L’avis de Carine sur le dernier épisode de The Boy Next Room de Emma Green !


413GZF7TAJL._SY346_
Titre : The Boy Next Room 4/4
Auteur : Emma Green
Genre : Romance young Adult
Editions : Addictives
Ebook : 4.99 €
Résumé : Hériter de quatre demi-frères d’un coup, c’est trop, beaucoup trop pour Céleste, éternelle solitaire, qui n’a jamais trouvé sa place nulle part. Envoyée chez son père biologique qu’elle connaît à peine, dans une immense réserve animalière au sud de l’Australie, elle perd tous ses repères. Surtout quand l’un des frères Farrow l’attire, la désarme et fait naître en elle des sentiments inavouables.
River est fascinant. River est en guerre contre la terre entière. River n’est pas pour elle. Mais River est juste dans la chambre d’à côté…
Et les choses se compliquent vite quand on accepte enfin de ne plus faire chemin seule
Mon avis écrit par #Carine :

Un dernier tome qui perd en intensité et profondeur par rapport aux volumes précédents mais qui reste toujours addictif.

Céleste risque l’expulsion du territoire. Son retour à Paris pourrait être la pire des cases départ… Casser le nez du fils d’un juge n’était certes pas très malin après réflexion et garder le secret de River est de plus en plus difficile pour elle…

Nos protagonistes sont en permanence sur le fil du rasoir et mériteraient tout de même un peu de paix et pouvoir vivre leur amour au grand jour. Et pourtant, une fois de plus les évènements négatifs vont s’enchainer en nous offrant un lot de rebondissements qui permettent de garder une certaine addiction au récit.

Si River va retrouver un peu d’apaisement dans ce dernier volume en affrontant ses démons, ce ne sera pas le cas de Céleste et encore moins les membres de leurs deux familles réunies. Ils sont tout aussi perdus qu’eux finalement. Ils ne savent pas comment gérer, et comme tout adulte dans la confusion, ils occultent ce qui les dérange ou en font un interdit…. Jusqu’à ce que nos amoureux se montrent plus matures que ce qu’ils ne pouvaient penser…

Cette histoire va les faire grandir, ils ne comptent pas baisser les bras. Cette passion qui les consume, indéniablement palpable au travers des mots, est toujours aussi forte et crépite d’une telle puissance qu’on ne peut pas lâcher le récit un seul instant. Ce désir qui les pousse l’un vers l’autre est le carburant de ce roman….
La plume des Emma Green nous emporte et nous transporte une fois de plus dans une romance qui va nous faire tourner en bourrique et nous apporter notre lot d’émotions. Avec The Boy Next Room, elles ne vont pas déroger à la règle de nous faire don d’une magnifique histoire d’amour interdite et pleine d’émotions qui reste malgré tout très originale alors que le sujet à été traité déjà plusieurs fois. Mais ce n’est pas le seul thème de société que nous allons retrouver lors de notre lecture. Ils ont tous une importance bien précise sur la conduite de nos protagonistes et font ce qu’ils sont.
Je dois aussi vous dire que je ne suis pas seulement amoureuse de River, je le suis de toute cette famille que j’ai trouvée vraiment plus que géniale. Mais aussi fan de l’environnement dans lequel ils évoluent et qui est décrit d’un tel réalisme qu’on ne peut que se plonger, se noyer dans leur quotidien.

Un dernier volume addictif malgré la perte de l’intensité à laquelle je me suis habituée dans les autres épisodes. Il faut avouer que les cliffhangers qui ont clôturé chaque épisode ont assez éprouvé notre self-contrôle !

J’ai tout de même trouvé le dénouement un peu trop simple, léger et parfois même incohérent sur certains points… C’est un peu dommage car j’avais beaucoup d’attente les concernant. Néanmoins, il montre du doigt que ce n’est pas toujours évident d’avoir gain de cause et que même si tout ne se règle pas, en parler est déjà le premier pas d’un combat. Comme par exemple, le harcèlement scolaire, ce fléau qui n’épargne personne et qui est inclus dans le récit sous deux formes bien distinctes vécu par l’héroïne de chaque côté du globe.

J’ai passé un très bon moment de lecture avec The Boy Next Room. C’est toujours un plaisir de découvrir une nouvelle histoire des Emma Green. Et si cela n’est pas la meilleure d’entre elles, elle reste tout de même une belle découverte qu’il me tarde de relire d’un seul coup pour l’apprécier d’une autre façon.

Une énorme merci aux éditions Addictives pour leur confiance.

L’avis de Carine sur Une plume dans le desert de Aryabella Connors chez Lips & Co


 

41gdLM3ZlYL._SY346_

Titre : Une plume dans le désert

Auteur : Aryabella Connors

Genre : Romance

Editions : Lips & Co

Collection : Lips & Roll

Ebook : Lien d’achat

Broché :

Résumé« Il me regarde, se penche. Mon souffle s’accélère, mon corps fourmille d’impatience. Je ne peux pas… Il se rapproche encore plus près, me sourit et embrasse ma joue lentement pendant que je regarde fixement devant moi… »

Quand sa sœur et sa meilleure amie s’engagent comme infirmières dans l’armée, Maxynne n’hésite pas une seule seconde à signer pour partir avec elles. Quitte à laisser au pays son fiancé Brooster, à qui elle est promise depuis toujours…

Propulsée du jour au lendemain dans le désert infernal de Libye, elle va devoir se montrer plus forte que jamais pour affronter les horreurs de la guerre et la rigidité militaire. Comme si cela ne suffisait pas, elle doit résister au charme du lieutenant Huppers, qui semble bien décidé à se rapprocher d’elle…

Maxynne parviendra-t-elle à se faire une place au milieu de ces soldats surentraînés ? Va-t-elle succomber à la passion qui vient bouleverser toutes ses certitudes, ou choisira-t-elle de respecter la promesse qu’elle a faite à Brooster ?

Mon avis :

Une pépite livresque à ne pas manquer. J’attends généralement que tous les tomes soient sortis avant de me prononcer. Mais là, je ne peux pas attendre ! Ce roman nous emporte dans un univers qui change un peu de nos habitudes livresques et dans lequel les personnages évoluent en nous faisant vivre des moments forts et intenses, en plein coeur du désert Libyen…

C’est avec une boule au ventre que Maxynne commence une nouvelle phase de sa vie. Aujourd’hui, elle s’envole avec sa sœur et leur meilleure amie Charlotte, en tant qu’infirmière dans l’armée des Etats Unis pour une mission de six mois. Ce n’était pas son choix de base, mais elle se refusait à les laisser partir seules. Du jour au lendemain, elle se retrouve propulsée dans un enfer sans nom …

Cela va la changer de la réserve de La Pantha où, Brooster son fiancé, l’attend le temps de sa mission en Libye tout en préparant leur mariage. Sa relation avec son indien n’est pas de celle qu’on peut lire dans les livres, mais il est gentil et attentionné avec elle. Même si sa vie sera simple et paisible à ses côtés, l’idée du mariage reste tout de même assez terrifiante pour elle. Cependant, elle reste persuadée que lorsqu’elle reposera le pied sur le sol américain, toute cette tension sera envolée. Mais sera-t-elle encore la même ?

Maxynne va devoir se montrer plus forte qu’elle ne l’est déjà pour arriver à affronter les horreurs que la guerre engendre et toute cette peur et cette douleur qui en résulte. Elle devra aussi se plier aux exigences militaires et à la rigidité de l’armée pour sa sécurité mais aussi celle de ceux qui l’accompagnent. Ce n’est pas son monde, elle va devoir faire ses preuves pour gagner sa place auprès des hommes y compris repousser ses limites. Mais sa force de caractère lui permettra de s’adapter, et d’encaisser plus vites que ses douces pour lesquelles ce sera plus compliqué. Les liens d’amitié que les trois infirmières vont tisser avec certains soldats, leur apporteront aussi du réconfort qui leur permettra de souffler, se sentir à nouveau « normales » et éviter de cogiter. Comme aussi apprécier un magnifique couché de soleil sur les dunes que Maxynne aime tant admirer tout en fredonnant…

Des amitiés qui se transformeront en d’autres sentiments, car ils ont tous ce besoin de trouver la paix, la gaieté et l’espoir. De la douceur pour faire front devant ce cauchemar . Trouver leur oasis, leur refuge dans lequel ils occulteraient le reste et savoureraient des moments simples de la vie.

Mais pour Maxynne une fois de plus, ce sera un autre combat. Le Lieutenant Huppers  ne lui cachera pas son attirance, et si ce qu’elle ressent lui est inconnu, ne pas le maîtriser la met en colère car elle sait qu’elle ne peut se laisser aller à ressentir quoi que ce soit. Brooster l’attend à La Pantha… Elle lui a fait une promesse et elle se doit de la tenir… Pour lui, pour son peuple, pour sa mère… mais y parviendra-t-elle ? Doit-elle faire passer une nouvelle fois le bonheur des autres avant le sien ? choisira-t-elle de vire enfin sa propre vie et ses propres expériences ou choisira-t-elle sa Destinée ?

Avec Une plume dans le désert, Aryabella Connors, nous offre une romance bouleversante et très addictive dans laquelle nous plongeons sans préavis aux côtés de nos protagonistes pour vivre avec eux leur aventure et en ressentir chaque émotion. Une fois avec eux, il est impossible de les lâcher. L’auteur nous fait découvrir de nouveaux horizons et a fait naître une histoire magnifique et forte, en plein chaos. Au travers de l’histoire de Maxynne, cette infirmière pleine de compassion, de volonté et d’une force de caractère extraordinaire, mais aussi au travers de celle de Big Love et de tous les personnages que nous allons rencontrer lors de notre lecture. L’auteur nous emporte dans un récit dont on ne peut pas ressortir. C’est intriguant, palpitant, remuant… C’est à la fois dur et plein d’espoir… Nous évoluons dans un univers que nous ne soupçonnons pas, que nous ne connaissons pas. Et Aryabella nous décrit le tout avec une précision déconcertante. On ne lit pas l’histoire , on la vit ! On la ressent, jusqu’à « voir » chaque description des paysages, chaque scène. On suffoque sous la chaleur du soleil mais aussi celle des bombes. Essuyer chaque larme qui coule… et fredonner ensemble chaque chanson… Ce roman est une immersion complète dans une base militaire mais aussi une découverte des coutumes des autochtones et de leur cause.

Nos protagonistes sont tous attachants, autant les principaux que les secondaires. Tous ont leurs places et leurs importances dans le récit. On les voit évoluer et briser leurs carapaces comme Maxynne, dont le regard a changé sur la vie suite aux scènes qu’elle a vécues sur le théâtre de l’horreur où rien n’est écrit ni défini à l’avance.

Une nouvelle vie dans laquelle elle va décupler les émotions et éprouver des sentiments qui ne lui ressemblent pas comme la confusion, la haine, la colère ou encore la honte. Mais aussi l’amour… Celui de ces femmes qui n’ont rien et qui lui apportent tant… Celui de son métier, de ses pairs et surtout celui du Lieutenant pour lequel elle préférerait ne rien ressentir… Un lieutenant qui cache qui il est vraiment et qu’il me tarde de découvrir plus en profondeur.

Un roman à ne manquer sous aucun prétexte ! Au garde à vous mes étoiles ! Votre lieutenant Carine vous donne l’ordre de foncez lire cette merveille. Sortez de votre zone de confort et des sentiers battus et savourez l’histoire de Maxynne et de tous ceux qui l’accompagnent dans ce désert Libyen…

Un grand merci aux Editions Lips and Co pour m’avoir permis de découvrir cette pépite livresque dans le cadre de notre service presse dans sa version brochée. Un grand merci à Aryabella pour cette belle aventure dont hâte d’en lire la suite.

55837908_1207433362757676_3593811913538011136_n

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

L’avis de Carine sur Les Recettes de Charlie par Cora Lee chez Lips & Co


51Oeg8x8NtL
Titre : Les Recettes de Charlie
Auteur : Cora Lee
Genre : Romance
Editions : Lips & Co
Collection : Lips & Roll
Ebook : 5.99 €
Broché : 16.90€
Résumé :

« Notre relation doit rester strictement professionnelle, car sinon je risquerais de brûler mes petites ailes qui viennent à peine de se déployer. »
Il y a quelques années, Charlie avait deux rêves : la pâtisserie, et Max. Quand l’un disparaît du jour au lendemain, il vaut mieux reporter tous ses espoirs sur l’autre… Et la jeune femme l’a bien compris. Aujourd’hui, c’est à New York qu’elle veut s’implanter.
Malheureusement pour cette talentueuse pâtissière, les choses se corsent lorsqu’elle doit obtenir un prêt, car le patron de la banque semble être une caricature de tout ce qu’elle déteste.

Mais tout le monde le sait, les apparences sont souvent trompeuses… Qui est réellement ce Tiger ? Dans le fond, de quoi peut bien avoir envie un homme à qui tout réussit ?
Mon avis :

Dans l’amour comme dans la pâtisserie, tout n’est pas qu’une question que de bon dosage, mais avant tout,  d’une passion qui vous permettra de trouver les ingrédients qui feront

frétiller vos papilles et vos coeurs…

Charlie quitte Paris pour ouvrir sa boutique de Cupcakes dans la grande pomme. À à peine 24 ans, elle est la reine de la pâtisserie et c’est avec un projet très ambitieux qu’elle fait ses valises. Le départ n’est pas facile, car quitter sa meilleure amie, Christine, est une déchirure. Leur dispute de la veille à été plus que violente car Christine ne croit pas un seul instant que Charlie puisse se débrouiller sans elle à des milliers de kilomètres. Et cette dernière a tout fait pour la dissuader de mener son projet à terme.

Mais Charlie est déterminée. Après avoir perdu l’amour de sa vie du jour au lendemain, elle s’est entièrement consacrée à sa passion de la pâtisserie et excelle à ce jour dans son domaine. Son nom commence à être très connu, tout comme sa spécialité : le Maximilien

En arrivant à NY, cette pauvre Charlie va vite comprendre que son amie avait peut être raison, car dès les premières minutes de son rendez-vous avec le banquier supposé lui octroyer son prêt, tout va aller de travers.

Charlie va se retrouver face à l’homme le plus improbable qu’il puisse exister. Un homme infecte et pervers au premier abord qui va mettre Charlie dans une colère noire. Il est tout ce qu’elle déteste et il va dépasser tellement les bornes, qu’elle ne pourra que faire demi-tour. Tans pis pour son prêt, tans pis pour ses rêves, il est hors de question de traiter avec un homme pareil.

