VendrediLecture des étoiles !


Hello les étoiles, nous sommes vendredi et qui dit vendredi, dit partages de nos lectures du moment. Pour VendrediLecture, nous avons pioché dans nos piles à lire partenaires. HarperCollins, Shingfoo et les éditions Addictives !

Et vous quels titres avez-vous choisi pour ce soir ? 

Résumé : Son époux est mystérieux, sexy, intrigant… et elle n’a aucun souvenir de lui !
Quand Julia ouvre les yeux, elle a deux surprises de taille : premièrement, elle est à l’hôpital avec un mal de crâne phénoménal ; deuxièmement, un inconnu aussi sexy qu’intimidant assure être son mari. Mais si elle avait épousé un tel homme, elle s’en souviendrait, non ?! Comment a-t-elle pu effacer deux ans de sa mémoire ?
Pourtant, l’acte de mariage est réel, Liam est son époux et il a hâte de la ramener chez eux pour reprendre le cours de leur vie heureuse. Perdue dans cette réalité qu’elle ne reconnaît pas, Julia se raccroche à une chose : le désir entre eux est puissant, électrique, irrésistible… et ça prouve certainement quelque chose !
Mais si tout était trop beau pour être vrai ?

Résumé : Les retrouvailles risquent d’être explosives !

Alors que Do s’est fait la malle, sans un mot et sans prévenir, il débarque à nouveau dans la vie de Charlie de manière complètement inattendue !

Comment va-t-elle réagir après tous ces mois de questionnements ? Peut-être que cette rencontre lui permettra de tourner définitivement la page ou mieux… de lui pardonner ?

Vous le saurez dans ce deuxième et dernier volet de Lover or not Lover !

Résumé : Washington. Ils sont quatre amis qui partagent une maison… et tout le reste : les courses et le ménage, les rires et les peines, les bonnes nouvelles et les problèmes  !
Janhvi aimerait vraiment que sa vie sentimentale soit aussi simple et naturelle que le cycle migratoire des baleines. Malheureusement, elle lui donne autant de fil à retordre que la préparation de sa future exposition, et pour cause : elle vient de se faire larguer. Encore.
Peter aimerait vraiment guérir son addiction à Janhvi comme il soigne les animaux éclopés qui échouent dans son cabinet. Car il doit se rendre à l’évidence : à trop attendre, il est en train de passer à côté de sa propre vie.
Graham aimerait vraiment que la procédure d’adoption initiée avec son mari, Leandro, aboutisse enfin. Pour pouvoir être un père attentionné et présent  ; tout ce qu’il n’a pas eu la chance de connaître avec ses parents retranchés dans leur Écosse natale depuis son coming out.  
Leandro, lui, aimerait vraiment que le destin ait un meilleur sens du timing. Car devoir gérer le débarquement de ses beaux-parents, qui ignorent son existence, en plus des problèmes de cœur de ses amis, ça risque de faire beaucoup.

Bon vendrediLecture et à la semaine prochaine pour un nouveau partage !

164769154_895851804569559_4709514206203159560_n

 

L’avis de Carine sur Organic, un roman de Robyne Max Chavalan chez Black Ink Editions


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Organic ‿︵⁺୭‧₊˚✧


Auteur : Robyne Max Chavalan

Genre : Romance

Editions : Black Ink Editions

Ebook : 4.99 €

Broché :

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Résumé : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

OrganiC
Deux faces pour un même cœur.

Côté Pile : Elle. Isadora est avocate pénaliste au barreau international. Sa spécialité ? La défense des criminels. Toutes catégories. Tous calibres. À l’encontre de ses convictions, mais soumise à l’autorité paternelle. Alors la nuit venue, elle devient Miss Hyde, femme sans limite ni tabou, menant l’existence qu’on lui interdit. Elle s’autorise tout et ne se refuse rien, surtout pas Lui.

Côté Face : Lui. Janus est chef de la sécurité à l’Organic, club mondain de la capitale luxembourgeoise, et couverture d’un réseau international de trafic d’organes. Flic d’Interpol en immersion, il s’appelle en réalité Tristan.
Sa spécialité ? Les infiltrations. Tous domaines. Toutes profondeurs. Sans pitié même pour Elle.

Deux faces d’une vérité difficile à démêler, jouant un jeu aussi dangereux que sulfureux. La confiance se gagne, le respect se mérite, mais à qui se fier quand tout s’écroule ?


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Mon avis : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

OrganiC… deux faces d’une lecture des plus intenses !

Lorsque j’ai débuté ma lecture, je dois vous avouer que j’ai eu peur. Peur de ne pas accrocher. Peur que les héros soient trop barrés, et pourtant j’aime lorsque cela est barré. Et puis d’un coup, sans crier gare, je me suis fait kidnapper par cette histoire complètement déroutante, addictive, explosive et obsessionnelle ! Une trame complètement dingue qui va aborder, entre autre, un sujet dur et inhumain, ainsi que d’autres thèmes difficiles d’ailleurs, très bien menés avec des personnages tellement imparfaits dans leurs imperfections et dans leurs dualités que cela en est encore plus addictif !

