Les cicatrices du passé de Morgane Dumesnil en auto-édition !


Hello les étoiles, je vous présente mon avis sur Les cicatrices du passé de Morgane Dumesnil. Une histoire émouvante qui véhicule un message aussi fort que douloureux !

Titre : Les cicatrices du passé

Auteure : Morgane Dumesnil

Éditeur : Auto-édition

Genre : Romance contemporaine

Broché : 17.94€

Résumé : Un célèbre adage dit que les opposés s’attirent. Ce qu’il ne dit pas, en revanche, c’est qu’ils se déchirent aussi.
Casey avait quinze ans lorsqu’elle l’a rencontré, seize ans lorsqu’il l’a détruite.
Quatre ans plus tard, ses blessures encore à vif, elle emménage loin de chez elle pour enfin prendre un nouveau départ. Déterminée à s’assurer une existence paisible, elle ne s’attendait pas à ce que la rencontre avec son voisin vienne bouleverser ses plans. Bien qu’il soit l’exact contraire de celui qu’elle avait cru aimer autrefois, il lui rappelle tout de son passé douloureux.
Quand notre jugement nous a déjà fait défaut, comment s’assurer qu’on ne se trompe pas une seconde fois ?

𒈝⭐ L’avis de Mya ⭐𒈝

Au moment où l’auteure a fait appel au service presse pour son roman, je n’avais pas idée de ce qui m’attendait n’ayant même pas lu le résumé. La couverture avec une fille dans une cage m’a assez intriguée pour me lancer à l’aveugle et répondre à l’appel de Morgane. En fait, le titre est révélateur aussi, à lui seul, il nous raconte toute une histoire et la couverture ne fait que confirmer la première impression. On sait d’emblée que Les cicatrices du passé nous promet des vagues d’émotions et un moment de lecture très éprouvant. Et au fil des pages, mon intuition s’est avérée.
L’histoire de Casey est bouleversante. Si jeune et déjà un lourd fardeau à porter. Les épreuves par lesquelles elle est passée, nous tordent les boyaux et nous touchent au plus profond de nous-même.

Les cicatrices du passé avant d’être une romance, si délicieuse soit-elle, est un message fort, véhiculé par Morgane, sans chichi ni emballé dans un gant de velours. C’est la réalité crue de milliers de femmes de par le monde qui ont subi et subissent toujours aujourd’hui des violences morales et physiques sans que personne dans leurs entourages ne bouge le petit doigt. Certains pensent que c’est interférer dans des affaires qui ne sont pas leurs et d’autres sont juste indifférents à la souffrance d’autrui… Et dans les deux cas, la justice devrait intervenir, car, non-dénonciation d’un cas de violence devrait être puni par la loi.
Et il existe aussi des personnes auxquelles on donnerait le bon dieu sans confession, si angéliques, vues d’extérieur mais, qui sont habitées par le démon. Manipulatrices, intelligentes, froides, et c’est de cela d’où vient leur dangerosité. Elles sont passées maître pour cacher leurs perversités et leurs brutalités. Casey nous livre dans son histoire un cas d’exemple qui a traversé sa vie comme une tempête dévastatrice, laissant derrière elle un tas de ruines. Elle nous raconte ses épreuves et sa douleur sans tabou, sans mettre les formes sur les dégâts émotionnels qu’elle a eu à affronter.

Cassandra, Casey, actuellement, ne s’aimait pas et c’est cette mauvaise mage qu’elle a envoyée à ses bourreaux. Solitaire et mal dans sa peau, elle a succombé au premier regard appréciateur d’un beau garçon. Toute émoustillée et fière que le meneur de son lycée l’ait choisie elle, la mal-fagotée et grosse Cassandra, parmi toutes ces belles filles qui lui tournaient autour. Mais les étoiles dans ses yeux l’ont empêchée de regarder au-delà des muscles, du sourire ravageur et de sa face d’ange. Car l’ange a viré monstre… petit à petit, subtilement, il n’est resté de l’amoureux, de l’amant, qu’un tortionnaire… Son pire cauchemar qui la touchait là où cela fait mal et surtout là où personne ne regarde. Assujettie à son magnétisme et à son bon vouloir, Cassandra ne se réveillera de son profond sommeil ou de son hypnose que trop tard. Quand son cœur et son corps ne pouvaient supporter plus d’outrage.

