L’avis de Charlotte JB sur le roman de Charlie Cochet : Four Kings Sécurité, Tome 1 : Roi de pique chez Juno Publishing


51aGC+eEJqL

Titre : Four Kings Sécurité, Tome 1 : Roi de pique
Auteur : Charlie Cochet
Genre : Romance Suspence MM

Editions : Juno Publishing France
Ebook : 5,49 €
Broché :16 €

Résumé : Lorsque les cartes sont truquées en votre défaveur, les rois égaliseront les chances.
Anston « Ace » Sharpe, ancien soldat des forces spéciales, mène actuellement une bataille différente – celle qui touche le monde de la sécurité privée dans l’État de Floride. En tant que propriétaire de Four Kings Sécurité, Ace et ses frères Kings s’occupent de tout, du transport armé aux enquêtes en passant par le cyber-renseignement et la protection des dirigeants. Suffisant, intrépide et téméraire, Ace n’a pas peur de prendre des risques.
Après des années passées aux côtés de son père, Colton Connolly est prêt à prendre les rênes de Connolly Maritime, mais la retraite de son père est suspendue lorsque Colton commence à recevoir des menaces de mort. Comme si cela ne suffisait pas, son père signe un contrat avec Four Kings Sécurité pour assurer à Colton une protection 24 heures sur 24, malgré son refus catégorique. La vie de Colton est bouleversée. La dernière chose dont il a besoin est une ombre, notamment sous la forme exaspérante et sexy comme le péché d’Ace Sharpe, qui semble avoir pour mission de le rendre fou.
Les étincelles volent au moment où Colton et Ace se rencontrent sur la piste de danse d’un night-club. Mais être impliqué avec un client, même aussi fougueux et beau que Colton Connolly, est une ligne qu’Ace ne veut pas franchir. De son côté, Colton est peut-être attiré par Ace, mais il s’est déjà brûlé auparavant. Il est peut-être prêt à mettre sa vie entre les mains d’Ace, mais pas son cœur.
Alors que les nuits de Floride se réchauffent, leur passion grandit. Ace et Colton sont confrontés à un choix difficile : franchir le pas et tout risquer, ou bien jouer prudemment et s’en aller ?
Si Ace peut empêcher une menace mortelle de voler à Colton la chance d’un avenir…

 

Avis by Charlotte JB :

Dès le premier chapitre, le ton est donné : Le caractère d’Ace promet de faire des étincelles ! La Four Kings Sécurités se voit confier la mission de protéger Colton Connolly. Le contrat est conclu avec le père de Colton, ce dernier n’a pas son mot à dire et montre son mécontentement ! Colton n’est pas décidé à coopérer et va tout faire pour déstabiliser Ace, l’agent des Kings missionné pour sa sécurité, ce qui donne des scènes parfois marrantes, parfois bouillantes !

Pour Ace comme pour Colton, la tentation augmente au fil du temps qu’ils passent ensemble. Leur attirance mutuelle ne les aide pas à sauvegarder leurs lignes de conduite. Pour Colton, blessé par une précédente expérience, la confiance n’est plus de mise. Pour Ace, il n’est pas envisageable de se rapprocher d’un client, le risque est trop grand.

Ils vont ainsi tenter de ne pas dépasser les limites qu’ils se sont fixées. De plus, le suspense est présent tout au long du roman avec l’histoire des menaces de mort… L’intrigue est bien menée jusqu’à la fin. Beaucoup de moment m’ont touchée dans cette belle histoire. J’ai aimé le caractère franc d’Ace qui ne mâche pas ses mots et la détermination de Colton qui se donne les moyens d’atteindre ses objectifs.

Roi de Pique est une romance MM à suspense très addictive. Les personnages sont attachants et l’histoire si prenante. Les Kings ne forment pas juste une équipe, plus que cela, une famille et cela se ressent dans ce roman. Je retrouverai avec plaisir les autres membres de l’équipe dans le prochain tome !

Extrait :

« — Mon Dieu, Colton. Vous devriez être plus prudent.
L’intéressé laissa échapper un grognement frustré alors qu’il essuyait l’eau de son visage, puis de ses cheveux. Il fusilla Ace du regard.
— Allez-vous faire foutre, Ace.
— C’est contre la politique de l’entreprise, chéri, mais c’est terriblement flatteur.
Colton ricana.
— S’il vous plaît. Comme si vous pouviez gérer ça.
— Ne vous en faites pas pour ça, répliqua en riant Ace, qui ne s’était pas attendu à ce genre de répartie.
Cet homme ne cessait de le surprendre, ce qui n’était pas une mince affaire de nos jours. Ace aimait aussi secrètement la fougue de Colton. »

L’avis de Carine sur le roman de Cara Solak Inflamed aux Editions Addictives


 

41+awSAe7dL

Titre : Inflamed

Auteur : Cara Solak

Genre : Romance

Editions : Addictives

Ebook : 4.99 €

Résumé :

Faux couple, vrai désir !

Brody est sûr de lui, séducteur, artiste et amoureux de la « vraie » musique. Les stars à midinettes, très peu pour lui !
River est grande gueule, arrogante, et c’est la chouchoute du hit-parade et du public. Seulement, elle fait la une des journaux pour ses frasques, moins pour ses succès.
Alors quand son producteur embauche Brody pour relancer sa carrière et son image, River voit rouge.
Ils sont censés jouer le couple passionnel pour les journalistes et les paparazzis, alors qu’ils se détestent et s’engueulent à chaque occasion !
Jamais la réalité ne rattrapera la fiction ! Pas vrai ?

Mon avis :

Encore une jolie pépite de Cara Solak. J’ai une nouvelle fois été sous le charme de sa plume que je ne connaissais pourtant que dans ses récits dystopiques. Je dois dire que la découvrir dans une romance est tout aussi vibrant. Car, oui j’ai vibré sous l’attraction de nos deux protagonistes, j’ai vibré au son du piano, de la guitare et de leurs voix que je pouvais presque entendre sortir des pages… Mais aussi sous les mots de Cara que l’on ressent, que l’on vit au travers des lignes et qui atteignent directement notre cœur.

Brody est le héros que l’on aime trouver dans nos romances. Il n’est pas l’homme parfait, mais qui l’est me direz-vous ? Il est cependant celui sur qui on peut compter malgré son caractère de cochon parfois et son arrogance qui le caractérise tant. Il n’est pas un connard, mais pas un ange non plus bien que pour moi, il en est un à sa façon. Peur de l’échec, peur de l’abandon, il se donne pourtant à fond pour arriver à ses fins et qu’importent les moyens employés même si ensuite il les regrette. comme se servir de la nièce d’un grand producteur dans l’espoir d’obtenir un rendez-vous par exemple. Impulsif, peu sûr de lui malgré les apparences, il n’en reste pas moins adorable avec sa petite sœur Tess ou encore fidèle et présent pour son meilleur ami. Son existence a été basée sur un nombre incalculable de galères, mais il a toujours su garder la tête haute et y faire face. Mais, lorsqu’il se retrouve face à la chance de sa vie, il ne sait plus s’il est vraiment à la hauteur de ses ambitions…

River est une jeune chanteuse qui a été trop vite propulsée dans le monde du show-biz. Longtemps chouchoute du grand public, elle est aujourd’hui plus populaire par ses coups d’éclat dans la presse à scandales que par ses tubes interplanétaires. Dans une mauvaise passe, elle a vraiment besoin de remonter la pente, besoin de renouveau. Hank, son producteur reste persuadé qu’avec Brody, ça peut le faire. Seulement, ce dernier est loin de vouloir lâcher ses idéaux pour une quelconque célébrité. River ne lui inspire que des paroles insipides à l’image de ce qu’il voit en elle, une femme complètement superficielle. Mais s’il apprenait à vraiment à la connaitre, il se pourrait qu’en grattant un peu « River « , cette arme massive d’auto-destruction, il découvrira « June » cette jeune fille fragile, bouleversante, magnifique qui sombre sans espoir de voir un jour la lumière… Seule la lumière des projecteurs la rend un tant soit peu vivante dans son rôle de River, mais dès qu’elle n’est plus sur scène, elle s’éteint aussi sèchement qu’un vulgaire appui sur un interrupteur et June fait alors son apparition dans la plus grande discrétion.

June…. Que personne ne voit, ne connait vraiment et qui refuse catégoriquement d’être heureuse. Que cache-t-elle ? Pourquoi autant de douleur dans son âme ? Sa rencontre avec Brody va tout changer, tel un sauveur sur son cheval blanc qui sera désarçonné un peu trop souvent par sa princesse, ou encore par ses convictions.

Tout les oppose à part la musique avec laquelle ils ne font plus qu’un. Avec laquelle et grâce à laquelle ils vont baisser le masque et tenter de se découvrir un et l’autre, mais aussi se redécouvrir eux-mêmes. Entre eux, c’est électrique, magnétique et complètement explosif. Comme le feu ardent qu’ils attisent en essayant de ne pas s’y brûler jusqu’à ce que tout s’enflamme et les emporte dans un brasier qui se voudrait destructeur, mais qui paradoxalement les apaise. Ils se détestent, mais s’attirent indéniablement. Ils se font du mal et autant de bien à la fois. Mais une chose reste très claire entre eux. Aucun sentiment, juste un semblant d’amitié qu’ils essaieront de maintenir à flot. L’un comme l’autre ne croit pas en l’amour et ne souhaite en aucun cas s’y brûler. Mais comment ne pas se brûler lorsque cela crépite autant entre deux personnes ? Comment résister au fait de ne devenir plus qu’un liquide hautement inflammable au contact de l’autre ?

Le cheminement est juste parfait. Les scènes hot sont à couper le souffle tant l’attraction entre les personnages est palpable et au-delà des pages. On se délecte de chacune d’elles, tout comme de tous les moments qu’ils partagent, que ce soit les bons comme les moins bons. Tous deux se font du bien tout en ayant peur de se faire du mal. Ils n’ont aucune confiance en l’amour et pourtant…  Mais les démons de leurs passés sont trop présents au quotidien et particulièrement pour June ! Elle ne peut que survivre cachée sous ses sourires de façade en étant River un peu trop souvent face à Brody.  Brody qui lui voit clairement le désespoir qui hante June et jeu de rôle de River.

Une romance hautement addictive avec laquelle j’ai passé plus qu’un très bon moment de lecture. Je l’ai juste dévorée et sans modération. Elle a été mon petit déjeuner, mon déjeuner et mon dîner. Une belle parenthèse qui a accompagné ma première journée de vacances mise en stand-by par pur plaisir de cette belle découverte.

Un grand merci à Carole des Éditions Addictives pour m’avoir permis de découvrir cette belle pépite livresque en service presse. Merci à Cara Solak pour ce merveilleux moment.

Extrait :

À la sortie du resto, je remarque un paparazzi du coin de l’œil, et j’hésite sur l’attitude à adopter. Hank veut que le public croie à notre pseudo couple.
Alors c’est le moment de faire le show. J’essaie de me convaincre que la beauté à couper le souffle de la chanteuse ce soir n’a rien à voir dans ma décision stupide et irréfléchie. Tout comme le fait qu’elle m’attire malgré tout ce qu’elle représente et que j’exècre.
J’indique discrètement à River le photographe, puis je passe en mode pilotage automatique : je la prends au dépourvu en l’attirant brusquement à moi.
Mes mains entourent ses joues et je me penche vers elle alors que son souffle s’accélère. Une de mes mains glisse le long de son bras, puis sous nos vestes, qu’elle porte encore sur sa robe, pour entrer en contact direct avec la peau nue de son dos, qui se met instantanément à frissonner.
Je me délecte de ses réactions qui sont loin d’être insensibles, un peu moins des miennes, que j’ai bien du mal à contrôler. Sa bouche est aussi chaude que ses joues sont froides et je me sens soudain plus qu’à l’étroit dans mon pantalon.
Sans réfléchir, je force la barrière de ses lèvres et trouve sa langue que j’enroule autour de la mienne avec volupté, tandis que ma main libre descend doucement mais surement vers ses courbes d’enfant femme.
Merde, j’ai vraiment envie d’elle. Je me retiens de faire un bond en arrière lorsque cette traitresse me croque la lèvre sans prendre de pincettes.
— Je te préviens, si tu recommences ça, je t’émascule, susurre-t-elle avec un sourire amoureux, prête à donner le change.
— Tu as signé pour jouer ? Alors on joue ! répliqué-je avec le même sourire de défi, sans ciller.
Elle fait demi-tour et je la regarde comme un con s’éloigner vers la voiture, avant de la suivre au pas de course. Qu’est-ce qui m’a pris bon sang ?
***
Inflamed, de Cara Solak, histoire intégrale.

86870218_1010050412707013_3692051641097256960_o

 

L’avis de Carine sur le roman de Carène Ponte, Vous faites quoi pour Noël ? Aux Editions Michel


514VmAOf3BL._SX339_BO1,204,203,200_Titre : Vous faites quoi pour Noël ?

Auteur : Carène Ponte

Genre : Comédie Romantique

Editions : Michel Lafon

Ebook : 5.99 €

Broché : 15.95€

Résumé : Une comédie légère à 2000 mètres d’altitude, un style enjoué, de l’humour à revendre et un Noël pas du tout comme les autres.
Plongez Pauline dans une fête de Noël très arrosée au bureau.
Pimentez d’un dérapage torride dans le parking de son immeuble avec Hervé, l’assistant du DRH.
Ajoutez un enregistrement de vidéosurveillance.
Et vous comprendrez que Pauline peut dire adieu à ses vacances pépères, genre siestes en pyjama licorne.
L’urgence : se rapprocher de celui qui détient la vidéo si compromettante pour sa réputation, le séduisant gardien de son immeuble !
Celui-ci lui propose un marché. En tout bien tout honneur.
Pauline n’a d’autre choix que d’accepter, mais sait-elle vraiment ce qui l’attend ? 

Mon avis :

Quel plaisir de se replonger dans l’ambiance de Noël, même lorsqu’elle n’est plus de saison, cela n’en est pas moins féerique. Surtout que dans Vous faites quoi pour Noël ?, Carène Ponte ne nous plonge pas dans une guimauve dégoulinante d’amour. Non, nous allons plutôt rire et sourire, souvent, même si l’auteur a su y apporter son lot d’émotions qui sauront vous toucher. Elle nous livre là une magnifique comédie romantique pleine d’humour, avec laquelle j’ai passé un excellent moment de lecture et j’en redemande !

Les fêtes de Noël, tout le monde adore ça, enfin, tout le monde… Sauf peut-être Pauline qui n’en a vraiment rien à faire et ne souhaite qu’une seule chose, passer des vacances en pilou-pilou devant Netflix à ne rien faire. Elle n’a pas une passion dévorante pour cette période de l’année. Les décorations, les cadeaux c’est bien sympa, mais elle préfère largement la chaleur de l’été et l’activité bronzage sur la plage. Noël, ce n’est vraiment pas pour elle. Tout comme la fête de fin d’année du bureau où pour y survivre, elle finit généralement pompette et cette année accessoirement, c’est contre le mur du parking de son immeuble qu’elle a terminé avec Hervé l’assistant du DRH. Ce n’était décidément pas la meilleure idée du siècle d’autant plus que ses vacances commencent par l’arrivée d’un Mail informant les habitants de l’immeuble que la caméra de surveillance est fonctionnelle depuis… Euh… Depuis qu’elle s’est retrouvée collée sur le mur du parking voyons !

En mode panique, Pauline va alors mettre en place une opération commando avec l’aide de ses amis. Il faut qu’elle récupère la bande coûte que coûte, avant que les habitants de l’immeuble ne puissent la visionner. Et pour cela, elle est vraiment prête à tout, jusqu’à proposer un deal au gardien de l’immeuble, soit dit en passant, très charmant, mais ça, elle en a que faire. Tout ce qu’il lui importe, ce sont les images qu’elle souhaite qu’il supprime. Et pour cela, elle est prête à tout. Enfin, tout est un grand mot. Mais tant que cela ne lui fera pas mal ni portera atteinte à son honneur, cela lui va. Comme arroser ses plantes pendant son absence par exemple ? Un truc vraiment cool, puisqu’elle ne fait rien pour Noël et qu’elle est en vacances, elle peut être disponible pour n’importe laquelle de ses doléances. N’importe laquelle… vraiment ?

Et voilà comment Pauline se retrouve à devoir passer des fêtes de Noël à 2500 mètres d’altitude à Santa-les-deux-sapins, un petit village perdu dans les montagnes, dans une famille qui idolâtre ces fêtes et disons aussi, un peu envahissante…

Une romance de Noël comme je les aime. L’auteure nous embarque pour ce magnifique village qui participe à la magie de cette fête tant attendue par toute la famille de David. La plume de Carène Ponte y apporte ce plus, qui a fait qu’une fois débuté la lecture, on ne peut plus s’arrêter. Les pages se tournent encore et encore sans que l’on s’en rend compte entre sourire et magie de Noël ! Les personnages sont tous formidables, l’ambiance est chaleureuse et pleine de féerie englobe cette période qu’on trouvera parfois cliché ou encore cousu d’avance, mais n’est-ce pas ce que l’on aime dans une romance de Noël ? Se régaler d’une belle histoire sans prise de tête ? D’autant plus lorsqu’elle est remplie d’humour et qu’on ne cesse de garder ce sourire sur les lèvres jusqu’à parfois même, des éclats de rire intempestifs ! Et puis de vous à moi, pas besoin de gros rebondissements, les aventures de Pauline et David se suffisent amplement au récit pour nous rendre accros.

Pauline est plus qu’attachante. Cette femme dynamique qui ne manque pas d’humour pourrait être le clone de l’auteure, car c’est bien comme elle que j’imagine Carène Ponte. Et que dire de David, notre ours taciturne, discret est juste parfait dans son imperfection. On pourrait le croire lourd, sexiste, mais on devine très vite que cet homme n’est pas à l’aise avec les femmes. Il se cache derrière une carapace pour se protéger de la gent féminine et c’est ce qui le rend très maladroit parfois dans ses dires. Mais très vite, on ne peut que s’attacher à lui, ainsi qu’à toute sa famille qui est une vraie bouffée d’air frais dans ce roman. Sans oublier Pilou qui apporte une touche supplémentaire de douceur à la lecture, mais aussi de rire. D’ailleurs, Pauline qui souhaitait passer ses vacances en pilou-pilou en aura au moins eu une partie 😉

Une famille dans laquelle on aimerait tous passer des fêtes de Noël et partager leurs coutumes, leur table et s’y sentir choyé dans une ambiance digne de Noël. Une famille qui cache comme tout le monde ses petits secrets que nous prendrons plaisir à découvrir tout comme les non-dits qui parfois font plus de mal que l’on ne le pense. Mention spéciale pour le Grinch qui m’a fait passer des moments des hilarants, mais aussi très touchants.

