L’avis de Carine sur Tekoa, un roman de Vanessa Degardin chez Black Ink Editions


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Titre :Tekoa ‿︵⁺୭‧₊˚✧


Auteur : Vanessa Degardin

Genre : Romance

Editions : Black Ink Editions

Ebook : 5.99 €

Broché : 18 €

Audio

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Résumé : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Il y a deux choses que Tekoa, futur grand chef de la tribu indienne de Wendake, déteste dans la vie : son mariage arrangé et les visages pâles.
Recteur adjoint de l’université de la réserve, il ne voit pas d’un très bon œil l’arrivée d’Anouk, cette jeune française, venue étudier le journalisme. Elle est bien trop blonde, bien trop belle et surtout, bien trop curieuse.
Malgré son aversion, il est inexorablement attiré par elle et multiplie les coups bas pour l’inciter à repartir en France. Déterminée, Anouk résiste, et pas seulement parce qu’il est Tekoa le magnifique, cet homme si magnétique, à la plastique parfaite. Elle n’est là que pour retrouver sa sœur disparue.
Pourtant, lorsqu’elle se fait agresser, Tekoa se découvre une âme de protecteur et tente de la protéger des dangers qui rôdent. Il ne parvient plus à lui résister, mettant en péril son futur et sa position.
Il le sait, une épée de Damoclès se trouve au-dessus de leur tête. Arriveront-ils à mettre de côté leurs différends et à faire front contre leur ennemi commun ?


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Mon avis : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Amsal ! Ce sera une lecture coup de coeur pour Tekoa Le Magnifique ! Un merveilleux voyage livresque qui m’a permis de vivre avec Anouk et Tekoa, le temps d’une lecture, dans la réserve de la tribu des Wendake au Canada, au milieu de leur US et coutumes, qui sont malheureusement archaïques pour notre époque, dont la face cachée d’une vie très difficile pour les femmes indiennes qui ne sont pas respectées par les hommes et dont la violence de ces derniers est incommensurable. Il faut savoir que dans les tribus, une femme sur trois sera violée dans sa vie et qu’elles sont dix fois plus victimes d’homicides dans certaines réserves que les autres femmes dans le reste du pays. Et c’est ce que Vanessa Degardin va mettre en lumière dans cette romance qui, malgré son côté sombre, apporte une belle étincelle sur cette histoire d’amour qui va naître entre Anouk et Tékoa.

Mais c’est avec « elle » que l’auteur débute son prologue en donnant le ton d’une lecture qui ne sera pas facile. « Elle » qui fera de faibles « apparitions » mais qui seront des moments forts, trash, et bouleversants. Une descente aux enfers dans une incompréhension totale et percutante pour nos petits cœurs de guimauve. « Elle »…. Qui à chaque fois qu’on vivra de bons moments, viendra nous rappeler que nous ne sommes pas que dans une belle romance sous fond d’investigation… « Elle » nous plonge dans l’envers sordide du magnifique décor que nous offre Wendake…

Anouk, l’audacieuse et généreuse Anouk… Jeune journaliste française qui n’a plus de nouvelles de sa sœur, étudiante au Canada dans la réserve autochtone de Wendake, décide de se rendre elle aussi dans cette université pour mener son enquête et retrouver sa sœur disparue. Si chaque étudiant se voit attribuer un tuteur, qu’elle ne sera pas sa surprise de se retrouver face au sien… Tékoa le Magnifique, adjoint de l’université, mais surtout, petit fils d’Adriel, le grand chef de la tribu. Une rencontre percutante, chaude comme la braise, qui va très vite se faire questionner nos deux héros qui ont tous deux un but bien précis et qu’ils ne comptent pas déroger de ce dernier. Et même si leur Aura brille pour eux… Ils savent. Ils savent que beaucoup trop de choses les séparent…. Le choc des cultures. Ces fichues traditions auxquelles Tekoa ne peut échapper, comme son mariage arrangé…. Le contraste de leur peau, la blondeur des cheveux d’Anouk qu’il aime tant voir briller comme un soleil et attraper dans ses poings lorsqu’il l’embrasse… Les kilomètres qui séparent leur pays, et cette menace qui plane sur elle… Tekoa se rendra cependant très vite compte qu’il est complètement foutu, bien qu’il ne voit aucune issue possible concernant leur relation… Et pourtant… Il lui est tout autant impossible de rester loin d’elle. Cette jeune française a déboulé dans sa vie, comme un boulet de canon remettant en cause ses convictions et son futur au sein de la tribu. Et même s’il sait pertinemment qu’elle causera sa perte… Se perdre auprès d’elle n’a pas de prix…. Sa Lomasi… Son Ozalée… Mais, est-ce vraiment une mauvaise chose ? Lui qui s’est toujours sacrifié au nom des siens, au détriment de son bonheur ? De ce qu’il rêve vraiment de faire de sa vie sans en avoir honte ?

Et si pour protéger sa vie, il bouleversait la sienne ?

Comme je le disais en début de chronique, ce sera pour moi une lecture coup de cœur. Cela faisait longtemps que je n’avais pas avalé autant de pages d’un coup sans pouvoir m’arrêter. Ce contraste entre les deux personnages, fait écho à celui du thème que l’auteure a choisi pour mettre en avant sa romance. Un mélange d’obscurité et de lumière… De joies et de peines… De bonheurs partagés au milieu d’une enquête avec laquelle Vanessa Degardin a vraiment su jouer avec ces contrastes, tout en les maniant avec brio et véracités. Elle a su trouver les mots pour parler de la souffrance, de l’horreur, l’abjection des hommes des tribus, autant que de la beauté, la bienveillance et l’amour que l’on peut aussi y trouver. Malgré le degré de violence sur certains passages, la beauté est là, tout comme la mélancolie d’un peuple tiraillé entre une culture qu’ils vénèrent et la modernité qui pousse peut-être certains vers de nouveaux destins, mais plonge d’autres dans la déchéance. L’auteure nous emporte d’un bout à l’autre d’une plume très fluide dans un rythme qui ne faiblit pas et nous fait vivre l’enquête que va mener Anouk avec la peur au ventre. Jusqu’où pourrait-elle aller ? Est-ce qu’Anouk pourrait subir le même sort que ces autres filles ? Possible… Ou pas… Rien ne sera sûr mis à part qu’Anouk a son ange gardien qui veille comme il le peut. Car cette fille est un électron libre et est prête à tout pour retrouver sa sœur, quitte à se mettre régulièrement en danger. Quitte à y perdre la vie si cela pouvait sauver celle de son sang… Vanessa Degardin va alterner entre la peur et les papillons qui virevoltent dans nos tripes. La tension entre Anouk et Tekoa monte crescendo, électrisée par ce magnétisme qu’ils dégagent et la beauté de leur Aura. Le mépris qu’ils s’inspirent au début, fera vite place à de belles émotions qui vont s’immiscer au fils des pages et créer entre eux une attirance hors du commun contre laquelle il sera difficile de lutter.

Entre histoire d’amour, d’amitié, enquête et traditions, Vanessa Degardin nous offre là une lecture sublime, addictive et très bien pensée. Sa plume sensible et bienveillante nous permet de nous immerger dans la souffrance tout en délicatesse en faisant ressortir le meilleur de chacun. Le choc des cultures fera bien entendu partie du récit entre les traditions (merci pour ce magnifique moment de partage et de découverte avec le POW wow ) Cette immersion dans la réserve de Wendake nous permet de découvrir une nation, son mode de vie, ses traditions ancestrales, ses coutumes, son artisanat et son histoire. Sa manière de traiter les femmes surtout et la place qu’elles y occupent… Avec Tekoa la magnifique, Vanessa Degardin nous fait vibrer, nous apaise puis nous fait chuter pour nous tendre la main et nous relever. C’est dur, c’est beau, c’est fort et ça claque ! Et moi j’aime !!!! Amsal !

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Extrait : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Je ne savais pas que les Amérindiens pouvaient être si magnifiques ! Pas que j’avais des préjugés, loin de là. Disons que je ne songeais même pas à fantasmer sur leur physique. Je ne suis ici que pour une seule raison et certainement pas pour fricoter avec des autochtones, aussi sexy soient-ils…

Mais lui…

Je ne suis pas aveugle alors j’en profite : grand, athlétique sans être trop musclé, une couleur de peau que je n’avais jamais vue auparavant sur un être humain : presque… ocre. Elle luit de sueur et est tatouée des épaules jusqu’aux bras et des pectoraux jusqu’au-dessus du nombril : une coiffe majestueuse d’un chef indien, encrée dans les tons gris et noir, ornée de plumes d’aigle qui remontent des épaules aux bras. Des colliers de perles de couleur agrémentent son cou et des bracelets en cuir noir enserrent ses poignets. Mon regard continue son voyage sans que je puisse le stopper : sa serviette en coton moule son sexe, disons… imposant. Je crois même qu’il vient de frémir. Je remonte rapidement les yeux, ne cessant de le dévorer du regard. Ses cheveux noir corbeau humides sont rassemblés au-dessus de son crâne dans un chignon lâche. Je me demande s’ils sont longs… Je déglutis et croise enfin ses pupilles. Elles sont vertes (oh my God !), presque translucides, et elles me percutent, me coupant la respiration. Waouh ! Tout mon corps est en train de s’enflammer. Merci à sa « fiancée » pour cette vision quasi onirique ! Je devrais me poser la question de savoir pourquoi elle m’a emmenée dans cet endroit, mais mon cerveau a cessé de fonctionner…

L’avis de Carine sur le roman de Caroline Gaynes et Mahira Delanney chez Black Ink Editions : Trues Lies


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Titre TRUE LIES ‿︵⁺୭‧₊˚✧


Auteurs :

Caroline Gaynes, Mahira Delanney

Genre : Romance

Editions : Black Ink Editions

Ebook : 5.99 €

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Résumé : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Pour obtenir son diplôme d’avocate, Rayley doit relever le challenge le plus important de ses études : rouvrir une affaire déjà jugée.
À la clé, un stage dans le plus prestigieux cabinet de Detroit, avec pour mentor, le grand Jack Bowman.
Déterminée à décrocher le saint Graal, Rayley va devoir trouver LE cas qui lui ouvrira les portes de Spencer and Co. Et ce dernier s’appelle Dixon Davis.
Condamné à perpétuité pour les meurtres de son père et de son frère, Dixon a tout perdu : liberté, famille, goût à la vie, et purge ainsi sa peine sans rien attendre du lendemain. Jusqu’au jour où Miss Tailleur demande à le rencontrer.
Loin d’être coopératif, le ténébreux Dixon voit d’un mauvais œil l’arrivée de cette belle étudiante, si bien que Rayley va devoir user de subterfuges et de patience pour parvenir à ses fins.
Tout ce qu’elle veut, c’est remporter le challenge, tout ce qu’il demande c’est la paix, car l’espoir est pour lui son pire ennemi.
Pourtant, Rayley ne recule devant rien pour prouver son innocence dont elle est convaincue.
Le parloir devient un lieu chargé de tensions en tout genre et la frontière entre le professionnel et le privé s’amenuise.
Mais qu’adviendra-t-il lorsque l’attirance sera confrontée à la déontologie ?
Pourra-t-elle le défendre ? Sera-t-elle à la hauteur ?


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Mon avis : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

True Lies, une magnifique histoire d’amour et d’espoir écrite par deux plumes qui se marient à la perfection.

Lorsque le professeur de droit de Rayley propose un chalenge pour obtenir un stage dans le plus prestigieux cabinet d’avocats de la ville, elle n’hésite pas une seconde à relever le défi. Mais pour ce faire, il lui faut The Affaire ! Celle qui lui ouvrira les portes d’une carrière des plus prometteuses au côté du célèbre Jack Bowman. Celle qui aux yeux de tous est indéfendable, déjà jugée et dont il faudra trouver assez de preuves pour faire réouvrir le dossier. Celle qui va changer sa vie à tout jamais… L’affaire de Dixon Davis, condamné il y a cinq ans à perpétuité pour double homicide.