Jeu de dupes, jeu de face à face, face contre face ou de pile ou face … Imaginez tout simplement une pièce qu’on l’on jette pour savoir de quel côté elle va atterrir. Une pièce qui ne cessera de tourner et ne tombera jamais sur le côté pile ou le côté face. Et nous, on passe le roman à la regarder tourner tour à tour en voyant un côté puis trop vite l’autre pour revenir encore. On aimerait poser la main à plat et l’arrêter pour prendre le temps d’analyser les deux faces, mais…. Non. Nous sommes comme obnubilé par ce que l’on découvre tour à tour. Obnubiler par les tourne vire des situations. Obnubiler par une obsession qui va devenir aussi la nôtre. Elle. Lui. Eux…

Côté pile, Maître Isadora Cambor, avocate, est une vraie tueuse du barreau. Elle suit les traces de son père, soumise à sa manière de voir la justice, à coup de billets de banque. Qu’importe que leurs clients soient coupables, et d’ailleurs ils le sont dans tous les cas puisque, le cabinet familial dans lequel elle exerce, est spécialisé dans la défense des gros bonnets du crime. Ce sont tous des pourris auxquels le cabinet offre des services sur mesure avec lesquels elle perd chaque jour un peu plus de son âme. D’une froideur glaciale, austère, Isadora se cache derrière un masque qui n’est pas celle qu’elle aimerait être, car derrière sa façade lisse de petite bourgeoise, s’infiltre comme un poison, tout son désespoir. Alors, la nuit venue, on découvre une autre face, celle de Miss Hyde. Libérée, téméraire, chaude comme la braise, faisant fi de tous les interdits, elle devient le fantasme de sa propre vie… Se cacher pour exister… Mais lorsque le côté pile, se mêle au côté face, face à face avec les deux faces de son client, Maître Isadora se retrouve déstabilisée pour la première fois de sa vie. Janus Grégor… Attirée et obnubilée par cet homme, il va devenir son obsession… Une obsession qui causera sûrement sa perte. Tout comme elle, pourrait elle, lui causer la sienne. Janus est sans pitié. Son but, ce n’est pas elle. Même si elle le fascine et qu’elle l’obsède, même s’il veut la posséder tout comme elle souhaite le posséder. Il n’a qu’un seul objectif et elle n’en fait pas partie…

Robyne Max Chavalan ne va pas faire dans la dentelle avec son récit. Il est noir, angoissant, palpitant époustouflant ! Toutes les émotions y passent et lorsqu’on le referme, on ne peut que ce dire une chose. OrganiC est une tuerie ! Sa plume est hautement addictive et d’une intensité qui va parfaitement avec la trame qui surfe en fond d’intrigue sur un fléau réel qui apporte encore plus de poigne au roman. Où est le bien ? Où est le mal lorsque cela est pour un bien ? Où est la morale dans tout cela… sa propre morale. A-t-on un seuil de limite ? Que ferions-nous à leur place ? Face à leurs choix et leurs réactions ? Face à l’injustice de cette justice. Robyne Max Chavalan ne va pas faire réfléchir que nos héros. Non. La réflexion ne nous quitte pas tout au long de notre lecture, et ce, sur plusieurs thèmes qui seront abordés et qui vont malmener notre palpitant de bien des manières. Je suis ressortie de ma lecture complètement chamboulée, émue et bouleversée. J’ai même versé ma larme. Elle me hante encore… Je dois vous avouer que certaines scènes s’ancrent complètement en nous et impossible de les oublier.

Une romance magnifiquement construite autour de la psychologie des personnages décrite avec pertinence et qui est menée avec brio. Elle sera d’ailleurs le point fort de ce roman sombre et sulfureux. Le tout guidé par leurs convictions et leurs oppositions qui va les rendre borderline dans leurs actes, leurs choix, prêt à tout pour arriver à leur fin, sauver ce qui peut l’être encore quitte à s’avilir eux-mêmes encore plus qu’ils ne le sont déjà. Prêts à des sacrifices qui vont nous toucher autant que nous décevoir. Des héros qui vont nous faire souffrir à leur manière, nous émouvoir très fortement, mais qu’on va aussi détester bien souvent. Un paradoxe de fou pour une romance de malade écrite sans filtre, qui m’a éprouvée à ne nombreuses reprises.

Une histoire d’amour forte, obsessionnelle, intense dans un jeu de dupes, de faux-semblants et de rebondissements qui nous tiennent en haleine et que l’on dévore en laissant nos tripes à terre et notre cœur fracassé sur ses deux faces.

Un grand merci à Black Ink Éditions pour m’avoir permis de découvrir une nouvelle pépite livresque en service presse numérique.


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Extrait : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Qu’est-ce qu’une obsession ?

Une obsession est une idée, une image, un mot qui s’impose à l’esprit sans relâche.

Je peux affirmer sans aucun doute possible que, dans ce cas, je suis gravement atteinte. Je dors en pensant à Janus Gregor. Je me lève en pensant à Janus Gregor. Je travaille, mange et parle avec en tête le portrait de Janus Gregor. Toute la sainte journée, j’ai la vision de son corps tendu dans les affres du plaisir, gravée dans la rétine. De sa stupéfaction lorsque j’ai léché mes doigts en le défiant, et de combien je me suis sentie puissante à cette minute.

Ce pur shoot d’excitation m’a permis de passer le reste de la soirée en l’ignorant de la plus superbe des façons.

Est-ce que je l’ai oublié ensuite ?

Non.

Bien au contraire. J’ai l’irrémédiable envie de recommencer. Et cela dure depuis trois mois.

Oui, quatre-vingt-dix jours que je le suis, le poursuis, le harcèle. Disons plutôt que Miss Hyde le harcèle. Maître Isadora se doit de rester irréprochable. Et c’est bien là tout le problème, parce qu’à l’inverse, plus Janus rencontre Miss Hyde et la repousse, plus j’ai l’impression qu’il s’accroche à l’idée d’une histoire avec Maître Isadora.

Nous nous cherchons, nous télescopons, nous influençons quelque part avec cette conscience aiguë que l’autre n’est pas totalement celui qu’il prétend être.

L’obsession encore une fois.

Terrible et implacable.

Qui ne vous quitte jamais….