte de retrouver le chef, Ward Kingston, dans le prochain tome. 
Merci à Maïwenn et Juno Publishing France pour l’envoi de ce service presse.

Extrait :

Lucky serra la mâchoire aux souvenirs de ce salaud de tentateur. Il sentait encore le toucher de Mason sur sa main, ses doigts calleux pressés doucement contre sa paume, son pouce caressant sa peau. Mason lui avait dit de belles paroles réconfortantes. Les mots inattendus, leur douceur plus encore.

— Regarde-moi.

Stupidement, Lucky l’avait fait.

— Eh bien, bon sang, tu es beau. Je sais que le moment est mal choisi, mais pourquoi je ne l’ai jamais remarqué avant ?

Lucky n’aurait pas dû l’écouter. Pourquoi n’était-il pas descendu de la voiture ? Il aurait dû sortir du véhicule.

La sensation du rembourrage de son casque de moto contre sa mâchoire fit remonter le souvenir du pouce de Mason sur sa joue avant qu’il descende lentement jusqu’à sa lèvre inférieure. Tour ce que Lucky avait eu à faire était de reculer ses lèvres. Qu’aurait fait Mason ? Aurait-il glissé son pouce dans la bouche de Lucky ?

D’instinct, Lucky passa sa langue sur sa lèvre inférieure.

Mason s’était penché vers lui, mais Lucky avait réussi à se reprendre. Ce fut plutôt la peur que l’avait saisi et l’avait foré à bouger.

Peu de choses effrayaient Lucky, mais à ce moment-là, il avait été terrifié par le magnifique cow-boy et les sentiments inattendu que l’homme suscitait en lui, sentiments qu’il avait réussi à éviter jusque-là.