L’avis de Carine sur Depuis les ténèbres, un roman de Manon Donaldson chez Black Ink Editions


░░░░░ Titre : ░░░░░

Depuis les ténèbres

Auteur : Manon Donaldson

Genre : Romance

Editions : Black Ink

Ebook : 4.99 €

Broché : 18.00€

╔══◄░░░░░►══╗ Résumé : ╚══◄░░░░░►══╝

Le couple d’Amalya et Kade symbolisait aux yeux de tous l’union de deux âmes sœurs inséparables, consumées par une passion brûlante.

Et pourtant, la carrière militaire de Kade, aux prises avec ses démons, a réussi à les arracher l’un à l’autre.

Leur amour est aussi destructeur que l’attraction incontrôlable qui régit chacune de leurs retrouvailles sulfureuses. Aujourd’hui, les ténèbres cherchent à engloutir Amalya, malgré son combat pour retrouver une vie paisible et sa résolution à ne plus céder à la tentation qu’incarne Kade.

Remontez le fil de leur passé tumultueux pour comprendre les méandres de leur présent placé sous le signe du danger insaisissable qui plane. Si l’amour ne suffit pas, comment trouver la force de pardonner la trahison ?

╔══◄░░░░░►══╗ Mon avis : ╚══◄░░░░░►══╝

Aimer jusqu’à l’impossible envers et contre tous… Aimer pour le meilleur et pour le pire et le pire du meilleur… Jusqu’à l’infini…

« Je serais là, pour toujours et à jamais, jusqu’à l’éternité et bien au-delà »

C’est une belle promesse que Kade fait à Amalya, son amour de toujours, son âme sœur, celle pour laquelle il serait prêt à donner sa vie pour son bonheur ou pire, la regarder vivre le sien, si c’est son désir. Tout le relie à elle, tout. Elle est son tout, tout comme Kade est son tout à elle. Ils s’appartiennent au-delà de l’univers, au-delà de la vie… Mais l’amour est parfois plus destructeur que bénéfique. Parfois, la distance est nécessaire, un mal pour un bien, mais fait tout aussi mal. Mais comment faire lorsque nos âmes sont reliées, attirées l’une vers l’autre comme deux aimants, mais ne peuvent cohabiter ?

Les démons de Kade sont bien trop présents… Bien trop dangereux pour une vie ensemble. Il le sait, et elle le sait ! Plus rien n’est possible. Mais survivre l’un sans l’autre, est une bien autre histoire… Pourtant, chacun d’entre eux est prêt à tout pour le bien de l’autre… Tout ? Vraiment ? Jusqu’à quel point ? Amaylia est si forte face à sa faiblesse qu’elle ne se rend pas compte assez vite du piège qui se referme sur elle. À vouloir occulter ce qui fait mal. À vouloir trancher ses décisions, et surtout sauver celui qu’elle aime plus que tout, elle s’enlise encore plus dans la destruction jusqu’à l’annihilation.

Perdue dans les abysses du néant entre le passé et le présent, entre l’amour et la haine, la douleur et la peur, Amalya qui a atteint le point de non-retour, nous livre son histoire. Leur histoire…

Avec Depuis les ténèbres, Manon Donaldson nous immerge dans un récit intense où se côtoient le présent et le passé dans une narration très originale et depuis un endroit qui ne l’est pas moins… L’histoire de deux Âmes sœurs, Amalya et Kade avec une certaine hauteur surfant sur les souvenirs de Amalya qui vont petit à petit nous livrer le récit d’un amour fort. Un amour puissant, magnifique, mais tout aussi toxique et destructeur. Un amour qui fait bien trop mal malgré sa profondeur et son intensité… Malgré sa force et sa véracité. Et tout aussi bon malgré le mal à l’âme…

Je t’aime, pour le meilleur et pour le pire…

Amalya va se battre de tout son être pour celui qui l’aime plus que tout. Pourtant, la haine qu’elle lui voue est tout aussi puissante. Mais comme on dit, la frontière est vraiment mince entre ces deux sentiments. Qu’importe que leur amour soit sain ou pas, est-il seulement possible qu’ils finissent par trouver la plénitude ? Manon Donaldson a un talent indéniable pour nous emporter avec elle dans ses travers. Pour nous offrir un récit aussi tonitruant que machiavélique avec une mise en place de trame qui nous tient en haleine d’un bout à l’autre. Elle use et abuse de son sadisme en nous livrant un récit hors du commun dans lequel on se retrouve aux côtés de notre héroïne (dont on s’imaginerait bien tenir la main) qui découvre tout, en même temps que nous. Et ce, de manière assez particulière pour nous garder dans une tension extrême. Alors oui, j’ai été perdue sur quelques pages, le temps de trouver le rythme dans lequel elle avait fait le choix de nous narrer l’histoire de Kade et Amalya. Un choix qui cependant, correspond parfaitement à la situation de l’instant T où démarre le roman. Mais dès qu’on a trouvé le fil, plus rien ne peut nous arrêter ! Les pages défilent à une allure folle ! Amalya veut savoir, mais nous encore plus qu’elle. Pourquoi Kade n’est pas auprès d’elle. Qui est cet homme mort dont on parle ? Comment elle en est arrivée là, mais surtout… Kade est-il toujours l’amour de sa vie?

