━━━ ❦ ━━━ L’avis de Carine sur le roman de Anne Cantore, Pas sans Elle, chez Cherry Publishing━━━ ❦ ━━━


━━━ ❦ ━━━Titre : ━━━ ❦ ━━━

Pas sans Elle

Auteur : Anne Cantore

Genre : Romance

Editions : Cherry Publishing

Ebook : 4.99€

Broché : 16.99€

━━━ ❦ ━━━Résumé : ━━━ ❦ ━━━

24 décembre, une explosion dans le métro parisien fait voler la vie de Greg en éclats. Charlie, son petit frère, fait partie des victimes, et Cassandra, la petite amie de ce dernier, est grièvement blessée. Brisés chacun à leur façon, Greg et Cassie s’épaulent pendant les années qui suivent pour tenter de surmonter ce drame qui a fracassé leur existence. Jusqu’à prendre conscience qu’ils sont devenus bien plus qu’un simple soutien l’un pour l’autre.
Mais comment les sentiments peuvent-ils s’épanouir alors qu’un fantôme flotte toujours entre eux ? D’autant plus que Greg cache à celle qu’il aime plus que tout maintenant, un lourd secret. Un mensonge qui le ronge depuis cette fameuse nuit où tout a basculé…

━━━ ❦ ━━━Mon avis : ━━━ ❦ ━━━

C’est avec un immense plaisir que je me suis plongée dans ce nouveau roman d’Anne Cantore et avec le cœur lourd et pétillant à la fois que je vous en donne mon avis.

Dès le prologue, Anne donne le ton d’une romance pleine d’émotions qui ne sera pas facile à lire. Un prologue qui fait déjà verser des larmes et rend hommage aux survivants des attentats, mais aussi en mémoire aux victimes. Une romance qui par le thème ne pourra que vous marquer d’une manière ou d’une autre et qui nous offre pas toute la haine d’une injustice, mais tout l’amour qu’il en reste. Le tout, écrit avec douceur et une grande pudeur.

Cassandra, jeune étudiante en art et en droit, voit sa vie basculer un soir du 24 décembre alors que son fiancé, Charlie, allait la présenter officiellement à ses parents. Survivante de l’attentat dans lequel Charlie perdra la vie, Cassie voit son monde fracassé en des millions de morceaux. Son âme, son corps, sa peine… tout devient un combat de chaque jour. Mais dans son malheur, elle ne sera pas seule. Greg, le frère de Charlie va devenir son pilier, son roc. Celui sur lequel elle peut se laisser aller. Le seul à qui elle peut se montrer telle qu’elle est… complètement brisée au sens propre, comme au figuré. Au milieu du chaos qu’est sa vie « d’après ». Au milieu de ses peurs et de ses souffrances, il va lui insuffler toute sa force, son courage et ce pendant les années, dont elle aura besoin pour se reconstruire. Cependant, au bout du compte, l’insurmontable ne sera pas tant de guérir pour Cassandra. Certes rien n’aura été simple durant les quatre ans qui ont suivi. Se reconstruire physiquement et surtout psychologiquement lui aura demandé du temps, beaucoup de temps, de courage et de confiance. Le tout, toujours épaulée par Greg qui n’a rien manqué de toutes ses victoires. Ils ont passé beaucoup de temps ensemble, partagé beaucoup de choses… Mais se rendre compte que ses sentiments envers lui ne sont plus aussi platoniques et qu’elle en est tombée amoureuse, tout en étant accablée de honte envers Charlie, est une bataille qu’elle ne pourra pas mener. Car le seul qui peut l’aider à le faire c’est lui. Mais lui, il lui est interdit. Il est le grand frère de Charlie. Un peu le sien à ce jour pour beaucoup de monde grâce à sa façon de veiller sur elle depuis « la chose »… Alors, même si mettre de la distance entre eux est la pire des décisions, ce sera aussi la seule… Ce qui ne sera pas au goût de Greg qui va se sentir tout à coup aussi perdu que ce fameux jour où tout a basculé… Elle est pour lui, tout ce qu’il lui reste…. Ses sentiments vont alors devenir flous et il va vite se rendre compte que leur relation n’a plus rien d’amical depuis longtemps et qu’il est impossible pour lui qu’il vive sa vie sans elle. Non. Pas sans elle.

