L’avis de Carine sur A trois je vous aime -Tome 2. Un roman de Lougane Rose chez Lips & Co


41thfZtFJgLTitre : A trois je vous aime

Auteur : Lougane Rose

Edition : Lips & Co

Genre : Romance

Ebook : 5.99€

Broché 16.99€

Résumé : « Les mauvaises fées se sont, j’en suis persuadée, donné rendez-vous au-dessus de mon berceau pour faire de ma vie sentimentale un immense et gigantesque merdier ! Et pourtant un frisson exquis et violent secoue mon corps tendu. »

C’est avec difficulté que Lilie tente de s’éloigner de Valentyn et Léandre afin de les préserver. La jeune femme fait tout pour lutter contre ses sentiments, taire ses désirs et ses besoins, mais son bonheur ne peut exister loin des deux hommes de sa vie. Surtout quand ces derniers refusent de respecter ses volontés et restent plus présents que jamais.

Cependant les règles du jeu semblent avoir changé, et il n’est plus question d’amitié entre les deux colocataires qui se considéraient pourtant comme des frères. Partager Lilie ? Plus jamais !

Dans cette lutte acharnée pour les faveurs de la belle, qui sait s’il peut vraiment y avoir un gagnant ? Vouloir tout avoir, c’est également prendre le risque de tout perdre…

Mon avis ; 

Une suite à la hauteur du premier tome qui nous emporte dans un tourbillon d’amour et d’émotions qui nous prennent aux tripes. Comment ne pas comprendre Lilie qui a tout fait pour s’éloigner de ses deux amants le cœur lourd, au point de lier sa vie à un autre homme… Lutter contre ses sentiments n’est pas chose facile et malgré tout ses efforts, elle va s’avouer vaincue.

Cependant, pour Valentyn et Léandre, les règles ne sont plus les mêmes. Malgré leur pacte, ils ont fini par s’entre-déchirer et comptent bien à ce jour gagner le cœur de la belle sans que l’autre ne rentre dans l’équation. Hors de question de la partager à nouveau mais… Comment peut évoluer une relation à deux, lorsqu’elle a toujours été équilibrée à trois ? Ne risquent-ils pas de la perdre pour toujours ?

C’est une Lilie heureuse et amoureuse que nous retrouvons dans ce second tome mais, tout aussi perdue et bouleversée par ses intenses et troublants sentiments. Son preux chevalier est venu la sauver d’un mariage sans saveur, en l’emportant dans son Jet pour la ramener dans son lit. Là où était sa place. Sauf, qu’il manque une béquille à cette relation car, Léandre ne fait plus partie de la vie de Valentyn et donc plus de la sienne… Aimer deux hommes n’est pas conventionnel et pourtant… Leur relation n’est complète que lorsqu’ils la partagent. Ni totalement comblée par l’un, ni par l’autre, Lilie a besoin que la Trinité soit complète pour son équilibre. Sauf que pour les deux hommes, il n’est plus question de partager. Valentyn qui ne jouera pas franc-jeu pour garder son cœur, n’a pas gagné en sagesse avec les années qui se sont passées et la garde jalousement près de lui. Quitte à faire souffrir Léandre qui lui, a bien changé. Plus mature, plus posé… Mais, la rivalité entre les deux hommes est bien plus que présente même s’ils n’ont pas décidé de jouer la partie de la même manière. Aujourd’hui, ce sont deux ennemis qui se font face avec à la clé la femme de leurs rêves mais aussi, Soan…

Entre secrets, non-dits, rebondissements, jalousie et amour fou, Lougane Rose nous offre une suite à faire chavirer les cœurs. Elle nous guide aussi dans nos choix dans ce tome, pour nous faire prendre un parti, à contre cœur certes, mais nos choix s’affirment petit à petit tout comme celui de Lilie. Mais comment effacer la Trinité de nos cœurs ? Une plume toujours aussi juste et pleine d’émotions qui traduit à la perfection les sentiments de nos protagonistes, cet amour dingue, intense mais tellement beau et fort que parfois, j’ai eu l’impression qu’elle nous livre sa propre histoire. Pour décrire aussi bien les sentiments qu’éprouvent notre trio et nous les transmettre de façon aussi percutante, elle ne peut que l’avoir ressenti un jour… Qui sait d’ailleurs 😉 ? Elle a cette faculté de nous transmettre les émotions avec facilité et de nous toucher en plein cœur au point de laisser de côté les préjugés. Car, cette complémentarité qui leur est essentielle ne pourra pas durer. Le vertige de ce triangle amoureux pousse à la réflexion sur la complexité des couples polyamoureux.

Lougane Rose caresse de sa plume avec justesse les étapes qui mèneront à  » la chute » inévitable de cette histoire. Reste à savoir qui sera le grand gagnant sachant que dans tous les cas, ils seront aussi tous perdants, à moins que… ce soit la raison du cœur qui l’emporte car, il est bien connu que le cœur aura ses raisons que la raison ignore.

Une lecture qui nous rend dépendant de chaque page qu’on tourne, telle une drogue. En quelques mots,, la trinité est addictive ! Impossible de lâcher le roman dès lors vous le commencez. J’ai, d’ailleurs, attendu mes vacances pour attaquer le dernier tome, ne voulant être dérangée et sous aucun prétexte. De plus, aucune redondance n’est à déplorer. Chaque tome a un schéma différent. Un tome 2 mais, pas moins addictif que le premier et le sera sûrement moins que le dernier et je vous parle en connaissance de cause.

Un grand merci aux Éditions Lips & Co pour m’avoir permis de découvrir cette suite dans sa version brochée que je ne peux que vous conseiller à mon tour.

65206777_826416831070373_3551012336800104448_n

 

L’avis de Carine sur Touche-moi, un roman de Lily Tortay chez Addictives Editions


41SANrONA-L

Titre : Touche-moi

Auteur : Lily Tortay

Genre : Romance

Editions : Addictives

Ebook : 4.99€

Résumé : Impénétrable, mystérieux… indomptable.

Chris est sculpteur, ombrageux et renfermé. Il refuse de laisser qui que ce soit entrer dans son univers.
Et quand Iris doit photographier ses œuvres pour un reportage, c’est le clash immédiat.
Elle est curieuse et déterminée, lui est aussi intrigant que désagréable…
Iris va plonger dans un monde de mystères, de mensonges et de secrets, où elle risque bien de se perdre…

Mon avis :

Danielle et Iris se sont rencontrées à la Fac et sont devenues les meilleures amies du monde. Depuis, elles ne se quittent plus. Si la première dirige un magazine qui traite de la vie artistique de San Francisco, Iris use de ses talents de photographe en illustrant ses articles régulièrement.

Photographe Free-lance depuis cinq, elle rêve que son travail soit un jour remarqué et qu’elle puisse enfin en vivre dignement. En attendant, elle bénit le fait que le magazine de son amie soit son plus gros client. Elle s’arrange, d’ailleurs, toujours pour la mettre sur de bons coups, comme aujourd’hui.Danielle doit interviewer un sculpteur de renom et Iris immortaliser ses œuvres sur papier glacé.

Chris Greyson… Le sculpteur à l’intensité écrasante, aussi méprisant qu’arrogant mais aussi m, très intrigant… Un homme des cavernes, cloîtré dans son atelier, il refuse tout contact depuis deux ans alors, qu’il menait une vie digne d’une rock star en faisant souvent parler de lui. Si aujourd’hui, il ne ressemble pas à grand-chose, à part à un homme de Cro-magnon bourru, son talent lui est indéniable…et sa façon de scruter Iris la déstabilise carrément !

La connexion entre eux est immédiate mais, il a une manière affolante de souffler le chaud et le froid ! Un coup loup, un coup agneau… Ce mec est cinglé ou un peu trop connard, voire les deux à la fois serait la bonne définition. Mais, Iris est bien trop fière et déterminée, un brin curieuse aussi à son égard pour ne par se laisser prendre dans un jeu qui pourrait se nommer : Viens vers moi que je puisse te fuir. Ce qu’elle ressent en sa présence, la dépasse complètement. Elle a autant envie de lui envoyer son poing dans le nez que de l’embrasser jusqu’à en perdre haleine…

Avec Touche-moi, Lily Tortay nous offre un magnifique moment de lecture comme je les aime. Déjà, de part le thème qui n’est pas celui qu’on rencontre dans tous les romans et qui apporte un peu de nouveauté et un renouvellement rafraîchissant. C’est toujours un plaisir d’évoluer dans le milieu artistique dans mes lectures car, les personnages sont toujours dans leur monde et un peu complexe.

Touche-moi, n’aborde pas qu’une mais, deux disciplines artistiques que nous retrouvons avec la Sculpture et la Photographie. Deux Arts qui vont se réunir de deux manières différentes et devenir complémentaires pour un seul et même but : Faire percevoir la beauté d’une même œuvre sous un regard différent en y mettant toute l’émotion qu’il est possible de percevoir. Puis aussi, par sa manière de pousser les personnages l’un vers l’autre avec cette retenue qui n’appelle qu’au lâcher-prise tout en se servant des sens de chacun d’eux.

Une romance toute en sensibilité qui ne manque pas d’émotions et encore moins de rebondissements. Ce qui donne un rythme particulier entre les mystères, les secrets et les coups bas. Deux protagonistes que je qualifierais de « sauvageons » de par leurs caractères et leurs manières de se comporter en s’apprivoisant l’un et l’autre. Ils se cherchent, se trouvent, s’affrontent dans un duel plein d’émotions et de sentiments.

Une plume fluide qui nous permet une immersion sans préavis dans le récit en nous permettant d’avoir les points de vue de chacun d’eux. Intense dans sa manière de nous faire visualiser les sens utilisés par nos héros comme : Le touché mais, aussi la vue. Elle arrive à nous les faire ressentir, nous émouvoir et transmettre les messages qu’elle passe par ces scènes qui sont plus que fantastiques. Des personnages secondaires géniaux qui font partie intégrante du récit et auxquels nous ne pouvons que nous attacher. Je peux dire qu’ils ont tous des caractères aussi forts qu’attachants et ce, pour notre plus grand bonheur. Une belle lecture toute en sensualité que je vous recommande.

Un grand merci aux Editions Addictives pour m’avoir permis de découvrir cette belle romance en service presse.

41SANrONA-L

 

L’avis de Carine sur votre Saga de l’été Sweet Summer de Marie HJ


Titre : Sweet Summer

Les rendez-vous  :
Le 05 Juillet, Livre 1, Marlone
Le 19 Juillet, Livre 2, Milan
Le 02 Aout, Livre 3, Valentin
Le 14 Aout, Livre 4, Dorian

Auteur : Marie H.J

Edition : Auto

Private Editions

Genre : MM

Ebook : 3.49 €

Broché : 10.99 €

Sweet Summer, la saga de l’été à ne manquer sous aucun prétexte !

Un été pour tout changer.
4 cœurs esseulés
3 destinations
2 mois de vacances
1 pacte, l’amour à trouver
L’été sera-t-il « Sweet » pour ces 4 amis prêts à relever le défi ?

Mon avis :

51H-0CVOjVL._SY346_Une saga fraîche et légère qui démarre sur les chapeaux de roues avec le beau Marlone et qui finira en apothéose avec Dorian.

Marlone, Milan, Valentin et Dorian sont quatre garçons qui se sont rencontrés par le biais d’une association qui les a sauvés à un moment délicat de leur vie où ils avaient besoin d’aide. Tous différents et pourtant, liés par une amitié improbable mais surtout solide et sincère, depuis maintenant quelques années. Les quatre forment une fine équipe. Ils n’avaient rien à faire ensemble de base mais, qui se sont bien trouvés grâce à « Sweet Home »…

Sweet Home, dirigée par Jean-Eudes et sa femme Magdalena est une association venant en aide aux jeunes hommes Gays dans le besoin. Et au vu du succès de leur journée « Sweet Home Solidarité », ils peuvent être heureux et fiers de l’écoute et de l’aide apportées à toutes ces familles qui se sont réunies pour l’occasion comme à chaque année. Cependant, Jean-Eudes n’est pas entièrement satisfait de l’évolution des quatre amis qui ne s’envolent jamais très loin de l’association et cela depuis qu’il les a remis d’aplomb. Certes, toujours prêts pour la déconnade, toujours prêts à se charrier ou encore à apporter leurs aides, mais sont-ils vraiment heureux ?

516w3MexSYL._SY346_Dorian bosse comme un dingue et a toujours peur de chuter. Pas de vie privée, pas de pause… Il passe à côté de sa vie.

Milan, le petit jeune de la bande toujours souriant et auquel on s’attache sans s’en rendre compte a dépassé, lui, ses angoisses et avait même réussi à se mettre en couple jusqu’à ce que ce dernier explose et qu’il en bave grave.

Le beau Valentin, l’hypnotique, la plus belle fierté de Jean-Eude qui impose le respect. Brisé en des millions de particules, il a réussi à se reconstruire auprès de ses amis mais sans pour autant museler les fantômes de son passé.  Il avance sans vivre vraiment, on dira qu’il survit et c’est déjà pas mal pour lui..  Il a certes recoller quelques morceaux de son âme mais son coeur comme son corps restent, intouchables…

Puis, nous avons Marlone, le sportif de la bande, le révolté qui se fout du-qu’on dira-t-on. Le boxeur au charme fou et aux fossettes à vous couper le souffle. Aujourd’hui, Il est beaucoup plus serein et a enfin perdu toute cette haine qu’il portait en lui. Ses valises sont posées mais, malheureusement pas son cœur auquel on a rabâché trop de fois qu’il n’avait pas le droit d’aimer. Alors, il navigue d’un mec à l’autre, sans jamais s’amarrer à aucun port comme si l’accès lui était interdit…

L’ultimatum… 

Jean-Eude leur donne deux mois ! Deux mois pour prendre leur vie en main et lui prouver qu’il n’a pas merdé avec eux. Deux mois pour ouvrir leurs cœurs et trouver l’amour. Deux mois pour le rendre heureux, qu’ils soient heureux… Mais peut-on tomber amoureux en un été ?

66824851_2240125759437461_8064777108083179520_nEt c’est Marlone, belles fossettes qui va se faire attraper le premier.

Une saga fraîche et pétillante qui se lit d’une traite sans se prendre la tête malgré le sujet de base qui reste fort et qui est ancré profondément dans le récit. Une lecture tendre émouvante et pourtant si révoltante à maintes reprises malgré, le ton léger que l’auteure a souhaité lui apporter. On ne peut pas faire léger lorsqu’on se retrouve face à des protagonistes qui souffrent de la méchanceté et de l’incompréhension des êtres humains qu’ils soient de leur famille… ou pas.

Pourtant, Marie H.J réussit avec brio une fois de plus à imposer ce qu’elle souhaite nous partager tout en gardant une ambiance estivale qui nous emmène dans un camp de vacances dans un premier temps avec le premier opus où Marlone va déposer les armes face à Tristan. Ce dernier, a su voir au-delà des apparences et attendre de lui ce que personne ne lui a jamais demandé. Mais Tristan c’est aussi celui qui a du mal à assumer son homosexualité face aux regards de ceux qui comptent pour lui et qu’il déçoit. Particulièrement, son fils Damien qui compte plus que tout. Plus que sa vie, plus que sa sexualité et avec lequel ses rapports sont très conflictuels.

Puis, nous prendrons la mer avec Milan, Chloé, Elsa et le beau Emeric à bord du voilier familial « La Gironde » qu’ils se partagent à trois familles chaque année. Chacun vaque à ses occupations au grand Dam de Chloé qui s’ennuie et qui va mettre en place, avec la complicité de sa sœur Elsa, un piège qui va se refermer sur Emeric en le poussant dans ses retranchements. Le forçant de par ce fait, à faire son coming-out… Entre parties de rire et coup bas d’une peste qu’on ne peut qu’adorer, entre des mamans qui couvent leurs enfants et n’aspirent, plus que tout, qu’à les voir heureux , Milan et Emeric, les deux amis d’enfance vont se découvrir sous un nouveau jour… Et nous offrir à nous, un merveilleux moment de lecture fort en émotions, frustration et rigolade.

