Les P’tites étoiles du Mercredi, avec Tu es trop bavard, Léonard !


Coucou les grandes et les petites étoiles ! Aujourd’hui Bruno et Arnaud vous parlent de « Tu es trop bavard, Léonard ! ».

Description :

Un petit singe très (trop) bavard épuise tout le monde à force de parler. Et si ce vilain défaut était aussi une qualité ?

L’histoire : Léonard est un véritable moulin à paroles… Parents, maîtresses, copains, tout le monde en a plus qu’assez, de ce bavardage incessant. Léonard se retrouve donc tout seul. Mais un jour, son école prend feu. Cette fois, Léonard ne parlera peut-être pas pour ne rien dire !

L’avis d’Arnaud :
Léonard parle tellement que personne ne veut l’écouter. Il n’est pas accepté et ça le rend triste. Il aimerait être accepté comme il est ! Et si être bavard pouvait être une qualité ?

J’ai aimé Léonard même s’il parle trop. Mais parfois, il n’est pas un exemple à suivre, car il parle la bouche pleine et il parle au lieu d’écrire en classe. Je parle beaucoup, mais pas autant que Leonard.

J’ai aimé les dessins. J’ai aimé lire les bulles et que maman lise le texte.

Et toutes les écritures en fond sont marrantes.


L’avis de Bruno :
J’ai bien aimé Léonard. Les autres enfants sont méchants avec lui et ça m’a fait de la peine.

Mon avis de maman :
Cette histoire a plu à mes loulous. Mais chacun l’a perçu différemment. Arnaud a trouvé l’histoire drôle, car le personnage principal ne s’arrête pas de parler. Bruno a plutôt retenu la partie triste de l’enfant qui est rejeté par tous ces camarades.

De mon côté, j’ai trouvé cette petite histoire très agréable à lire. Comme l’a précisé Arnaud, nous l’avons lu à deux, lui lisant les bulles, moi le reste du texte. C’est un agréable moment d’échange.

Cette collection « premières lectures » s’adapte au niveau de lecture, avec trois niveaux identifiés. Ici niveau 3 : « Les bulles peuvent être lues par l’enfant qui sait lire tous les mots. »

Questions aux P’tites étoiles :

Trouves-tu que Léonard parle trop ?

A : oui

B : oui

Est-ce que tu l’écouterais ?

A : non, même jamais, parce qu’il parle tout le temps.

B : non

Comment réagirais-tu si tu étais exclu par tes copains ?

A : je serais triste

B : ça me mettrait en colère

Qu’aimerait Léonard ?

A : être tout le temps écouté

B : être aimé même s’il parle trop

L’avis de Carine sur QUEEN OF HEARTS, un roman de Juliette Pierce et Chlore Smys Chez Black Ink Editions


✧˚₊‧୭⁺‿︵ QUEEN OF HEARTS ‿︵⁺୭‧₊˚✧


Auteur : Juliette Pierce et Chlore Smys

Genre : Romance

Editions : Black Ink Editions

Ebook : 4.99 €

Broché : 18.00 €

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Résumé : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Il est l’un des vingt célibataires les plus convoités de la Silicon Valley, beau, riche et célèbre, mesdames, si vous souhaitez passer la bague au doigt d’Ephraïm Shuster, il vous suffit d’être l’une des dix candidates de The Queen of Hearts !

Peut-être que Virginia, productrice plébiscitée dans le monde de la télé-réalité, a eu raison de rempiler pour une huitième saison. Le but ? Former le couple le plus sulfureux et sexy du moment. Les moyens pour y parvenir ? Tous. Sans exception.

Mais cette fois-ci, le prétendant semble plus malin que ses prédécesseurs. Le play-boy à la langue bien pendue et au charme ravageur partage son objectif : transformer l’émission en un carton d’audience. Rien de plus simple pour celle qui connaît les mensonges et secrets de tous les participants, et qui n’hésitera pas à les utiliser pour créer l’étincelle entre le prince et sa future reine. Du moins, à l’écran.

