L’ avis de Carine sur Miss Catastrophe vs Mister Control, un roman de Hailey Chance chez Addictives Editions.


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Titre : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Miss Catastrophe vs Mister Control


Auteur : Hailey Chance

Genre : Romance

Editions : Addictives

Ebook : 4.99 €

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Résumé : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Elle dit toujours ce qu’elle pense. Il prend toujours ce qu’il veut.

Depuis toujours, Mila est une miss catastrophe : maladroite, étourdie et entière, elle enchaîne les gaffes malgré elle.
Mais plutôt que de s’apitoyer sur son sort, elle a décidé de voir les choses avec humour : tout cela met du piment dans la vie, pour elle comme pour son entourage !
Certes, elle se serait bien passée de renverser son café sur un inconnu sexy lors du voyage l’emmenant à New York… Mais au moins elle a fait forte impression, car il la reconnaît quand c’est du champagne qu’elle lui renverse dessus en pleine soirée chic !
Sauf que cette fois-ci, Ethan est bien décidé à ne pas la laisser filer. Il la désire depuis le premier regard, elle le trouble plus que de raison…
Pour elle, serait-il prêt à renoncer au précieux contrôle qui régit sa vie ?


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Mon avis : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Un livre, c’est comme le vin… Il y a celui qui enivre rapidement…. Celui qui se bonifie en vieillissant… Celui qui n’est pas apprécié à sa juste valeur… Sachant qu’il y a connaisseurs et… connaisseurs ! Je préfère la bière il faut dire, donc ceci pourrait expliquer mon avis mitigé sur ce roman, car je me suis certes laissée emporter par les effluves de cette histoire, mais ne suis pas réellement arrivé à le savourer pleinement par le mélange de cépages un peu trop hasardeux à mon goût…


Mina qui a été trahie par son petit ami de la pire des manières, part du jour au lendemain, et traverse l’Atlantique pour passer ses deux mois de vacances scolaires auprès de sa meilleure amie. De Paris à New York, chemin faisant, le destin va mettre sur son chemin Ethan, renversant d’abord son café sur lui, puis sa coupe de Champagne. De cette rencontre, va découler nombres de situations cocasses, sensuelles mais aussi dangereuses. Il faut dire que Mina est une jeune fille, distraite et empotée. Elle a tendance à attirer le mauvais sort, et fait soit sourire, soit rire, soit pleurer… pour ma part si « les premières fois » m’ont donnés quelques sourires, au bout d’un certain temps ce fut des soupirs de lassitude… Je l’ai trouvée aussi un peu frivole… Dont l’opinion et l’avis changeant beaucoup trop vite à mon goût. Je comprends tout fait la bataille qui peut se jouer entre le cœur et la raison, pour autant, certaines de ses réflexions me sont apparues en totale contradiction avec ses pensées et ambitions, et je dois dire que j’ai eu un peu de mal à la comprendre. Ceci dit, nous sommes d’accord, le lecteur doit simplement se laisser porter par sa lecture et non chercher à comprendre les personnages, mais voilà… c’est mon côté lectrice “chiante sur les détails“ chercheuse de petites bêtes qui a aussi parasité ma lecture quand trop d’incohérences à mon sens sont survenues… J’entends bien que pour certain le champagne reste un vin pétillant, mais la répétition de ce type de confusion, au fur et à mesure de ma lecture, a plus qu’entaché cette dernière. Et ce, même si partir à la recherche d’un pantalon égaré au grès des pages fut intéressant, car à n’en pas douter, Ethan en caleçon vaut la peine de prendre le temps de chercher son pantalon !


Ethan… Un brin agaçant, impétueux et autoritaire, mais aussi très attentif et perspicace. C’est un homme plus qu’intriguant dès le départ. Que ce soit par son attitude, ses réflexions ou ses silences, mais aussi probablement par le choix de l’auteure de lui donner si peu voix aux chapitres. Il y a une ambiance bien captivante qui l’entoure, nous entrainant à toujours en découvrir plus à son sujet. Il sera l’énigme de ce roman, et celui qui m’a aussi permis de passez des bons moments lors de ma lecture. Il faudra cependant en attendre la fin pour en saisir tous les tenants et aboutissants, mais il aura été pour moi le fil conducteur de ma lecture.