Nous partirons ensuite faire un peu de camping et du surf en compagnie de Valentin mais aussi de machin bidule truc qui apportera aussi sa patte au récit. Un récit que j’attendais plus que tout, car Valentin est le plus brisé des quatre amis et découvrir ses démons et ses failles a été une grosse épreuve, et pourtant… J’ai aussi aimé rêver, rire des situations cocasses ou encore tremblé et pleuré de celles qui étaient émouvantes. Je ne bois plus que des grenadines, parfum de mon enfance que j’avais presque oublié, et avec une paille, s’il vous plait !

67271545_1207923662723767_8277504965648318464_nC’était pour ma part, le tome qui compte le plus, celui qui tient tout l’équilibre de la saga entre ses pages, celui qui m’a fait fondre pour un vétérinaire hétéro qui prouve que le coup de foudre existe face à la beauté pure et envoûtante d’un être, d’un coeur… Et qu’importe le sexe qui se cache sous l’enveloppe charnelle, s’il a décidé d’arrêter de survivre mais, plutôt de vivre. La vie réserve parfois des surprises et des opportunités qui font qu’on ouvre les yeux en grand et qu’on décide de vivre enfin nos rêves… Il faut parfois juste trouver le courage de faire le premier pas vers eux… Le courage d’aller vers l’avant en laissant le passé à sa place. Prendre la déferlante qui arrive et se laisser porter en glissant, heureux et si chute il y a… accepter de prendre cette main tendue vers l’avenir…

Puis, Dorian viendra clôturer son histoire dans le quatrième et dernier volume. Cet homme qui ne sait pas dire non. Non au boulot, non à prendre du temps pour lui, non à une famille qui profite de lui et dont il se sent responsable. Y compris de Valentin duquel, il est vraiment proche depuis leur rencontre 8 ans plus tôt, et qu’il protège comme une louve pour qu’il ne souffre pas. Prêt à en découdre avec quiconque qui le blesserait. Et comme Dorian ne prend jamais de vacances, c’est dans son club que nous allons le rejoindre où son nouveau bras droit qui n’est pas si nouveau que ça du point de vue intime, et avec lequel il va pouvoir un peu joindre l’utile à l’agréable. Dorian arrivera-t-il à vivre enfin pour lui ?

Si dans Sweet Summer, Marie H.J a voulu mettre en avance la romance, le coeur, la douceur et la passion, je me dois de vous dire, et de lui dire aussi, que c’est un pari réussi. J’ai passé des moments de lecture intenses, émouvants et passionnants. Elle a réussi une fois de plus à m’emporter dans son univers avec me faisant vivre les aventures de ses chouchous comme si nous les rencontrions pendant nos vacances et que l’on faisait un bout de route avec eux. C’est toute une histoire qui se tisse et se déroule sous nos yeux même si chaque tome est consacré à un protagoniste différent et si chaque fêlure l’est aussi. Ils sont tous les quatre avant tout des hommes fragilisés par un vécu qui certes, est derrière eux mais, qui a tout de même laissé des stigmates qui les empêchent d’ouvrir leurs cœurs pour entrevoir un quelconque avenir. C’est tout un ensemble de situations qui s’imbriquent les unes aux autres pour nous apporter un magnifique récit rempli de tant de choses, tant de messages forts et profonds, tant d’amour, d’amitié, de liens familiaux qu’ils soient bons ou pas et bien d’autres sentiments encore.

Marie H.J nous immerge dans une ambiance fantastique et des conversations dont on ne peut se passer et qui font que l’on se marre encore et encore. Et je crois que me marrer et un mot bien trop doux pour qualifier la conversation Sweet Summer. Elle est le centre de tout, le poumon qui apporte l’air nécessaire aux 4 amis qui ne font plus qu’un. Elle est le coeur qui bat et crie haut et fort : Un pour tous – Tous pour un. Elle est ce lien qui nous montre l’amitié qui les unit et à quel point, ils sont importants les uns pour les autres. Qu’importe l’heure, qu’importe le souci, il y aura toujours un qui sera là pour l’autre.

Une chute plus que parfaite pour nos 4 amis et tout ce qui fait d’eux ce qu’ils sont, ce qu’ils étaient, ce qu’ils deviennent et avec qui ils le partagent…

Un grand merci à Marie pour sa confiance et pour tous ces messages qu’elle véhicule dans ses écrits qui font ouvrir les yeux.

ATTENTION : Homo-romance comportant des scènes explicites, réservées à un public averti.

64882561_650405065368361_4551643625464791040_n

 

L’avis de Carine sur Deep Love de Vanessa Martin


41IYF8x68wL
Titre : Deep Love
Auteur : Vanessa Martin
Genre : Romance
Editions : Lips & Co
Collection : Lips & Roll
Ebook : 5.99 €
Broché : 16.99€
Résumé : « Je devrais peut-être chercher des médicaments pour m’aider. Tu crois que ça existe, des comprimés pour ne plus souffrir ? Ce serait tellement plus simple… »

Marie est une jeune femme enjouée jusqu’au décès de sa meilleure amie, Sophie. Là, c’est tout son univers qui s’écroule. S’isoler, boire, se plonger dans ses études, ou même écrire des lettres à sa complice disparue, tout ça ne suffit pas à soulager sa douleur.

Aussi, quand Isaac, le frère de Sophie, découvre dans ses affaires une « liste de choses à faire avant de mourir », il a une idée folle : réaliser ses rêves pour lui rendre un dernier hommage.

Tous deux se lancent alors dans l’aventure avec l’intention de faire leur deuil, sans savoir que cela les rapprochera bien plus qu’ils ne l’auraient imaginé…

Mais il se pourrait que Sophie n’ait pas livré tous ses secrets.

Et si elle n’était pas celle qu’ils pensaient ?

Mon avis :

2 h 17 du matin… Le téléphone qui ne cesse de sonner puis les mots…. Les mots que Marie n’oubliera jamais jusqu’à sa course vers l’hôpital… Sophie, sa meilleure amie d’enfance et colocataire, vient d’avoir un accident. C’est irréel, impossible, cela ne peut pas être elle. Sophie était censée être entrain de dormir à la maison. Comment se fait-il qu’elle ait pu se faire renverser par une voiture au beau milieu de la nuit… Comment se fait-il qu’elle ne l’ait pas entendu sortir ?

Tant de questions se bousculent dans sa tête sur le chemin qui guide ses pas jusqu’à son chevet. Marie qui arrivera trop tard va la supplier de se réveiller. Trop jeune pour partir, trop jeune pour ne pas vivre tout ce qu’elles ont encore à vivre ensemble, trop jeune pour mourir… Trop importante pour l’abandonner.

Sa meilleure amie, son âme sœur, son Tout est parti, bien trop vite cette nuit du 22 juillet 2015, rejoindre les anges…

35 jours plus tard, Marie est toujours sous le choc. Elle ne vit plus, ne dort plus et boit plus que de raison. Les parents de Sophie s’entredéchirent et son frère Isaac a choisi de fuir sa peine en partant aider les autres au bout du monde. Elle est seule avec sa peine…

Aidée par un psychologue, il lui conseille de continuer ses échanges avec son amie. Marie commence à lui écrire des lettres, beaucoup de lettres. Mais n’atténuera vraiment sa peine ni sa douleur. Elle est en permanence comprimée dans un étau et sombre jour après jour.

Alors elle se rapproche de ce que tout ce que Sophie aimait et commence à lire une par une les romances qu’elle collectionnait en grand nombre et les dévore tout en « discutant » de ce qu’elle en a pensé dans les lettres qu’elle lui adresse. Ces lettres qui représentent l’échappatoire à sa douleur et lui permettent de la sentir toujours auprès d’elle.

Le temps de laisser le temps au temps d’atténuer sa peine même, si elle sait très bien qu’elle aura toujours un trou béant dans son cœur.

366 jours… C’est ce qu’il a fallu à Marie pour reprendre pied et la laisser partir… et c’est le temps qu’il a fallu à Isaac pour revenir…

Ne pas oublier… Continuer à vivre…

Pour y arriver, Isaac et Marie vont se lancer dans une drôle d’aventure qui aura pour but de rendre un dernier hommage à celle qu’ils aimaient plus que tout. Une aventure qui va les rapprocher mais, va aussi livrer des révélations auxquelles ils ne s’attendaient ni, l’un ni, l’autre.

Sophie avait bien des secrets… Et Marie la découvre sous un autre jour…

Deep Love… Une magnifique romance en deux parties qui m’a tiré des larmes dès les premières page. Vanessa Martin nous fait sombrer dès le départ dans la souffrance qu’apporte la perte d’un être cher puis toutes les étapes qui l’accompagne pour y faire face. Après avoir passé celle du deuil, elle nous emmène sur le chemin de l’acceptation, puis de la reconstruction, avec comme unique base, les souvenirs et tout l’amour qui entourait leur amitié.

On plonge directement dans le cœur de l’histoire, dans l’œil du cyclone, noyées d’intenses émotions, … Tout n’est que tempête autour de Marie, tout s’effondre, s’envole. Mais là, au milieu de cette douleur, tout est calme, vide… Vide de vie, vide d’envie…

Puis une deuxième partie, dans laquelle la nuit laissera place à la lumière du jour. Avec tout d’abord un soleil bien pâle mais, qui deviendra de plus en plus lumineux au fil du temps. Le temps de tout remettre en ordre, de se reconstruire et de pardonner.

Une histoire émouvante, bouleversante remplie d’amour, de révélations, mais, aussi de surprises auxquelles on ne s’attend pas forcément. Des personnages attendrissants, magnifiquement attachants, chacun à sa manière. J’ai aimé suivre leur parcours, leur reconstruction mais, aussi leur rapprochement qui ne se fera pas sans mal.

La plume de Vanessa Martin est prenante, douce et surtout réaliste dans le cheminement psychologique des protagonistes. Elle est aussi bien imagée car, elle décrit et détaille le tout dans une précision sans lourdeur.

J’attire votre attention cependant, sur la première partie que vous aurez peut-être tendance à passer outre. Certes, les lettres sont nombreuses et prennent une grande place dans le roman, mais, elles sont aussi très importantes car, on y découvre tout ce que ressent Marie. Sa douleur, ses doutes, son désespoir, ses terreurs. Mais, aussi son envie de reprendre le dessus, ses rêves et tout simplement, le déroulement de toute une année de vie après avoir subi le choc d’une perte. Parfois, elles font même rire car, notre belle Marie a souvent la poisse. Alors, n’en ratez aucune !!!

Je n’ai qu’un petit bémol à cette belle lecture, ce sera la liste que j’ai trouvée un brin gentillet 😉


Deep Love, une agréable lecture à découvrir ou redécouvrir. Un grand merci aux Éditions Lips & Co pour m’avoir permis de découvrir cette magnifique lecture en service presse !

66335138_837300453315344_2915253822899093504_n

L’avis de Carine sur le roman de Ana K. Anderson, Indompté.


41Ea5Dc6yAL._SY346_Titre : Indompté

Auteur : Ana K. Anderson (Auteur)

Genre : Romance

Editions : Addictives

Ebook : 9.99€

Broché : 17.90 €

Résumé : Quand elle découvre sa meilleure amie sauvagement assassinée, Olivia quitte tout et part sur les traces du passé de la jeune femme, bien décidée à savoir qui a commis un tel crime. Ses recherches la conduisent à Colorado Source, où elle rencontre Rock, le chef des bikers et protecteur de la ville. Elle est rapidement séduite mais comprend trop tard qu’il lui a tendu un piège. Rock est charmant, sexy, irrésistible… indomptable ! Olivia n’avait pas prévu de tomber amoureuse. Surtout pas au moment où sa vie est en danger… Pour connaître la vérité, elle risque de devoir affronter l’homme dont elle est éprise. Entre l’aimer et le détester, Olivia a-t-elle vraiment le choix ?

Mon avis : 

Contre tout attente, après ma lecture de « Indompté », c’est un avis mitigé que je vous propose aujourd’hui. Pas que la trame soit ennuyeuse ou manque d’originalité car, ce n’est vraiment pas le cas. Ce roman traite d’ailleurs des sujets sensibles et met en avant des valeurs humaines qui sont importantes et qui touchent en plein cœur. Cependant, le manque de crédibilité des personnages a été pour moi un gros frein pour m’y attacher. Nous sommes dans une fiction je vous l’accorde, mais j’ai besoin que les actes et le cheminement psychologique des personnages soient cohérents et puissent être vrais. En fait, j’ai besoin d’y croire et là, je n’y suis pas arrivée… C’est particulièrement le personnage d’Olivia qui n’a pas collé, et c’est dommage, car l’intrigue du récit est très bien menée.

Avec Indompté, Ana K Anderson nous plonge dans l’univers des Evil’s Heat ! Et dès les premières lignes, nous sommes happés dans ce récit. Une belle mise en bouche pleine de promesses …

Olivia décide de changer de vie, de tout quitter après avoir retrouvé sa meilleure amie, Moïra, assassinée six mois plus tôt. Elle fuit la France pour Colorado Source, une petite bourgade Américaine où règne en maître les Evil’s Heat, une communauté de marginaux violents, formée de bikers, les protecteurs de la ville.

Ce n’est pas par hasard qu’elle se retrouve dans ce bled paumé au milieu des reliefs arides du Colorado. D’autant que cette ville n’existe même pas sur une carte, mais Olivia savait où chercher, car ce petit bled, elle le connait sans vraiment le connaitre. Son amie, Moïra, originaire des environs lui en avait souvent parlé. En s’y réfugiant, elle espère pouvoir échappée à ses ennuies mais surtout en connaitre davantage sur son amie. Moïra n’a jamais été très éloquente sur son passé et tout ce que sait Olivia, c’est qu’elle a fui sa famille et que cette dernière lui manquait beaucoup tout comme la région.

Sa quête de vérité commence alors par le bar de Max qui lui a gentiment tendu la main en lui proposant de travailler pour lui en tant que serveuse. Elle espère bien pouvoir mener sa petite enquête au milieu de tous ces bikers. Mais dès que son regard va croiser celui de Rock, tout va partir en vrille !

La vie n’a jamais été tendre avec Liv et ce n’est pas aujourd’hui que cela changera apparemment … Tout comme Sa rage de survivre et sa fureur de vivre malgré tout ce qui lui arrive. Sans parler de son grain de folie qui la caractérise tant et qui va souffler un vent de fraîcheur dans cette communauté brute de décoffrage. Indompté aurait pu aussi porter comme titre Indomptée ou mieux encore, Indomptés…

Un avis donc mitigé car, j’ai beaucoup aimé la trame globale mais aussi cette intrigue qui m’a fait énormément douter à maintes reprises. Et si je n’aime pas les incohérences de certains faits, je suis, par contre fan du suspense. D’être dans le doute et ne pas trouver rapidement ce que l’auteure nous cache. Et c’est pourquoi, il est très difficile pour moi de vous donner mon avis. D’autant plus que j’aime la plume d’Ana. Son dernier roman avait été un énorme coup de cœur. Et celui-ci a fait presque l’unanimité des lectrices.

Je fais simple : Si vous aimez vous évader sans tenir compte du réalisme que peut vous offrir votre lecture, foncez ! Vous passerez de très bons moments. L’auteure sait manier sa plume pour vous faire rire aux éclats à un chapitre et vous faire pleurer au suivant en y apportant beaucoup d’émotions. Elle touche du doigt plusieurs sujets sensibles, peut-être trop à la fois de mon avis car, on les survole et même si ce n’est pas approfondi, ces thèmes touchent, alertent et font réfléchir.

Olivia va vivre des moments difficiles, sombres, mais hors de question pour l’auteure de nous laisser nous morfondre. Non, Ana K Anderson aime l’émotion et les rebondissements, qu’ils soient cruels ou pas. Mais par-dessus tout,  elle aime rire, la légèreté, s’amuser en écrivant et les contrastes. Elle aime les bikers et leurs côtés sombres mais, aime aussi les licornes et les arcs-en-ciel. Elle sait que la vie est parfois cruelle, qu’elle fait mal, horriblement mal et elle ne lésine pas sur les coups du sort ni les coups tout court. Mais, elle sait aussi que lorsque tombe une nuit noire, le jour se lèvera le lendemain. Alors de sa plume, elle fait en sorte que ce soit plus rose que noir. Qu’en saupoudrant le tout d’amour, d’humour et de paillettes, elle pourra nous faire rêver à un monde meilleur.

