L’avis de Carine sur le premier épisode de The Boy on Fire des Emma Green Chez Addictives Editions


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Titre : The Boy on Fire 1/3 ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Auteurs : Emma Green

Genre : Romance

Editions : Addictives

Ebook : 4.99 €

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Résumé : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Il a le feu en lui. Acceptera-t-elle de se brûler les ailes ?

À 21 ans, Jagger l’éternel joueur n’a toujours pensé qu’à lui et à profiter de la vie. Mais aujourd’hui, il doit voler au secours de Kasper, son petit frère de 17 ans tombé dans une secte.
Là-bas dans l’outback, au fin fond du désert australien, on ne joue pas, on ne sourit pas, et surtout on respecte les règles sous peine des pires châtiments. Car de cet endroit qu’on appelle Le Cercle, on ne revient pas.

Pour infiltrer cette communauté secrète et en sortir son frère, Jagger accepte d’épouser Nell, une fidèle disciple aussi fermée qu’indéchiffrable.
Mais derrière ses yeux vairons troublants, la mystérieuse blonde se révèle moins douce et docile qu’elle n’y paraît. Et le fougueux Jagger, qui pensait ne jamais tomber amoureux, va devoir faire l’impossible choix : son frère ou l’amour ? Sa liberté ou le risque de tout perdre ?

***

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Mon avis : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

C’est avec un thème qui n’est pas souvent abordé dans la romance que les Emma Green nous offrent ce superbe Spin-Off de The boy next room. Un sujet dérangeant qui touche et surtout, qui révolte ! Un retour dans l’Out Back, dans ce Bush Australien aux couleurs ocres, où les auteurs nous ont fait rêver et voyager dans The Boy next room, mais pas ici. Ici le Bush nous laissera un goût amer et les Emma Green seront les gardiennes d’une prison qui n’a rien de doré.

Jagger n’a pas d’autre choix que de s’enrôler chez « Les Bienheureux » pour tenter de convaincre son petit frère Kasper de quitter au plus vite cette secte qui n’a rien de bienheureuse. Le Cercle… où les règles sont sans pitié, où les punitions pleuvent au gré d’un Saint qui n’a rien d’un ange. Le Diable… Voilà ce qu’il est. Et Jagger va vite comprendre que lorsqu’on entre dans le Cercle… On n’en ressort pas ! De plus, le voilà marié du jour au lendemain à une fille qu’il ne connait même pas. Lui le coureur de jupons qui ne s’est jamais pris au sérieux et qui chérissait jusqu’alors une liberté qu’il n’est pas prêt de retrouver. Non, impossible même. Car face à l’amour qu’il porte à son frère, face aux sentiments qui vont commencer à naître pour cette fidèle du Cercle pas si fidèle, Jagger voit l’étau se resserrer autour de lui jour après jour. Et il aura beau jouer de son arrogance légendaire pour ne rien montrer, pour ne pas s’attacher et ne pas dévier de son objectif, il va cependant se rendre compte qu’il n’est pas le seul à jouer… Pas le seul à cacher ses blessures et ses secrets. Et ce n’est pas seulement le Cercle qu’il devra affronter, mais aussi cette jolie blonde très froide de prime abord, aux yeux de sorcière qui n’a pas la langue dans sa poche.

Une fois de plus les plumes des Emma Green m’ont envoûtée dès les premières lignes en nous plongeant dans une atmosphère dérangeante, anxiogène et pourtant, paradoxalement, non dénuée d’humour et de moments tendres. Il faut dire que le duo, Jagger et Nell se marie à la perfection, autant dans leurs caractères que dans leurs objectifs jusqu’à ce que ces derniers deviennes un réel problème pour chacun d’eux. Des personnages haut-en couleurs bridés par des règles qui vont à l’encontre de ce qu’ils sont. De qui ils sont. De ce à quoi ils aspirent… Des règles qu’ils se doivent de suivre pour mener leur plan à bien tout à s’affrontant mutuellement pour ne pas se rapprocher. Et c’est dans une alternance entre des moment tendres et douloureux, piquants et joueurs à l’image de Jagger, et pleins d’humour que nos auteures nous emportent dans un récit pleins de promesses.

Un épisode qui pose certes les bases de l’enfer du Cercle en immersion totale en son coeur, mais qui ne manquera pas de nous faire vivre des myriades d’émotions et de tensions entre les manipulations et la violence de cette secte. Entre ce manque de liberté, de confort, d’amitié ou encore d’amour, qu’il soit fraternel ou pas. Car un seul doit être aimer, idolâtrer et il se nomme Le Saint. Jagger réussira t-il à faire entendre raison à Kasper ? Et si pour sauver Kasper il devait se perdre ? Tout perdre ?

Un épisode plus qu’addictif et passionnant qui ne peut se lire que d’une traite avec une intrigue très bien menée alternant les points de vues de nos protagonistes qui nous permettent de mieux les comprendre et les aimer, qu’importe leurs choix, leurs actions ou encore leurs réactions face au Cercle.

Une fin qui nous laisse sur un cliffangher qui donne des sueurs froides et des palpitations au coeur qui ne cesseront qu’au début de la lecture du second épisode… Et encore… Car là encore, on ne sera épargné par rien. Non rien de rien.

Un grand merci aux Editions Addictives pour la lecture de ce premier épisode en service presse numérique et pour leur confiance.

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Extrait : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

– Bienheureuse Nell, bienheureux Jagger, le Saint a décidé de votre union. Elle sera célébrée ici même demain, dès le lever du soleil. Votre rite de purification aura donc lieu aujourd’hui.
Le type aux épaules carrées et à la chemise bleue aussi claire que les veines gonflées sur ses tempes vient de débiter sa sentence d’une voix martiale, puis nous quitte aussi sec en repartant d’un pas rapide.
– Salut. Je suis Jagger, donc.
Il y a encore un sourire dans sa voix. J’en vois un autre traverser son visage. Je ne suis pas du genre à la fermer, mais ça me laisse bouche bée.
– Tu aurais pu plus mal tomber, non ?
Son impertinence n’a pas d’égal.
– Tu devrais sourire un peu plus, ça fait du bien, continue-t-il en plissant ses beaux yeux clairs.
Gris. Ou peut-être verts. Un peu en amande, difficile d’y voir clair. Le garde à sa droite se racle la gorge pour lui signifier de se taire. L’insolent se fend d’un nouveau sourire, presque diabolique, puis ricane d’une voix étouffée. Je le fusille du regard, il hausse les épaules et lève plusieurs fois ses sourcils comme pour me provoquer.
– Laisse-moi deviner, tu ne m’aimes pas beaucoup, c’est ça ?
– Non, je te déteste déjà.
– C’est dommage, mais c’est franc, au moins.
– Être beau ne suffit pas, gros malin.
– Ah oui ? Regarde-moi d’un peu plus près, pour voir ?
– Ici, on ne sourit pas, on efface cet air conquérant et on courbe le dos, c’est compris ? Ne m’attire pas d’ennuis.
– Ouuuh… Pas marrante, la nouvelle.
– C’est toi qui es clairement nouveau, ici. Donc laisse-moi t’expliquer…
– Tu crois vraiment que je suis du genre à écouter une emmerdeuse comme toi qui a pour unique principe de tirer la tronche ?
– Qui tu viens de traiter d’emmerdeuse, enfoiré ?!

The Boy on Fire, d’Emma Green, volume 1 sur 3.