Vous l’aurez deviné, j’ai vraiment passé un excellent moment avec cette lecture et je vais très vite me tourner vers d’autres romans de l’auteure, car j’ai beaucoup aimé cette plume à la fois délicate, pleine de pep’s et d’humour. Une plume qui nous emporte sans préavis d’un bout à l’autre avec une belle fluidité. C’est simple et sans prise de tête. J’ai plus qu’apprécié les dialogues parfois directs même. Pas de faux-semblants de la part de Pauline, elle assume tous ses dires, toutes les situations dans lesquelles elle se retrouve. J’aime de ne pas partir dans de longs secrets dissimulés qui entachent souvent les récits. Avec elle, c’est blanc ou c’est noir, mais jamais gris. Un peu plus mystérieux du côté de David et c’est parfait, car cela nous permet de le découvrir petit à petit et de l’apprécier au fil de la découverte. J’ai adoré les balades, les magnifiques descriptions qui nous plongent littéralement au cœur de ce village ou encore cette famille qui nous donne  l’impression d’en faire partie intégrante et de tout partager avec elle, nous sentant à notre place.  Un bon combo pour une lecture juste parfaite en cette période d’hiver.

Une romance gorgée de bonne humeur, de valeurs familiales, d’amour et de la magie de Noël. Le guide du Noël parfait ! À lire pour un bon moment de détente avec une tasse de chocolat fumante, une assiette de cookies aux noix de pécans ou de mojicookies pour les plus téméraires.

Si Carène Ponte me posait cette question : Vous faites quoi pour Noël ? Sans aucune hésitation, je lui répondrais de m’emmener à nouveau à Santa-les-deux-Sapins.

Un grand merci aux Éditions Michel Lafon pour leur confiance et surtout pour m’avoir permis de découvrir cette magnifique histoire en service presse papier. Un broché de très bonne facture qui illumine ma bibliothèque par ses couleurs pétantes et tendances très Noël.

Extrait : 

– Nous sommes arrivés ! M’indique David en se garant devant un immense chalet dont la façade est éclairée de multiples guirlandes lumineuses blanches. Ca va ? Me demande t-il avec sollicitude après avoir défait sa ceinture de sécurité et s’être tourné vers moi.

-Tu es très verte… Tu devrais…

Je ne le laisse pas terminer sa phrase et ouvre précipitamment ma portière. Il me faut de l’air. Je suis immédiatement saisie par un froid polaire. A me concentrer sur la route tout en me récitant intérieurement des mantras contre les vomissements, je n’ai pas fait attention à la chute de la température extérieure.

Si respirer plein poumons me les gèle instantanément, cela a néanmoins pour effet d’apaiser un peu ma nausée.

– Tu es sûre que ça va ? me questionne David visiblement inquiet. Tu aurais du me dire que tu étais malade en voiture, je t’aurais avertie, pour les virages…

– Première fois en montagne. Mais ça va aller. Il me faut juste quelques minutes là-dehors, et… Déjà je me sens mieux.
Pour preuve, j’accompagne ma phrase d’un sourire et vomis aussitôt sur mes chaussures.
– Si c’est encore une stratégie pour que je ne tombe pas amoureux de toi, la bave suffisait, hein.
– Je préfère être sûre. Mieux vaut ne pas tenter le diable, je poursuis sur le même ton.

82883909_990689074643147_6244615133914464256_o

L’avis de Carine sur le roman de Megan Harold Initiation With My Boss


41nT4EiOP9L._SX340_BO1,204,203,200_

Titre : Initiation With My Boss

Auteur : Megan Harold

Genre : Romance

Editions : Addictives

Ebook : 4.99€

Broché : 14.90 €

Résumé : Il la veut et il l’aura. Fraîchement débarquée à New York, Kirsten veut profiter de la vie, et rien ni personne ne pourra l’arrêter ! Sauf peut-être Joshua, son nouveau boss. Il est froid, cassant, dominateur, incroyablement sexy… Et surtout, c’est le voisin avec qui elle a passé une nuit torride la veille ! Troublée, mais décidée à lutter de toutes ses forces contre cette attirance interdite, Kirsten devient la proie idéale. Joshua la veut, dans son lit comme au bureau, quelles que soient les conséquences.

Mon avis by Carine : 

Initiation With my Boss de Megan Harold m’a une fois de plus fait passer un très bon moment de lecture. Une romance fraîche et très addictive qui se dévore sans modération. Kristen débarque chez sa cousine à New-York pour vivre une nouvelle vie loin de sa famille qui est très étouffante, mais aussi loin de sa Fac. En validant son stage, elle pourra enfin dire adieu à ces années qui lui ont tant pesées.

À tout juste 19 ans, elle entre enfin dans la vie active et compte bien oublier ces dernières années et ses blessures qui ont du mal à se refermer. Nouvelle vie, nouvelle Kristen ! New York n’a qu’à bien se tenir ! Être ici est une renaissance pour elle, une renaissance dont elle avait besoin pour sa survie. Elle compte bien vivre enfin sa vie et devenir une vraie new-yorkaise ! Une new-yorkaise avec un voisin hyper sexy … Hum ventilation s’il vous plait ! Particulièrement, lorsqu’elle va devenir la proie de ce dernier… Il la veut… Il l’aura. Coûte que coûte, qu’importe s’il doit exercer sur elle une quelconque domination. L’attraction entre eux est très palpable, mais comment agir lorsqu’on n’a aucune expérience en la matière ? On lui a toujours dit qu’elle était trop jeune, trop naïve… Mais, il est grand temps qu’elle se prouve qu’elle n’est plus cette étudiante trop fragile et qu’elle découvre quelle femme se cache en elle.

Avec Initiation With my Boss, nous allons certes, retrouver beaucoup de clichés de la romance d’aujourd’hui, mais des clichés qui seront abordés avec subtilité et une certaine originalité qui a fait que je n’ai pu qu’y adhérer. Je suis entrée dans l’histoire dès les premières pages et sans préavis. Aucune période transitoire comme l’on peut ressentir parfois. Le personnage de Kristen nous happe dès le départ et la rencontre avec Joshua est immédiate. Pas la peine de tourner autour du pot et nous faire avaler des pages et des pages qui ne seront là que pour broder. L’initiation va vite prendre place et nous offrir des scènes d’amour, sensuelles et passionnées malgré l’arrangement.

Arrangement qui va vite voler en éclat. Notre beau Boss a voulu jouer ? Il s’est fait prendre en beauté dans les filets de sa jolie stagiaire. Mais comment ne pas succomber à sa beauté, à sa fraîcheur et à son intelligence ?

Megan Harold va également nous offrir une trame de fond qui va faire toute la différence par rapport à une romance lambda qui va mettre en avant la relation entre un patron sexy et sa stagiaire. Le sujet traité est d’actualité et ne peut que nous affecter. Personnellement, c’est ce qui m’a accrochée, car ce qu’a vécue Kristen, me touche personnellement et l’auteure le traite avec une certaine retenue, mais sans non plus que cela soit rose. Elle le fait avec tact et pudeur, mais aussi intelligemment. J’ai beaucoup aimé sa manière de mettre Kristen à nouveau sur le chemin du pouvoir que peut exercer une personne sur elle et la façon dont elle va l’appréhender et y donner suite. Par ce biais, l’auteure nous montre bien que nous sommes maîtres de notre corps, de nos décisions et que la confiance fait parfois toute la différence.

L’intrigue qui accompagne le tout donne le suspense et l’additivité nécessaire au bon rythme de la lecture. Tout s’imbrique parfaitement tout en laissant en avant la romance qui se met en place et dont l’auteure fera graviter autour des sujets qu’elle aborde dans sa trame. Harcèlements, rumeurs, bizutages… jusqu’où tout cela peut-il mener ? Où sont les limites et quelles en sont les conséquences ?

Les personnages sont si bien travaillés et tellement attachants qu’on en oublie vite les clichés et les petites similitudes que l’on pourrait trouver avec d’autres histoires. On ne peut que succomber à Joshua tout comme à Kristen, mais aussi à tous les personnages secondaires qui gravitent autour d’eux. Mis à part les parents de Kristen, qu’on aurait envie d’étriper parfois et on comprend pourquoi elle a voulu mettre de la distance entre eux. Leurs côtés stricts et vieille école était bien trop pesant pour son épanouissement.

L’écriture est fluide, les mots sont justes et surtout, l’histoire est très rythmée. On se met facilement dans la peau de Kristen. C’est une femme qui découvre la vie après avoir vécue des années difficiles. Jeune, forte et dynamique, elle sait parfaitement où elle va et comment elle y va. Très mature pour son âge, elle ne veut plus se laisser diriger par personne, sauf par lui… Lui qui va vite devenir l’objet de ses désirs, de ses découvertes et d’un apprentissage particulier. Lui, qu’elle devrait pourtant fuir pour protéger ses sentiments et préserver sa carrière qu’elle commence à peine. Joshua cet homme avec qui elle aime jouer et repousser ses limites. Pourtant, il lui impose ses règles et sa domination, mais avec lui, elle aime ça…

Joshua que l’on trouvera tout d’abord énigmatique, froid, cassant, dominateur, mais surtout, beaucoup trop sexy ! On a dans un premier temps du mal à le cerner. Un Christian Grey dans toute son attitude, mais sans fouet ni chambre rouge. Très vite, on apprend à le connaitre. Très vite, on craque, on succombe, on se LIQUÉFIE pour cet homme charismatique au même rythme que notre héroïne.

Une belle histoire d’amour avec une intrigue qui tient en haleine autour d’un sujet qui touche beaucoup de jeunes, mais aussi des moins jeunes, trop souvent passé sous silence. Foncez vous procurer au plus vite Initiation With My Boss de Megan Harold. Vous ne serez pas déçues.

Un grand merci à Carole des Éditions Addictives pour m’avoir permis de découvrir cette belle lecture en service presse broché. Un broché magnifique doté d’une cover à tomber !

 Extrait : 

– Vous savez ce que je risque si on apprend que vous et moi…
– Je ne dirai rien ! Je suis une tombe, l’interromps-je. Vous n’aurez aucun ennui avec moi.

Le petit rictus qui naît au coin de sa bouche est encore plus perturbant.

– Ce vœu de silence est très intéressant… Je pourrais profiter de vous, continuer de vous donner rendez-vous, où je veux, quand je veux… Puisque vous ne direz jamais rien, je peux donc agir à ma guise avec vous.

Quoi ?!

Il n’est pas en train de me dire qu’il faut tout arrêter, mais bien qu’il veut continuer, sous le couvert de mon silence ? Est-ce que je suis prête à faire ça ? Est-ce que ça veut dire que je dois coucher avec lui pour garder mon job ?

Je ne sais absolument pas quoi répondre, je ne m’attendais pas du tout à ça… Coucher avec lui, j’en ai envie, mais que ça relève du chantage, c’est complètement immoral ! Abject !

Mais agir avec moi comme il veut… Mon corps a frémi en l’entendant prononcer ces mots… C’est tellement excitant…

– Alors Kirsten, toujours prête à me suivre ? Toujours motivée à garder votre poste ? Avec tout ce que cela signifie désormais pour vous… Et moi ?

 

82174097_986174871761234_2630500016615063552_o

L’avis de Charlotte sur le roman de Anna Riviéra : Amitiés Express


51yHcjOCpsL

Titre :

Amitiés Express
Auteur :

Anna Riviera
Genre : Feel good
Editions : Auto édition

Ebook : 2.99 €

Résumé :
Quand cinq personnes
Que tout sépare
Doivent covoiturer
Dans un vieux combi VW.
Ils ne se doutent pas
Que ce voyage
Va changer leur vie.

Mon avis by Charlotte Jb :

Merci à Anna Riviera pour ce surprenant voyage !
Dany, covoitureur, au volant de son van de collection fait la connaissance de Milla, jeune styliste, Agnès, mamie qui n’a pas sa langue dans sa poche, puis Jérémie et Caroline, jeunes infirmiers. A priori ils n’ont rien en commun mais Dany va tout mettre en œuvre pour que le courant passe et qu’ils communiquent. Cependant, il n’est pas au bout de ses surprises avec ses nouveaux « amis express ».
Dans ce roman, on passe de l’un à l’autre des personnages ce qui permet d’en apprendre toujours plus sur eux et sur leur façon de voir les évènements.
Milla est plutôt discrète et donne du fils à retordre à Dany qui souhaite la faire parler. Agnès au contraire n’hésite pas à donner son point de vue piquant sur tout. Et Jérémie et Caroline se demandent se qu’ils font dans ce van d’une autre époque ! On trouvera aussi un passager clandestin aux odeurs douteuses…
Les aléas ne manqueront pas durant ce trajet qui marqueront un tournant dans la vie de chacun des voyageurs.
Monter à bord du van d’amitiés express afin de découvrir ses passagers haut en couleur qui se dévoilent plus ou moins, bon gré mal gré et vivez les déboires de ce voyage avec eux ! Poisse ou change, à vous de voir !
Merci Anna Riviera pour ce feel-good à la fois drôle et touchant.

84083930_305110880444937_8595730886589153280_n

L’avis de Carine sur La Philo par les blagues. Je pense, donc je ris…


51KGdN17MfL._SX336_BO1,204,203,200_Titre : La Philo par les Blagues. Je pense, donc je ris…

Auteurs :

Texte  Ondine Lauriot-dit-Prévost

Illustration Maxence Granger

Couleurs Nicolas Archimède

Editeur : 21g

Collection : DESTINS D’HISTOIRE
Genre : Bio-Biblio-Témoignage
Public : Ados-Adultes

Album BD de la Série : 15.90€

Album BD en couleur, Couverture Cartonnée
En mm : largeur 210, hauteur 295, épaisseur 13
72 pages

Résumé : 

La PHILO par les BLAGUES, c’est un cocktail détonnant et déconnant avec deux doses de rire bien tassées, une dose de connaissances et une autre de réflexion ! Une belle dose d’humour et de sagesse pour entamer la rentrée de 16 à 116 ans !

Mon avis : 

La philo par les blagues aborde le sérieux philosophique par des dessins humoristiques et il le fait bien. Rire n’empêche pas la réflexion sur les sujets sérieux bien au contraire. Si j’ai choisi cet Album Bd dans le cadre de la Masse Critique Babelio, c’est parce que mon fils me parle souvent de son cours de Philo et personnellement je n’en ai jamais fait. Alors je me suis dit, pourquoi ne pas partager ce moment de lecture avec lui ? Et vous savez quoi ? C’est en famille que nous l’avons fait, car que ce soit mon fils, ma fille, mon mari ou encore moi, tous, nous avons passé un super moment.
La philo. Immédiatement rien que ce mot pourrait nous faire peur.
Trop sérieux ? Incompréhensible ?
Et si vous l’abordiez de façon ludique et atypique avec cette version illustrée ?Une introduction à la pensée des principaux philosophes sous une forme originale avec des connaissances et des réflexions par les Blagues.
Déjà cela vous parle mieux ?
Car rire est tout de même un besoin, une nécessité qui fait partie de nos besoins fondamentaux en tant qu’être humain. Et comme le dirait Rabelais
« Il vaut mieux traiter du rire que des larmes, parce que le rire est le propre de l’homme ! »
Le rire par la pensée et par l’image nous permet avec cette Bd, de découvrir les grands penseurs et philosophes de notre société comme par exemple : Hannah Arendt, Günter Stern , Stendhal, Aristote, Platon, Beauvoir, Montaigne et bien d’autres… Faite de façon très intelligente, elle est conçue pour être à la portée de tout le monde en ne se prenant surtout pas au sérieux, même si on parle de philosophie.
Comment se compose cet Album ?
• 30 thèmes sont traités, tous issus du programme de philosophie de terminale.
L’auteur les décompose en trois parties :
• Se connaître soi-même- Le sujet.
• Soi et les autres – Autrui.
• Le monde qui nous entoure.
Avant chacune de ces parties, on peut retrouver une bibliographie des textes fondamentaux en parfaite adéquation avec le sujet qui va suivre si vous désirez pousser plus loin votre culture.
Cela vous perd déjà ? Pas de panique ! L’auteur nous happe avec une introduction sous forme de BD qui ne manque pas de nous faire rire ou parfois juste sourire, mais toujours de façon philosophique. J’ai vraiment pris un réel plaisir à déguster la subtilité des dialogues. Ils sont le fil conducteur qui nous mène à l’introduction de la notion abordée, celle qui va ouvrir notre propre réflexion, pour ensuite découvrir et comparer avec celles de nos grands penseurs.
On parlera de politique avec ce sénateur qui arrive au purgatoire tout en passant par les dires de Coluche ou encore les réflexions de Platon, de Rousseau ou de Machiavel. Vous ne connaissez pas Machiavel, ou vous avez besoin de rafraîchir votre mémoire ? pas de panique un encart est prévu à cet effet dans lequel on délivre l’essentiel à savoir. En passant par L’indifférence, La folie, la mort, le désir, l’éthique et 24 autres sujets, cette Bd nous ouvre la porte de la réflexion mais aussi de la comparaison, car nous aurons toujours matière à comparer et plusieurs façons de voir une même notion.

Philosopher sans prise de tête , il ne faut pas oublier que philosopher est avant tout dans son sens dérivé un art de bien vivre…
L’auteur nous ouvre l’esprit en nous confrontant à des blagues populaires. Des blagues qui nous permettent de réfléchir en compagnie des plus grands philosophes. Réfléchir à quoi ? A la condition humaine bien sûr !
Un album que je ne peux que vous conseiller comme introduction à la philosophie ou comme un support de travail ( Mon fils n’a pas manqué de l’emmener en classe de philo où il a été plus que bien accueilli). Mais aussi pour approfondir vos connaissances ou les rafraîchir un peu et pourquoi pas tout simplement pour rire ? Je pense, donc je ris… Une bonne philosophie de la vie !
La philo par les blagues lu et approuvé par les étoiles !
Un grand merci aux Editions G21 et à Masse Critique Babelio pour m’avoir permis de découvrir ce magnifique album en service presse.
Voici quelques photos extraits qui vous permettront de vous faire une idée très concrète de ce que cet album vous propose.

51KGdN17MfL._SX336_BO1,204,203,200_

 

Carine et Api Reading en Lecture Commune sur le roman de Lise Robin, Forbidden Stepbrother chez Editions Addictives


41SK+sSS-pL._SY346_Titre : Forbidden Stepbrother

Auteur : Lise Robin

Genre : Romance

Editions : Addictives

Ebook4.99 €

Résumé :

Quel est le prix à payer pour un amour interdit ?