À la fois très excitée à l’idée de se lancer dans ce dossier, Rayley en est aussi complètement terrifiée. Et si elle n’était pas à hauteur ? Arrivera-t-elle à trouver la faille qui fera toute la différence ? Pourra-t-elle faire machine arrière si elle se trompait ? Et s’il était réellement coupable ? Beaucoup de doutes, mais une détermination sans précédent qui la fera aller au-delà de toutes ses peurs.

Enquête bâclée, procès verbaux fumeux, Rayley va vite comprendre qu’elle a de quoi creuser, la seule chose à laquelle elle ne s’était pas préparé est son premier face à face avec Dixon. À peine plus âgé qu’elle, tout en lui parait hostile et pourtant, il dégage un magnétisme hors du commun et se fondre dans ses beaux yeux verts ne devrait pas faire partie du jeu. Oups… Malheureusement pour Rayley, Dixon ne sera guère coopératif dans un premier temps. Ce dernier ne voit en elle qu’une belle opportuniste en tailleur qui veut se servir de lui comme « faire-valoir » alors que pour lui, sa place n’est pas ailleurs qu’entre ses barreaux. Sortir d’ici ? Pourquoi faire ? Pour qui ? Sa place est pourtant bel et bien ici et pas ailleurs… Alors… qu’elle aille bien se faire foutre !

Avec Trues Lies, Caroline Gaynes et Mahira Delanney m’ont retenue prisonnière d’un récit qui m’a conquise d’un bout à l’autre, où les vrais mensonges sont décrits dans un réalisme effrayant. Un condensé de rebondissements, de suspens, de nerfs à vif et d’émotions exacerbées dans une immersion totale d’une enquête rondement menée. Le thème de ce roman m’a tout de suite attirée, car pas trop exploité dans le monde de la romance. Et que dire de cette Cover ! Juste sublime et tellement représentative, tout comme le titre d’ailleurs.

Un récit magnifiquement construit et qui ne manque pas de détails sur le milieu carcéral ainsi que sur l’enquête que va mener Rayley. Le tout, nous permet de bien nous immerger dans l’histoire et particulièrement, nous faire monter en pression les émotions. Les auteurs nous plongent littéralement dans le récit sans manquer même, parfois, de nous tirer quelques larmes. Les personnages sont justes sublimes, tous ! Les principaux comme les secondaires qui ont un réel impact sur le récit. Ils nous offrent un panel de sentiments énormes et portent en eux cette lumière d’espoir et cette combattivité qui, au risque de leur vie, les mènera vers la vérité. Mais quelle sera-t-elle cette vérité ? Dixon est-il vraiment innocent ? Et si Rayler faisait tout capoter en défiant la déontologie ? Cette attirance pour Dixon vaut-elle sa future carrière ? Et si trop d’espoir venait à tuer l’espoir ?

Les auteures ont magnifiquement bien maniés leur plume pour travailler leurs personnages à la perfection. Que ce soit leur éducation ou leur passé, ils vivent tous deux avec leurs fêlures, avancent comme ils le peuvent avec leur force et leur détermination. On ne peut que succomber à Dixon lorsque les flash-backs nous mènent droit vers son passé et ce qu’il a pu vivre et supporter. Le décès de sa mère, la maladie de son frère, l’alcoolisme de son père, leurs morts, son arrestation…. Sa culpabilité ainsi que tous les remords qui accompagnent chaque seconde de son existence où la sentence n’est pas assez forte encore pour lui… Et où l’espoir peut faire encore plus mal que le désespoir… Et que la peur, que la lumière s’éteigne à nouveau, devienne plus dure à encaisser que la lumière elle-même…

En ce qui concerne Rayley, « Miss tailleur », j’aurais envie de dire pour ceux qui connaissent l’expression « Un mars et ça repart » cela la définie parfaitement. Elle aura beau encaisser les coups et les désillusions, elle rebondit ensuite plus battante que jamais pour arriver au bout des choses, non plus pour son stage, mais pour que la vérité éclate. Pour que les personnes pour qui elle se bat, obtiennent justice, quitte à y laisser des plumes… quitte à y laisser son coeur…. Sa détermination est sans faille et sa force de caractère monte crescendo au fils des pages, tout comme son assurance, le lecteur étant placé aux premières loges de cette évolution.

Un roman plein de rebondissements qui nous tiennent en haleine d’un bout à l’autre grâce à son intrigue qui n’est en rien prévisible sur sa totalité. On se pose beaucoup de questions sur la suite des événements dès que l’on en apprend un peu plus. On fait beaucoup de suppositions aussi… Autant sur l’enquête que sur le devenir de la relation de nos héros qui, pour par part, est passé à un chouia du second plan tant j’ai été prise dans les filets du dénouement de l’intrigue. Une trame saisissante qui aurait mérité deux tomes pour approfondir encore plus le tout. Plus d’amour, plus d’échanges dans l’enquête, plus de Dixon et plus de Rayley. Plus de Roxy, de Carlos, d’Evelyne et bien plus encore ! Et oui gourmande j’en veux toujours plus, même si l’histoire se tient aussi parfaitement comme ça 🙂

Si vous voulez tout savoir, il ne vous reste plus qu’à accepter la fouille et vous laissez enfermer à votre tour dans cette magnifique romance aussi captivante qu’intrigante, et où enquête et histoire d’amour et d’amitié se lient à la perfection, tout comme cette balance entre l’ombre et la lumière dont jouent assurément les auteures tout au long de cette histoire que je ne peux que vous recommander.

Un grand merci à Black Ink Editions pour m’avoir permis une nouvelle fois de me régaler autant d’une lecture.


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Extrait : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

L’odeur des vieux bâtiments m’irrite le nez. Les espaces pour se déplacer sont tellement réduits que cela fait naître inéluctablement une sensation suffocante. Je ne sais pas comment font les agents de sécurité pour vivre cette proximité forcée avec les détenus. Je ne me sens pas du tout à l’aise dans cet endroit austère, froid. L’idée qu’il y a tout un tas de prisonniers entre ces murs m’angoisse. Je frotte mes mains moites contre le tissu de ma jupe. Vivement que j’obtienne les réponses pour lesquelles je suis venue aujourd’hui.

— Je vous invite à patienter un instant qu’on le fasse sortir d’isolement.

Isolement ? Putain, c’est quoi cette histoire ? Qu’a-t-il fait pour qu’on le mette là-bas ?

Je suis terrifiée. Dans quoi je me suis fourrée ? Je me fais mille et un scénarii.

Tout paraissait plus simple vu de l’extérieur. Je ne sais pas si mon agitation soudaine vient du fait que je me retrouve ici entre quatre murs, dans cette prison oppressante, ou si c’est l’approche de cette entrevue qui me met dans un pareil état.

Dans nos manuels, tous les sujets sont abordés hormis les doutes, les inquiétudes. Et si je commettais une erreur en venant ici ? Si ce dossier n’était pas fait pour moi ? S’il refusait de me parler ? Et si je me mettais à bégayer ?

Mon anxiété s’accentue à mesure que les minutes s’égrènent.

Ressaisis-toi, Rayley, tu es la meilleure. Il faut que je me concentre sur un autre sujet pour reprendre le dessus.

La misérable petite pièce jaunâtre est simplement accessoirisée de quatre chaises et d’un distributeur de cochonneries. Mon ventre me rappelle que j’ai sauté le déjeuner. Je cherche de la monnaie dans mon sac, que j’insère dans la machine. Je choisis une barre chocolatée. À peine est-elle tombée que j’entends la femme m’interpeller. Mon maigre repas attendra.

— Veuillez me suivre, s’il vous plaît.

— Parfait, merci.

Nous longeons un grand couloir et nous arrêtons à deux reprises devant des portes à code.

— Entrez.

Elle m’invite à avancer.

— Troisième parloir.

Un homme en uniforme d’une quarantaine d’années est posté près du mur en face. En me voyant, il bombe le torse. Lorsqu’il me sourit avec son air salace, j’entraperçois deux dents en or. Répugnant.

Je m’avance en direction du parloir et m’assieds sans lui prêter plus d’attention.

— Bonjour, mademoiselle.

Il sent le mec lourd à dix kilomètres.

— Bonjour, réponds-je simplement en faisant mine de chercher quelque chose dans mon attaché-case.

Par chance, il n’insiste pas.

La vitre du parloir n’est pas très propre. J’observe le combiné accroché sur le côté. C’est fou ce qu’un simple plexi donne comme impression. Il représente le gouffre qui sépare nos deux mondes. Pourtant, je ne me sens pas en sécurité. Je frotte mes épaules pour me réchauffer.

La porte d’en face s’ouvre. Je me lève. Le temps semble se figer, tout comme les battements de mon cœur. Dixon Davis est là, devant moi.

L’avis de Carine sur le Roman de Angel Arekin chez Black Ink Edition : Black Revenge


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Titre : Black Revenge‿︵⁺୭‧₊˚✧


Auteur : Angel Arekin

Genre : Romance

Editions : Black Ink Editions

Ebook : 5.99 €

Broché : 18 €

Audio

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Résumé : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Quand Méri revient à Lafayette, dans ce vieux manoir de planteurs, ce n’est pas pour des retrouvailles joyeuses avec sa famille.

Non, au contraire, torturé par son passé, alcoolique et furieux, il souhaite se venger. De son frère aîné autant que de sa bande d’amis, des suprématistes blancs qui lui ont volé sa vie deux ans plus tôt.

Mais rien ne se passe comme prévu au cœur du bayou, de la chaleur et des ouragans, car la suave et douce Sasha vit désormais au manoir et se glisse avec trop d’aisance dans ses pensées.

Pourquoi a-t-il fallu qu’elle choisisse son ambitieux de frère ? Pourquoi fait-elle partie de cette horrible famille qu’il déteste ? Pour quelle raison a-t-il tant de mal à lui résister ? À moins que cette situation ne soit finalement très utile… pour tout détruire et obtenir enfin sa vengeance.


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Mon avis : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

✍🏻Black Revenge de Angel Arekin

C’est dans le décor magnifique du Bayou en Louisiane, au milieu des champs de cannes à sucre surplombés par la bâtisse coloniale des Duplessies qui pourrait raconter tant d’histoires… qu’Angel Arekin nous offre un sublime récit. Elle nous plonge dans un roman poignant avec des mots justes, des mots qui touchent et des situations qui ne nous laissent pas indemnes. Un roman fort, troublant, sombre, parfois violent, et parfois même, dérangeant.

Lorsque Meri revient chez lui après deux ans d’absences pour l’enterrement de sa grand-mère, c’est avec la rage tapie au fond de son être qu’il va sonner à la porte de Oak Mansion. Après la perte effroyable qu’il a subit avant son départ, revenir dans ces lieux maudits n’arrange pas son mal être. Mais il est bien décidé à ce que ce retour change la donne. Deux ans à ruminer, à garder sa fureur à l’intérieur de lui. Deux ans… Deux ans de colère sourde et de douleurs qui lui broient le coeur et qu’il tente d’anesthésier à coup de bouteilles de rhum… Mais on n’oublie pas. Impossible ! Seule la vengeance pourra assouvir cette colère. Les faire souffrir, tous, mais surtout lui. Son propre frère. Il le haie tellement ! Aucune limite à cette haine. L’affronter, lui faire payer pour pouvoir se retrouver et peut-être… pouvoir avancer. Et lorsque la porte s’ouvre sur Sacha, une magnifique jeune femme, Meri va vite comprendre qu’il va pouvoir faire d’une pierre deux coups. La petite amie de son frère est l’arme parfaite pour sa vengeance. Cela les touchera tous ! Il est prêt. Elle est prévenue. Mais alors, pourquoi va t-elle le laisser se servir d’elle quitte à y perdre son âme ?