Tiger East : un homme riche et Patron de banque dont en sa seule personne, se réunissent tous les connards de la terre. Irrespectueux, arrogant, pervers, imbus de lui même mais un homme d’affaire avisé et milliardaire de surcroit.

Que va faire Charlie ? Acceptera t-elle ses conditions pour que son projet aboutisse ? Serait-elle prête à dire adieu au deuxième rêve de sa vie ? Ou va t-elle vendre son âme au diable ?

Mais qui est Tiger East ? Cet homme à qui tout réussit mais qui semble ne pas aimer grandes choses ? Ni même personne…

« Le sucre ne sert à rien quand c’est le sel qui manque  » Et pourtant, parfois, l’alliance des deux peut faire des merveilles…

Cora Lee nous met l’eau à la bouche avec Les Recettes de Charlie dont on ne veut faire qu’une seule bouchée en voyant la couverture du roman. Cependant, j’ai eu un peu de mal au début, et j’ai vraiment eu peur que la chantilly ne monte pas.

Un début un peu déroutant avec dans un premier abord, le personnage de Charlie qui quitte tout pour se lancer seule à NY, mais qui a l’air de ne pas pouvoir prendre une décision sans son amie à ses côtés. Un paradoxe pour quelqu’un qui se lance dans une aventure pareille. Puis notre second protagoniste, Monsieur East… Une caricature très spéciale du parfait connard et qui ne nous donne pas envie d’aimer le détester ! Non, j’ai même eu du mal à accrocher car je ne le supportait pas du tout. Mais je me suis dit que l’auteur ne pouvait pas nous donner un personnage aussi caricatural et aussi imbu de lui même sans raison. Des bribes nous interpellent entre les lignes, et là, on ne lit plus de la même façon. Il devient alors intriguant et on cherche tout à coup, à percer le mystère. Ce Monsieur East est certes bizarre, mais c’est aussi un homme d’affaires qui s’est construit par lui-même, et cela ne correspond pas du tout avec ce que l’auteur nous propose en début de lecture. Tout comme le fait que Charlie est tout de même attirée par lui malgré tous les mots déplacés qu’il a pu avoir à son encontre, et que son traitre de corps refuse d’écouter sa raison. Quelque chose se passe…. c’est indéniable mais la question est pourquoi ?

Tout ce que je sais en début de lecture c’est que ce mec est tordu… et finalement…. J’ADORE !

Percer son armure et le découvrir m’ont valu une nuit blanche. Impossible alors de poser mon livre. Je voulais savoir à tout prix. Je voulais comprendre comment l’auteur allait arriver au bout de l’intrigue et comment tout cela allait tenir la route. Car si le début m’a déroutée, la suite m’a plus que conquise.

D’autant plus que l’auteur fait le pari fou d’inverser les rôles dans sa trame. Pour une fois, c’est l’homme qui aura besoin de la femme pour se reconstruire. C’est lui qui cache des secrets lourds, trop lourds à porter seul et qui ont laissé des séquelles qui font de lui ce personnage qui souhaite être aux yeux de tous. Un homme sans cœur qui ne fait confiance à personne et qui ne veut pas qu’on s’approche trop près de son âme tout en cherchant une vengeance qui ne le soulage pas…. Charlie apportera la douceur et ce petit côté sucré qui donne cette touche rafraîchissante et très gourmande au récit qui devient de plus en plus sombre… De sucré, il passe à acidulé, puis la crème tourne et nous laisse un goût amer… La reine de la pâtisserie arrivera t-elle a rattraper tout cela ?

Une plume qui pourrait dérouter comme je le disais, car elle provoque un certain vertige dans le rythme dont il faut comprendre les ruptures. Mais c’est en fait subtil lorsqu’on comprend la trame qui se voulait très légère au départ et qui nous emporte tout doucement vers un autre univers qui nous est livré parcimonieusement. Le rythme varie tout simplement en fonction de l’importance et des moments que vivent nos protagonistes. La reconstruction est sur un rythme justement plus lent et même si cela m’a dérangée, car je n’avais plus cette adrénaline qui m’empêchait de poser ma lecture, elle en est pas moins importante. Elle boucle la boucle d’une romance qui se voulait au dessus du côté sombre, mais on ne peut pas y accéder du jour au lendemain. Alors oui cela perd en intensité, mais cela reste réel à la situation. Et les émotions sont là pour nous aider à les accompagner jusqu’au bout, malgré quelques longueurs et des clichés que j’ai trop vu venir, mais qui raviront les romantiques dans l’âme. Mais si ces passages fleurent bon le conte de fée, d’autres sont à vous glacer le sang et vous horrifier… Puis d’autres vous feront rire… C’est tout le paradoxe de ce roman.

Une trame bien ficelée qui gagne en intensité à mesure que les éléments s’assemblent et surtout un personnage principal pour lequel on hésite longtemps entre le pathétisme de sa caricature et l’attachement qu’on va ensuite lui porter. Une héroïne qui gagne en confiance malgré qu’elle est toujours autant besoin de « sa Christine », même si j’ai fini par m’y attacher aussi. Cette fille est finalement une perle, la cerise sur les cupcakes de Charlie dont la recette est une tuerie ! Oui je plaide coupable ! Trois journées de cupcake après ma lecture et par n’importe lesquels…. Des Maximiliens s’il vous plait 😉

Un grand merci aux éditions Lips & Co pour m’avoir permis de découvrir cette belle lecture en service presse dans sa version en broché. J’ai beaucoup aimé la façon dont les chapitres sont nommés et les petits dessins qui donnent très envie de croquer dedans.54214969_306315913366983_3963013461285273600_n.jpg

L’avis de Carine sur Cobra’s Hell de Noémie H- Rennesson


51H+-+ALDrL.jpg

Titre : Cobra’s Hell
Auteur : Noémie H-Rennesson
Genre : Dark Romance
Editions : Lips & Co
Collection : Somber Lips
Ebook : 5.99€
Broché :
Résumé : Si Jude avait su qu’une bande de motards allait radicalement bouleverser son existence, elle ne les aurait sûrement jamais laissés entrer dans son bar ce soir-là…
Traînée de force dans le monde machiste et violent des clubs de bikers, elle va devoir compter sur son courage et sa force de caractère pour survivre.
Au beau milieu de cette guerre des clans, il se pourrait qu’elle trouve en Liam, ce bad boy dangereux mais protecteur, un allié inattendu et diaboliquement attirant…
Jude parviendra-t-elle à échapper à ceux qui la poursuivent ? Finira-t-elle par savoir ce que Liam cherche réellement ?

Mon avis :

Jude est serveuse au Gun’s Bar dans une petite ville du Kansas. Un petit bar sans prétention et complètement paumé près des bois. Max, son patron est très paternaliste avec elle, ils s’adorent et travaillent dans une bonne entente même si les clients ne se bousculent pas. Mais un soir, le ronron d’un moteur va venir perturber cette atmosphère calme et paisible du Gun’s. Quatre hommes habillés de vestes en cuir apparaissent à l’entrée et Jude reconnait immédiatement qu’ils appartiennent à un Club de Bikers. C’est avec la boule au ventre qu’elle va prendre leur commande, pas très rassurée pour deux sous. Il est bien connu que ces hommes là sont une source d’embrouilles à eux seul. Ils ont leurs règles et il vaut mieux éviter de les briser, même si on ne fait pas partie de leur bande, au risque d’engendrer de gros problèmes.

Mais Jude n’a pas la langue dans sa poche et ne compte pas se plier à leurs exigences, enfin si… mais à sa façon… Ils ont cherché les premiers, et elle va leur montrer de quoi elle est capable. Elle sait bien qu’elle n’aurait pas dû attiser leur colère, mais c’est Jude, elle est comme elle est et , c’est plus fort qu’elle. Ce qui va malheureusement vite déplaire aux deux prospects irrespectueux et violents qui n’ont pas l’air de faire la différence entre leur brebis et la serveuse. Mais Liam, le vice Président ne les laissera pas faire…

Liam, qui prendra bientôt la place de Félix, son président, va enfreindre leur loi pour s’interposer et épargner la belle serveuse. Son Club de Biker est sa famille, il n’aurait pas dû intervenir pour une femme qui n’en fait pas partie. Mais un besoin incontrôlable de protéger cet ange blond s’empare de lui. Il casse les codes mais ne déviera surtout pas de son objectif d’être le Pre’s dans quelques mois. Il devra concilier les deux à savoir, sa protection à elle, mais aussi celle des membres de son club qui ne voient pas d’un bon œil que Jude s’immisce à travers les règles instaurées. Elle va se retrouver au milieu d’une guerre des clans, sans en faire partie de aucun…

Avec Cobra’s Hell, Noémie H-Rennesson nous immerge dans l’ univers sombre des Bikers et leur milieu macho dans lequel Jude va apporter une touche rafraichissante qui ne manque pas d’humour ni d’émotions.

Je ne qualifierais pas le roman de Dark romance cependant, mais il n’en reste pas moins une belle lecture.

J’ai parcouru les pages sans pouvoir m’arrêter, car l’auteur nous emporte mot par mot dans cette romance qui se veut douce de part sa plume malgré le thème. Elle n’a pas inclus l’amour dans l’univers Dark, mais plutôt le contraire, tout en conservant une ambiance menaçante.

Deux protagonistes à l’opposé l’un de l’autre qui n’auraient jamais dû se rencontrer ou lier une quelconque amitié vont se retrouver à s’entraider mutuellement sans vraiment comprendre ce que l’un attend de l’autre. Mais que veut-il d’elle ? Qu’attend t-il réellement ? Elle sait qu’elle est en danger et qu’il rôde pour la protéger, mais elle sait aussi que selon leurs lois, Liam ne devrait pas être là. Elle n’est pas une de leurs régulières ni une brebis. Elle ne fait pas partie de leur famille… Et plus que tout, elle n’est pas faible et pense très bien s’en sortir seule. Malgré tout, il est là à chaque fois, et elle va devoir apprendre à lui faire confiance… Liam, ce biker sexy arrogant et impulsif qui ne baisse les yeux devant personne sauf pour admirer Jude et parcourir ses formes qui le font rêver comme aucune brebis ne la jamais fait…

Derrière ses airs de mauvais garçon, il va nous dévoiler une sensibilité qu’il cache profondément aux yeux de tous et même des nôtres. C’est par ses actes et ses pensées qu’on le découvre petit à petit et qu’on en devient accro. Tout comme Jude qui à beau n’attendre rien de lui, mis à part qu’il la laisse en paix,  ne peut se détacher dès qu’il s’approche d’elle…

La plume de l’auteur est très fluide et donne une addiction au récit qui nous permet une immersion complète. J’aurais aimé qu’elle aille un peu plus loin et plus en profondeur sur le côté Dark, car la chute se déroule un peu trop rapidement après toute l’attente que nous en avions.  Mais tout au long de notre lecture, le plaisir est là. Dans la découverte de nos protagonistes qui va se faire en douceur et dans le temps. On apprend à les connaitre, à les comprendre. On s’y attache tellement rapidement et d’une façon si naturelle que cela en est déconcertant. Ils m’ont touchée et émue à plusieurs reprise avec leur courage et surtout, leurs failles. Et puis les rebondissements nombreux, même si ils ne sont pas approfondis comme nous l’espérions, nous captivent et nous apportent cette touche d’adrénaline à des moments opportuns du récit.

Une lecture dynamique, sensuelle et captivante qui nous glisse tout doucement vers des sentiments doux et forts à la fois. Une lecture sexy dans laquelle rôde le danger et nous livre son lot de secret et surtout, d’émotions naturelles.

Un grand merci à Lips & Co pour m’avoir permis de découvrir cette belle lecture en service presse Broché dont la cover est magnifique !

54278072_401934053693780_4931254967051747328_n

L’avis de Carine sur California Love de Jaelyn Foster


51oxEFqR8IL

Titre : California Love
Auteur : Jaelyn Foster
Editions : Lips & Co
Collection : Gourmandises
Genre : Romance
Ebook : 2.99€
Broché : 9.50 €
Résumé :

« Je me demande ce qu’il me veut, mais surtout, je n’ose imaginer la réaction de mon frère s’il nous voit encore fourrés ensemble. »
Lorsque Lorena revient dans sa Californie natale après ses études, elle y retrouve non seulement sa chambre d’ado, sa mère et son frère, mais aussi les amis de ce dernier. Et quels amis… Shawn était déjà mignon avant, mais là, il est carrément canon !
Quand Lorena apprend qu’il est acteur à Hollywood, elle comprend qu’elle devra se faire une place parmi ses jolies collègues et ses groupies envahissantes.

Shawn parviendra-t-il à gagner la confiance de la jeune femme ? Face à l’instinct surprotecteur de son frère, Lorena écoutera-t-elle son cœur ?
Mon avis :

Adieu la vie d’étudiante ! Bonjour le retour chez maman !

A 21 ans, Lorena est assez loin de ce qu’elle avait pu imaginer pour le début de sa vie active. Ce n’est pas tant le poste d’animatrice dans une résidence de personnes âgés qu’elle vient d’obtenir qui la dérange car elle l’adore, mais plus de devoir réinvestir sa chambre d’adolescente dans sa ville natale de Bakersfield en Californie. Vivre chez maman ne dérange en aucun cas son Frère Daren pour lequel y rester est plus un choix de vie. Son sanctuaire dans la cave aménagée lui permet de recevoir ses potes en tout tranquillité et hors de question pour Lorena d’y mettre un seul pied. Daren est très protecteur et refuse qu’elle s’approche de ses potes et tout particulièrement, de Shawn… Ha… Shawn, son béguin d’adolescente. Il était vraiment craquant et elle ne manquait jamais de coller aux basques de son frères pour avoir la chance d’être près de lui. Mais voilà, elle a bien grandi depuis, et lui…. de craquant, il est passé à… vraiment canon ! Un acteur canon de surcroit. Shawn est une star montante à Hollywood mais s’il aime son métier, il n’aime pas en parler et préfère rester lui même avec les gens qu’il apprécie. Et il semble plus qu’apprécier la compagnie de Lorena qui semble très bien le comprendre…

Mais cette dernière arrivera- t-elle a se faire une place auprès de lui sachant que dans ce milieu elle devra le partager entre actrices et groupies ? Et comment y parvenir lorsque son frère hyper protecteur fait tout pour ne pas qu’ils se croisent ?