C’est sûrement ce qui a fait que personnellement, cela ne l’a pas fait pour moi mais cela le fera peut-être pour vous. Pas que je n’aime pas rire attention, loin de là mais, parce que lorsque je lis une situation assez « dark, » je ne peux pas me retrouver dans la page suivante dans une « comédie ». J’ai besoin que ce soit intense, que même si tout est imagé, je puisse le toucher du doigt… Le ressentir…

Donc nous passons au : Si vous êtes pointilleuses comme moi sur le réalisme d’une romance dans les attitudes, le caractère des personnages et de leurs psychologies, attention de bien prendre en compte que certaines situations ont été parfois même assez loufoques. D’autres, n’avaient pas leurs places, et beaucoup ne se tenaient pas. Je ne parle en aucun cas des lieux imaginés dont la description était telle que j’ai eu très envie de pouvoir les découvrir un jour. Tout mon scepticisme tourne autour des attitudes des personnages qui ne collent pas du tout avec le « cliché » dans lequel on les attend et dans lequel ON désire les découvrir. La reconstruction d’Olivia est complètement irréelle ou peut-être qu’elle est tout simplement bipolaire et qu’elle n’ira jamais vraiment mieux. Il est vrai qu’on peut passer par différentes phases lors d’une dépression, qu’il n’y a pas de « références ». Chacun la vit à sa manière, c’est comme lors d’un décès, on fait comme on peut pour sortir la tête de l’eau mais voilà, je n’y ai pas cru et cela est vraiment dommage…

À côté, j’ai pris plaisir à mener mon enquête, j’ai souvent ri aussi. Et parfois, même versé ma larme. Donc, on peut dire que l’émotion y était mais, que d’un seul côté. Olivia ne m’a pas touchée comme elle aurait dû. Elle ne m’a pas touchée tout court, impossible de m’identifier au personnage. Par contre, j’ai aimé Rock, l’indomptable au caractère aussi fort que son nom mais au cœur généreux, complètement dévoué à sa famille du Clan. J’ai plus qu’aimé Max, ce personnage attachant qui ne nous laisse pas indifférentes.

Ce roman n’est peut-être pas parfait pour moi de la manière dont il est abordé, mais il reste fort dans les valeurs qu’il transmet. Il est aussi riche en rebondissements, ce qui ne permet pas l’ennui, malgré quelques longueurs. Normal, au vu du nombre des pages, on ne peut pas toujours être dans la tension. Et même, si je n’y ai pas toujours adhéré, je me dois aussi de vous dire qu’il est aussi riche en humour. Juste que pour moi, les genres n’aillaient pas ensemble ou alors par parcimonie car, si j’avais lu toutes ces joutes verbales et ces répliques dans un autre univers, j’aurais pu faire une standing-ovation à Anna K Anderson pour sa fraîcheur, ses railleries et sa façon de tourner les situations les plus sombres en dérision. Parce qu’en fait, c’est exactement ça. Me voilà en fin d’avis et trouver le mot exact qui me manquait. L’auteure nous présente à plusieurs reprises des tableaux assez noirs et parallèlement, leur apporte ce vent de légèreté et cette fraîcheur pour ne pas qu’on reste sur une note sombre. Elle nous fait chuter très profondément puis hop, tout en bas, nous attend un trampoline qui nous donne l’impulsion pour remonter vers la lumière. Puis on redescend et remonte encore. Comme je vous l’ai dit plus haut, Ana K aime les bikers, mais elle aime trop les paillettes roses pour vous laisser souffrir.

Un grand merci aux éditions Addictives pour m’avoir permis de lire cette romance en service presse !

41Ea5Dc6yAL._SY346_

 

L’avis de Carine sur Liz : 1.5 – Dangereux désirs de G.H. David. Une réédition des éditions Elixyria !


41Af+5CP2pL

Titre : Liz : 1.5 – Dangereux désirs 

Auteure : G.H David 

Éditeur : Editions Elixyria 

Collection : Elixir Of Love 

Kindle : Lien d’achat

Résumé : Max, jeune homme intelligent, populaire, issu d’une famille aisée, se contente d’amours ordinaires et d’amitiés simples. Mais tout n’est qu’apparences. Insensible, hermétique au désir, il reste foncièrement solitaire. Son drame : une rancœur viscérale envers un père qui, en privilégiant son ambition, a brisé sa vie.

Comme un ouragan, Élisabeth Ribes va surgir dans son existence et tout remettre en question.

Sombres révélations, obscure dépendance, on ne lutte pas contre la destinée !

Mon avis : 

A l’occasion de la réédition du Projet Phénix par les éditions Elixyria , je vous repartage mon avis sur ce spin off consacré à Max… Mon Cher Max qui fait battre mon cœur depuis sa première édition…Tu m’avais déjà conquise en restant énigmatique avec tes zones d’ombre, mais là je dois dire que tu as fini de m’envoûter dans cette nouvelle version.

Dangereux désirs est un spin off de la série Liz, et si l’auteure reprend tout depuis le départ avec un nouveau point de vue, elle nous offre également une autre vision du récit qui ne manque pas de piquant ni de pures émotions …

Max est un étudiant doué qui, malgré les apparences, dissimule une blessure très profonde qui le hante et l’empêche d’accorder sa confiance facilement et donc par la même occasion, ses sentiments… Un passé qui le ronge et le replonge dans les abîmes de ses pensées obscures où il se sent bien seul malgré tous les démons qui s’y trouvent…. Il cache son mal être aux yeux des autres en jouant de son charisme à la perfection. Mais sa rencontre avec Liz, Elie comme il aime la surnommer, risque bien de faire tomber quelques barrières et de fissurer cette carapace pourtant bien en place…

Liz étant la petite amie d’Alex, il ne pourra lui offrir que son amitié malgré cette attirance, cette obsession qui le ronge et ne le quitte pas… Elie…. Il le sait … Il le sent… C’est elle… Elle est « La fille »… Elle est sa dépendance… Mais elle n’est pas libre… Il la désire tellement qu’il s’en rapprochera comme il peut, il veut être là pour elle, qu’importe les circonstances, qu’importe le fait qu’elle soit la petite amie d’Alex… Peut-être même, parce qu’elle est la petite amie d’Alex…

Mais qu’en est-il pour Liz ? On voit très bien que cette dernière est troublée par Max, mais l’est-elle au point de remettre en question sa relation avec Alex ? Qui es-tu vraiment Maximilien Ricci ?

G.H. David va nous livrer un Max écorché, tourmenté, avec toutes ses pensées les plus sombres, les plus intimes… Un Max attachant que l’on aimerait voir heureux même si on s’énerve souvent du comportement qu’il peut avoir et de son caractère impulsif ! Mais il n’est pas le seul à souffrir et l’auteure nous plongera également dans les méandres de Liz et Alex.

Des révélations importantes, troublantes, percutantes qui nous aideront à comprendre un peu mieux nos personnages et les attitudes qu’ils peuvent avoir et qui nous déstabilisent. Des comportements énigmatiques qui vont nous emporter au cœur d’un danger certain, car derrière leurs apparences d’étudiants ordinaires, nos protagonistes sont loin d’être ceux que l’on croit…

G.H. David tourmente ses personnages autant qu’elle nous tourmente nous, ses pauvres lecteurs. Nous sommes spectateurs des événements qui s’enchaînent et de toute cette souffrance qui se dégage des lignes et que l’auteure nous fait palper du bout des doigts. Mais aussi des pensées sensuelles qui apportent une touche voluptueuse au récit. Ce qui n’est pas pour me déplaire 😉

La fluidité de sa plume nous guide d’un bout à l’autre avec un style bien à elle en nous faisant découvrir son univers avec ses mots… Mais par-dessus tout, avec son cœur… Une plume de plus en plus ténébreuse, percutante et riche en rebondissements. Un spin off qui m’a conquise, troublée et m’a fait ressentir un tas d’émotions comme je les aime. Des émotions fortes grâce à l’analyse psychologique des personnages, des émotions profondes qui nous happent et nous laissent en apnée, perplexes, dans l’attente d’une suite.

Un grand merci à Geny pour cette magnifique lecture !

41Af+5CP2pL

L’avis de Carine sur Reckless Love, un roman de Diane Hart chez Butterfly Editions


51Vb0A90l7L._SY346_.jpgTitre : Reckless Love

Red romance

Auteur : Diane Hart

Editions : Butterfly

Genre : Romance

Ebook : 4.99€

Broché : 25.99€

Résumé : Installé à New-York depuis la fin de ses études, Jack O’Shea cumule les succès. Fortune, pouvoir, femmes, tout lui réussit. A la tête d’un fonds d’investissement, il mène son existence d’une main de maître, mais surtout de fer. Pour ce séducteur ténébreux et inaccessible, la vie ne doit rien laisser au hasard. Le hasard génère des imprévus et Jack déteste les imprévus… du moins jusqu’à ce qu’il pose les yeux sur la meilleure amie de sa soeur. A vingt-cinq ans, Lauren Williams a tout pour elle. Ravissante, brillante et indépendante, elle sait ce qu’elle veut et où elle va. Alors que la plupart des femmes la jalousent, les hommes, eux, la désirent. Lorsqu’elle décroche un job aux Etats-Unis, la jeune femme est aux anges. Enfin ça, c’était sans compter sur l’arrogant, mais néanmoins irrésistible frère de sa plus vieille amie. Entre eux, l’attraction est inattendue, dévorante et pourtant, impossible. Elle est sensuelle, insaisissable et désinvolte or, représente tout ce qu’il a toujours fui. Il est séduisant, énigmatique et fait resurgir en elle les sensations défendues d’un passé compliqué. Déchirés par le poids de leur histoire respective et le désir dévastateur qui les consume, Jack et Lauren parviendront-ils à lâcher prise ? Et surtout, en assumeront-ils les conséquences ?

Mon avis :  

Après avoir eu un énorme coup de cœur pour Baby-sitting Love, c’est avec une joie immense que je me suis plongée dans ce spin-off, Reckless Love.

Jack n’est plus le petit garçon de 5 ans que nous avons pu connaitre dans le premier opus. C’est aujourd’hui un homme sublime qui n’a rien à envier à son père. Vous me direz que c’est un O’Shea, rien d’anormal, mais c’est encore plus que ça.

Installé à New-York, il mène une vie bien remplie entre le métier qu’il exerce, ses plans cul et sa passion de s’envoyer en l’air à bord de son planeur. Jack aime l’argent, les belles femmes et les belles choses. Il a le moyen de se payer tout ce qu’il désire. Comme rouler en McLaren ou voyager en Jet Privé. Il a bossé assez dur et a réussi à se faire un nom que tout le monde connait et ce n’est en aucun cas grâce à papa O’Shea avec lequel il est en conflit depuis plusieurs années.

Jack est à la tête d’un fond d’investissement qu’il gère de main de maître et qui lui rapporte plus d’argent qu’il n’en faut. Perfectionniste obsessionnel, sûr de lui, Jack est le businessman new-yorkais que toutes les femmes veulent épouser… Ou simplement avoir la chance qu’il pose un pose un jour les yeux sur elles. Voire les mains sur leurs corps qui fument dès qu’elles le croisent. Ténébreux, irrésistible et arrogant au plus haut point, Jack est surtout… Inaccessible.

Il a fait le choix de vivre seul, de ne pas s’attacher. Tomber amoureux ne fait pas partie de ses plans et il fait tout pour que cela ne lui arrive pas. Il couche rarement deux fois avec la même fille et ce, même si elle pourrait le transporter sur la lune. Il cloisonne tout, contrôle tout, et ne laisse personne l’atteindre. Un peu cliché ? Il pourrait vous dire que vous avez sûrement raison mais qu’il se tape en fait de ce que vous pouvez en penser. Jack a fait un choix avec lequel il vit en parfaite harmonie. L’amour est une source de souffrance et un piège qu’il préfère simplement tenir éloigné de lui mais ça… C’était sans compter sur les idées lumineuses de sa morveuse de sœur qui va le supplier d’héberger sa meilleure amie, Lauren. Elle arrive à New-York, et son appartement ne sera disponible que dans trois petites semaines.

Lauren… Jeune femme brillante, indépendante et volontaire qui vient de décrocher « Le poste » qui prouve aux yeux de tous qu’elle n’est pas une simple femme magnifique mais, qu’elle a aussi une tête bien remplie. La nature l’a faite plus que jolie et elle a très vite compris l’effet qu’elle pouvait avoir sur les hommes.

Mais si elle a su en jouer à un moment de sa vie, aujourd’hui, elle n’a aucune envie de se consacrer à une relation quelconque, car en tant que carriériste bourrée d’ambition, son seul désir est son accomplissement professionnel et rien ne pourra se mettre en travers de son chemin.

Mais lorsqu’elle va croiser les deux perles grises de son colocataire, il se pourrait bien que sa joie de vivre se transforme en un désir brûlant et inassouvi qui la consume intérieurement et qui la laisse en combustion totale H24 ! L’attraction entre eux va être immédiate, inattendue, déroutante et surtout… Impossible.

Jack n’arrive plus à la sortir de ses pensées tout comme il hante les siennes. Elle est tellement sûre d’elle… Tellement excitante… Tellement belle… Il a du mal à ne pas penser à tout ce qu’il aimerait lui faire. Elle dégage cette assurance de la femme qui n’a pas froid aux yeux et qui sait ce qu’elle peut faire d’un homme…. Lauren serait-elle une (Jack) au masculin ? Il se pourrait bien mais, … Comment pourrait-il combattre son double ?

Une fois de plus ce sera un énorme coup de cœur ! Diane Hart a réussi à m’embarquer sans que j’en oublie, non plus, le petit Jack. Cependant, j’avais peur de ne pas pouvoir faire abstraction du fait que dans le premier opus, il n’avait que 5 ans et pourtant, sans l’oublier, c’est bien Jack, le trentenaire qui m’a fait fondre comme neige au soleil. Liquide oui une fois de plus, il me semble bien avoir noté ce qualificatif dans le premier et il a toute sa place dans celui-là aussi.

J’ai vraiment passé un excellent moment de lecture avec Reckless love. Tout est profond, intense, sensuel et complètement addictif. Les pages défilent, 800, ce n’est pas rien et pourtant… À chaque page que l’on tourne on se délecte de tout. Les joutes verbales, les émotions, le désir qui les consume et qui nous donne chaud à maintes reprises. Et ce n’est pas la canicule qui est en cause.

Chaque doute, remise en question ou encore chaque peur nous coupe le souffle. Cette douleur qui émane des personnages est vraiment palpable et on s’attache tellement vite à eux que tout en est décuplé. Chaque moment fort est détaillé et écrit tout en subtilité ce que nous pousse encore plus loin dans les émotions. L’auteure nous aspire dans son récit et refuse de nous relâcher.

La plume de Diane a beaucoup évolué par rapport au premier opus. Toujours aussi fluide et pleine de peps. Elle est aujourd’hui plus affûtée, recherchée, mûrie. Mais son humour et sa fraîcheur sont toujours aussi présents.

Avec Reckless Love, elle nous emporte d’un bout à l’autre dans une rythme qui suit l’évolution du récit. Plus lent sur le départ avec beaucoup de descriptifs pour nous permettre de bien visualiser le milieu bourgeois dans lequel nos personnages évoluent. Je ne suis pas fan de trop des citations redondantes de marque, mais en même temps cela donne le ton. Puis crescendo, la tension arrive, et Diane Hart va la pousser à son paroxysme pour notre plus grand bonheur.

Au plus, Lauren va challenger Jack, au plus, l’attirance sera forte. Au plus il va la repousser, au plus, la frustration fera monter la température de son excitation jusqu’au point de non-retour. Ils se cherchent, mais refusent de se laisser aller à leurs désirs. La tentation est beaucoup trop forte pour qu’ils tiennent le coup. Les barrières qu’ils ont pu ériger au fil des années, tombent les unes après les autres. Les carapaces se disloquent et font ressurgir toutes les fêlures de leurs passés qui seront un énorme frein à un quelconque avenir.

Deux êtres magnétiques dont un désir fou et incontrôlable va les pousser dans leurs retranchements jusqu’à ce que cela les dévastes et qu’ils prennent conscience que le destin n’est pas dicté par le passé. Que l’avenir peut-être différent que ce qui est écrit s’ils le vivent main dans la main, s’ils lâchent prise… . Mais quand la peur s’en mêle… Rien n’est rationnel.

Le plus de cette histoire, sera également cette intrigue qui rajoute du piment avec un suspense qui prend le dessus à un moment donné. Tout colle parfaitement et s’imbrique dans le récit à la perfection. Et que dire de ma joie de retrouver Savannah et Calhann … Est-il nécessaire que je vous en parle ? Non pas vraiment car si vous voulez aussi les retrouver, il ne vous reste plus qu’à lire ce spin-off tant attendu et qui est une pure réussite.

