L’avis de Carine sur Serial Fucker, un roman de Océane Ghanem chez Plumes du Web

Titre : Sérial Fucker

Auteur : Océane Ghanem

Genre : Thriller romantique

Editions : Plumes du Web

Ebook : 5.99 €

Broché : 19.90

Résumé :

Jusqu’à la folie, au-delà de la mort…

Cette année, Gabriella Cruz se l’est juré : elle arrête les bêtises et se concentre sur les études, parce que si elle loupe encore une fois ses examens, son père lui coupera les vivres et elle devra rentrer au bercail. Plutôt mourir pour elle qui a toujours rêvé d’être criminologue !

Et ce n’est pas Gabriel Del Vecchio, son meilleur ami et accessoirement l’homme idéal, qui mettra à mal ses bonnes résolutions. Beau, intelligent, parfait, à un détail près : c’est un véritable Serial Fucker. Gabriella sait très bien qu’elle doit arrêter de fantasmer sur lui car il s’est montré très clair : ils sont amis et amants, mais c’est tout !

Pourtant, tout bascule lorsqu’une série de meurtres atroces et pervers frappe le campus. L’enquête la fascine, les secrets l’engloutissent. En qui peut-elle avoir confiance ?

Au jeu du chat et de la souris, Gabriella prend des risques, quitte à y laisser son coeur… et sa vie !

Mon avis :

Serial Fucker, un romantique Thriller qui m’a retourné le cerveau ! Océane Ghanem m’a complètement happée dans son roman pour mon plus grand plaisir. Il y a des récits qui se dévorent, Sérial Fucker lui, se déguste au petit oignons tout en analysant dans le moindre détail ce que l’on nous sert, et le tout, accompagné d’une bonne dose de sauce à l’hémoglobine pour donner un goût particulier à cette traque qui nous est offerte sur un plateau, dès les premières pages.

Comment peut-on être à la fois protecteur et le pire des connards ? Demandez donc à Gabriel, il est expert dans ce petit jeu et il a de qui tenir, il vous dira. Surtout, lorsque cela concerne Gabriella, sa meilleure amie, son amante aussi à ses heures. Une jeune femme magnifique et peu sûre d’elle qui sait néanmoins ce qu’elle veut. Et ce qu’elle veut, c’est lui, Gabriel et depuis toujours. Ils se connaissent depuis leur naissance. Entre eux, c’est passionné et passionnel, d’une intensité bouleversante trop forte, autant en amitié qu’en amour. Leurs sentiments sont impossibles à canaliser, et après une expérience de couple des plus houleuses au lycée, ils ont fait le choix de ne plus jamais tenter l’expérience. Se perdre n’est pas une option envisageable, alors autant vivre chacun sa vie en batifolant à droite et à gauche et en chérissant précieusement leur complicité. Aujourd’hui, entourés de leurs meilleurs amis Chiarra, Jo et Adamo, ils forment une belle bande à la Fac de Boston où Gabriella va mettre toutes les chances de son côté pour réussir son année en criminologie, mais aussi tenter de ne pas perdre Gabriel qui est devenu en l’espace de quelque temps, un Serial Fucker… Mais un beau matin, tout bascule… Une de leur amie est retrouvée assassinée. Un drame et une aubaine à la fois pour Gabriella qui va se fasciner pour l’enquête et se rendre vite compte, que sa vie peut-être aussi en danger…

Jusqu’à la folie, au-delà de la mort… Serial fucker est un coup de coeur !

Même s’il m’a manquée quelques approfondissements sur certains points, je ne peux qu’être ravie de ma lecture et surtout, ne pas tenir compte de certaines situations trop légères ou de quelques petites incohérences qui auraient pu faire tomber mon engouement. Non, la plume d’Océane Ghanem et son scénario m’ont conquise. Une traque et une intrigue fascinante ! Pour être franche, lorsque j’ai commencé ma lecture, j’étais perplexe malgré la plume très mystérieuse et addictive de l’auteure qui nous happe à l’intérieur dès le départ. Paradoxal vous me direz alors pourquoi ?

