Instant Émotion d’une étoile filante sur Fucking King de Ella Lores – Éditions Addictives !


Hello les étoiles, cette semaine, notre étoile filante vous partage son Instant Émotions sur son séjour royal en Karanie. Le voyage en valait-il le détour ? Apparemment, oui, mais si vous voulez en savoir plus, je vous invite à le découvrir dans son ressenti sur Fucking King de Ella Lores.

206137436_155838536610469_3807383720294352025_nTitre : Fucking King 

Auteure : Ella Lores

Editeur : Editions Addictives

Collection : Luv

Genre : Romance contemporaine 

Ebook : Lien d’achat

Résumé : Tout les sépare… sauf le désir.
Darian est froid, sûr de lui et habitué à ce que tous lui obéissent sans poser de questions : quoi de plus normal quand on est roi ?
Propulsé très jeune sur le trône de Karanie, petit royaume méditerranéen, il s’est forgé une apparence rigide et ne laisse rien ni personne l’ébranler.
Mais Elsie entre comme une tornade dans sa vie, et tout se retrouve sens dessus dessous.
La jeune étudiante écossaise se moque complètement du titre de souverain de Darian, des convenances et du protocole ; elle n’hésite pas à lui tenir tête et lui dire ce qu’elle pense, ce qui rend le roi complètement dingue. Leurs échanges sont aussi passionnés qu’électriques.
Rien n’est possible entre eux.
Rien, vraiment ?

★・・・・・・★ Instant Emotions ★・・・・・・★

Trois adjectifs pour Mon Instant Émotions pour le roman “Fucking King“ ?

Passionnant ! Palpitant ! Princier !

Si je devais définir ce qu’est une belle lecture pour moi, je dirais simplement une lecture où je ressens. Peu importe si c’est un élan d’amusement, d’attachement, d’attendrissement, d’affection, d’admiration… ou d’agacement, d’amertume, d’animosité, d’antipathie, d’aversion… une émotion reste une émotion. Mais celle que je préfère, c’est la contradiction, et je ne parle pas d’incohérence ou de non-sens. Simplement, de différences entre ce que je lis et ce que je pense. C’est ce genre de lecture, qui me permet de dialoguer, sans même m’en rendre compte avec l’auteur et ses personnages, et aussi d’interroger d’autres étoiles et de partager avec celles qui ont déjà lu le roman. J’appelle ça une lecture ricochet.

Le fait de dire : tu l’as lu ? Toi aussi tu as ressenti ça ? Tu vois ça comme ça ? Oui ? Non ? Pourquoi pas ? Explique-moi ton point de vue, que je comprenne mieux le mien, ou que je puisse en changer. Vous connaissez ? Ça vous arrive ?

Donc voilà, sa Majesté, Ella Lores, avec son dernier roman paru sous le titre de “Fucking King“ a su faire ricocher mes émotions. À travers ce roman, l’auteure m’a rappelé que chaque être est constitué de petits morceaux d’ADN contenant toutes les informations génétiques permettant le développement et l’évolution de tout ou de chacun.  Mais aussi d’instants de vie qui viendront fixer des attentes, des peurs et, aussi des perspectives d’espoir et de certitudes. On est un tout, dans une intégralité qui fait de nous qui nous sommes, mais, aussi et surtout ce que nous sommes. Si, j’ai littéralement fondu pour ce Roi, au port de tête bien droit malgré des fondations plus que malmenées… Ce Roi, à qui on ne peut qu’offrir son cœur, malgré ses attitudes plus que réfrigérantes et échauffantes à la fois… Ce roi qui ne vit que pour les siens et qui va se trouver déstabiliser lorsqu’il va rencontrer, au détour d’un couloir de son palais, l’envie de vivre aussi pour lui… Et cette rencontre, s’appelle Elsie.

Elsie est une étudiante qui vit pour elle, et qui ne se laisse s’en imposer par personne (bon, peut-être pas personne…) mais, qui pourtant laissera un Roi diriger d’une certaine manière sa spontanéité… Et une chose est certaine, ce Roi sait diriger ! Et je ne parle pas uniquement de façon très protocolaire… Ah, la plume aussi sensuelle qu’envoûtante d’Ella Lores

Sorry, je me suis perdue un instant dans les bras du Roi. Donc… Pour en revenir à Elsie, cette dernière aura été une rencontre livresque, plus… moins… En fait, je crois que c’est avec elle que j’ai le plus discuté tout au long de ma lecture ! Les petites phrases de ses pensées en italique, que l’auteure a parsemé çà et là, ont su argumenter et répondre à certains de mes questionnements. On a même eu des moments de partage de sourires, de rires et d’effroi. Mais, on a nombre de désaccords également, elle et moi ! Mis à part en ce qui concerne le Roi, évidemment ! Mais, je crois que ça vous l’a compris à présent ! Et il est évident également, que le Roi ne serait pas d’accord avec moi non plus. Et c’est cette force de l’équilibre parfait pour une belle lecture que l’auteure aura su insuffler dans son histoire.

