L’avis de Carine sur le roman de Marie HJ Broken Wings dans sa collection Men Soul

Titre : Broken wings

Collection Men Soul

Les romans de la Collection Men Soul peuvent se lire indépendamment les uns des autres, mais à titre d’information, l’ordre de sortie est le suivant:
Jonah’s Words
Loving Memories
Shawn
Broken Wings.

Auteur : Marie Hj

Editions : Private

Ebook : 4.99 €

Broché : 15.50 €

Résumé :

Peut-on apprendre à rêver avec des ailes brisées ?
Dans ce monde, les gens normaux bâtissent leur vie, nourrissent des projets, tentent l’amour ou plus si affinités. Loin de toutes ces considérations, Léandro, lui, stagne dans les rues de Detroit depuis toujours, au milieu du vide que représente son univers.
Ses racines ? La fatalité les lui a arrachées avant même qu’il n’apprenne à respirer.
L’avenir ? Personne ne lui a jamais expliqué comment avancer.
Cependant il y a le présent. La rage d’exister, le besoin de se battre. De hurler. Jusqu’à ce que le hasard mette Dougall sur son chemin, un allié inattendu. Ou peut-être que le destin n’y est pas pour grand-chose finalement. Cet homme, mystérieux et bien trop attirant, paraît presque trop parfait pour être réel…
Quant à sa proposition ? Aussi improbable qu’insensée. Voire, même, inespérée.
Partir à l’autre bout du monde et tout quitter ? Le plus fou serait d’accepter. Mais lorsque l’on n’a rien à perdre et tout à gagner, pourquoi ne pas fermer les yeux et plonger ?

*
Homoromance comportant plusieurs scènes à déconseiller au public âgé de moins de 18 ans.

Mon avis :

Ho Lélé ! Ho lala ! Quel plaisir de retrouver Léandro avec ce tome qui lui est consacré. Et quel tome !

Après Shawn, c’est Lélé qui nous offre son récit. Un récit aussi magnifique que douloureux. Aussi drôle qu’il peut être émouvant. Aussi fort que doux. Un récit qui nous serre le cœur tant de fois et qui nous offre en même temps tellement de bonheur et de bonne humeur. Du lélé dans toute sa splendeur !

« Qu’est-ce qui ne va pas chez toi, Lélé ? »

Dis-nous tout. Raconte-nous.

« Tout. Ou plutôt rien. Rien ne va ». J’ai peut-être juste besoin d’un câlin ?

Léandro ne va pas bien. Depuis que Shawn file le parfait amour avec Lénno, il se sent seul et n’a jamais autant ressenti ce manque de famille. Jusqu’à présent, c’était Shawn sa famille, mais lorsque ce dernier part quelques jours dans celle de Lenno sans lui, Léandro se sent mal… Très mal. Il n’a besoin que d’un peu de chaleur, d’étreinte et de réconfort, mais qu’il peine à trouver… Pourtant, il en demande pas de trop … Il sait parfaitement se contenter de ce qu’il a, de ce qu’on lui donne.

Ce sont des moments si rares et donc, si précieux. Des moments qui comptent tellement…

« Qu’est-ce qui ne va pas chez toi Lélé ? »

Tout. Je suis seul au monde, livré à ma pauvre existence misérable….

Lélé a besoin d’oublier ce mal être qui le ronge depuis qu’il est enfant. La solitude, le désintéressement des autres à son égard. La peur de ne jamais être aimé ou encore oublier que personne ne l’attend nulle part… Il stagne depuis toujours… Depuis que ces putains de fées ont zappé son berceau et qu’on lui a coupé les ailes à peine venu au monde. ll n’a jamais eu la chance de pouvoir prendre son envol. Non jamais… Mais cela ne l’empêche pas de vivre sa vie ! Vivre est pour lui déjà en soit, une belle revanche sur la vie !

Mais tout ça, personne ne le sait. Car Léandro n’a jamais laissé transparaitre ses faiblesses devant qui que ce soit. Lélé, c’est celui qui sourit tout le temps. Celui qui est heureux d’un rien, celui qui blague et qui fait la fête. Il aurait pu baisser les bras souvent, mais la rage de vivre et d’exister a toujours été plus forte, même si avec le temps il a appris à aimer la violence et s’en servir comme d’un exutoire. Mais sa rencontre avec Dougall, un rentier Écossais de passage qui a réussi à le toucher, pourrait tout changer. Leandro se voit offrir un deal qui n’a aucun sens, mais qu’il ne peut refuser. Et si c’était pour lui l’occasion de s’envoler malgré ses ailes cassées ? Et si ses ailes pouvaient être réparées ? Lélé veut sa chance lui aussi ! Et c’est peut-être le moment de tenter le tout pour le tout.

À chaque fois que je découvre un nouveau Men Soul, il devient inévitablement mon préféré. Ils montent tous en puissance, de tome en tome… Mais au final, comment faire un choix dans cette collection qui ne peut que nous emporter grâce à ses héros hors du commun. Et il faut dire qu’avec Lélé, c’est le pompon ! On a qu’une seule envie, c’est de le prendre dans nos bras et lui faire des gros câlins. Puiser beaucoup d’amour et lui recoller ses ailes pour qu’il puisse enfin voler, en les saupoudrant de paillettes de fées pour qu’il atteigne enfin les étoiles et embrasse le bonheur.