Entre les humiliations du monstre et le harcèlement au lycée, on se demande comment elle a pu survivre et être là aujourd’hui, à partager son histoire imprégnée de douleur, d’indifférence, d’outrage corporel et psychique, de harcèlement…

Les cicatrices du passé raconte une douleur criante de vérité, mais aussi, le long chemin de la reconstruction de Casey, son combat contre ses vieux fantômes, sa lutte pour reprendre confiance en elle et aller de l’avant. De beaux sentiments ont aussi pris part dans ce nouveau départ. Un amour qui a apaisé ses maux et lui a donné l’espoir de l’avenir.

Bref, une jolie romance certes, mais particulièrement, une ode aux secondes chances et à l’espoir d’un futur meilleur après les épreuves que le destin sème sur nos routes.

Merci à Morgane Dumesnil pour cette histoire émouvante qui véhicule un message aussi fort que douloureux !

L’avis de Carine sur Black Haters Tome 2 : Vérité, un roman de Manon Donaldson chez Black Ink Editions


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Black Haters ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Tome 2/2 : Vérité
Auteur : Manon Donaldson

Genre : Romance Dystopique

Editions : Black Ink Editions

Ebook : 4.99 €

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Résumé : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Deux êtres que tout oppose et dont le destin est étroitement lié.

Nellyanna ouvre les yeux sur cette vérité qu’elle a tant voulu connaître. Lander, lui, se fait violence pour ne pas intervenir alors que sa douce évolue dans le chaos.

Les complots se dévoilent, les masques tombent, le danger rôde.

Et si elle était la pièce maîtresse de la vaste partie d’échecs que disputent les Élitaires et les Black Haters ? Si elle seule pouvait en changer l’issue ? Jusqu’où serait-elle prête à aller pour protéger ceux qu’elle aime ? La réponse lui apparaît évidente. Une certitude qui enfle : plus rien ne l’arrêterait désormais.


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Mon avis : ‿︵⁺୭‧₊˚

Vérité…. Nellyanna va devoir ouvrir les yeux sur cette vérité bien malgré elle… Mais qu’elle est-elle ? Et si chacun pensait détenir sa propre vérité ? Et si cette vérité avait un prix ?

Nellyanna va se réveiller dans un monde qu’elle ne reconnait plus… Privée une fois de plus de son libre arbitre, elle va devoir user de courage pour s’en sortir et reprendre sa place parmi les siens, si cela est encore possible… Lander lui, se voit dans l’obligation de laisser venir les choses pour Nelly, et ce, malgré ce qu’elle subit. La Cause est tout ce qui compte et rien ne doit venir interférer… Rien ni personne… Vraiment ? Entre les plans machiavéliques, la confrontation des castes, les trahisons, les déceptions et la rébellion, ce second tome nous apporte un florilège de rebondissements et d’émotions qui ne manquent pas de nous tenir en haleine sous un doux parfum de révolte intérieure.

Avec Black Haters : Vérité, Manon Donaldson clôture là une sublime dystopie rondement menée. J’ai attendu ce second tome avec une certaine frénésie. Je trépignais, ne pouvant pas attendre pour lire la suite et paradoxalement, j’avais peur de la manière dont l’auteure allait aborder cette suite. Suite qui sans aucun doute, a tenu toutes ses promesses. Je l’ai dévorée, dégustée même selon les chapitres… Des chapitres qui se succèdent dans une trame qui ne cesse de prendre de nouveaux tournants, sans non plus que l’on soit noyés dans un flot d’évènements qui pourrait nous faire perdre le fil. Une suite oppressante qui ne laisse pas de place à l’ennui et à aucun moment malgré le nombre conséquent de pages. Un récit fort et plein de valeurs que Nellyanna et Lander portent à bout de bras de leurs convictions pour que chacun puisse un jour apporter sa propre touche de couleur au monde.

Manon Donaldson a une belle faculté à faire ressortir les émotions de nos héros, qu’on les aime ou pas d’ailleurs, car la folie des « méchants » est tout aussi dingue à comprendre et à ressentir que le reste. Elle nous laisse à chaque fois le temps de s’adapter, d’imaginer, de réfléchir et de se poser les bonnes questions. Qui ? Pourquoi ? Et si ? Des questions dont les réponses ne peuvent se trouver entre les lignes pour certaines, car elles ne peuvent être que les résultats de l’évolution de notre héroïne et de ses choix. Pour d’autres qui se devinent plus facilement, cela n’entache en rien l’évolution du récit. Au contraire, on va encore plus à s’en poser pour comprendre le pourquoi de ce comment, même si le maitre mot reste inéluctablement » Le pouvoir «. 