Une Gourmandise qui porte bien son nom et qui m’a laissé en bouche un goût de glace à la vanille et aux cookies délicieux. Avec California Love, Jaelyn Foster nous offre une parenthèse de lecture douce et gourmande à la fois. Je suis habituellement toujours frustrée avec la Collection Gourmandise de lips & Co car je n’ai jamais assez à lire, j’en veux toujours plus. Mais en droguée de lecture, je m’y replonge à chaque fois entre deux romans lorsque j’ai besoin de m’évader dans une romance sans prise de tête. J’aime les pavés et ce sont des nouvelles que nous retrouvons dans cette collection. Mais là, je dois dire que tout y est et très bien dosé. En si peu de pages, elle a réussi a nous mixer plusieurs sujets que j’ai pris plaisir à découvrir sous sa plume fluide qui nous emporte d’un bout à l’autre sans nous en rendre compte dans un très bon rythme.

Avec California Love, on se plonge dans une romance écrite en toute simplicité mais qui ne manque en aucun cas de profondeur. Ses personnages sont très attachants et malgré le fait que ce soit une histoire courte, nous arrivons facilement à nous imprégner des émotions et de l’univers dans lequel ils évoluent.

Une gourmandise à croquer sans modération accompagnée d’une bonne glace à la vanille et aux cookies.

Un grand merci aux Editions Lips and Co pour m’avoir permis de découvrir cette belle gourmandise dans sa version broché dans le cadre de notre partenariat.53532430_764596433919080_1461059814384730112_n


L’avis de Carine sur l’intégrale de Black Swans, un roman de Twiny-B


 


 

41OS9JoQcLL._SX307_BO1,204,203,200_Titre : Black Swans

Titre intégral broché

Saison 1 et 2 en Ebook

Auteur : Twiny-B

Editions : Nisha et caetera

Ebook : 4.99 €

Broché : 14.90

Résumé : Shane Allen a perdu l’amour de sa vie qui portait leur enfant dans un accident de voiture.
Depuis ce jour, il a le sentiment d’être mort avec eux. Il commence à boire, beaucoup, trop même et se sert des femmes comme d’un exutoire dans lequel il se perd.
Il n’arrive pas à avancer à cause de Blake qui envahit chacun de ses rêves.
Au même moment, loin de la, Cheyenne Rice est fiancée à l’amour de sa vie.
Militaire, Hunt est déployé lors d’une mission. Elle l’attend à la base tout en prenant soin de leur enfant à venir.
Un ami officier vient chez elle, lui annoncer une tragique nouvelle.
N’étant pas mariée, elle doit quitter la base, mais ne sait pas où aller : sa famille l’a rejeté lorsqu’elle a choisit d’aimer un visage pâle et sa belle famille ne l’a jamais accepté.

Mon avis : 

Un final explosif d’émotions en tout genre… Twiny-B m’a fait vibrer au delà des étoiles avec ce dernier tome qui clôture la saga.. ou pas… il parait qu’il ne faut jamais dire jamais non ?

Nous l’attendions depuis le premier tome… Nous la voulions son histoire et nous y voilà enfin. Shane nous a déchiré le cœur à plusieurs reprises. Témoin, tome après tome de sa déchéance mais surtout, de sa souffrance. Avec Black Swans, Twiny-B nous ouvre enfin le cœur et l’âme de notre tatoueur torturé préféré, et elle le fait avec brio.

Nous connaissons tous l’histoire de Shane et la disparition tragique de son épi de blé, emportant avec elle le fruit de leur amour… Blake a eu un accident mortel le jour de leurs fiançailles et depuis, Shane a mis son âme et son cœur en stand by, comme si lui aussi avait péri avec eux… . Après des années de déchéances, d’alcools et de baises à gogo, il a fini par écouter sa famille de cœur de faire une cure de désintoxication. Ecouter est un bien grand mot, on dira plutôt qu’il a été mis au pied du mur pour ne pas perdre ses parts dans le Club et surtout, pour pouvoir faire partie de la vie de son petit soleil… La seule lumière qui perce ses ténèbres, sa filleule Kaleb, fille de la sœur jumelle de son grand amour. Sa petite princesse ne fait que trois pommes et le mène cependant par le bout du nez. Jusqu’à ce jour, où à la recherche des fées des bois, elle le mettra sur le chemin de Cheyenne…

Cheyenne… son cœur s’est éteint en même temps que celui de son amour perdu pour lequel elle avait tout quitté. Depuis tout s’est enchaîné et l’effet boule de neige l’a menée à sa perte… Tant de drame, tant de souffrance et de désespoir… Est-ce pour avoir osé aimer un visage pâle que son dieu la punit ? Pourquoi ne peut-elle pas éprouver des sentiments pour un homme qui ne partage pas sa culture sans pour autant être jugée par les gens et rejetée par sa famille ? Mais Ché, contrairement à Shane, ne peut pas baisser les bras. Elle a fait une promesse qu’elle se doit de tenir…  Le seul espoir qui lui reste, est sa tante Mona, et là encore … c’est loin d’être gagné … Mais prier les Wakan Tanka lui donne chaque jour la force et l’espoir d’arriver à atteindre son objectif… son précieux, son cadeau de la vie dont elle est privée depuis tant de temps…

Deux âmes perdu, brisée que le destin va réunir. Deux personnes à l’opposé l’un de l’autre mais qui sont uni par un lien invisible qui les tire l’un vers l’autre. Deux cygnes noirs écorchés par la vie mais pas moins majestueux que les blancs, bien au contraires

Un récit captivant qui nous ouvre le cœur et l’âme de ne nos deux protagonistes en nous emportant dans un tourbillon d’émotions intenses, d’évènements et de mystère. C’est une histoire vraiment magnifique écrite avec beaucoup de profondeur.

Lorsque le destin nous prive de l’amour de notre vie, chacun y survit à sa manière. Le subit plutôt à sa manière, ce mot serait plus approprié. Certains, comme Shane, tombent dans la déchéance et essaie d’oublier sans jamais y arriver,  en désirant l’avenir d’un passé qui n’existe plus. Puis d’autres, comme Cheyenne, doivent se battre un peu plus chaque jour en affrontant en plus de sa peine, le mépris des autres, des siens… Cheyenne à la peau foncée, et ses formes plus que généreuse qui l’encombrent font écran aux yeux des autres…  Elle n’a pas la plastique de rêve certes, mais son cœur est d’une beauté imparable… Si Shane a la chance d’être entourée, c’est loin d’être son cas et c’est seule qu’elle affronte un jour après l’autre, en faisant tout son possible pour arriver à son but.

Twiny-B aborde une fois de plus la perte d’un être cher et la reconstruction qui va s’en suivre. Lorsqu’on aime quelqu’un, il est difficile de le laisser partir. Un jour il est notre tout, puis en un simple battement de cils, il nous reste,  le néant…  et les souvenirs douloureux qu’on fait revivre encore et encore… Il faut du temps avant d’accepter,  puis encore du temps pour ne pas se sentir coupable d’être vivant et de retrouver le bonheur. Shane était enfermé dans cette culpabilité et se refusait d’être à nouveau heureux. Mais peut être que son épi de blé veille sur lui de la haut en tirant les ficelles d’un destin qui n’est pas toujours hasardeux. Ou alors, on dira qu’il fait bien les choses… et que les ballons étoiles savent toujours trouver leurs chemins, sûrement guidés d’un bal de lucioles…

Un nouveau départ, une renaissance, l’acception de la perte mais aussi celle de l’autre et de soi-même.

Des adieux déchirants mais si exquis dans ce mélange de spiritisme et de culture qui m’ont donné la chair de poule à plusieurs reprises. Nos héros ont besoin de dire au revoir à leur passé pour rêver d’un avenir, et Twiny-B nous l’offre de la plus belle et émouvante des façons. Elle nous ouvre les portes d’une culture qui m’est inconnue et que j’ai pris plaisir à découvrir. Une culture de savoirs, de pratiques et de croyances qui transmet des valeurs qui ne sont pas toujours en accord avec notre temps et qui peuvent créer un conflit identique à la situation de Cheyenne. Une fois encore, c’est avec les mots du cœur qu’il faudra parler pour faire accepter ses choix. Mais aussi ouvrir son esprit et laisser les étoiles sages nous bercer de douces paroles.

Une lecture à cœur ouvert, riche, intense qui ne laisse pas indifférent. Tout est présent dans ce roman, de l’amitié, de l’amour et beaucoup de colère. Du pardon, des adieux mais aussi des retrouvailles. Tout s’emboîte et s’imbrique à un moment précis en bouclant une boucle qu’on pensait pourtant bien refermer mais qui ne l’était visiblement pas… Des surprises, des clin d’œil et des situations qui nous rendent euphorique. Le tout écrit d’une plume toujours aussi facile à lire, sans prétention qui se veut honnête et pudique dans les moments les plus opportuns. Seul petit bémol, le poids de Cheyenne. Ravie de retrouver enfin une fille comme vous et moi qui montre qu’on peut être aussi ronde que magnifique. Que des hanches voluptueuses sont aussi un appel à l’amour et aux caresses et que la vraie beauté c’est celle de l’intérieur. Seulement, après nous avoir montré tout cela, je trouve qu’on est beaucoup trop revenu sur le sujet. Certes,  il le fallait car cela reste tout de même primordial dans le récit mais pas à dose aussi importante.

Petite mention spéciale pour Yuma que j’ai adoré, si petit et si sage…. et à la fois si grand…

Et c’est nostalgique que je termine mon avis. Retrouvez tous nos chouchous, (oui tous !) était vraiment fabuleux. Je les aime tellement que j’ai du mal à leur dire au revoir. Une famille du cœur, électrique qui à enfin trouver la paix et le bonheur dans ce petit village où il fait bon vivre…

Un grand merci à Twiny – b pour nous avoir offert cette magnifique histoire que j’attendais avec tellement d’impatience et à la fois,  avec beaucoup d’appréhension. Je suis vraiment heureuse d’avoir pu découvrir ce récit en service presse numérique  grâce à la confiance de Nisha et caetera ! Merci

 

 

 

L’avis de Carine sur Virgin mojito (Elixir of Love) un roman de Chrys Galia


Les Etoiles Des Bibliothèques

Titre : VirginMojito

Auteur : ChrysGalia

Genre : Romance

Editions : Elixyria

Ebook 4.99 €

Broché16.90 €

Résumé : La vie est comme un océan, parfois mer d’huile, sous un soleil radieux, parfois raz de marée, tsunami, sous la colère de la tempête.
En vrai surfeur, j’ai passé des années à me mesurer à ces déferlantes implacables, j’ai tenté d’échapper à leur morsure.
Des lames de fond, vicieuses, invisibles, m’ont pourtant entraîné très loin vers les profondeurs.

Mon avis : 

Si vous aimez les gens, les valeurs humaines, l’humour, l’amour et les Mojitos, ne cherchez pas plus loin, ce roman est fait pour vous… Mais ne croyez pas tomber dans une romance fraîche et pétillante, car avec Virgin Mojitos, on est bien loin de ça…
Lorsque j’ai vu le titre et la cover de ce roman, je n’ai pas hésité une seule seconde à le…

Voir l’article original 757 mots de plus

L’avis de Carine sur Virgin mojito (Elixir of Love) un roman de Chrys Galia


Titre : Virgin Mojito

Auteur : Chrys Galia

Genre : Romance

Editions : Elixyria

Ebook 4.99 €

Broché16.90 €

Résumé : La vie est comme un océan, parfois mer d’huile, sous un soleil radieux, parfois raz de marée, tsunami, sous la colère de la tempête.
En vrai surfeur, j’ai passé des années à me mesurer à ces déferlantes implacables, j’ai tenté d’échapper à leur morsure.
Des lames de fond, vicieuses, invisibles, m’ont pourtant entraîné très loin vers les profondeurs.

Mon avis : 

Si vous aimez les gens, les valeurs humaines, l’humour, l’amour et les Mojitos, ne cherchez pas plus loin, ce roman est fait pour vous… Mais ne croyez pas tomber dans une romance fraîche et pétillante, car avec Virgin Mojitos, on est bien loin de ça…
Lorsque j’ai vu le titre et la cover de ce roman, je n’ai pas hésité une seule seconde à le solliciter. Il faut dire que les Mojitos et moi c’est une grande histoire d’amour mais… en aucun cas, je n’aurais imaginé en débutant ma lecture, tomber sur tel un roman. Un début frais, dynamique, plein d’humour et d’insouciance qui nous promet des pages pétillantes de bonheur et de bonne humeur mais qui nous pousse tout doucement dans un univers plus complexe, déchirant et lourd de sens.
Maéva vient d’être diplômée en médecine et prend son envol en quittant le nid familial, ses amis, et même Paris. Elle va enfin voler de ses propres ailes en partant s’installer dans un petit village près de Bordeaux où elle va reprendre la patientèle du Docteur Lestrau. Maéva est une jeune femme pleine de vie, de fougue. Malgré les années à potasser et bosser comme une dingue pour décrocher son saint Graal, elle n’a pas dédaigné les petits plaisirs. Clopes, sexe et alcool. La vie est trop courte pour avoir des regrets plus tard. Maeva est une croqueuse d’homme, elle papillonne et vit l’instant T. Hors de question de se laisser enfermer dans une routine, elle ne se souhaite que le meilleur.
Pourtant, dès son arrivée fracassante, elle va faire des rencontres qui vont changer sa vie et la vision qu’elle en avait. La première, avec un homme qui deviendra son phare et va la guider avec la voix de la sagesse vers de nouveaux horizons. Puis Gianni, le voisin surfeur, qui va faire naitre en elle un désir coupable qui la rongera et mettra à mal toutes ses certitudes… Cet homme qui va d’abord la détester pour la simple et unique raison… qu’elle est ce qu’il n’a plus…
Virgin Mojito… pas si virgin que cela…
Les effets qu’il procure n’ont rien à voir avec un cocktail sans alcool bien au contraire. Il a tous les ingrédients nécessaire pour une bonne dégustation avec cette couleur fraîche, acidulée et pétillante mais qui va également vous laisser KO.
On le débute assez euphorique, car l’auteur nous met dans une ambiance qui frôle la désinvolture avec beaucoup d’humour. Puis c’est la claque, le chaos. La gueule de bois en quelque sorte qui nous laisse un goût pâteux et amer en bouche. Mais comme on aime, on recommence et on déguste chaque page de cette romance bouleversante, hors du commun qui nous offre un panel d’émotions intenses tout en jouant de l’humour à la perfection à des moments particuliers.
En bref, c’est la cuite, on passe du rire aux larmes, des larmes aux rires puis à la frustration et à l’énervement pour finir par pleurer… Encore.
Chrys Galia joue avec notre coeur en nous offrant des rebondissements qui ne laissent aucuns répit à nos protagonistes. Tout est en tension et on rêve qu’ils trouvent la paix. Cette paix qu’ils ne sont pas les seuls à chercher. On dit que le dévouement n’a d’égale que sa propre douleur et je trouve que cette phrase a tout son sens dans ce roman qui traite un sujet lourd et tabou qui fait controverse. Une situation complexe et terrible qui donne lieu à des questionnements incessants qui vont nous pousser dans nos propres retranchements.
Nos protagonistes ne surfent pas sur une simple vague, ils sont pris dans un rouleau qui refuse de les laisser reprendre leurs souffles. Dès qu’ils y arrivent, elle les aspire à nouveau et les malmène encore et encore en les emportant dans les profondeurs.
Virgin Mojitos est une romance dure mais magnifique sur la reconstruction, pleine de révoltes et d’espoirs. D’amour(s) et d’amitiés sincères mais aussi, de passion dévastatrice, de jalousie et de manipulations… Une romance qui ne manque pas de piquant et dont l’addiction ne vous permets pas de poser le livre à aucun instant. Il ne se lit pas. Il ne se sirote pas ! Il se boit cul sec et vous vrille les tripes et le coeur.
J’aurais beaucoup à vous dire, mais il est très difficile de ne pas vous en dévoiler trop, alors il ne vous reste plus qu’à le lire et vous saurez tout !
Une mention spéciale pour Madame Pinson et sa rate. Je crois que pour écrire ce chapitre Chrys Galia a dû abuser du Mojitos à gogo et pas virgin du tout !
Un grand merci aux Editions Elixyria et à la Masse Critique Babelio pour m’avoir permis de découvrir cette belle pépite en service presse papier.
La couverture splendide est de bonne facture. De jolis verres de Mojito accompagnent les fins des chapitres qui sont eux, écrits d’une police de caractère qui a du style.