« Méri est venu se venger et je suis condamnée. »

Angel Arekin nous emporte dès les premières pages dans une histoire sublime et sombre à la fois, mais qui n’a rien de Dark, je trouve bon de le préciser. Nous sommes dans une vraie romance, même si parfois, cela pique vraiment le coeur, c’est du Angel, ne nous leurrons pas 😉. J’ai été conquise par l’atmosphère qui règne tout au long de notre lecture, mais aussi par le charme du sud et ses plantations de cannes à sucre ainsi que tous les secrets qui y sont enfouis, le tout rythmé par cette tension aux idéologies raciales qui perdurent au delà des siècles, tout comme la condition de la femme et bien d’autres thèmes encore… Et c’est avec les yeux du beau et ténébreux Meri et de la douce Sacha, des héros hauts en couleurs, qu’Angel va nous faire vivre une histoire extraordinaire qui sort des sentiers battus par ces sujets qui touchent et dont on parle peu. Elle nous tisse son intrigue telle une araignée qui tisse sa toile, sachant très bien que dès qu’on s’y frotte, on y est pris au piège. Tout s’enchaine intelligemment avec cette pointe de suspens et ces descriptions qui pourraient même nous faire sentir la moiteur du Bayou et avoir cette sensation d’être plongé littéralement à Oak Mansion. La passion qu’elle décrit dans ce roman en est presque romanesque ! Non pas d’inquiétude, toujours pas de fleurs et de guimauves pour Angel Arekin, mais une attirance entre les deux protagonistes qui est bien palpable au delà des pages. Une attraction impulsive, sensuelle et toute en tensions qui va nous plonger en plein coeur de cette vengeance que Méri ne lâche pas et où la passion, les trahisons et le danger se côtoient dans une même « famille. »

J’ai beaucoup aimé l’évolution des personnages et particulièrement l’ouragan Meri qui va nous remuer les tripes si souvent… nous partageant sa rage, sa douleur, et sa révolte qu’on comprendra si bien et qu’on sera prêt à affronter avec lui. Il est décidé à tout dévasté tant sa vie à lui l’est depuis ce jour tragique. Mais en plein coeur de cette tempête, il y a la belle Sacha… et si il se sert d’elle, il ne manque pas de la pousser. La pousser vers cette liberté qui gronde au plus profond d’elle- même. Il fera tout pour que ce magnifique papillon sorte de sa chrysalide et prenne son envol. Avec lui ? Possible. Ou pas. Meri ne pense pas avoir le droit d’être heureux ou amoureux à nouveau. Mais lorsque l’amour frappe à la porte, ou plutôt ouvre la porte, il suffit parfois que l’un des deux y croit, qu’un seul lutte pour les deux, pour que les choses changent… Chacun d’entre eux devra affronter ses propres démons et se trouver pour pouvoir avancer. Aucun avenir n’est certain, et encore moins leur amour… si puissant soit-il. Il peut les réunir tout comme les détruire encore plus. Les doutes et le manque de confiance de Sacha malgré sa force apporte dans la balance de cette relation une instabilité qui va beaucoup nous faire douter, nous aussi, mais qui va nous emporter dans des montagnes russes d’émotions extraordinaires.

La plume d’Angel Arekin est toujours aussi aérienne, sensible, torturée et bien imagée. Elle nous fait voyager avec cette touche de savoir et de culture qui va bien avec le contexte et l’univers dans lequel le roman évolue, tout en apportant cette rage au plus profond de nous-même, je dois dire que j’ai vraiment adoré ça ! Particulièrement le côté psychologique de la seconde partie qui apporte au roman une dimension nouvelle et boucle la boucle d’un passé qu’on n’oubliera jamais…. Tout comme tous les rebondissements qu’on ne veut pas voir venir et qui font de Black Revenge, avec sa thématique, un récit fort !

Un grand merci à Black Ink Editions pour m’avoir permis de découvrir cette magnifique pépite. 🥰🥰🥰


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Extrait : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

J’allume une clope face aux lumières de la ville. Enfoncé dans mon siège de bagnole, j’observe les immeubles, les bâtiments carrés, les lampadaires qui crachotent sur le vieux bitume fumant encore de chaleur. Un vent tiède, humide, s’engouffre dans l’habitacle par les vitres ouvertes. Coude en appui dessus, cigarette entre deux doigts, je ne peux retenir mon sourire de monter à mon visage. Sournois, sûrement un peu taré. Dans ma tête, une vision effroyable se greffe, accroît mon rictus en écho, comme une extension. Un poids qui aurait tiré mes commissures vers le bas pour le transformer en un fil métallique paré à découper. Mon sourire n’a rien de gai. Il est froid, à mon image. Du moins, mes intentions le sont. Je ne suis pas ici en vacances. Pas plus que pour poursuivre mes études. Je ne suis pas venu pour m’amuser, même si j’ai bien l’intention d’y trouver mon compte. Après tout, la définition de l’amusement varie d’une personne à l’autre. Pour certains, c’est juste s’envoyer en l’air avec la première gonzesse qu’on a levée dans un bar, pour d’autres, c’est assassiner les gens dans un drugstore au nom d’une idéologie ridicule. Chacun sa notion de plaisir.

Pour moi, il est là. Dans cette ville. Plus précisément, dans l’une de ces élégantes maisons à pignons qui vomissent leur lumière. À l’intérieur, mon objectif. Qui ? Mon frère aîné. Pourquoi je suis là ? Pour le faire souffrir. Lui et sa bande de potes dégénérés, surtout l’un d’entre eux, le pire d’entre eux. Sans une once de culpabilité, encore moins de remords. Je m’apprête à tourmenter Aylan comme jamais, jusqu’à ce qu’il touche la folie du bout des doigts, puis à pleines mains, qu’il en soit rongé, qu’il pose un canon sur sa putain de tempe et s’explose la cervelle. Je suis l’orage, je compte ravager sa baraque, sa vie, son cœur. J’ignore juste encore comment, mais ça viendra au moment opportun. Je n’ai aucun doute là-dessus.

✍🏻Mon avis sur Initiation With a Criminal de Jessika Kostigan


Titre : My initiation with a criminal

Auteur : Jessika kostigan

Genre : Romance

Editions : Addictives

Ebook : 4.99 €

Résumé:

Il est dangereux, elle n’a peur de rien.

Il est un criminel redouté, elle est la fille du maire et sa vie est toute tracée. Ils n’auraient jamais dû se croiser, ni même s’adresser la parole. Mais quand Maxine rencontre Jay à la sortie du lycée, elle se rend compte que cet homme dangereux pourrait la mener sur un terrain inconnu, qu’elle rêve de parcourir. D’autant plus qu’un désir irrépressible s’en mêle…

Mais une nuit, tout bascule. Jay est envoyé en prison à cause de Maxine. À sa sortie, sept ans plus tard, il rêve de vengeance. Il va alors tout faire pour s’immiscer dans la nouvelle vie de Maxine et pour la faire payer.

La passion toujours enfouie parviendra-t-elle à réparer l’irréparable ?

***

Mon Avis :

Initiation with a Criminal… ou une rencontre imprévue peut faire basculer toute une vie… et suite à laquelle, en un instant, on peut tout gagner… ou tout perdre…

Tout perdre… Jay DeVito sait bien ce que s’est! Malgré son statut d’homme le plus dangereux du Sud de Sonna, il aura suffit d’une rencontre engendrant un sentiment fort et puissant pour qu’il se retrouve derrière les barreaux d’une prison… Sept ans plus tard, il en ressort déterminé à ne plus laisser les dés se jouer de lui, mais prendre sa revanche avec ses propres cartes en main. Mais voilà… Face à elle, sa plus grande faiblesse, il perd toute sa rage et sa ténacité vindicative… il perd la main sur le jeu en laissant son coeur aux pieds de sa princesse.

Cette princesse, c’est la fille de l’homme le plus puissant du Nord de Sonna, Maxine Leroy. Sa vie est toute tracée, de ses études à sa carrière, en passant par ses amours et relations qu’on lui impose. Mais sa rencontre inopinée et improbable avec Jay DeVito va remettre tout son futur en question et tout cet équilibre sommé en danger. Car, soyons honnête, il est bien difficile de résister à Jay et sa badboy attitude, celle de tous les dangers, et pourtant si magnétique qu’associée à la physionomie parfaite du criminel, toute notion de bien ou de mal s’efface, sans pour autant disparaître. D’autant plus qu’elle va, grâce à lui, apprendre à s’épanouir, et tel un diamant brut, à briller sans artifices. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé sa progression, son passage de cette adolescente égoïste et insouciante, à la jeune femme soucieuse et protectrice, mais aussi et surtout à l’adulte qui va faire face et affronter l’égoïsme, la protection et les décisions des autres à son encontre.

Dès leur rencontre, ils vont devenir la force et la faiblesse l’un de l’autre, mais aussi de tous ceux qui gravitent autour d’eux. Et tout à leur émotions, ils en oublieront de se méfier de tout et de tous, les précipitant dans une réaction en chaîne de circonstances, d’agissements et de situations dramatiques, engendrant une réalité de douleur, de regrets et de vengeance. 7 ans vont séparer le passé du présent, l’adolescente de l’adulte, le maître du rien, l’amour de la colère… Une mise en place très entraînante par la succession de chapitres oscillants entre toutes ces émotions, une avancée tout en dévoilements et rebondissements dans un rythme parfait, une évolution des protagonistes authentique dans leur avenir et leurs sentiments.

Vous l’aurez compris, nous sommes ici dans une histoire de pouvoir, d’argent et de territoire; une histoire de manigances, de trahisons, de jeux truqués; une histoire d’amour inaccepté puisqu’inacceptable par la notion de bien face à celle du mal, d’élite face à celle de bas-fonds, d’innocence face à celle de criminel; une histoire de séparation aussi bien géographique que morale ou émotionnelle et dont seul un pont en perpétuelle construction permettra de relier les deux parties de la ville de Sonna, le passé au présent mais aussi les ressentiments au pardon. Le pardon que l’on accorde, celui que l’on s’octroie, faisant face à tout le mal enduré et inspiré.

Car entre ceux qui font du mal, ceux qui pensent à en faire, et ceux qui en souffrent, volontairement ou involontairement, le mal est là, bien là, et il fait bien mal! Il se transmets, se répercute et se partage. Pourtant face au mal, il aura l’amour, beaucoup d’amour, qui trouvera le pont pour se trouver, se diffuser et s’éprouver.

Initiation with a Criminal est une lecture durant laquelle on ne peut qu’imiter le sourire en coin de Jay, entendre la petite voix en italique de Maxine et surtout partager le panel d’émotions qui les rapprochent, les déchirent, les réunissent, et qu’ils se vouent. Ce fut un super plongeon dans une histoire de bien, de mal, de politique, de pouvoir, d’argent, de secrets, de manigances, de trahisons, de clans rivaux, d’amitié, mais aussi et surtout d’amour… impossible? fusionnel? égoïste? inconditionnel? Penchez-vous à votre tour sur le Pont de Sonna, et vous saurez, à quel amour vous vouez!

Merci aux Editions Addictives pour m’avoir permis de découvrir cette histoire en service presse numérique.

***

Extrait:

– Alors ? Ça fait quoi d’être la fille de l’homme le plus puissant de la ville ? me demande Jay en démarrant la voiture.

– Tu sais ce que c’est, je dois toujours être parfaite. Ne rien faire de travers.

– C’est mal parti, ricane-t-il.

Je lui donne une tape sur le bras en bougonnant.

– Ce n’est pas parce que c’est ce qu’on attend de moi que je dois m’y plier.

– Une vraie petite rebelle !

Il me fait un sourire moqueur et je ne peux m’empêcher de rire de bon cœur. C’est sûr qu’à côté de lui, je suis un ange.

– Et toi, alors ? Ça fait quoi d’être le mec le plus dangereux de la ville ?

– Mon homme de main est le plus dangereux. On ne plaisante pas avec Bolt si on ne veut pas finir six pieds sous terre.