Réapprendre à vivre et à ouvrir son cœur. Pardonner, se pardonner et avancer avec sa culpabilité, ses secrets et les fantômes qui s’y rattachent sans appréhender l’avenir sera un chemin difficile pour Greg et Cassie. De par le regard des autres et cette morale qui fait qu’on va les juger un peu trop fort, sans chercher à les comprendre. Mais ensemble, on est toujours plus forts non ? L’amour n’a pourtant pas d’étiquette, alors qui sommes-nous pour en définir la morale ?

Mais parfois les obstacles au bonheur, ne sont pas toujours ceux qu’on croit …

Pas sans elle est une magnifique romance, qui est aussi une tranche de vie importante dans la vie de nos deux héros, vraiment touchante et pleine d’émotions autour de laquelle Anne Cantore va aborder plusieurs thèmes qui vont se rejoindre et dont le point de départ sera l’attentat dans lequel Charlie va perdre la vie. Anne va mettre en avant la force d’une reconstruction après avoir survécu, mais aussi celle de ceux qui ont perdu quelqu’un et les sentiments que tous éprouves face à ça. Le syndrome du survivant qui est presque une fatalité pour beaucoup va alors s’y développer de nombreuses façons se rattachant aux maux de chacun d’entre eux. Entre la culpabilité d’un secret que notre héros dissimule par honte et lâcheté. Un secret qui le ronge jour après jour et qu’il ne peut avouer. Entre cet amour qui va créer un conflit moral pour tout leur entourage et les remords, leur chemin ne sera pas facile jusqu’à la rédemption. Mais le tout peut-il aboutir au bonheur ? Leur histoire peut-elle survivre à la moralité et aux convenances ? Pourquoi ne pourraient-ils pas s’aimer ? Au nom de qui, de quoi ? De celui qui n’est plus là ? De ceux qui restent ?

Un sujet difficile écrit par une plume remarquable, savamment dosée et si douce qu’on ne peut qu’adhérer a chaque mot que l’on lit. Chaque situation… Anne Cantore m’a bouleversée avec ce roman avec lequel elle ne va pas tomber dans le mélodrame, mais juste mettre en lumière deux personnages qui n’ont plus qu’été l’ombre d’eux-mêmes en perdant celui qu’ils ont aimé, mais qui à deux irradient de leurs sentiments à en devenir solaire. Une histoire d’amour, forte et sensible, qui se veut immorale pour beaucoup, interdite pour d’autres, mais tellement belle pour moi. Il faut de la force et un sacré courage pour s’aimer au-delà des préjugés et d’un souvenir bien trop commun qui compte plus que tout. Au-delà des doutes et des secrets. De cette confiance qui a été un fil conducteur, réparateur jusqu’alors et que l’on va couper d’un coup net, comme si le filet de protection qui nous retenait depuis et qui nous forgeait n’était qu’une chimère. Anne Cantore a su créer un cheminement parfait en intégrant au récit tous les personnages et les situations qui faisaient une balance parfaite, tout en faisant ressortir un tas d’émotions et de sentiments qui nous tordent parfois les tripes, nous met en colère pour d’autres, ou encore nous offre de magnifiques moments de douceur et d’amour. Que ce soit en couple, en famille ou avec les amis, les liens se resserrent, se délient se raccrochent et se décrochent.

Des héros attachants pour une histoire qui l’est tout autant. Je ne peux que vous conseiller de découvrir ce nouveau roman d’Anne Cantore qui sublime de sa plume une intrigue et un cheminement psychologique bien mené d’un bout à l’autre pour nous offrir un récit fort qui nous fait beaucoup réfléchir, mais aussi frémir de plaisir. Une plume toujours aussi fluide, sensuelle et sans fioriture qui permet de se délecter de chaque moment sans jamais tomber dans des longueurs. Tout compte. Chaque sentiment ou ressentiment comptent. Tout est ficelé à la perfection pour nous offrir une romance coup de cœur.