Après un terrible accident, Nell a perdu la mémoire et oublié les deux dernières années de sa vie. Mais aujourd’hui, la jeune femme est déterminée à prendre un nouveau départ ! Pour sa dernière année de lycée, elle emménage avec sa mère, son nouveau beau-père et ses deux fils dans une villa de rêve, loin de son ancienne vie.
Prête à s’intégrer dans cette famille, Nell ferait tout pour s’entendre avec Kyle et Hunter, ses frères par alliance.
Mais c’était sans compter Kyle et ses sarcasmes blessants, Kyle et son charme magnétique, Kyle et ses yeux de loup… Attirée par lui, perdue entre sa nouvelle vie et sa mémoire qui lui joue des tours, Nell ne sait plus ce qu’elle doit croire !
Entre secrets oubliés, sentiments contrariés et destin capricieux, Kyle et Nell ont-ils une chance de s’aimer envers et contre tous ?

Ayant lu ce roman en lecture Commune avec Api Reading, je vais lui laisser vous donner le rythme de sa lecture et vous retrouve juste après avec mon avis. 

L’avis de Api Reading 

Forbidden or Forgotten, là est la question…

« Forbidden Stepbrother » de Lise Robin m’a fait me poser la question…

Problèmes de choix:

Interdiction médicale, familiale, morale
Interdiction de se souvenir ou interdiction d’oublier
Mémoire effacée ou mémoire ancrée
Dans les souvenirs, ou sur le corps
Par un dessin, ou une réaction
Psychologique ou épidermique

Souvenir du passé, dans l’obscurité, du cerveau
Souvenirs réels ou souvenirs sélectifs
Dans le partage ou la rétention
D’informations ou de sentiments
D’incompréhension ou de tolérance
De colère ou de patience
Léger ou profond
Fraternel ou amoureux
A travers le temps à travers les événements
Contre les autres pour eux

Se souvenir, se rappeler
S’interdire, se priver
Pour leur bien ou ceux des autres?
Pour elle ou pour lui?

“Oui, là est l’embarras“…
Mais si se souvenir n’était pas interdit…
Si l’interdit n’était pas qu’un souvenir…
Le passé resterait-il passé ?
Le présent douteux, suspendu, ébranlé?
Et le futur imprécis?

Forbidden or Forgotten ce roman…
Non, là n’est pas l’indécision
Se souvenir de lui est bien loin d’être interdit.

L’avis de Carine 

Forbidden Stepbrother est une magnifique et rafraîchissante romance avec laquelle j’ai passé un très bon moment de lecture et qui n’a pas manqué de m’émouvoir.

Nell s’apprête à vivre une nouvelle vie, après avoir passé plusieurs mois dans un centre de rééducation. Nouvelle vie, nouvelle ville… Nouvelle famille. Une famille pas si accueillante que cela, car ses demi-frères lui font vite comprendre qu’elle n’est pas la bienvenue. Mais Nell ne se laisse pas abattre pour autant, le bonheur de sa mère prime sur le sien et elle fera tout pour s’entendre avec eux et former cette famille si parfaite… En apparence.

Les apparences, Nell, elle connait et son sourire cache beaucoup de solitude et de désespoir. Comment pourrait-elle être heureuse alors qu’elle ne se connait plus vraiment ? Deux ans de sa vie se sont envolés. Deux années dont personne ne veut lui parler… Le noir total dans sa tête comme dans son cœur. Alors, lorsqu’elle se sent attirée par Kyle, son demi-frère, pourtant si odieux avec elle, elle ne comprend pas. Elle se sent encore plus perdue… Cette attirance n’a pas lieu d’être, il semble la détester au plus haut point et pourtant, tout est bien réel… Ses yeux de loup ne mentent pas, il la désire tout autant. Proche de sa proie, il semble vouloir autant la dévorer que la protéger. Ses griffes sont acérées dès qu’elle rentre dans la même pièce, prêt à bondir et n’en faire qu’une bouchée, usant et abusant de sarcasmes blessants et parfois d’une sollicitude incompréhensible.

Ne lui en déplaise, Nell reste une battante, une jeune femme au caractère bien trempé qui fera tout pour savoir, tout pour comprendre malgré, tout ce qui se bouscule dans sa tête et dans son cœur… Si son passé lui fait défaut, il lui reste toujours ses crayons qui glissent aussi bien sur le papier comme s’ils étaient guidés par une force inconnue. Souvenirs… Frustration… Son corps, ses gestes, eux, se rappellent, alors pourquoi le reste ne suit pas ?

Une belle romance à la trame originale malgré le fait qu’elle se devine assez rapidement dans l’ensemble. Je n’ai pas eu de surprise de ce côté-là. Par contre, côté émotion, j’en ai pris plein le cœur. Comment ne pas être touchée par Nell, cette jeune fille qui ne sait plus vraiment qui elle est, ni tout ce qui a pu se passer dans sa vie les deux dernières années ? Comment ne pas craquer pour notre loup, ce garçon plein d’ambivalences, parfois gentil et tendre avec Nell, mais trop souvent arrogant, condescendant, blessant et impétueux ? Quelles sont les blessures qu’il cache derrière tout cela ? Pourquoi tant d’animosité envers elle ?

Lorsque Lise Robin lui donne la parole… Exit le mec odieux et sans cœur ! On aurait envie de hurler avec lui toute cette peine et toute cette rage qui brûle en lui et qu’il ne peut sortir comme il le souhaite. Le destin se joue vraiment de nos protagonistes, mais il ne les laissera jamais tomber.

Forbidden Stepbrother est un parfait mélange de moments intenses, durs, forts et de moments légers sans oublier le mystère qui règne autour de Nell concernant son accident. Même si je n’ai pas été surprise dans les grandes lignes, découvrir le pourquoi du comment et tout ce qui en a découlé était vraiment appréciable tant cela était bien fait, bien ficelé et écrit avec une belle addiction qui m’a rendu complément accro au récit. J’ai vraiment aimé me sentir à la place de Nell.

La plume de Lise Robin nous immerge complètement dans le personnage en nous faisant ressentir tous ses questionnements, tous ses doutes, ses peurs, mais aussi ses espoirs. L’atmosphère que cette dernière met en place est oppressante par moment, captivante dans d’autres et électrique tellement souvent… C’est ce qui rend le roman addictif et qui fait qu’on ne décroche pas un seul instant. L’histoire interdite entre demi-frère et demi-sœur est du vu et revu je vous l’accorde, mais là, je peux vous dire que l’originalité de la trame m’a conquise. Elle aborde de plus plusieurs thèmes qui se marient bien ensemble et qui font de ce roman une lecture à ne pas manquer.

Petit bémol toutefois sur la fin qui concerne les liens familiaux qui ont été très importants pendant tout le récit et qui ont tout de même manqué d’approfondissement sur la finalité. Certes, cela pourrait ne pas être le sujet, ce qui importe finalement, c’est Nell et Kyle et leur fin à eux est parfaite. Mais comme nous sommes dans une relation interdite et que tout le début du roman Lise Robin met l’accent sur le fait que le bonheur de la mère de Nell prime avant le sien, il m’a manqué un petit quelque chose les concernant, c’était trop brut. Mais, seulement parce que je suis pointilleuse 🙂

Si on devait conclure en chœur cela donnerait quoi Api ?

Api a fait du Api, Carine a fait du Carine, mais Lise Robin elle, elle a fait battre notre cœur !

Extrait : 

– À quoi tu joues, Kyle ? aboyé-je. Je peux savoir pourquoi tu m’évites maintenant ?
– Je me contente de vivre ma vie. Faut pas te donner une importance que tu n’as pas !
Cette condescendance me met hors de moi. Ce type est un con ! Un gros con, même !
– Alors, qu’est-ce que tu fous encore ici, si tu vis ta vie ? le provoqué-je. Pourquoi t’es pas déjà parti te soûler dans un bar ou te taper ta copine rousse, là ? Ou n’importe quelle autre, d’ailleurs !
D’un geste de la main, je balaie ma rancœur et l’étincelle d’envie qui m’anime. Je recroise les bras sur ma poitrine pour lui signaler que je ne vais pas lâcher le morceau. J’attends une réponse.
Ses yeux fauves se plissent. Kyle me dévisage, m’analyse.
– Pourquoi ? se méfie-t-il. Je te dérange ? T’attends quelqu’un ? Je ne suis pas sûr que ta mère accepterait que tu reçoives du monde à cette heure-là, surtout dans cette tenue.
Je rêve où il me mate des pieds à la tête, là ?

***

Forbidden Stepbrother, de Lise Robin, histoire intégrale.

83534830_172558874097235_2810238569682042880_n

 

 

 

L’avis de Carine sur le roman de Jane Devreaux et Laura Devillard, Broken


Broken par [Devreaux, Jane, Devillard, Laura]

Titre : Broken

Auteurs : Laura Devillard et Jane Devreaux

Genre : Romance

Editions : Auto

Résumé : Je croyais ma vie parfaite, j’imaginais que rien ne pouvait m’atteindre… j’avais tort.
Je m’appelle Colyna Macklean. Je suis allongée sur un lit d’hôpital, dans un corps qui refuse de fonctionner. Je suis incapable de bouger, la douleur et l’ennui me collant à la peau, et cette envie furieuse de me laisser sombrer !
Puis, il est entré dans ma vie.
Je suis Mozart Stanlo. Ma batterie me nargue, je ne pourrai plus jamais jouer, je vais devoir affronter le regard des curieux pour le restant de mes jours, mais pour elle, je suis prêt à tout, y compris à enfreindre les règles.

Mon Avis :  

Broken est un magnifique Young-Adult qui m’a immergée sans préavis dans le combat de ces deux adolescents percutés par un destin tragique qui a fait basculer leur vie en une seule petite seconde. Laura et Jane nous offre là une belle leçon de vie et de courage qui traite d’un sujet peu commun dans la romance : L’amour et le Handicap.

Colyna se prépare à dire adieu à ses années de lycéenne afin d’ouvrir un nouveau chapitre de sa vie. Le bal de promo, c’est pour bientôt et à la fin de l’été, elle sera une jeune universitaire à la faculté de New-York. En attendant, elle file le parfait amour avec son petit ami Stephan. Et c’est entourée de ce dernier et de ses meilleures amies qu’elle se rend en limousine à une soirée. Une soirée qui promettait d’être mémorable, mais qui ne se passera pas comme prévu. L’impact qu’elle aura sur Colyna sera irréversible et changera sa vie à tout jamais… Tout comme celle de Mozart…

Mozart ne fait habituellement pas partie de la bande, mais ce soir-là, il sera présent, invité par l’amie de Colyna, Lizzy. Ils ne sont pas du même milieu et il a toujours considéré Colyna et ses amies comme de jolies poupées égocentriques. Les princesses, ce n’est pas son style. Tout comme il n’est pas le leurs. Mozart est un musicien et son look un peu décalé n’a rien des gentils fils à papa que fréquente Colyna. Mais, lorsqu’ils vont se retrouver réunis dans la souffrance et la solitude, il se pourrait bien que Colyna n’ait plus rien de cette jolie poupée superficielle et que Mozart, ne soit pas si horripilant qu’il en a l’air. Mieux encore, cela pourrait être même son plus bel atout….

Le combat qui les attend sera lourd, dur, semé d’embûches, de douleur et du deuil d’une vie qu’on ne vivra pas. Mais ce sera aussi la naissance d’un amour hors du commun qui leur sera salvateur.

Avec Broken, Laura Devillard et Jane Devreaux nous offrent une belle leçon de vie et d’espoir avec justesse et sincérité. C’est un roman qui sensibilise et qui aborde le handicap et la reconstruction avec tact et véracité. Les émotions sont là, bien présentes tout comme cette douleur que l’on ressent pour nos protagonistes. Des protagonistes bien choisis et travaillés à la perfection que ce soit dans les sentiments, dans la reconstruction psychologique ou encore motrice qui est décrite aussi à la perfection. Une intrigue qui tient bien la route et qui a été bien ficelée, mettant en scène les personnages secondaires d’une manière presque théâtrale tant cela est bien tourné et qui mettra aussi à mal l’équilibre des sentiments entre Colyna et Mozart.

Une magnifique histoire d’amour entre deux êtres brisés qui vont apprendre à se reconstruire ensemble, à vivre à nouveau avec le handicap qui va rendre l’amour et leurs vies plus compliquées certes, mais pas irréalisable. Ils vont devoir apprivoiser les regards des autres, leurs nouveaux corps, leurs nouvelles existences, tout en s’apprivoisant l’un et l’autre petit à petit. Un chemin plein de doutes, de rage, de chutes et de faiblesses, mais un chemin qui mène droit vers la lumière.

Tomber 7 fois, se relever 8… (proverbe japonais)

J’ai beaucoup aimé la superficialité de Colyna en début de lecture. La princesse qui tombe un peu de son piédestal et qui va prendre le temps de découvrir les personnes intérieurement. Presque, on ne la supporterait pas en début de lecture. Elle est jeune et ce qui lui arrive est vraiment injuste. Avant l’acception, il y a le temps du deuil, celui de ses rêves de ses amours, de sa vie. Puis la suffocation de l’enfermement. Tout d’abord, dans cette chambre d’hôpital, mais surtout dans ce corps qui ne répond plus. Elle ne se montrera pas sous son meilleur jour, ce qui est tout à fait compréhensible et le contraire n’aurait pas été cohérent.

Puis notre beau Mozart… Je ne vais pas trop vous en dévoiler, car il vous faut le découvrir par vous-même. Mais je peux vous dire que ce jeune homme est doté d’un courage exemplaire. Sa force de caractère qui sera un atout non négligeable sur le chemin de la guérison, mais aussi en ce qui concerne ses sentiments envers sa jolie princesse. En plus de cette histoire d’amour sur fond de reconstructions, les auteures nous délivrent au travers des pages plusieurs messages avec lesquels on ne peut que tirer de belles leçons de vie.

Jane et Laura nous montrent que nous ne sommes pas forcément ce que nous pensons être à travers les yeux des autres, une autre image de nous peut être perçue. Nous sommes tous différents à notre manière et le handicap ne devrait pas en être une dans notre société actuelle. L’acceptation de soi passe aussi par celle des autres à notre égard, mais aussi par la confiance que nous avons en nous, envers les autres et ceux qu’on aime. Que la différence nous rend unique. Qu’une vie peut être imparfaite, mais heureuse du moment où elle est à l’image de ceux qui désirent la vivre.

Avec Broken, j’ai frôlé le coup de cœur. Ce roman écrit à 4 mains ne peut que toucher, mais aussi faire sourire, même si souvent, on s’indigne et on souffre. La plume des deux auteures est directe, sans fioriture ce qui donne une belle fluidité et une certaine addictivité lors de la lecture. Une plume simple qui permet de nous inclure complètement dans le récit en nous mettant facilement à la place des héros et ressentant alors les émotions comme si nous les vivions nous-mêmes.

Si je devais souligner un petit bémol, ce serait sur l’histoire d’amour qui manque parfois de profondeur dans leurs actes, leurs paroles, mais je peux comprendre que ce soit la jeunesse de nos protagonistes qui a créé cette carence. Nous sommes dans un Young Adult et de ce fait, on ne peut pas attendre des réactions, ni des dialogues qui iraient à l’encontre de l’âge de Colyna et Mozart. C’est pour cela que j’aurais aimé un épilogue qui les auraient projetés dans le temps, au moins dix ans après pour ne pas rester sur ce sentiment de manque et en avoir encore un petit peu plus.

Un énorme merci à Laura Devillard et Jane Devreaux pour leur confiance lors de la mise en avant de Broken et pour m’avoir offert cette sublime lecture qui restera longtemps dans mon cœur.

 

Extrait : 

« Et tous me sourient de plus belle comme pour m’encourager. Ils ne comprennent pas que ce n’est pas ce dont j’ai besoin! Je veux que mes pieds me retiennent et que mon corps regagne son indépendance, je veux me débrouiller seule. Dire que j’allais enfin voler de mes propres ailes et que je me retrouve au point de départ. Je suis une enfant qu’on nourrit, habille, nettoie…
On décide même pour moi l’heure de dormir ou de se promener, voilà à quoi j’en suis réduit et ça fait mal…. « 

82172417_985356991843022_7499717496790843392_o

 

L’avis de Carine sur le roman de Mia Care Charmant Connard ! Aux Editions Addictives


41BF+DujpZLTitre : Charmant Connard !

Histoire intégrale

Auteur : Mia Carre

Genre : Romance

Editions : Addictives

Ebook : 4.99€

Résumé :

Un homme, une femme, un bonzaï : la colocation parfaite !

Hope arrive à New York pour être enfin libre. Pour elle qui a si peu d’expérience, c’est le début d’une vie qu’elle espère exaltante.
De son côté, Arthur vit à cent à l’heure, il passe d’une fête à l’autre et est plus souvent en rendez-vous à l’autre bout du monde que dans son loft.
Une colocation à deux ? Ils n’ont pas grand-chose à voir mais ne sont pas supposés se croiser souvent.
Sauf que les choses ne se déroulent pas vraiment comme prévu. Après une rencontre pour le moins fracassante, ils vont devoir cohabiter en essayant de ne pas s’entretuer… ni se sauter dessus !
Et ce n’est pas gagné. Entre les mensonges et les secrets bien gardés, la survie en colocation s’annonce houleuse !

Mon avis : 

Un connard charmant ? Un beau paradoxe vous ne trouvez pas ? Et pourtant… Le roi Arthur est un vrai Connard ! Tout à fait charmant… Comment est-ce possible ? Je ne peux que vous conseiller de le découvrir par vous-même, car ce roman est une bouffée d’air frais ! Une romance rafraîchissante et douce à souhait tout en abordant un thème qui m’a complètement conquise par sa rareté.

Après » l’inconnu de la route 66″ ou encore, mon chouchou « l’inconnu de l’ascenseur ». Je n’aurais jamais cru pouvoir tomber un jour sur « L’inconnu du dressing »… Et pourtant, les auteurs « Addictives » ne manquent pas d’originalité et j’adore ça ! Si le titre Charmant Connard ne lui allait pas à merveille, j’aurais vraiment opté pour ce dernier. Pas très vendeur ? Détrompez-vous. Dans un dressing on trouve vraiment de tout ! Des pièces originales, uniques et rares qui pourraient faire battre le cœur de n’importe quelle femme… Bien sûr je ne parle pas de chaussettes 🙂

Hope… Cette jeune Californienne pose son sac à New-York très désireuse de commencer sa nouvelle vie dans cette ville qu’elle a toujours crue in-atteignable, mais où règne une effervescence qui lui donne le tournis. Après une vie cloîtrée, ce n’est pas facile pour elle d’affronter la foule. À 21 ans, elle est comme une enfant qui découvre le monde et cela l’excite autant que cela la terrifie. Mais elle est là. Enfin. Et même si c’est effrayant, cela est aussi tout à fait grisant. La magie de New-York… Cette ville où elle pourra enfin être qui elle veut… Avec qui elle veut et faire ce qu’elle veut. Une ville pour se reconstruire ou se construire tout simplement. Pour oublier aussi un peu… Mais pas trop. Car il y a des choses qui ne s’oublieront jamais. Des personnes qu’on gardera à jamais dans notre cœur qu’importe la distance, traverser un pays ne nous éloigne pas comme on le souhaiterait toujours.