Merci Diane de m’avoir fait une nouvelle fois vibrer avec les O’Shea et j’espère que nous aurons un jour la joie de pouvoir suivre les aventures de Poppy.

Merci Aurélie pour ce merveilleux service presse qui, comme le premier, est un énorme coup de coeur, de chaud, de… un ventilateur please !

65386768_681626998941664_4383467412121452544_n

 

 

L’avis de Carine sur Liz : 1 – Plongée obscure de G.H. David. Une réédition des Editions Elixyria !


419whdTCNKL

Titre : Liz: 1 – Plongée obscure

Auteure : G.H. David

Éditeur : Editions Elixyria

CollectionElixir of Love

Genre : Dark romance 

KindleLien d’achat

Résumé : Sous ses allures d’étudiante ordinaire, Liz est différente : un lourd passé, de profondes blessures, des plaies encore ouvertes qu’elle tente par tous les moyens de cacher à son entourage. Son credo : avancer, oublier, devenir une autre.

Une rencontre avec un homme, mystérieux, dangereux, une attraction qu’aucun d’eux ne peut réfréner, et tout pourrait bien s’effondrer ! Et s’il pesait une menace plus grande encore, si les démons de Liz la rattrapaient ?

Entre passion, mensonges et faux semblants, un jeu de séduction à haut risque…

L’avis de Carine : 

Grand jeu de l’été 

objet perdu

6241b99016359980a56e5b99abc8f15d--divorce-tattoo-fenix-tattoo

A l’occasion de la réédition de Liz – Plongée obscure de G.H. David je vous repartage mon avis sur cette dark romance pleine de suspense et addictive qui paraîtra le 28 juin aux éditions Elixyria dans la la collection Elixir Love. 

Liz a vécu un drame personnel et n’arrive pas à se reconstruire, il faut dire que son enfance ne l’aide pas non plus et il est très difficile pour elle de vivre une vraie relation de couple. Elle se montre forte, mais rien que le fait qu’elle soit borderline, montre bien qu’elle cache bien son jeu. Derrière sa carapace et son caractère bien trempé, se terre un être complètement paumé qu’elle occulte malgré elle.

Mais après sa dernière rupture, c’est le cœur léger qu’elle prend la décision de reprendre sa vie en main en commençant par essayer d’être une étudiante ordinaire et en agissant comme tel. Sa carapace est en place, ses sombres secrets sont enfouis au plus profond de son être, il ne lui reste plus qu’à essayer d’être enfin une personne normale…

Mais les démons de son passé ne sont jamais loin et prêts à resurgir… quoi qu’elle fasse, qu’importe qui elle prétendra être, ils feront toujours partie intégrante de sa vie.

En parfaite étudiante donc, elle sortira avec ses amis et se rendra à une soirée où elle fera la connaissance des garçons, tous aussi charmants les uns que les autres. Mais c’est le regard trouble d’Alex qui va attirer son attention… Alex… Si mystérieux, lunatique, et déroutant… Tel Icare attiré par le soleil, Liz va se laisser séduire et se rapprocher de cet homme énigmatique. Elle sait très bien reconnaître les signes d’une personnalité complexe, elle en a elle-même toutes les caractéristiques, et pourtant elle espère pouvoir croire en lui…

Deux Âmes en peine, deux âmes torturées pourront-elles s’apporter l’un à l’autre cette plénitude qui leur manque ? Aucun des deux ne désire cependant se dévoiler et leur relation est presque un combat pour chacun d’eux. Une relation qui remuera sans contexte des démons enfouis profondément… En les faisant remonter à la surface peu à peu…

Mais dans l’obscurité qu’est sa vie, Liz rencontrera la lumière en Maximilien, un autre pote de la bande, cet homme est indéniablement attiré par notre héroïne au fort caractère. Il ne voit pas d’un très bon œil sa relation avec Alex et sera présent pour elle, dans la limite du possible. Il est clair qu’il désire plus qu’une amitié, mais Liz, n’est pas prête à lui donner autre chose et il va s’en contenter. Une relation ambivalente va naître entre ces deux-là, au grand dam d’Alex, qui ne fait pas confiance à son propre ami.

C’est très électrique entre eux et Liz ne comprend pas pourquoi tant d’animosité entre les deux amis, mais Max lui fait du bien, peut-être qu’elle ne cherche pas la plénitude là ou il faut…

Une fois de plus G. H David m’a emportée sans préavis dans son aventure. Je ne pensais pas prendre autant plaisir à relire ce récit, pourtant j’aurais dû lui faire confiance. Car c’est une personne juste, pleine de talent qui aime les mots autant que les gens. Elle sait véhiculer les émotions à la perfection en touchant là où il faut.

La relation entre Liz et Alex est assez explosive et on pourrait dire que c’est un mal pour un bien car les sentiments vont créer des émotions fortes et les forcer à se replonger au plus profond d’eux même et par cette occasion, retomber dans cette obscurité qui les caractérise tant et l’affronter. Leurs ombres se mélangent entre elles et virevoltent dans un crépitement qui ne demande qu’à exploser. Trouveront-ils le chemin de la lumière ensemble, ou resteront-ils dans les abysses de leur cauchemars faisant de leur vie une épreuve ?

L’écriture à deux points de vue change complètement notre vision du récit et nous permet enfin d’en savoir un peu plus sur les pensées d’Alex, même si l’auteure aime toujours jouer avec nous en ne nous permettant pas de le cerner entièrement et de garder cette partie énigmatique et impénétrable de cet homme tant qu’elle n’a pas décidé de nous en dire plus.

La lecture est assez surprenante car on en oublie un peu qu’on débute un roman Dark, et on rêve presque d’amour et d’eau fraîche jusqu’à ce que la réalité nous rattrape, assez vite je vous l’accorde, mais cette façon qu’a l’auteure de nous manipuler est fabuleuse.

La Plongée obscure de Liz nous précipite dans un univers intense et intriguant qui sort des sentiers battus par son côté obscur et mystérieux. Ce qui rend notre lecture très addictive, et paradoxalement, on prend néanmoins notre temps. On ne veut pas finir trop vite, car on s’attarde sur l’analyse des personnages, des situations. On essaie de découvrir entre les lignes ce que l’auteure nous cache, et elle le cache un peu trop bien lol. La psychologie est très bien menée et elle nous pousse à creuser encore et encore…

Je n’ai qu’une hâte, c’est de me replonger dans la suite que j’attends avec impatience.

419whdTCNKL

L’avis de Carine sur Music Love -2/2 Un roman de Alexandra Lanoix


51qibJYAAyL._SY346_Titre : Music Love 2/2

Auteur : Alexandra Lanoix

Genre : Romance

Ebook : 2.99 €

Broché : 15.82 €

Résumé :

Après bien des tumultes, Stephanie est enfin heureuse. L’amour, le travail, tout lui réussit. Elle nage dans le bonheur avec Greg… jusqu’au jour où James réapparaît dans sa vie, avec un terrible secret qui risque de chambouler le nouvel équilibre de la compositrice, sans compter le retour fracassant de l’ex de Greg. Tous ces événements ne seront pas sans répercussions et mettront en péril leur couple et leurs carrières. Sauront-ils résister à ces épreuves ?

Mon avis : 

Toc.. Toc.. Toc..

Et voilà que tout recommence… Stephanie vivait heureuse avec Greg et on pouvait même dire que tout leur réussissait. Le rêve américain, ils ne font pas que le toucher du doigt, c’est à pleines mains qu’ils réalisent chacun leur rêve. Greg qui peut enfin revivre de sa passion, et Steph qui se fait un nom dans le monde de la musique, en montant même une comédie musicale.

Et pourtant, une fois de plus tout va être chamboulé. Mais James ne sera pas le seul en cause. L’ex-Femme de Greg demande des comptes, il est l’heure de mettre tout à plat et de dire des vérités qui dérangent. Ou plus précisément une vérité qui va mettre à mal le couple le plus populaire du moment. Que pourrait vouloir une femme aussi vénale de plus qu’un bon gros chèque ? Que cherche-t-elle ?

Quoi qu’il en soit, les épreuves vont être lourdes de conséquence et mettre en péril leur couple qui était pourtant si parfait. Parfait ? Vraiment ? Alors pourquoi Steph a du mal à repousser James comme le lui demande Greg ? Sachant qu’il veut la récupérer à tout prix. Peuvent-ils être de simple amis ?

Toc. Toc. Toc. Amis ? Impossible. En tout cas, ce n’est pas juste pour une simple amitié que James reprend contact avec sa belle. Il est plus que déterminé à la reconquérir et lui prouver que c’est vers lui que son choix doit se porter. Il brûle d’amour pour cette femme qui a réussi l’impensable en l’attirant dans ses filets. Il est là pour elle… Contrairement à Greg qui n’a pas l’air de faire les bons choix …

Un second tome plein de rebondissements qui rythment notre lecture et lui donnent une dynamique très plaisante. Music & Love est un roman d’amour qui pourrait bien se dérouler sur des montagnes russes avec tous ses hauts et ses bas qui tourmentent le cœur de nos protagonistes dans un triangle amoureux.

La belle Stéphanie sait pourtant ce qu’elle veut et ce qu’elle ne veut plus. Mais sa sensibilité va être mise à dure épreuve.

La plume de l’auteure est toujours aussi romantique et tranchante à la fois. Elle a cette faculté de nous mener vers des situations improbables et rendre la romance complexe. L’évolution des personnages au fil du temps est très bien faite, et les aventures qu’ils vivent leur apportent le bon sens nécessaire aux suites à prendre.

Une belle lecture sous fond musical et aux personnages hauts en couleur. Une histoire à la fois moderne et atypique, dans un mélange bien maîtrisé entre action, révélation et réflexion sur la force des sentiments.

Un grand merci à Alexandra Lanoix pour cette lecture et sa confiance.

51qibJYAAyL._SY346_

 

L’avis de Carine sur Ps : Oublie moi de Emma Green chez Addictives Editions


41hi6tSPGgL.jpgTitre : PS : Oublie-moi

Auteur : Emma Green

Genre : Romance

Editions : Addictives

Ebook : 9.99€

Résumé :

Il a brisé son cœur et détruit sa vie. Elle va pourtant devoir se reconstruire avec lui…

Léonore est belle comme le jour, mais elle vit dans l’ombre pour cacher son plus gros complexe et son plus douloureux secret. Pourtant, quand une agence de mannequins atypiques s’intéresse à elle, elle y voit une chance de se reconstruire.
Mais ses espoirs se brisent lorsqu’elle découvre l’identité de son nouveau boss : Wolf Larsson, le garçon qu’elle aimait et qui a bien failli la détruire.
Il fut son premier amour, son bourreau, son pire cauchemar…
Huit ans après le drame, elle est devenue une lionne prête à tout pour survivre. Lui a gardé ses mots féroces et ses yeux de loup.
Elle va devoir lui pardonner. Il va devoir se racheter. Pour raviver la flamme qui brûle encore entre eux, malgré tout.

PS : Oublie-moi !, d’Emma Green, histoire intégrale.

Mon avis :

Léo est une belle jeune femme au caractère bien trempé qui jongle entre ses études et les castings dans l’espoir de se faire un peu d’argent pour subvenir à ses besoins et payer ses études en criminologie. Si elle est belle comme le jour avec son physique atypique à la limite du féminin-masculin, elle n’est pas sûre d’elle comme elle l’était adolescente.

Elie, son copain photographe de métier, la pousse à se mettre en avant et à dépasser ses angoisses et ses complexes pour qu’elle puisse s’épanouir enfin. Mais mettre en avant son plus gros complexe est aussi raviver cette flamme qui la brûle sans cesse la ramenant au passé qu’elle ne pourra jamais oublier.

Ce passé qui hante ses jours comme ses nuits et qui la fait souffrir corps et âme… Ce corps qu’elle aime tant sentir pulser et en vie et en même temps, qu’elle déteste plus que tout lorsqu’il se dévoile. Mais Léo et une battante et tout ce qui ne tue pas comme on dit, rend plus fort. Ou encore glisse comme elle le dit si bien. Alors hop hop hop ! Après chaque déception comme après chaque échec, Léo attend que la terre se remette à tourner, l’entraînant avec elle, lui rappelant que rien d’autre ne compte que d’être en vie. Et la vie est belle quand on prend le temps de la vivre et d’en savourer chaque seconde.

Après s’être faite éconduite d’un énième casting, Léo se rend à son prochain rendez-vous. Une agence, pas comme les autres, qui pourrait être faite pour elle. Même si elle ne comprend toujours pas pourquoi quelqu’un l’embaucherait elle, alors qu’il y a tant de belles filles aux corps magnifiques et parfaits qui cherchent à percer dans le milieu. Mais… Chez Strange et Strong, on ne cherche justement pas la perfection, bien au contraire. Ils recrutent leurs modèles sur un seul critère : Ils doivent sortir des diktats de la beauté classique. Et Léo pourrait bien justement y avoir sa chance.

Mais lorsqu’elle va se retrouver devant l’un des Boss… Le sol va s’effondrer sous ses pieds. Elle vient de se jeter tout droit dans la gueule du loup. Et quel loup !

Wolf Larson… Toujours les mêmes yeux diaboliquement beaux … Féroces …, Inoubliables… Terrifiants… Magnifiques. Mais aussi le dernier regard qu’elle a croisé il y a huit ans avant que tout bascule…. Avant sa chute dans les abysses de l’enfer… Lui, celui qui a fait d’elle le monstre qu’elle est aujourd’hui…

Je pourrais dire qu’une fois de plus les plumes d’Emma Green ont su m’emporter et me faire rêver comme elles ont l’habitude de le faire mais non. C’est tellement plus que ça ! J’ai retrouvé, je dirais même cette force, et ce petit plus qu’on trouvait dans leurs premiers romans. Ces romans qui m’ont rendue complètement accro à tous leurs écrits qui ont suivi. Et dans lesquels, on pouvait toujours retrouver cette profondeur chez les protagonistes qui faisaient de leurs failles, leurs forces. Et qui par la même occasion, nous plongeaient dans des tourbillons d’émotions.

Avec PS : Oublie-moi, on monte d’un cran, et pas qu’un tout petit. Que ce soit avec les personnages principaux ou secondaires, tous sans aucune exception, sont travaillés à la perfection. Que ce soit en ce qui concerne leurs caractères, dans leurs différences ou le cheminement psychologique, ils sont vrais, réels, intenses.

Dès les premières lignes, nous sommes plongés dans l’univers et l’atmosphère dans lequel va évoluer le récit avec ce petit pincement qui nous dit que nos cœurs vont bien déguster. Les thèmes abordés nous en donnent d’ailleurs le ton… Ce récit est une belle leçon de vie.

Léo a mis des années pour se reconstruire corps et âmes. Et même si les séquelles du passé sont marquées comme au fer rouge, elle puise toute la force qu’elle peut dans ses mauvais moments pour se donner la force d’aller vers le haut. Elle teste chaque jour en douceur sa stabilité sans brûler les étapes, s’autorisant à hésiter ou à faire des erreurs qui la mettront souvent en colère. Mais elle s’en donne le droit, car ses colères font aussi sa force, celle qui lui permet de ne pas rechuter et de continuer de remonter cette pente vers la vie. Alors comment gérer lors qu’après tant d’années à se reconstruire, elle se retrouve face à face avec celui qui à fait de sa vie un enfer, ? Celui qui a fait d’elle ce qu’elle déteste à ce jour ! Mais qui malheureusement réanime aussi son cœur et les sentiments qu’elle ne pensait ne plus jamais éprouver…

Wolf Larson est un peut-être un loup féroce et arrogant qui ne laisse personne s’approcher de plus près, mais derrière le masque, il cache sa douleur, ses secrets et sa culpabilité. Il faut que la lionne pardonne au loup mais comment le pourrait-elle s’il ne lui demande pas ? Comment pardonner ce qui n’est pas pardonnable ?

Le combat peut commencer et aussi féroces peuvent-ils être, le feu qui crépite entre eux ne demande qu’à s’embraser mais… la peur de s’y brûler est beaucoup trop grande.