Un grand merci à Anne Cantore ainsi qu’aux Éditions Cherry Publishing pour m’avoir permis de découvrir cette belle romance en service presse numérique

━━━ ❦ ━━━Extrait : ━━━ ❦ ━━━

Je m’éloigne en titubant sur mes jambes flageolantes, poursuivi par la voix inquiète de mon ami, qui répète mon prénom en boucle. J’atteins l’ascenseur sans savoir comment. Par réflexe, mon pouce s’enfonce sur le bouton du sous-sol. Et puis je réalise qu’il va être impossible de se déplacer en voiture dans Paris ce soir. J’appuie alors sur celui du rez-de-chaussée. Je sors de l’immeuble comme un boulet de canon. Le vent glacial me coupe en deux, me sortant de ma torpeur. J’ai oublié mon manteau, mais je m’en fous. Au pas de course, je prends la direction de la station Stalingrad. Tandis que je cavale dans la capitale, je ressens cette atmosphère particulière. Il flotte dans l’air ce parfum de désespoir. Sur les trottoirs, les Parisiens sont accrochés à leur téléphone, certains sanglotent. Les couples se pressent l’un contre l’autre, les piétons solitaires baissent encore plus la tête, la circulation se tarit au fur et à mesure que j’arrive à l’épicentre de la catastrophe. Plus je me rapproche de la station, plus le malheur devient consistant et palpable. Je progresse difficilement, la foule en sens inverse me repousse. J’insiste, je force, j’avance. À intervalles réguliers, je compose le numéro de Charlie. Au niveau de l’entrée du métro, ça pue la peur, l’angoisse et le désespoir en plus de cette horrible odeur de brûlé. Le bruit, les flashs bleus des gyrophares, les cris des services de secours saturent la nuit parisienne et mes sens, me laissant hébété sur le pavé.

L’interview de Marilou Sunny


Bonjour les étoiles !

Venez découvrir Marilou Sunny, auteure autoéditée, qui a sorti dernièrement Au delà de nos cicatrices.

Charlotte : Bonjour Marilou Sunny, merci à toi de répondre à nos questions ! Commençons simplement, qui es-tu ?

Marilou : Je suis Marilou Sunny, auteure de romance contemporaine, j’ai 34 ans et je réside à Nice sur la côte d’azur.

Marilou Sunny

Charlotte : D’où t’es venue l’envie d’écrire en général ?

Marilou : Un défi personnel au départ puis je me suis pris au jeu et j’ai enchaîné les histoires.

Charlotte : L’écrire est une passion ?

Marilou : Oui totalement, je ne peux pas m’en passer et je ne compte pas mes heures pour m’y consacrer. Mais c’est aussi un métier, je tiens à cette professionnalisation du statut d’auto-édité.

Charlotte : Quand est paru ta première histoire ? Dans quel contexte est elle née ?

Marilou : Ma toute première histoire est sortie en octobre 2019, Lovely doll le tome 1 de la trilogie Lovely family. J’avais besoin de retranscrire mes émotions après les attentats de Nice, la famille Dubois était née…

Charlotte : J’ai hâte de lire cette trilogie ! Parlons un peu de tes lectures, quel est ton type de lecture de prédiction ?

Marilou : Je lis principalement de la romance contemporaine, mais j’aime élargir de temps en temps mes horizons.

Charlotte : Quel est le roman qui te tient le plus à cœur ?

Marilou : Impossible de choisir, je suis une lectrice compulsive depuis bien trop d’années !

Charlotte : Quel est le dernier roman que tu as lu ?

Marilou : « Moins que la pluie » d’Ena L

Charlotte : Quel est ton dernier coup de cœur ?

Marilou : Mon dernier coup de cœur a été « Pas un mot » de Ludivine Delaune.

Charlotte : As tu un auteur ou une auteure dont tu ne loupes pas les sorties ?

Marilou : Il y en a plusieurs, mais celle pour qui je trépigne d’impatience à chaque fois est Anna Triss.

Charlotte : Entrons dans le vif du sujet, parlons de ton dernier roman Au-delà de nos cicatrices. Quel en est le sujet?

Marilou : Le sujet principal est l’amour interdit à travers la différence d’âge mais il y a aussi la délinquance juvénile, les violences physiques et psychologiques faites aux femmes et la tolérance.

