L’interview de Marie Anjoy,


Bonjour les étoiles,

Venez faire la connaissance de Marie Anjoy, auteure de la saga Troubled Hearts en quatres tomes publiés chez So Romance, de Au bout du chemin publié chez Studio 5 éditions, et de Mayfly’s Partners écrit en duo avec Laureline Roy, publié chez So Romance.

Bonjour Marie, merci de nous accorder de ton temps pour cette interview ! Nous allons commencer, si tu le veux bien, par une présentation de toi : Qui es-tu ? Que peux-tu nous dire sur toi ?

Marie Anjoy

Je suis infirmière à la retraite depuis presque 5 ans. J’habite le sud de la France, et j’ai la chance d’avoir l’impression d’être tout le temps en vacances en habitant au bord de la mer. Je suis mamie de deux petites filles adorables, et l’ainée est une dévoreuse de livres. Beaucoup de choses, en dehors de mon métier d’infirmière, me passionnent comme les voyages, la photo, la créa graphique, la cuisine. J’ai longtemps tenu plusieurs blogs. Un où je partageais mes recettes, un autre pour des jeux d’écriture et le dernier pour des retours de lecture. C’est le seul actif à ce jour. Et encore de moins en moins. Je cuisine moins qu’avant, je n’ai pas le temps de participer à des défis écriture, les chroniques c’est chronophage. Je suis addict à la lecture depuis longtemps, au départ une fan de thriller et de polars, jusqu’à ce que je découvre la New Romance et qu’elle m’entraine vers une nouvelle passion : écrire des romances dans ce genre.

D’où t’es venue l’envie d’écrire en général ?

J’ai toujours aimé coucher mes émotions sur le papier, jongler avec les mots les faire rimer en jouer pour mon plaisir et pour des défis d’écriture organisés par des blogs. Les poèmes sont mes premiers textes. Puis un jour j’ai partagé une histoire via Wattpad pour que mes copines de boulot puisse la lire en live. Elles étaient super accro. C’est devenu mon premier roman.  

L’écrire est une passion ?

Oh oui, celle qui me comble le plus, parce qu’au bout quelqu’un va te lire et tu vas le faire rêver autant que le font les personnages que tu crées. C’est un moment de symbiose totale avec eux tandis que tu couches sur le papier leur histoire.

Quand et dans quel contexte est née ta première histoire ?

Relativement récemment. En découvrant un nouveau genre littéraire avec 50 nuances de Grey, après quelques lectures décevantes, je me suis lancé le défi d’en écrire une, une de celle que j’aimerai lire. Comme de nombreux auteurs à leur début, à ce qu’il se dit.

Parlons maintenant de tes lectures. Quel est ton type de lecture de prédiction ?

Je n’en ai pas. Je suis éclectique. Le seul genre que je ne lis pas c’est la BD, malgré les efforts de ma nièce pour m’y faire adhérer, et je n’ai pas encore tenté le roman graphique. Mais on ne peut jamais dire jamais

Quel est le roman qui te tiens le plus à cœur ?

J’en ai plusieurs, dans des genres différents. Forbidden de Tabitta Suzuma, L’australienne de Nancy Cato et La nuit des temps de Barjavel

Quel est le dernier roman que tu as lu ?

Les âmes louves de Juliette Pierce, pour une LC. Malgré ma PAL énorme, je ne lis pas beaucoup en ce moment, je ne suis pas prête de la vider          

Quel est ton dernier coup de cœur ?

Clair Obscur de Lily Haime, une romance MM

As-tu un auteur ou une auteure dont tu ne loupes pas les sorties ?

Anne Cantore. J’adore ses bouquins et je kiffe sa personnalité.

Concernant tes écrits, quel est le sujet de ton dernier roman (Au bout du chemin) ?

Les épreuves que rencontre une jeune femme atteinte d’un cancer du sein, soutenue par une bande d’amis, et qui va faire de belles rencontres.

Quelle a été ta (ou tes) source d’inspiration pour l’histoire ?

Pour celle-ci, une histoire racontée par des amis et qui les avaient beaucoup choqués. Et bien évidement tout mon vécu personnel dans le milieu médical, toutes ces femmes avec la leur propre. Ayant travaillé de nombreuses années dans un service de gynécologie où nous suivions les patientes de l’intervention à la fin, soit du traitement, soit jusqu’à leur dernier souffle, je maitrise forcément bien le sujet 😊.

Pour les autres, la vie quotidienne, ses drames et ses beautés.

Quelle est ton inspiration concernant les lieux ?

Ma région, mon hôpital que je profite de mettre à l’honneur pour ce roman, et en règle générale des endroits que je connais, que j’aime au point de vouloir les faire découvrir aux lecteurs, comme la région Bordelaise, Paris, New-York, pour la saga Troubled Hearts et la Corse dans un manuscrit en CL (comité de lecture), qui j’espère sera acceptée par la ME.  Tu croises les doigts avec moi ?

Bien sûr que je croise les doigts et surtout je suis impatiente de le lire ! Quelle a été ta (ou tes) source d’inspiration pour les personnages ?