Hope, espoir. L’espoir d’une vie meilleure, d’une vie tout court. Prête à se rendre dans une auberge de jeunesse pour jeune fille, un heureux hasard lui apportera sur un plateau, une offre qui ne peut se manquer. Heureuse de pouvoir prendre le temps de se poser et de trouver un Job, Hope n’a pourtant aucune idée de ce qui l’attend. Car si son colocataire a toute la beauté d’un acteur de comédie romantique tout à fait charmant à la tombé de la nuit… Le jour se lève sur un parfait connard ! La colocation s’annonce houleuse et pour leur bien, ils vont devoir commencer à poser des règles ! Mais seront-elles tenues ?

Une romance doudou qui gonfle notre cœur tout au long de la lecture tout en nous apportant son lot d’émotions, de rebondissements et de drame. Même si l’auteure y aborde des sujets lourds, elle le fait avec finesse et légèreté, sans les creuser en profondeur pour garder en avant l’histoire d’amour. Cela ne m’a pas dérangée. Pourtant, en temps normal, je suis fan de cheminements psychologiques approfondis.

Mia Carre a opté pour une voie différente. La psychologie, elle la réserve aux secrets de nos protagonistes. Et cela fonctionne ! Elle le fait avec brio tout en gardant un rythme qui nous tient en haleine avec parfois même, de fausses pistes. On ne peut qu’être touché par ce que vit Hope et pourquoi, elle le vit. Touché dans sa peine, mais aussi dans ses découvertes et dans ses joies. Il faut dire que Hope est vraiment un personnage solaire. Un personnage à l’histoire poignante qui apporte pourtant une fraîcheur et une luminosité au roman comme je crois que j’en ai jamais lu. Si elle a tout d’une blanche colombe innocente, vulnérable, elle nous montrera très vite sa force de caractère, tombant, souvent, puis se relevant autant de fois qu’il le faut. Je me suis tout de suite attachée à elle, dès les premières lignes du roman, sans préavis.

Tout comme à notre roi Arthur qui a aussi ses blessures et ses fêlures qui font de lui l’homme qu’il est à ce jour. Cet homme qui ne peut que vivre sa vie qu’à 100 à l’heure en se souciant certes des autres, mais pas vraiment de lui. Altruiste et prévenant, il ne sait vraiment pas y faire avec Hope qui ne cesse de le faire sortir de ses gongs. Juste parce qu’il la désire ? Alors pourquoi ne pas succomber ? Les règles ne sont-elles pas faites pour être contournées ?

Ce Charmant Connard à vraiment tout pour plaire. On ne peut que fondre pour lui aussi. Sa rencontre avec Hope est simple et tellement originale à la fois. Magnifique, magique, toute en sensibilité et sensualité. Entre eux, c’est puissant dès le premier regard. Comme une évidence même si ce dernier la refuse.

Une romance magnifiquement bien écrite que j’ai dévorée sans pouvoir m’arrêter un seul instant en gardant le sourire niais aux lèvres, même si parfois mes larmes ont coulé. Mais même dans ces moments-là, Mia Carre a rendu ces moments comme une délivrance, ce qui permet de ne jamais perdre le sourire. J’ai plus qu’aimé la relation avec ces personnages qui apportent tellement d’émotions au roman. Mais ce que j’ai le plus apprécié, c’est que l’auteure n’a pas fait dans les faux semblants. Aucun blabla inutile. Tout a toujours été direct, sans prise de tête et franchement, cela fait un bien fou. La narration double nous permet vraiment d’être au cœur des sentiments et de les vivre à fond. Leurs pensées apportent une touche d’humour et d’amour supplémentaire qui finissent par nous faire fondre en guimauve dégoulinante et on en redemande. C’est beau, c’est addictif et j’en ai pris plein le cœur.

Un grand merci à Mia Carre pour ce merveilleux moment de lecture. Et merci aux Editions Addictives de m’avoir permis de le faire dans le cadre de ma réception service presse. Merci pour votre confiance.

Extrait :

…. Je m’enferme dans ma chambre, histoire d’être sûr qu’on ne vienne pas m’emmerder, et me déshabille en rentrant dans la salle de bains. Une longue douche chaude plus tard, j’en ressors et file vers le dressing après m’être séché en vitesse.
Le dressing est allumé… c’est bizarre…
Putain, Frank…
Soudain, un bruit étranglé me parvient et, quand je trouve l’origine de ce son, je reste paralysé par la surprise : une jeune femme, blonde, pâle et habillée d’une tunique blanche et d’un jean bleu, est assise par terre.
Putain mais c’est qui ? Qu’est-ce qu’elle fait là ?!
Sa pâleur disparaît au fur et à mesure que ses yeux écarquillés se lèvent ; ses joues deviennent écarlates.
– Excusez-moi, mais que… commencé-je.
Je m’interromps parce qu’elle bondit sur ses pieds en se cachant le visage dans les mains. OK. Spéciale. Je suis à poil mais pas de quoi en faire un drame. Quand elle écarte légèrement ses doigts et qu’un œil brillant me détaille de la tête aux pieds, je fais un effort considérable pour ne pas me mettre à rire. Elle sort d’où, cette fille ?!….

 

 

 

 

L’avis de Carine sur le roman de Mary Ann Davis : Coach me LOVE


Titre : Coach me LOVE

Auteur : Mary Ann Davis

Genre : Romance

Editions : Addictives

Ebook : 4.99 €

Broché :14.90 €

Résumé :Patron d’une salle de sport, sur de lui et beau comme un dieu, Max a l’embarras du choix question filles. Mais les relations de plus d’une nuit ne l’intéressent pas, jusqu’au jour où il croise Marion. Marion est belle, mais surtout quelque chose en elle le bouleverse, le touche au plus profond de lui-même. Seulement, la jeune femme est brisée par une vie qu’elle essaie de reprendre en main comme elle peut. Et elle n’est vraiment pas prête à laisser qui que ce soit détruire le fragile équilibre de son existence. Mais Max n’a pas dit son dernier mot. Apprivoiser Marion, la séduire, la faire rire, la faire jouir ? Un défi à relever…

Découvrez Coach Me, Love !, une romance bouleversante de Mary Ann Davis aux Éditions Addictives !

Histoire intégrale.

Mon avis :

Encore une magnifique romance « Addictive » qui cette fois aborde un thème bouleversant de vérité et trop souvent tabou dans notre société. Dès les premières pages, on ne peut que s’indigner et être bouleversé pour Marion. Mary Ann Davis donne le ton sans préavis et nous plonge littéralement dans son récit.

Marion est une jeune femme qui a été brisée, humiliée, rabaissée et qui dans un geste de désespoir pour fuir la douleur qui lui tiraillait les entrailles, a failli perdre la vie sans le vouloir vraiment. Cette vie qu’elle tente de reconstruire petit à petit par persévérance et force de caractère. Les hommes ? Plus jamais ! L’amour est un poison toxique. Elle les fuit comme la peste. Trop déçue, trop brisée… Heureusement pour elle, elle peut compter sur sa meilleure amie qui fera tout pour l’aider, tout comme ses parents qui lui vouent un amour inconditionnel. Sa psy ne la lâche pas non plus, elle ne mâche pas ses mots, ne lui fait pas de cadeau. Marion doit aller de l’avant et doit se reprendre en main. Pas pour ses parents, pas pour ses amis et encore moins pour plaire aux hommes. Marion doit pouvoir se regarder dans un miroir et ne plus avoir peur de son reflet. Elle doit avancer et reprendre confiance en elle et ne plus ressentir cette souffrance intérieure qui l’empêche de respirer. De vivre sa vie de femme… Et aujourd’hui, c’est ce qu’elle souhaite plus que tout. Elle désire vivre, même si elle sait pertinemment qu’elle n’est pas encore assez solide et qu’il lui reste encore du travail pour être enfin en paix avec elle-même. Mais elle sait qu’un jour elle sera prête et c’est petit à petit qu’elle retrouve un semblant d’équilibre. Marion semble enfin renaître. Mais sa rencontre avec Maxime va bouleverser le peu de certitudes acquises jusqu’alors. Comment lui faire confiance ? N’est-il pas trop tôt ? Et si cette attirance la faisait retomber dans ses travers ? Marion a beau donner le change et se cacher derrière ses sourires, son assurance, elle est très loin d’être à son paroxysme. Comment un homme comme lui pourrait-il vouloir d’une femme comme elle ?…

Maxime, cet homme à femmes qui ne désire plus que des coups d’un soir depuis qu’il a été trahi, a aussi du mal à refaire confiance à une femme. Pourtant, il a suffi d’un seul regard, un sourire timide pour que son cœur batte à nouveau. Complètement sous le charme de cette inconnue qui n’a pas conscience du sien, il est prêt à tenter plus. Plus que du sexe, plus qu’une nuit… Il la veut et il est prêt à lui laisser le temps qu’il lui faudra…

Coach Me Love est une belle lecture qui aborde des thèmes qui touchent et dont on parle peu. Des thèmes qui sont pourtant au cœur de notre société et qui sont abordés avec franchise et véracité. Une lecture dont on ne sort pas indemne et qui pourrait même apporter un déclic ou de la force à certaines lectrices qui pourraient se retrouver en Marion. Une romance criante de vérité et aussi bouleversante que possible. Les émotions sont là, bien ancrées dans les pages, dans les mots, dans les situations… Les personnages sont touchants et le cheminement psychologique qui les accompagne est mené à la perfection. On voit bien que l’auteure maîtrise son sujet, elle sait où et quand taper notre cœur.

Mary Ann Davis ne vas pas épargner ses personnages, que ce soit les principaux comme les secondaires. Elle a fait de ce roman un récit vrai. Un récit qui touche, qui percute et qui indigne. Une histoire qui pourrait toucher n’importe laquelle d’entre nous à différentes échelles. Il m’a bouleversée, chamboulée, émue et révoltée. Mais nous sommes dans une romance et je peux dire aussi qu’il m’a fait fondre… Car l’auteure n’a pas choisi n’importe quel héros pour notre belle Marion. Et je dois dire que j’ai vraiment apprécié son personnage et la façon dont l’auteure lui laisse la place. Car, il ne faut pas se voiler la face, c’est tout l’entourage de Marion qui souffre aussi. Un Maxime craquant qui est lui aussi criant de vérité par son comportement, mais aussi son langage qui est en parfaite adéquation avec son personnage, tout comme la sensibilité masculine qu’il dégage. Si cette romance a été très vite addictive, une petite baisse de rythme à mi-parcours a eu raison de ma frénésie et m’a permis de faire une pause pour reprendre ensuite pleine d’enthousiasme. Ces petites longueurs qui ralentissent le rythme, mais qui ne sont pas pour autant en trop. Je pense que j’étais trop focalisée sur la suite des événements et ma patience a eu raison de certains passages qui étaient pourtant tout à fait nécessaires, car une reconstruction ne se fait pas en un jour et il y aura toujours des hauts et des bas. Je le précise, car c’est de cette façon que j’ai vécue ma lecture dans cette partie là qui n’est pas non plus très conséquente, mais peut-être que pour vous, ces passages seront tout aussi addictifs que le reste.

Une magnifique romance tout en justesse, finesse et riche en émotions écrite d’une plume que je découvre et que je suivrai à nouveau. Coach Me Love, un roman à ne pas manquer et que je ne peux que vous conseiller.

Un grand merci aux éditions Addictives pour la réception de ce sublime service presse dans sa version brochée qui arbore une couverture sublime.

Extrait:

J’ai chaud, très chaud. Je sens un poids qui bloque une de mes jambes, mais bizarrement je ne me sens pas oppressée, au contraire j’ai l’impression d’être en sécurité. J’ouvre les yeux, troublée, car je ne me souviens pas comment j’ai pu atterrir dans mon lit, et tombe face au visage endormi de Maxime. Hum… Je les referme aussi vite et remercie mon subconscient de m’offrir un joli rêve à la place de mes cauchemars habituels.
J’arrive à bouger légèrement pour me rapprocher et me coller contre ce torse délicieusement musclé. Son corps est si chaud, si dur et en même temps si rassurant… Puisque je rêve, je compte bien en profiter. Mes mains se posent sur ses pectoraux et descendent vers son sexe en savourant au passage la douceur de son ventre.
– Surtout, continue plus bas, souffle-t-il d’une voix endormie.

83681349_987279578317430_737192799480315904_o

L’avis de Carine sur le roman de Anne Cantore : Ardent, aux Editions Addictives


41FTkrlS49L._SY346_

Titre : Ardent

Auteur : Anne Cantore

Genre : Romance historique

Editions : Addictives

Ebook :4.99 €

Résumé : Ardent, d’Anne Cantore, histoire intégrale.

Elle refuse de l’épouser. Il ne lui laisse pas le choix.

Sullyvan Jefferson n’a qu’un seul objectif : protéger les siens, les derniers survivants des Cherokees sur les berges du lac Hudson.
Ancien militaire, rejeté par la bonne société à cause de son métissage indien, il se moque des convenances et des codes.
Quand il rencontre Kathleen O’Briley, il ne voit en elle qu’une gamine docile, héritière de terres prospères qu’il pourrait offrir à sa tribu.
Il l’épouse par la ruse, la liant à lui contre sa volonté, et compte bien s’imposer en maître.
Mais Kathleen est une adversaire de taille : déterminée, volontaire et rebelle, elle lui tient tête.
Et surtout, elle réveille en lui des sentiments aussi dangereux qu’indécents…

Mon avis : 

Lorsque j’ai débuté ma lecture, j’ai été très surprise de me retrouver en 1869 ! Mais connaissant la plume de l’auteure, même pas peur ! La romance historique n’est pas mon genre de lecture de prédilection et pourtant, à chaque fois, je me dis, mais pourquoi je n’en lis pas plus ? Surtout lorsqu’elles sont aussi bien écrites qu’Ardent et qu’elle apporte un petit savoir non négligeable à notre culture. Souvent on ne connait que les grandes lignes de certaines périodes et beaucoup sont encore méconnues.

La conquête de l’ouest a fait beaucoup de ravages chez les amérindiens, ces natifs que les Colons ont décimés et expulsés de leurs propre terres par une trop forte colonisation aidée par une pression et une répression militaire. Au travers de l’histoire de Ketty et Sully, nous allons en apprendre beaucoup sur cette période de l’histoire de façon très touchante, mais aussi violente.

Dès le prologue, l’auteure nous plonge en plein cœur de l’Histoire pour nous permettre de partir avec de bonnes bases. Elle nous informe de tout ce qui est bon à savoir en nous situant dans le temps et les événements qui ont marqué les esprits et qui ont abouti à des lois.

On parlera souvent de « La piste des larmes »… J’en avais déjà entendu parler, mais sans jamais prendre le temps d’en apprendre autant. J’avoue être aller encore plus loin après lecture dans mes recherches et mon envie de tout savoir. Même si vous n’êtes pas fans d’histoire et de culture, ne passez pas ces quelques pages qui vous permettront de bien comprendre le contexte pour le récit qui suivra. Par la suite, libre à vous de vous référer ou pas aux explications.

Après la mort de son père, Kathleen a été recueillie par son parrain et de par ce fait, a dû quitter le ranch dans lequel elle a toujours vécu et passé une enfance heureuse. Son père lui avait toujours accordé la liberté, que ce soit dans ses actes ou dans ses paroles, loin des convenances ou encore des codes. Se retrouver dans la ville de Boston, si éloignée de ses terres, à devoir apprendre à broder et porter des corsets lui pèse plus que de raison. Elle veut rentrer chez elle, mais cela lui est impossible… Pourtant, il n’y a que sur ses terres qu’elle pourra être heureuse et son parrain ne veut rien entendre, seule c’est impossible. Tout ce qu’il souhaite, c’est qu’elle puisse trouver un bon mari qui gérera son patrimoine et lui fera des héritiers. Non par méchanceté, mais plus pour la protéger… Malheureusement, c’est justement en voulant la protéger, qu’elle sera en danger depuis qu’il l’a mise sur la route des Jefferson… Elle qui ne comptait pas épouser le premier venu et pensait avoir son mot à dire, se retrouve en pleines conspirations et pardessus tout, mariée… Sans le vouloir à un Jefferson aux yeux d’un noir ardent qui va envahir sa vie jusque dans ses rêves…

Sullivyan est un Cherokee. Pas tout à fait « blanc » et pas complètement indien. Il oscille entre deux mondes. Le peuple Cherokee est son enfance, son passé et ses racines. La nation blanche américaine est son avenir, son destin d’homme. Depuis son retour à Boston, il tente de trouver sa place, d’aider sa nation, son peuple en vain. Jusqu’à ce qu’il se rende compte que le seul moyen d’y arriver… C’est Elle. Et si c’est par la ruse qu’il parvient à ses fins, il n’en a cure. Tout ce qu’il lui importe à Lui, c’est de protéger les siens. Pensant avoir épousé une docile héritière au caractère particulier, il n’est pas au bout de ses surprises. Car Kathleen est loin d’être une de ces femmes qui se courbent devant leur mari en se pliant à leur volonté. Non. Ketty est une femme forte, une battante indocile au caractère de feu qui ne compte pas lui laisser occuper sa place d’époux et encore moins celle du maître de son domaine. Tout ce qui lui importe à Elle, c’est de pouvoir reprendre le contrôle de sa vie, de ses terres et ce n’est pas cet homme très sexy et protecteur soit dit en pensant, ni ses songes étranges qui la rendent fébrile, mais aussi conquérante, qui la feront changer d’avis… Deux âmes unies par le destin pour l’amour de leurs terres. Deux âmes prêtes à combattre pour chérir ce qu’ils ont de plus cher. Deux êtres pudiques qui cachent leurs sentiments le jour et les dévoilent la nuit.

Rien ne sera facile pour eux, mais rien n’est impossible…

Ardent est une magnifique histoire d’amour, une histoire de destin, mais aussi de courage, de violence, d’espoir et de conquête. L’auteure va nous faire voyager d’Est en Ouest, sur les terres d’une nation en construction. De Boston aux terres rouges d’Oaks Creek avec ses étendues de plaines et ses forêts, ses élevages de bétails et les derniers survivants des Cherokees sur les berges du lac Hudson. Un voyage que l’on vit au travers des pages comme si nous y étions aussi de part les descriptions sublimes et très imagées que l’auteure nous offre. J’aurais presque envie de vous dire que je me voyais assis avec eux dans cette diligence en ressentant tout l’inconfort des moyens de transports de l’époque et tout ce qui s’y rattache.