Elsie et le Roi Darian sont deux êtres infaillibles qui vont ouvrir une faille l’un chez l’autre… Ils vont s’engager dans un réel combat entre la colmater ou l’agrandir, la repousser ou l’accepter… Leur prise de conscience en ce qui concerne leur faille dans leur muraille, va plus qu’ébranler leurs fondements. La chute s’annonce inévitable… Pour autant, qui dit chute, dit avènement. Mais pour ça, il faut être prêt. Prêt à accepter… toute évolution, tout changement, tout lâcher-prise, tout abandon…  Prêt à accepter d’offrir sa confiance, de remettre en cause toute attitude conditionnée par les années et les expériences… Prêt à donner le pouvoir sur soi en toute conscience, loin de toute autorité… Sans conditions, sans jugements, ni réserves… Mais surtout prêt à comprendre, entendre et aimer tout, dans son intégralité, en toute intégrité. Et il y a une grande différence entre le penser, le dire, le faire et l’accepter. Un cheminement colossal vous en conviendrez, et qu’Ella Lores a manié en toute ingéniosité. C’est indéniable, j’ai été enchantée par ma visite guidée de la Karanie et ses environs, ainsi que par celle d’Écosse et d’Angleterre. Sans surprise, j’ai succombé au charisme aussi imposant qu’attachant du Roi. J’ai eu plus de mal à adhérer au caractère d’Elsie ? On a des visions différentes en accord avec nos propres expériences, mais ça m’arrive aussi avec ma sœur ! Alors, elle m’a agacée ? Oui ! J’ai été fâchée après elle ? Aussi ! Déçue ? Non ! Ce n’est pas parce que l’on ne conçoit pas le comportement d’un personnage et que nos opinions divergent de celles de certains d’entre eux, qu’on ne peut passer un très bon moment lecture. Pour vous, oui ? En tout cas, pas pour moi. Je dirai même que ce sont souvent ces personnages-là que je garde longtemps en mémoire. Car finalement, à leurs manières, ils auront fait vibrer ma lecture.

Et comme je le disais plus haut, ressentir une histoire, c’est aussi la vivre et j’ai merveilleusement bien vécu cette dernière. Sans conteste, “Fucking King“ restera un Instant Émotions : Ravageur et Royal

Merci les étoiles et à bientôt pour un autre rendez-vous émotions avec notre étoile filante !

 

190746260_207194564563436_1650977666646298219_n
 

L’avis de Charlotte sur Because of you, Tome 1 : un destin chaviré de Laetitia Mahy


Coucou les étoiles. Je vous présente mon avis sur Because of you, tome 1 : un destin chaviré de Laetitia Mahy chez So romance. J’ai adoré l’évolution du personnage principal !

Titre : Because of you, tome 1 : un destin chaviré

Auteur : Laetitia Mahy

Genre : Romance

Editions : So romance

Ebook :  5,99 €

Broché : 12,99€

Résumé :

Une croisière. Une semaine. 200 invités. Et autant de secrets cachés. Combien de temps tiendront-ils avant que tout ne vole en éclats ?

Audrey ne connait que ça : attaquer pour ne pas être déstabilisée. C’est d’ailleurs ce mécanisme de défense qui lui a permis de devenir une photographe renommée à Manhattan. Elle est fière d’avoir construit son parcours sans l’aide de ses parents riches, qu’elle n’a d’ailleurs plus vus depuis trois ans. Forcée de retourner dans le monde qu’elle a fui pour le mariage de son frère, elle demande à son meilleur ami de l’accompagner, pour ne pas les affronter seule. Tous les invités sont conviés une semaine en pleine mer sur un bateau de luxe, sans possibilité d’échappatoire. La croisière comptera autant d’invités que de secrets qu’ils cachent. Audrey arrivera-t-elle à continuer de faire semblant ? 

Mon avis :

Audrey a atteint un de ses objectifs : devenir photographe. Elle a réussi, car elle sait se protéger. Cette réussite, elle ne la doit qu’à elle, à sa force. Elle est fière de ne pas avoir eu besoin de ses parents pour en arriver là. Elle ne voit plus sa famille depuis près de trois ans, mais elle va être contrainte de les revoir, car son frère se marie.