Charlotte : Quelle a été ta (ou tes) source d’inspiration pour l’histoire ?

Marilou : Pour cette histoire, je me suis inspirée de ce qui m’entoure et de beaucoup de musiques aussi.

Charlotte : Quelle est ton inspiration concernant les lieux ?

Marilou : Concernant les lieux, j’ai à nouveau choisi ma ville, Nice. Il y aussi un passage en Guadeloupe qui a été développé uniquement dans mon imaginaire.

Charlotte : Quelle a été ta (ou tes) source d’inspiration pour les personnages ?

Joa

Marilou : En général mes personnages sont totalement crées par mon cerveau tordu, j’ai d’ailleurs beaucoup de mal à leur trouver ensuite des modèles fidèles à mon imagination.

Charlotte : Quels sont les qualités et défauts des personnages principaux ?

Marilou : Joa est un jeune homme généreux et courageux, mais il ne pense pas toujours à se protéger lui-même. Naomi de son côté est naïve mais à la fois si forte !

Naomi

Charlotte : As-tu des points communs avec tes personnages ?

Marilou : Il y a toujours un peu de moi dans chacun de mes personnages, pour Au-delà de nos cicatrices je dirai que tout comme Naomi, j’ai un fils ado (le mien est heureusement plus équilibré) et j’ai vécu longtemps dans un quartier populaire tous comme mes héros.

Charlotte : Comment c’est passé l’écriture ?

Marilou : Ça a été assez complexe, écrire une romance à suspense est pour moi un sacré défi. Pas le droit à l’erreur pour tenir en haleine le lecteur tout en restant cohérent, notamment sur toute la partie pénale.

Charlotte : Le plus agréable ?

Marilou : Tous les moments de séduction entre Joa et Naomi.

Charlotte : Le plus difficile ?

Marilou : Les scènes de violences physiques et psychologiques.

Charlotte : Quels sont tes rituels d’écriture si tu en as ?

Marilou : Je n’en ai pas vraiment, j’écris quand j’ai le temps, souvent entre deux choses à faire.

Charlotte : Ecris tu en musique ?

Marilou : Non, j’ai besoin de me concentrer. Par contre une chanson peut facilement m’inspirer un personnage ou une scène.

Charlotte : Que voudrais-tu dire de plus, sur toi ? Tes personnages ? Aux lecteurs ?

Marilou : Mon but premier est de procurer des émotions à travers mes écrits, j’aime que les lecteurs viennent me trouver pour me dire ce que ça a suscité en eux. L’échange est une de choses que je préfère dans cette activité. Concernant mes personnages, j’ai à cœur de les faire proche du lectorat afin que l’on puisse s’identifier facilement à eux.

Vous pouvez découvrir mon avis sur Je veux juste être heureux : L’avis de Charlotte sur Je veux juste être heureux de Marilou Sunny – Les Etoiles Des Bibliothèques (lesetoilesdesbibliotheques.com)

Pour finir voici l’INTERVIEW BY LES ETOILES 

  • Ta plus grosse peur : le vide
  • Ta plus grosse honte : un sexto qui m’était destiné arrivé par erreur sur le tel de ma mère…
  • Ton plus gros fou rire : avec ma meilleure amie sur un truc très très bête comme souvent pour les fous rires.
  • Ta plus grosse boulette : dévoilé un secret sans savoir que ça était un…
  • Ta plus grosse déception : en amitié
  • Ta plus grosse envie : un voyage

Merci beaucoup Marilou Sunny d’avoir accepté de répondre à nos questions !

L’avis coup de cœur sur Au delà de nos cicatrices de Marilou Sunny


Bonjour les étoiles. Je vous présente mon avis coup de cœur sur Au-delà de nos cicatrices de Marilou Sunny, en auto-édition. Une romance suspense pleine d’action et d’émotions !