Dans sa romance hautement addictive, Anne Cantore va mettre en évidence l’Histoire de cette colonisation qui a tant fait souffrir les amérindiens, mais qui était aussi une question de survie pour beaucoup de colons. Au-delà de cela, elle va aborder plusieurs thèmes qui se démarquent. La condition des femmes à cette époque en fera partie y compris celle des femmes autochtones. On parlera aussi de la tolérance, la différence et de cette magnifique culture ethnique et ses légendes qui offrent au récit tant de magnifiques choses et le rendent si triste à la fois.

La plume d’Anne Cantore a su une fois de plus me ravir et m’emporter d’un bout à l’autre sans pouvoir faire de pause. J’ai complètement craqué pour les héros qui vont apprendre à s’apprivoiser et se désirer d’une manière très particulière et finement mis en situation. Leurs caractères et la vision qu’ils ont de la vie et des personnes qui les entourent ne peuvent que les rapprocher. Pourtant, il ne cesse de s’affronter et ce n’est que lorsque la nuit tombe qu’ils font tomber leurs barrières pour se laisser aller à ce qu’ils ressentent vraiment. Mais au-delà des héros, j’ai plus qu’aimé que l’Histoire ne soit pas qu’en surface et qu’elle ne prenne pas non plus le pas sur la romance qui est époustouflante. Tout est dosé à la perfection pour s’imbriquer parfaitement l’un dans l’autre. Tout comme l’intrigue qui est parfaite et bien intégrée dans le contexte. C’est beau, c’est magnifiquement écrit, c’est bouleversant et dur.

Anne Cantore retranscrit la beauté au-delà des apparences, mais aussi la violence à travers un récit fort, poignant, plein d’émotions et tout mené avec tact et subtilité. Les pages se tournent et on se délecte de chaque mot, chaque scène. Des scènes parfois violentes, d’autre fois douces, sensuelles et spirituelles. L’auteure dose de manière très agréable son récit et on ne peut qu’y adhérer. Entre manipulation, corruption et désir Ardent, laissez-vous tenter par cette histoire qui ne pourra que vous ravir et vous faire vibrer autant qu’elle m’a fait vibrer.

Un immense merci à Anne Cantore pour m’avoir fait passer un moment de lecture vraiment excellent. Merci aux Éditions Addictives de m’avoir permis de découvrir cette pépite en service presse.

Ne passez pas à côté de cette histoire sublime !

Extrait :

– Vous avez raison, Kathleen, j’ai négligé mes devoirs d’époux et voilà où nous en sommes. Ma femme menace de me tuer d’un coup de carabine. Qu’auriez-vous fait, ma douce, pour vous débarrasser de mon corps ?
Elle me martèle le dos de coups de poing, gigotant et hurlant.
– Je l’aurais donné aux coyotes, espèce de chien d’Indien.
J’éclate de rire alors que ma main s’abat violemment sur ses fesses.
– Chien d’Indien ! Cela faisait un petit moment que je ne l’avais pas entendue, celle-ci ! Allons, assez parlé !
Je me mets en marche et sors de la pièce. Vu l’heure, je doute que nous croisions Liz. Et quand bien même, elle n’interviendra pas ! Kathleen donne de la voix en espérant ameuter la maisonnée.
– Lâchez-moi ! Lâchez-moi immédiatement ou je hurle à vous faire tomber cette satanée baraque sur le crâne !
– Quel langage indigne d’une jeune femme bien séante ! Mlle Amélie n’aurait pas apprécié. Hurlez tant que ça vous chante, ma belle, je suis le maître ici, et personne, y compris vous, ne peut me refuser l’accès à votre lit.
En quelques enjambées, j’ai gravi les escaliers et traversé l’étage jusqu’à ma chambre. J’y entre et, d’un coup d’épaule, jette l’insolente sur le lit où elle atterrit lourdement.
– Vous me prendriez de force ? glapit-elle à la limite de la panique tandis que je défais les boutons de mon gilet.
Je suspends mon geste.
– Non, ma chérie, je réponds sobrement, tu ne seras pas violée. Tu désireras la moindre de mes caresses, le plus léger de mes baisers, tu me supplieras de te prendre, et si tu cries ce soir, cela sera pour exprimer ta jouissance.

84259258_1046308505707186_5929755483786182656_n

 

L’avis de Carine sur Dark Heart un roman de Karyn Adler


41FgZTg2ceL

Titre : Dark Heart

Auteur : Karyn Adler

Genre : Dark Romance

Editions : Addictives

Ebook : 4.99€

Broché : 

 

Résumé Sombre, parfois violent, souvent dérangeant, un peu agaçant, mais tellement troublant !

Lee a connu l’enfer. Quant à Aiden, il a fait de sa propre vie un cauchemar. Lee devrait le fuir, elle n’a pas besoin de quelqu’un d’aussi détruit que lui dans sa vie. Mais le bad boy aux yeux d’orage l’attire autant qu’il l’effraie. Son seul regard promet autant de plaisirs que de tempêtes.
Comment Aiden peut-il prendre soin d’une jeune femme, lui qui n’est déjà pas capable de s’occuper de lui-même ?
La petite ville d’Everness qui a réuni Lee et Aiden par le plus grand des hasards n’a pas fini de révéler tous ses mystères… et si les deux âmes brisées se faisaient finalement plus de bien que de mal ?

Histoire intégrale.
Dark Heart a d’abord été publié sous le titre A(b)îme-moi.

Mon avis :

Lorsque j’ai refermé la dernière page de ce roman, la première chose qui m’est venue à l’esprit est de me dire : Mais comment j’ai pu ne pas le lire avant ! Comment est-ce possible d’être passée à côté de cette romance si pleine d’émotions. Une chance en fait, car après avoir refermé Dark Heart, je me suis jetée sans détour sur son Spin-off, Free Heart qui m’a permis d’en avoir encore même si cela concerne d’autres personnages. Un,

Deux,

Trois,

Respire…

Difficile de vous donner un avis qui sera à la hauteur de ce que j’ai pu ressentir lors de cette lecture qui m’a prise aux tripes si souvent. Dès le prologue, j’avais déjà les larmes aux yeux et je savais que j’allais souffrir autant que Lee et avec Lee.

Karyn Adler nous plonge dans un roman poignant avec des mots justes, des mots qui touchent et des situations qui ne nous laissent pas indemnes. Un roman fort, troublant qui ne laisse pas indifférent et qui ne s’oublie pas. Sombre, parfois violent, souvent dérangeant, un peu agaçant, mais tellement troublant ! Voilà qui résume à la perfection cette lecture que je vous invite à découvrir ainsi que mon avis.

Il y a des accidents qui marquent, ceux dont on peine à se reconstruire. Il y a des pertes qui font si mal qu’il est difficile d’avancer… Puis il y a des âmes abîmées qui se rencontrent et qui essayent tant bien que mal à se reconstruire malgré que le destin ne cesse d’être cruel…

Lee est une jeune fille d’à peine dix-huit ans qui fuit déjà sa vie. Sa vie d’avant, mais aussi celle du jour qui vient de se passer tout comme elle fuira celui de demain. Elle ne vit pas… Elle survit juste à chaque jour qui passe avec toute la colère et la douleur qui font rage en elle. On pourrait même dire qu’elle se fuit elle-même, enfermée dans sa solitude. Et le carcan qui l’oppresse et lui pèse la ramenant sans cesse dans ses souvenirs douloureux. À ces blessures dont on ne guérit pas…

Partir le plus loin possible pour tout oublier, recommencer en laissant derrière elle sa douleur et sa peine. Devenir quelqu’un d’autre, ailleurs pour essayer de se retrouver ou être une autre… Simplement exister… Respirer… Malgré ses secrets qui la tuent à petit feu… Mais Lee qu’on pourrait penser faible est tout simplement une survivante de la vie et c’est après avoir erré de ville en ville pendant des mois, qu’elle va poser ses pieds sur le sol de la petite ville d’Everness. Une ville accueillante dans laquelle elle fera la connaissance d’Aiden.

Aiden est lui aussi une âme brisée qui se laisse chaque jour envahir par cette douleur qui le bouffe et tous les remords qui vont avec. Il fait de sa vie un enfer ne pensant en aucun cas mériter le bonheur. Il erre dans sa vie sans but, perdu entre tous les rêves auxquels il a pu aspirer un jour et les cauchemars qui hantent aujourd’hui ses nuits… Chacune de ses nuits… Le destin qui a été sans pitié jusqu’à ce jour pour chacun des deux, pourrait bien jouer une nouvelle carte, celle de l’avenir. Mais quand on a connu l’enfer comme Lee, peut-on prendre le risque d’avoir dans sa vie une personne aussi détruite qu’elle ? Et si elle se laissait emporter dans cette tempête qui fait à nouveau battre son cœur, se pourrait-il que pour une fois son organe ne finisse pas en million de débris éparpillés ? Comment faire confiance à nouveau et s’attacher sans y perdre le peu d’âme qu’il lui reste alors que tant de secrets lui pourrissent tout à petit feu….

Pour Aiden c’est encore plus compliqué de laisser parler son cœur. Il n’arrive déjà pas à remonter la pente et chercher sans cesse à se punir, enfermé dans un tourbillon destructeur. Comment pourrait-il apporter la lumière dans les yeux de dragon de Lee alors qu’il n’est que noirceur ? Faire battre à nouveau son cœur et lui permettre de respirer, enfin ?

Dark Heart est une magnifique romance que je qualifierai de tempête livresque. On commence notre lecture sous une douce pluie fine qui va s’intensifier à force d’émotions jusqu’à nous emporter en plein cœur d’un cyclone dévastateur. C’est sombre, c’est violent et intense. Tel un vent glacial qui nous tranche comme une lame, Karine Adler jette nos cœurs dans cette tempête hurlante attendant la déferlante sournoise qui viendra tout emporter. Puis lorsque le soleil revient, tout se réchauffe, tout se recolle Jusqu‘à l’arrivée des prochains nuages et de la nouvelle éclaircie. Un récit sombre où la douleur physique et morale est omniprésente, mais aussi plein d’espoir. L’espoir d’une seconde chance, l’espoir de vivre et de la reconstruction de deux âmes abîmées.

Des sujets lourds, durs, violents et profonds, écrits d’une plume sensible, envoûtante et remplie d’émotions qui nous emportent dans un tourbillon qui nous ébranle et nous percute au point de rester souvent en apnée. Malgré les tempêtes et les chemins tortueux qu’ils vont emprunter, il se pourrait que lorsque deux âmes abîmées se trouvent et s’aident à trouver la lumière au fond des abysses dans lesquels ils sont plongés. Leurs blessures et leur fêlures ne leur rendront jamais la vie dont ils rêvaient, mais à deux, ils peuvent avancer et être cette lumière pour l’autre comme un phare guide ses marins perdus dans la tempête. Et si la lumière flanche, si les vagues sont trop hautes et les engloutissent… Ils sont loin d’être seul et il y aura toujours autour d’eux des personnes pour qui ils comptent et qui lanceront cette bouée qui leur permettra de sortir enfin la tête de cette houle qui comprime leur existence.

Dark Heart m’a touchée au cœur, mais aussi à l’âme. Touchée par ce couple et par leur histoire, que ce soit dans les moments sombres qui ont fait couler mes larmes, ou dans ceux pleins d’amour et de tendresse. Touchée par la plume de l’auteure qui prend aux tripes et qui met à nu ses sentiments et une part d’elle-même. Touchée par les personnages secondaires qui sont exceptionnels et font aussi la force de ce roman. Un roman où l’émotion est omniprésente, palpable, intense, jaillissant au travers des mots avec virtuosité ou bien tapis dans les non-dits et ses silences. C’était absolument magnifique. Et si j’ai beaucoup pleuré, je n’ai pas manqué de rire, de sourire et de passer un excellent moment de lecture. Un bon combo pour une lecture parfaite.

Un grand merci à Karine Adler pour la lecture de ce sublime roman coup de cœur et aussi pour sa confiance.

 

Extrait : Le baiser devient profond. Impatient. Et alors que je devrais vouloir me débattre et m’enfuir, je reste là. Pire encore, je relève mes mains et les plaque contre son torse. Son cœur bat fort.
Aussi fort que le mien, ou peut-être même plus. Et nos langues s’entremêlent. Nos dents s’entrechoquent. C’est la première fois que j’apprécie réellement un baiser et tout ce que cela provoque en moi.
Il glisse une main sous mes cheveux et agrippe ma nuque pour me plaquer un peu plus contre lui. Il dévore ma bouche, mordille mes lèvres et je gémis un peu plus encore.
Je le laisse chasser mes douleurs, ma peine, mes peurs et tout ce qui rend mon monde obscur et chaotique. Ses lèvres ont le goût de l’espoir.

L’avis de Carine sur le roman de Ena. L : So Romantic


Titre : So Romantic

Auteur : Ena. L

Genre: Romance « Déjantée »

(Avertissement de l’auteure : ce livre est un crossover de « Not a fuckin’ romance », donc bien entendu, attendez-vous à du débile, à du non politiquement correct, et à de l’imprévu. J’assume entièrement, ou presque. Fin d’avertissement inutile.)

Editions : Auto

Ebook : 3.99 €

Broché 18.50 €

Résumé : `

« Je suppose que tu viendras seul à mon mariage. Comme toujours. »
Voilà. C’est parti d’une seule réflexion de mon ex. (Et d’un blender vide de mojito.) À cet instant, moi, Milan, 26 ans, père célibataire, j’ai pris la résolution de trouver la femme de ma vie. Et pour cela, je suis prêt à tester toutes les méthodes possibles de rencontres, avouables ou non. Le mariage de mon ex aura lieu dans 2 mois. Et je compte bien lui prouver que moi aussi, je peux trouver l’amour.
Je résume : j’ai 2 mois pour réussir ce challenge. 2 mois pour dénicher l’âme sœur, dont je rêve depuis toujours. Et un handicap de taille : mon romantisme à la con.
Quelque chose me dit que rien ne va se passer comme je l’imaginais…

Mon avis : 

Contre toute attente ce sera un avis mitigé que je vous propose sur cette romance qui est pourtant vraiment originale et qui n’a pas manqué de me faire rire très souvent. Ce roman est vraiment une bouffée d’oxygène et le récit est addictif au plus haut point. Paradoxal me direz-vous ? Et pourtant…

Milan est célibataire et père de deux charmants garçons de six et quatre ans. Il aurait fait n’importe quoi pour leur mère qui a fini par le jeter pour se mettre en couple avec le mec le plus macho de la terre. Oui, tout le contraire de lui qui est doux et romantique. Quatre ans après, il a toujours du mal à digérer, non pas parce qu’il aime toujours son ex, il peine juste à trouver chaussure à son pied. Pourtant, Milan est canon et les femmes sont toutes en admiration devant lui. Mais il est surtout… un incurable romantique. Fan de livres sentimentaux et de films du même genre, il fait partie de ces hommes qui n’ont pas honte de pleurer ou encore de crier des « je t’aime » à foison. Il attire facilement, mais dès qu’il ouvre la bouche, il fait fuir les belles demoiselles qui lui collent aussitôt une étiquette trop « fleur bleue » tandis que les hommes le traite facilement de mauviette. Il est bien connu qu’aujourd’hui les femmes sont plutôt entreprenantes et ne s’encombrent plus de plusieurs rendez-vous avant une bonne baise. Le mariage ? Pourquoi pas, mais pas après une seule nuit voyons !

Milan, lui quand il aime, il aime et … Il aime souvent très vite ou trop vite. Est-ce une raison pour ne pas trouver la femme idéale ? Il y a bien quelque part une jolie fille qui sera heureuse de partager de beaux moments avec lui et qui sera heureuse de sa douce folie romantique et il faut qu’il la trouve vite. Son ex se mariant bientôt, il s’est donné comme mission d’arriver à la cérémonie avec la nouvelle femme de sa vie à son bras pour ne passer encore pour le pauvre petit Milan célibataire. Que la chasse commence ! Le compte à rebours est lancé. J-2 mois… La trouvera-t-il au travail, à un speed-dating ou encore sur Tinder ? Il va tout essayer jusqu’à la rencontrer par hasard.

Et si elle était le coup de foudre de sa vie ? Celle qu’il attend depuis si longtemps ? Et si tout n’avait pas démarré sur un mensonge… Et si… Le destin lui lançait un défi encore plus grand pour atteindre son rêve ?

Une romance à la Ena Deline ! Pleine de peps, de rebondissements et surtout, pleine de fous rires ! Le crossover de « Not a fuckin’ romance » est à l’image de ce dernier. Toujours aussi déjantée, la plume de l’auteure va nous emporter dans un tourbillon de folie, d’amour et d’humour.

Alors, mitigée pourquoi ? Tout simplement, car je n’ai pas trop adhéré aux changements de cap de l’auteure qui ont été carrément contraires à tout ce qu’elle avait mis en place en début de récit. Alors, oui j’ai bien conscience que l’on se laisse parfois guider par nos protagonistes lorsqu’on écrit un roman, qu’ils sont imprévisibles et mènent l’auteure par le bout du crayon. C’est ce qui fait en général un roman hors du commun dans lequel on ne sait pas vraiment à quelle sauce nous allons être mangés. Cela apporte certes, un piment non négligeable à la recette et j’aurais pu aimer, et adhérer complètement aux rebondissements s’ils n’allaient pas à l’encontre du message de tolérance sur la valeur des gens et des apparences que l’auteure prend le temps de mettre en place sur une grande partie de l’histoire.

Avec So Romantic, Ena L met en avant le fait que notre héros a le droit d’être romantique et qui se fait pourtant stigmatiser par tous, renvoyant l’image qu’un homme ne peut l’être autant qu’une femme. Un homme vrai, ne peut pas être fan de romance ou vouloir dire « je t’aime » après seulement une nuit d’amour. Un homme se doit d’être viril, beau et fort, mais romantique non. S’il est romantique, il est forcément une mauviette, Gay ou encore un fils à maman. On se moque facilement d’un homme qui pleure en le comparant à une femme et pourtant les hommes ont aussi leurs propres émotions. Les préjugés sont là. Ena nous montre que chacun a ses goûts, tout comme une femme peut aimer regarder un match de foot, les hommes peuvent apprécier des choses qui sont associées généralement aux femmes.

Milan aime les femmes et surtout la belle Gala auprès de laquelle il se fait passer pour un ami en attendant d’en avoir plus, tout en étant heureux d’être enfin lui-même. C’est un homme qui a juste un problème de romantisme. C’est aussi un fils et un petit frère que sa famille protège et avec laquelle il peine à s’affirmer. Tout est là pour que nous, grandes romantiques fans de romance comme Milan, nous succombions à ce héros que nous aimerions prendre dans nos bras pour lui dire  » viens, on est là nous ! On ne te violera pas, on aime les fleurs et les chocolats » ou encore, « fait pas comme ci si tu la veux, attention à ce que tu dis, ce que tu fais  » !