Un récit qui nous emporte d’un bout à l’autre sans prendre le temps de relâcher la pression. Même si de temps en temps les Emma Green nous offrent des moments de tendresse et d’humour, on ne peut en aucun cas appuyer sur bouton pause… Ps : Oublie-moi ? Sûrement pas ! Impossible de poser le roman avant de l’avoir terminé.

Il faut dire qu’en plus des thèmes abordés qui nous embarquent dans une tornade d’émotions, l’intrigue suit son court et nous pousse à aller toujours plus loin pour savoir le fin mot de l’histoire.

Drame, culpabilité, secret de famille, reconstruction, pardon et acceptation de soi, tolérance sont les maîtres mots de ce roman. J’ai plus qu’aimé les chemins pris pour que Léo s’accepte au quotidien. En soulignant la diversité du monde pour en finir avec les standards de beauté et les diktats de la société. Qu’on soit une personne au physique « ordinaire » voire « difficile » Qui sommes-nous derrière les apparences ? Quel est l’importance du regard des autres et de celui qu’on se porte à soi-même ?

Une belle histoire d’amour qui se construit après avoir été tuée dans l’œuf. Et qu’elle soit partie en fumée avoir d’avoir pu commencer. Une histoire forte qui apporte un beau message de tolérance et d’acceptation. Ce roman est un énorme coup de cœur et je ne peux que vous conseiller de lire à votre tour.

Un grand merci à notre partenaire Editions Additives pour m’avoir permis de découvrir cette belle pépite livresque en service presse.

41hi6tSPGgL

 

L’avis de Carine sur Sexy Summer – Mon coloc & moi de Rose Miller


51hE+Fe91TL.jpgTitre : Sexy Summer – Mon coloc & moi

Auteur : Rose Miller

Editions : Addictives

Genre : Romance

Ebook : 4.99€

Résumé :

Un été pour se détester… ou se séduire ?

Avery vit avec son père et Sienna, sa belle-mère, dans l’immense demeure familiale. Et cela lui convient très bien : elle a son indépendance mais profite des avantages de la maison.
Alors quand Julian, le frère de Sienna, est invité pour passer les deux mois d’été avec eux, Avery n’y voit pas d’inconvénient. Son oncle par alliance ne devrait pas trop bouleverser ses habitudes.
Sauf que quand Julian débarque, il n’a rien du vieil oncle qu’Avery imaginait : il est jeune, sexy et insolent au possible. Insolemment sexy, même.
Avery et Julian vont devoir cohabiter pendant deux mois : deux mois pour se détester, deux mois pour se séduire… deux mois pour faire voler en éclats leur vie ?

*** Sexy Summer – Mon coloc & moi, de Rose Miller, histoire intégrale.

Mon avis :

Fraîche et pétillante, Sexy Summer – mon coloc et moi, démarre comme une vraie comédie romantique, avec des joutes verbales et des situations qui m’ont souvent fait rire. Mais quand l’amour fait mal on ne rit plus du tout…

Avery est une jeune femme qui planifie sa vie, réglée comme du papier à musique et qui sort avec ses copines et a un petit ami parfait. Une fille à son papa qu’elle aime plus que tout. D’ailleurs elle vit avec lui, travaille pour lui. Il est son univers comme elle est le sien et ce, depuis la mort de sa mère onze ans plus tôt.

Aussi bizarrement que ce soit possible, il est autant son père que son meilleur ami et même l’arrivée de Sienna, sa belle-mère avec qui elle s’entend très bien, n’a jamais changé les choses entre eux. La pauvre n’aurait même jamais tenté de le faire, car elle souffre bien trop depuis que sa famille lui a tourné le dos des années auparavant.

Mais ce soir, l’heure est à la fête ! Son frère qu’elle n’avait pas revu depuis longtemps, vient passer deux mois chez eux pour renouer les liens qu’ils avaient jadis… Sienna est plus que ravie et Avery l’est également pour elle. Rencontrer son « oncle » et cohabiter tout l’été avec lui ne la dérange pas plus que ça. La maison est assez grande pour tout le monde.

Sauf, que lorsqu’elle va se retrouver devant lui, elle ne pourra cacher son étonnement et toute l’animosité qu’il lui inspire. Son vieil oncle n’a rien de vieux, il ne porte aucune moustache, et n’est pas moche du tout ! Il est jeune, beau comme un dieu.

Mais surtout, il est le connard, arrogant au sourire insolent qui lui a fait péter les plombs la veille en boite de nuit où elle sortait avec ses amies. Devant sa belle-mère et son père, elle se reprendra vite et fera bonne figure mais, en son for intérieur, elle fulmine tel un volcan proche de l’explosion.

Impossible de faire abstraction aux piques insolentes et arrogantes de Julian. Que cela ne tienne, il veut jouer, jouons ! Mais ce ne sera pas un jeu sans conséquence ni un jeu tout court d’ailleurs. Car c’est plus une déclaration de guerre qu’ils vont se faire… Cohabiter ne va pas être une mince affaire, surtout que ce canon sur pattes a tous les atouts pour la faire plier. Et ses piques sont de plus en plus affûtées.

Deux mois avec cet homme est impensable pour Avery. Elle ne sait pas du tout comment  gérer cet oncle sexy en diable qui fait de lui un ennemi plus que parfait.

Puis un jour à force de jouer et de passer du temps ensemble, le jeu dérape et les deux amants se jettent à corps perdu dans une passion… Qui leur est interdite.

Une belle romance fraîche et légère comme un doux parfum d’été fruité, subtilement épicé. Une narration à deux voix qui nous fait découvrir deux personnages touchants. La plume de l’auteure est simple mais entraînante, particulièrement lors des joutes verbales qui rend notre lecture électrique et très amusante. Elle est aussi émouvante a ses moments au point d’avoir versé ma petite larme.

Une trame qui se devine dans l’ensemble mais garde néanmoins son lot de petites surprises. Notamment sur le second sujet traité.

Hormis Julian qui rend le roman attrayant et Avery qui apporte l’émotion nécessaire lors de sa descente aux enfers, certains points ont manqué néanmoins de profondeur et d’explications comme la prise de position radicale du père que j’aurais aimé plus approfondie et fondée.  Mais Julian apporte cette touche qui fait qu’on ne peut qu’aimer notre lecture. Son message est fort et rempli d’amour. Il ne veut pas priver celle qu’il aime de ce qui compte le plus au monde pour elle.

Ce roman traite deux sujets d’actualité, je tairai le second pour ne pas spoiler le récit. mais le premier étant, au vu du nombre de remariages et de familles recomposées qui existent, les liens qui unissent Avery à Julian. Mais où commencent les véritables liens ? Quels sont-ils réellement mise à part une prise de position familiale ?

Un grand merci aux Éditions Addictives pour m’avoir permis de passer ce très bon moment de lecture..

51hE+Fe91TL

 

L’avis de Carine sur le livre illustré pour enfant, Caillou – C’est délicieux aux Editions Chouette


51Dvl7wW7pL._SX464_BO1,204,203,200_Titre : Caillou – C’est délicieux

Auteur : Christine L’Heureux

Illustration : Kay

Collection : Les essentiels de Caillou

Série : Saines habitudes

Editions : Chouette

Prix : 8,95 €

25 chroniques de livreChallenge NetGalley France 2019Challenge NetGalley France 2018Badge 80%Badge Critiques à la UneBadge Lecteur professionnel

Présentation de l’éditeur : Caillou n’a pas toujours envie de goûter de nouveaux aliments. Mais avec un peu d’ingéniosité, la découverte de nouvelles saveurs peut devenir une délicieuse aventure.

Mon avis : 

La maman de Caillou est très inquiète car depuis quelque jour ce dernier touche à peine à ses aliments. Pourtant elle prend le temps de lui concocter de bons repas mais voilà, Caillou n’aime pas.

Découvrir de nouvelles saveurs n’est pas toujours aisé pour un enfant lorsque les goûts s’affirment mais aussi cette peur qui les tirailles dans la découverte de nouveaux aliments. « J’aime pas !  j’en veux pas ! » Sont les refrains courants des enfants quand ils sont à table et qu’on leur présente de nouveaux aliments. C’est toujours un peu déconcertant pour les parents et pourtant, il ne suffit de pas grand chose parfois pour les initier à la découverte de ces nouveaux aliments.

La maman de Caillou l’a très bien compris en lui proposant de participer à la confection du repas dans son intégralité. Et l’astuce commence par les courses où Caillou choisira lui même les légumes qu’il souhaite goûter. Ensuite il prendra le temps de les laver avec sa maman qu’il va aider à préparer une bonne soupe. Quelle fierté ce sera pour Caillou lorsqu’on lui dira que c’est délicieux. Une belle prise de confiance pour lui et donc pour l’enfant qui découvrira cet ouvrage. Cela lui permettra également de voir que même son petit héros Caillou a du mal avec la nouveauté, et qu’il comprend très bien ce qu’ils ressentent.  Alors si Caillou prend du plaisir ensuite, pourquoi ne pas se laisser tenter et demander à maman de faire la même chose.

C’est par des textes courts et des illustrations toujours aussi belles que nous suivons les aventures de Caillou qui sont toujours très ludique tout en restant dans la simplicité.

Merci aux Editions NetGalley et les éditions Chouette pour m’avoir permis de faire découvrir cette nouvelle aventure à mon petit testeur Louis de 3 ans.

L’avis de Carine sur le livre pour enfant Touloulou cherche une maison d’Alfred et Juliette Desproges


518E9on0kVL._SX393_BO1,204,203,200_Titre : Touloulou cherche une maison

Les histoires d’Alfred

Auteurs : Alfred et Juliette Desproges

Editions : Publishroom Factory

Genre : Album Jeunesse

A partir de 4 ans

Prix : 10.00 €

 

25 chroniques de livreChallenge NetGalley France 2019Challenge NetGalley France 2018Badge 80%Badge Critiques à la Une
Badge Lecteur professionnel

Mon avis :

Toutoulou est un petit loup qui cherche une nouvelle maison. Non pas que son ancienne maison ne lui plait plus, mais il doit la quitter. Il part donc sur les routes en quête d’un lieu ou il pourra se poser. Mais voilà,  à chaque fois qu’il trouve un endroit plaisant et qu’il s’y arrête, ceux qui y habitent déjà le font fuir… Touloulou est bien triste et surtout, très fatigué. Trouvera t-il la maison de ses rêves ?

Un livre illustré pour enfant coup de coeur. Oui cela existe, les coups de coeur même pour les livres enfant. Le message qu’il fait passer est magnifique et les illustrations sont si belles et colorées que mon petit testeur de trois ans me demande de lui lire encore et encore.

L’histoire de Touloulou est triste sur le départ. Il perd déjà sa maison dans laquelle il se sentait bien, et doit en trouver une nouvelle. Le chemin n’est pas facile car chaque fois qu’il tombe sur un endroit accueillant, ceux qui y vivent ne le sont pas du tout avec lui. Pourquoi ? Parce qu’il est un loup, et non une vache, ou un hérisson ? Il ne leur ressemble pas ? Pourquoi ne pourrait-il pas vivre avec des animaux différents de lui ? Touloulou est un étranger pour eux et ils refusent tous de partager leur territoire avec lui.

De rejet en rejet, Touloulou trouvera finalement refuge chez ceux qui ne rentrent pas dans les cases, comme lui, différents des critères que l’on a défini à leur place. Pourquoi ne peut-on pas être un cheval et aimer arborer sa crinière rose ? Un hérisson doit-il impérativement avoir des épines ? Etre handicapé fait-il de nous une personne différente ?

Une histoire sur la différence, sur l’aide, le partage et la solidarité. Il faut savoir que ce livre pour enfant est né d’un fait divers qui à secoué les auteurs. L’aquarius, bateau de SOS Méditerranée qui secourait les migrants en pleine mer, que personne n’a voulu accueillir. Ils ont souhaité parler de cette histoire aux enfants à leur manière, mais aussi permettre aux parents d’aborder avec eux des sujets d’actualité au travers l’histoire de ce petit loup, qui pourrait être le récit de beaucoup de personnes.

Un livre qui ouvre les bras sur la générosité et balaye les préjugés d’un revers de main. Il a pour but de faire comprendre aux enfants qu’il faut apprendre à tous s’accepter, même si on est différent, et que le plus important est de se faire des amis. Cette chute splendide est très bien imagée.  Touloulou ne trouvera pas la maison parfaite aux yeux de tous, mais une maison dans laquelle règne la générosité, la chaleur et l’amitié. Et ça… ça vaut tout les plus beaux endroits du monde !

Un grand merci à NetGalley pour m’avoir permis de découvrir ce magnifique livre illustré que je me suis empressée de recommander à la médiathèque de ma ville.

Et surtout merci aux auteurs pour ce magnifique message, plein d’espoir.

64693585_401596253786940_2174285541007163392_n

L’avis de Carine sur Hot Expériences de Shana Keers


41yp-ZCTdhL._SX331_BO1,204,203,200_Titre : Hot Expériences

Attention ! Tome intermédiaire de Night Expériences

Auteur : Shana Keers

Genre: Romance érotique

Editions : Auto

Ebook : 4.99€

Broché : 15.00 €

Résumé : NOTE IMPORTANTE DE L’AUTEURE AVANT LECTURE :Hot Experiences est un tome intermédiaire à Night Experiences, son intrigue débute donc au milieu de celle de Night Experiences avec les mêmes protagonistes et dans les mêmes lieux. Pour une bonne compréhension de Hot Experiences, il est donc IMPÉRATIF de lire Night Experiences avant de vous lancer dans la lecture de celui-ci.***

Si Tarah compare Douglas à un iceberg incandescent, ce n’est pas pour rien. D’humeur changeante, son homme est tantôt glacial, tantôt enflammé, mais toujours impétueux, et c’est comme ça qu’elle l’aime. Alors, le jour de son emménagement avec lui, elle est consciente que son existence ne sera pas de tout repos. Cependant, elle est sereine. Son passé est derrière elle et Sabrina, l’ex de Douglas, n’est plus qu’un lointain souvenir. Elle peut enfin accéder au bonheur. Seulement, la chambre conjugale qu’il lui a interdit pendant de nombreuses semaines, ne ressemble pas au sanctuaire auquel elle s’attendait. Son esprit se met à divaguer et elle doute. Tarah sait qu’elle ne réfléchit pas assez avant de parler, pourtant, une question franchit la barrière de sa bouche et, au vu de la réaction de Douglas, elle décide de ne pas en rester là. Elle veut comprendre ce qui cloche. Elle le doit. Et le seul moyen d’y parvenir est de lui proposer l’expérience intégrale. Elle a conscience de s’aventurer sur un terrain volcanique. Cependant, elle ignore que la réalité de cette «hot expérience» sera bien au-delà de tout ce qu’elle imaginait.

Mon avis :

Après Night Expériences, Shana Keers nous ouvre les portes de l’Expériences, version Hot. L’auteure nous offre le luxe d’entrer plus intimement dans la vie de Tarah et Douglas et les découvrir sous un autre jour.

Hot Experiences est un tome intermédiaire à Night Experiences, étant donné que son intrigue débute au milieu de celle de ce dernier avec les mêmes protagonistes et dans les mêmes lieux. Il est donc impératif que vous ayez lu le premier pour vous lancer dans cette nouvelle lecture. Attention ce n’est pas un spin-off !

La visite de Sab, l’ex de Douglas dans la boite pourrait appartenir au passé sauf que finalement, cela ne plait vraiment à personne qu’elle ait pu à nouveau refaire surface. Si notre iceberg sexy veut se voiler la face, Tarah, elle, commence sérieusement à se poser des questions sur les relations qu’il entretenait avec elle. L’irruption de cette femme l’a touchée plus qu’elle ne veut le laisser croire.

Aujourd’hui c’est peut-être elle qui partage son lit, mais il n’y a pas si longtemps, c’était une autre qui criait son prénom au milieu des draps… Pas elle… Tarah doute tout à coup…. Comment était-ce avec Sab ? Est-ce qu’elle est à la hauteur ou pense-t-il encore à son ex ? Les murs ne peuvent pas parler pour lui dévoiler leurs sombres secrets, et malgré le fait qu’elle ait essayé d’ignorer ce qu’il a pu vivre avec son ex, elle ne peut plus se taire. Elle veut savoir. Tout connaitre de l’homme qui partage désormais sa vie.

D’une simple question qui aurait pu être banale, des suspicions vont l’emmener à chercher plus loin et sa curiosité l’a poussée sur un terrain glissant qui pourrait bien être aussi, excitant !

