L’avis de Carine sur Ana – Tome 1- un roman de Belinda Bornsmith chez Cyplog Editions


✧˚₊‧୭⁺‿︵ titre : ANA : Tome 1  ‿︵⁺୭‧₊˚✧


Auteur : Belinda Bornsmith

Genre : Romance

Editions : Cyplog

Ebook : 5.99 €

Broché : 18.90€

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Résumé : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

En quelques secondes, une vie peut s’effondrer et ne plus se résumer qu’à un sentiment de désespoir, d’impuissance et de regrets. Kelsie en fait la brutale expérience un soir d’octobre.

Tout ce qui lui importe désormais est de rejoindre sa mère, qui vit sur la côte Est, et de se réconcilier avec elle. Accompagnée de Curt, son meilleur ami, et du chien de ce dernier, la jeune femme se lance dans un périple dangereux à travers un pays dévasté, où seule la loi du plus fort prévaut.

Quand, dans des conditions brutales, sa route croise celle du capitaine Josh Turner et son unité, leur attirance est immédiate et d’une intensité surprenante. Et lorsque militaires et civils décident d’unir leurs forces pour atteindre leurs destinations respectives, cette relation va prendre une tournure bien plus profonde, au milieu d’un terrible chaos.

Une rencontre malheureusement condamnée dès le départ.

Car au bout du chemin, tous deux savent… qu’aucun avenir n’est possible entre eux.


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Mon avis : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Lorsque j’ai débuté ma lecture, me voilà d’emblée avec trois surprises de tailles. Allaient-elles m’empêcher d’en d’apprécier ma lecture ? Pour deux d’entre elles, j’ai vraiment douté.

Première surprise, l’auteur narre à la troisième personne son récit. Il me faudra un certain temps pour me plonger dans l’histoire qui cependant s’annonce vraiment intéressante avec une trame originale et chaotique. Puis, seconde surprise, ne lisant pas les résumés, me voilà à faire la connaissance de Kelsie et me demander alors : Mais qui est ANA ? ANA qui devrait être logiquement le principal élément du roman. Belle surprise je vous dirais, et surtout, premier rebondissement qui annonce la couleur de la troisième surprise qui elle, ne peut que me déplaire, en apparence. Car dès les premières pages on sait. On sait que quoi qu’il se passe, qu’importe de qui Kelsie va tomber amoureuse, qu’importe le chemin que l’on va faire avec elle… Avec eux… Il n’y aura aucune issue pour aucun d’eux. C’est un peu comme si j’avais lu la fin avant de débuter ma lecture… Et ça… pour moi, c’est rédhibitoire. Qu’importe si le roman est une Bad End tant que je ne sais pas que cela en sera une.

Malgré tout je suis de nature curieuse et, je me pose la question. Comment Belinda Bornsmith, autrice que j’apprécie énormément pour ses romances, peut-elle arriver à alpaguer son lecteur et lui faire vivre tout de même l’aventure qui attend Kelsie, tout en sachant qu’aucun avenir ne semble possible ? Est-ce qu’une Bad End veut automatiquement dire une fin triste ? Non. Le cheminement peut nous mener à comprendre que les fins peuvent se comprendre différemment. Admettons que Kelsie n’ait pas d’avenir avec son amoureux, est-ce triste pour autant? Est-ce que cet amour justement dans de telles conditions, ne peut-il pas les amener à vivre un bonheur encore plus intense ?

À l’heure où je vous écris ses lignes, je n’ai absolument aucune idée de la fin de l’histoire ! Bad End ou Happy End mystère car, l’auteure se joue parfaitement de nous ! Mais une chose est certaine, le scénario est bon ! D’enfer même. Je n’ai à ce jour qu’une seule hâte, être déjà plongée dans le second tome.

ANA… Une romance qui ne peut laisser indifférent. Un scénario brillant, une écriture qui nous transporte et nous fait frémir de différentes manières. L’auteure réussit le pari de nous captiver tout le long du roman dans une atmosphère oppressante. J’ai eu tellement du mal à le lâcher que je l’ai lu en deux jours. Autant dire que je l’ai dévoré. Et que dire de cette couverture ? Splendide et tellement représentative.