Dix candidates triées sur le volet l’attendent, lui… et les fiançailles promises à la gagnante.

Dommage que son cœur ne brûle que pour la onzième.


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Mon avis : ‿︵⁺୭‧₊˚

Hey ! Bonjour les étoiles ! Après avoir eu le coup de foudre pour Sinner Love, je ne pouvais pas passer à côté de Queen of Hearts, ou plutôt, je ne pouvais pas passer à côté du récit de Ephraïm Shuster Fucker qui avait déjà su faire battre mon cœur ! Me voilà donc en direct de Malibu sur le tournage de The Queen Of Hearts sur lequel je serais votre chroniqueuse et vous dévoilerai tout, ou presque… 

Le décompte est officiellement lancé, les rushs sont dans la boîte et mes émotions à leurs paroxysmes. L’aventure que je viens de vivre m’a faite vivre des sensations inédites ! Une saison fabuleuse où chaque semaine je rêvais d’être à la place des candidates lorsque Ephraïm Shuster leur soufflait avec sa voix suave à faire trembler les petites culottes :» Accepteras-tu d’être ma reine une semaine de plus ? » Ho oui… Qui n’en rêverait pas d’ailleurs hein ? Dites-moi que porter la célèbre couronne de Swarovski ne vous tente pas ? Dites-moi simplement que Ephraïm Shuster ne vous tente pas… Soupir et re soupir… Je n’ai qu’une couronne en toc et je ne participe pas à ce Show. Quoi que… Il est fort possible que cela ne dérange pas notre King le moins du monde… Dix prétendantes pour Ephraïm c’était censé être trop, mais évidement, cela n’est jamais assez pour un homme comme lui…. 

Attention ! Prêts ? Trois, deux, un…. Clap ! Silence, ça tourne… 

Ephraïm est le célibataire le plus sexy et le plus riche du moment. Il collectionne les femmes, les frasques et les tabloïds s’en donnent à cœur joie. Son image publique dégringole au grand dam de son meilleur ami et associé Darrow qui lui demande d’arrêter au nom de leur amitié, mais aussi de leur entreprise qui subit les conséquences de toute cette publicité négative. Pour redorer son image, il lui faut une petite amie, une histoire qui soit crédible et qui l’assagisse, chose qu’il refuse catégoriquement. Pourquoi faire ? Être encore trahi ? Ne pas savoir aimer correctement et être encore malheureux ? Non. L’amour ça fait mal et il n’y croit plus du tout ! Aucun intérêt. Mais Darrow et Hazel, ont déjà tout prévu. Il participera à l’émission The Queen of Hearts. La télé-réalité où le King doit choisir sa Queen et dont l’audimat dépasse tout entendement. Il n’a pas le choix. Il doit le faire au nom de leur amitié, et au nom de Sparks.

Dix prétendantes ont été spécialement choisies dans le seul but de le faire craquer. Encore faudrait-il qu’il prenne la peine de ne pas les voir comme de simples poupées sans cervelle assoiffées de notoriété et d’argent. Car il est clair qu’elles sont toutes là pour ça ! Mais s’il y avait plus derrière les apparences ? Si le fait d’être enfermé permettait à Ephraïm de prendre le temps de découvrir les personnes qui l’entourent et de se découvrir lui-même ? D’autant plus que la productrice de l’émission est un vrai dragon et qu’elle ne lésine sur rien pour le pousser dans ses retranchements. Romantisme, manipulations, coup bas, trahisons, tout est calculé au millimètre près pour que l’audimat cartonne ! Virginia Lewis est une pro et elle compte bien faire de cette saison la meilleure ! Sauf qu’elle va tomber sur un os. Ephraïm Shuster est loin d’être facilement malléable, et surtout, il est beaucoup trop sexy pour qu’elle reste indifférente à ses charmes. Le souci, c’est qu’elle ne pourra jamais porter la tiare… Et devra se contenter de tout faire pour qu’il l’offre à la prétendante qu’elle a choisie pour lui, et affronter leur rapprochement tout en restant à sa place… Vraiment ?