53078628_613912222369584_1486644492185370624_n

 

L’avis de Carine sur l’avant dernier volume de The Boy Next Room La nouvelle série stepbrothers d’Emma Green


50032025_2344724542415092_4135636559212838912_o
41lzsErL13L

Titre : The Boy Next Room 3/4
Auteur : Emma Green
Genre : Romance young Adult
Editions : Addictives
Ebook : 4.99 €
Résumé : Hériter de quatre demi-frères d’un coup, c’est trop, beaucoup trop pour Céleste, éternelle solitaire, qui n’a jamais trouvé sa place nulle part. Envoyée chez son père biologique qu’elle connaît à peine, dans une immense réserve animalière au sud de l’Australie, elle perd tous ses repères. Surtout quand l’un des frères Farrow l’attire, la désarme et fait naître en elle des sentiments inavouables.
River est fascinant. River est en guerre contre la terre entière. River n’est pas pour elle. Mais River est juste dans la chambre d’à côté…
Et les choses se compliquent vite quand on accepte enfin de ne plus faire chemin seule

Mon avis écrit par #Carine :

Le problème avec cette série, c’est qu’on la dévore un peu trop vite car on veut tout savoir, et vite. Sans même perdre une seule seconde, et ce, dès sa réception. Alors, une fois rassasié, on ne peut que refaire une seconde lecture pour le déguster aux petits oignons… Et la deuxième fois est tout autant savoureuse… et les sensations toujours aussi fortes…
Des montagnes russes d’émotions pour ce troisième et avant dernier volume de The Boy Next Room. Des montagnes toujours plus hautes, toujours plus sensationnelles, telle semble être la devise des Emma Green. Mais qui dit montagnes hautes dit, descentes vertigineuses…
Céleste est anéantie, bouleversée, et on ne peut que compatir car nous le sommes autant qu’elle… Le choix de River est incompréhensible pour elle, mais si nous, on se doute du pourquoi cela n’atténue pas notre rancœur envers River pour le mal qui lui fait et encore moins pour « Miss sans sourcil » que l’on va détester encore plus.

Pour épargner Céleste, River est prêt à pactiser avec le diable en personne. Il lui faut préserver son secret certes, mais avant tout, la préserver Elle…
Les rumeurs vont bon train et les problèmes qui vont avec. Le lycée n’est pas de tout repos, d’autant plus que le passé rattrape Céleste et la tourmente à nouveau. Seulement, elle n’est plus seule aujourd’hui et sa place dans cette famille est de plus en plus une évidence… Sauf que son cœur lui refuse de faire une croix sur la seule personne au monde qui a su la voir Elle… Qui a su la faire sortir de sa mélancolie et la rendre vivante. Tout comme Elle, est celle qui a su apporter la lumière dans les ténèbres de River et adoucir ses tourments…
Une suite toujours en tensions mais aussi en émotions… Nos protagonistes sont sans cesse sur le fil du rasoir et n’arrivent pas à trouver la paix. Lorsqu’ils sont ensemble, tout leur parait possible mais trop de facteurs extérieurs viennent entacher leur espoir. À aucun moment, le quatre- mains, ne va laisser nos héros en paix ni les laisser respirer un peu. Non hors de questions de nous octroyer un peu de répit. Nous sommes tellement attachées à eux que nous ne pouvons que souffrir de leurs tourments.
Les rebondissement se succèdent et apportent ce côté addictif au récit en faisant monter notre adrénaline au plus haut point. Le sort s’acharne sur notre pauvre Céleste mais la passion qui unit nos deux héros est unique et d’une intensité sans pareille. Ils jouent avec le feu mais n’ont pas peur de se brûler les ailes puisqu’ils brûlent déjà l’un pour l’autre. Mais la famille compte beaucoup et c’est encore plus dur de savoir qu’ils sont ceux pour qui ils se retiennent de crier haut et fort leur amour.

Outre l’histoire d’amour qui sert de fond à des sujets douloureux, Les plumes de Emma Green montre du doigt le harcèlement scolaire et les violences qui en résultent. Les secrets de famille qui font du mal. Les secret tout courts qui nous font porter le poids de la culpabilité. Une culpabilité qui nous brise un peu plus chaque jour. Mais le tout serait bien plus grave si l’union de cette famille ne faisait pas la force. Quoi qu’ils en pensent, quoi qu’ils savent, malgré les désaccords et les interdictions. Il ne faut pas toucher au Clan Farrow….

Deux plumes, un nom : Emma Green = Deux tortionnaires qui nous malmènent d’une force incroyable. Comment lire un roman en apnée totale ? laissez-vous tenter pour le récit de River et Céleste et vous comprendrez de quoi je parle… Tout comme il faut que je vous prévienne de voir en urgence votre médecin avant toute lecture pour éviter les arrêts cardiaques à chaque fin de volume qui se termine toujours par un Cliffhangers de malade !

Un grand merci aux Editions Addictives pour m’avoir permis de lire cette belle pépite dans le cadre de notre partenariat.
Vite la suite !

L’avis de Carine sur The Way You Love de Erin Graham


51M-0VvmkQL

Titre : The Way You Love
Auteur : Erin Graham
Genre : Romance
Editions : Addictives
Ebook : 5.99€5.99€
Résumé : Peut-on tout (se) pardonner ?
Parfois, une seule nuit peut changer une vie… Arraché à un univers de violence et plongé dans l’inconnu, Quentin se retrouve désormais seul face à son destin, un enfer dont l’unique lumière se prénomme Célina. Mais la culpabilité et les secrets compromettent cet amour qui ne cesse de grandir depuis leur rencontre. Jusqu’au jour où tout bascule encore une fois.
Neuf ans passent, Quentin, toujours un peu rebelle, est devenu chef étoilé. Le hasard place à nouveau Célina sur son chemin. Ils ne sont plus ado désormais. Les sentiments sont intacts, l’attirance plus forte que jamais. Mais tout n’est pas si simple : Quentin n’a pas réglé les problèmes de son passé. Quant à Célina, elle est sur le point de se marier…
Céder à la passion provoquerait un véritable tsunami.
Mais n’est-il pas trop tard pour résister ?
Mon avis :

C’est toujours un plaisir de retrouver la plume de Erin Graham et peut importe le sujet, elle me captive à chaque sortie livresque. Elle a cette facilité à nous emporter dès les premières pages, dès les premiers mots et nous offrir des émotions intenses qui rendent notre lecture hautement addictive. Avec le récit de Celina et Quentin, elle ne dérogera pas à la règle… Un combo parfait, explosif de sensations, de douleur et d’amour avec une alternance du passé et du présent qu’elle manie avec brio.

Quentin 15 ans voit sa vie complètement basculer en l’espace de quelques minutes… L’univers de violence dans lequel il survivait vient de prendre fin en emportant tout ses repères. Que s’est-il passé ? Rien.

Il ne s’est rien passé…. Cette phrase qui tourne en boucle dans sa tête sera un secret trop lourd à porter… un secret qui le ronge et va faire de sa vie plus un enfer que lui offrir un avenir…

Onze ans ont passé et Quentin exerce en tant que grand Chef étoilé à La Table Française au Japon. Il y a trouvé la paix et un avenir qui s’annonce plus brillant que son passé… Les souvenirs le hantes toujours, mais à des milliers de kilomètres, les cauchemars ont cessé et les regrets se sont envolés… Alors comment pourrait-il prendre la bonne décision lorsqu’il va recevoir ce coup de fil qui va lui demander de rentrer en France ?

Phil à besoin de lui pour quelques temps et il ne peut pas lui refuser ce service. Comment le pourrait-il avec tout ce qu’il a fait pour lui lorsque son monde s’est effondré ?… Son oncle lui a tendu la main et c’est grâce à lui qu’il en est là à ce jour. Il lui doit tellement … Mais rentrer c’est aussi revoir Célina et cela lui pose un gros problème… Célina, celle qui a su être sa lumière au milieu de ses ténèbres, celle qui a su être son tout et faire naître en lui des sentiments forts et profonds et lui faire garder la tête hors de l’eau… Cette jeune fille fragile et si forte à la fois qui a été son unique point d’ancrage tout comme il a été le sien… Jusqu’à ce que tout bascule une fois de plus… Neuf ans plus tard, ils vont se rendre compte que la passion est toujours aussi intacte, mais….

Un récit à deux voix qui nous emporte dans un tourbillon d’émotions et nous broie les tripes à de nombreuses reprises. Les sujets abordés par l’auteur sont une fois encore d’actualité. Ils peuvent être cachés par la honte, la douleur, ou à contrario en faire la Une des journaux avec toutes les conséquences qui en résultent. Une fois encore, Erin Graham nous offre une romance bouleversante, avec des personnages intenses auxquels on s’attache sans préavis. Une romance que je ne qualifierai pas de sombre malgré les thèmes abordés et les épreuves qu’endurent nos protagonistes.

Pourtant, on ne peut pas dire qu’on ne souffre pas avec eux. Encore moins de ne pas être en colère et s’indigner le cette souffrance qu’apporte les autres.

Chacun d’eux a ses blessures qui n’ont rien avoir celles de l’autre mais qui font que ces deux adolescents ont du mal à se construire, de croire en eux tout simplement pour pouvoir imaginer un avenir heureux.

Je ne peux pas tout simplement car lorsqu’ils sont réunis, c’est beau, solaire, pétillant et intense. Ce sont des moments de partage indescriptibles même dans leurs silences… et dans leur non droit de s’aimer… Erin abordent ces sujets lourds avec beaucoup d’amour et d’affection. Oui on a mal. Oui, cela remue nos entrailles, mais il y a toujours cette touche de tendresse et des moments intenses qui font que notre cœur gonfle et regonfle pour nos protagonistes… Surtout lorsqu’ils sont dans leur bulle…

Un roman en trois partie dans lesquelles Erin Graham va jouer de sa plume magique en nous basculant, par les pensées de nos protagonistes, dans le passé pour nous y faire découvrir leurs histoires… L’histoire de Quentin, cet adolescent qui porte un secret beaucoup trop lourd pour lui et une culpabilité qui le ronge tellement qu’il se voit comme un monstre refusant alors à Lina le droit de l’aimer… Et celle de Lina, cette jeune fille mal dans sa peau, amoureuse d’un garçon qui ne la voit même pas et à cause duquel elle malmènera son corps pour rentrer dans ses critères de choix.

Des flash-back qu’elle manie à la perfection car ils partent toujours d’un moment précis a des moments opportuns en nous offrant des tranches de vie dont on ne veut pas sortir. Le tout sous un fond de musique en parfaite adéquation avec leur émotions à travers laquelle, ils se « parlent » et se comprennent. Si pour Quentin et Lina c’est une évidence, c’est aussi des vertigineuses montagnes russes qui les met en permanence en équilibre et dont ils peinent à trouver une stabilité qui ne mettra pas en péril le bien de l’autre. Chacun d’eux ne souhaite que le bonheur de l’autre, qu’ils puissent aspirer à être heureux et avancer. Mais parfois ensemble, c’est impossible… parfois certains paramètres viennent enrouiller la mécanique qu’on a pourtant mis tellement de temps à mettre au point… Parfois un grain de sable peut avoir autant d’impact qu’un gros rocher…. Mais neuf ans après qu’en sera t-il ?

The Way You est une belle pépite livresque à découvrir sans tarder. Une romance sur fond sombre qui illumine néanmoins notre lecture grâce à ses protagonistes hors du commun, mais aussi aux personnages qui les entoure avec un coup de cœur pour Phil. Mais aussi grâce à la manière dont l’auteur aborde les sujets et de la façon dont elle va les traiter.

La plume fluide, captivante et addictive de Erin Graham nous emporte dans cette histoire d’amour qui traverse le temps sans aucune longueur à déplorer, bien au contraire. Sa plume est imagée et nous permet au fil des pages de vivre leur histoire comme un film qui se déroulerait sous nos yeux, mais aussi naturelle et spontanée qui nous imprègne de tous les sentiments et les émotions qu’elle veut nous transmettre.

Une lecture coup de cœur que je ne peux que vous recommander.

Un grand merci aux Editions Addictives pour m’avoir permis de découvrir ce magnifique roman en service presse numérique. Hâte qu’il sorte en papier et qu’il vienne rejoindre ma bibliothèque coup de cœur.

