L’avis de Carine sur le roman de Robyn Max Chavalan chez Black Ink Editions : Parfum de mâle

✧˚₊‧୭⁺‿︵ titre : Parfum de Mâle ‿︵⁺୭‧₊˚✧


Auteur : Robyn Max Chavalan

Genre : Romance

Editions : Black Ink Editions

Ebook : 4.99 €

Broché : 18 €

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Résumé : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Les femmes.
Le sexe.
Le sexe avec les femmes.
En solo. En trio. Et plus si affinités.
Je vis en enfer. Le mien.
Deux options s’offrent à moi désormais. La première : user et abuser de ma folie jusqu’à sacrifier toute mon existence et ceux qui en font partie.
La seconde : tenter de le soigner pour conserver ce que j’ai mis tant de temps à construire et retaper aussi un peu mon karma quelque peu ruiné.
Le hic ?
Ma marraine d’addiction : Vittoria Saint Georges, avec qui je vais devoir cohabiter pour trente longues journées.
Belle et rebelle. Redoutablement intelligente. Et surtout inaccessible.
Oui, ça sent le roussi…
Je m’appelle Maximilian Mac Arthur et je suis sex-addict.

Mon avis :

C’est toujours un réel plaisir de me plonger dans les romans de Robyn Max Chalavan et Parfum de Mâle, ne dérogera pas à la règle. Dès l’ouverture du flacon, je me suis laissée enivrer par l’essence des mots de cette auteure que j’aime tant lire. Par les nombreuses fragrances qu’elle nous offre au fil des pages, elle nous entraine dans une romance olfactive, envoutante et émouvante à souhait. Douloureuse et entêtante aussi par son sujet qu’est l’addiction qui ne peut laisser indifférent mais dont les onguents apaisent… Et la pudeur dont elle peut faire preuve face à l’histoire, la rend encore plus voluptueuse…

Max vit en enfer. Dépendant de son addiction et tourmenté par ses pulsions, il s’enfonce dans la souffrance, l’isolement et le désespoir… Un seul shoot sexuel…. Encore et encore. Cette nécessité d’atténuer la douleur, de se libérer de ses frustrations, de ses démons, de ses fantômes… Que ce soit seul, à deux, à trois, qu’importe le où, le quand… cela est une nécessité. Il ne ressent aucun plaisir, tout est mécanique comme une bouteille trop pleine qu’il faut vider avant qu’elle ne déborde… Il se hait, se dégoûte, mais c’est son corps qui commande et son esprit n’a aucun moyen de lutter… Jusqu’au jour où Max prend conscience qu’il est sur le point de non-retour et qu’il va tout perdre. Il nous ouvre alors, la porte de son addiction… sa honte… et son sombre combat. De ce pas à faire pour accepter l’aide qu’on lui offre et oser s’avouer qu’il a un problème. Et quand on parle d’aide, ce n’est pas n’importe laquelle ! Voilà que Max va devoir cohabiter avec sa marraine d’addiction aussi belle et torride qu’inaccessible et intouchable… Vittoria Saint Gorges…

Entre eux, l’attirance est indéniable, mais surtout, elle est interdite ! De toute façon, pour Max tout comme pour Torrie, l’amour est impossible. Aucun des deux n’estiment y avoir droit. Ils ne le méritent pas et pourtant… Lorsque l’essence de l’amour même vous enivre au point de refuser de se noyer, n’est-il pas le signe d’une bouffée d’espoir ? Mais a contrario, le parfum du sexe ne risque-t-il pas de les faire plonger ou replonger dans l’enfer ? Torrie a tout à perdre. Elle a tant souffert et souffre encore contre son addiction. Mais comment faire face à ce Parfum de Mâle qui lui titille autant les sens ? Faire face à ce Gentleman bad boy qui lui flingue jour après jour sa petite culotte et toutes ses convictions ?