Un nouvel aperçu de son entourage qui ne me rassure pas du tout. Et le pire, c’est qu’il en parle comme si c’était normal d’envoyer un homme six pieds sous terre.

Je reste silencieuse, ne sachant pas quoi répondre à cela. Je commence à être nerveuse.

– Je n’ai jamais tué personne si c’est ce que tu es en train de te demander dans ta jolie petite tête.

Voilà qui est rassurant ! Enfin, je crois.

– Moi non plus, si jamais tu te posais la question, dis-je avec humour pour me détendre.

Jay éclate de rire et je me rends compte que j’adore ce son. Il a un rire franc et masculin.

– Me voilà rassuré, répond-il, toujours le sourire aux lèvres. 

***

L’avis de Carine sur le roman de Isabelle Fourrié chez Black Ink Editions : Oscillation(s)


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Titre : Oscillation(s) ‿︵⁺୭‧₊˚✧


Auteur  : Isabelle Fourrié

Genre : Romance

Editions : Black Ink Editions

Ebook : 5.99 €

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Résumé : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Après une chute dans l’escalier du Palais Garnier, Lésia Agostini a tout perdu. Danseuse à la carrière dorénavant brisée, elle se réveille amnésique.
Si elle a tout oublié de son passé, un homme la relie à son présent : Mattéo Roussel.
Le journaliste politique à la réputation sulfureuse prétend qu’ils sont en couple. Fiancés même ! Charismatique, manipulateur, séducteur, se sert-il d’elle ou désire-t-il l’aider ?
Pour comprendre qui elle est, Lésia est prête à tout : s’abandonner à la passion, endurer la trahison et même affronter la vérité.
Mais… son histoire avec Mattéo survivra-t-elle à sa quête ?


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Mon avis : ‿︵⁺୭‧₊

Le glissement des mots emplit les pages qui se tournent les unes après les autres. Il y a d’abord eu l’échauffement, qui d’emblée va nous mettre dans l’ambiance dans une belle chorégraphie, puis…

Changement de cap. C’est la chute…

En position.

Et un… Lesia Agostini est brisée…

Et deux… Elle a tout oubliée…

Et trois… Pas chassée vers un futur sans en connaitre son passée…

Et quatre… Dégagée vers la peur…

Et cinq…

Et six… Elle est prête à tout pour comprendre.

Lorsque Lésia, danseuse étoile se réveille à l’hôpital blessée et amnésique, on pourrait dire qu’elle ne sait sur quel pied danser. Brisée, méfiante et se sentant en danger, elle n’a pas d’autre choix que de faire confiance à ce journaliste ténébreux qui se dit être son fiancé. Comment faire face au présent, au passé ou encore au futur lorsque l’on ne se souvient de rien ? Pourtant, même si son corps ne semble pas reconnaitre cet homme, sa conscience, elle, lui accorde sa confiance tout en lui indiquant de se montrer prudente. Serait-ce une erreur ? Quoi qu’il en soit, Lésia doit d’abord aller mieux avant de pouvoir penser et réfléchir à la suite. La danse ne sera plus jamais un option, et seule certitude à ce jour…. Elle est en vie…. Mais pour combien de temps ? Malgré ses craintes et la panique qui la bouffent, qu’elle cache du mieux qu’elle peut et qui ne la quitte pas, elle est prête à tout endurer pour se souvenir et pour comprendre, pourquoi. Pourquoi a-t-on tenté de la tuer. Qui ? Est-ce pour briser sa carrière ou est-ce plus personnel ? Mais surtout, est-elle toujours en danger ?

Mattéo Roucel a tout pour plaire. Journaliste ténébreux et sulfureux, il va tout prendre en main et prendre soin de Lésia. Mais très vite, on tombe de haut car l’auteure ne va pas nous cacher que Mattéo ment à sa « fiancé » et mène sa petite enquête sur quelque chose qui lui tient à cœur et dont Lésia est la clé. Il intrigue, surprend, désarçonne et nous énerve même parfois par son arrogance et sa façon de manipuler Lésia alors qu’on comprend très bien que des sentiments les lient et qu’ils ne sont pas anodins. Il est très dur avec elle dans sa quête, et à la fois doux dans son quotidien, mais, j’aurais envie de vous dire, qu’il est tout simplement Corse ! Cependant on se demande jusqu’à quel point il est prêt à tout sacrifier pour son désir de vengeance. La sacrifier elle? Aucun doute dans un premier temps, et pourtant… Jusqu’où est-il prêt à aller pour arriver à ses fins ? Et si la vérité venait à changer tous ses plans? Rien ne va se passer comme on le pense, et encore moins comme lui le pense.

Entre secrets, manipulations, machinations, corruption, vengeance et mensonges, qui des deux va mener la danse ?

Fouetté avant, jeté arrière, pas de bourrée, Lésia sera l’étoile d’un nouveau ballet riche en émotions, sensations et révélations, avec l’espoir que le dernier acte ne lui soit pas fatal…

Une fois de plus, Isabelle Fourié nous a concocté une petite merveille dans un univers encore différent d’à son habitude et dans des lieux magnifiques qui nous enivrent de mille senteurs. Elle va malmener ses héros tout en maniant sa plume pour nous apporter un suspense intriguant sous fond de nationalisme Corse et les rebondissements nécessaires pour vivre avec eux l’action et les révélations. Mais aussi, toutes les émotions qui s’en dégagent, et je peux vous dire qu’elles y sont nombreuses. Au travers de cette histoire. Isabelle Fourié va aussi mettre en avant des sujets tabous comme la rigueur, les sacrifices et les brimades que Lésia a du endurer pour atteindre et rester à L’Opéra Garnier. Certains sujet seront survolés, mais dit. Lu et vu comme celui du harcèlement, qu’il soit sexuel ou pas, il est bien présent et arrivent bien trop tôt dans la vie de ces jeunes filles.

L’évolution de l’amnésie de Lésia est très bien maitrisée et nous offre une vision particulière de notre lecture puisqu’on découvre tout, en même temps que ses souvenirs reviennent. Comme si nous étions vraiment dans sa peau et dans sa tête et c’est un plus énorme d’être dans ce flou qui perturbe tout au long des pages qui se tournent. On attend tellement de pouvoir mettre tout bout à bout, même si pour certains éléments cela coule de source, ne découvrant vraiment le fond de l’histoire qu’au bon moment.

Tout est bien calculé, ficelé dans de belles variations de temps, de mouvements, de tâtonnements et de vacillations face aux sentiments. Face à cette histoire d’amour instable qui va se mettre en place au fil des flottements entre mensonges et non-dits; et pourtant, cette histoire est tellement vraie, si forte dans un passé présent qui pourrait tout impacter et ne pas avoir de futur. Si chacun d’eux se cachent des choses par manque de confiance, amertume ou encore, pour protéger l’autre, à notre grand plaisir, leurs confrontations laissent libre cours à leurs caractères passionnés pour dévoiler leurs vrais visages, leurs intentions jusqu’à leurs secrets et leur sentiments qu’il faut cependant bien comprendre et savoir lire entre les lignes. Car nous sommes dans une romance où l’histoire d’amour a du mal à laisser sa place face à l’intrigue qui est elle, est très prenante tout en laissant libre court à l’évolution des sentiments. Et j’ai aimé cette véracité. Mattéo est loin d’être fleur bleue et son amertume l’empêche de se laisser aller. Reste à savoir si ils auront un futur pour prendre le temps de se retrouver.

Oscillation(s)… Une belle romance suspens dans laquelle on ne peut que se plonger sans préavis en déambulant avec nos héros sur cette corde instable qui se balance entre passé et présent incertains et emplis de perplexités. Entre Paris et la Corse. Entre les odeurs de colophanes et celles du Maquis et ses immortelles….

Un grand merci à Black Ink Editions pour m’avoir permis de découvrir encore une fois une si belle lecture en service presse numérique.


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Extrait : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Les glissements d’air des grands battements emplissent le studio. Les fenêtres mansardées donnent sur les toits de Paris, seul horizon depuis un peu plus de deux heures. Il y a d’abord eu l’échauffement, puis les exercices d’assouplissement.

Changement de pied.

Et cinq.

Et six.

Bras en seconde position.

Dégagé.

Fouetté avant.

Sur le côté.

En arrière.

Mes narines s’emplissent de l’odeur de colophane1. Ma respiration se cale sur chacun de mes mouvements. Elle se fait discrète, doit paraître inexistante. Une ballerine ne connaît pas l’effort ni la douleur. Du moins, elle ne l’extériorise pas.

Elle sourit.

Elle vit chaque arabesque.

Les sentiments s’expriment jusque dans l’exacte position de ses doigts. Le public doit ressentir cette émotion ultime que transmettent les corps. La grâce n’est pas en option ni la tonicité, encore moins la précision.

Si l’on m’avait dit lorsque je suis entrée à l’école de l’Opéra de Paris que seize ans plus tard, j’en serai l’une des stars, j’aurais probablement répondu : évidemment, je n’imagine pas mon avenir sans la danse !

Ai-je une vie ?

En dehors des répétitions, des cours, des représentations. Qui sont mes compagnons ? Une paire de pointes, un collant de laine et un justaucorps. Pathétique en un sens. Mes amis n’en sont pas, ou plus. Si lors de notre arrivée, nous avions sympathisé, la camaraderie ne survit pas aux nombreux concours qui parsèment le quotidien d’un membre du corps de ballet du Palais Garnier. Sinon, il faut se fondre dans la masse, ne pas être doué.

Ce n’est pas mon cas. Je suis née pour danser.

M’enlever ce moment où je touche les étoiles me tuerait à coup sûr. M’empêcher de voler en effectuant un grand jeté équivaut à me priver d’air. Pourtant… Pourtant, certains jours, je souhaiterais un instant baisser ma garde. Ne pas avoir à subir les foudres d’un maître de ballet caractériel. Ne pas me retourner constamment pour m’assurer que personne ne me fera un croche-pied dans le seul but de me voir chuter, de prendre ma place. Ne pas porter ce secret qui m’empoisonne.

Les bruits de couloir racontent que je serai nommée étoile cette année. La reconnaissance ultime. La libération. La possibilité de choisir les représentations, les théâtres, les partenaires. Bien sûr, je serai toujours un membre de la compagnie des ballets de l’Opéra de Paris, mais plus personne ne pourra m’atteindre, m’enlever ma dignité en me faisant un chantage absurde.

L’avis de Carine sur le roman de Cécilia Armand chez Black Ink Editions : Stolen Life


Titre : Stolen Life — 

Auteur : Cécila Armand

Genre : Romance MM

Editions : Black Ink

Ebook : 5.99 €

Broché : 18 €

Résumé :

Deux opposés en apparence peuvent-ils se compléter ?

Quand il emménage avec son père chez sa nouvelle compagne, Sariel est à bout de souffle. Dissimuler un passé torturé et rempli de secrets le rapproche sans cesse de l’explosion.
Lorsque son regard croise celui de Elliott, son demi-frère, il sent au fond de lui que cette rencontre ne va pas le laisser indemne.
Elliott mène une vie paisible, mais les yeux trop gris de Sari fracassent sa plénitude, jusqu’à le bouleverser. Son attirance pour lui est instantanée. Sariel l’intrigue, éveillant en lui des sentiments extrêmes. Une relation toxique naît entre les deux garçons, car, si l’un est l’ombre, l’autre est la lumière.

Ensemble, ils repousseront leurs limites. Ensemble, ils apprendront les sacrifices.

Et si amour et colère se mêlaient pour laisser place à la vérité ?

Mon avis :

Stolen Life… Un roman riche en émotions qui nous percutent d’un bout à l’autre de notre lecture, nous laissant en apnée entre l’ombre et la lumière.