L’avis de Carine sur Music & Love – Tome 1 – Un roman de Alexandra Lanoix



Titre : Music & Love
Auteur : Alexandra Lanoix
Editions : Auto
Genre : Romance
Ebook : 3.99 €
Broché : 15.82 €

Résumé : À Londres, lors d’une soirée chez sa meilleure amie, Stephanie a un véritable coup de foudre pour le beau James, un mannequin gay. Difficile de croire qu’une histoire d’amour pourrait naître entre eux, et pourtant…Pour tenter de vivre de sa passion, la musique, elle va devoir travailler pour Greg, un chanteur sur le déclin qui veut revenir sur le devant de la scène. Charmé dès leur rencontre par Stephanie, Greg est prêt à tout pour la conquérir, quitte à perturber la vie sentimentale déjà compliquée de la jeune femme.De Londres à New York en passant par Paris, suivez leur chassé-croisé amoureux sur fond de musique jazzy
Mon avis :

Stéphanie a toujours eu le don de tomber amoureuse des mauvais garçons. Pas qu’il soient méchants, non, juste qu’ls ne sont pas faits pour elle. Belle, serviable et le cœur sur la main, cette dernière recherche simplement l’amour… Le vrai, celui qui compte, l’amour sincère… Mais à force de tomber sur des Tocards, elle a fini par tirer un trait sur les hommes. Faut dire que cette dernière pense toujours à comment cela va se terminer avant même que cela commence, au grand dam de son amie Lisa, qui collectionne les hommes tout comme elle collectionne les fêtes. Elle s’est d’ailleurs donnée pour mission de caser son amie coûte que coûte et ne manque pas de l’inviter à ses soirées. Soirée que Steph décline la plupart du temps, cette dernière est bien dans sa bulle à composer et écrire des chansons pour les autres. Son travail n’est pas reconnu mais elle arrive à survivre de sa passion et c’est tout ce qui lui importe.

Après un énième refus, Steph se sent obligée de se rendre à une de ces fameuses soirée, elle ne compte pas y rester longtemps, juste y faire une apparition mais voilà … Sur la terrasse, se tient un homme dont elle ne peut lâcher le regard. Et lorsque ses yeux croisent enfin les siens, son cœur est percutée par une sensation oubliée depuis longtemps… Elle en est presque à baver devant ce spécimen qui l’hypnotise littéralement. Son amie Lisa qui voit son manège, lui offre même la chance de connaitre son prénom, James… Cela sonne tellement bien dans sa bouche.. James… Le coup de foudre existe c’est certain et elle se surprend à rêver jusqu’à ce que son amie lui conseille d’en choisir un autre. James est beau certes. James est mannequin pour la lingerie masculine et James surtout est … GAY.

Le courant passe néanmoins très bien entre eux et James lui offre son amitié à défaut de pouvoir lui offrir l’amour. Si Steph pensait pouvoir s’en contenter ou le faire changer de bord, elle va se rendre compte qu’elle souffre plus que de raison en entretenant cette promiscuité avec l’homme qui fait battre son cœur. Impossible de lutter, elle voudrait tant qu’il lui offre autre chose. Mais James aime les hommes et elle se rend compte que trop tard qu’elle court après une chimère….

Elle va se consacrer alors à une belle opportunité qui s’offre à elle. Composer pour Greg, un chanteur oublié qui voudrait revenir sur le devant de la scène. Greg va tomber sous la charme de la belle mais… A son tour elle ne pourra lui offrir que son amitié…

Alexandra Lanoix nous offre un récit qui démarre sur un bon tempo en y mêlant tous les ingrédients nécessaires à une bonne romance qui va s’avérer très complexe. Un chassé-croisé qui va donner un triangle amoureux sous une thématique que j’adore, la musique. Certaines pourront dire que ces thèmes ont déjà été vus et revus, peut-être que c’est la vérité, mais une vérité qui fonctionne vraiment très bien pour moi. La musique c’est passionnel, ça fait vibrer, tout comme l’amour. C’est aussi le lien qui va unir Steph à cet amour qu’elle désirait tant. Ce lien qui va la faire vibrer à nouveau sentimentalement mais aussi, professionnellement.

La narration est principalement du point de vu de Stéphanie mais j’ai adoré pouvoir également avoir le ressenti des deux personnages masculins à des moments très opportuns. Cela nous permet de bien ressentir les émotions et les sentiments que l’auteur entremêlent au milieu de ce triangle amoureux. Les émotions sont alors plus appuyées tout comme les doutes et l’espoir que chacun peut avoir. Surtout que Steph sait à quel point cela peut être dur pour chacun d’eux. Puisqu’elle-même a été à un moment dans la position de l’autre. J’ai beaucoup aimé d’ailleurs ce schéma, c’est assez original et bien pensé.

Une lecture fluide et très addictive sur la première partie. Je n’arrivais pas à poser le roman, je voulais savoir, j’en voulais encore. Puis cela retombe pour laisser place à la dégustation de moments doux et heureux.

Pour ma part, je pense que ces moments font traîner un peu le récit en longueur car j’ai besoin de clash. Clash que je retrouve à la fin du premier tome et qui nous laisse en plein suspense de ce qui va suivre.

Peut on aimer deux hommes en même temps tout en respectant chacun d’eux et surtout en respectant ses valeurs ? James et Greg sont si différents l’un de l’autre. Leurs attentes professionnelles ne sont pas du même acabit. Greg sait ce qu’il veut et ce qu’il ne veut plus, il est posé et mûr contrairement à James qui cherche la notoriété et à percer dans son métier.

Les choix et les sacrifices ne peuvent être identiques pour les deux hommes mais ils ont tout de même une chose en commun… leurs cœurs vibrent à leur manière pour la même personne. Qui des deux obtiendra le cœur de sa belle ? Je vous laisse le découvrir et le tout en musique 🎶

Un grand merci à Alexandra Lanoix pour sa confiance en me permettant de découvrir sa romance en service presse.

Sans titre 2
 

L’avis de Carine sur : La poupée , un roman de Stéphanie Delacroix


Titre : La poupée
Auteur : Stéphanie Delecroix
Genre : Romance/ Suspense
Editions : Auto
Ebook : 2.99 €
Broché : 12.66 €
Résumé : Las Vegas, ville de tout les possibles, et pour ce qui ne l est pas, vous pouvez faire appel à l’Organisation, un réseau dirigé par Gabe White. Sacha aspire à en devenir un membre haut placé, elle a été élevée et formée pour ça par son oncle, premier lieutenant de Gabe. Belle, létale, entraînée à ne ressentir aucun sentiment, à obéir à n’importe quel ordre sans poser de question, elle part pour sa première mission avec son binôme, Chris, qui provoque en elle des sensations interdites. Rien ne se passe comme prévu et elle va devoir affronter des vérités et des sentiments auxquels elle ne s’attendait pas.
Mon avis :

Dès le prologue, Stéphanie Delecroix donne le ton. Au cœur de Las Vegas règne L’organisation, un réseau de trafics en tout genres dirigé par Gabe White. L’organisation ne fait pas dans les d’états d’âme, famille ou pas, on doit respecter les règles.

Sacha à été élevée par son oncle en vue d’être le parfait petit soldat de L’organisation dans laquelle on retrouve tout ce qui peut être illégal. Call-Girl, blanchiment d’argent, pratiques sexuelles douteuses, drogues… L’organisation vous trouve tout ce que vous souhaitez du moment où vous pouvez payer. Et si vous avez le malheur de passer commande sans avoir la monnaie nécessaire ou de trahir leur confiance, vous êtes mort….

C’est le grand jour pour Sacha qui fêtera sa majorité dans quelques mois. Elle est prête à être présentée au grand patron en tant que membre actif et obtenir les missions qui détermineront la place qu’elle occupera. Elle n’a pas besoin de prouver sa loyauté puisqu’elle a grandi dans le milieu et plus précisément dans Le pensionnat de L’organisation. Là où les petites filles reçoivent des poupées pour s’épanouir, Sacha se voyait offrir des Dagues. Les cours de sport étaient plutôt des cours de combat, tir au pistolet ou encore maniement de l’arme blanche…

Pour sa première mission, elle sera en binôme avec un homme aussi beau que troublant, ténébreux aux yeux comme il n’en existe pas beaucoup. Sacha ne connait rien des hommes, c’est pas son principal intérêt surtout qu’elle a été conditionnée pour ne rien ressentir.

Pourtant, elle s’aperçoit vite qu’il la trouble plus que de raison… Mais pas le temps d’y penser, elle ne doit en aucun cas faire foirer sa mission. Car elle ne sait pas ce qu’elle deviendrait si Gabe ne voulait pas d’elle dans son Organisation…. Elle n’a que ça… Ne connait que ça….

Stéphanie Delecroix nous emporte dans un récit sombre, intriguant et plein de surprises. Nous évoluons dans un milieu pas commun avec une trame bien menée et des rebondissements qui arrivent toujours à point nommé. Les évènements s’enchainent avec un rythme frénétique qui nous pousse toujours à continuer, vouloir aller plus loin, connaitre la suite. On pense tout deviner, mais l’auteur se joue de nous à la perfection en nous donnant raison sur certains points pour bien nous avoir sur d’autres.

Je dois dire qu’elle a une bonne imagination et elle a su créer des personnages hauts en couleur, évoluant dans une histoire sordide qui m’a mise hors de moi à plusieurs reprises. Les émotions sont là, même si parfois j’aurais aimé qu’elle s’y attarde un peu plus, mais en même temps, nos héros ne sont pas censés ressentir quoi que ce soit. Seule leur vengeance doit compter. Mais là encore, au milieu de ce chaos, Stéphanie use d’un humour étonnant.

Je suis fan de Sacha ! Une chieuse monumentale qui refuse de se montrer tendre et qui découvre que les émotions existent. Chris est énigmatique dans un premier temps, on a pas de doute sur ce qu’il est vraiment et on comprend vite qu’on va tomber sous son charme.

Les personnages secondaires ont tous une place forte dans l’histoire car c’est plus qu’une famille que nous allons suivre. Je ne citerai aucun nom pour vous garder la surprise de ce qui vous attend, mais je peux vous dire qu’ils sont tous très bien travaillés.

Si j’ai aimé la trame et son originalité et aimé énormément de choses dans ce roman, j’ai cependant été gênée dans ma lecture par un manque de fluidité à certains endroits. Trop de descriptions des lieux qui n’ont pas été fondues dans l’écriture. Des scènes parfois coupées trop vite même si c’était nécessaire de ne pas avoir la suite dans l’immédiat et pas toujours réelles. Mais nous sommes dans un roman tout est possible 😉

Mais cela reste une bonne lecture pleine de pep’s qui nous emporte dans une histoire forte avec une intrigue époustouflante et menée avec brio en nous faisant ressentir toute la rage qui accompagne nos protagonistes.

Attention toutefois aux fautes d’orthographe qui sont nombreuses mais qui n’ont pas entaché ma lecture.

Un grand merci à Stephanie pour sa confiance et cette lecture originale qui m’a fait autant sourire que bondir

L’avis de Carine sur After Him un roman de Joelyn Foster chez Lips & Co



Titre : After Him
Spin off de : After Work qui peut être lu indépendamment
Auteur : Jaelyn Foster
Editions : Lips & Co
Collection Lips & roll
Genre : Romance
Ebook : 4.99 €4.99 €
Broché : 15.3015.30
Résumé : Dans la vie, pour certaines personnes, il est important de laisser la place à l’imprévu. Mais Cassie, elle, a tranché depuis longtemps : l’inattendu n’est pas le bienvenu !
Son quotidien est organisé entre son travail, ses amies, sa fille et quelques rencards tout au plus. Des journées cadencées selon un rythme précis. Mais que se passe-t-il quand un grain de sable vient enrayer la machine ?
Et c’est dans la personne de « Perfecto bleu » que le destin se fait joueur, plaçant Cassie dans une posture inhabituelle.
Que veut cet homme ? De quel droit se permet-il d’insister ? A-t-il compris que la jeune femme ne demande finalement qu’à succomber ?
Après tout, il est peut-être temps pour elle de se laisser aller, surtout quand la tentation a si belle allure…
Mon avis :

Cassie a une vie réglée comme du papier à musique. Aucun imprévu ne doit venir entacher son quotidien, tout est organisé planifié et il en va de même pour les hommes. Hors de question de retomber dans la frénésie d’une passion qui se transformera tôt ou tard en déception. Cassie ne peut pas se le permettre, car sa fille Sophie est sa seule préoccupation.. Seul le bonheur de sa puce compte… le sien ? Elle a passé son tour en amour et en amitié elle est très bien entourée.

Ses rendez-vous, elle les choisit à la limite de l’ennui, elle est au moins certaine de ne pas succomber, de se laisser aller… Panser les blessures des Bad Boys, elle a déjà donné. Hors de question de se laisser amadouer par un homme qui la ferait vibrer et ne lui apporterait alors que souffrance… Elle n’a plus confiance…

Mais cela est sans compter sur Perfecto bleu qui va venir perturber cette petite vie paisible. Hypnotisée par l’aura qu’il dégage, elle va tout faire pour ne pas accepter ses invitations. Succomber ne fait pas partie de son programme, d’autant plus que son Ex décide de réapparaitre au même moment. Mais le BG n’a pas l’intention de lâcher prise et va tout faire pour que Cassie tombe dans ses filets. Surtout qu’il voit très bien qu’elle se laisserait bien tentée si elle n’était pas aussi raisonnée…

Comme pour le premier opus, Jaelyn Foster nous fait d’abord passer par une romance où tout coule de source même si nous n’avons pas encore tous les éléments, pour nous mener à son rythme vers un côté plus dramatique. Si sa façon de narrer le récit reste assez pudique, il n’en reste pas moins anodin.

After Him est une belle romance qui met en évidence un sujet assez délicat qui touche beaucoup de femmes. Un sujet dont on parle de plus en plus et que je prends plaisir à retrouver dans mes lectures. Pas que je sois masochiste, non, ne vous inquiétez pas, mais parce que cela peut donner la force à celles qui se taisent, subissent, et de croire qu’il est possible de se reconstruire.

Même si cela est une romance et que nous sommes dans une fiction, le sujet est traité avec tact et véracité, d’une façon douce malgré tout. L’auteur n’a pas fait dans le drame pur et dur.

On comprend combien son héroïne a souffert et ce qu’elle a vécu mais c’est sur l’après qu’elle se penche le plus. Ce n’est pas parce qu’elle n’exploite pas le côté sombre à fond qu’on ne ressent pas sa détresse ni ses émotions.