Sa plume devient plus sombre dans ce second tome, mais elle n’en reste pas moins très addictive et surtout très imagée, au point de vraiment être en immersion parfaite dans le paysage. Mais ce que je retiens le plus, c’est la manière dont elle a tout abordé avec beaucoup de dialogues et de remises en question intérieures. Cette maitrise est un point très fort du roman qui ne va pas être une question de force physique, mais mentale guidée par leurs idéaux démocratique. Une force que Nellyanna puise chaque jour un peu plus sous le regard fier de Lander qui a tout de suite vu cette guerrière en elle, et la conduit sur le chemin de son destin, prête à s’y sacrifier au nom de sa cause et particulièrement, au nom de la liberté de tous. Une héroïne avec sa force, mais aussi ses faiblesses, mais pardessus tout, une héroïne qui se veut libre de ses choix, de ses pensées et de ses opinions de femme. Une héroïne que l’on découvre en même temps qu’elle se découvre elle-même, avançant un pas après l’autre avec intelligence, guidée par son instinct et son envie de croire en un monde meilleur pour ceux qu’elle l’aime. Un personnage touchant et bouleversant pour lequel on aimerait prendre les armes et se révolter à notre tour pour venger tout ce qu’on lui fait subir…

Mais la question que l’on se pose de bout en bout est tout de même ce que sera le plus important aux yeux de notre beau Lander pour lequel on fond littéralement. Est-il prêt à sacrifier sa Cause au nom de son amour pour Nellyanna ? Quels vont êtres justement ses propres choix à lui l’heure venue ? La tension entre nos protagonistes est merveilleuse ! Ils illuminent ce récit sombre. Ils s’attirent indéniablement et leurs sentiments ne laissent aucun doute, mais… pourront-ils avoir un avenir ? Nellyanna et Lander seraient-ils des amants maudits au nom de leur Cause ?

Black Haters est une excellente dystopie qui ne laisse aucun répit de lecture grâce à ses personnages attachants et à son intrigue qui ne manque pas de se jouer de nous. Un roman qui nous happe et nous fait passer par tous les stades émotions, mais surtout, un roman qui ne laisse pas indifférent et donne à réfléchir où se mêlent l’amour, le pouvoir, la violence, sans oublier la tristesse qui nous fend le cœur de bien de manières. Un roman saisissant, pourvu de rebondissements qui ne permettent aucun ennui et qui le rendent fascinant !

Un grand merci à Black Ink Editions pour m’avoir permis de découvrir cette sublime histoire en service presse numérique.

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Extrait : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

N’avez-vous jamais eu l’impression que le monde dans lequel vous vous êtes réveillé n’avait plus rien à voir avec celui dans lequel vous avez trouvé le sommeil ? Comme si vous aviez le sentiment d’avoir été happé et d’être toujours en plein cauchemar. On m’a kidnappée, volé mon existence et enfermée en me privant de mon libre arbitre comme de bien d’autres choses. On m’a coincée et on me soumet au chantage depuis. On me menace de m’arracher à ma vie en laissant se balancer au-dessus de ma tête cette épée de Damoclès. On s’attend à ce que je courbe l’échine dès que l’on brandit la menace sous mon nez. Et je me suis exécutée à plusieurs reprises pour protéger ce que j’avais de plus cher à mes yeux. J’ai plié les genoux, effectué des courbettes dans le but de m’attirer leurs faveurs… mais plus maintenant. J’en ai fini avec eux et j’ai bien l’intention de renverser la vapeur. Je compte récupérer mes droits, ma vie et tout ce que je juge qu’on m’a arraché. Je vais faire plus que cela, plus que simplement récupérer. Oui, je vais me venger. Tuer, et reprendre ce qui me revient de droit. Gare à celui qui tentera de se mettre sur mon chemin. Rien n’est plus dangereux que celui à qui vous avez tout pris et qui n’a plus rien à perdre. Rien n’est plus dangereux que moi au final…