Sachant que les retrouvailles risquent d’être compliquées, elle demande à son meilleur ami, Bruno, de l’accompagner. Ce mariage un peu particulier et en fait une croisière d’une semaine qui finira par la cérémonie. Audrey, arrivera-t-elle à renvoyer l’image qu’elle se donne durant toute la croisière ? Quelles conséquences cette proximité avec Bruno aura sur leur amitié ?

Audrey est un personnage complexe, elle a une énorme carapace qui la protège des autres et elle attaque souvent pour ne pas laisser échapper quelconque sentiment. Son meilleur mode de défense : l’attaque et pour ça, elle est aussi très douée !

Bruno accepte de partir avec elle au mariage de son frère, mais il n’est pas au bout de ses surprises. Entouré de tout ce luxe, de tous ces gens riches et de tous les faux-semblants qui vont avec, Bruno risque de découvrir sa meilleure amie sous une autre facette !

Audrey est une fille détachée de tout, arrogante, méprisante parfois. Je n’ai pas du tout accroché avec elle jusqu’à ce que je comprenne que ceci n’est qu’une protection, elle rôle qu’elle joue à merveille et ce fut un plaisir de découvrir la vraie Audrey !

Bruno quant à lui et un homme fiable, droit, qui a tout pour plaire. Il ne vient pas du même milieu qu’Audrey et va le découvrir de manière assez rude : rencontrer la PIRE famille qui soit, notamment les parents d’Audrey.

C’est une fois dans le bateau que j’ai réellement pris plaisir dans ma lecture (je vous rassure, ça arrive vite !), les personnages sont bien construits, ils évoluent au fil de la croisière, particulièrement Audrey que l’on découvre chaque jour un peu plus.

L’histoire quant à elle m’a beaucoup plu, elle traite autant de cette relation entre Audrey et son meilleur ami, qui sont contraints de cohabiter et de jouer un faux couple, mais aussi de relations familiales complexes, de non-dits, de trahisons. La tension est palpable, les nerfs d’Audrey et de Bruno sur nous à rude épreuve.

Je n’accroche pas toujours à l’écriture à la troisième personne, mais dans cette histoire ça ne m’a pas dérangé. La plume de l’auteure est agréable et fluide. Je me suis donc laissé porter par cette histoire agréable.

Merci à So romance pour ce service presse.

Extrait :

 J’attends ! dit Bruno sur un ton impatient, la sortant soudain de ses pensées.

— Oui, excuse-moi, j’étais ailleurs.

— J’avais remarqué, lui lança-t-il mi-sarcastique, mi-impatient.

— Voilà, mon frère se marie la semaine prochaine et il a décidé de convier tous les invités pour une semaine de « rêve » sur un bateau et j’ai pensé que… eh bien…, finit-elle par bafouiller, se rendant compte de ce qu’elle s’apprêtait à lui demander.

— Que je pourrais t’accompagner ? finit-il à sa place.

— Exactement ! s’exclama Audrey, avec soulagement.

Bruno la regarda avec une drôle de tête. Certes, il avait fini sa phrase à sa place, mais il n’en revenait pas qu’elle ose réellement le lui demander. Elle souriait, comme une enfant qui attendait qu’on lui tende son nouveau bonbon acheté sur un stand de fête foraine. Elle ne se rendait même pas compte de son grand sourire enfantin qu’il aimait tant voir sur son visage. Mais il la connaissait, alors il ne se laissa pas avoir si facilement.

— Quand comptes-tu enfin leur avouer la vérité ? enchaîna-t-il, avec gravité.

— Ils ne comprendraient pas, répondit Audrey, le sourire s’éteignant, sur un ton sans appel.

— Ce sont tes parents, ta famille.

— Oui. Et justement, c’est bien là tout le problème. Ils refusent même l’idée d’y penser alors l’accepter, pour leur propre fille, c’est complètement inimaginable !

— Il faudra bien qu’ils le sachent un jour.

— Je sais, mais je préfère attendre que le mariage soit passé. Je ne veux pas être cause de dispute alors que mon frère va célébrer « le jour le plus important de sa vie », dit-elle en mimant les guillemets.

— C’est bon, arrête ton mélodrame. On sait tous les deux que tu détestes les mariages, alors ne me sors pas la carte de l’enthousiasme romantique.

Audrey se raidit. Elle pensa alors qu’il la connaissait vraiment trop bien ! Elle était agitée, mal à l’aise, paniquée à l’idée qu’il déjoue son plan et refuse. Que ferait-elle alors ? Il fallait qu’elle reprenne la main, qu’elle garde le contrôle de la conversation.