L’espoir d’une seconde chance, une seconde vie plus à l’image de celle que l’on rêve même si elle n’est pas parfaite. Le prince charmant c’est dans les livres pour fillettes qu’il existe, les mamans aspirent à autre chose 😉 Un beau motard sexy au perfecto bleu par exemple 😉

Le passé viendra néanmoins percuter le présent et pas seulement pour Cassie… Rien ne sera simple pour eux. Ils auront des choix à faire qui ne seront pas sans conséquences. Des choix qui ne seront pas faciles mais qui seront en parfaite adéquation avec le futur qu’ils espèrent.

Une belle histoire écrite d’une plume fluide et entrainante qui peut se lire indépendamment de son premier opus After Work même si les deux histoires s’entrecroisent, tout y est très bien imbriqué et expliqué.

Je me suis moins attachée aux personnages de ce second tome, mais j’ai tout de même passé un très bon moment de lecture. Merci aux Editions Lips & Co pour m’avoir permise de découvrir cette lecture en service presse numérique.

L’avis de Carine sur With Love#3 : Zachary, le nouveau roman de de Marie H.J


Titre : With Love – 3 – Zachary
Auteur : Marie H.J
Genre : Romance MM
Editions : Marie H.J Private
Ebook : 4.99 €
Broché : 14.99€
Résumé :
Identité : Zachary Clément
Profession : Electricien
Situation personnelle : Compliquée. Ils croient tous me connaître, mais je ne suis qu’une ombre, le reflet invisible de ce qu’ils pensent comprendre. Je n’ai rien à donner, je ne suis personne, et je souhaite le rester.
Orientation : Les mecs. Moins ils posent de question, mieux c’est.
Loisirs : Décompresser. Trouver une proie, la posséder, puis l’oublier.
Prochaine cible : Lui. « Joli Costard ». Il représente tout ce que j’exècre. On va s’amuser un peu…
Ombre au tableau : Encore lui. Il m’attire et m’exaspère. M’intrigue et m’électrise. Le papillon devant la flamme. Je l’ai approché de trop près, et je me suis brûlé.
Romance MxM comportant des scènes explicites ne convenant pas au public non averti.
Mon avis :

Nous voilà au troisième volet de cette saga coup de cœur qui fait battre mon palpitant toujours plus haut, toujours plus fort à chacun de ses tomes… With Love…<3

C’est au tour de Zachary d’affronter ses démons. Je peux vous dire que je l’attendais impatiemment et qu’une fois de plus, je ne suis pas déçue de ma découverte.

Zachary vit toujours en colocation avec Sheryl. Ils ont appris à s’apprivoiser l’un et l’autre et s’apporter mutuellement une présence qui compte beaucoup. Je vous rassure, Shé aime toujours autant les femmes que Zach peut aimer les hommes ! Mais ils n’en restent pas moins de très bons amis qui jouent au petit couple parfait (enfin, parfait à la zach et la Shé 😉 ) lorsque la mère de cette dernière vient lui rendre visite. Et aujourd’hui c’est la délivrance. Nadine rentre chez elle et Zach va pouvoir reprendre un peu sa liberté, son lit, et « évacuer » son stress et ce mal être qui le ronge toujours autant en se rendant au Bel Ami. Mais d’abord direction le boulot où sa patronne lui réserve un surprise de taille… Mais là une fois encore, où tout le monde verrai le bon, Zach cherche ce qui cloche…

Pourquoi lui ? Et si cela était un piège ? Toujours si peu sûr de lui, toujours autant dans ses ténèbres qui sont si profondément ancrés en lui, que même lorsque la lumière essaie d’y pénétrer, il ne la voit même pas … Il n’est que l’ombre de lui même, le reflet de ce qu’il pense être et désire rester, invisible…

Pourtant il est loin de l’être aux yeux de nos zigotos qui sont sa famille de cœur, celle que l’on se choisit à défaut de pouvoir être aimé de la sienne… Une famille dont il en existe pas deux et qui fait de cette saga une pépite hors du commun ! Une famille qui a du mal à lui ouvrir les yeux sur qui il est vraiment mais qui ne lâchera jamais prise.

Zach est un homme à fleur de peau, écorché, tourmenté, enchainé à son mal être qu’il extériorise de la seule manière qu’il connaisse… la seule manière qui lui permette d’oublier, s’oublier… le sex. Celui qui ne compte pas et qui lui permet de déconnecter de sa réalité le temps d’une baise. Mais que cache t-il aux yeux de tous ? Pourquoi être toujours dans l’auto-destruction dès que cela ne va pas ? Pourquoi se croit-il si insignifiant ?

Et c’est joli costard, sa nouvelle proie qui va lui ouvrir les grilles de sa prison, percuté par cet homme qui est tout ce qu’il ne souhaite pas. Tout comme joli costard peut être tout ce que Zach déteste. Deux opposés qui s’attirent, qui se cherchent jusqu’à s’en brûler les ailes…

Mais Zach voudra t-il prendre le risque d’en sortir ? de vivre ? d’essayer d’être heureux ? Comment le pourrait-il puisqu’à défaut d’ouvrir son cœur il n’ouvre que sa braguette ?

Et pour Joli Costard qu’en est-il ? Lui aussi prend un gros risque. Cet homme est sûr de lui. Fier de tout ce qu’il a accompli jusqu’à ce jour et surtout très arrêté sur ce qu’il souhaite dans sa vie amoureuse. Les coups d’un soir, c’est pas son truc, Zach n’est même pas son type. Lui qui est si lumineux, ne risque t-il pas de se laisser engloutir par les ténèbres de Zach ?

Ce que j’aime plus que tout dans cette saga c’est que je me prends une claque à chaque nouveau tome. Avec Zachary, Marie H.J ne déroge pas à la règle et nous fait passer une fois de plus par un panel d’émotions intenses ! On passe du rire aux larmes, de la frustration à la combustion instantanée des petites culottes. Oui mesdames et messieurs, nous sommes dans un roman MM et je peux vous assurer que j’ai eu les vapeurs à de nombreuses reprises. Les scènes érotiques sont un arc en ciel d’émotions. C’est exquis, doux et savoureux, puis sauvage, urgent et explosif ! Torrides et en même temps si touchantes et bouleversantes… Un Rainbow érotique ? Jo serait sûrement de mon avis 😉

Pourquoi c’est à la fois douloureux et touchant ? Tout simplement car c’est dans ces scènes là que tout se joue pour Zach ! Alors que lui cherche à s’auto- détruire et ne plus penser, Joli Costard lui cherche le calme, la douceur, l’amour et pardessus tout … il cherche l’âme de Zach… L’étincelle est là, quelque part, il lui suffit juste de la rallumer pour qu’il puisse se voir enfin tel qu’il est vraiment…

Un roman électrique. Noir par moment lorsque nous plongeons dans les abysses du mal être de Zack, et celui de son passé que l’auteur traite avec une fragilité psychologique hors du commun. Lumineux , avec des personnages complets, attendrissants, agaçants et touchants. Un récit entremêlant la douleur, l’espoir, les doutes, les combats intérieurs, mais aussi tellement de tendresse, de douceur, d’amour, et de passion. L’humour est la cerise sur le gâteau car une fois de plus, Marie H.J a envoyé la sauce ! Un dosage parfait qui nous offre des éclats de rires incontrôlables, dans des situations souvent improbables. Jo, Pax et Rémy en sont souvent la cause. Sans oublier les réparties de Shéryl et sa tendresse envers Zach, tout comme celle de mère paulette qui ne rime pas avec sagesse et qui pour le coup mériterait de changer de prénom juste pour que ce soit possible.

Zachary lui rime avec Joli, cela tombe bien c’est tout ce qu’il reste lorsque Maxim fait tomber son Costard.

Dans ce troisième opus, Zach affronte ses démons pour y trouver la lumière. La laissera t-il s’éteindre, ou la laissera -t-elle lui réchauffer le cœur ?

A vous de le découvrir sans tarder ! Ne passez pas à côté !

Et si vous avez des préjugés sur les romances MM, ou que vous n’osez pas. Cette saga est faite pour vous, comme elle a été faite pour moi. Toutes mes barrières sont tombées, à vous de tomber les vôtres 😉 L’amour est beau fort et puissant… et surtout, il n’a pas de sexe.

Un merci énorme à Marie H.J pour sa confiance, une confiance qui a monté d’un cran avec ce troisième tome et je dois dire que le voir naître a été une magnifique aventure littéraire et humaine. merci pour ces bons moments

L’avis de Carine sur le roman de Bridget Page : Victoire



Titre : Victoire
Auteur : Bridget Page
Editions : Auto
Genre : Romance
Ebook : 3.99€
Broché : 15.99 €
Résumé : Victoire le sait : son temps sur terre est compté. Au seuil de la majorité, elle aspire à explorer le monde, sortir de la bulle protectrice dans laquelle son état et ses parents la confinent et s’offrir une échappée belle.En rencontrant Nathaniel, archétype du motard bagarreur et tatoué, elle ne se doute pas que les apparences peuvent se révéler trompeuses et découvre bientôt que son nouvel ami incarne tout ce qu’elle rejette, l’univers de dix-huit années de souffrance. Pour Nath, Victoire est un don du ciel, un cas d’école comme on en rencontre une seule fois dans sa carrière et, contre l’avis de ses pairs, il s’entêtera à la « réparer». Pourtant, ces deux-là devront apprendre une leçon essentielle : l’existence ne correspond pas toujours à celle que l’on s’est rêvée. Aussi faut-il en savourer chaque seconde comme si c’était la dernière. Car Jodie veille, depuis toujours, et elle entend bien avoir le dernier mot.
Mon avis :

Victoire fête son dix-huitième anniversaires. Si les jeunes filles de son âge en profiteraient pour faire la fête, ce n’est pas ce qui est prévu pour elle…

Jolie, brillante, malgré des études en pointillé, Victoire n’a pas grandi comme les autres. Son quotidien n’était que comprimés, injections, interventions chirurgicales et de longues périodes d’hospitalisation… Victoire lutte pour sa vie depuis son premier cri sachant pertinemment son combat voué à l’échec… La mort ne lui fait pas peur, mais elle aspire à savourer chaque minute que la vie lui offre. Elle se fiche de savoir quand et comment elle va mourir, elle veut juste profiter du temps qui lui reste à vivre ! Découvrir le monde, voler, nager, embrasser !

Cependant, le cocon tissé par sa mère l’étouffe, Victoire n’est jamais seule… et rêve autant de solitude que de voyages.

Aujourd’hui, elle a 18 ans. Aujourd’hui, elle est libre de voler de ses propres ailes si l’envi lui en prend… mais elle ne peut pas… Une partie d’elle l’en empêche, cette même partie qui lui pourrit la vie et qui la mène droit vers la mort.

Alors, lorsque ses parents lui offrent un week-end à Paris pour son anniversaire, elle est plus que ravie. Elle qui n’est jamais sortie de Marseille, va enfin découvrir la Capitale. Une virée Parisienne qui la mettra sur le chemin de Nathaniel…

Nathaniel est le plus jeune neurochirurgien en exercice à ce jour, et le plus talentueux. À peine 30 ans et il excelle dans son domaine et tente chaque jour d’accomplir l’irréalisable pour sauver des vies ou leur permettre un peu de sursis…

Quelles chances y avait-il pour que tous deux se retrouvent sur la même route ? Et si le destin ne les avait pas réuni par hasard et qu’il était destiné à lui apporter son aide ? Victoire acceptera t-elle ? Et Jodie, elle, elle en pense quoi ?

Et s’il fallait accepter la mort pour pleinement vivre sa vie ?

Lorsque nos jours sont comptés et qu’on ne sait pas de quoi demain sera fait … il nous reste toujours l’espoir… L’espoir pour les uns de ne pas voir partir les personnes qu’on aime…. L’espoir pour les autres de les sauver… L’espoir que le monstre décide de nous laisser du répit, ou accepter sa défaite… On peut toujours avoir l’espoir de tout, mais une chose que l’on apprend avec ce roman…. C’est quoi que nous réserve la vie, tant qu’on est vivant, on peut encore la vivre. La vivre fort, passionnément, à fond ! Respirer ! Voler ! Aimer… Donner…

Bridget Page nous emporte une nouvelle fois dans les méandres de sa plume en nous offrant une histoire d’amour hors du commun. Une histoire d’amour de la vie…

Avec Nath et Vic, elle nous offre un beau parcours de vie de deux êtres que tout oppose mais réunit grâce à, et à cause de ce qu’ils sont. Pour Nath, Vic pourrait être une victoire de plus. Son Job, c’est sa drogue, son adrénaline. Mais Vic n’est pas qu’une vulgaire image de scanner ou un dossier parmi tant d’autres. C’est une personne qui souffre… Pas de la mort certaine qui l’attend, non, elle souffre de vouloir vivre chaque seconde qui lui reste ! Chose que finalement Nath ne connait pas non plus car il ne vit que pour son métier. Mis à part quelques virés avec son club de Biker, il connait quoi de la vie ? C’est ce que Vic va lui montrer, lui faire prendre conscience qu’il est tout aussi condamné en se terrant dans son monde et ne cherchant que des prouesses techniques. En lui ouvrant les yeux, elle va aussi lui ouvrir son coeur… Mais là encore le bas blesse. Elle est jeune, inexpérimentée et … son temps est compté s’il ne trouve pas une solution…

On pourrait la croire capricieuse mais elle est simplement déterminée à s’affirmer en tant que jeune femme et aspire à se découvrir en tant que tel ! Prendre ses propres décisions et les assumer jusqu’au bout. Entière et déterminée, elle n’a pas de temps à perdre.

On pourrait le croire arrogant et ne voir en Vic que son prochain cas unique à traiter, le héros qui la sauvera et qui récoltera les lauriers,   mais c’est loin d’être le cas. Sa confiance et sa fougue sont un atout de taille dans son métier. Il n’est pas Dieu, il le sait. Il n’est pas non plus un homme irréfléchi, mais tant qu’il reste une chance, il y croit… Sa rencontre avec Victoire va cependant chambouler toutes ses certitudes…  ensorcelé par cette jeune femme prête à bouffer le monde et de s’en rassasier jusqu’à la dernière seconde.

Bridget Page ne nous laisse pas indemne une fois de plus en nous offrant cette histoire poignante, écrite avec beaucoup d’émotions mais aussi une recherche très fine sur tout les termes cliniques qui sont expliqués avec fluidité au milieu du récit sans jamais que cela gêne la lecture et qui au contraire, l’approfondit, car sans être médecin, on est jamais perdu.