Des médecins, des soignants pour Tom, Tristan et Marina.

Pour Lorenzo, euh, je peux pas le dire 😊

Emma, on en a parlé.

Lou, personne en particulier, j’ai juste brossé le portrait de l’amie parfaite, mais elle existe sûrement pour quelqu’un

Mais c’est particulier à ce roman, parce que pour les autres, ils sont nés comme ça.

Quels sont les qualités et défauts des personnages principaux ?

  • Emma : Est une jeune femme fidèle en amitié et en amour. Dévouée aux autres, généreuse, aimante, très sensible. Elle manque de confiance en elle. Attend trop de sa mère, est trop docile et conciliante.
  • Tristan : Généreux, encourageant, sensible, possède un fort esprit de famille. Associable, taciturne et renfermé depuis le drame qui l’a frappé.
  • Lorenzo : Est le plus exécrable des personnages : dominateur, macho, arrogant, égoïste, manipulateur, capricieux… Des qualités ? On aura beau chercher, je crois qu’on en trouvera pas

En effet, difficile de trouver des qualités à Lorenzo… As-tu des points communs avec tes personnages ?

Quelques-uns. Mais je ne les dévoilerai qu’en présence de mon avocat.

Mdr

Comment c’est passé l’écriture ? Le moment le plus agréable ? Le plus difficile ?

Comme d’habitude, une fois que je suis immergée dans une aventure qui me tient à cœur, ça roule tout seul.

Je dirais que le plus difficile pour ABC (Au Bout du Chemin) a été de choisir le mode narratif, dans le premier jet, à la 1e personne et à 2 voix. Mais il me semblait que la narration extérieure semblait mieux convenir, mais je n’étais pas certaine de faire passer les émotions de la même manière que dans une approche à une voix.

J’avais vraiment peur de pas parvenir à faire passer les émotions dans narration extérieure. Cela me semblait plus facile lorsque l’on donne la parole au protagoniste. Finalement, c’est passé avec mes bêtas, sauf avec une qui n’est pas arrivée à se plonger dans l’histoire à cause du mode narratif, ce qui m’a fichu un peu la pétoche.

Je te comprends, cela me bloque aussi dans beaucoup de lecture, mais pas avec tes romans dans lesquels les émotions passent merveilleusement bien ! Quels sont tes rituels d’écriture si tu en as ?

Je n’en ai pas contrairement à de nombreux auteurs.

Ecris tu en musique ?

Non, j’aime le silence.

Que voudrais-tu dire de plus, sur toi ? Tes personnages ? Aux lecteurs ?

Sur moi : Que mon boulot marque énormément mes écrits.

Sur mes personnages de manière générale, donc ceux d’Au bout du chemin et de la saga Troubled Hearts :

Ils sont tous un peu écorchés vifs, traversent des épreuves plus ou moins difficiles, et sont toujours soutenus par une bande d’amis. Ils luttent pour avancer dans la vie pas toujours facile que je leur ai concoctée.

Aux lecteurs :  Si vous ne connaissez pas encore mon univers, je vous invite à le découvrir et à me donner votre avis soit sur mon compte Facebook, soit sur Instagram

https://www.instagram.com/marie_anjoy

https://www.facebook.com/Marie.Anjoy

https://univers-de-marie-anjoy.jimdosite.com/

INTERVIEW BY LES ETOILES : Questions / réponses courtes

  • Ta plus grosse peur :
    • Je suis phobique du dentiste
  • Ta plus grosse honte :
    • Ben, j’ai trop honte pour la partager
  • Ton plus gros fou rire :
    • En rapport avec ma grosse honte, parce qu’en fin de compte, l’incident nous fait très rire après coup
  • Ta plus grosse boulette :
    • Je suis la reine des boulettes. Alors en trouver une
  • Ta plus grosse déception :
    • Joker
  • Ta plus grosse envie :
    • Satisfaire encore longtemps mes plus fidèles lecteurs

Merci beaucoup pour cette interview, c’est un plaisir d’en apprendre plus sur toi !

Je vous mets ci-dessous les liens vers les chroniques déjà faites :

L’avis coup de cœur de Charlotte sur Troubled Hearts 4 : le temps d’aimer de Marie Anjoy


Coucou les étoiles. Je vous présente mon avis coup de cœur sur Troubled Hearts, tome 4 : le temps d’aimer de Marie Anjoy publié chez So Romance

Titre : Troubled Hearts, tome 4 : le temps d’aimer

Auteur : Marie Anjoy

Genre : Romance

Editions : So Romance

Ebook :  5,99€

Broché : 14,99€

Résumé :

Malgré les années passées à essayer de se fuir, ils sont irrémédiablement faits pour se retrouver.