Un récit fort ! Saisissant. Envoûtant. Criant d’un amour indestructible, à la vie à la mort. Un récit qui a malmené autant mon cœur que mes nerfs avec une intrigue parfaite, un suspense des plus prenant, haletant même ! Une course contre le temps. Le temps présent et le temps passé pour peut-être envisager un temps futur. Un récit passionnant qui met en évidence des thèmes difficiles et d’actualités, menés à la perfection dans un cheminement psychologique rondement conduit par une plume plus qu’addictive.

Des personnages forts et hauts en couleurs auxquels on ne peut que succomber et les aimer de tout notre cœur. Une histoire d’amour aussi cruelle que magnifique que je ne peux que vous recommander de lire à votre tour. Depuis les ténèbres est pour un moi un énorme coup de cœur ! Cela faisait longtemps que je n’avais pas été prise autant par une lecture. J’ai aimé Kade et Amalya. J’ai pesté contre eux. Ma colère a souvent pris le dessus et ma peur… encore plus. Et que dire de cette fin que j’appréhendais, car pour moi, il n’y avait qu’une seule issue pour mes amoureux maudits… Et bien à vous? Rien en fait 😉 Motus et bouche cousue comme on dit ! Il ne vous reste plus qu’à le lire pour savoir. Mais à l’auteure ? Un énorme bravo ! Et surtout un grand merci ❤

Merci à Black Ink Éditions de m’avoir permis de découvrir cette nouvelle pépite livresque en service presse numérique.

╔══◄░░░░░►══╗ Extrait : ╚══◄░░░░░►══╝

J’atteins instantanément un autre palier de contrarié… Je devrais être soulagée qu’il n’essaie pas de remettre le couvert, de tirer un coup rapide pendant une permission en me brisant à nouveau le cœur. Mais je suis en colère de constater que même si je meurs de l’intérieur, il n’en a rien à battre. Ni maintenant, ni avant, ni jamais. C’est précisément la piqûre de rappel dont j’avais besoin…

Je reconnais bien l’expression qui illumine son visage à l’instant. Celle-là même qui lui offre un sentiment de toute-puissance pour m’avoir prise en défaut. Je le scrute en silence une nano seconde supplémentaire et soupire avant de rentrer, de déposer mon barda sur le fauteuil le plus près et de récupérer mon sac sur le sol. Je me relève, clé en main, et ne manque pas de le surprendre au moment où ses yeux s’égarent sur mon fessier. Il ne s’en cache même pas, et m’offre un de ses sourires carnassiers de connard arrogant.

— Tu n’as pas changé, annonce-t-il sur un ton empreint d’assurance.

Je me contente d’avancer vers lui jusqu’à l’embrasure de la porte, le scrutant avec intensité. J’approche si près que nos orteils se touchent. Je diminue encore davantage l’écart entre ma bouche et son oreille en me tenant à une si courte distance que son torse effleure la pointe de mes seins. Je m’élève sur la pointe des pieds afin de lui susurrer langoureusement :

— Si, j’ai changé, affirmé-je doucement. La preuve, je suis étanche à ton charme désormais et je ne me laisserai plus culbuter entre deux permissions. Maintenant, tu as le droit de regarder autant que tu le désires ce petit cul pendant qu’il se tire.

Puis, avant même qu’il n’ait le temps de riposter, j’attrape sa main, y fourre les clés et lui tourne le dos, pas peu fière.

Je savoure ma victoire, je déguste l’étincelle de convoitise miroitant au fond de ses prunelles. C’est moi qui ai gagné, lui qui a perdu… C’est une évidence, mais le fait de l’évoquer ainsi m’emplit d’un sentiment de contrôle. J’occulte volontairement le moment où, lorsque j’ai frôlé sa paume, j’ai été envahie d’images, de sensations et de souvenirs appartenant à ce nous qui n’existe plus. Je prétends que ce n’est rien, que je suis indifférente à présent. Ce mensonge, je m’y accroche férocement afin qu’il devienne ma seule vérité.