Cécilia Armand ne fait pas dans la dentelle, elle nous l’avait déjà prouvé avec son dernier roman qui m’avait remué les tripes jusqu’à me les perforer. Mais que dire de Stolen Life… Si le début de ma lecture a été un peu gênée par une plume très, et pour moi trop poétique, je me suis vite laissée prendre dans le tourbillon de sentiments et d’émotions que cette dernière met en lumière au milieu de tant d’ombre. Des émotions que l’on ressent comme à vif, comme une violence et qui nous mettent à fleur de peau tout comme nos héros. Il y a autant de douceur que de colère en eux, une résilience aussi, de l’espoir, des doutes et cette peur de tout perdre qui fera qu’ils vont se déchirer autant qu’ils vont s’aimer. On s’attache tout de suite, priant à chaque page pour que leurs destins ne soient pas trop cruels, captivé par ces deux jeunes garçons dont la romance est délicate, forte, pleine de rage et ingénieusement menée jusqu’à ce qu’on sache, s’en prennant plein la tête et le cœur. Deux protagonistes esquissés à grands traits de passion, qui vibre dans chacun de leurs échanges, chacune de leurs réparties, tout comme dans chacun de leur silence… Touchants, empreints de toutes leurs blessures, ils vont s’aimer autant que se détruire. La lumière d’Elliot va s’éteindre peu à peu tout en partageant chaque halo qu’il peut pour sauver Sari, perdu dans les abysses d’un passé trop douloureux, trop présent, trop tout… Un passé qui l’a détruit il y a des années et qui fait qu’il ne peut que se détruire lui-même chaque jour un peu plus. Le bonheur ? Aucune chance de le retrouver. Sourire ? Il l’en a pas le droit ? L’attente… dans la déchéance pour oublier que l’heure approche. L’heure où tout basculera. L’heure où la décision de vivre ou de mourir pourra lui apporter la paix… Si tout était tracé pour Sariel, sa rencontre avec Elliot pourrait tout changer. L’amour peut éclore là où on l’attend le moins. Cela est beau, magnifique, une belle éclosion de sentiments nouveaux qui sont bons de vivre. Le soleil a rencontré la face cachée de la lune et il est prêt, et assez patient pour en découvrir chacun de ses secrets.

Apprivoise-moi ! – Que faut-il faire ? Dit le petit prince. – Il faut être très patient, répondit le renard. Tu t’assoiras d’abord un peu loin de moi, comme ça, dans l’herbe. Je te regarderai du coin de l’œil et tu ne diras rien. Le langage est source de malentendus.

Elliot va apprendre tout doucement à Sari à voir l’essentiel, à voir avec son cœur…

« Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé. »

L’auteure réussit avec brio à tenir le lecteur en haleine dans une atmosphère assez particulière. Aucune pose n’est possible, on veut trop savoir. Si les doutes s’installent et les suspicions se confirment, lorsque tout se dévoile, c’est la grosse claque. Le cœur qui palpite, le ventre qui se tord et cette peur toujours présente de cette fin que l’on appréhende prend le dessus sur les papillons qui s’envolent et nous remuent les entrailles. Et que dire de cette superposition de l’histoire avec celle du Petit Prince de Saint Exupéry… Tellement bien pensé ainsi que parfaitement mise en situation pour que tout s’imbrique parfaitement pour arriver à une même philosophie de vie. Jusqu’à la musique qui tient une place très importante et apporte avec elle son flot d’émotions. Si Antoine de Saint Exupéry avait Mozart comme belle promesse de la vie, Cécilia Armand nous offre et offre à Elliot un être unique… Sariel à l’ardente beauté auprès de laquelle on ne peut que se brûler…

Stolen Life, porte bien son titre, Une vie volée, peut-elle se retrouver ? Je vous invite à découvrir à votre tour cette magnifique et douloureuse romance dans la laquelle on vibre pour chacun des personnages. Les principaux, tout comme les secondaires qui sont loin de nous laisser indifférent.

Un grand merci une fois de plus à Black Ink Editions pour leur confiance en me faisant découvrir autant de belles lecture.

Extrait :

Au bord de la falaise, les cheveux balayés par le vent, ma lettre à la main, je rejette la tête en arrière afin de respirer l’alizé. L’océan est agité, mais moi, je suis serein, sachant désormais ce que je dois faire. Il m’a fallu presque quatre ans pour en arriver là.

Des tonnes de larmes et de regrets se succèdent et s’amoncellent derrière moi. Je regarde l’infini, c’est fabuleux toute cette étendue d’eau bleutée. J’ai envie de voler, de saisir cette liberté qui me tend la main, pour ne plus jamais ressentir ce tas d’inepties.

Mon cœur se presse et se décompresse dans ma cage thoracique qui menace d’exploser. Mes yeux me brûlent lorsque l’incandescence de mes tourments s’échappe sur mes joues et roule jusqu’à mon cou. Des vagues opalines et turquoise s’étendent à perte de vue. Tout me rappelle à lui, du sol que je foule aux embruns qui s’enroulent autour de moi. Je songe à tous ceux que j’ai perdus dans le sang et les larmes. Un tremblement me fait vaciller, j’ai le vertige tout à coup. Je devrais respirer, mais je n’y arrive plus. Mon passé est une montagne de cruauté, une rivière de corps décharnés.

Je m’approche un peu plus du précipice, mon Dieu, que c’est haut ! Le monde donne l’impression de se prosterner devant moi et je pourrais toucher le ciel, en levant les bras. Toutes les merveilles de la terre et d’ailleurs sont réunies pour cette occasion. C’est parfait pour une âme vagabonde telle que la mienne : celle d’un garçon solitaire aux yeux clairs. C’est une belle journée pour en finir, un dernier saut dans le vide de mon existence pour conclure une vie douloureuse. Un repos bien mérité pour un soldat qui a perdu toute son armée.

Ma voix tremble et se casse lorsque j’entreprends mon récit. Mon timbre est grave, semblable à un disque rayé avant même d’avoir été écouté. L’effluve des profondeurs marines est divin, il contraste de manière saisissante avec mon souffle froid. Je respire comme je ne l’ai pas fait depuis longtemps. Le soleil caresse doucement ma peau, dans un mouvement presque identique à celui de ses mains me rappelant les souvenirs apaisants.

Tu me manques tellement.

Je me demande un instant où sont le brouillard et la pluie. Où est passé le cortège funèbre qui m’accompagne depuis des années ?

C’est un signe : de l’agonie dans l’infini, un mélange savant de souffrance et d’accompli.

Je contemple mes derniers mots, ceux que j’ai rédigés avec le sang de mes poignets. Ce sont les témoins de mon histoire, la preuve ultime que nous nous sommes aimés.

« Elle court, elle court la mélancolie du cœur

La blessure à l’âme, elle rampe la fureur,

Au final, elle ne m’a jamais quitté,

Me cajolant comme un enfant abandonné.

Je suis faible désormais, car tu n’es plus là pour m’adorer.

Il ne reste que les miettes de notre histoire envolée

Et des chrysanthèmes brûlés.

Je suis en train de craquer, de me déchirer comme du papier froissé… »

L’avis de Carine sur la romance de Noël de Marie HJ : Chris Mas


───※ ·❆· ※───Titre : Chris Mas: Conte de Noël pour adulte (Merry Tales) ───※ ·❆· ※───

Auteur : Marie H.J

Genre : Romance MM collection Merry Tales

Ebook : 4.99€

Broché : 16.00€

───※ ·❆· ※───Résumé : ───※ ·❆· ※───

Chris Mas * Conte de Noël pour Adulte.

Sauver Noël en trouvant des jouets sur Terre ?
C’est la mission confiée à Chris Mas cette année.
Non pas qu’il soit doué ou de confiance. Il est simplement considéré comme l’unique responsable de l’incendie qui a ravagé la réserve du père Noël. Ce qui selon lui reste très discutable.
Quoi qu’il en soit, quand Nico décide, son fils adoptif obéit. Pour le meilleur ou pour le pire. Peut-être même surtout pour le pire, d’ailleurs.
Arnaud, fabricant-menuisier au bord de la faillite, ne s’attend pas à ce qui va bientôt débarquer dans son petit univers déjà compliqué à gérer.
Un tourbillon de magie, une rafale de surnaturel… Un ouragan de sensualité et un cyclone de passion… L’homme venu tout droit d’un recueil de contes et légendes n’a rien à voir avec ce qu’on y décrit.
Autant insupportable que séduisant, de son côté Chris perd totalement ses moyens devant cet homme trop attachant.
Une collaboration aussi étrange qu’hypnotique semble inéluctable. Lorsque la soif de découverte bouillonne entre deux êtres, le pire peut facilement devenir bien mieux que juste «meilleur».

───※ ·❆· ※───Message de l’auteur : ───※ ·❆· ※───

Ce texte est un conte de Noël pour adultes. Vous y trouverez des êtres magiques, des sortilèges, une chauve-souris qui parle et une médium un peu trop originale. Quelques scènes intimes explicites également et peut-être, sans doute, éventuellement une romance sous la neige.
Bonne lecture.

───※ ·❆· ※───Mon avis : ───※ ·❆· ※───

l était une fois…. Marie H.J

Comme chaque année, c’est un réel plaisir de se plonger dans la féérie de la Collection Mery Tales de Marie H.J. Alors oui… Nous nous retrouvons à côtoyer des lufltins, des chauves souris où encore, Nicolas en personne, mais qui ne rêve pas en cette période de fêtes ? Qui n’aurait pas envie de rêver tout au long de l’année d’ailleurs ?

Personnellement, avec Marie H.J, qu’importe le quand, le pourquoi ou le comment, me plonger dans son univers toujours aussi barge de cette collection reste et restera invariablement pour moi une source de bonne humeur et de bonheur dont on ne peut que rajouter sur sa liste de Noël.

Chris est une légende que l’on conte chaque année aux enfants. Il parait que ce jeune garçon orphelin a fait le choix un beau soir de Noël, de se cacher dans le traineau du père Noël pour qu’il l’emmène loin, très loin… Pour qu’il lui offre une famille qu’il n’avait pas. Il apporte tant de bonheur aux enfants, alors…. Pourquoi en serait-il autrement avec lui ? De ce jour est née cette histoire que l’on raconte aux enfants. Cette histoire qu’Auguste, le grand-père d’Arnaud le créateur de jouet en bois du village conte au petit Tommy, le petit protégé des lieux qui loge dans une famille d’accueil non loin de l’atelier. Un petit gars solitaire qui a besoin d’être bien entouré. Et dans l’atelier d’Arnaud, il ne pouvait pas trouver meilleur équilibre que dans cette « famille » pas très nette. Entre Geneviève qui « voit » des choses que personne ne peut voir et qui est aussi spécialiste de cookies immangeables, et Auguste le grand-père ancien maitre d’école avec qui elle aime se fritter en permanence, les fous rires sont souvent de mise et le cœur du petit Tommy se gonfle alors assez pour affronter chaque soir son retour, là où il ne trouve pas sa place. Le seul à être normal dans cette famille, c’est Arnaud ! Enfin, quand il ne s’agit pas de choisir un compagnon, car là il a le chic pour faire toujours mauvais pioche !

Mais les dés sont lancés ! Les planètes sont alignées selon Geneviève qui annonce à Arnaud, un grand changement. Il se pourrait bien que pour Noël, ce soit l’extase… Le Big Bam ! Hum… Ce qu’Arnaud aimerait surtout, c’est que pour Noël sa boutique soit encore sur pied et c’est loin d’être gagné surtout lorsque plus personne ne cherche la qualité au prix et qu’il est au bord de la faillite. Mais serait-il possible que la vieille folle ne soit pas si folle ? ! Cela se pourrait bien, notamment lorsque beaucoup plus loin au Nord, après avoir trop fumé de résine de sapin Chris le légendaire et les Lutlfs aient fait une belle bêtise qui mette Nicolas en pétard et Noël en péril. Et que Chris n’ait pas d’autre choix que d’écouter son père adoptif et doive se rendre sur terre pour que la commande de jouets soit prête à temps pour le 24 au soir et sauver Noël. Mais Chris est loin d’être le fils parfait et de ressembler à la légende que l’on peut lire dans les livres ! Maladroit, insupportable, déjanté, sans complexe et capricieux, séduisant, magique et hum…. Hot et sensuel à souhait, le voilà qui prend à la légère sa nouvelle mission. Mais arrivé sur terre, il va subitement déchanter lorsqu’il va se retrouver face à un homme qui va le déstabiliser pour la première fois en plus de cent ans. Arnaud.