Qui es-tu vraiment Douglas Snyder ? Que caches-tu ? Ce pourrait-il que tu brides tes envies ? La seule chance de le savoir ?… Lui demander de tenter L’expérience intégrale. Mais est-il prêt à montrer à Tarah cette facette de lui alors que le simple fait de l’aimer le pousse à être un homme nouveau ?

Si vous avez aimé Night Expériences, il vous sera impossible de passer à côté de ce tome intermédiaire qui nous ouvre les portes sur une expérience à ne pas manquer. Une expérience étrange, agaçante mais très excitante !

7 jours.

7 Rooms.

Aucun traitement de faveur.

Aucun privilège.

Lui, l’iceberg incandescent … Elle, la brune volcanique… Qui va donner une leçon à l’autre ?

Shana Keers nous replonge dans le récit au moment où Tarah emménage chez Sny. Là où ses doutes ont besoin de réponses pour pouvoir aller vraiment de l’avant. Mais si Tarah en à vraiment besoin, c’est aussi le cas de Sny, même si ce dernier se voile la face. Sa brune volcanique va le pousser dans ses retranchements et nous permettre, à nous lecteurs, de prendre un réel plaisir à découvrir ce qu’il se passe derrière chaque porte des Rooms du Club. Mais surtout, ce qu’il se passe dans leurs têtes.

Les scènes érotiques sont nombreuses et toujours écrites avec maîtrise et subtilité. Elles nous emportent dans un tourbillon d’érotisme brûlant et toujours passionné. On suit en même temps et avec plaisir leurs expériences, tout en étant incitées par l’auteure à une réflexion plus profonde sur le sens de leurs actes.

Cette expérience n’est pas qu’un simple jeu érotique pour eux, c’est beaucoup plus profond et même dangereux pour ce couple qui se cherche et qui va se découvrir dans une tempête d’émotions imprévues au programme.

Ce tome intermédiaire ne repose pas seulement sur les scènes de sexe qui manquaient dans le premier opus. Il approfondit l’intrigue et nous apporte des réponses plus explicites sur le dénouement de plusieurs situations en compagnie des personnages secondaires, qui sont toujours aussi importants et apportent chacun sa pierre à ce récit que je vous recommande.

Un grand merci à Shana Keers pour sa confiance et aussi pour avoir écouté ses lectrices en nous offrant ce tome intermédiaire.

41yp-ZCTdhL._SX331_BO1,204,203,200_

 

 

 

 

 

L’avis de Carine sur le roman de Marie H.J Turn Me Wild


41TZ91Hs6EL._SY346_

Titre : turn Me Wild

Auteur : Marie H.J

Editions : Private Editions

Genre: Romance MM suspens

Sous genre : Déjantée à la Marie H.J

Ebook : 4.99 €

Broché : 16.99€

Résumé : Qui veut la peau de Kay Tardam ?
Figurez-vous que nous aimerions tous le savoir. C’est d’ailleurs un peu le sujet de ce roman…
Il s’agit d’une enquête. Mais pas uniquement. Vous y trouverez deux hommes (un garde du corps ultra intelligent et super sexy, et une Rockstar siphonnée), un mec qui cherche les noises, des jumeaux mercenaires, un agent suicidaire, un groupe hard métal Shock-rock un peu ravagé, une poupée en silicone nouvelle génération à bouche aspirante, des rats morts et deux chiens. On y parle d’hippopotames aussi, mais c’est un détail.
Pour le reste, à savoir, s’il y aura de la romance… La vraie question à se poser serait plutôt : est-il possible de rester indifférent face à Kay Tardam ? Et je répondrais… que le découvrir pourrait bien signifier ma perte…Quant aux questions subsidiaires, du genre : les deux héros vont-ils finir ensemble ? Y aura-t-il du sexe et de l’action ? J’ai envie de dire que le mieux c’est de lire. Désolé, mais tout ceci est classé confidentiel.
Bon, allez, un petit indice quand même… Je ne suis pas gay. Lui, par contre, il l’est… Voilà voilà… On dira que je n’ai rien dit…
H. Meyer
Romance MxM, comportant des scènes explicites destinées à un public averti.
Histoire Intégrale

Mon avis :

Vous ne savez pas qui en veut à la peau de Kay Tardam, mais une chose est certaine, Marie H. J en veut à la nôtre ! Le pire dans tout cela ? C’est qu’on en est conscientes et qu’on en redemande à chacune de ses nouvelles sorties.

Pourtant avec Turn Me Wild, c’est dans un registre bien différent que sa plume folle va nous emmener. Une enquête menée pas toujours suivant les codes par le beau H. Meyer. Ce dernier, pourrait être dans la vraie vie, le double masculin de notre auteure de talent complètement siphonnée du bocal.

Siphonnée ? Déjantée ? Addictive ? Cette lecture nous emporte d’un bout à l’autre, en y mêlant à la perfection les sentiments naissants entre deux être complètement différents. Mais tout aussi fous, chacun à sa façon et dans la manière de vivre sa vie. Le tout dans une intrigue rondement bien menée qui nous tient en haleine du début à la fin tout en nous permettant de mener l’enquête au fil des pages. Un roman détonnant aux protagonistes provocateurs et surtout… Sexy en diable…

Kay Tardam est une star qui est montée un peu trop vite et qui vraisemblablement a dû perdre un ou deux neurones en cours de route. Un ou deux millions plutôt même, ne soyons pas radines. Pour le coup, il mérite de vous être présenté à sa juste valeur. Capable de se rendre à poil à un concert ou de se jeter dans une piscine du balcon de l’étage où il réside, rien de lui fait peur, rien ne peut l’atteindre comme rien ne le dérange. Il est capable de tout pour faire le Buzz et il n’est pas le seul.

Les membres de son groupe sont aussi extravagants que lui et ils ont tous adopté des règles de vie qui les poussent à franchir toujours plus loin les frontières de la normalité sociale. Leur carrière est émaillée d’excentricités, de scandales et de dérapages en tout genre. Mais c’est ce qui fait aussi leur grande popularité auprès de leurs fans. Il n’y a qu’à se baser sur le nom de leur groupe et vous comprendrez toute la subtilité de ces messieurs… Sublime Vomit ! Un pseudonyme qui fait rêver n’est-ce pas ? Surtout que si l’envie de gerber sur scène leur viendrait subitement, ils seraient capables de vous en faire partager chaque jet… Et le pire dans tout ça ? C’est que les fans en attendraient la bouche ouverte. Heu… Je vous choque peut-être ? Faut pas ! Je vous situe juste dans quelle galère le beau H. se retrouve lorsqu’il est appelé à la protection rapprochée du chanteur. Ce dernier, subit, depuis quelque temps, les menaces d’un corbeau qui a essayé d’intenter, à plusieurs reprises, à sa vie. Et si lui n’en a vraiment que faire, ce n’est pas le cas de son agent qui va tout faire pour qu’il soit en sécurité. Faut dire que ce dernier est dejà au bord du suicide avec cette bande de fous furieux qu’il adore néanmoins plus que tout.

Hanno travaille pour la boite des gardes du corps la plus sordide de la région. Elle regroupe tous les flics un peu véreux sur les bords, les militaires à tendances suicidaires ou totalement fous, voire des déserteurs et bien d’autres encore… Bref un petit panel qui vous donne le ton de l’agence W.Galler et H. fait bien partie des meilleurs.

Dans quelle catégorie se situe H.  ? Moi je sais,  mais vous si vous désirez le savoir il faudra lire le roman. Je ne vais non plus tout vous dévoiler, je ne suis pas folle moi ! Enfin… presque pas… Mais ce que je peux vous dire déjà, c’est qu’il n’a pas peur d’appuyer sur la gâchette, il a la détente facile et s’il faut tirer sur son client pour éviter qu’il ne se fasse tuer, il le fera sans scrupule. Une balle dans la jambe n’est rien comparé à une dans la tête c’est clair ! Sauf que dans la tête, ils ne viendront pas râler de son manque de professionnalisme et les mises à pied sont récurrentes pour le beau Hanno.

Soyons fous et jetons-nous dans le vif du sujet qui est bien sûr l’enquête de ce roman mais pas que…. Il est clair que si notre beau garde du corps n’est pas gay, il n’en reste pas moins insensible aux charmes de notre Star et étant bordeline sur les bords, ce n’est pas ce qui l’arrêtera si il décide que cela doit se faire et comprendre pourquoi il est autant attiré. Mais, il n’est pas là pour ça. Son but à lui est de faire manger ses couilles au trouble-fête avant qu’il ne touche à celles de Kay. Mais peut-être qu’il les touche déjà sans que l’on sache que c’est lui ?

Manifestement nous allons soupçonner tout le monde dans ce roman. Et lorsque je vous ai dit plus haut que nous menions l’enquête, c’est évident que vous ne passerez pas à côté de le faire aussi. Tout est fait pour et très bien fait jusqu’au changement de caractère des protagonistes lorsque le côté sérieux de la trame se met en place.

Mais là où cela reste marrant, c’est sans aucun doute cette cohabitation à moult étincelles entre deux hommes aussi tarés, l’un que l’autre. Leurs méthodes sont aussi extravagantes qu’eux et ce, pour notre plus grand plaisir !

Un coup de cœur une fois de plus pour la plume de Marie H. J. Mais surtout et encore, pour ses personnages qui sont toujours des êtres à part et si touchants dans leur genre. Que ce soit les principaux ou les secondaires. On prend le temps de tous les analyser et de les apprécier… Ou pas.

Bonito, j’avoue l’aimer à la folie mais ne le dites pas à Kay. Il serait capable d’en faire un caprice. Pour les rats et les hippo, je passe ma route, mais ne pensez pas qu’ils passeront inaperçus loin de là. Ils sont tous autant précieux car même si on se retrouve souvent à dire… Beurk, on n’en rigole pas moins.

Un roman décapant, hilarant dans un premier temps mais aussi très sérieux lorsque la vie de Kay est en jeu. Ne pensez surtout pas que cela peut être un roman léger basé sur le sexe et l’humour. Cela n’existe pas avec Marie H. J. Tout est toujours bien dosé et l’on peut aisément passer d’une crise de fou rire à une crise de nerf ou encore à se manger les ongles du suspens qui nous prend les tripes. L’intrigue est tout à fait sérieuse, tout comme l’enquête et le poids que H porte sur ses épaules pour ne pas perdre Kay. Ce ne sera pas chose aisée pour lui surtout lorsque les attirances et les sentiments s’en mêlent et que les deux gabarits sont complètement à l’opposer l’un de l’autre. Kay ne semble jamais arrêter de faire le Show, qu’importent les circonstances, l’heure, de jour ou encore de nuit. Ses frasques rendent Hanno complètement fou mais qui rendra l’autre plus fou ? Je vous laisse le découvrir !

Ne manquez en aucun cas cette pépite hors du commun qui vous fera passer un excellent moment de lecture en compagnie de nos deux siphonnées du cigare. Ils vont vous offrir des moments de tendresse et de sensualité incroyables en plus des scènes torrides à vous en couper la chique. Un humour excellentissime qui se marie à la perfection avec le côté sombre du roman et l’intrigue qui est rondement menée dans un rythme qui ne faiblit à aucun moment.

Vous avez deux façons d’aborder cette intrigue d’ailleurs. Vous munir d’une feuille et d’un stylo et de mener l’enquête au fur et à mesure que Marie vous lâche des indices. Ou tout simplement vous laisser emporter jusqu’au dénouement. À vous de voir 😉 mais dans tous les cas, ne passez pas à côté !

Un grand merci à Marie H.J pour m’avoir permis de découvrir cette pépite en avant première et merci pour ta confiance.

64308667_449444808954445_2087576288809189376_n

J’écris, tu me lis mais… Qui suis-je ? Avec Aryabella Connors Auteure Lips and Co


Bonjour les étoiles

Aujourd’hui nous vous proposons de faire connaissance avec Aryabella Connors qui n’est autre que la talentueuse auteure de la saga Coup de Coeur :

Une plume dans le désert.

Une saga en 3 tomes dont vous pouvez retrouver mes avis en lien à la fin de ce post.

Je t’ai lu Aryabella. J’ai énormément aimé ta plume ! Mais… Qui est-tu ?

61613086_481495362618660_8265951211564302336_n

 Portrait Chinois

Si j’étais un animal ? Je serais un tigre blanc pour son coté rare, respecté, solitaire, dominant, majestueux….
Si j’étais une couleur ? Je serais une variation du bleu. J’adore le bleu et toutes ses nuances.
Si j’étais une chanson ? En ce moment, j’hésite entre « Giant » de Ragon Bon Man et « Petite sœur » de Ben l’Oncle Soul.
Si j’étais un livre ? Un seul ? Non, beaucoup de livres, toutes sortes de livres : petits, gros, lourds.. Un qui ne me quitte jamais, hormis mon agenda de maman, je dirais mon cahier à spirales qui me suit partout pour prendre des notes dès qu’une idée me traverse l’esprit.
Si j’étais une pierre précieuse ? L’ambre, sa couleur m’apaise.
Si j’étais une personne connue?  Pink : j’aime cette femme !
Si j’étais un dessert ? Un tiramisu au Nutella.
Si j’étais un moment ? Dans mon jardin avec ma famille, à s’amuser ensemble ; ou dans mon bain, avec des bougies et un bon livre.
Si j’étais une blague pourrie ? Que s’est-il passé en 1111 ? L’invasion des Huns.
Si j’étais une fleur ? Le coquelicot.
Si j’étais un film ou une série ? En ce moment, je dirais la série « Sons of Anarchy ». Je l’ai vu déjà 4 fois. Et je ne parle pas du nombre de fois où j’ai regardé « Twilight », « Die hard » ou « Le grand chemin »…
Si j’étais une odeur ? Celle de mon homme.

Questions de la Team 

58377130_591224341376237_2350103948574064640_n

Quand et comment as-tu commencé à écrire ?
J’ai toujours été de nature créative, j’aime imaginer une histoire avec des personnages, des amours, des emmerdes et une fin heureuse… Je suis issue de la génération Walt Disney. Lorsque j’étais enceinte de ma fille, je lui écrivais des contes pour enfants. Lorsque j’étais assistante maternelle, je m’ennuyais durant le temps de sieste des enfants. Après avoir lu tout ce qui me passait sous la main, il me fallait une occupation silencieuse : je me suis donc remise à l’écriture. Cela m’a permis de m’évader de ce quotidien, de faire évoluer les personnages, de faire des recherches sur des sujets totalement différents…
L’écriture est devenu mon moment, où je pouvais faire tout ce que je voulais. Je suis la seule à pouvoir élargir mon champ de connaissances, de vision, d’imaginaire… Et j’adore cela !
Ton premier pas dans l’édition ?
La saga « Une plume dans le désert » est ma première publication en maison d’édition, plus précisément chez Lips & Co.
Mes amies m’ont poussée durant des années à sauter ce cap, à présenter l’une de mes histoires. J’ai choisi cette saga car elle me paraissait la plus aboutie.
C’est une aventure extraordinaire, stressante mais bénéfique, qui me permettra de faire évoluer mes autres histoires.
D’où t’es venu l’idée pour la saga « Une plume dans le désert » ?