Nina, dix-huit ans, l’ex-petite sauvageonne courant à travers les vignes, est devenue une jeune femme séduisante. Nul ne peut le nier, ni les saisonniers du domaine et encore moins Enzo. Nina, elle, voue à ce dernier un amour sans bornes, mais Enzo lui oppose leur différence d’âge, frein à une relation autre que fraternelle. Jusqu’à l’échange d’un baiser après lequel Enzo réagit étrangement. Meurtrie, elle s’envole pour New-York et y rencontre son futur patron (plutôt très sexy…). Parfait pour oublier Enzo. Mais quand ce dernier refera surface et que leur destin sera à nouveau mêlé, parviendra-t-elle à l’aimer malgré les démons qui le hantent ?

Mon avis :

La petite Nina, qui courrait derrière Enzo dans les vignes, à bien grandi. La jeune femme est depuis toujours amoureuse d’Enzo, mais le jeune homme la repousse avec comme argument leur lien quasi-fraternel et leur différence d’âge. Blessée, elle part poursuivre ses études à New-York. C’est là qu’elle fera la rencontre de son beau patron, idéal pour oublier son amour impossible. Mais qu’en sera-t-il lorsqu’ils seront de nouveau réunis ? Arrivera-t-elle à le considérer comme un ami ? Enzo, parviendra-t-il à se laisser apprivoiser malgré un passé trop encombrant ?

Depuis son plus jeune âge, Nina est amoureuse du beau Enzo. Mais puisqu’il ne veut pas d’elle, elle doit apprendre à l’oublier, à vivre loin de lui. Ce qu’elle fait avec brio, elle mène sa vie loin de sa famille, mais impossible de les oublier, Enzo encore moins…

Enzo, maintiens beaucoup de monde loin de lui. Il est toujours hanté par son passé et ne souhaite pas l’imposer à ses proches. Cependant, sous mauvaise influence, il risque de prendre de mauvaises décisions…

Les deux protagonistes principaux seront amenés à se recroiser. L’absence de contact, depuis de nombreuses années, a distendu ce lien qui les unissait. Arriveront-ils à s’apprivoiser de nouveau ? Deviendront-ils amis ? Des sentiments plus forts, feront-ils leur apparition ?

J’avais un peu peur de la jeunesse des personnages, mais ils ont bien grandi et ne sont plus si jeunes que ça ! Nina, contre l’avis de son cœur, va vivre loin de tous ceux qu’elle aime. J’ai apprécié la maturité qu’elle y gagne. Enzo de son côté et sans trop vous en dire, m’a fait chavirer, il a fait palpiter mon cœur, parfois malgré lui. J’ai eu beaucoup de peine pour lui, mais j’étais contente qu’il soit entouré d’amour et de bienveillance. J’étais ravie de retrouver ce clan que j’ai appris à connaître au travers des précédents tomes. Ils se soutiennent les uns pour les autres, sans faillir.

Ce dernier tome clôture magnifiquement cette très belle saga ! Les émotions sont prenantes, les larmes m’ont surprises à plusieurs reprises, mais j’ai aussi souri, ri, j’ai été en colère, bref, un tourbillon m’a entraîné dans cette histoire. Cette romance est délicieusement addictive.

Merci Marie Anjoy pour l’envoi de ce service presse et de m’avoir fait passer par une multitude d’émotions au travers de sa plume. Je me suis attachée à l’ensemble des personnages de cette saga, Nina et Enzo n’ont pas fait exception, bien au contraire. Je vous recommande vivement cette magnifique saga, riche en surprises et en émotions.

Extrait :

Je m’éloigne en riant à l’idée du sermon qui l’attend ; Suzie, connue pour user d’un langage ordurier dans ses éclats colériques, est mal placée pour cette leçon de morale. Arrivé à hauteur du jeune coq qui se pavane, je lui intime à voix basse, ne souhaitant pas être entendu, d’oublier Nina.

— Pourquoi ? Tu as des vues sur elle ?

— Fiche-lui la paix si tu ne veux pas avoir affaire à moi.

— Oh ! Chasse gardée ! insiste-t-il.

— Écoute-moi bien, Ducon. Nina, tu joues pas avec. Et si le message n’est pas assez clair, peut-être comprendras-tu plus distinctement celui de Mateo ? T’es en CDD, il me semble.

— Tu me menaces ?

— Je te mets en garde. Dois-je te rappeler les liens entre ta patronne et Nina ? Je ne crois pas qu’elle apprécierait si elle apprenait que tu lui tournes autour, vu ta réputation.

L’abruti, n’admettant pas de perdre la partie, se dresse sur ses ergots et rétorque :

— On peut bien faire ce qu’on veut, entre adultes consentants.

— N’essaie même pas de l’embrasser, parce que si je viens à l’apprendre, tu mangeras mixé pendant des semaines. Ne me tente pas. Et ça, oui, c’est une menace.

Devant mon air offensif, le gringalet change son fusil d’épaule.

— Bah, les chattes ne manquent pas dans le coin. Que je goûte à celle-là ou une autre…

À ces mots, mon poing fuse sur sa belle petite gueule et ma victime chancelle en hurlant. Aussitôt, Suzie m’interpelle, mais je fais fi de sa requête et hâte le pas pour quitter la propriété, sans un regard sur Nina, ignorant que je ne la reverrais pas de sitôt.