Si Chris est tout feu tout flamme et ne connait que les coups d’un soir sur terre, Arnaud est tout son opposé. C’est un homme posé et romantique qui manque cruellement de confiance en lui. Tous deux, vont apprendre l’un de l’autre et chacun fera ressortir le meilleur. Mais lorsque minuit va sonner…. Que restera-t-il de ce magnifique conte de fée Rock n’Roll qu’ils vont vivre ?

Siphonnée ? Féérique? Addictive ? Avec cette lecture, Marie nous emporte d’un bout à l’autre, en y mêlant à la perfection les sentiments naissants entre deux êtres complètement différents et qui s’accordent tellement bien ensemble. Marie H.J nous transporte vraiment dans son histoire toujours avec cette facilité qu’elle a de nous plonger dans son univers pour que l’on y apprécie chaque moment. Le tout très bien rythmé, entre les situations rocambolesques, les dialogues piquants, l’émotion et la réflexion : tout est là pour nous faire passer un très bon moment lecture. Elle nous enchante une fois de plus avec sa magie et son côté féérique déjantée qui matche à chaque fois. On peut rire autant qu’on veut et se croire dans un conte de fée, mais Marie ne perd jamais le Nord dans ses romances et nous offre constamment une belle leçon de vie. Derrière les chocolats chauds, les fous rires et les moments de joies, entre les lignes… cela fait souvent mal. Car oui, on peut avoir tout ce que l’on désire, être magique ou être un homme de pouvoir. La magie intérieure, celle qui fait bouillir et battre votre cœur et votre âme… Celle-là, n’a pas de prix. Sa valeur vaut tous les joints à la résine du monde. Toutes les magies qu’il peut exister et toutes les vies auprès de celui qui fait rêver. Ce qui nous manque au fond du cœur, au fond de notre âme, ne peut être caché sous une couverture qui brille aussi chaude soit-elle. Lorsqu’on se découvre, on a vite froid à nouveau… Même si l’on ne le craint pas.

Chris Mas, un roman qui fait chaud au cœur. Une amulette remplie de promesses à avoir dans votre bibliothèque. Les dés sont formels ! Geneviève aussi ! Si vous souhaitez connaitre ce Big Bam, il vous faudra découvrir cette histoire ! Un coup de cœur une fois de plus pour la plume de Marie H. J. Mais surtout et encore, pour ses personnages qui sont toujours des êtres à part et si touchants dans leur genre.

───※ ·❆· ※───Extrait : ───※ ·❆· ※───

— Chris Mas, continue l’ancien maître d’école en marquant chaque syllabe, qui n’aimait pas la famille qui l’avait accueilli, s’est un jour glissé dans le traineau du père Noël. Il pensait que seul ce vieux bonhomme pouvait lui donner l’amour et l’attention qu’il attendait tant. Le père Noël a remarqué son passager clandestin lorsqu’il est reparti de cette maison, mais ne l’a pas chassé. Il l’a emporté avec lui et adopté. Aujourd’hui, Chris Mas vit pour l’éternité aux pays des jouets. C’est terminé pour aujourd’hui, Tommy. Relis-toi. Prends-ton temps.

— Tu crois qu’il est toujours là-haut ? demande le gosse d’une voix rêveuse.

— Je ne pense pas, non, répond mon aïeul tandis que Geneviève pénètre dans la pièce, une assiette à la main.

— Bien entendu qu’il y est toujours, contre cette dernière en déposant l’assiette devant le nez de l’enfant. Je dirais même plus, Chris Mas est devenu un homme de main du vieux bonhomme. L’univers est catégorique sur ce point.

— Non, mais ça suffit ! s’emporte mon grand-père. Déjà, vos biscuits sont immangeables, vous le savez très bien. Vous allez intoxiquer cet enfant avec vos créations culinaires douteuses ! Et arrêtez également de remplir la tête de cet enfant de vos histoires idiotes.

Vous, homme de peu de foi, votre karma souffre atrocement de votre manque évident de clairvoyance ! L’Univers m’a dit que…

— Vous savez ce que j’en fais, moi, de votre univers à la noix ? la coupe-t-il, exaspéré.

— Grand Dieu, Auguste ! Osez terminer votre phrase, pour voir ? Faites attention, le changement est proche… méfiez-vous de ne pas vous réveiller un jour transformé en elfin !

— En quoi ? Vous êtes complètement marteau, ma vieille.

— Je suis plus jeune que vous, déjà… et… je préfère être marteau que sénile !

— Vieille bique !

— Espèce de ruine presque plus humaine ! Votre intérieur est tellement passé de date que je suis persuadée que vous déféquez des vers !

— Mesurez vos paroles, sorcière ! De chastes oreilles nous écoutent… Ces deux-là seraient capables de rendre fou le plus saint des esprits. Leurs éclats de voix constants donnent envie d’en prendre un pour taper sur l’autre. J’entends mais je n’écoute pas. C’est d’ailleurs le cas de Tommy également qui s’est éclipsé du bout de table sur lequel il était installé pour se jucher au bord de mon établi. — Tu fais quoi ? C’est beau !

L’avis de Carine sur le second tome du roman de Lia Rose : ULTRA, TOME 2 : LE PRIX DE LA LIBERTÉ — Chez Black Ink Editions


Titre : ULTRA, TOME 2 : LE PRIX DE LA LIBERTÉ — 

Auteur : Lia Rose

Genre : Fantastique

Editions : Black Ink

Ebook : 4.99 €

Audio

Broché : 18 €

Résumé :

Izar se retrouve propulsée au cœur du Monde Oublié où tout lui est étranger. Ses croyances volent en éclats à l’apparition de ses pouvoirs et un ultimatum s’impose à elle : choisir son camp.
Tâche rendue d’autant plus difficile à cause de Lui.
Vega.
Désigné comme son Protecteur, il est censé lui apprendre à maîtriser ses facultés, qu’elle peine à canaliser. Il est l’homme de ses songes, celui qui hantait ses cauchemars. Aujourd’hui, il hante sa réalité.
Froid et cruel, Vega ne lui oppose qu’un lourd mépris, dans le but de verrouiller son cœur et de cacher ses pires secrets. Le percer à jour devient alors l’obsession d’Izar.
Qui est-il ? Pourquoi doivent-ils se haïr autant qu’ils se désirent ? Et alors qu’elle n’arrive pas à maîtriser ses pouvoirs, c’est peut-être en réalité son cœur qu’il lui faudra dompter si elle veut rester en vie.

Mon avis :

Un changement radical pour Izar dans ce second tome où elle va devoir prendre des décisions qui impacteront le futur de tous. Izar est projetée dans ce monde qui l’attirait tant… Le monde oublié. Mais à qui faire confiance ? Qui détient la vérité vraie ? Mais surtout, va-t-elle enfin y trouver sa place ? Il est clair que la présence de certaines personnes vont beaucoup l’y aider, mais… Comment être sûre de ses choix ? Comment faire face à l’étendue de ses pouvoirs qui ne cessent d’accroitre et qu’elle ne maitrise pas. Un monstre. Voilà comment elle se voit… Pourtant, aux yeux de tous, elle est celle qui pourrait les sauver et refaire de ce monde oublié un monde pour tous. Alors… Si elle est si importante que ça, pourquoi l’homme de ses rêves la déteste tant ? Pourquoi ce sentiment de le connaitre comme personne alors que lui ne l’avait jamais vu ? Il l’a haïe autant qu’elle craque complètement pour lui. Véga, cet homme brulant qui la consume d’un seul regard. Cet homme dont elle rêve depuis tant de temps. Cet homme qui refuse tout contact tandis qu’elle, est attirée vers lui tel Icare vers le soleil quitte à finir calcinée. Izar n’est pas au bout de ses surprises en arrivant dans cette nouvelle famille qui lui ouvre les bras et lui offre un foyer. Cette famille que sont les mutants.

Que dire ? C’est tellement difficile quand on vient juste de terminer un livre de devoir essayer de mettre de l’ordre dans ses émotions et arriver à vous donner un ressenti à sa juste valeur…

Si le tome 1 posait beaucoup les bases et nous plongeait petit à petit dans l’univers aseptisé et mensonger des sphères tout en nous laissant face à un tas de questions en suspend, que dire de ce tome 2 que j’ai dévoré ! Impossible de le lâcher ! Lia Rose nous propose là une sublime dystopie dans un monde bien imaginé et surtout, parfaitement imagé. J’aime les dystopies, mais souvent avec les héros, c’est la loi du plus fort. Mais ici, malgré les pouvoirs énormes que dispose notre héroïne, j’aurais envie de dire que cela a été plutôt la loi du cœur. Et j’ai plus qu’adoré que l’auteure fasse de Izar, une héroïne qui se cherche tout en découvrant l’étendu de ce qu’elle est capable de faire en étant aussi fragile que ce qu’elle peut être forte. Tout arrive à qui sait attendre et le flot de réponses arrivent dans un rythme qui nous tient en haleine et dont on se délecte de chaque réponse qui s’enchainent les unes aux autres et s’emboitent parfaitement, pour nous offrir enfin une vue d’ensemble pour un magnifique spectacle, tout en faisant monter inexorablement la tension. On se prend à retenir notre souffle devant l’aberration de certaines révélations qui ont fait de ce monde que sont les sphères, plus qu’une prison. Vous voulez de l’action ? Des bouleversements ? Vous allez être servis.

Ultra, un univers prenant, palpitant dans lequel Lia Rose nous offre un suspens à son comble en prenant des chemins auxquels on ne peut s’attendre sous une plume à la fluidité parfaite. Et au milieu de ce chaos, de cette histoire menée de main de maitre, ce qui m’aura le plus touchée, le plus accrochée sont sans conteste, les personnages. Que l’on parle des principaux comme des secondaires, ils sont un tout. Ils crépitent et étincellent cette magnifique dystopie. Riches et émouvants, bien travaillés dans les émotions tout comme dans leurs mutations, Lia Rose a fait d’eux des êtres à la fois bons et sauvages et surtout, pleins d’humanité malgré ce qu’ils sont et qui ils sont. On ne vit pas seulement les aventures de Izar et de Véga, mais tous sont dans le même bateau, tous souffrent et vont essuyer des pertes, connaitre des bonheurs aussi. C’est pour cette famille de mutants entièrement que l’on vibre tout au long de ce second tome aussi palpitant que chaud bouillant ainsi que complètement addictif ! Leurs motivations sont si profondes, leurs sentiments tellement exacerbés. Ils se nichent, sans que l’on s’en rende compte, au cœur de notre esprit et de notre cœur en nous faisant partager les sentiments de chacun d’entre eux.

Entre les découvertes, la passion, les trahisons, les mensonges et les vérités, plongez à votre tour dans le monde oublié et laissez vous guider par Izar, Véga, Celio, June, Cassiopée, Victor et tant d’autres, vers le prix de la liberté…

Un grand merci à Black Ink Editions pour m’avoir permis de me délecter de cette sublime dystopie en service presse numérique.

