L’avis de Carine sur le Roman de Angel Arekin chez Black Ink Edition : Black Revenge

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Titre : Black Revenge‿︵⁺୭‧₊˚✧


Auteur : Angel Arekin

Genre : Romance

Editions : Black Ink Editions

Ebook : 5.99 €

Broché : 18 €

Audio

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Résumé : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Quand Méri revient à Lafayette, dans ce vieux manoir de planteurs, ce n’est pas pour des retrouvailles joyeuses avec sa famille.

Non, au contraire, torturé par son passé, alcoolique et furieux, il souhaite se venger. De son frère aîné autant que de sa bande d’amis, des suprématistes blancs qui lui ont volé sa vie deux ans plus tôt.

Mais rien ne se passe comme prévu au cœur du bayou, de la chaleur et des ouragans, car la suave et douce Sasha vit désormais au manoir et se glisse avec trop d’aisance dans ses pensées.

Pourquoi a-t-il fallu qu’elle choisisse son ambitieux de frère ? Pourquoi fait-elle partie de cette horrible famille qu’il déteste ? Pour quelle raison a-t-il tant de mal à lui résister ? À moins que cette situation ne soit finalement très utile… pour tout détruire et obtenir enfin sa vengeance.


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Mon avis : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

✍🏻Black Revenge de Angel Arekin

C’est dans le décor magnifique du Bayou en Louisiane, au milieu des champs de cannes à sucre surplombés par la bâtisse coloniale des Duplessies qui pourrait raconter tant d’histoires… qu’Angel Arekin nous offre un sublime récit. Elle nous plonge dans un roman poignant avec des mots justes, des mots qui touchent et des situations qui ne nous laissent pas indemnes. Un roman fort, troublant, sombre, parfois violent, et parfois même, dérangeant.

Lorsque Meri revient chez lui après deux ans d’absences pour l’enterrement de sa grand-mère, c’est avec la rage tapie au fond de son être qu’il va sonner à la porte de Oak Mansion. Après la perte effroyable qu’il a subit avant son départ, revenir dans ces lieux maudits n’arrange pas son mal être. Mais il est bien décidé à ce que ce retour change la donne. Deux ans à ruminer, à garder sa fureur à l’intérieur de lui. Deux ans… Deux ans de colère sourde et de douleurs qui lui broient le coeur et qu’il tente d’anesthésier à coup de bouteilles de rhum… Mais on n’oublie pas. Impossible ! Seule la vengeance pourra assouvir cette colère. Les faire souffrir, tous, mais surtout lui. Son propre frère. Il le haie tellement ! Aucune limite à cette haine. L’affronter, lui faire payer pour pouvoir se retrouver et peut-être… pouvoir avancer. Et lorsque la porte s’ouvre sur Sacha, une magnifique jeune femme, Meri va vite comprendre qu’il va pouvoir faire d’une pierre deux coups. La petite amie de son frère est l’arme parfaite pour sa vengeance. Cela les touchera tous ! Il est prêt. Elle est prévenue. Mais alors, pourquoi va t-elle le laisser se servir d’elle quitte à y perdre son âme ?

« Méri est venu se venger et je suis condamnée. »

Angel Arekin nous emporte dès les premières pages dans une histoire sublime et sombre à la fois, mais qui n’a rien de Dark, je trouve bon de le préciser. Nous sommes dans une vraie romance, même si parfois, cela pique vraiment le coeur, c’est du Angel, ne nous leurrons pas 😉. J’ai été conquise par l’atmosphère qui règne tout au long de notre lecture, mais aussi par le charme du sud et ses plantations de cannes à sucre ainsi que tous les secrets qui y sont enfouis, le tout rythmé par cette tension aux idéologies raciales qui perdurent au delà des siècles, tout comme la condition de la femme et bien d’autres thèmes encore… Et c’est avec les yeux du beau et ténébreux Meri et de la douce Sacha, des héros hauts en couleurs, qu’Angel va nous faire vivre une histoire extraordinaire qui sort des sentiers battus par ces sujets qui touchent et dont on parle peu. Elle nous tisse son intrigue telle une araignée qui tisse sa toile, sachant très bien que dès qu’on s’y frotte, on y est pris au piège. Tout s’enchaine intelligemment avec cette pointe de suspens et ces descriptions qui pourraient même nous faire sentir la moiteur du Bayou et avoir cette sensation d’être plongé littéralement à Oak Mansion. La passion qu’elle décrit dans ce roman en est presque romanesque ! Non pas d’inquiétude, toujours pas de fleurs et de guimauves pour Angel Arekin, mais une attirance entre les deux protagonistes qui est bien palpable au delà des pages. Une attraction impulsive, sensuelle et toute en tensions qui va nous plonger en plein coeur de cette vengeance que Méri ne lâche pas et où la passion, les trahisons et le danger se côtoient dans une même « famille. »

