L’avis coup de cœur de Charlotte sur Ne dis jamais « mon frère » de Sabrina Gramage


Hello les étoiles. Je vous présente mon avis COUP DE CŒUR sur Ne dis jamais « mon frère » de Sabrina Gramage publié chez Juno Publising France : une romance terriblement émouvante.

Titre : Ne dis jamais « mon frère »

Auteurs : Sabrina Gramage

Genre : Romance MM

Editions : Juno Publishing France

Ebook :  5,99 €

Broché : 24,50 €

Résumé :

Lorsque sa mère rencontre Jon, Howie intègre la famille Emington et découvre son nouveau pseudo demi-frère, Louis. Plus âgé de quatre ans, il le fascine. Au fil des années, Howie comprend mieux cette fascination pour celui qu’il ne veut pas qu’on appelle « son frère ».

Espoir, désespoir, innocence.

Plans foireux, sincérité, amour.

Les aventures et surtout mésaventures d’un garçon sincère, timide et amoureux. Un conte sans vraie fée, mais avec Warrick.

Bienvenue dans l’univers de Howie Blaches, espérant devenir un jour Emington, et pas par adoption…

Mon avis :

Howie rejoint la famille Emington, Jon le nouveau compagnon de sa mère et Louis, le fils de Jon. Son « demi-frère » à quatre ans de plus de lui et tout en lui le fascine. Les années passent, son obsession ne décline pas, mais il comprend de mieux en mieux ce qu’il ressent. Il rêve de devenir officiellement un Emington, mais pas par adoption…

Howie est un garçon à part il est dans son monde la plupart du temps. Peu de personnes arrivent à se faire une place dans son univers, sa mère, Louis, Jon et son ami Warrick. Le garçon devient un jeune homme doux, sincère, timide et discret qui rêve d’amour… Mais cet amour est impossible, car Louis est inaccessible.

Louis est un peu plus vieux qu’Howie et n’a pas les mêmes occupations, bien qu’il adore passer du temps avec lui. Le courant passe bien entre eux, pourtant, ils n’ont pas la même vie, ni les mêmes centres d’intérêts.

J’ai adoré l’originalité de la narration, surtout au début, où nous sommes plongés dans la tête d’Howie qui ne communique pas ou très peu avec son entourage. J’ai aimé la force de caractère d’Howie malgré une apparente fragilité. J’ai adoré suivre leurs réflexions, comprendre les doutes qui les envahissent, leurs incertitudes. J’ai complètement adhéré au rythme que donne l’auteur à leur relation, sans précipitation, avec une douceur très appréciable. J’ai « kiffé » les personnages secondaires comme Warrick, Pascal et les autres amis des deux jeunes !

L’histoire est bien menée et l’intrigue m’a tenue en haleine jusqu’à la fin ! Cette romance est terriblement addictive, la plume de Sabrina Gramage est fluide est très agréable. Je me ferai un plaisir de lire d’autres romans de cette auteure.

Je pense que vous l’aurez compris, « Ne dis jamais « mon frère » » est un énorme coup de cœur, une romance à avoir absolument dans sa bibliothèque pour la lire et la relire !

Je remercie Maïwenn et Juno Publishing France pour l’envoi de ce service presse.

Extrait :

Je téléphone à Warrick pendant que Louis et Pascal cuisinent un énième gâteau.

— Joyeux Noël, Wa !

— Joyeux Noël.

— Alors, ils t’ont offert quoi tes parents ?

Cette question obligatoire me gêne, car je sais qu’il n’a jamais sa console, et que cela le rend triste.

— Ils m’ont offert des vêtements, soupire-t-il. Et un stylo de marque. Je ne sais pas à quoi il va me servir d’ailleurs. Mon frère m’a offert une paire de baskets. Et toi ?

— Ils m’ont offert des vacances cet été. Avec Louis. En Espagne.

— Cool ! Super génial !

— Plage et parc d’attractions… avec ses copains.

— Aïe galère ! 

Un qui me connaît.

— Je sais.

— Faut voir le bon côté de cette affaire espagnole, tu auras Louis h24 avec toi pendant…

— Une semaine.

— Une longue semaine.

J’y réfléchis. À défaut de passer de bonnes vacances, je pourrai passer un peu de temps avec lui.

Quatre hypothèses possibles :

1/À la fin du séjour, je m’aperçois que je ne l’aime pas « comme ça » et je suis guéri de lui.

2/À la fin du séjour, je m’aperçois que je l’aime et je suis cuit.

3/Je craque dans un moment de faiblesse avec un mot, un regard ou un geste, il comprend que j’ai ces sentiments, il en est heureux, je l’embrasse timidement, comme le cadeau de Zack pour Warrick, et il est réceptif. Je deviens le garçon le plus heureux du monde.

4/Je craque dans un moment de faiblesse avec un mot, un regard ou un geste, il est offusqué, me rembarre et me hait pour l’éternité. Pascal sera marié avant mon premier baiser.

— Je sens que je vais aimer ces vacances, tiens ! soufflé-je avec sarcasme.