Mais ça, on pourrait peut-être le laisser à Dougall non ? Dougall… Dougall, qui m’a immédiatement attirée et séduite. Par sa douceur, son charisme et son flegme. Mais surtout par le regard qu’il porte sur Léandro. Par cette tendresse qui le caractérise. Il faut dire que sa relation avec Lélé est d’une telle profondeur, d’une telle force qu’elle en est très intense… Mais Dougall est aussi mystérieux… Qui est-il au juste ? Pourquoi cette proposition alors que Lélé n’a aucune qualification ? Pourquoi Lélé a le sentiment qu’il ne lui dit pas tout ? Dougall a du mal à se dévoiler et nous fait partir sur des tas de pistes avant qu’il ne daigne nous indiquer la bonne semant ça et là des indices. Entre les secrets, les non-dits, les révélations et les coups de gueule, qui alternent avec les coups de rires, bienvenue dans « Les aventures de Lélé en Écosse ».

Une magnifique romance une fois de plus très addictive qui nous bouleverse autant qu’elle nous fait rire. C’est poignant, c’est troublant. Marie Hj a le don inné de nous emporter dans des émotions qui alternent tellement que parfois en lisant, je me sens telle une aliénée. Je ris, je pleure, je hurle, je cajole, j’ai des envies de meurtres puis me revoilà à vouloir faire des câlins à tout le monde. Jusqu’à ce que l’envie de mettre une claque ou deux ne reviennent. Avec Broken Wings, on retombe amoureuse de la plume de Marie HJ qui nous fait tant aimer ses héros. Elle nous plonge dans des émotions pures. Belles et aussi dures. Que ce soit dans les mots de nos héros, leurs pensées, leurs regards ou encore leurs non-dits. Lélé, le petit garçon devenu grand et fort, mais toujours aussi sensible derrière ses allures de gros dur ou encore de comique, tout dépend de ses humeurs et de qui lui fait face. Il s’adapte, toujours, sauf à cette solitude qui le ronge. En Écosse, il va faire plus qu’un simple voyage. Il va se trouver, se découvrir lui-même… Surtout face à ce rentier Écossais qui lui fait bien plus d’effet qu’il n’ose le dire… Et au pays qui ne le laisse pas si indifférent… D’un vert magnifique, aussi magnifique que celui d’un certain regard dans lequel il ne se lasse pas de se perdre…

Alors n’hésitez pas et faîtes comme Lélé… et envolez-vous !

Envolez-vous pour ce merveilleux voyage que vous offre Léandro et Dougall, entre Détroit et l’Écosse. Entre les rires, les larmes et tout cet amour qui transpire des pages.

Un grand merci à Marie HJ pour m’avoir permis de vivre cette nouvelle aventure à ses côtés.

Extrait :

Un petit diable se réveille à l’intérieur de mon crâne. Je le connais si bien que je n’ai pas besoin d’écouter ce qu’il va me dire.

Je n’ai rien à faire ici. Je ne mérite évidemment pas ce lit ni cet homme.

Ce diable possède une voix qui oscille souvent entre celles du père Clarks ou de Petunia Wolls. La femme qui m’a recueilli juste après le vieux connard. Avec elle, le traitement était bien pire. Lui il m’insultait tout le temps et privilégiait son fils surtout. Sa répartition des rôles était simple : son morveux recevait le bon et moi la merde, et sans doute bien d’autres avant moi d’ailleurs, et certainement après.

L’ordure de Wolls, elle, passait son temps à me répéter des mots immondes et dégradants. Souvent, elle ne s’arrêtait pas simplement aux mots, et passait à l’acte. Combien de fois est-elle venue visiter mon lit en pleine nuit avant que je décide de me barrer de chez elle aussi ?

Mademoiselle Peterson ne me croyait plus, à force d’échecs de famille en famille, je n’ai jamais plus cherché à lui expliquer quoi que ce soit. J’avais Shawn et ça me suffisait pour compenser.

Mais ces gens, tous ceux qui sont passés dans ma vie de l’époque, ont volé quelque chose à mon être. D’une certaine manière, ils sont restés pour me rappeler, à chaque moment, ce que je suis. Ce dont je dois me souvenir, à vie.

Qu’est-ce qui ne va pas chez toi, Léandro ?

Rien, mademoiselle Peterson, puisque je n’ai pas de chez moi.

Me sentant déjà vacillant dans mes bases, alors qu’une telle nuit de sexe agrémentée d’une rixe digne de ce nom en préliminaires aurait dû me regonfler les batteries pour plusieurs semaines, je décide de mettre fin à ce moment qui commence à tourner au calvaire et réussis à m’extraire sans trop de mal des bras de mon amant inconnu.

Machinalement, alors que je m’écarte du lit, je jette un dernier regard à l’homme découvert qui s’étend sur presque toute la longueur du lit. J’aime ce genre de mec. Musclé mais pas à outrance, une peau claire qui semble presque virginale, des fesses…

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s