J’ai d’abord commencé à écrire avec des fanfictions (sur « Twilight » pour ma part), mais je voulais faire évoluer les personnages dans des univers très différents de l’original. Puis ma plume est partie toute seule, laissant libre court à mon imagination…
Maxynne avait cet avenir de défini, il me fallait un monde opposé, donc le cadre militaire s’est imposé. Pour ce qui est de la Libye, j’ai choisi ce pays suite à un reportage sur la télé, durant mes recherches sur les militaires.
A quand remonte ta passion pour les livres ? Y a -t-il eu une lecture ou un élément déclencheur ?
Ma mère lit beaucoup, elle avait tendance à me dire que lire, c’est s’évader de son quotidien, voyager de son salon et s’ouvrir sur le monde ou des sujets divers. Par contre, je n’ai jamais aimé lire ce qu’on m’imposait à l’école.
J’ai toujours lu de tout, des livres historiques à ceux édités chez Harlequin, en passant par le thriller, du Streampunk… Si je suis happée par l’histoire, si le sujet m’intéresse, je sais que la nuit va être courte.
A quel âge as-tu écrit ta première histoire ? De quoi parlait-elle ?
Ma toute première histoire était axée sur des samouraïs. J’avais six ou sept ans. J’ai retrouvé mon cahier, il y a avait même des dessins sur des scènes que je n’arrivais pas à écrire et beaucoup de fautes, mais le souvenir des sensations éprouvées pendant que j’écrivais étaient les mêmes que maintenant…60665759_804049673307089_784560713887645696_n
As-tu un rituel pour écrire ? Ou peut-être un endroit bien particulier ?
Oh oui, et il est sacré… Le soir, une fois ma famille au lit, je me fais une boisson chaude sucrée, des petits trucs à manger, je me mets des bougies, de la musique… En ce moment, j’écris dans mon canapé, entourée de coussins pour me blottir.
Je m’évade, je m’éclate, je fais vivre tout ce qui me passe par la tête aux personnages et rien ne me freine, si ce n’est l’heure. Alors je grappille encore un peu de temps avant d’éteindre mon ordinateur pour aller me coucher.
Quel est ton genre de prédilection en tant que lectrice ?
J’aime la romance, les histoires bien ficelées, sans comprendre dès les premières pages ce qu’il va se passer. J’aime qu’on me surprenne.
Mais je ne suis pas contre un bon thriller. Celui qui vous met la chair de poule lorsqu’un bruit vous interrompt.
Pourquoi avoir choisi ce pseudo ?
Aryabella est l’héroïne de mes histoires. Je n’aime pas inventer des prénoms. Donc dans la première version de chacune de mes histoires, les noms des personnages sont les mêmes, et le premier rôle féminin s’appelle Aryabella Connors.
As-tu des nouveaux projets en cours ?
Oui, mais je dois encore les travailler, les faire évoluer, finir des recherches, puis lorsque je serai satisfaite, je les proposerai à ma maison d’édition.
Un petit mot pour tes lecteurs ?
Ce que m’a apporté cette saga, en plus de faire connaître mes écrits, c’est le contact avec les lecteurs : par le biais de Facebook, leurs blogs, leurs petits mots d’encouragement sur les plate-formes… Il n’y a rien de plus jouissif que de lire ces avis, de voir que j’ai pu procurer des émotions, partager l’amour de mes personnages et de vous dévoiler mon monde

.
Mes lecteurs, vous m’inondez d’une telle force d’écriture et d’inspiration !
Certaines personnes, comme les blogueuses, vous permettent de vous faire connaître bien sûr, mais aussi de rencontrer des personnes incroyables.
Aucune maison d’édition ne peut fonctionner sans lecteurs ou lectrices… Alors que puis-je vous dire à part : un immense merci !

Merci à toi Aryabella, ce fut un plaisir de faire plus ample connaissance et hâte de retrouver ta plume dans de nouvelles aventures.

Une plume dans le désert Tome 1
52840290_758214027890654_2991118372868980736_n

Ebook IciBroché Là-

Mon avis – par ici Mon avis – par ici

 

 

59229926_791542611224462_6497342000432414720_n.jpgUne plume dans le désert Tome 2

Ebook Ici – Broché Là-

Mon avis par ici

Une plume dans le désert 3
61451163_806795159699207_4894548346884063232_n.jpg

  1. Ebook Ici – Broché Là-

Mon avis c’est par là

Si vous désirez lire le début de ce roman c’est très simple ! Rendez vous sur la Lipsithèque de Lips and Co Ici

Résumé :

« Il me regarde, se penche. Mon souffle s’accélère, mon corps fourmille d’impatience. Je ne peux pas… Il se rapproche encore plus près, me sourit et embrasse ma joue lentement pendant que je regarde fixement devant moi… »

Quand sa sœur et sa meilleure amie s’engagent comme infirmières dans l’armée, Maxynne n’hésite pas une seule seconde à signer pour partir avec elles. Quitte à laisser au pays son fiancé Brooster, à qui elle est promise depuis toujours…

Propulsée du jour au lendemain dans le désert infernal de Libye, elle va devoir se montrer plus forte que jamais pour affronter les horreurs de la guerre et la rigidité militaire. Comme si cela ne suffisait pas, elle doit résister au charme du lieutenant Huppers, qui semble bien décidé à se rapprocher d’elle…

Maxynne parviendra-t-elle à se faire une place au milieu de ces soldats surentraînés ? Va-t-elle succomber à la passion qui vient bouleverser toutes ses certitudes, ou choisira-t-elle de respecter la promesse qu’elle a faite à Brooster ?

 

 

L’avis de Carine sur le tome final de Une plume dans le désert. Un roman de Aryabella Connors chez Lips and Co


41Fr49B0WxL

Titre : Une plume dans le désert

tome 3/3

Auteur : Aryabella Connors

Genre : Romance

Editions : Lips and Co

Collection Lips and Roll

Ebook : 5.99€

Broché : 16.99€

Résumé : « J’ai l’impression que tout le monde me regarde. Je suis encore aux aguets, je scrute la silhouette de chaque personne que je croise, détaillant sa tenue à la recherche d’une arme cachée, et me rends compte à chaque fois que cette manie n’a pas sa place ici. Je dois trouver un moyen de m’y faire, à ce calme, cette paix, cette liberté… »

À peine de retour sur le sol américain, Maxynne se retrouve confrontée à Brooster, son « fiancé », qui entend bien récupérer sa promise. Sebastian étant toujours en Libye, l’attente de son retour semble interminable à la jeune femme perdue entre l’amour et la raison.

Quand les autres soldats reviennent enfin, elle constate avec effroi qu’il n’est pas parmi eux, présumé mort dans un crash d’hélicoptère. Mais pour Maxynne, c’est inenvisageable ! Une sorte de lien la pousse à croire que son lieutenant est toujours en vie.

La tristesse aurait-elle cédé la place à la folie ? Ou doit-elle continuer à espérer ?

En plus de ce deuil intolérable et de l’étau des responsabilités qui se resserre, la belle infirmière va recevoir une nouvelle qui pourrait bien tout chambouler…

****

Mon Avis :

Un troisième tome différent, mais non moins intense…

À peine les pieds posés sur le sol Américain, que Maxynne se retrouve face aux « Grands » de la Pantha. Le comité d’accueil n’est pas celui qu’elle espérait. Et se retrouver devant ceux qui souhaitent diriger son avenir va la rendre folle de rage. Son ex-fiancé, Brooster, compte bien la récupérer et la ramener à la raison. Sauf que Maxy n’est plus cette douce femme soumise à des idéaux qui n’étaient finalement pas les siens. Et surtout, ces Indiens qui pensent qu’elle doit être purifiée pour retrouver son rôle D’Aïyana ne sont plus sa famille… Non, sa famille se tient là, auprès d’elle et prête à en découdre avec tous ces hommes à plumes plus ridicules qu’autre chose. Tous font bloc aux côtés de Leur Rossignol dans leurs uniformes qui attirent le respect. Mais si les Panthaliens finissent par rebrousser chemin, ils ne comptent pas en rester là. Maxynne est leur Aïyana et hors de question qu’elle n’épouse pas Brooster. Qu’importent les moyens à employer. Le Cycle des saisons est beaucoup plus important pour eux que la dignité humaine.

Le retour à la réalité est dur pour elle. L’odeur de la ville lui saute à la gorge, tout comme celle des pots d’échappement. Tout est différent de la Libye et son cœur se serre en voyant les enfants s’amuser en toute sécurité, les femmes déambuler sans voile, ou encore tous ces magasins qui regorgent de nourritures. La paix, la liberté sont étranges tout à coup. Elle n’a plus l’impression d’être à sa place. Les gens qui vivent ici n’ont aucune idée de ce qu’il se passe à des milliers de kilomètres de là, et encore moins, ce qu’il se passe dans son cœur…

Maxynne a laissé trop de choses dans le désert. Et la plus précieuse de toutes est son Big Love, son âme sœur qui lui a appris que l’amour valait autant la peine de se battre que pour la vie. Elle est triste, perdue. Sa tente lui manque, son lit de palette lui manque, IL lui manque… Mais Sébastien est dans son cœur, il est partout autour d’elle et elle n’a plus qu’une hâte, c’est qu’il rentre à son tour pour qu’ils puissent enfin aspirer à cette vie qu’ils ont tant rêvée. Maxynne à fait le choix de l’amour et elle ne le regrette pas une seule seconde, et ce, même lorsque le pire va lui tomber dessus…

Ce troisième et dernier tome de Une plume dans le désert clôture la saga magistralement même si nous ne sommes plus dans la même dynamique que dans les deux premiers, ni dans les mêmes émotions. Il n’en est pas moins fort. Ni moins intense. Bien au contraire. Et ce, même si parfois quelques scènes m’ont un peu déroutée, je me suis laissée porter une fois de plus dans cet univers fascinant que l’auteure nous décrit avec passion.

Les rebondissements sont riches et bouleversants. J’ai pleuré dès les premières pages. Maxynne m’a touchée plus que raison, tout comme les familles et tous ceux qui sont rentrés chez eux, ou à contrario… Ceux qui ne sont pas rentrés. Ou plutôt si, mais les pieds en avant… C’est la dure réalité de la guerre, de ces hommes et de ces femmes qui se battent de l’autre côté des frontières au nom de leurs pays. Et que peu savent ce qu’ils endurent pendant, après, ni les exploits qu’ils peuvent y réaliser.

Les retours sont douloureux et il faut réapprendre à vivre normalement, jusqu’au prochain départ. Maxynne en fera les frais en ayant du mal à reprendre sa vie en main et se jetant alors à corps perdu dans son travail et dans sa quête de protéger et sauver ceux qu’elle aime. Elle qui a toujours été le pilier de tous, va néanmoins s’effondrer suite à une nouvelle qu’elle ne peut accepter et va devenir l’ombre d’elle-même. C’est au tour des autres de prendre soin d’elle et lui faire remonter la pente. Elle trouvera son salut à l’hôpital dans lequel elle prend ses nouvelles fonctions tout en continuant sa formation d’Ange Gardien. Son statut lui sied à merveille. Elle est vraiment faite pour cela et c’est bien dommage que ni son père, ni les Panthaliens ne peuvent la comprendre et approuver ses choix.

Cependant, nous sommes très loin de nous retrouver face à la douce Maxynne. La guerre a laissé des traces qui l’aident à remonter la pente mais qui vont aussi la rendre dure et intransigeante. En se forgeant alors une carapace pour que rien ne puisse atteindre à nouveau son cœur déjà bien meurtri.

Aryabella m’a offert un nouveau souffle dans mes lectures et je l’en remercie car cette saga est un véritable coup de cœur. Elle nous offre plus qu’une simple romance. Elle nous emporte dans un autre univers, dans une aventure hors du commun avec de vraies valeurs qu’elle a mises en avant dans le récit.

Avant de nous broyer les tripes dès le début de ce tome, elle nous a précédemment fait vivre le « Théâtre » comme si nous y étions, comme si nous le vivions, et nous a fait prendre conscience des liens forts qui peuvent s’y créer. De cette folie qui fait tomber nos frères, nos sœurs, tout comme les autochtones. Et dans cette suite, ces liens auront toutes leurs importances. Les émotions sont là tout comme le suspense et la tension qui nous animent tout au long des pages. Mais aussi les désillusions avec lesquelles l’auteure nous malmène. On refuse que cela se termine et on en veut encore du désert Libyen !

 J’ai aussi beaucoup aimé le parallèle entre les militaires et les Panthaliens, car il nous fait prendre conscience que certains se complaisent dans des choses futiles, comme le cycle des saisons en ayant aucun remords à sacrifier une vie, pendant que d’autres se battent et risquent la leur pour sauver celle des autres et aider tout un pays.

Je ne peux que vous conseiller de découvrir cette saga à votre tour, je vous l’ordonne même car elle est sans conteste, mon coup de cœur de cette année…

Un grand merci à Lips and Co pour m’avoir permis de découvrir cette pépite livresque en service presse broché. Ils trônent fièrement dans ma bibliothèque et feront partie de ces romans que l’on prend plaisir à lire et à relire.

Merci Aryabella Connors pour m’avoir emportée dans ton univers et m’avoir fait vivre cette aventure pleine d’émotions et de valeurs humaines.

61451163_806795159699207_4894548346884063232_n

L’avis de Carine sur le roman de Melyssa Fox, Attraction Imminente chez Lips and Co


513wtKkUBlL._SY346_Titre : Attraction imminente

Auteur : Melyssa Fox

Genre : Romance

Editions : Lips an Co

Collection Iips an Roll

Ebook : 5.99 €

Broché : 16.99 €

Résumé« Je déteste cette sensation d’être sens dessus dessous. Qui plus est pour un homme… J’ai l’impression désagréable de jouer au chat et à la souris. Et c’est moi, la souris ! »

Jeune Française dynamique et enjouée, Chloé doit se rendre aux États-Unis pour assister à un mariage. Celle qui pensait que le plus difficile serait de prendre l’avion n’est pas au bout de ses surprises !

À son arrivée, elle rencontre les deux beaux-fils de la mariée. Loin d’être insensible au charme de l’un d’entre eux, elle tente tout de même de résister. Son meilleur ami ne lui a-t-il pas dit de se sevrer de toutes relations amoureuses après le désastre de sa dernière histoire ?

Cette fois-ci, elle n’aura pas le cœur brisé ! Si ça reste purement physique, il n’y a pas de risque, n’est-ce pas… ?

Pendant combien de temps deux personnes attirées l’une par l’autre peuvent-elles faire semblant de tout maîtriser, même les sentiments les plus imprévisibles ?

Mon avis :

Jeune française pétillante à l’humour acéré, Chloé doit se rendre à Blue Rock aux Etats-Unis, une bourgade à mi-chemin entre Austin et Houston au Texas. Elle, qui déteste prendre l’avion, n’aurait raté pour rien au monde le mariage de Shirley, sa tante de cœur et meilleure amie d’enfance de sa mère. Cette dernière est vraiment trop importante pour elle.

Mais outre le fait de vouloir être à ses côtés pour ce jour merveilleux, c’est aussi pour être auprès de sa mère qu’elle suffoque de trouille à bord de cet avion. Soutenir celle qui revient fouler le sol de sa terre natale qu’elle a fui des années plus tôt pour suivre son père, était primordial. Shirley est son seul lien avec sa vie d’avant. Et c’est uniquement pour elle, qu’elle fait l’effort d’y revenir. Non sans une certaine appréhension qui n’échappe pas à Chloé qui se pose néanmoins beaucoup de questions.

Dès son arrivée, Chloé va tomber sur les deux fils du futur marié qui n’ont rien de deux adolescents boutonneux ! Non, ce sont deux mecs canons, aux voix graves et à la maturité déconcertante qui se dressent devant elle. L’attirance est immédiate. Mais son meilleur ami Paul, médecin de son cœur, lui a prescrit un sevrage d’hommes et de relations amoureuses, suite à sa dernière rupture. Pour qu’elle puisse prendre le temps de se recentrer sur elle-même mais, peut être qu’en cas d’urgence, il se pourrait qu’il y ait prescription non ? Car tout à coup, il fait très chaud, et ce n’est pas le soleil du Texas qui en est la cause. Mais bien cet homme beau comme un dieu qui l’attire, l’aspire dans son orbite autour de laquelle elle se plairait à graviter.

S’il est dit, et à juste titre, que l’attraction gravitationnelle de la Terre n’est-elle que l’accélération de la pesanteur, là, en l’occurrence, c’est son cœur qui est en pleine accélération… « Ici Houston à vous Chloé me recevez-vous ? Nous avons perdu toute communication avec la Terre, cela doit être un bug du cœur… » ou plutôt du cerveau qui semble n’avoir plus aucune activité !

Mais, il est aussi dit que la force d’inertie qui permet de rester en orbite s’annule avec la gravitation. Et c’est dans une chute libre vers l’objet de ses fantasmes, que Chloé va tomber de plus en plus vite, de plus en plus fort.

Toutefois, jusqu’où cela peut-il mener sachant qu’elle n’est là que pour quelques semaines et que son cœur bat pour un homme énigmatique qui refuse toute attache ? Après tout, quand on analyse la situation, quel risque peut-il y avoir à se laisser aller au plaisir si on arrive à maîtriser les autres paramètres. Comme, les sentiments par exemple ?