J’ai beaucoup aimé l’évolution des personnages et particulièrement l’ouragan Meri qui va nous remuer les tripes si souvent… nous partageant sa rage, sa douleur, et sa révolte qu’on comprendra si bien et qu’on sera prêt à affronter avec lui. Il est décidé à tout dévasté tant sa vie à lui l’est depuis ce jour tragique. Mais en plein coeur de cette tempête, il y a la belle Sacha… et si il se sert d’elle, il ne manque pas de la pousser. La pousser vers cette liberté qui gronde au plus profond d’elle- même. Il fera tout pour que ce magnifique papillon sorte de sa chrysalide et prenne son envol. Avec lui ? Possible. Ou pas. Meri ne pense pas avoir le droit d’être heureux ou amoureux à nouveau. Mais lorsque l’amour frappe à la porte, ou plutôt ouvre la porte, il suffit parfois que l’un des deux y croit, qu’un seul lutte pour les deux, pour que les choses changent… Chacun d’entre eux devra affronter ses propres démons et se trouver pour pouvoir avancer. Aucun avenir n’est certain, et encore moins leur amour… si puissant soit-il. Il peut les réunir tout comme les détruire encore plus. Les doutes et le manque de confiance de Sacha malgré sa force apporte dans la balance de cette relation une instabilité qui va beaucoup nous faire douter, nous aussi, mais qui va nous emporter dans des montagnes russes d’émotions extraordinaires.

La plume d’Angel Arekin est toujours aussi aérienne, sensible, torturée et bien imagée. Elle nous fait voyager avec cette touche de savoir et de culture qui va bien avec le contexte et l’univers dans lequel le roman évolue, tout en apportant cette rage au plus profond de nous-même, je dois dire que j’ai vraiment adoré ça ! Particulièrement le côté psychologique de la seconde partie qui apporte au roman une dimension nouvelle et boucle la boucle d’un passé qu’on n’oubliera jamais…. Tout comme tous les rebondissements qu’on ne veut pas voir venir et qui font de Black Revenge, avec sa thématique, un récit fort !

Un grand merci à Black Ink Editions pour m’avoir permis de découvrir cette magnifique pépite. 🥰🥰🥰


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Extrait : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

J’allume une clope face aux lumières de la ville. Enfoncé dans mon siège de bagnole, j’observe les immeubles, les bâtiments carrés, les lampadaires qui crachotent sur le vieux bitume fumant encore de chaleur. Un vent tiède, humide, s’engouffre dans l’habitacle par les vitres ouvertes. Coude en appui dessus, cigarette entre deux doigts, je ne peux retenir mon sourire de monter à mon visage. Sournois, sûrement un peu taré. Dans ma tête, une vision effroyable se greffe, accroît mon rictus en écho, comme une extension. Un poids qui aurait tiré mes commissures vers le bas pour le transformer en un fil métallique paré à découper. Mon sourire n’a rien de gai. Il est froid, à mon image. Du moins, mes intentions le sont. Je ne suis pas ici en vacances. Pas plus que pour poursuivre mes études. Je ne suis pas venu pour m’amuser, même si j’ai bien l’intention d’y trouver mon compte. Après tout, la définition de l’amusement varie d’une personne à l’autre. Pour certains, c’est juste s’envoyer en l’air avec la première gonzesse qu’on a levée dans un bar, pour d’autres, c’est assassiner les gens dans un drugstore au nom d’une idéologie ridicule. Chacun sa notion de plaisir.

Pour moi, il est là. Dans cette ville. Plus précisément, dans l’une de ces élégantes maisons à pignons qui vomissent leur lumière. À l’intérieur, mon objectif. Qui ? Mon frère aîné. Pourquoi je suis là ? Pour le faire souffrir. Lui et sa bande de potes dégénérés, surtout l’un d’entre eux, le pire d’entre eux. Sans une once de culpabilité, encore moins de remords. Je m’apprête à tourmenter Aylan comme jamais, jusqu’à ce qu’il touche la folie du bout des doigts, puis à pleines mains, qu’il en soit rongé, qu’il pose un canon sur sa putain de tempe et s’explose la cervelle. Je suis l’orage, je compte ravager sa baraque, sa vie, son cœur. J’ignore juste encore comment, mais ça viendra au moment opportun. Je n’ai aucun doute là-dessus.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s