L’avis coup de cœur de Charlotte sur Troubled Hearts 3 : le droit au bonheur de Marie Anjoy


Coucou les étoiles. Je vous présente mon avis coup de cœur sur Troubled Hearts, tome 3 : le droit au bonheur de Marie Anjoy publié chez So Romance

Titre : Troubled Hearts, tome 3 : le droit au bonheur

Auteur : Marie Anjoy

Genre : Romance

Editions : So Romance

Ebook :  6,99€

Broché : 17,99€

Résumé :

Qui du libertin notoire ou du séduisant œnologue arrivera à séduire la farouche Clémence ?

Lorsque Clémence, brillante avocate à Paris, retrouve ses amis dans leur propriété bordelaise, elle n’imaginait pas croiser la route de deux mâles aussi séduisants que différents l’un de l’autre.
L’un est une relation de Robert, juge réputé, libertin notoire, adepte de jeux érotiques très particuliers dont elle-même est friande. L’autre, le trop sage œnologue qui officie sur le vignoble de Suzie, réveille en elle autant de blessures que d’espoirs si longtemps dissimulés.
Alors, entre plaisirs charnels débridés et l’opportunité d’une forme de stabilité, qui de Lucas ou Mateo saura toucher son cœur ?

Mon avis :

Clémence retrouve ses amis Robert et Suzy dans leur propriété bordelaise. C’est là qu’elle fait la rencontre de deux hommes très différents : l’un, Lucas, est juge et libertin. Il a des mœurs plutôt libérées et des envies pleinement assumées. Ils se retrouvent dans leurs envies de jeux érotiques plutôt particuliers. L’autre homme, Mateo, est un employé de Suzy dans le domaine viticole. Il est l’opposé de la jeune femme. Il est plutôt sage malgré un caractère bourru. Ce dernier réveille chez Clémence des blessures profondément enfouies.

J’avais rencontré Clémence dans les précédentes, mais de façon plutôt rapide et je ne pensais pas pouvoir l’apprécier. Un préjugé rapidement éclipsé par cette personnalité complexe tantôt séductrice, loin d’être farouche, sûre d’elle, tantôt émotive et touchée plus qu’elle ne le souhaiterait par certaines choses.

Chacune des facettes de sa personnalité convient à un des hommes qu’elle a rencontré. Son côté libertin matche bien avec Lucas avec qui elle peut assouvir ses besoins, même les plus inavouables. La partie plus naturelle et à fleur de peau de sa personnalité correspond bien mieux à Mateo, alors qu’il ne souhaite clairement pas une aventure d’un soir, mais plutôt s’investir dans les relations qu’il entreprend et l’exclusivité n’est pas une option avec lui.

Cette romance ne manque pas de piquant, de plaisir charnel, de passion, mais aussi de tendresse de doute et de remise en question. Chaque personnage rencontré dans ce tome : Clémence, Mateo, Lucas, Enzo (le neveu de Mateo) à son lot de souffrance et ils ont su me toucher d’une manière ou d’une autre. Bon, il y en a un que j’ai aussi détesté, mais je vous laisserais comprendre pourquoi en lisant ce tome.

J’ai aussi beaucoup aimé retrouver les personnages principaux des opus précédents : Robert et Suzie, bien entendu, mais aussi Nick et Meg.

Ce troisième opus ne manque pas de sentiments et d’émotions, comme le précédent, ce tome est terriblement addictif, je dirais même que c’est celui qui m’a le plus séduit jusque-là des 3 tomes. Clémence a su me surprendre par sa personnalité complexe et ses blessures qui font d’elle ce quelle est aujourd’hui. La plume de l’auteur m’a une nouvelle fois captivé, je n’ai pas vu le temps passer.

Un beau message d’espoir qui me donne envie de faire confiance à la vie que chaque coup dur fera place à de beaux moments… Merci Marie Anjoy pour l’envoi de ce service presse.