Quelle joie de retrouver les plumes de Chlore Smys et Juliette Pierce qui une fois de plus, se marient à la perfection pour nous offrir une lecture des plus intense. Si dans Sinner Love nous étions dans une romance plutôt sombre, avec Queen of Hearts c’est un tout autre univers qu’elles nous proposent. Un univers plus lumineux fait de paillettes, de notoriété et surtout de faux semblants. Un univers que j’ai pris plaisir à découvrir avec l’envers du décor des télé-réalités qui nous montre bien que tout est monté de toutes pièces, tout est calculé, scénarisé pour faire le buzz. Isolement, impopularité, souffrances, un monde pourri où écraser les autres ou encore sortir les secrets les plus enfouis pour les déstabiliser sans tenir compte de la morale, de leurs sentiments ou encore des conséquences, est monnaie courante. Les candidates sont essentielles et les auteurs on bien cerné les dérapages des télé-réalités ainsi que les sentiments et ressentiments. Il est bien connu que plus les candidats souffrent plus ils craquent et plus cela attirera le regard du téléspectateur, tout comme l’amour, le vrai, le beau, le romantique, celui qui fait rêver. Et tout ça, c’est le Job de Virginia Lewis dans lequel elle excelle !

Cette femme aussi forte sur un plateau que fragile dans la vie. Une femme cabossée qui traine sa peine enfermée dans le cercle vicieux d’une relation toxique dont elle ne peut s’éloigner, ne serait-ce que pour pouvoir bosser. En suivant nos héros, on va apprendre, que si tout est monté de toute pièce, il reste néanmoins un facteur non gérable. Le King !

Ephraïm Shuster. Cet homme intelligent et riche comme Crésus qui va se découvrir avec un QI de moule tant il ne connait finalement pas la nature humaine. Depuis toujours pour Ephraïm, la course à l’argent à été son seul but. Cet homme dégaine son chéquier aussi vite que l’éclair pensant toujours à bien sans se rendre compte du mal qu’il peut faire. L’amour cela ne s’achète pas. L’amour ? Il est passé à côté, obnubilé par la vie matérialiste qu’il voulait se créer avant tout, oubliant jusqu’à sa famille et qui il est. Il n’a pas su saisir sa chance. Un amour perdu dont il gardera plus que des regrets… des remords. Des remords qui lui bouffent la vie et dont il ne pourra jamais se racheter. Alors tomber amoureux encore une fois, oui, mais non merci ! Et partager sa vie à nouveau avec une femme qui n’en veut qu’à son argent ou encore juste pour l’image… plutôt crever !

Coupé du monde, notre King va se sentir de plus en plus à fleur de peau et le déroulement de l’émission va le pousser dans ses retranchements. Le mettre face à la réalité de sa vie, à ses responsabilités et à sa manière de ne pas prendre en considération les sentiments des autres et encore moins de ses proches. Entre les confidences, les rapprochements, les scoops, les révélations, les surprises sur le plateau et ces filles qui font tout pour lui tomber dans les bras, il va devoir tenir le choc. Et une seule parmi toutes les femmes présentes l’aide à tenir autant qu’elle peut l’énerver. La seule qui lui est inaccessible… et malheureusement interdite. La seule qu’il a autant envie d’étrangler, que d’embrasser… La seule qui comprend le fardeau qu’il porte et qui aimerait bien aussi se délester du sien, qui porte le même nom…

Avec Queen of Hearts, j’ai passé plus qu’un excellent moment de lecture. Le récit de Ephraïm est si profond, si intense que les émotions en sont exacerbées, comme si nous étions, nous aussi, enfermés avec eux. On vit autant leurs peines, leurs douleurs que leurs moments magiques et uniques ou encore les plus sensuels… Une belle histoire d’amour intense et addictive. Une histoire originale, profonde, pleine de rebondissements et où nos héros vont devoir affronter qui ils sont vraiment et pourquoi. Accepter la main qu’ils se tendent tout comme accepter leurs erreurs passées. Une fois de plus, on verra qu’il ne faut pas se fier aux apparences, car tous deux cachent bien leurs blessures dans un rôle qui n’est pas vraiment le leur.

