L’avis de Charlotte sur Ride fast, Love more de Lexie Tales

Coucou les étoiles. Je vous présente mon avis sur Ride fast, love more de Lexie Tales aux Editions Addictives.

Titre : Ride fast love more

Auteur : Lexie Tales

Genre : Romance

Editions : Editions Addictives

Ebook :  4,99€

Résumé :

Un road trip initiatique, dans tous les sens du terme !

La France, c’est fini pour Lola : trop de mauvais souvenirs sont rattachés à son pays natal.
Alors qu’elle se jette à corps perdu dans son road trip à travers les États-Unis, elle fait escale à Arden, un village tranquille du Nevada.
Mais elle va vite se rendre compte que la bourgade est en fait le lieu de rendez-vous des Phœnix, un inquiétant club de bikers.
Parmi eux, Tygger, le plus macho et horripilant de tous, prend un malin plaisir à lui montrer qui commande : il compte bien jouer avec elle, jusqu’à ce qu’elle craque. Et alors que Lola découvre avec lui l’envie dévorante et le vrai plaisir, son road trip devient de plus en plus initiatique…

Mon avis :

Lola a besoin de prendre de la distance avec sa vie. Elle quitte la France pour se lancer dans un road trip aux Etats-Unis. Son chemin la mène à Arden, une petite ville du Nevada. Un lieu tranquille, mais aussi le « fief » du club de biker : les Phoenix. Parmi les motards, elle rencontre l’archétype du macho sûr de lui à qui personne ne résiste. Il compte bien faire craquer la nouvelle venue. Se laissera-t-elle prendre dans ses filets ?

Lola ne fait pas les choses à moitié, pour s’éloigner de choses négatives, elle part seule à l’autre bout du monde, avec pour seule compagnie sa voiture. Elle ne s’attarde que très peu, juste le temps d’un petit boulot lui permettant de continuer son road trip. Et c’est ce qu’elle fait en arrivant à Arden. Trouver un emploi, puis repartir. Tel est désormais sa vie. J’ai beaucoup aimé Lola par son côté libre, elle fait ce qu’elle veut, sans attache. Elle est plutôt solitaire, par choix. J’ai aimé la différence de caractère entre elle et celle chez qui elle est hébergée ! Le contraste est saisissant et souvent marrant.

Tygger est un biker des plus cliché, le macho qui enchaîne les conquêtes sans importance. Sa vie, il la voue à son club, son président et ses frères. Mais peut-être qu’il a plus à montrer si on gratte un peu la surface ? J’ai eu un peu plus de mal à apprécier Tygger, car comme Lola, il m’énervait dès qu’il ouvrait la bouche ! Son attitude de macho m’a agacée. J’ai cependant apprécié le découvrir un peu plus au fil des pages.

Entre eux, le courant passe plutôt bien, enfin non, dès que Tygger parle, c’est une catastrophe ! Il exaspère Lola dès qu’il ouvre la bouche, sa drague lourde, ses insinuations ont le don de la rendre folle, mais il reste un bel homme, qui correspond totalement à ses goûts. L’attitude distante et insaisissable de Lola donne du fil à retordre au biker. Leurs échanges sont souvent houleux.

En se rapprochant du groupe de biker, Lola découvre un univers qu’elle ne soupçonnait pas. Le danger rôde… J’ai été plus prise dans l’histoire dans une deuxième partie, avec de l’action et du danger, qui apporte du suspense et une tension palpable. J’ai beaucoup aimé les personnages secondaires. J’ai ri grâce aux collègues de travail de Lola. J’ai passé un bon moment avec Ride Fast, Love more, grâce à la plume fluide et agréable de l’auteure. Merci aux éditions Addictives pour l’envoi de ce service presse !

Extrait :

– Vous venez de subir un choc assez violent. Je ne serai vraiment tranquille qu’après vous avoir raccompagnée chez vous, histoire de m’assurer en détail que vous allez bien.
Si le message n’était pas assez clair, je conclus ma proposition indécente par un passage en revue appuyé de son corps appétissant.
Tel que tu me vois là, ma mignonne, je suis un soldat de retour du front et j’ai envie, mais alors très envie, d’un câlin de bienvenue. Tentée ?
Visiblement, non. La belle se raidit ostensiblement. Elle se racle la gorge, comme si elle venait d’avaler un truc aigre, et instaure ce que j’interprète comme une distance de sécurité entre nous.
– Pas la peine, merci, riposte-t-elle, verrouillée. Je vais y aller.
Elle décampe, le feu aux fesses, sans demander son reste. Mes lèvres s’étirent en un sourire moqueur. On dirait que candide rime avec prude.
Tant pis pour toi, ma jolie. Tu ne sauras jamais ce que tu rates !

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s