Si au départ la rencontre d’Ethan et de Mila est une suite de hasards malencontreux, d’incidents provoqués par des maladresses répétées, ils vont vite se prendre au jeu des entrevues provoquées. Et si Mina dit qu’elle joue avec le feu, et que lui, souffle le chaud et le froid, très vite on pourra se rendre compte que c’est surtout elle qui souffle le chaud et le froid, et que c’est lui qui joue avec le feu… Bien évidemment, au fur et à mesure de l’avancée de l’histoire, le feu devient abrasif et surtout explosif, mettant en danger nos héros, mais aussi tous leurs amis. Des ami(e)s qui ont une place bien importante dans cette histoire et apporte un peps que j’ai apprécié. Des ami(e)s qui seront des piliers indéfectibles; qui mettront tout en œuvre pour apporter leur aide. Des ami(e)s comme tout le monde souhaiterait en avoir dans sa vie, ne craignant ni leurs peurs, ni les dangers, bravant les interdits pour apporter tout le soutient dont ils sont capables et plus encore. Et surtout acceptant sans conditions, le monstre destructeur qui va sévir dans leur appartement… mon personnage préféré hors catégorie : Fripon ! Dont le nom a lui seul est plus qu’explicite sur son caractère et ses agissements. Il a été le baromètre de mes amusements et de mes peurs.


Je referme ce roman avec un petit goût bouchonné malgré les effluves enivrantes, car j’aurais aimé pouvoir l’apprécier comme il se doit, mais les incohérences qui m’ont faites bondir ont eu raison de mon enthousiasme et du récit qui a une intrigue cependant bien pensée, mais aussi d’un Ethan… hum… pifiou ! Voilà quoi ! L’ivresse à l’état pure… Je sais que je suis exigeante et que j’ai du mal à me laisser porter lorsque des détails qui peuvent être insignifiants pour beaucoup, sont pour ma part des freins qui me font souvent passer à côté d’une belle histoire. Néanmoins, je serais ravie de redécouvrir la plume de l’auteure avec un autre roman et je reste persuadée que cette histoire saura trouver son public.


Je remercie les Éditions Addictives pour l’envoi de ce service presse, et l’auteure pour ce moment lecture.


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Extrait : ‿︵⁺୭‧₊˚✧


– C’est quoi, cette histoire ? Je suis perdu. Kalel nous observe à tour de rôle, tentant de deviner les informations croustillantes qui se cachent dans les paroles d’Hélia. C’est vrai qu’il s’en est passé des choses hier. Et des plus agréables !
– Il se trouve que j’ai rencontré le directeur financier de la boîte où bosse Hélia mais que j’ai fait gaffe sur gaffe avec lui. Tu sais, c’est le mec qui doit m’en vouloir le plus sur ce continent. J’accentue le côté dramatique de ma dernière phrase comme si je jouais une pièce de théâtre. Mieux vaut prendre à la légère ce qu’il s’est passé plutôt que de me morfondre sur ce qu’il ne s’est pas passé. Bien sûr, Hélia en profite pour en rajouter une couche. Elle se penche sur la table comme pour dire un secret et elle largue sa bombe.
– Elle a essuyé du champagne sur son érection.– Elle a quoi ? s’étouffe Kalel avec ses pâtes.– Elle a renversé sa coupe de champagne sur le pantalon d’Ethan. Elle a voulu essuyer mais il s’est mis à bander sous sa main. Kalel n’arrive plus à respirer tellement il rit. Moi-même, je me demande comment j’ai pu en arriver là, d’une simple soirée d’entreprise à une gaffe monumentale devant le patron d’Hélia. Je mériterais un oscar !
– J’ai honte quand j’y repense. Mais j’ai un autre scoop pour vous, qui va finir de m’achever. Ethan…Tous deux sont pendus à mes lèvres et s’impatientent d’entendre la suite, qui ne vient pas. Oui, je veux faire durer le suspense dans un roulement de tambour imaginaire.
– Oui ? demandent-ils en chœur.– C’était le mec du train pour Paris. Tadam !
La mâchoire de Kalel en tombe et Hélia part à la renverse sur sa chaise, une main sur le front dans un geste théâtral.
– Quoi ? finit par s’exclamer Kalel. 
Visiblement l’information a du mal à parvenir jusqu’à son cerveau. Il ne me connaît malheureusement pas suffisamment pour savoir que ce genre de bourde est récurrente avec moi. Une bêtise en cache souvent une autre tout aussi improbable que la précédente. Par contre, si ça pouvait rester entre nous…