Belinda Bornsmith nous offre là un sujet pas commun et nous plonge dans un univers angoissant avec beaucoup de réalisme qui nous permet de ressentir un panel d’émotions fortes. On a peur. Peur pour nos héros auxquels on va vite s’identifier malgré la narration à la troisième personne. Mais aussi peur pour nous ! On se sent autant concerné qu’eux. Et si cela nous arrivait ? Que ferions-nous ? On prend conscience que leur cauchemar pourrait être aussi le nôtre, car on ne peut que s’imaginer que le chaos qui règne autour d’eux serait fatalement la suite des choses. Puis viennent les questionnements, les et si… Les remords, les regrets, les envies de pardonner et d’être auprès de ceux qu’on aime. Lorsque tout bascule en un seul petit fragment de secondes, Kelsie décide de rejoindre sa mère alors qu’elle ne lui a pas parlé depuis des années. Un périple sur des routes dangereuses et dévastées sans possibilité de retour en arrière qu’elle partagera avec Curt son meilleur ami et son chien Flash. Ils feront des mauvaises rencontres, mais aussi des bonnes qui donneront un souffle beaucoup plus émotionnel au récit. Plus particulièrement lorsque le destin mettra sur leur chemin le capitaine Josh Turner et son unité. Ces hommes censés rentrer auprès de leurs familles, vont faire le choix de les accompagner sur un bout de chemin et d’unir leurs forces pour les protéger. Une dernière mission au nom des valeurs humaines que tous chérissent. Mais aussi peut être, celui de la bombe qui explose dans le cœur de Josh lorsqu’il se retrouve face à Kelsie. Entre eux, l’attraction est immédiate et d’une intensité particulièrement surprenante… Ça crépite, ça chauffe, cela monte encore et encore jusqu’à nous liquéfier d’une attente insoutenable de voir cette attirance prendre une tournure bien plus profonde. Mais…

ANA plane au-dessus d’eux avec son épée de Damoclès. ANA qui nous effraie par son côté réel au possible. ANA, avec qui Belinda Bornsmith fait le choix de mettre en avant les qualités humaines et les sentiments.

Du côté des personnages, on est sur du classique, mais efficace. Une sublime fille très douce et gentille, un meilleur ami complètement dévoué. Un groupe de soldat prêt à tout pour aider son prochain. Ils ont tous été cependant adroitement développés pour qu’on s’y attache en introduisant notamment les liens fort de la famille, de la solidarité et de l’amitié. L’auteure prend le temps de crédibiliser son récit et ses personnages dans un ensemble pour que le tout soit une belle cohérence dans leur manière d’agir. Un parfait dosage entre l’ambiance apocalyptique et les relations complexes de la nature humaine. De l’Homme face à sa survie et à son humanité qui s’envolent saccageant tout sans foi ni loi, comme des fauves lâchés dans la jungle avec pour seule règle, celle du plus fort. Le désespoir… mais au milieu de tout, dans la balance de la vie, il y aussi l’espoir. L’espoir que les valeurs humaines comptent encore pour certains… Pour Kelsie, Curt, Josh, Saul, Isaac et Lucky, sans oublier Flash. Tous attachants, généreux, courageux, et d’une belle sensibilité.

ANA, une magnifique histoire à découvrir impérativement. Un roman extrêmement touchant et captivant. Une histoire forte de valeur et de sentiments, parfaitement imagée et angoissante au récit très bien mené. J’ai vraiment passé un excellent moment avec cette lecture et vous dire à la fin que l’on déteste l’auteure… serait un doux euphémisme. Je crois bien que malgré tous les Cliffhangers que j’ai pu lire, celui-là m’a complètement chamboulée.

Retournée.

Coupée le souffle…

Et ce jusqu’au dernier mot de la fin.

Non, mais elle est où la suite !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!?????????

Un grand merci aux Éditions Cyplog pour m’avoir fait découvrir cette sublime lecture en service presse numérique.


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Extrait : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Kelsie hocha la tête, puis se dirigea vers le côté passager et prit place sur le siège. Une fois débarrassée de son manteau, son sac à dos calé près de ses pieds, elle avisa la carte à moitié dépliée sur le tableau de bord, alors que Curt grimpait derrière le volant. Dans le même mouvement, il glissa son fusil entre eux.

À portée de main.

Sa gorge se serra.

Mon Dieu, comme leur vie avait changé depuis ce jour ! Elle le repoussa de sa mémoire, préférant se concentrer sur le périple qui les attendait.

Son seul but : atteindre leur destination.

Curt démarra et la gorge de nouveau nouée, Kelsie regarda une ultime fois l’immeuble, avant de le laisser définitivement derrière elle… Au bout de l’impasse, le Hummer s’engagea dans les rues désertes d’une ville fantôme.

Quelques minutes plus tard, il déboucha sur un carrefour, emprunta une avenue qui, à elle seule, résumait le spectacle désolant de toute la métropole : voitures abandonnées ou carrément incendiées, vitres explosées en mille morceaux, magasins pillés, poubelles renversées sur la voie publique, détritus…

Le visage sombre, Kelsie contempla le décor, toujours aussi perturbée par ce tableau consternant. Elle ne comprendrait jamais la race humaine : ses débordements, sa folie, même dans les moments les plus difficiles où l’union aurait dû être de rigueur. Ses yeux s’attardant sur les façades balayées par la bruine, elle se demanda soudain combien d’habitants se cachaient encore derrière ces murs…

Et parmi eux, combien n’avaient plus personne en ce bas monde ? Avaient-ils trouvé de l’aide quelque part ? Chez un voisin ? Un ami ?

Elle l’espérait de tout cœur.

Sa poitrine se serra lorsqu’ils passèrent devant une boutique de fleurs – sa vitrine en bon état devait certainement son salut à la grille qui la protégeait. De sa vision périphérique, elle vit Curt jeter un regard dans la même direction, sans un mot.

Le véhicule continua sa route. Pas une âme à l’horizon. Seulement un silence oppressant.