Un grand merci à Bridget pour m’avoir permis de découvrir son roman en service presse. Mais je dis pas merci pour les mouchoirs !

L’avis de Carine sur Marginal, un roman de June Robin chez Lips & Co


Titre : Marginal
Auteur : June Robin
Genre : Romance
Collection Lips & Roll
Editions : LIps & Co
Ebook : 5.99 €
Broché : 16.99€
Résumé :

Thomas, bel homme, diplômé d’un master en finances, passionné de lecture. Sans domicile fixe.

Trouvez l’erreur…

Ou comment la vie peut s’avérer difficile pour un jeune dynamique, qui sur le papier a tout pour plaire.

C’est ainsi que Thomas affronte son quotidien, lui qui a trop peu connu l’amour et la bienveillance de son prochain. C’est pour cette raison qu’il refuse toute aide et c’est également pour cela qu’il hésite à s’ouvrir à Émilie, une jeune femme qui amène avec elle son lot de mystères et de surprises.

Comment accorder sa confiance à nouveau quand notre entourage nous a conduit à la rue ?

Une histoire humaine, comme on les aime, pleine de sensibilité et d’espérance en demain.

Mon avis :

Thomas bosse dans un grand parc d’attraction d’île de France, un boulot d’étudiant alors qu’il a terminé ses études depuis plus de six mois. Situation un peu risible, lorsqu’on est diplômé et que le monde des adultes nous attend sans nous tendre la main. Sa vie est loin d’être simple, comme il le dirait si bien lui même, elle est même… merdique. Thomas vit dans la rue depuis des années, et le manque de sommeil, la fatigue et le manque de nourriture a fini par l’abîmer, le rendre méfiant de tout et de tous… Tout comme ce qui l’a conduit où il est aujourd’hui… Mais il ne s’est jamais laissé abattre, pour preuve il a continué ses études, et s’il n’a aucune vie sociale hormis ses « copains d’infortune » qu’ils croisent régulièrement dans le parc, il compte bien réussir un jour à se sortir de la merde… Mais comment y parvenir lorsqu’on vit dans la rue ?

Les températures glaciales ont fini par arriver et le stress avec, comme chaque année, apportant alors son lot de soucis supplémentaire. Mais ce soir là, alors qu’il ne tient plus debout pris d’une grosse fatigue, son seul objectif est de retrouver son chat dans le parc, son petit compagnon dont il aime s’occuper. Malade comme jamais, il va se laisser persuader d’embarquer dans le camion des bénévoles qui va le mener au refuge pour la nuit et confier son chat à une inconnue, tout en s’acharnant auparavant sur elle, à coup de piques pour ne pas perdre la face de part sa situation…

Emilie… Qui ne comprend toujours pas son geste envers cet homme. Prendre son chat était une drôle d’idée, mais c’était aussi le seul moyen pour qu’il accepte d’être pris en charge par les bénévoles. Il avait l’air tellement mal en point, tellement jeune, et … si fier… Son regard l’obsède la nuit venue. Sa situation ne la laisse pas indifférente…. À moins que ce soit lui tout simplement ?

June Robin sort un peu des sentiers battus avec cette romance qui va traiter de sujets lourds. Nous sommes dans la triste réalité de la vie et notre SDF ne va pas se transformer en milliardaire pour nos beaux yeux, en encore moins pour ceux de la douce Emilie.

Emilie est une belle personne, discrète, qui aime la solitude malgré ses amis qui la sollicitent beaucoup. Sa rencontre avec Thomas va changer son quotidien. Lui donner un sens dans une période de sa vie assez mélancolique. Elle va se battre pour lui, mais lui ? Se battra t-il pour elle ? Acceptera t-il de lui faire confiance, accepter compter pour quelqu’un et lui faire une place auprès de lui ?…

Avec Marginal, on passe de l’autre côté de la barrière. On est à la place de la personne que l’on ne voit pas toujours ou que parfois, même, on évite. Et là, les questions fusent : Quelle vie mènent les gens sans domicile fixe ? Quelles relations sociales ont-ils ? Où dorment t-ils quand il fait si froid ? Et s’ils sont malades comment font-ils ? Que s’est-il passé pour qu’ils en arrivent à ne plus avoir de toit, de famille qui pourrait les aider ?..

L’auteur nous montre l’envers du décor, ce décor dont on ne parle pas assez et qui a pourtant toute son importance. Les bénévoles, les foyers, les médecins prêts à donner de leur temps pour les autres. Puis Emilie… cette jeune femme qui pourrait être vous, moi, avec son lot de problèmes, mais qui va prendre le temps nécessaire pour un homme qu’elle ne connait même pas et découvrir qu’aider les autres apporte aussi du bonheur. Surtout aider Thomas qui la touche plus que de raison et qui l’intrigue de par sa situation au vu de son âge. Mais l’aider c’est aussi se confronter à l’était psychologique de la personne. Six ans dans la rue, laissent des séquelles, tout comme ce qui l’y a conduit. C’est aussi souffrir du manque d’empathie de quelqu’un qui n’en a jamais reçu et qui ne sait pas comment pas accepter ne serait ce que de l’affection. Briser la carapace de cet homme, c’est bien, mais que va t-elle y trouver dessous ?  Et c’est là, mon petit hic dans ce récit. L’auteur à réussi à merveille à retranscrire l’évolution de Thomas, mais elle n’est pas pas entré dans les détails. Tout est survolé, aérien, avec des fins de chapitres un peu brute car on veut en savoir plus,  et en même temps l’essentiel est là pour ne pas qu’on perde le fil et garder le minimum d’émotions.

J’imagine que c’est un choix, car pousser le côté psychologique demande d’être précis dans ce qu’on avance. Cela lui a aussi permis de garder son intrigue qui a tout de même fini par me faire couler quelques larmes et cela m’a encore plus frustrée de me dire que, plus de profondeur et détails, auraient rendu le roman énormément poignant.

Malgré ce manque d’approfondissement, on tourne les pages les unes après les autres pour découvrir ce que nos protagonistes nous cachent en nous faisant prendre conscience qu’il ne faut pas discriminer des personnes ayant des difficultés, tout comme il faut être attentif aux autres. Que ce soit une personne qui vit dans la rue ou pas. Que tendre la main n’est pas si compliqué et que si la personne la refuse dans un premier temps,  c’est tout simplement un manque de confiance et d’une fierté qu’ils chérissent car c’est tout ce qu’il leur reste…

Un roman qui nous donne envie de remercier toutes les personnes de l’ombre qui luttent chaque nuit, chaque jour à aider les sans abris et pas seulement, pour leur donner un toit pour la nuit, mais qui font tellement plus que cela. Un roman qui vous pousse à être plus attentif aux autres en dévoilant une intrigue qui met en évidence le manque d’attention des personnes qui nous sont chères et que l’on ne « voit » pas vraiment. C’est toujours après qu’on se dit : mince si j’avais vu , si j’avais su …. mais c’est souvent trop tard…

Un grand merci à Lips and Co pour m’avoir permis de découvrir cette lecture qui sort des sentiers battus en service presse.

L’avis de Carine sur le roman de Livia Cruz The Girl next door… chez Lips & Co


Titre : The Girl next door…
Auteur : Livia Cruz
Genre : ✽ ✽ Une NEW ROMANCE pétillante
dans la collection Lips & Roll ✽ ✽

Editions : LIps & Co
Ebook : 5.99 €
Broché : 16.99€
Résumé :

Le mot « romantisme » ne fait décidément pas partie du vocabulaire de la ténébreuse Zahïa. Une relation sérieuse ? Non merci ! Quelqu’un à qui se confier ? Et puis quoi encore !

Jean-Baptiste, la honte de la famille Dubreuil selon ses propres parents, est pourtant bien décidé à dompter cette belle Égyptienne. Parce qu’au fond, d’amoureux à amant, la distance est faible, et JB s’est fait prendre au piège !

Mais la vie de la jeune femme est loin d’être simple, surtout quand un passé violent vient se rappeler à elle. Dès lors, comment prendre le risque de vouloir être deux ? Et surtout, comment se laisser aimer et aider quand on n’a toujours pu compter que sur soi-même ?

Mon avis écrit par #Carine :

The Girl next door… est un Spin Off de The Guy Next Door mais qui peut se lire indépendamment, même si je ne peux que vous conseiller le premier 😉

Une fois de plus, Livia Cruz nous offre une belle romance entre deux personnages venants de milieu totalement différents. Et pourtant, autant meurtris l’un que l’autre de façons différentes, mais par les personnes qui devraient compter le plus pour eux…

Depuis son retour en France, Zahia a emménagé chez sa meilleur amie Lily qui, je vous le rappelle, file le parfait amour avec Raphael. Elle qui passe son temps à voyager, aimerait bien poser un peu ses valises et rester profiter de son amie, mais aussi de JB. Fini les coucous par Facetime. Depuis son retour, ils sont vite passés à autre chose. Tout deux célibataires et ne recherchant rien d’autre que du sexe, on peut dire qu’ils se sont bien trouvés.

Mais Zaiha n’a jamais pu garder une relation amicale avec un homme qui a partagé son lit. Hors de question de parler d’elle, ou de montrer son vrai visage. Elle se cache derrière une façade qui n’est pas le reflet de ce qu’elle est vraiment. Seules deux personnes connaissent ses secrets.. Les plus sombres… les plus obscurs. Alors, lorsqu’elle se rend compte que JB est finalement plus que Sex Friend, et qu’il cherche à la connaitre plus. Elle ne mettra pas longtemps à mettre un terme à leur pseudo relation dans laquelle elle s’épanouissait sans s’en rendre vraiment compte… Tout comme JB, qui ne s’était pas aperçu à quel point, elle comptait pour lui jusqu’à ce que tout s’arrête…

Du sexe, elle sait faire ! mais pour ce qui est des sentiments, hors de question ! Pas de confidences sur l’oreiller et encore moins susurrer des mots d’amour. Zahia est un électron libre. Elle ne souhaite aucune attache et en ce qui concerne le romantisme … ne lui en parlez surtout pas, elle déteste la guimauve… À moins que… Elle ne s’en donne tout simplement pas le droit ?

Pour JB c’est très difficile. C’est la première fois qu’il se sent enfin à sa place et qu’il éprouve des sentiments. Il ne comprend pas pourquoi elle le repousse et aimerait tellement être celui qui la fera sourire chaque jour… Il n’a pas l’intention de lâcher l’affaire, sa belle Cléopâtre ne lui filera pas entre les doigts, mais avant cela… Il doit reprendre sa vie en main.

Avec The Girl next door… Livia Cruz nous offre une romance pétillante, mais avec un côté sombre qui m’a profondément touchée et aussi révoltée. Livia Cruz aborde des sujets épineux, tabous mais qui sont bien réels dans notre société, même si on en parle pas beaucoup. Une influence sociale sous deux formes différentes avec chacune leurs caractéristiques, mais les deux se rejoignent à leurs façons sur les répercutions qu’elles peuvent avoir sur nos héros. Des violences qui ne se ressemblent pas mais qui font aussi mal, émanant d’une autorité perçue comme légitime par ceux qui leur impose. Une influence que tout deux n’ont jamais accepté et font tout ce qui est en leur pouvoir pour se donner la chance de vivre la vie qu’ils désirent. Mais pour vivre heureux doivent-ils vraiment être libres et seuls ? Et si à deux, ils étaient pas forcément moins libres mais tout simplement plus forts ?
Cette lecture était un paradoxe ! Et c’est la plume de Livia qui souhaite cela. La façon dont elle fait évoluer ses personnages est très fine, tendre et dure à la fois, car il est vraiment très difficile pour Zahia de faire confiance, tout comme pour JB de se trouver et « se » faire confiance. Nous sommes dans une romance qui nous donne la pêche, la banane et à la fois, elle nous prend les tripes lorsque s’ouvre cette porte qui nous plonge de l’autre côté et nous montre l’autre façade de nos héros et ce qu’ils endurent vraiment. Les personnages sont attachants, haut en couleurs, profondément humains et entiers. Chacun est parfaitement ancré dans son rôle et le casting est parfait autant pour les principaux que les secondaires.

Toutes sortes d’émotions m’ont accompagnées durant cette lecture. Il y en a toute une palette : l’amour, la colère, la joie, la tristesse, le désir, la solitude, la peur, la honte, la tension, la détresse, l’hostilité, le dégoût, la fierté, le rêve, la détresse et enfin, l’apaisement…

The Girl next door… est une belle histoire sur les conséquences d’un passé difficile et la difficulté à reprendre sa vie en main et enfin oser. Osez aimer, osez aller au bout de ses rêves, osez accepter une main tendue… Car l’amour, tout comme la vie, ne ressemble pas toujours à l’exemple dans lequel on a toujours évolué. Ni dans celui de ses amis. L’amour est unique, et c’est à chacun de nous d’en écrire notre propre histoire et de vivre notre vie… Il suffit juste de ne pas avoir peur et se laisser aller. Faire confiance à l’autre tout en se faisant confiance à soi-même. Et cela vaut aussi en amitié en acceptant les mains que l’on nous tends 😉

Un grand merci à Lips & Co pour m’avoir permis de découvrir ce roman en service presse numérique. Merci à Livia cruz pour nous avoir offert l’opportunité de découvrir enfin le récit de Mini Ken et Cléopâtre, en espérant découvrir très bientôt celui de Dom.

L’avis de Carine sur Over the Bars – Tome 2 de Lindsey-T chez BMR


519o-aot-1l._sy346_cccc

Titre : Over the Bars #2
Auteur : Lindsey -T
Genre : Romance
Editions : BMR
Ebook : 9.99 €
Résumé : Depuis que la route de Nell a recroisé celle de Macsen, rien ne va. Ses colocataires commencent à se lasser de ses cachotteries, et son cœur s’est remis à battre pour lui faire plus mal que jamais. Elle n’est vraiment pas prête pour une nouvelle trahison. Surtout que son frère, toujours en prison, a plus que jamais besoin de son aide.

Nell est tombée… et cette fois, elle n’est pas sûre de pouvoir se relever.
25 chroniques de livreChallenge NetGalley France 2018Badge 80%Badge Critiques à la UneBadge Lecteur professionnel51156293_747703805587651_4474398488322375680_nOverTheBars2 #NetGalleyFrance

Mon avis :

Le verdict vient de tomber…. Over the Bars est bel et bien un coup de coeur ! Une pépite ! Celle que l’on dévore autant qu’on la déguste, car à aucun moment, nous nous désirons que cela s’arrête.