Ena nous alpague dans son roman de manière à ce qu’on soit avec Milan, envers et contre tous. Sa gentillesse nous touche, son périple et ses déconvenues à la recherche de l’amour sont hilarants, mais aussi très émouvants. On espère avec lui tout comme nos larmes coulent parfois avec les siennes. Il est difficile pour lui de trouver celle qui répondra à ses critères et avec laquelle il pourra enfin être heureux en étant lui-même. Puis tout à coup, Ena fait du Ena ! Cela ne me dérange pas habituellement bien au contraire, surtout et particulièrement dans ses romans, car on les attend de pied ferme ses rebondissements qui nous mettent toujours ko de surprise ou encore ko de fou-rires. Mais là, je n’étais pas d’accord avec elle et cela a été une chute dans l’euphorie de ma lecture. (ok pas longtemps, mais elle a été là) Je suis d’accord sur le fait qu’on ne choisit pas l’amour, il nous tombe juste dessus et nous assomme sans qu’on se rende compte qu’on est déjà foutue. L’histoire reste aussi forte qu’importe les choix qu’il fait, seulement, c’est comme si tout ce contre quoi il s’était battu ou même souvent s’est tu, étaient finalement que la pure vérité. Comme s’il donnait le bâton pour se faire battre par son propre jeu. Comme si tous les préjugés que les gens avaient sur lui étaient tous justifiés. Et c’est là que ça n’a pas collé pour moi. Même si cela relance la lecture le cœur palpitant. En même temps, sans ce retournement de situation, l’histoire de Milan aurait été un récit simple drôle et romantique, dans lequel on aurait souhaité être cette femme qu’il lui fallait. Est-ce vraiment ce qu’on cherche lorsqu’on lit du Ena.L ? Elle n’est pas ce genre d’auteure qui va nous servir sur un plateau un récit qui coule de source et je pense qu’il faut simplement se le dire avant d’ouvrir un de ses romans. « Simple » ne fait pas partie de son vocabulaire, elle aime trop jouer avec ses lecteurs et ses protagonistes. Habituellement j’en suis la première ravie.

Avec So Romantic, je dirai qu’elle a fait un mix d’un peu de tout en tournant autour de la recherche de l’amour, avec toutes les possibilités qui existent jusqu’à trouver le duo qui se complète parfaitement. Ils ont les mêmes attentes de la vie et leurs cœurs battent à l’unisson. Deux cœurs qui n’ont pas regardé si ce serait compris. Deux cœurs qui ont simplement trouvé l’amour, cette âme sœur qui leur permet de se sentir bien, se sentir vivant et heureux. Et n’est-ce-pas là le principal ? Car, au-delà du premier message de tolérance que l’auteure souhaite passer sur le début du récit et qui n’a pas tenu la route, le second lui, a été parfaitement mis en place et tenu à la perfection.

Un Grand merci à Ena Deline pour cette lecture qui m’a certes fait bondir, mais avec laquelle j’ai passé un très bon moment de lecture.

 

Extraits : 

« Je n’apprécie pas spécialement les sentiments extrêmes par lesquels je passe, ils m’effraient, je m’effraie. Mais j’ai l’impression que je ne pourrais plus faire sans. »

« — Est-ce que ça te fait ça à toi aussi ? Est-ce que c’est presque trop fort au point de te demander si ça va te briser ?
Pour la première fois de ma vie, je me retrouve sans voix.
Pas parce que je n’ai rien à dire, non, mais parce que les mots que je souhaiterais employer me manquent. »

« — Merci de m’avoir accueilli pour la n…
— Tu lui fais du mal et je t’éclate.
OK… j’ai bien compris le message monsieur le psychopathe. P… pardon de respirer votre air. »

L’avis de Carine sur le roman de Shelby Kaly : Possessed Souls chez Black Ink Editions


Possessed souls par [Kaly, Shelby]Titre : Possessed souls

Auteur : Shelby Kaly

Genre : Romance

Editions : Black Ink

Ebook :`4.99 €

Broché : 17.00 €

Résumé :

Megan, sulfureuse et sublime jeune femme, vit sous la coupe de son père qui l’utilise pour ses affaires illégales.

Sa dernière mission : séduire Connor, le fiancé d’Alyssa, sa demi-soeur décédée dans un étrange accident, qui avait en sa possession des informations compromettantes. Elle doit découvrir ce qu’il sait, et mettre en oeuvre n’importe quel moyen pour parvenir à ses fins.

Mais Connor n’est pas manipulable et recèle une dangerosité qui excite la prédatrice en elle. Chacun cherchera à prendre l’ascendant sur l’autre, mais certains secrets causent des dégâts irréversibles.

Un torride mais vicieux jeu de séduction s’engage, les poussant à déployer l’étendue de leur machiavélisme. Quand deux chasseurs s’affrontent, la loi du plus fort ne s’applique pas toujours.

Mon avis : 

Il y a des romans qu’on déguste, d’autres que l’on dévore sans aucune retenue tel des boulimiques qui ne savent pas se tenir devant une assiette appétissante. Possessed Souls fait partie de la seconde catégorie. On commence déjà par se mettre en appétit devant la couverture sublime qui nous donnerait presque le filet de bave en plein contemplation, mais on ne peut tenir longtemps, car regarder, c’est bien, mais goûter c’est bien mieux. Et là, c’est l’explosion des papilles, on dévore d’un appétit féroce, on en redemande… tellement il est impossible de se rassasier. C’est bon, épicé, c’est addictif et vraiment appétissant. Explosive, tentatrice, gourmande juste ce qu’il faut, la recette est parfaite et les ingrédients aux accords savamment dosés. Puis vient la fin du roman … C’est un peu comme lorsque l’assiette est vide et que cela vous rend à la fois triste, car vous en aurez bien voulu encore, mais aussi heureux de vous dire  » Cette adresse là est vraiment excellente, je reviendrai me faire plaisir dès que possible. Shelby Kaly ? J’ai hâte de goûter à un nouveau plat, mais en attendant il est fort possible que je dévore à nouveau celui dans une version plus palpable qui ira tout droit dans ma bibliothèque.

Connor est dangereux, sexy, sulfureux, riche et puissant. Il attire comment un aimant, un piège à femmes qui n’ont pas peur de se brûler les ailes tant qu’elles peuvent avoir un peu d’attention de sa part. Si les femmes le désirent, les hommes eux, l’envient. Mais lorsqu’il devient la proie de la sulfureuse Megan, un jeu ardent, suffocant et incandescent va se mettre en place. Elle est aussi rusée que lui et tout aussi attirante. Elle fait partie de ces femmes qui vous hantent et vous obsèdent tant le désir qu’elle dégage est violent et tentant. Bien plus qu’une simple attitude séductrice, Megane est aussi l’élégance, la flamboyance d’une attitude de vie. Cette ode à la beauté indomptable, teintée de panache et débordante de charme va provoquer sa chance, jouer, flamber jusqu’à son coeur et tenter le tout pour le tout pour réussir.

Elle veut jouer ? Pas de soucis, Connor est son homme, mais est-il possible qu’il puisse perdre face à cette beauté qui pourrait bien lui faire perdre la tête ? D’autant plus que si Megane le convoite ce n’est pas simplement pour une partie de plaisir, pour cela elle a tout ce qu’il lui faut, quand il faut. Non. Si Megan doit séduire Connor, c’est avant tout un ordre de son père qui lui a donnée une mission et elle ne doit pas échouer !

Qui va l’emporter ? N’est-il pas trop dangereux pour elle ? Affaire à suivre dans un face à face plus qu’explosif.

Une magnifique romance qui ne manque pas de piquant et encore moins d’émotions. J’ai passé un excellent moment de lecture plus qu’addictif ! Les pages se tournent et se dévorent dans un mélange de mots forts, de situations torrentueuses. Face à Connor, Megane va découvrir que le verbe aimer peut exister, même dans son monde. Mais se laisser aller à ce sentiment est vraiment rédhibitoire pour elle. Elle qui n’en a jamais reçu et encore moins donné ne souhaite en aucun cas se laisser aller à cette faiblesse. Façonnée par son père à l’image d’une personne sans cœur, blindée derrière une armure qui la rend prête à faire tout ce qu’il lui demandera et lui prouver qu’elle peut être aussi digne et fidèle à sa famille. Un père manipulateur immoral qui n’a malheureusement guère de considération pour la gent féminine que ce soit pour sa femme ou pour sa fille… Elle n’est finalement qu’un vulgaire pion dans le royaume de ce dernier, mais elle compte bien lui prouver qu’elle est aussi capable que son frère Charlie pour avoir une place à ses côtés pour gérer l’entreprise familiale… Un frère à l’image de son père et peut-être même, encore plus pervers.

Auprès de Connor, elle affirme sa forte désirabilité au gré d’ingrédients hautement séducteurs et de son caractère de feu. Une créature prédatrice, aussi magnifique que démoniaque que Connor va essayer de cerner et qui va lui donner du fil à retordre en se laissant guider par son instinct. Chacun est la proie de l’autre, ils jouent, s’attirent et essayent tant bien que mal de marquer leurs territoires tout en ouvrant les portes du passé, de ses secrets et se battant pour une vérité jusqu’à s’ouvrir l’un à l’autre… Mais à quel prix ?

Un récit hautement addictif d’un jeu mené de main de maître par l’auteure qui nous offre là une romance qui est loin de ressembler à de la guimauve. Les protagonistes sont bien travaillés tout comme l’intrigue pleine de suspense qui nous pousse toujours à en savoir plus. Tout est ficelé à la perfection pour nous laisser découvrir l’histoire sans que cela soit tout joué d’avance, autant sur la trame que sur les héros que nous allons apprendre à connaitre et à comprendre petit à petit.

Un roman riche en émotions qui sont même parfois très dures à gérer plongées dans un univers où la manipulation et la luxure sont les maîtres mots. Un mélange savant entre romance érotique, dark et romance à suspense. Tout ce que j’aime ! La plume fluide et intense de Shelby Kaly m’a conquise au plus haut point tout comme son récit torride qui sort des sentiers battues et dont la fine psychologie des personnages m’a complètement subjuguée.

Je n’ai qu’un mot à dire : Foncez !

Un grand merci à Black Ink Editions pour m’avoir permis de découvrir cette pépite très caliente, mais aussi très profonde en service presse numérique.

Extrait :

L’attente devient insupportable, le désir de plus en plus ardent. Il est clair que nous n’allons plus pouvoir prendre notre mal en patience bien longtemps, même si je suis toujours en proie à mes hésitations et mes interrogations.
Mes paumes caressent son torse, puis longent dans une lenteur calculée ses abdominaux appétissants. Connor frémit au moment où j’atteins, non sans une certaine hâte, l’élastique de son maillot de bain. Je veux qu’il comprenne que je le désire. Il ne faut pas qu’il pense que jamais plus…

vector-happy-valentine-s-day-love-card-design-illustration

L’avis de Carine sur le roman de Sonia Eska Savage, chez Addictives Editions


Savage par [Eska, Sonia]Titre : Savage

Auteur : Sonia Eska

Editions : Addictives

Ebook : 4.99 €

Résumé : 

Ils n’ont rien en commun… sauf le désir.

Casey est l’étoile montante du freefight, en chemin pour les Jeux olympiques.
Il est implacable, tourmenté et mystérieux.
Aria est nageuse, déterminée et tendue vers un seul but : remporter les Jeux.
Entre eux, c’est électrique et puissant dès le premier regard.
Céder au désir, c’est une évidence. Admettre ses sentiments ? Ce sera la plus grande épreuve de toutes !

Mon avis : 

Encore une magnifique lecture chez les Éditions addictives. Avec Savage, Sonia Eska m’a offert un merveilleux moment de lecture passionnante et très intense dans un univers très peu abordé en romance. On ne peut en aucun cas faire de pause lors de notre lecture tant on veut connaitre la suite des événements.

Aria est une grande nageuse qui s’entraîne sans relâche pour les JO de Rio. Son coach, qui est aussi accessoirement son père, ne la ménage pas sur le côté sportif et encore moins sur les sentiments qu’ils se portent pour l’un et l’autre. Ce dernier est acide, cinglant, il devient de plus en plus dur et tout particulièrement ces derniers mois. Pourtant, Aria donne tout ce qu’elle peut, tout comme son équipe dont fait aussi partie sa sœur. Depuis le décès de sa mère, Aria est devenue ermite, complètement coupée du monde extérieur, nageant encore et encore. C’est une vraie machine. Nager pour gagner est tout ce qui lui importe et c’est ce qu’elle fait jour après jour sous les yeux de son père pour qui ce n’est jamais assez bien. Aria est devenue cette fille hermétique à tout. Aucune affection, aucune sortie, rien ne doit la faire dévier de sa route. Zéro distraction, tout dans le contrôle. Seule et concentrée sur son unique objectif, La Médaille d’or à Rio.

Seul son meilleur ami, Pierce, est resté auprès d’elle malgré ses absences et son manque de sociabilité. Et c’est un peu à cause ou grâce à lui que contre toute attente, son contrôle et sa ténacité vont lui faire défaut face à un homme qui d’un simple regard, va faire mettre à mal ses barrières et la faire basculer… L’impact sera brutal…

Casey, l’étoile montante du Free-Fight est lui aussi en route pour les JO. Cet homme torturé ne se bat pas simplement pour le côté sportif, mais surtout, contre et envers ses démons qui le torturent et le hantent si souvent que cela fait presque peur. La rencontre entre les deux champions va être électrique… Et c’est une drôle de compétition qui va se jouer entre les deux athlètes dans une catégorie bien à eux.

Entre désir, promesses, drames, déchirures et tout l’espoir que peuvent avoir nos protagonistes, Sonia Eska nous offre là une romance spectaculaire tant elle est addictive et passionnante. Comment ne pas devenir accro dès les premières pages ? J’avais d’autres lectures en cours et ne lisant pas les résumés à la réception du service presse, j’ai tenté quelques lignes pour me faire une idée…je n’ai jamais pu arrêter ! Tans pis pour le retard, je devais en savoir plus, rester avec Aria et Casey. Ils m’ont tous deux emportée dans leur monde avec la dose d’émotion nécessaire pour me faire succomber sans préavis.

Nous entrons dans les coulisses de deux cœurs meurtris, mais aussi dans celles des J.O qui vues de l’intérieur apportent beaucoup tensions à cette histoire. Cette façon dont les athlètes professionnels font face aux entraînements ardus pour accéder au haut niveau. Se lever très tôt, effectuer des entraînements toute la journée, suivre une alimentation équilibrée… Motivés seulement par le dépassement de soi et la compétition. Oubliant bien trop souvent qu’ils ne sont pas des machines, mais des êtres humains, mettant alors à mal leurs vies sociales, sentimentales et leurs passions.

Aria et Casey sont deux sportifs écorchés aux âmes bien noires, mais déterminés dans leurs quêtes de la victoire qu’ils pensent être l’ultime but à atteindre pour trouver enfin cette plénitude qui leur fait défaut. Ils vont devoir lutter pour atteindre le podium… Mais si avant tout pour gagner, ils devaient lutter contre eux-mêmes ? Lutter contre ce manque, cette absence de laisser aller au désir et aux sentiments ? Se sentir tout simplement vivant hors compétition.

Le style de l’auteure est captivant tout en étant simple et riche de détails. On devine le travail de recherches poussées qu’elle a  faire pour nous immerger en plein cœur de l’ambiance des JO, vue et ressentie par nos protagonistes, ainsi que par ceux qui les entourent. Car les personnages secondaires sont tous aussi addictifs, attractifs que nos deux protagonistes. Ils font tous partie du package comme la grande famille qu’ils forment. Et c’est tous ensemble que nous vivons cette aventure comme si nous y étions. Sonia Eska nous pousse avec ses héros dont la psychologie est assez complexe et elle le fait bien. Le cheminement qui les mènera vers la lumière ne sera pas facile, mais nous sommes aux premières loges pour les encourager même si souvent on aimerait plus les pousser aux fesses et les mettre au pied du mur. C’est d’une plume pure, fluide et maîtrisée qu’elle nous offre un vrai bonheur. Un mélange brut de tendresse, d’impulsivité et beaucoup de sensualité. C’est vivifiant.

Un mélange de chaud et de froid qui fait du bien et met notre palpitant à dure épreuve. Et que dire de leurs échanges épistolaires ? En plus d’être vifs, ils sont souvent pleins d’esprits et j’ai adoré ça ! Tout comme j’ai aimé ressentir autant de choses et si j’ai été plus que touchée par Aria et qu’elle m’a fait vivre des tonnes d’émotions. Je dois vous avouer que c’est Casey qui m’a mise à terre, complètement KO. Je lui décerne la médaille d’or de mon cœur. Sans oublier Pierce qui mérite amplement sa place sur le podium des héros de ce roman.

Un grand merci aux Éditions Addictives pour m’avoir permis de découvrir cette pépite une fois de plus en service presse. Merci Sonia Eska pour ce merveilleux moment de lecture si palpitant et à la fois, si touchant.

Extrait :

– Merde, Aria, souffle-t-il en passant son bras dans mon dos pour m’attirer d’un coup sec contre lui.
Son érection se cale sur mon bas-ventre. Je ne respire plus, ne pense plus, n’obéis plus à aucun commandement de ma conscience. Comment peut-il gagner si vite ?
Sa main libre englobe ma joue et passe dans mes cheveux qu’il empoigne pour m’imposer de basculer la tête en arrière. Je suis prise au piège, comprimée contre son corps bandé, pourtant je n’ai pas peur.
Non, ce n’est pas de la peur, seulement de l’appréhension, de la surprise… de l’impatience contenue.
Tandis que ses yeux détaillent minutieusement les courbes de ma bouche, sa mâchoire se crispe. Une déferlante de frissons prend d’assaut ma peau, mes muscles, mes organes. Je vrille, je me noie, je…
– J’ai sauvagement envie de toi, articule-t-il.
Mon entrejambe s’enflamme. S’il savait à quel point j’en ai envie aussi, à quel point je me déteste de ressentir ça alors que je ne devrais penser qu’aux Jeux, aux médailles… à ma promesse.
– Mais tu peux partir, murmure-t-il en délaissant mon dos pour venir effleurer mes lèvres de son pouce.

Savage, de Sonia Eska, histoire intégrale.

ouns002redq

L’avis de Carine sur le roman de Ewa Rau : Moh chez les Editions Black Ink !


Moh par [Rau, Ewa]Titre : Moh

Auteur : Ewa Rau

Genre : Romance

Editions : Black Ink

Ebook4.99 €

Résumé : Quand, à 18 ans à peine, Moh quitte sa réserve pour poursuivre des études et vivre chez les Wilson, elle ne sait pas encore qu’elle sera prise dans un engrenage diabolique.

Quelques mois de plénitude avant de tomber dans le cycle infernal de la douleur, de la frustration, du désir, mais surtout de la rage. Sa rage. Celle d’un seul homme : Lenny.