Titre : Au-delà de nos cicatrices

Auteur : Marilou Sunny

Genre : Romance

Editions : Auto édition

Ebook :  4,99 €

Broché : 17 €

Résumé :

À dix-huit ans, Joa est lycéen, mais bien déterminé à se construire un avenir. Il est convaincu que sans argent rien n’est possible. Par conséquent, il participe à l’activité illégale de son quartier pour venir en aide à sa mère qui l’élève seule. Entre un mari qui la maltraite et un quotidien dangereux, Naomi fait tout pour empêcher son fils Lenny de suivre les traces de son père. Elle espère que la rue ne lui prendra pas son seul enfant. Lorsque Joa est invité chez son pote de classe Lenny, il ne s’attendait pas à obtenir un job qui paye encore plus ni à tomber sous le charme de sa mère. Mais les barrières sont nombreuses pour arriver à la séduire et le danger rôde. Entre les combats qu’ils ont à mener et une attirance à dompter, de nombreux interdits les séparent. Au cœur de la violence et des manipulations, se laisseront-ils une chance d’avancer au-delà de leurs cicatrices ?

Mon avis :

Joa est un jeune homme de 18 ans. Il est intelligent et déterminer à changer sa vie. Son avenir ne doit pas ressembler à sa vie actuelle. Il a des objectifs et compte bien tout mettre en œuvre pour les atteindre, mais pour cela l’argent est indispensable. Les activités illégales, mais lucratives, ne manquent pas dans le quartier.

Naomi vit dans un foyer loin de l’idéale qu’elle s’en faisait plus jeune. Son mari est violent et son quotidien est dangereux. Elle fait tout ce qu’elle peut pour protéger son fils Lenny et tente de l’empêcher de suivre les tracent de ce père qui n’est pas vraiment un homme modèle.

Quand Joa est invité chez son ami Lenny, c’est le début d’une aventure qui va changer la vie de tous les protagonistes. Il ne contrôle pas le désir qui naît en lui, un désir interdit pour la mère de son ami. Tout devrait le raisonner et l’éloigner de cette femme, mais l’attirance est puissante. Avant de laisser parler son cœur, il va devoir affronter de nombreux obstacles.

Ce roman est construit en deux temps. La première partie intense en suspense, j’ai adoré l’entrée en matière avec un mélange très bien dosé d’humour dans un contexte chaotique. Joa m’a surprise par sa maturité hors norme. C’est un jeune homme qui tente de rester fidèle à ses valeurs malgré les dangers et les interdits. La situation est complexe, car Noami lui fait perdre la tête. J’ai eu peur pour lui, pour elle aussi. Me demandant sans cesse comment ils pourraient s’en sortir.

La deuxième intense en émotions ! Comment rester de marbre face à ses personnages profonds ? Ils sont terriblement attachants. On découvre Naomi différemment, cette femme doit arriver à se reconstruire et ce n’est pas simple quand toute sa vie n’a été que violence et manipulation.

J’ai été plongée dans des émotions contradictoires, j’ai eu peur, j’ai aimé, j’ai ri. Un bon mélange qui, accompagné de la plume fluide de l’auteure, place Au-delà de nos cicatrices parmi mes coups de cœur ! Merci Marilou Sunny pour ce service presse !

Extrait :

D’ailleurs, le morceau qui suit de Neyo « Let me love you, until you learn to love yourself » me rend rêveuse. Ce tube qui date de quelques années, m’a toujours plu mais aujourd’hui j’ai l’impression de le découvrir d’une autre manière. Alors je m’installe dans mon canapé, le dos collé contre les coussins et écoute les paroles attentivement. J’ai quelques bases en anglais qui me permettent de saisir l’essentiel.

Il est question de lâcher prise, se laisser aimer quand on ne s’aime pas soi-même…

J’ignore si un jour, je me sentirai belle dans le regard d’un homme. Aurai-je la chance de ne plus être une moins que rien ou un bout de viande ou encore un défouloir ? Un couplet résonne particulièrement en moi et sans que je ne puisse me contrôler des larmes coulent sur mes joues.

Je peux lire la souffrance dans tes yeux

Ça fait pas mal de temps qu’elle y est

Je veux seulement être celui

Qui te rappelle ce que ça fait de sourire

Je voudrais te montrer ce dont l’amour est capable

Ironie du sort cette chanson est très entraînante, elle est censée me donner la pêche ! Elle pourrait m’apporter de l’espoir, mais à quoi puis-je rêver dans ma situation ?