Avec Attraction Imminente, Mélyssa Fox nous embarque au Texas et son soleil radieux et ardent. Chloé débarque toute guillerette dans un autre univers avec ses paysages splendides à perte de vue son ranch et ses Cow-boys…  Un plus précisément mais qui n’en ai en fait pas tout à fait un et à cause duquel elle repartira leur coeur bien lourd…Ce n’est pas une simple histoire d’amour que nous allons découvrir dans ce roman, mais une attraction entre deux être qui ne sont pourtant pas prêts à un quelconque arrimage.

Attraction, secret de famille, révélations et la tête dans les étoiles est le combo de cette romance douce qui va nous mener petit à petit vers la reconstruction.

Chloé est une jeune fille pétillante pleine de vie et d’humour. Un rayon de soleil qui va réchauffer les cœurs dans ce ranch où règne une animosité certaine en plus du mal-être soudain de sa mère qui semble l’éviter depuis leurs arrivées. La jeune fille ne comprend rien et va vite trouver un équilibre en passant du temps avec les beaux-fils de Shirley. Ces derniers vont la prendre sous leurs ailes jusqu’à ce que ce qu’elle s’y brûle les siennes avec l’un d’entre eux. Elle, qui s’était jurée de ne plus risquer son cœur, va échouer mais sans imaginer un seul instant, que le beau Texan n’en serait pas la seule cause…

Deux protagonistes qui s’attirent comme deux aimants, mais deux âmes en peine qui ont besoin d’aller au-delà de leur mal-être, mais aussi de leurs rêves pour arriver à comprendre qui ils sont vraiment. Apprendre à faire confiance, accepter, pardonner, prendre le temps de se faire confiance et d’accepter celle des autres.

Si toutes les familles ont leurs secrets, dans certaines, les non-dits gangrènent ceux qui en sont les gardiens . mais aussi ceux qui ne trouvent pas de réponses aux questions qui pèsent sur leurs existences et influencent alors le cours de leurs vies.

Pour Chloé, ce sera un bouleversement et il faudra qu’elle y fasse face du jour au lendemain. Tandis que pour William, c’est encore plus sournois, un vécu dans une souffrance qui le rend tel qu’il est à ce jour, ce qui guide son choix de vie, ne désirant être le phare de personne. Pas d’attache, ni être responsable de qui que ce soit… Ne pas savoir entraîne une culpabilité qui ébranle toute fondation sur laquelle, il pourrait construire à son tour une vie heureuse…

La plume de Melyssa Fox est pleine d’humour et assez fluide dans l’ensemble malgré quelques répétitions au départ. Elle m’a surprise sur le déroulement du récit qui n’était pas celui qu’on pouvait attendre et que j’ai trouvé réfléchi. Si la première partie est assez calme, la seconde nous plonge dans une tension qui nous fait défiler les pages, les unes après les autres avec un sentiment d’angoisse qui ne nous quitte pas. Elle nous tient en haleine en donnant alors un nouveau souffle au récit. Une dynamique qui change complètement d’univers en mettant nos protagonistes face au danger et donc à leurs doutes et à leurs sentiments. Comme si, tout à coup, cela n’était plus qu’une évidence…

Mais… se pourrait-il que cette prise de conscience arrive trop tard ? Que le destin, ce traître, leur joue un mauvais tour ?

Pour en savoir plus, il va falloir le lire 😉

Un grand merci aux éditions Lips an Co pour m’avoir permis de découvrir cette romance douce et touchante en service presse broché.

61389840_808732716172118_4137228179603456000_n

L’avis de Carine sur le roman de Alfreda Enwy, Ne crois pas que tu m’aimes


41MBpzfRfVLTitre : Ne crois pas que tu m’aimes 1/2

Auteur : Alfreda Enwy

Genre : New Adult

Editions : Collection &H

Ebook : 5.99€

Résumé : PARTIE 1

Il l’a toujours protégée… mais parviendra-t-il à la sauver de lui-même ?

Il s’appelle Mao, elle s’appelle Autumn. Depuis qu’ils se sont rencontrés, enfants, dans ce parc, ils sont inséparables. Pour Mao, cette amitié est plus importante que tout. Autumn est la fille la plus précieuse qui soit, l’exception dans le monde où il gravite. Étudiant le jour, Mao participe à des combats clandestins la nuit, et est un enfoiré de première… tout le temps. Alcool, sexe, fêtes, il voit la vie comme un jeu dans lequel tout est permis… ou presque. Car, quand il prend conscience qu’Autumn est une jeune femme séduisante avant d’être l’amie drôle et attachante qu’il a toujours connue, il comprend que, pour une fois, il va devoir respecter certaines limites. Pour préserver leur amitié, et surtout pour protéger Autumn de lui-même, Mao est prêt à tout, mais est-il vraiment le danger qui la menace ?Retrouvez la partie 2 du roman en numérique.
Le roman intégral Ne crois pas que tu m’aimes est disponible en format papier dans la collection &H.

Mon avis :  

Encore une chronique coup de cœur ! Oui je sais qu’en ce moment, cela n’arrête pas. mais c’est un fait, nos auteures françaises sont à la pointe de la romance !

Autumm, un bien joli prénom parfaitement en adéquation avec le physique de cette dernière mais aussi avec son caractère aussi vif que la couleur de ses cheveux de feu. Née dans une famille hors norme, Autumm ainsi que son frère et sa sœur son livrés à eux-mêmes depuis bien trop longtemps surtout pour leur jeune âge. Leurs pères ? Inexistants, inconnus même. Nées de trois pères différents et non désirés (oui trois fois cela fait beaucoup), ces derniers n’ont pas non plus la chance d’avoir une mère qui sache tenir son rôle. Alcoolique, droguée, elle est rarement à la maison et lorsqu’elle s’y présente, c’est pour venir chambouler leur vie.

Autumm assume leur quotidien, tant bien que, mal en cumulant les boulots et en essayant de préserver au mieux l’insouciance de sa petite sœur. Cette dernière est la plus touchée des trois et qui espère toujours que sa mère, en soit vraiment une, un jour. En attendant, faut tout gérer et ce n’est pas simple pour elle.

Autumn tente chaque jour de survivre pour passer au suivant et gagner assez pour subvenir aux besoins de sa fratrie. Elle fait toujours passer sa petite famille avant ses propres besoins… Son propre bonheur. Heureusement qu’elle peut compter sur Mao son ami de toujours, celui qui, dès le premier jour, a cherché à la protéger. Elle est devenue aussi précieuse qu’il peut l’être pour elle. Il est une constante dans sa vie qu’elle ne peut concevoir sans lui. Tout deux, confrontés trop tôt à la dure réalité dans laquelle ils évoluaient ont été souvent la bouée de l’autre. Ils ont grandi chacun avec son lot d’épreuves trouvant refuge dans leur amitié qui compte plus que tout.

Mais aujourd’hui Autumm est une belle femme tout comme Mao est devenu très sexy… Trop même pour que la belle rousse continue de le regarder en ami. Mais elle sait aussi qu’elle n’a aucune chance. Elle n’est pas comme toutes ces filles qu’il ramène chaque soir. Mao est un fêtard qui noie son mal-être dans le sexe et l’alcool et les combats et il ne voit en elle que cette sœur qu’elle n’est pas… Ou peut-être se refuse-t-il de la voir autrement pour la préserver ?

Un premier tome coup de cœur qui annonce un second encore plus poignant… Alfreda Enwy nous offre au travers des mots, des émotions à nous retourner le cœur, les tripes et même le cerveau. Ne crois pas que tu m’aimes est un récit touchant, intense et bouleversant qui vous plonge dans la vie chaotique de deux êtres aux âmes abîmées par la vie. Malgré leur jeune âge… Ils combattent leurs démons, chacun à sa manière, mais apportant à l’autre la force nécessaire pour aller de l’avant. Deux êtres que le destin a réuni pour faire front et pourtant, si différent.

Si Autumm se bat bec et ongle pour s’en sortir, Mao lui se bat tout court. Utilisant les combats clandestins pour évacuer cette rage qui gronde en lui. Il est arrogant et impulsif… Le parfait connard, parfois même avec Autumm avec des paroles blessantes. Pourtant elle est la personne la plus précieuse à ses yeux … Sa Koyo… Celle qui connait ses faiblesses, ses fêlures et à laquelle il a avoué toutes ses blessures… Et même s’il s’en veut ensuite , il ne peut faire autrement… Mais personne d’autre que lui n’en a le droit… Surtout pas ! On ne touche pas de près ou de loin à sa Koyo.

Même si la trame a été prévisible, elle n’en était pas moins intense jusqu’à la dernière page. Comment ne pas succomber à Autumm et à Mao ? Ainsi qu’à Avery et Dustin… C’est dur, sombre, violent… Mais c’est aussi tendre et plein d’amour et parfois même, d’humour… Un récit qui nous emporte au-delà d’une simple amitié entre des enfants grandissant hors normalité et d’une enfance heureuse. C’est avant tout, un combat contre la vie, un combat qui les mets souvent KO. Mais dont la rage et le courage qui les habitent, les font se relever encore et encore. Ils se battent pour ceux qu’ils aiment avec passion, et cette passion, ils nous la transmettent de page en page.

L’auteure aborde là un sujet difficile. Je dirais même plutôt des sujets difficiles mais tous gravitent autour de même thème : La maltraitante sous tous ses aspects. Elle le fait avec maîtrise tout autant que la psychologie des personnages qui va avec. Elle rend ces moments fort, et douloureux, en nous tirant même des larmes parfois.

Il faut par moment avoir le cœur solide. Souvent on s’insurge contre ce qu’on lit car on se retrouve devant des situations qui peuvent être réelles, et même trop souvent malheureusement. On aimerait tant pouvoir les aider, leur dire comment faire, comment s’en sortir. Mais aussi de prendre le temps de s’aimer, de rire, de s’amuser…

Un récit déchirant à certains moments, intense à d’autres. Magnifique à ses heures, et tellement touchant que je ne peux que vous le recommander. Ce n’est pas le genre d’histoire à laquelle on pourrait s’attendre en lisant le résumé. On est loin du roman qui relate les sentiments de deux amis d’enfance qui découvrent qu’ils sont attirés au-delà que part une simple amitié et dont l’amour entre dans l’équation de leur relation.

Non, c’est une autre histoire, bien plus profonde, bien plus puissante mais aussi, bien plus triste. Mais tellement courageuse…

Un petit plus que j’ai très apprécié dans ma lecture, c’est toutes ces belles histoires sur le Japon qui apportent une touche supplémentaire au récit sur la culture Japonaise. Cela l’enrichie et nous fait voyager en nous intégrant dans leur bulle au-delà du temps qui passe… Bercée par la brise d’automne aux couleurs chatoyantes. Cette saison que Mao aime pardessus tout… et pour laquelle il est prêt à tout…

Un grand merci à NetGalley France et Collection &H de m’avoir permis de lire ce roman en service presse numérique. Merci Alfreda Enwy de m’avoir, une nouvelle fois, conquise et fait vivre ce moment de lecture intense.

41MBpzfRfVL

 

L’avis de Carine sur Etrangers de Cara Solak chez Plumes du Web


téléchargement
Titre : Étrangers 1/2
Auteur : Cara Solak
Genre : Dystopie
Editions : Plumes du Web
Ebook : 4.99 €
Broché : 17.90€
Résumé : La « grande catastrophe » a rendu stérile une bonne partie de la population il y a près de 25 ans. Depuis, des cités ont été créées pour regrouper les féconds, les protéger et assurer l’avenir de l’humanité.
Lilas vit à Valéria, la cité qui rassemble les procréateurs de l’ancienne Europe. Si elle a un appartement, un travail à l’hôpital et au ministère de la procréation, sa vie ne ressemble en rien à celle du reste du monde.
Répression – accouplement millimétré dans le but d’enfanter – surveillance. Voici la vie à Valéria.
Et si la sécurité trouvée ne valait pas l’absence de liberté ?
Et si cet étranger venu de l’extérieur faisait basculer toutes ses convictions ?
Sexe, amour, trahison… Et si tout n’était qu’illusion ?
Mon avis :

Avec Étrangers, Cara Solak nous propulse dès les premières pages dans un autre univers. Un univers dans lequel il n’y a pas de place pour le plaisir, l’attirance, l’amour ou les sentiments qui sont complètement prohibés… Un monde où la procréation est sacrée et dans lequel, il est plus qu’un devoir pour les habitants de s’adonner aux accouplements orchestrés dans le seul but d’enfanter. Plus qu’un devoir, c’est une nécessité …. Pour l’avenir de l’humanité.

Valéria… Une des cités qui rassemble tous les procréateurs de l’ancienne Europe en leur offrant la sécurité et dans laquelle la vie des habitants y est réglée comme du papier à musique jusqu’aux battements de leurs cœurs. Parce qu’avant de pourvoir vivre, il faut d’abord survivre…

Lilas en fait partie et était très jeune lorsque Valéria a été créé. Trop jeune pour appréhender mais pas assez pour ne pas ressentir ce sentiment d’injustice trop souvent étouffé dans l’œuf car les souvenirs l’enchaînent à une liberté qui n’est finalement qu’une illusion. Mais Lilas est une rebelle à sa façon et conteste le système indirectement avec ses maigres moyens qui sont dirigés par ses convictions. Mais hors de question de prendre trop de risques qui pourraient la conduire hors de Valéria où son sort sera bien pire…

Pourtant, le jour où le destin la mettra en présence d’un étranger au regard envoûtant venu de l’extérieur, son monde va basculer emportant alors toutes ses certitudes mais lui ouvrir cependant, de nouveaux horizons…

Un coup de coeur pour cette Dystopie que Cara Solak a écrite avec talent ! Avec Étrangers, l’auteur nous offre une lecture des plus passionnantes et totalement addictive dans laquelle elle excelle à y mêler les genres.

Elle nous ouvre les portes d’une société utopique dans laquelle les habitants se confortent à des directives allant à l’encontre de leurs convictions et dans une totale répression dans le seul but de survivre. Mais survivre dans une prison n’est-il pas une façon de mourir à petit feu ? Se résigner, être abusée même avec un consentement est-il vraiment une manière de vivre sa liberté ? Mais comment faire lorsqu’au-delà des murs de cette forteresse, le danger est encore plus grand ?

Une intrigue vraiment fantastique et bien cherchée ! Ce roman dystopique est une belle pépite, j’ai même envie de vous dire une tuerie dans le genre. Il contient tout ce qu’il faut pour nous rendre complètement accro à cette lecture. L’action et les rebondissements sont très présents et la part de romance, tout comme celle de l’amitié, apportent la touche nécessaire à l’attachement fort des personnages, autant les principaux que les secondaires.

On est en immersion totale dans le récit et notre coeur fait Boum Boum. Boum car on s’insurge et on se révolte pour les protagonistes de part le thème du récit. Boum, car l’envolée de papillons qui nous submerge, nous laisse un goût incertain pour la suite. En nous donnant des bribes de pensées qui vont nous obliger à nous poser moult et moult questions. On sent que quelque chose nous turlupine sans pouvoir y mettre le doigt dessus et cela nous rend complètement dingue. Il fait encore boum lorsque l’auteure sadique nous offre une fin digne d’un Cliffhanger de grand film en nous laissant comme deux ronds de flan… Puis boum boum, car il faut attendre pour avoir la suite.

Le style de l’auteure est exaltant, haletant. Son écriture est fluide sans fioriture, sans aucune longueur, tout à son importance. Le récit est vivant et très rythmé. Ses personnages sont bien travaillés chacun avec un rôle et un caractère bien défini. Ils sont parfois intrigants car Cara Solak sème comme un Petit Poucet de quoi nous déstabiliser, de quoi nous faire douter de chacun. Mais qu’on les aime ou pas… On ne peut que vouloir les connaitre en profondeur et savoir où ils veulent nous mener et de quel côté ils sont. Ils évoluent tous dans un décor qu’on ne peine pas à imager. Tout défile comme si nous étions devant un grand écran et on se délecte de chaque instant. Même lorsque la situation nous fait frémir car c’est une chose que Cara Solak réussit aussi à merveille… Elle sait faire passer les émotions et les rendre palpables.

Je pourrais vous en dire encore et encore, mais je pense que si vous le lisez c’est mieux non ? Vous l’avez compris ce roman est un coup de coeur et je n’ai plus qu’une seule hâte, en lire la suite !

Un grand merci aux Éditions Plumes du Web pour leur confiance en m’ayant permis de découvrir cette pépite en service presse

téléchargement61335937_402976493624660_1407285720032215040_n