Extrait :

« L’air frais déclenche une vague de frissons sur mes membres découverts. J’admire le soleil naissant, émerveillée. À chaque fois que nous sortions, Hydor et moi, il fallait décamper avant que celui-ci ne se lève. Je n’avais donc jamais pu assister à ce spectacle. Je reste un long moment immobile, les yeux rivés vers l’horizon. Après un temps que je ne saurais quantifier, un mouvement sur ma droite me fait sursauter. Une silhouette se détache dans la pénombre. Je me rends alors compte que Vega est adossé contre un arbre à seulement quelques mètres de moi. Ses yeux d’un bleu si unique me détaillent avec intensité. Ses bras croisés dévoilent des biceps fermes qui projettent mille et une images érotiques au sein de mes pensées. Je retiens mon souffle. Jusqu’à aujourd’hui, je n’avais jamais ressenti ça pour personne. Aucun homme n’avait réussi à attirer mon attention, à devenir l’objet de mes fantasmes. Je n’ai jamais souhaité me rapprocher physiquement d’un autre être humain. Le seul qui y était parvenu était un mutant que je croyais pur produit de mon imagination fertile. Et il se trouve que ce mutant se tient à présent devant moi, mettant mes sens en ébullition[…] »

L’avis de Carine sur le roman de Robyn Max Chavalan chez Black Ink Editions : Parfum de mâle


✧˚₊‧୭⁺‿︵ titre : Parfum de Mâle ‿︵⁺୭‧₊˚✧


Auteur : Robyn Max Chavalan

Genre : Romance

Editions : Black Ink Editions

Ebook : 4.99 €

Broché : 18 €

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Résumé : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Les femmes.
Le sexe.
Le sexe avec les femmes.
En solo. En trio. Et plus si affinités.
Je vis en enfer. Le mien.
Deux options s’offrent à moi désormais. La première : user et abuser de ma folie jusqu’à sacrifier toute mon existence et ceux qui en font partie.
La seconde : tenter de le soigner pour conserver ce que j’ai mis tant de temps à construire et retaper aussi un peu mon karma quelque peu ruiné.
Le hic ?
Ma marraine d’addiction : Vittoria Saint Georges, avec qui je vais devoir cohabiter pour trente longues journées.
Belle et rebelle. Redoutablement intelligente. Et surtout inaccessible.
Oui, ça sent le roussi…
Je m’appelle Maximilian Mac Arthur et je suis sex-addict.

Mon avis :

C’est toujours un réel plaisir de me plonger dans les romans de Robyn Max Chalavan et Parfum de Mâle, ne dérogera pas à la règle. Dès l’ouverture du flacon, je me suis laissée enivrer par l’essence des mots de cette auteure que j’aime tant lire. Par les nombreuses fragrances qu’elle nous offre au fil des pages, elle nous entraine dans une romance olfactive, envoutante et émouvante à souhait. Douloureuse et entêtante aussi par son sujet qu’est l’addiction qui ne peut laisser indifférent mais dont les onguents apaisent… Et la pudeur dont elle peut faire preuve face à l’histoire, la rend encore plus voluptueuse…

Max vit en enfer. Dépendant de son addiction et tourmenté par ses pulsions, il s’enfonce dans la souffrance, l’isolement et le désespoir… Un seul shoot sexuel…. Encore et encore. Cette nécessité d’atténuer la douleur, de se libérer de ses frustrations, de ses démons, de ses fantômes… Que ce soit seul, à deux, à trois, qu’importe le où, le quand… cela est une nécessité. Il ne ressent aucun plaisir, tout est mécanique comme une bouteille trop pleine qu’il faut vider avant qu’elle ne déborde… Il se hait, se dégoûte, mais c’est son corps qui commande et son esprit n’a aucun moyen de lutter… Jusqu’au jour où Max prend conscience qu’il est sur le point de non-retour et qu’il va tout perdre. Il nous ouvre alors, la porte de son addiction… sa honte… et son sombre combat. De ce pas à faire pour accepter l’aide qu’on lui offre et oser s’avouer qu’il a un problème. Et quand on parle d’aide, ce n’est pas n’importe laquelle ! Voilà que Max va devoir cohabiter avec sa marraine d’addiction aussi belle et torride qu’inaccessible et intouchable… Vittoria Saint Gorges…

Entre eux, l’attirance est indéniable, mais surtout, elle est interdite ! De toute façon, pour Max tout comme pour Torrie, l’amour est impossible. Aucun des deux n’estiment y avoir droit. Ils ne le méritent pas et pourtant… Lorsque l’essence de l’amour même vous enivre au point de refuser de se noyer, n’est-il pas le signe d’une bouffée d’espoir ? Mais a contrario, le parfum du sexe ne risque-t-il pas de les faire plonger ou replonger dans l’enfer ? Torrie a tout à perdre. Elle a tant souffert et souffre encore contre son addiction. Mais comment faire face à ce Parfum de Mâle qui lui titille autant les sens ? Faire face à ce Gentleman bad boy qui lui flingue jour après jour sa petite culotte et toutes ses convictions ?

Robyn Max Chalavan aborde là un sujet de société tabou. Le sujet difficile qu’est l’Addiction sexuelle. Une véritable maladie, au même titre que l’alcoolisme et les addictions aux drogues, elle est vécue avec honte, dans la souffrance d’un manque jamais comblé. On nous alerte beaucoup sur les dangers de la drogue, la cigarette ou l’alcool, des addictions dont il est difficile de se sortir sans aide extérieure, mais qu’en est-il de l’addiction sexuelle ? Pourquoi est-ce si dur d’en parler ? Est-il même possible de s’en sortir ? Possible ou pas ! Voilà ce que nous raconte Robyn Max Chalavan dans Parfum de Mâle avec, amour, humour, émotion, cruauté même parfois et beaucoup de baume au cœur, en mettant en avant les aides qui existent pour les sex-addict et leur combat de chaque jour qui suit le jour d’avant… Et ce que j’ai apprécié le plus, c’est qu’elle le fait du côté des deux sexes. Car oui, on va entendre parler des hommes addict au sexe, mais qu’en est-il des femmes ? Comment sont-elles perçues et comment se perçoivent-elles ? Et qu’en est-il de leur entourage ?

Un roman qui décrit la souffrance intérieure et toutes les interrogations sur le droit à l’amour de ces « Addict » avec profondeur et émotion. Un récit qui touche, qui perturbe aussi et qui pourrait peut-être même choquer, car malgré la pudeur de l’auteure et la lumière qui prend le pas sur l’obscurité de ce roman puisque nous sommes dans une vraie romance, il ne faut pas faire l’impasse sur le fait que le sujet est plein de souffrances, et que certaines scènes érotiques sont en parfaite adéquation. Des protagonistes haut-en couleur qui nous entrainent dans cette exploration des sens et des émotions pour nous offrir un parfait combo entre les joutes verbales qui apportent tant à notre lecture et cette force dont ils font preuve pour arriver à voir la lumière au bout du chemin entre la culpabilité, les colères, les moments de faiblesses, le pardon et l’amour inconditionnel. Des protagonistes auxquels on ne peut que s’attacher, les principaux tout comme les secondaires, avec une mention spéciale à « Mercredi » qui du haut de son jeune âge, de sa fraicheur et de ses répliques acerbes va nous toucher en plein cœur et apporter à ce roman ce petit plus qui fait toute la différence.

Ouvrez le flacon à votre tour, vous aurez l’ivresse de ses mots. Parfum de Mâle, n’est pas un simple roman, c’est une histoire capiteuse et douloureuse sous fond d’odeur de bois de santal contenu dans un broché à la cover aussi brute et suave que ses héros. Entre le génie d’un champ lexical aux mille senteurs et le talent d’un « nez » auteure qui enferme à l’intérieur des pages l’âme torturé de deux héros, c’est une totale harmonie qui ne pourra que vous rendre… « Livre-addict » !

Un grand merci à Black Ink Editions pour sa confiance et m’avoir permis de découvrir cette belle fragrance livresque. Et un grand bravo à Robyn Max Chalavan pour ce travail de recherche exceptionnel sur les deux thèmes mis en avant.

Extrait :

« Et puis, que croit-il exactement ? Max pense-t-il pouvoir me déstabiliser avec un simple corps à corps, si toxique soit-il ? Vraiment ? Mais que s’imagine-t-il que j’ai vécu avant d’être ce que je suis ?
Max ne doit pas m’idolâtrer. Ce serait trop dangereux. Et puis, je ne le mérite pas. Même si je l’aide à s’en sortir. Je ne vaux pas cette attention-là.
— Nouvelle leçon, Max, lui susurré-je à l’oreille. Chacun est responsable de lui-même ce soir. J’agirai comme bon me semblera. Tu m’as voulue ? Je suis là. Mais ne compte pas sur moi pour t’expliquer ce que tu as à faire ni pour rester sagement à ma place.
Tout son corps se tend.
— Qui sait ? rajouté-je en me dégageant et en rajustant sa veste, sans toutefois oser lever les yeux vers lui, peut-être que je me trouverai un homme qui acceptera de m’amener dans un petit coin… Un placard… Une salle vide… Une chambre déjà réservée…
Son visage se crispe sous l’effet d’une émotion qui oscille entre la colère et la jalousie.
— Vois-tu, continué-je, j’ai joué à ça bien avant toi. Tu es encore un petit garçon, Max. Je ne cesse de te le répéter, mais tu ne m’écoutes pas.
— Si je devais te trouver dans ce type de situation, je…
— Tu quoi ? Rien, Max. Tu ne feras rien. Et tu sais pourquoi ? Parce que tu n’as pas ce pouvoir-là sur moi. »

Extrait de
Parfum de Mâle
Robyne Max Chavalan


»

L’avis de Carine sur le roman de Ewa Rau,


313, A fucking love story Chez Black Ink Editions

✧˚₊‧୭⁺‿︵ titre : 313, A fucking love story 

‿︵⁺୭‧₊˚✧


Auteur : Ewa Rau

Genre : Romance

Editions : Black Ink Editions

Ebook : 4.99 €

Broché : 18 €

Audio : 9.95 € avec l’abonnement Kindle. Gratuit avec l’offre d’essai et 19,95 à l’achat sans offre.

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Résumé : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Détroit. Entre la violence et la pauvreté, la vie de Marshall est comme un disque rayé qui joue continuellement le même son. Cumulant les galères, ce jeune rappeur de 24 ans travaille d’arrache-pied pour atteindre son but : le succès. C’est sa seule option pour s’en sortir. La seule cible qu’il vise.

Un leitmotiv qui lui interdit toute déviation, toute distraction et tout plaisir.

Jusqu’au jour où Jodie, cette jeune étudiante persécutée qui rêve de quitter la ville, entre dans sa vie. Elle fait face à la haine de ses camarades, l’absence de sa mère et la misère ambiante.

Malgré son attirance pour elle, Marshall refuse de l’entraîner dans son monde où règne le chaos.

Elle décèle ce qu’il y a de plus noir en lui mais parvient surtout à canaliser cette rage. Leur relation est impossible, pourtant résister devient de plus en plus difficile.

Si rien ni personne ne peut l’arracher à sa ligne de conduite, le destin pourrait bien en décider autrement…


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Mon avis : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Première lecture de l’année…. Premier coup de cœur ! Quelle magnifique histoire d’amour ! Forte, passionnée, déchirante et tellement profonde. Jodie et Marshall m’ont fait vibrer de la première à la dernière page et rien que d’écrire ces mots, j’en ai encore le cœur qui palpite ! Un roman débordant d’émotions, d’amour et d’amitiés sincères. A Fucking love story une pépite livresque!

Avec 313 A Fucking Love Story, Ewa Rau nous emmène à Détroit dans les bas quartiers où règne la violence, la discrimination et la misère. Jodie a beau avoir un niveau de vie un peu plus élevé que les gens qui y vivent grâce au boulot de son père, c’est loin d’être le nirvana… Jodie fait tâche. Née trop blanche avec les yeux trop clairs, elle hait son reflet, son apparence qui dénote et lui apporte tant de problèmes. Cette différence fait de sa vie un enfer. Des rêves pleins la tête, ils s’éteignent un peu plus chaque jour qui passe. Elle apprend à encaisser les coups, à baisser la tête face aux moqueries, mais surtout, elle apprend à fermer sa gueule. La rage qu’elle garde pour elle est son combustible pour avancer, pour s’en sortir. Une rage qui lui permettrait d’intégrer l’université de ses rêves et toucher enfin du doigt les étoiles.

