Invitée spéciale chez les étoiles avec Léa Perrin!

Hello les étoiles ! Aujourd’hui je vous invite à en apprendre un peu plus sur Léa Perrin, auteure de Rush, de Envers et contre moi et de Tu peux toujours courir ! Léa s’est prêtée au jeu de l’itw en direct avec une de nos étoiles, alors nous la remercions chaleureusement pour sa disponibilité !
 
 
149794641_420202092426723_741945578145720702_nMélissa : Bonjour Léa. Merci d’accepter de répondre aux questions pour les étoiles des bibliothèques. Peux-tu te présenter aux abonnées qui ne te connaissent pas encore ?
 
Léa : Bonjour les étoiles. Merci de m’avoir sollicitée.
Alors… Ça devrait être rapide, quoi que… Je vais plutôt parler en mode « auteur » parce que ma vie perso, je crois que tout le monde s’en fiche, mdr ! Elle n’est pas aussi intéressante que celle de mes personnages…
J’ai commencé à écrire vraiment de chez vraiment en octobre 2018.
J’ai à l’époque signé, très vite, un contrat en maison d’éditions pour 3 romans. Depuis, je n’arrive plus à m’arrêter. J’ai mis longtemps à me lancer mais ça y est, mdr. Aujourd’hui, je suis publiée chez Cherry Publishing et parallèlement je me lance dans l’auto édition pour ce qui concerne mon tout premier roman, suite à son retrait à la fermeture de ma première maison d’éditions il y a quelques mois.
 
Mélissa : Je sens que nous allons passer un bon moment…
 
Léa : J’espère hihi.
 
Mélissa : D’où t’es venue cette envie d’écrire ?
 
Léa : Un peu comme beaucoup d’auteurs, je pense… Je me suis toujours fait des films dans ma tête mdr et j’ai toujours adoré lire. Bon, après j’avoue que je suis restée des années sans ouvrir un bouquin, tu le crois ? La faute à un emploi du temps assez chargé, je crois qu’on connait tous ça à un moment de sa vie. Puis cette passion dévorante pour les mots est revenue me happer mais, ce qui est drôle, c’est que je ne lisais pas spécialement de romance à l’époque. Je lisais plutôt des thrillers… Mais je dois avouer que la curiosité m’a poussée à lire une certaine saga qui a été depuis adaptée au ciné. Après ça voilà… Je me suis remise à dévorer des livres avec dans un coin de ma tête cette petite voix qui me chuchotait « Vas-y, lance-toi, écris ton histoire, si tu ne tentes pas, tu ne sauras jamais si tu en es capable… » Et puis il y a eu ce dimanche matin d’octobre 2018… Je me suis installée devant mon ordi, la suite vous la connaissez…
 
Un grand merci à E.L. James au passage mdr. Elle ne le saura jamais, hein, mais voilà… hihi
 
Mélissa : Alors on va la remercier également… Lorsque tu écris, tu as un rituel ?

149185908_1140936096353722_2807308185439720794_oMélissa : La musique… on devine facilement en te lisant, qu’elle a une place importante pour toi. Concernant les playlist de tes romans, Est-ce la musique qui t’inspire un moment ou ce sont les mots que tu poses qui te font choisir le son qui correspondra ?
 
Léa : Les deux en fait… c’est vrai que la musique est très importante pour moi. D’abord elle m’aide à me couper de l’extérieur et à me mettre dans ma bulle. Elle m’aide aussi énormément à me projeter dans l’état d’esprit de mon personnage et dans l’ambiance de la scène que je veux écrire. En fait, je fonctionne en deux temps : d’abord, je prépare une playlist de chansons que je connais, qui évoquent ce que je sais que je veux raconter. J’en cherche également de nouvelles en tapant des mots clés, par exemple sur Youtube. J’ai fait de belles découvertes d’ailleurs, comme ça parmi des suggestions… Mais il m’arrive aussi en posant les mots de repenser à d’autres sons ou de ressentir le besoin d’en chercher d’autres. Mais comme tu l’as compris, j’ai besoin de la musique, tout du moins dans la phase d’écriture pure et dure.
 
