L’avis de Charlotte sur D’autres Horizons de Angie Le Gac et Tan Hagmann

Hello les étoiles. Je vous présente mon avis sur D’autres horizons de Angie Le Gac et Tan Hagmann publié chez Juno Publising France : dépaysement garanti !

Titre : D’autres horizons

Auteurs : Angie Le Gac et Tan Hagmann

Genre : Romance MM

Editions : Juno Publishing France

Ebook :  5,49 €

Broché : 17,50 €

Résumé :

Lorsqu’Andrew, architecte à l’avenir prometteur, commet un faux pas en mêlant vie sentimentale et affaires, il se retrouve parachuté à Madagascar pour superviser la construction d’une école de brousse. Loin de Seattle, il vit mal son exil et ne s’acclimate ni au pays ni à ses habitants. Sa rencontre avec Tiana, un jeune autochtone venu de la capitale pour alphabétiser des adultes, est explosive. Si le maire du village n’y prend pas garde, ces deux-là pourraient bien finir par s’entretuer… À moins que Jean de Dieu, un gamin fragile à l’imaginaire très développé, ne parvienne à les réconcilier ?

Embarquez pour D’autres Horizons, et vivez avec Andrew le choc des cultures et la découverte d’un monde qui le transformera à jamais.

Mon avis :

Andrew est architecte. Il aime sa vie à Seattle, la nourriture américaine, la foule et les rencontres sans attaches. Une de ces rencontres le mêlant vie privée et vie professionnelle le conduit directement à Madagascar pour superviser la construction d’une école dans un petit village dans la brousse : Belo sur Mer.

À son arrivée, il fait la rencontre de Tiana, un jeune homme en charge d’alphabétiser les adultes. L’entente est loin d’être au rendez-vous, tant le choc des cultures est énorme. L’un est pressé et stressé, l’autre observe les signes pour le guider dans la vie. Ils vont cependant devoir travailler ensemble. Arriveront-ils à ne pas s’entre-tuer ?

Ce roman est en premier lieu un voyage. J’ai embraqué avec Andrew et à son rythme, j’ai été initiée à la culture locale et aux coutumes des habitants. La vie dans le petit village est complètement différente de la vie occidentale. J’ai beaucoup aimé les nombreuses découvertes, les paysages, les habitants et leurs mentalités. C’est une bouffée d’air, une pause dans nos vies à cent à l’heure.

Les personnages principaux sont attendrissants. La romance s’installe doucement, car leurs désaccords sont nombreux et ne pourraient pas s’effacer d’un coup de baguette magique. Mais les sentiments sont bien amenés, avec un lot de doutes et d’inquiétudes. Les émotions sont au rendez-vous. Concernant les scènes de sexes, elles sont suggérées et empreintes de douceur.

J’ai aussi aimé le rôle joué par un jeune habitant du village avec son imagination sans limite ainsi que par certains habitants du village.

Merci à Maïwenn et Juno Publishing France pour l’envoi de ce service presse et aux auteures, Angie Le Gac et Tan Hagmann, pour ce beau voyage.

Extrait :

Sa vie parfaite vient d’exploser en mille morceaux. Il ne peut qu’assister au cataclysme, impuissant. Désemparé, il sent les larmes lui monter aux yeux. Il se reprend néanmoins et demande à quelle sauce il va être mangé.

— On fait quoi ? Tu me vires, c’est ça ?

— Pas vraiment, mais tu vas faire pénitence et disparaître de la circulation un moment. Tu pars en mission de coopération à Madagascar.

— Tu déconnes ?

— Non. Je suis sérieux. Tu vas aller superviser la construction d’une école à Belo sur Mer, côte sud-ouest de Madagascar. Je me suis souvenu de cette demande de la Fondation KeepChance qui lutte contre l’illettrisme. Ils m’ont transmis un dossier qui a retenu toute leur attention, et j’ai décidé d’y donner suite en recontactant le maire de ce village, M. Isidore, qui me harcelait depuis déjà un moment. C’est le genre de procédés qu’utilisent les entreprises pour booster leur image de marque, et ça arrive à point nommé pour B&B et pour toi. On a bien besoin de redorer notre blason avec tes conneries !

A.J. n’en croit pas ses oreilles, mais Sam a l’air on ne peut plus sérieux.

— Ton avion décolle mercredi. Voilà ton billet. Et s’il te plaît, pas de vagues ! Vie monacale : oublie ta bite pendant quelques mois et concentre-toi sur ta mission. Si ça se passe bien et si les choses se tassent ici, je verrai ce que je peux faire pour ton retour et la suite de ta carrière.

— Je ne sais pas quoi dire. J’hésite entre « merci » et « va chier ».

— De rien, Andrew. Le dossier Belo sur Mer est déjà dans ta messagerie. Ne traîne pas ici. Taylor senior doit passer ce matin, il est préférable que vous ne vous rencontriez pas. Rentre chez toi. On reste en contact. Bon voyage.

— Et bon vent, oui j’ai saisi… Putain !

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s