Robyn Max Chalavan aborde là un sujet de société tabou. Le sujet difficile qu’est l’Addiction sexuelle. Une véritable maladie, au même titre que l’alcoolisme et les addictions aux drogues, elle est vécue avec honte, dans la souffrance d’un manque jamais comblé. On nous alerte beaucoup sur les dangers de la drogue, la cigarette ou l’alcool, des addictions dont il est difficile de se sortir sans aide extérieure, mais qu’en est-il de l’addiction sexuelle ? Pourquoi est-ce si dur d’en parler ? Est-il même possible de s’en sortir ? Possible ou pas ! Voilà ce que nous raconte Robyn Max Chalavan dans Parfum de Mâle avec, amour, humour, émotion, cruauté même parfois et beaucoup de baume au cœur, en mettant en avant les aides qui existent pour les sex-addict et leur combat de chaque jour qui suit le jour d’avant… Et ce que j’ai apprécié le plus, c’est qu’elle le fait du côté des deux sexes. Car oui, on va entendre parler des hommes addict au sexe, mais qu’en est-il des femmes ? Comment sont-elles perçues et comment se perçoivent-elles ? Et qu’en est-il de leur entourage ?

Un roman qui décrit la souffrance intérieure et toutes les interrogations sur le droit à l’amour de ces « Addict » avec profondeur et émotion. Un récit qui touche, qui perturbe aussi et qui pourrait peut-être même choquer, car malgré la pudeur de l’auteure et la lumière qui prend le pas sur l’obscurité de ce roman puisque nous sommes dans une vraie romance, il ne faut pas faire l’impasse sur le fait que le sujet est plein de souffrances, et que certaines scènes érotiques sont en parfaite adéquation. Des protagonistes haut-en couleur qui nous entrainent dans cette exploration des sens et des émotions pour nous offrir un parfait combo entre les joutes verbales qui apportent tant à notre lecture et cette force dont ils font preuve pour arriver à voir la lumière au bout du chemin entre la culpabilité, les colères, les moments de faiblesses, le pardon et l’amour inconditionnel. Des protagonistes auxquels on ne peut que s’attacher, les principaux tout comme les secondaires, avec une mention spéciale à « Mercredi » qui du haut de son jeune âge, de sa fraicheur et de ses répliques acerbes va nous toucher en plein cœur et apporter à ce roman ce petit plus qui fait toute la différence.

Ouvrez le flacon à votre tour, vous aurez l’ivresse de ses mots. Parfum de Mâle, n’est pas un simple roman, c’est une histoire capiteuse et douloureuse sous fond d’odeur de bois de santal contenu dans un broché à la cover aussi brute et suave que ses héros. Entre le génie d’un champ lexical aux mille senteurs et le talent d’un « nez » auteure qui enferme à l’intérieur des pages l’âme torturé de deux héros, c’est une totale harmonie qui ne pourra que vous rendre… « Livre-addict » !

Un grand merci à Black Ink Editions pour sa confiance et m’avoir permis de découvrir cette belle fragrance livresque. Et un grand bravo à Robyn Max Chalavan pour ce travail de recherche exceptionnel sur les deux thèmes mis en avant.

Extrait :

« Et puis, que croit-il exactement ? Max pense-t-il pouvoir me déstabiliser avec un simple corps à corps, si toxique soit-il ? Vraiment ? Mais que s’imagine-t-il que j’ai vécu avant d’être ce que je suis ?
Max ne doit pas m’idolâtrer. Ce serait trop dangereux. Et puis, je ne le mérite pas. Même si je l’aide à s’en sortir. Je ne vaux pas cette attention-là.
— Nouvelle leçon, Max, lui susurré-je à l’oreille. Chacun est responsable de lui-même ce soir. J’agirai comme bon me semblera. Tu m’as voulue ? Je suis là. Mais ne compte pas sur moi pour t’expliquer ce que tu as à faire ni pour rester sagement à ma place.
Tout son corps se tend.
— Qui sait ? rajouté-je en me dégageant et en rajustant sa veste, sans toutefois oser lever les yeux vers lui, peut-être que je me trouverai un homme qui acceptera de m’amener dans un petit coin… Un placard… Une salle vide… Une chambre déjà réservée…
Son visage se crispe sous l’effet d’une émotion qui oscille entre la colère et la jalousie.
— Vois-tu, continué-je, j’ai joué à ça bien avant toi. Tu es encore un petit garçon, Max. Je ne cesse de te le répéter, mais tu ne m’écoutes pas.
— Si je devais te trouver dans ce type de situation, je…
— Tu quoi ? Rien, Max. Tu ne feras rien. Et tu sais pourquoi ? Parce que tu n’as pas ce pouvoir-là sur moi. »

Extrait de
Parfum de Mâle
Robyne Max Chavalan


»

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s