Nous retrouvons nos protagonistes là où nous les avions laissés en fin de premier tome. Je ne vais pas trop y revenir dessus pour éviter les spoils aux lectrices qui n’auraient pas encore lu le premier, je vais plutôt concentrer mon avis sur la trame et mon ressenti.

Nell a chuté… ça fait mal ! Même si elle souffre de contusions multiples, ce n’est pas ce qui l’a fait le plus souffrir, non… Ce qui lui fait mal, c’est son coeur, ce traitre qui bat pour un homme qui ne le mérite pas…. Toujours les mêmes questions qui se bousculent, toujours cette envie d’être dans ses bras malgré tout. Si elle peine à se relever, elle n’oublie pas que son frère a besoin d’elle. Elle continuera alors sa course folle pour l’aider mais, parfois, faire du mieux que l’on peut ne suffit pas… Demander de l’aide peut être judicieux… Ses amis ? Mac ? Mais s’il la trahissait une fois de plus ? Elle ne peut oublier ses fausses promesses…. Elle ne peut oublier le passée … Tout comme elle ne peut ignorer ce coeur qui bat aussi vite que quand elle pédale lorsqu’elle pense à lui…

51156293_747703805587651_4474398488322375680_n

Une suite magistrale ! Lindsey.T alterne toujours avec autant d’aisance le passé et le présent. Ce passé qui nous ouvre les yeux sur bien des secrets… Des non-dits mais aussi un amour vrai, celui qui compte, qu’on oublie pas… Celui qui fait souffrir…

Un deuxième tome plus sombre, plus profond, plus… bouleversant ! Il nous emmène sur des chemins qui vont nous toucher d’une façon inattendue. Rien n’est cousu d’avance.

L’auteur nous livre ses secrets par parcimonie, en nous rendant très friands de chaque détail qu’elle peut nous offrir. Un second opus captivant aux multiples rebondissements qui vont nous tenir en haleine du début à la fin sans omettre de nous émouvoir à plusieurs reprises. Le tout dans un décor toujours aussi bien décrit et qui permet un visuel parfait de notre lecture.

Over the bars n’est pas un simple roman d’amour. Il est tellement plus que cela. Il traite de nombreux sujets comme l’injustice et l’enfermement des mineurs. Et aussi l’emprise psychologique qu’un parent peut avoir sur sa progéniture et pas que… L’argent et le pouvoir achètent bien des choses… L’affrontement de deux mondes, Le choc sociétal : La collision entre celui de Nell et celui de Mac et tous les dommages collatéraux qu’il en résulte.

Un affrontement du présent contre le passé pour en faire un futur… Car c’est aussi l’histoire de la seconde chance : celle d’un amour perdu que le destin a choisi de réunir à nouveau. Celle de Luke de pourvoir reconstruire ce qu’il a perdu. Celle de Mac, de se faire pardonner et pouvoir s’expliquer sur le pourquoi et le comment. Mais aussi celle de Nell qui pourrait enfin se laisser à être heureuse, faire confiance et aimer…

L’héroïne Nell est très attachante. Dès le début, j’ai été saisie par sa fragilité qu’elle cache très bien sous sa détermination, mais qui dans ce second opus, se révèle telle qu’elle est. Avec ses doutes, ses peurs et son cœur qui ne demande qu’a aimer et surtout, à faire confiance… On pensait que Nell était plus affirmée par rapport à Mac, mais ils se cachent tout deux derrière une façade qui n’est pas le reflet de leur personnalité.

Nous allons également découvrir un autre Mac qui va prendre de l’assurance tout en souffrant des secrets dévoilés…

La plume de Lindsey T. est toujours aussi fluide et constante. Mais cette suite est bien différente de la première partie. Elle nous plonge dans une autre atmosphère. Un autre univers qui va nous bouleverser, parfois, devenant même anxiogène. On se met en colère, à crier à l’injustice mais aussi … rire et aimer. Un univers riche en émotions sincères. Un univers qui ne perd en aucun cas de son additivité bien au contraire. Ses rebondissement nombreux nous ouvrent les portes à la vérité, mais aussi à la rancœur… Les prises de conscience des protagonistes ( tous, les principaux comme les secondaires) et leurs choix sont très bien exploités, avec justesse au vu des éléments qu’ils ont, mais aussi au regard de la vie et de ce qu’ils en attendent.

L’auteur parvient à capturer toute la vérité d’une situation, avec une impressionnante justesse et maturité qui m’a beaucoup touchée.

Over the bars, un roman coup de coeur que je ne peux que vous conseiller. Pas de guimauve, pas de sentiments qui ne transpirent pas la réalité, autant les bons que les mauvais. Une fin aussi vraie que le reste, qui nous fait espérer peut-être un spin off sur d’autres personnages, mais qui ne pouvait pas en être une autre. Une fin logique si on souhaite rester dans la réalité.

Lindsey.T nous emporte littéralement là où elle le souhaite en nous offrant une histoire captivante dotée d’une intrigue qui tient bien la route, en y intégrant un sujet d’actualité qui la touche et dont elle nous montre du doigt les rouages d’une injustice.

Elle n’a pas fait Over the Bars en écrivant ce roman, bien au contraire, je la découvre sous un autre jour et j’en redemande encore et encore.

dddd

Test et avis de Carine sur les Bracelets Mantra


Des mots sur la peau

Fan de mots et de bracelets, Jane Devreaux a décidé de réunir ses deux passions dans une activité qui lui permet de s’évader quand les mots peinent à venir.
Auteur de Romance, elle aime le poids que peuvent revêtir certaines phrases. Et quoi de mieux que de pouvoir porter sur soi, son mantra, ses citations préférées ou encore une phrase qui donne la pêche !
N’oublie pas de briller – Suis ton cœur – Note à moi-même, Relax ! – J’peux pas j’ai licorne – Il faut viser la lune pour atteindre les étoiles Chaque jour à la fois – La vie est un cadeau – Vole de tes propres ailes – Just Smile – Un jour à la fois- Rien n’est facile, tout est possible – Croire en ses rêves – Repousse tes limites – Ne rêve pas, fais le ….. Et bien d’autres…

J’aime les mots… J’aime les bracelets…. Alors quand Jane a proposé de tester ses créations je ne pouvais que répondre présente ! Et je peux vous dire que j’en suis plus que ravie.

Vous pouvez bien entendu personnaliser vos bracelets avec vos propres citations, votre propre mantra, ou encore, pourquoi pas faire cela en groupe avec par exemple le bracelet de #Lateamdesétoiles !

Parfait pour la journée ou en soirée, seul ou à plusieurs, avec ou sans perles ! Pour ma part j’aime beaucoup porter les trois ensemble. Les perles s’accordent parfaitement au cuir et apportent un style encore différents que le cuir porté seul.

 

Mon mari à voulu m’en piquer un !! Ce qui veut dire que cela plait aussi aux hommes 😉

Les bracelets mantra c’est aussi une super idée cadeau! J’ai moi-même craqué et voici ma commande pour faire un cadeau à ma nièce qui est passionnée par les chevaux.

J’peux pas j’ai cheval – Il n’y a pas de secrets aussi intimes que ceux d’un cavalier et son cheval –

J’ai reçu ma commande dans les 48 h par lettre suivie et très bien emballée. Je précise que les FDP sont gratuit ❤

On peut également le régler à sa taille en fonction de notre poignet grâce à un système de boutonnière avec plusieurs niveaux différents. Longueur 21cm – 3 fermetures possibles suivant votre taille de poignet 20cm

 

Vous pouvez également retrouver les bracelets en perles Amazonite et Lave ou encore en perles naturelles qui s’accordent très bien avec les bracelets en cuir et font un bel ensemble à votre poignet

Je vous invite à découvrir sa boutique et n’hésitez surtout pas à passer commande et à nous faire voir les vôtres ! Les prix varient suivant les modèles à partir de 12.90 € pour les bracelets cuirs et 4,90€ pour les bracelets en perles naturelles

Boutique Bracelet Mantra sur Etsy. ici

ou encore avec le lien direct par :

https://www.etsy.com/fr/shop/BraceletMantra
Tailles recommandées bracelets cuir véritable :

– Homme : 24cm – 22cm – 20cm
– Femme : 20cm – 18cm – 16cm
– Enfant : 16cm – 14cm – 12cmCouleurs disponibles : Noir, marron ou beige avec lettres : or, argent ou marron
⚠️Attention les couleurs peuvent différer légèrement de la photo

L’avis de Carine sur The Boy Next Room vol. 1: La nouvelle série stepbrothers d’Emma Green


Titre : The Boy Next Room 1/4

Auteur : Emma Green

Genre : Romance young Adult

Editions : Addictives

Ebook : Prix de lancement 3.99 € puis 4.99 €

Résumé : Hériter de quatre demi-frères d’un coup, c’est trop, beaucoup trop pour Céleste, éternelle solitaire, qui n’a jamais trouvé sa place nulle part. Envoyée chez son père biologique qu’elle connaît à peine, dans une immense réserve animalière au sud de l’Australie, elle perd tous ses repères. Surtout quand l’un des frères Farrow l’attire, la désarme et fait naître en elle des sentiments inavouables.
River est fascinant. River est en guerre contre la terre entière. River n’est pas pour elle. Mais River est juste dans la chambre d’à côté…
Et les choses se compliquent vite quand on accepte enfin de ne plus faire chemin seule.

Mon avis écrit par #Carine :

Céleste, jeune française se voit contrainte et forcée par sa mère d’aller vivre en Australie chez son père biologique qu’elle connaît à peine. Une visite en 18 ans, on ne peut pas dire que la complicité sera de mise. Mais même si  Céleste fait ressentir son mécontentement, elle n’en a finalement que faire, cela lui importe si peu… Tout ce que souhaite la jeune fille, c’est devenir transparente. Ne plus faire de vagues, être une autre…  Cela sera-t-il plus simple de l’autre côté du Globe ? Pas si sûr…

Son mal être la suit dans ses bagages, des bagages un peu trop lourds pour une fille de son âge qui devrait respirer la joie de vivre, penser à ses études et aux garçons. Mais Céleste n’a jamais trouvé sa place, elle est mal dans sa peau, incomprise, écorchée, blessé   … Trop … rousse, trop fade… trop de poitrine… Trop de tout… Tout ce que l’on pense savoir d’elle c’est qu’elle n’a pas la langue dans sa poche ni froid aux yeux et pourtant… Derrière cette façade de sauvageonne se cache le petit animal blessé, solitaire qui s’étouffe de ses cris intérieurs et dont les cicatrices invisibles aux yeux de tous la font souffrir plus que de raison….  Elle n’attend rien de personne, rien de son père, encore moins de ses demi-frères qu’elle ne connaît pas, et qu’elle n’a jamais considérés comme tels…

Pas évident pour la jeune fille de se retrouver dans une famille qu’elle ne connaît pas et d’en suivre les règles. Surtout lorsqu’elle va se retrouver face à River, le plus sauvage de tous ses demi-frères, mais aussi le plus hostile à sa présence… Pourtant ils se ressemblent tellement tous les deux. Deux contre le monde entier, deux âmes solitaires… deux écorchés… Ce garçon l’énerve autant qu’il peut l’attirer. Il est troublant, animal et fait naître en elle des sentiments jusqu’à là encore inconnus… des sentiments qu’elle n’a pas le droit de ressentir mais contre lesquels elle ne peut lutter… River est son demi-frère, ce n’est pas normal qu’il soit aussi, son unique obsession !  Son âme est foutue ! Le bush australien devait être son paradis, mais il  sera son enfer !

Une fois de plus je me serais laissée surprendre et emporter par la plume du duo des Emma Green qui nous emmènent au pays des Kangourous en pleins Bush australien. Le décor est posé, c’est magnifique et dépaysant.

Si je pensais découvrir les bases du récit dans ce premier volume, je me suis complètement fourvoyée. Dès les premières lignes nous sommes au cœur de l’histoire. Une histoire qui s’annonce très complexe et douloureuse mais paradoxalement,  aussi très intense et sexy à souhait. River Farrow en serait-il la cause ? Je plaide coupable ! Comment voulez-vous résister …. Beauté animale, troublante, un air mauvais au fond des yeux mais à la fois sexy et plein de défis … je continue ?  Hum pas la peine vous m’avez comprise…. On ne peut que comprendre Céleste qui va lutter tant bien que mal contre cette attirance. Une attirance qui a tout de même l’air réciproque et qui rend donc la chose encore plus difficile pour elle.

Et c’est dans un rythme soutenu, qui nous impose une lecture sans pause entre les tensions et les situations compliquées, qu’Emma Green nous offre une nouvelle pépite avec un panel de personnages très colorés aux personnalités bien caractéristiques.

Les personnages masculins sont tous charmants et particulièrement le petit dernier de la fratrie auquel on s’attache sans préavis. Tous, ont ce petit quelque chose qui les caractérise et qui fait qu’on ne peut que les aimer dès le premier regard. Y compris Dark Vador,  le pseudo père qui n’est pas si mal que ça finalement.  Pour les personnages féminins je passe mon tour, très caricatural dans ce premier volume, j’attends d’en savoir un peu plus 😉 hormis pour notre héroïne qui est plus que touchante et qu’on aimerait bien prendre dans ses bras en lui disant que tout ira bien mais… Elle nous enverrait surement paître ! Céleste est un petit volcan qui gronde sans jamais exploser mais dont la braise la consume de l’intérieur… Une jeune fille perdue qui semblait trouver un semblant de place, un début d’une nouvelle vie et qui se retrouve une fois de plus à ne pas pouvoir la vivre. À ne pas pouvoir laisser parler les sentiments qui naissent pour la première fois en elle et qui pour une fois sont des sentiments qui lui font du bien.

Quand on lit une histoire comme celle-ci, on ne peut pas ne pas rester indifférente face à la douleur et la situation, ni s’empêcher de se remettre en question sur ce qui est juste, normal ou interdit et quelle est la conduite à avoir. C’est la boule au ventre que j’ai tourné la dernière page… car il est clair que Céleste ne sera pas la seule à souffrir… C’est toute la famille qui risque d’exploser en en mille morceaux… Une famille qui avait l’air pourtant bien unie à son arrivée….

Un grand merci aux Editions Addictives pour m’avoir permis de découvrir cette superbe lecture en service presse numérique.