Mon avis :

Lorsque j’ai débuté ma lecture, j’ai su dès les premières lignes que j’allais passer un très bon moment. Déjà de part le fait de découvrir les US et coutumes d’un autre peuple et particulièrement celui-ci, à qui on a tout pris et qui pourtant on traite comme des parias. Mais aussi par la plume de l’auteure que je découvrais pour la première fois et qui m’a conquise par sa manière très poétique, mais aussi empreinte de réalisme à nous raconter son récit.

Pourtant, dès le départ j’ai eu une vision de ce que j’allais découvrir et de comment cela allait finir. Vraiment ? Eh bien non… Première claque, préjugé ! La simplicité du début va prendre rapidement un nouveau tournant et Ewa Rau ne va pas épargner ses personnages.

Mohicanne, native de la tribu Navajo, petite fille du grand Chef Big Bird, étouffe dans sa réserve. Elle suffoque dans sa vie recluse, dans ses souvenirs funestes, mais surtout, dans ses rêves d’espoir… Retenue pour intégrer le programme d’insertion N.A.I.F, sa culpabilité ne l’empêchera pas de partir, d’avancer même si c’est avec le cœur lourd qu’elle quitte les siens. Elle a soif d’apprendre, de comprendre l’homme blanc et de fuir ce quotidien explosif dans lequel se mélange la pauvreté, l’alcoolisme et même… Les viols que subissent une femme sur trois. Toute cette souffrance et les espérances d’un peuple qui est aujourd’hui un vrai fléau que l’on passe sous silence. Un combat quotidien ignoré de tous.

Moh préfère ne pas faire comme les siens qui se battent dans le vent. Si elle doit se battre, ce sera à l’extérieur de cette réserve pour tenter sa chance vers un avenir meilleur apportant avec elle la valeur de ses ancêtres, l’honneur des siens… Moh part étudier chez l’homme blanc. Étant de sang-mêlé, elle espère que le peuple de sa mère, celui dont elle ignore tout, pourra la guider dans sa quête. Sa destinée…

Et c’est chez l’Ex-gouverneur, Wilson qu’elle posera sa valise, au « Victoria’s Ranch ». Elle y fera connaissance dans un premier temps de ses deux fils, Camille et John. Mais c’est le troisième et le plus mystérieux de tous qui accaparera ses pensées et qui pourtant brille de son absence… Lenny.

J’ai été très vite séduite par les personnages de ce roman, qu’ils soient bons ou mauvais. Ils ont tous une douleur qui les pousse à être tel qu’ils sont. Mais Moh et Lenny ont une histoire particulière. Une histoire qui ne peut laisser indifférent et qui nous pousse dans les abysses de deux peuples qui ont du mal à se comprendre.

Moh est jeune fille que l’on pourrait qualifier de naïve tant elle a été élevée loin de tout. Elle a soif d’apprendre, mais aussi d’honorer son peuple et ses valeurs. Et c’est dans un récit qui va nous transporter dans un voyage fabuleux, en plein cœur d’une quête, que l’on va se retrouver emporté dans un tourbillon d’émotions à plusieurs reprises. La quête d’une ethnie, de son histoire, la quête d’un cœur, mais aussi celle de l’amour et de la paix. Elle va se jouer dans un contexte qui constitue à la fois une opportunité pour Moh, mais aussi une menace. Pourtant, notre belle indienne apportera sur la terre des blancs cette sagesse qui la caractérise tant. Elle va transmettre force et courage dans la vie de chaque personne qui croisera sa route tout en jouissant de cette liberté qu’elle convoitait tant, avec comme boussole qui la guide à chaque pas, son cœur. Si elle comptait rester elle-même tout en apprenant davantage sur les hommes blancs, elle va vite comprendre qu’elle sera contrainte de renoncer parfois à la sagesse Du Grand Esprit et de laisser ses ailes se déployer petit à petit jusqu’à pouvoir prendre son envol. Sa rencontre avec Lenny va bouleverser sa vie si paisible jusqu’alors. Et si entre eux c’est très électrique, ce sera aussi très frustrant. Cet homme détestable et imparfait qui mène une vie sur le fil du rasoir l’attire plus que de raison en faisant naître en elle, cette boule d’énergie encore inconnue qui est le désir.

Mais s’il y a une chose que Lenny déteste plus que tout, ce sont bien les Indiens… Et pourtant, Pocahontas, comme il aime la surnommer, l’excite autant qu’il la déteste et cela rajoute une pression supplémentaire à toute cette rancœur qui transpire de ses pores à l’égard de son peuple. Cette frustration qu’ils partagent, leur donne encore plus la rage. Rage qui n’est pas habituelle pour Moh. Mais entre la haine et l’amour, ne dit-on pas qu’il n’y a qu’un pas ? Encore faut-il vouloir le franchir…

Au-delà de la magnifique histoire de Moh qu’elle nous offre, Ewa Rau a su dépeindre admirablement les terres ancestrales des Navajos. Elle nous vend du rêve, mais surtout beaucoup de réalisme avec les US et coutumes de ce peuple qui vit dans la pauvreté, sans eau courante ni électricité, mais dans le respect de leurs traditions, de leur culture, de leur religion fondée sur le culte des vents, des cours d’eau et de l’harmonie et où l’alcool et le chômage font des ravages. Des réalités contrastées avec ceux qui décident de se donner une chance et de se battre pour vivre mieux. Malheureusement, l’auteure nous montre aussi que le regard et les relations entre l’ensemble des Américains sur les Navajos n’évoluent pas assez rapidement et qu’ils en font trop souvent les frais…

Sous la plume d’Ewa Rau tout y passe. Émotions, colère, frustration, désir. Elle a su mêler à la perfection les messages de tolérance avec cette histoire d’amour, mais aussi les amitiés qui vont naître tout autour de Moh. Avec principalement le petit soleil qu’incarne sa nouvelle amie, mais aussi Microbe et les autres. Tous ont leurs histoires, leurs failles, mais surtout leur honneur. Une belle histoire donc passionnante, bouleversante qui m’a complètement happée au cœur du récit sans temps mort. Une romance magnifique qui sort des sentiers battus et qui nous offre une leçon de vie sans précédent avec des protagonistes qui prennent vie au-delà des pages en restant dans nos têtes bien longtemps après avoir terminé notre lecture.

Clap de fin ou je pourrais plutôt dire Claque de fin !

Ewa Rau m’a mise à terre tout en m’apportant paradoxalement du baume au cœur et un message d’espoir magnifique. Il faut dire que son écriture est puissante, percutante et à la fois tendre et douce. Elle nous charme puis nous malmène. Elle nous fait vibrer, nous apaise puis nous jette d’une falaise. C’est dur, c’est beau, c’est fort et ça claque ! C’est du Ewa Rau et j’en redemande !

Un grand merci aux Editions Black Ink pour m’avoir permis de découvrir cette lecture bouleversante en service presse.

Extrait :

« J’étouffe dans cette vie recluse et étriquée. Mon ambition me ronge, et signera ma perte si je ne fais rien. Ma seule échappatoire : quitter les miens pour me construire un avenir, sans oublier qui je suis et d’où je viens. C’est pourquoi je pousse sans hésitation cette porte qui s’entrouvre sur l’autre monde. Pour apprendre, mais surtout comprendre. Les comprendre.»

hearts-6860641

L’avis de Carine sur le roman de Erin Graham L’homme idéal est une licorne comme les autres.


76751543_1157232287819964_5431669573873041408_n.png

Titre : L’homme idéal est une licorne comme les autres.

Auteur : Erin Graham

Editions : Addictives

Genre : Comédie romantique

Ebook 4.99 €

Résumé :

Laly, 25 ans, institutrice et célibataire, rêve du grand amour à travers les pages de ses romances préférées, sans jamais l’avoir connu.
Jusqu’au jour où elle décide de se créer elle-même sa romance. Son boss ? Son coloc ? Ou peut-être un sportif ? Ou une star de ciné ? Lequel sera le bon ?
Aidée par ses amis de toujours et d’une imagination sans limite, elle approchera les incarnations de ses fantasmes les plus secrets, qui l’emmèneront loin de son quotidien…
Et si, au milieu de tous ces inconnus, elle croisait réellement son homme idéal ?

Mon avis :

Une comédie sentimentale tout simplement rafraichissante. Cette histoire est drôle, pétillante et aux personnages extraordinaires hors du commun.

Avec l’homme idéal est une licorne comme les autres, Erin Graham nous plonge littéralement dans le récit du roman de la quête de Laly. Cette romantique rêveuse qui grâce, ou à cause de Erin Graham, va partir à la recherche de son héros. Il parait que la romance existe partout autour de nous et qu’il suffit simplement de la trouver ! Oui c’est ce que dit Erin à la fin de son roman que Laly referme tout juste, alors c’est que cela doit être possible.  A moins qu’elle virevolte sur une planète inconnue et qu’un double aliéné ce soit emparé de sa plume ? A savoir…

Il est bien connu qu’il suffit de frapper à la porte d’un inconnu et de lui dire « Ho bonjour et si tu devenais mon histoire d’amour ?  » Et comme laly a toujours de la chance, c’est à ce moment-là que la femme, du dit voisin, pourrait bien arriver pour l’envoyer sur la lune. Vous me direz, elle pourrait y côtoyer les Aliens avec Erin et surement trouver un petit extraterrestre lunaire qui voudrait bien d’elle ? Beurk non ! Laly veut le grand amour ! Un héros comme dans les romances qu’elle affectionne. Rencontrer un Inconnu dans un ascenseur ou un Perfect boss ferait bien l’affaire, mais zut, il y a aussi les bikers ! C’est cool les bikers… Ana Scott a bien vécu sa belle histoire elle ! Bref, un héros ça ne court pas les rues, mais elle est bien déterminée à trouver le sien. Malheureusement pour elle,  Son boss est une vieille femme acariâtre donc déjà, on oublie. Un Biker ? Pourquoi pas, à voir.. Rien que de les imaginer dans leur cuir moulant Laly a déjà du mal à garder sa petite culotte étanche, c’est pour dire ! Mais avant tout autre recherche, voyons voir si le Héros Star serait pas plus mal. Riche, célèbre, gentleman et donneur d’orgasme, surtout donneur d’orgasme car ça, c’est rédhibitoire si cela ne fait pas partie de l’équation !

Laly recherche romance désespérément….  Elle va alors se lancer dans un défi, une sorte d’opération commando...  Trouvera t-elle son homme idéal ou est -ce un genre purement utopique que l’on ne peut rencontrer que dans les livres ?

C’est dans une lecture pleine de peps qu’ Erin Graham nous emporte d’un bout à l’autre sans aucun temps mort. Elle sort à nouveau de sa zone de confort en nous offrant une belle comédie romantique acidulé qui m’a complètement conquise par son originalité, mais aussi par ses personnages qui sont vraiment attachants et haut en couleur.

Entre amour, humour et quiproquo, pour son « Opération Romance »,  Laly va vivre des aventures complètement déjantées, mais aussi très tendres à l’image de ce qu’elle est vraiment.  Enchaînant les gaffes et les situations rocambolesques, elle part dans une quête guidée par la plume, au sens littéraire mais, aussi au sens propre, de Erin Graham.

Cette jeune institutrice est une jeune femme fraîche, pétillante, un pur rayon de soleil qui vous surprendra à coup sûr par sa façon de rêver à l’amour profond et pur. A tout ce qu’elle est prête à faire et à vivre pour être l’héroïne de l’histoire d’amour de sa vie. Il y a surement autour d’elle un homme fait pour elle, mais où se cache t-il ? Là est la question… Peut-être passe t-elle à côté des évidences ? Il est clair qu’elle ne veut pas de relation bas de gamme avec un homme qui n’en a rien à faire des convenances et qui n’est pas du tout romantique, non. Laly veut un homme qui arrive à cheville de ses héros de roman. Un homme qui lui fasse découvrir ce que l’on ressent lorsqu’on à des papillons qui virevoltent dans le ventre, un homme qui lui offre des fleurs et pour lequel elle serait la seule et unique merveille du monde. Oui ok, c’est beaucoup. Elle va très vite comprendre qu’ils ne sont pas du tout comme dans ses livres et que c’est loin de se passer de la même manière, Erin Graham n’est qu’une menteuse ! Quand une de ses héroïnes rencontre l’homme idéal en général il n’est pas Gay !  Bien entendu il faut que cela tombe sur elle. D’ailleurs elle aurait bien deux mots à dire à Ana Scott en ce qui concerne les Bikers car elles ne doivent pas avoir les même adresses. Rien ne se passe comme prévu, mais trouver un équilibre entre le rêve et l’idéal, ça peut se faire non ? Laly l’espère…

Et elle espère tellement la belle Laly que j’ai ressenti au plus profond de moi, cet amour incommensurable qu’elle rêve de partager avec un homme et toute l’émotion qui en découle. Elle m’a fait rire c’est clair, mais elle m’a aussi beaucoup touchée car dernière cette fille solaire, se cache une femme peu sure d’elle et désespérément en manque d’amour. Mais est-elle désespérée au point d’être prête à tout ?

J’ai plus qu’adoré retrouver la plume déjantée de l’auteur qui n’a pas su tenir son rôle de « Erin Graham » » dans cette comédie,  en se faisant doubler souvent par la folie de son clone « Marie H.J ». Une fois encore, cela a été un pur régal. Je ne dirais pas que j’ai eu des crampes au ventre à force de rire, mais mes zygomatiques ont bien travaillé je vous l’assure ! Je me suis totalement évadée dans une parenthèse de bonheur, d’amitié , d’amour et d’humour. L’auteure a une fois de plus réussi à m’emporter même en changeant de style. Il faut dire qu’on se retrouve un peu aussi en Laly. Qui n’a pas déjà rêvé en refermant une de ses romances un jour de rencontrer son Héros. Son Christian Grey, son Matthew, ou encore son Perfect Boss. Mais on sait toutes qu’avoir la chance de rencontrer un homme comme ceux de nos romances, c’est un peu comme croire aux licornes. Mythique, elles fascinent et font rêver. Elles sont signes de beauté de pureté mais aussi de la part féminine qu’il y a en chaque homme… En Bref tout ce qui fait rêver  jusqu’à sa corne que l’on dit magique et puissante. Qu’elle est une forme phallique est une pure coincidence… ou pas.

Et si l’homme idéal était une licorne comme les autres ?

Un moment excellent qui m’a emportée dans un univers que j’ai adoré, sans prise de tête, qui fait tout oublier et décompresser le temps d’une lecture.  Une romance à lire impérativement et si vous avez un coup de blues, accompagnez là d’un bon gros pot de Nutella.

Un grand merci aux Editions Addictives pour ce service presse mais aussi à Erin Graham pour sa confiance lors de l’écriture de ce dernier.

 

Extrait : 

«…Silence pesant dans la pièce. Je fronce les sourcils avant d’oser demander de plus amples explications. Ce mec est épuisant, c’est incroyable.
– Comment ça « les culottes » ? Je ne vais pas demander aux hommes de m’offrir des culottes, non ? J’imagine bien : « Si tu veux m’offrir un truc, je suis une fan de culottes, surtout n’hésite pas » ! Stan, tu sais que tu devrais quand même aller consulter ?
– Non, Laly ! répond-il en levant les yeux au ciel. Je parle du niveau d’humidité de tes culottes. Genre, ton boss, deux culottes noyées. Le biker, en revanche, une simple petite humidité à peine perceptible… Et hop, la culotte a parlé, le boss remporte ! Enfin, tu vois l’idée ?
Je vois surtout qu’il a vraiment un problème. J’en ai marre de ce type !
– Je trouve ça pas mal !
Et Gaëlle qui plussoie ! Non, mais sérieusement, comment voulez-vous que j’avance avec des meilleurs amis pareils ? Je suis cuite, destinée à la solitude éternelle, le Piou-piou, moi je vous le dis.
Je m’enfonce dans le canapé, l’esprit épuisé.
– Mouais. On verra pour ça.
Stan hausse les épaules, détaché.
– Bon, peu importe, de toute manière, c’est ton problème à toi. Si tu préfères risquer une petite mare asséchée comme en plein désert alors que les chutes du Niagara t’attendent, libre à toi. Tu ne viendras pas te plaindre.
– Il n’est pas question de ça, Stan ! m’énervé-je. Simplement, il n’y a pas que la culotte qui compte dans la vie !
– Waouh ! Ça c’est de la citation. Je te la pique, ça peut toujours servir !
Je lance un regard noir à Gaëlle qui remporte à l’instant la palme de la meilleure amie super chiante qui n’aide absolument pas…»

personnage-visage-emoji-dessin-anime-coeur-rouge_20412-158

La parole aux étoiles avec l’avis de Magalie Paoli sur le roman de Pauline M. Un Noël féerique !


: Un Noël féerique !

Auteur : Pauline M.

Genre : Romance

Editions : Rouge Noir

Ebook : 1,49€

Broché : 12,00 €

Résumé : 

Noah, libraire, recueille sa jeune nièce Abby après un tragique accident. Kiara quand à elle tient une boutique de jouets et ne pense qu’à son travail. Ils travaillent à deux pas l’un de l’autre sans jamais s’être rencontrés. Jusqu’au jour où …

L’avis de l’étoile Magalie Paoli : 

Mon ressenti Une plume très fluide. Un livre très agréable à lire, je ne m’attendais pas du tout à ça et très émouvant en ces fêtes de Noël. Une histoire pleine d’amour et de tendresse. Un oncle qui doit faire face à ses obligations en vers cette enfant. Une rencontre avec Kiara qui va changer leurs vies dans tous les sens tu termes. Des personnages attachants. Une couvertures magnifique pour ma part. Pour le prix du format Kindle est à 1,49€ Et pour le broché est à 12€.

Voici les liens pour les trouver : La Maison d’Edition ROUGE ET NOIR https://www.facebook.com/ROUGE-NOIR-Éditions-262657814590522/

Auprès de Pauline M. avec une dédicace https://www.amazon.fr/Noël-féerique-Pauline-Mebook/dp/B082461MZ4/ref=tmm_kin_swatch_0?_encoding=UTF8&qid=1575375133& sr=8-1

Amazon https://www.amazon.fr/Noël-féerique-Pauline-Mebook/dp/B082461MZ4/ref=tmm_kin_swatch_0?_encoding=UTF8&qid=1575375133& sr=8-1

PS : Je n’ai pas noté plus de détail pour éviter de spolier et que c’est mon tout premier ressenti. Je suis preneuse pour tout conseil en prive pour ne pas embête tout le monde sur le groupe

merci

Magali Paoli

 

 

L’avis de Carine sur Pray for Me de Marie H.J


41Vu2DnN8LL._SX311_BO1,204,203,200_Titre : Pray For Me

Auteur : Marie H.J

Genre : Romance MM Young Adulte

Editions : Private

Ebook : Ici 4.99 €

Version Soft, sans scènes explicites : par là 

Broché : 18.00 €

Version Soft : Ici 

Résumé : Jude est membre de la fervente communauté religieuse de Littlewood, un petit village perdu dans la forêt. Saul, lui, vient de Boston, est issu de parents divorcés et ne connait que la liberté. Malgré leurs différences, le miracle se produit. Les deux enfants se découvrent complémentaires et liés par une étrange alchimie. Au fil des années qui passent, leurs liens se resserrent et se transforment. Arrivés à l’âge adulte, ils ne parlent plus d’amitié, mais d’amour… Et sans se poser de questions, ils se laissent glisser dans les sentiments les plus beaux et purs qu’ils n’ont jamais ressentis…Tout aurait pu se passer sans heurts ni troubles. Mais au cœur de LittleWood, il existe des règles. Des devoirs et des interdits… Une religion, un chef charismatique, des adeptes… Et beaucoup trop de certitudes. Dont une en particulier : L’homosexualité est une abomination. Une maladie qu’il faut à tout prix combattre.