Extrait :

Chemin faisant, nous croisons Robert.

— Je m’inquiétais, ne te voyant plus dans les parages.

— Ah oui ? Pour moi ou pour les hommes que je pourrais séduire ? Sache que ton jumeau de cœur m’a déjà fait la leçon, ajouté-je devant son air déconfit. Promis, je serai sage comme une image. Sauf si j’en trouve un à ma mesure. J’espère que ta maison est bien insonorisée ?

— Clem ! 

— Oh, je t’en prie ! Je constate que ton sens de l’humour ne s’améliore pas au fil des ans.

— C’est ça ! Comme si tu plaisantais !

— Aurais-tu peur que je dévergonde tes relations coincées du c…

Robert m’empoigne par le coude et m’entraîne à l’écart de Lucas et Marie, me coupant au milieu de ma phrase.

— On se calme. OK ?

— Quoi ? Je ne peux plus rigoler ? Si tu n’apprécies pas mes manières, tu aurais dû t’abstenir de m’inviter. Et j’y suis pour rien si tes fréquentations sont super collet monté ! Quoique Lucas me semble suffisamment déluré pour répondre à mes besoins. Mais je ne voudrais pas empiéter sur les platebandes de la petite, donc est-ce que elle et lui… ? m’informé-je.

— Marie n’est pas son type. Par contre toi, oui. Vous devriez bien vous entendre.

— Eh bien, voilà ! Je te remercie de nous avoir placés à la même table.

— Tâche cependant de bien te tenir. Ne va pas faire étalage de tes prouesses sexuelles et de ton fameux top 10. Garde-le pour un cercle plus intime.

Je m’approche et lisse la chemise du plat de la main de mon ex toujours aussi beau qu’au premier jour de notre rencontre, quinze ans plus tôt. Voire encore plus sexy. À la place de Suzie, je serais jalouse de toutes les nanas qu’il côtoie, même si nul n’ignore l’amour sans limites qu’il éprouve pour elle. Malgré celui qu’il ressentait pour moi du temps de notre vie commune, j’ai conscience de n’avoir pas été aimée aussi intensément. Pour preuve : son peu d’enthousiasme à me reconquérir. OK ! Pour être honnête, le pauvre n’en a pas vraiment eu l’opportunité face à mon comportement de peste. Pour autant, notre relation amoureuse, muée en une amitié indéfectible, perdure depuis toutes ces années. L’affection que nous portions à Eve nous unit pour toujours. J’imagine qu’elle doit s’en réjouir, où qu’elle soit ! Décidément, de sombres souvenirs polluent mon cerveau, aujourd’hui. Je me reconcentre sur l’instant présent et ajuste mon masque.

— Pas d’inquiétude, mon petit cœur. Personne ne t’a détrôné du podium. Mais promis, je tiendrai ma langue ou, tout au moins, en ferai un autre usage dans l’intimité de ma chambre.

— Clem, tu es insupportable. Tu ne penses qu’à ça !

— Eh ! Qui a mis le sujet sur le tapis ? Toi, que je sache !

Mon ami lève les bras en signe de reddition et me souhaite un bon après-midi. Je l’abandonne pour rejoindre ma table, tout émoustillée à la perspective d’une fin de soirée avec le sexy Lucas. J’userai de tous les artifices pour quelques heures torrides en sa compagnie, dans mon lit ou ailleurs. Distraite par ce projet et la tête dans les nuages, fantasmant à des scènes indécentes, j’entre en collision avec un mur de béton.

En réalité, je découvre un torse bien sculpté sur lequel ma main s’égare avant que je ne lève les yeux sur son propriétaire et croise ceux d’un brun, de type hispanique, au regard noisette. Contrairement à la majorité des invités, il ne porte pas de chemise, mais un t-shirt, blanc ajusté, soulignant sa plastique plus qu’appétissante, sans parler de sa bouche qui appelle les baisers.