Les auteurs ont choisi un univers très peu abordé en romance pour mettre leur trame en place et nous plonger dans leur récit avec ce petit côté princesse qu’on aime toute un peu quand même. J’ai beau ne pas être adepte des télé-réalités, je me doute bien qu’on a toutes déjà rêvé d’être une princesse face à son Bachelor. Ne serait-ce même que furtivement. Mais comme dans tous les contes modernes, on ne peut que rêver d’être plutôt « l’interdite ». J’ai aimé ce côté effronté de l’histoire. Tout comme l’est aussi la plume des auteurs ! Coquine aussi et sadique ! Mais surtout addictivement parfaite dans les imperfections de leurs héros et le cheminement psychologique si bien menés d’un bout à l’autre. Ça me galvanise lorsque tout se tient parfaitement de ce côté-là et pour moi, c’est un sans faute ! Alors je peux vous assurer que j’ai été plus qu’embarquée par Queen of Hearts. Embarquée par le scénario, les héros et les personnages secondaires qui sont aussi parfaitement travaillés pour coller à l’univers. Embarquée par la passion qui électrise nos héros et qui a fait battre mon cœur avec ardeur. Leurs fêlures, qui l’ont fait pleurer. Et, bien entendu, c’est un détail pour beaucoup, mais un qui a toute son importance pour moi : embarquée par la couverture qui m’a complètement faite fondre. J’aimerais dire qu’elle est insolente, mais je me répèterai, pourtant j’en pense pas moins et je l’adore ! Pauvre petit organe malmené par une lecture tout simplement, coup de cœur que je ne peux que vous conseiller de lire à votre tour.

Vous n’avez pas lu Sinner Love ? Pas de panique vous pourrez aisément lire Queen of Hearts sans problème mais… Mon Dieu ! Vous passeriez à côté d’une perle, vous êtes prévenu.

Un grand merci à Black Ink Editions pour m’avoir permise de découvrir cette belle lecture ainsi qu’à Chlore Smys et Juliette Pierce.

Clap de fin!


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Extrait : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Pour la première fois depuis mon arrivée, je ressens une vraie connexion avec une de ces nanas. En dépit de la plus élémentaire sagesse, mes doigts replacent une mèche pâle derrière son oreille, s’attardent sur sa pommette colorée. Son souffle se coupe sous ma caresse, ses prunelles se voilent de muettes interrogations.

De désir.

Je ne sais pas si j’oublie que trois caméras filment chacun de mes mouvements, ou si, au contraire, j’agis à cause d’elles. Je crois qu’au fond, je m’en fiche, je saisis juste le moment. On n’a que le plaisir qu’on se donne.

Ma paume s’enroule derrière la nuque de Maisie, ma bouche happe la sienne. Pas farouche, elle me plante ses ongles dans les épaules lorsqu’elle approfondit notre baiser. Bordel, elle maîtrise le sujet ! D’abord douces, puis autoritaires, nos langues se découvrent mieux que nous ne l’avons fait avec les mots. Quand je la renverse sur le canapé, que nos mains commencent à explorer des contrées intéressantes, un horrible « coupez ! » retentit.

— Excuse-moi, haleté-je en me détachant de Maisie. Je n’aurais pas dû.

— Tu es vraiment quelqu’un de bien, murmure-t-elle, avec un soupçon d’étonnement dans la voix. Je suis une grande fille, Ephraïm, je sais ce que je fais. Je ne regrette rien.

— Tu joues avec le feu…

— N’est-ce pas tout l’intérêt de cette aventure ? S’approcher de la flamme et voir si elle nous consume ?

Et merde. Qui a sélectionné cette fille ? Elle est dangereuse. Beaucoup, beaucoup trop dangereuse.

— Vous avez été géniaux ! nous interrompt Virginia. Dans la boîte, en moins de vingt minutes. Nickel !