Homoromance comportant des scènes explicites destinées à un public averti.Une version « Soft », proposant un récit sans scènes explicites est également disponible. (Pray For Me, Version Soft)Avertissement commun aux deux versions : Certaines scènes peuvent heurter les âmes les plus sensibles.

Mon avis, mais aussi en fin de chronique n’hésitez pas à découvrir : La parole aux bêtas lecteurs de Pray For Me.

Comme je vous l’ai déjà annoncé, Pray for Me ne sera par un coup de coeur, mais  beaucoup plus que cela. Je pourrais plutôt dire qu’il a été un coup dans le coeur ou encore un coup dans l’âme…  Un roman coup de poing qui m’a mise plusieurs fois à terre.

Avec Pray For Me, Marie HJ met en avant un sujet qui n’est pas commun. Un sujet fort, épineux, tabou et sensible, car l’auteur va aussi toucher l’église. La dangerosité de la religion à travers l’intolérance qu’elle porte, l’absence de liberté et le poids d’une culpabilité. Un roman qui touche avec un récit qui percute et des protagonistes attachants, magnifiques et tellement émouvants que trouver les bons mots pour vous donner mon ressenti va être vraiment difficile. Ils ne seront jamais à la hauteur, mais j’espère qu’ils sauront vous convaincre. Car ce roman devrait être lu par tous.

« Ses yeux sont ma lumière, ses lèvres ma bible et son corps ma terre sacrée. Il est ma foi, mon dieu, ma religion. Il est celui qui m’a sauvé… »

Lorsque Saul quitte Boston pour s’installer à contre cœur dans la petite commune de Littlewood, il n’aurait jamais pu imaginer tomber dans une ville si pieuse, ni être jugé par le seul fait que sa mère soit divorcé et donc, non fréquentable. Quitter Boston, son père, ses amis, est très difficile pour lui et il n’aspire qu’à une seule chose, repartir. Mais à 14 ans ce n’est pas lui qui décide malheureusement, et il devra s’y faire dans l’attente d’une solution. Tout est si différent… Même les gens le sont … Et ce voisin qui a l’air si sympathique et à la fois si étrange. Comment peut-on être fou de joie de se rendre à la messe ou encore organiser une Kermesse lorsqu’on a simplement 13 ans ? Saul ne comprend pas, mais le respectera toujours tout en le poussant un peu plus chaque jour dans un vent de liberté.

Deux ados complètement différent et pourtant si complémentaire… Jude et Saul vont se lier d’une belle amitié qui traversera le temps malgré quelques couacs que vont engendrer les sentiments naissants qui pousseront Jude dans des réflexions et des prières qu’il espère, lui apporteront la lumière. Ce dernier est élevé dans la foi de Dieu. On ne ment pas. On suit les règles et on s’aime les uns et les autres. Mais jusqu’à quel point peut-on laisser libre cours à notre amour s’il ne correspond pas à tout ce qu’on nous enseigne depuis toujours ? S’il s’approche plus de l’abomination que du Paradis ? Comment laisser libre cours à son cœur lorsque c’est toute une communauté que l’on trahi ? Dieu le met-il à l’épreuve ? Doit-il vraiment faire un choix ? Saul lui imposera-t-il les siens ? Tant de question qui se bousculent dans sa tête et aucun signe de Dieu pour l’aider à y répondre…

Jude va osciller entre courant ultra religieux, premier amour et famille, perdu dans ses réflexions, ses remises en question en fonction de son cœur, mais aussi de sa foi. Ce roman magnifique et bouleversant m’a fait verser des torrents de larme et m’a gonflé le cœur si souvent qu’il en est devenu très vite addictif. Une lecture m’a prise aux tripes, j’ai ressenti tellement de frustration de haine et de douleurs envers certains et tant de tendresse pour d’autres. Tout l’amour de nos protagonistes hurlent aux travers des pages. C’est poignant, déchirant percutant, mais c’est aussi beau et c’est Amour…

Cet amour impossible à combattre si pur, inconditionnel et magnifique que nos deux protagonistes se portent, illumine les pages les une après les autres. Des pages pourtant rempli de haines et souvent très obscures… J’ai été touchée, émue, bouleversée par l’histoire de Jude et Saul qui fait écho à un sujet réel et on ne peut en aucun cas enlever ce fait lors de notre lecture, ce qui l’a rendu d’autant plus intense émotionnellement. Être gay est une abomination de dieu pour la communauté de Littlewood. C’est une maladie qu’il faut combattre et éradiquer par n’importe quel moyen et Jude va en faire les frais… L’auteur nous ouvre les portes de l’enfer et nous montre à quel point la bêtise humaine est sans limite. Elle va les refermer sur Jude qui va vivre l’horreur pour le bien de ses parents et de sa foi.

Marie HJ ne va rien lui épargner et nous n’épargnera pas à nous par la même occasion en nous emportant dans une tempête d’émotion qui va nous broyer le cœur encore et encore. Un roman dur à encaisser, on refuse d’imaginer que cela existe vraiment et c’est pour cela que Pray For Me mériterait d’être lu par un grand nombre de personnes pour faire évoluer les mentalités. Aujourd’hui, il n’est plus possible de pouvoir encore imaginer l’homosexualité comme une maladie mentale ou encore une abomination de Dieu. Le cœur a ses raisons que la raison ignore. Aimer un homme ou une femme n’est-il pas juste aimer tout simplement ? N’est-ce pas ce que l’on nous apprend dans les saintes écritures aimez vous les uns les autres ?

Au milieu de toute cette aberration, il y a l’amour… Une belle et magnifique histoire d’amour tellement intense et si touchante qu’elle nous apportera la lumière indispensable à notre pauvre petit cœur qui va subir autant que celui Jude. Mais aussi de Saul. Car si ce dernier ne souhaite pas aller à l’encontre des choix de Jude, il souffre tout autant et n’aspire qu’une seule chose… Qu’il soit heureux et en paix avec lui-même et non, au nom des autres.

Pray For Me ne vous laissera pas indifférents et saura vous toucher comme il se doit. Marie H.J a écrit là une pépite livresque hors du commun. Sa meilleure pépite livresque, et pourtant je suis fan de tout ce qu’elle a écrit jusqu’à aujourd’hui. Mais je me dois de vous dire que ce roman les dépasse tous pour ma part. Elle a su donner le bon ton avec les bons mots. Elle y a mis tout son cœur, laissé elle aussi ses tripes au travers les pages avec une intensité palpable. On voit qu’elle a passé du temps dans ses recherches et que ces dernières l’ont touché au plus haut point. Tout est approfondi et réaliste, même si par pudeur, elle n’a pas tapé encore plus fort. Elle aurait pu, mais comme à son habitude, elle a su faire cette balance entre le côté sombre et la lumière pour nous faire passer son message dans l’émotion, la finesse et la douceur tout en nous percutant le cœur. Une fois de plus, elle nous offre une belle leçon de vie… Un grand merci pour cette pépite livresque qui restera à jamais dans mon cœur. Pray For Me fait partie de ces romans que je ne pourrais jamais oublier et que je ne cesserai de conseiller encore et encore.

La parole aux bêtas lecteurs de Pray For Me pour qui l’aventure à aussi été éprouvante, mais à la fois tellement belle… tellement forte.

Isabelle Tardieu 

« Il y a dans la vie, des chansons, des paysages, des personnes qui nous transportent!
Puis un jour, on lit un livre qui vous retourne, vous chamboule!
Ce livre une fois lu reste, s’insère au fond du cœur, vous fait réfléchir.
En tant que Bêta, on découvre l’histoire au fur et à mesure. On pourrait croire que c’est bien moins intense mais c’est totalement faux!
On s’émeut de la naissance d’un amour, on rit des situations qui s’y prêtent, on pleure pour la folie des hommes, l’injustice, la colère nous étouffe puis on prie pour la résilience de celui qui a été tellement malmené.
Et vient ensuite le moment où on est totalement heureuse et soulagée pour la finalité!
Cette histoire se vie, cette histoire interpelle, car il ne faut pas se leurrer comme il est expliqué par l’auteure au delà de cette magnifique romance, il est vrai que les faits existent, les intégristes de la pensée unique existent, ils veulent façonner le monde selon leur volonté. Ils réfutent des comportements, des idées, des amours. Ils se proclament guides.
Sans le doute, l’homme devient dangereux !
Ce livre de Marie HJ reste pour moi THE LIVRE par le sujet traité, de l’amour infini qu’ils ont l’un pour l’autre et la beauté de leur âme mais surtout par la qualité de l’écriture, tout en sensibilité et de respect!
Merci Marie pour cette aventure extraordinaire, tu as une capacité pour faire passer des messages tout en douceur et en intensité !
Pray for me »

Séverine David

« Même si on ne connaît pas Marie personnellement, il y a une chose dont on peut être sûre avec elle , c est que l on est jamais déçu par ses livres ! Elle a déjà écrit beaucoup de MM mais celui ci est particulier tant par le thème évoque que par la façon dont c est traité. Ce livre j ai plongé dedans avec appréhension : une belle histoire d amitié qui se transforme en une encore plus belle histoire d amour , deux jeunes à qui tout sourit …et pourtant !
On est entraîné dans un univers où l homosexualité est une maladie , une tare. On est emporté par cet amour qui devient interdit et qui doit être combattu. J ai souffert avec et pour Jude et Saul .J ai eu peur de voir Jude se perdre et j ai été émue de lire l amour que Saul lui porte . Ce livre n est pas juste une histoire d amour, c est apprendre à accepter , et rester qui on est . Jude et Saul vous touchent en plein coeur, vous font rire , pleurer et aimer la vie .Parce que la vie n est pas toute rose mais elle mérite qu’ on se batte pour ceux qu’ on aime .
Merci Marie pour ce livre avec un thème difficile à lire mais tellement magnifique et intense qu’ il ne peut que vous marquer et vous emporter . »

Alexandre Delloue

« Pray for Me m’a complètement chamboulé tellement c’est fort et tellement intense ! Et oui Pray for Me est mon très gros coups de coeur, les émotions sont là et on les ressent avec une force dingue . C’est un sujet très important qui va aider pas mal de monde. Merveilleux, sublime et bouleversant. Je suis conquis »

 

Sonia Grandadam

« Il est des livres dont on se souvient longtemps… Ils vous bouleversent, vous remuent, vous font trembler, vous emeuvent, vous font sourire… Ils sont rares mais Pray for me est un de ces livres, un de ceux qu’on conseille à tous ses amis et qu’on relit pour en apprécier encore plus chaque détail. C’est une romance mais c’est tellement plus… C’est le témoignage de pratiques qui hélas existent. Merci Marie H.J pour cette merveille ! »

Christine Didier Lachaume

Un petit résumé de mon ressenti après lecture de Pray for me. je peux dire qu’immédiatement j’ai été emportée par une multitudes d’émotions! L’histoire de Saul et Jude est magnifique des personnages plein de sensibilité qui vous toucheront profondément , deux âmes sœur d’exception! Une lecture intense, souvent des larmes que l’on ne peut retenir! Le sujet de fond vous interpellera , vous déstabilisa, vous révoltera, pourtant un sujet bien réel, tabou, dont on parle peu. » La manipulation mental doublée de maltraitance psychologique » Autour de Saul et Jude, il y a des personnages merveilleux et d’autre qui éveillent la haine! Nous portons un admiration sans borne pour Saul qui se battra pour « Sa pépite » quand à Jude la manipulation de ce pasteur homophobe va le plonger dans un trou noir! Je n’ai pas de mots assez percutants pour vous transmettre l’agitation des sentiments qui m’ont habités tout au long de ce livre! PRAY FOR ME Est un véritable bijou, pour moi, le livre de l’année ! Et n’oublions pas de dire que avec Marie, il y a toujours des moments d’humour irremplaçables et tellement bien venus, qu’ils nous font sourire malgré les circonstances !!

 

La parole aux étoiles avec l’avis de Elyiona sur le roman de Jordane Cassidy « Je te veux  » Tome 5


79530395_545340862988851_7663586351857532928_nTitre : Je te veux ! T5: Rien qu’à moi…

Auteur : Jordane Cassidy

Genre : Romance

Ebook : 5.99 €

Broché 15.00 €

Résumé : Ethan a décidé de tout arrêter avec Kaya. Rompre de façon abrupte semblait être la meilleure solution sur le moment pour lutter contre les sentiments amoureux qu’il éprouvait pour elle et pour la tenir définitivement à distance, mais tenter de l’oublier devint vite aussi douloureux pour lui que de l’aimer, comme le lui avait prédit Oliver.
En proie à la fois à ses convictions liées à son passé et aux sentiments vivifiants que Kaya instille malgré tout en lui, Ethan se sent désormais perdu. Mais lorsque le destin s’acharne à les mettre à nouveau l’un face à l’autre pour le Nouvel An, seul l’instinct trouve un écho à ses questions, seul son cœur vient à guider ses actes…

L’avis de Elyiona Ruby

Je viens à peine de refermer ce tome 5 de « Je te veux ! » que je sais déjà que mon cœur va mettre un petit moment pour s’en remettre. Jordane Cassidy a réussi, une fois de plus, à me mettre dans une bulle de lecture où plus rien d’autre n’avait d’importance. Rien ni personne n’aurait pu me faire dévier de ma volonté de nouer enfin avec le versant psychologique de la personnalité complexe d’Ethan et encore plus de celle de Kaya. Une fois de plus j’ai été conquise par ce 5e volet et encore je dirai que c’est un euphémisme. Rares sont les sagas qui me happent à ce point, rares sont celles qui me laissent dans cet état : un savant mélange de détresse émotionnelle et de convictions hors normes.
Ethan à la fin du tome précédent a mis fin à la relation qu’il avait avec Kaya. Mettre fin à ce contrat n’aura pas été une chose aisée mais sa volonté de se préserver doit être à la hauteur des douleurs qu’il subit. Toutefois il ne s’attendait certainement pas à ce que le revers de la médaille soit si rapide et si conséquent. Le vide qu’il ressent alors va le mettre sur la voie de la prochaine grande décision qu’il devra prendre. Rarement il aura été en mesure de se mettre autant en péril. Quitte à y laisser des plumes ou voire plus encore, il se doit de trouver le moyen de convaincre sa Princesse de lui accorder un nouveau contrat. Plus sécuritaire mais moins propre aux débordements d’émotions. Plus honnête mais cela est-il possible quand tant de secrets sont encore enfouis dans chaque cœur, chaque tête et chaque geste qu’ils émettent l’un envers l’autre ?
Kaya, elle, est de nouveau blessée par l’attitude de celui qui se veut son Connard. Comment lui faire comprendre qu’une telle attitude ne peut pas être perpétuellement être accepté ? Même si ni l’un ni l’autre n’arrive à mettre de nom sur ce qu’il se passe réellement entre eux, elle voit bien qu’une barrière a été franchie lorsqu’il l’a laissé l’approcher de manière si personnelle. Elle sait que ses gestes, ceux qu’ils lui avaient demandés, l’ont mis dans une colère noire. Que se cache-t-il derrière ces gestes tendres, ses attentions si particulières et tous ses non-dits ? Comment cerner cette personnalité digne de Docteur Jekyll et Mister Hide ? Se consoler pourrait-il leur montrer le chemin vers un accord meilleur ?
Lorsqu’Ethan décide de se jeter à l’eau et de se poser toutes les questions possibles sur ce qu’il ressent, il en vient à imaginer toutes les possibilités pour lui faire ouvrir les yeux. Mais cela sera-t-il suffisant ? Kaya, quant à elle, aveugle aux sollicitations de son cavalier est loin d’envisager le quart de l’avenir qu’il voudrait pour eux. Contrat ou pas contrat, Adam est toujours en toile de fond. Alors quand la peur de le perdre se fait présente, elle rétropédale et calme toutes les ardeurs de Monsieur Connard.
Ses efforts seront-ils vains ou ne seront-ils que le moteur pour démonter l’une après l’autre toutes les convictions de Madame Connasse ? Déballer ce qu’il ressent de son côté serait-il la clé de leur bonheur ? Rien n’est moins sûr !
Jordane Cassidy a une fois de plus maîtrisée d’une main de maître ce joli pavé. Pas loin de 500 pages et pour moi cela n’aurait encore pas suffit. Arriver vers la fin et terminer ma lecture ne m’aura rarement autant fait souffrir. Totalement addict à cette saga, j’attends chaque nouveau volume comme une gosse attend ses cadeaux de Noël. La plume de l’auteur prend une aisance qui évolue un peu plus à chaque tome. Ce dernier volet, très axé sur la psychologie des personnages principaux, va enfin nous permettre de mieux appréhender toutes les prises de décisions intempestives d’Ethan et de Kaya. J’ai adoré pour ma part entrer dans tous les questionnements que chacun subit face aux situations. Comment offrir son cœur quand la seule personne que vous avez réellement aimé, a trahi votre esprit d’enfant ? Comment aimer de nouveau sans trahir la mémoire et l’amour porté à celui autour de qui le monde a tourné si longtemps et avec tant de convictions ?
Jordane passe au crible, toutes les émotions. Rien ne vous serra épargné. Pour ma part j’ai été attendrie, en colère, déçue, amoureuse, et totalement perdue dans ce dédale de sentiments. L’auteur a particulièrement soigné tous les décors, autant environnementaux que tous les autres personnages qui plantent l’histoire. Aucun d’eux n’est à sous-estimer. Chacun a une place bien précise et nous oriente vers le dilemme des affections qui se font face et s’opposent.

Vous l’avez compris ce tome a de nouveau été un coup de cœur magistral. Embarquée ? Pas seulement. Conquise ? Bien plus que ça ! Fan ? Totalement ! Il me reste désormais, comme tous les autres lecteurs, à patienter voire à relire et rerelire (pour mon plus grand bonheur bien sûr) ce t5.
« Voulez-vous que je vous avoue que je vous aime ? ». Les paroles du groupe Léonie n’auront jamais aussi bien reflété une histoire.