Après il peut aussi m’arriver de rechercher le silence, mais ça c’est surtout dans la phase pointilleuse de relecture finale. J’ai besoin d’un peu plus de concentration et la musique m’emporte trop mdr.
Mélissa : Tu peux toujours courir ! à été ton premier roman, et tu as décidé de lui donner une deuxième vie. Tu peux nous le présenter ?
 
Mélissa : Comment t’es venue cette histoire ? Ou as tu trouvé l’inspiration ?
Léa : Sincèrement, celle-ci, je n’en ai aucune idée. Autant parfois ça peut me venir d’un film, d’un livre, d’une chanson, d’une anecdote qu’on me raconte… Le moindre petit truc peut faire une étincelle mais là… je ne sais même plus à vrai dire ! La honte ! Parce que bizarrement, je ne commence jamais à écrire une histoire si je n’ai pas tout dans ma tête mais celle-ci s’est dessinée au fur et à mesure. Je voulais parler de ces sentiments qu’on peut éprouver pour quelqu’un sans oser les dire, surtout à l’adolescence notamment. Mais je voulais que ce soit le garçon qui soit transi d’amour mdr et que ce soit la fille qui lui fasse la misère.
C’est pour ça que Mika est aussi pénible d’ailleurs mdr et puis aussi pour que mon histoire ne se termine pas en deux chapitres. Pour moi, ils avaient passé 20 piges à se détester, enfin elle surtout, elle ne pouvait pas tomber amoureuse en deux secondes, ça ne collait pas.
150541567_184993916745287_3650031605359154455_n
Mélissa : Ce roman est ton premier, il ressort pour le plus grand plaisir de tes premières lectrices, mais comme tu le disais, il y en a eu d’autres.
Tu nous en parles un peu ?
 
 
Et… je peux vous annoncer un nouveau roman le 26 mars prochain et heureusement que Tu peux toujours courir! sera passé par là parce que pour celui-ci, je peux déjà vous dire qu’il va falloir sortir les kleenex… Il y aura également une duologie à suivre en juin et juillet et… bref mdr J’aurai bien l’occasion de vous en reparler d’ici là parce que là je vous noie d’informations mdr.
Mélissa : Que de bonnes nouvelles…
Si tu devais t’identifier à un de tes personnages, ce serait lequel? Et pourquoi ?
Léa : Alors… à tous et à aucun à la fois mdr. Réponse très claire mdr. Ils ont tous un peu de moi mais en même temps je m’arrange pour leur donner le force que je n’ai pas forcément (ou que je n’ai pas eu à une époque) face à certaines situations. Mais si vraiment je devais choisir celui qui me ressemble le plus, ce serait Adrien en réalité…
150967009_244554577199805_4977340721463213126_nMélissa : Précédemment, tu mentionnais lire plus particulièrement des thriller. En écrire un t’es déjà traversé l’esprit ?
Léa : Oui. Je le dis pourquoi pas un jour? Peut-être que viendra un moment où je ne me verrais plus écrire des histoires avec l’amour pour thème central? On verra si un jour une histoire assez bien ficelée pour donner quelque chose de suffisamment abouti me vient !
Mélissa : À contrario, quels thème/sujet, ne te sentirais tu pas de coucher sur papier ?
 
Léa : Alors plus qu’un thème ou un sujet ce serait plutôt un style, un genre… Aujourd’hui, je me sens parfaitement incapable de faire de la dystopie ou du fantastique Dès que j’ai une idée, je réalise que ça a déjà été fait dans une série, un bouquin… Et tu sais à quel point je suis désireuse d’essayer de faire quelque chose de différent ! Mais Envers et contre moi a été une thérapie pour ça, justement. Je veux dire dans le fait de ne pas se brider. C’était autant la thérapie de Janelle que la mienne en tant qu’auteure, j’ai fait ce que je voulais faire sans me demander si ça plairait ou pas. Je me suis lâchée quoi ! Et qu’est-ce que ça fait du bien !
 