Tout simplement, car le prologue nous met face au tueur et à sa victime à l’instant T où cela a basculé. Je ne suis pas fan de ce genre de trame. J’aime chercher, deviner qui fait quoi et pourquoi alors que là, on sait qui et il ne nous manque que le pourquoi. Je ne lis déjà pas les résumés donc savoir la fin de l’histoire avant le commencement m’a un peu, même beaucoup frustrée, puis j’ai pris le temps. Le temps de me laisser porter par les mots et le récit de ces jeunes adultes et de leur amour qu’ils se portent sans pouvoir le vivre. J’ai pris le temps de me laisser manipuler par chacun d’entre eux, et surtout par l’auteure, Océane Ghanem qui pour moi, a réussi là un coup de maître ! Elle nous met une image en tête et une finalité dès le départ pour ensuite nous mener en bateau chapitre après chapitre. Oui, c’est lui c’est sûr ! Non, lui plus encore. Et puis, pourquoi pas lui ? Si en m’arrêtant à chaque petit détail, j’ai pu trouver rapidement mon meurtrier, j’ai tout de même souvent douté. Douté encore et encore et plus encore. Je partais dans un schéma, puis revenait sur un autre pour me dire, et finalement elle nous fait croire que…. pour qu’on n’y croit pas…. Et si c’était tout simplement ça ? Et si à contrario il se pourrait que… Et si…

D’avoir finalement écrit ce prologue était une idée fabuleuse et très intelligemment mené, car cela nous permet d’établir des connexions et on cherche à donner une cohérence aux divers éléments qui sont mis à jour progressivement. Dans ce Thriller romantique, Océane Ghanem invite le lecteur à procéder à sa propre enquête, ses propres analyses tout en essayant de comprendre la psychologie de chacun des personnages qui pourrait aider à être sûr de lui. À résoudre cette traque du tueur de Boston avant qu’il ne nous prenne Gabriella. Mais si sa fin la menait à l’éternelle lumière ? À cet amour qui ne peut être vécu sans souffrance ? Ne serait-elle pas libérée au fond ? Que cherche-t-elle en essayant de s’en prendre au tueur ?

« Ton nom sur une tombe, c’est l’épitaphe de mon amour »

Il est clair que dès qu’on « sait » on se dit, j’avais trouvé c’était évident, mais…. Je mets au défi tous les lecteurs de ce roman de me dire qu’à aucun moment le doute ne les a habité. Qu’à aucun moment tous les suspects n’y sont pas passés. Tout fonctionne parfaitement et dès qu’on retombe sur ce fameux prologue à la croisée du récit, on constate que tout remis en perspective avec le « pourquoi » en tête tout le fait . Que la surprise est là grâce à tous les rebondissements, quoi qu’on puisse en penser ou en dire. Et me faire surprendre moi ? J’adore !!!

Mais au-delà de l’enquête, il ne faut pas faire l’impasse sur la merveilleuse et puissante histoire d’amour qui nous électrise et nous bouffe autant que les personnages apportant une émotion dans la lecture hors du commun. Le tout, dans une ambiance que je qualifierais presque de, malsaine et oppressante. On la sent au travers des pages tout comme cette ivresse et cette tension crépitent entre les héros au point qu’il ne me manquait que voir apparaitre des étincelles sur ma liseuse et la regarder partir en fumée ! Un amour hors du commun qui leur fait plus de mal que de bien et du mal pour du bien, que personne ne peut comprendre et qu’ils ne comprennent pas eux même. Dans ce récit, personnages principaux, comme secondaires, on se délecte de chacun d’entre eux avec leurs failles, leurs imperfections et leurs perversités même. Ils n’en restent pas moins attachants et vraiment prêts à tout, les uns pour les autres. Prêt à tout pour Gabriella tout comme elle est prête à tout pour ses amis. Malgré, que la confiance s’étiole, s’envole et se noie dans une multitude de questions, de mystères et de secrets bien gardés.

Traque, amour, amitié et réussite, Gabriella va jongler, jouer et chasser. Au jeu de la chasse, elle représente pourtant un magnifique gibier et ce, pour beaucoup. Mais… Qui chasse qui et qui attrapera qui ? Entre l’incertitude, la souffrance d’un amour trop fort, l’angoisse et les non-dits, je vous invite à plonger dans cette aventure sans attendre. La traque du boucher de Boston ne pourra que vous embarquer à votre tour sur un terrain où, entre l’amour et la haine… il y a si peu de différence et tant d’étincelles…

Foncez !

Un grand merci à Plumes du Web pour m’avoir permis de découvrir cette lecture coup de cœur

Extrait :

« Elle gémit en s’étouffant. Je gémis en l’étouffant.Des dizaines de questions tourbillonnent dans ses grands yeux noirs, et je lis en elle comme dans un livre ouvert. Elle se demande : qu’ai-je fait pour mériter ça ? Est-il aussi responsable des autres meurtres ? Aurais-je pu l’éviter ? Va-t-il me violer avant de me tuer, moi aussi ? Les réponses : tout, oui, non et non. Je la prendrai après. C’est elle qui m’a initié à la danse de la mort, il est donc logique qu’elle soit ma dernière cavalière. »

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s