Léa : Je crois sans m’avancer que c’est un peu ma marque de fabrique. Je ne dis pas que ce sera aussi creusé dans tous mes romans, mais souvent. C’est quelque chose que j’adore faire, creuser ce que ressent le personnage jusqu’à ce qu’on puisse s’immerger à fond dans son esprit. Certains lecteurs trouvent ça lourd, moi je trouve ça immersif mdr. Je trouve que ça humanise encore plus le personnage. Surtout quand il est torturé et imparfait mdr. Mais ça c’est mon de point de vue personnel évidemment !
150723435_221134156384870_6943033114796879064_nMélissa : Que dirais-tu aux lecteurs/lectrices qui hésitent encore à te découvrir pour les convaincre de franchir le cap ?
Léa : Bonne question, j’ai du mal à vendre mes histoires autrement qu’en « teasant » avec des extraits je crois mdr… Je dirais que mes héros sont des gens ordinaires, comme nous et que chacun peut se retrouver dans mes histoires…. Mais dit comme ça, je réalise que ça ne vend pas du rêve et ce que cherchent les lecteurs dans leur lecture, c’est justement ça. Heureusement qu’il y a des chroniqueurs et des avis lecteurs pour m’aider, n’est ce pas ? Si… je pourrais peut-être dire : Si tu veux ressentir des émotions même dans une histoire simple, viens chez moi ! (J’habite chez une copine…) Bon, ok, je sors… la réf de vieille mdr.
Mélissa : Attention les hommes vont prendre ça pour une invitation… ta copine s’appelle Jewel ? 
Léa : Mdr, elle pourrait. J’aurais à coeur de tout donner à une fille comme elle si j’en connaissais une, de tout faire si ça pouvait l’aider à avancer.
Mélissa : Pour rappel, Jewel/Janelle est le protagoniste féminin principal de Envers et contre moi.
Un petit mot à toutes les lectrices qui te suivent déjà ?
 
Léa : MERCI ! Merci de vous être laissé embarquer au départ alors que vous ne me connaissiez pas et merci à celles qui continuent à me suivre. Et merci à celles qui continueront à le faire. Sans lecteur, un livre n’existe pas. Les histoires pourraient rester dans ma tête, tout simplement, juste pour moi.
Mélissa : Si tu veux bien, on va terminer cet interview avec des questions très très sérieuses !
 
Léa : mdr mes questions préférées mdr
Léa : Alors attends… faut que je réfléchisse parce que j’en fais souvent mdr, c’est une autre marque de fabrique.
 
Léa : Ou encore donner mon avis sur un truc, mais genre un truc que je déteste sans complexe et découvrir que la personne à qui je le dis est la personne qui a fait le truc… Ou dire de quelqu’un qu’il me gonfle et qu’il soit juste derrière. (Parce qu’en fait je déteste blesser les gens) Dire à une femme « C’est pour quand le bébé? » alors qu’il est né depuis plusieurs mois…
J’en fais tellement mdr.
Je ne sais même pas si ce sont les plus grosses en vérité, j’ai dû en oublier mdr.
Mélissa : Sucré ou salé ?
Léa : J’ai le droit de répondre les deux? Tout ce qui se mange, en gros mdr j’ai une passion pour la nourriture mdr
Mélissa : Si tu étais un animal ?
Léa : J’ai le droit d’être un animal qui n’existe pas? Parce qu’en vrai tous les soirs je me transforme en licorne, mon mari et mes enfants pourront en témoigner.
Mélissa : J’en peux plus, mdr.
Léa : J’adore mon pyjama je te jure mdr.
Mélissa : Brad Pitt ou Tom Cruise ? Pas le droit de répondre Jamie Dornan !
Léa : Jamie n’aurait pas été mon premier choix de toute façon Mdr alors plutôt Brad.
Mélissa : Je suis très curieuse… Quel aurait été ton premier choix ?
 
Léa : Le mien, Ha ha ha ! Je suis sûre que tu ne t’attendais pas à ça mdr.
 
 
Léa  : Sinon dans les célébrités j’ai mes périodes et mes effets de mode, tu vois? le dernier en date que j’apprécie énormément regarder c’est Francisco Lachowski. Je me suis beaucoup inspirée de lui pour mon dernier personnage… celui de mon tome 2 de la duologie prévue cet été…
 
            Merci Léa , pour ta bonne humeur et pour avoir accepté de répondre aux questions des étoiles.
 
 
LEA
 
 
 
 

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s