Marshall est un garçon torturé qui travaille comme un forcené pour s’en sortir et faire entendre ses valeurs, sa musique, sa voix, à travers ces paroles qui coulent à l’encre de ses veines, de ses tripes. Un poète à sa manière qui écrit du Rap comme il respire. C’est vulgaire, malsain, souvent dérangeant. Mais c’est du Marshall et son talent est indéniable. Entre son Job au restau et les battles de Rap des bas quartiers, Marshall attend son heure de gloire, et ce, malgré sa peau blanche qui dénote dans ce monde qui refuse de lui faire une place. Il ne lâche rien, il sait qu’il y arrivera et rien ne pourra se mettre en travers de son chemin. Pas même cette jolie comète qui vient de percuté sa vie de plein fouet et va faire voler en un éclair, toutes ses certitudes… Jodie.

Tous deux ont des rêves et un objectif à atteindre, mais aucun ne peux se faire ensemble. Pourtant, leur attirance est vraiment indéniable. Une attraction solaire, puissante qui les pousse l’un vers l’autre et y résister, risque d’être compliqué. Une relation impossible. Cependant… peut-on aimer jusqu’à l’impossible ? Au-delà du ciel, des nuages noirs et des étoiles ?

Une histoire forte et bouleversante avec des combats sociétaux, comme la discrimination, le harcèlement scolaire, la misère qui engendre la violence. Des combats qui touchent et mettent à mal notre cœur et nos tripes. La manière dont nos protagonistes ont vécu et veulent s’en sortir est aussi un combat de tous les jours avec les peines et les sacrifices qui en découlent, mais surtout, le courage dont ils font preuve.

Ewa Rau a très bien mené sa barque pour nous les faire vivre et ressentir à nous aussi en plantant les décors à la perfection et notamment, en nous enivrant de sa plume et nous faisant vivre cette lecture à la palette aux mille couleurs qui scintillent de mille étoiles. Une plume d’une fluidité parfaite et d’une dépendance profonde qui va nous faire suffoquer de cet amour qu’ils s’interdisent. Sans oublier de rire car, oui on rit très souvent, les réparties de tous les protagonistes nous y aidant parfaitement et particulièrement, celles entre Marshall et le père de Jodie. J’ai d’ailleurs plus qu’aimé cette relation qui nait entre eux. C’était beau, touchant, violent parfois, mais toujours dans un seul but… Le bien de Jodie.

« Je n’aime pas la vanille… et j’adore la Mayonnaise…  » Quant aux personnages secondaires, je les ai trouvé exceptionnels. On ne peut que leur succomber également. Ils sont exquis et le tout fonctionne à merveille dans chaque univers.

313 A fucking love story, Quel roman ! Une pépite livresque comme je les adore. On rit, on pleure… souvent de cette puissance de sentiments que Ewa Rau nous offre avec ses mots si profonds. Si intenses…. Tout est palpable ! L’amour, le désir, les colères, la tristesse et tous ces moments de joie et de partage. Un roman d’une addiction forte. Impossible de s’en détacher, impossible de le poser, on en veut toujours et encore plus. J’en suis même venue à poser quelques mots de Rap:

• 313 à l’infini de ton cœur Jodie

• 313, c’est ce qui nous défini

• Respire… inspire… séduire…

• Trahir… conduire… s’enfuir…

• Dans ta tête y’a des étoiles

• Dans mon cœur c’est le trou noir

• Dans tes yeux brillent les constellations

• Dans mes veines brûle la rage de notre passion

• Des traces de rêves qu’on ne peut toucher du doigt

• Respire… inspire… séduire…

• Trahir… conduire… s’enfuir… pour réussir

• Dans cette société où être blanc ne fait pas la loi

• Dans cette société où seuls les rêves font garder la foi

• Je serai là toujours pour toi, Jodie

• À midi à Minuit et toute la vie

• Dans l’ombre de mes ténèbres

• Dans les nuits de mes jours

• Dans la lumière de tes yeux.

• Dans le firmament, nous sommes les étoiles

• Que notre amour n’éteindra jamais…

• Inspire… Expire… Ne pas défaillir

• Toucher l’inaccessible du bout des doigts

• Toi ! Toi et rien que toi.

• Viens prend ma main

• Au moins jusqu’à demain,

• Mon 313 à l’infini Jodie.

• Mon étoile, on met les voiles.

• Vise la lune et moi la plume.

• Telle une ombre… Je serais là.

• Ravagé… mais là.

• Pour toi et toujours toi.

• Inspire, respire dans notre voie lactée

• Brille de 313 nuances vers ta résilience.

A Fucking love story, un roman à découvrir de toute urgence et à dévorer sans modération !

Un grand merci à Black Ink Éditions pour m’avoir permis de découvrir cette belle pépite livresque en service presse numérique.


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Extrait : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

  Montre-moi l’étoile, celle qui me donnera l’encre pour écrire notre histoire. Jodie  

Plus de deux heures que je suis enfermée dans la buanderie. Assise sur le plan de travail, je regarde les fringues de Marshall tourner dans le sèche-linge. Qu’est-ce qui lui a pris ? Qu’est-ce que j’ai fait ? En une fraction de seconde, il a jeté aux oubliettes toute mon énergie à vouloir tirer un trait sur un « nous ». Comment vais-je pouvoir me le retirer de la tête après ce baiser qu’il m’a offert ? Il m’a retournée, dans tous les sens du terme. Je garde en mémoire le goût de ses lèvres, son parfum qui flotte encore autour de moi, ses mains fermes qui m’enlacent et son sexe battant contre le mien. Si j’avais le pouvoir de revivre un seul moment de ma vie, je prendrais celui-ci. Je ne m’étais jamais sentie aussi vulnérable. Mon corps en tremble encore rien que d’y penser. Il a effacé en un éclair toute ma tristesse, mais il a également fait voler en éclats toutes mes certitudes. Comment vais-je réussir à me relever et avancer sans penser à lui ?

L’avis de Carine sur 100 Histoires du soir: Pour surmonter les soucis du quotidien, dans sa version Audio


✴.·´¯ Titre : 100 histoires du soir ´·.✴

Pour surmonter les soucis quotidien.

.·´¯Auteur : Sophie Carquain

Une lecture à trois voix, avec Julie Pouillon et Cyril Romoli et la participation exceptionnelle de l’autrice, pour accompagner petits et grands avec bienveillance.

Genre : Livre pour enfants

Ebook : 6.99€

Audio : 22.95 € ou Gratuit avec l’offre d’essai Audible puis 9,95 € par mois.

Editions : Hachette livre Marabout

Extrait à écouter sur http://www.audiolib.fr

✴:✴ ★·.·¯´·.✴ Résumé :

Des histoires pour faire face à toutes les situations et aider les enfants à surmonter les petits bobos et les gros chagrins.

Tout comme l’adulte, l’enfant n’est pas à l’abri des soucis de l’existence. Face aux difficultés, il n’a pas tous les outils. Par ses personnages attachants auxquels l’enfant peut s’identifier, le conte lui permet de nouer un dialogue avec son entourage et d’amadouer son anxiété en évoquant, directement ou non, ce qui le trouble. Près de cent histoires pour dédramatiser toutes les situations : peur du noir, cauchemars, entrée à la grande école, disputes, maladie, naissance d’une petite sœur…

Des fiches pratiques expliquent le traumatisme que vit l’enfant et donnent les clés pour l’aider à y faire face.

Une lecture à trois voix, avec Julie Pouillon et Cyril Romoli et la participation exceptionnelle de l’autrice, pour accompagner petits et grands avec bienveillance.

Lorsque vous achetez ce titre, le fichier PDF qui l’accompagne sera disponible dans votre confirmation d’achat envoyée par mail ainsi que dans votre bibliothèque, depuis votre ordinateur.

✴.·´¯·.·★ L'avis✴de✴Nana✴:✴ ★·.·¯´·.✴

Aborder des sujets assez lourds et d’actualités pour un enfants dans une belle simplicité, c’est ce qu’à fait Sophie Carquain avec 100 histoires du soir.

Parler de ses peurs ou de ses préoccupations pour un enfant n’est jamais chose facile. Déjà, ils n’ont pas tous les mots nécessaires à le faire puis, la compréhension n’est pas toujours là sur certains sujets qui les titillent. Mais avec ces histoires courtes, l’enfant va retrouver beaucoup de son quotidien et surtout, des petits soucis auxquels il doit faire face tout au long de sa journée lui faisant se poser mille et une questions. Des petits bobos à la peur du noir, des cauchemars à l’entrée à l’école, de petites aux grosses bêtises, mais aussi le doudou et la tétine. Sophie Carquain aborde également la maladie et l’hôpital, la séparation des parents, les familles recomposées, homoparentales, adoptives, l’arrivée d’un bébé, l’alimentation, les histoires d’écran, la différence et tant d’autres sujets se font une place parmi de jolies histoires avec délicatesse, finesse et compréhension facile.

Ce livre est un excellent support de dialogue entre parents et enfants. Qu’importe le sujet, l’enfant pourra reconnaitre, à un moment donné ses angoisses et se servir alors de l’histoire pour en discuter avec un adulte et passer une nuit plus sereine en dédramatisant les petits tracas quotidiens. Tout comme les parents pourront s’en servir pour nouer le dialogue avec leur enfant lorsqu’ils ont des sujets à aborder et qu’ils ne savent pas comment s’y prendre. D’ailleurs, chaque sujet est accompagné de fiche Psycho-pratiques pour les parents sur le second CD qui vont leur offrir des pistes de réflexions utiles tout en les guidant.

Pleines d’humour, malgré tous les sujets que ce livre aborde, cela reste de belles histoires du soir. Certes, suivant l’âge de loulous, elles peuvent être un peu complexes, mais courtes, pleines de tendresse et parfois de poésies, elles restent néanmoins jolies à écouter et vont ravir petits (et grands). Je me suis souvent surprise à sourire en l’écoutant. C’est beau, bien narré et surtout, très bien réfléchis.

100 histoires du soir, un livre audio composé de deux CD d’une durée totale de 13H29, à lire et à écouter avec parents, grand-parents, ou encore tatie, nounou. Une lecture à trois voix pour surmonter les soucis du quotidien de nos chères tête blondes.

En bref, je vous dirais que tout est dans le titre qui résume parfaitement le contenu de ce livre Audio. 100 histoires du soir pour surmonter les soucis du quotidien.

Un grand merci à Babelbio de m’avoir permis de découvrir ce livre d’histoires en service presse audio.

100 histoires du soir par Sophie Carquain

100 histoires du soir

100 histoires du soir

Sophie Carquaintous les livres sur Babelio.com

L’avis de Carine sur le roman de Ange Edmon, Little Italy chez Black Ink Editions


✧˚₊‧୭⁺‿︵ titre LITTLE ITALY ‿︵⁺୭‧₊˚✧


Auteur : Ange Edmon

Genre : Romance

Editions : Black Ink Editions

Ebook : 4.99 €

Broché : 18€

Audible : 9,95€ avec l’abonnement Kindle ou acheter pour 19,95 €

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Résumé : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Huit mois que Sofia a quitté Little Odessa à New York pour s’installer à Little Italy en Californie.
C’est long…
Enfin non, pas tout à fait.
Youri et elle ont grandi ensemble dans ce quartier où lui est resté, craint et respecté, jusqu’à ce que le poids des secrets fasse voler en éclats leur amitié.
Alors, elle n’est pas prête à l’affronter quand il débarque dans sa ville, ni à s’opposer à tous ces troubles que sa présence occasionne.
Russe, arrogant et diablement sexy, il réveille en elle des sentiments qu’elle ne pensait qu’avoir imaginés.
Du chaud au froid, du mal au bien, du pire au meilleur, ils ne cessent de jouer avec le feu, attisant toujours plus les braises.
Enfermée dans sa colère, Sofia a surtout besoin de lui en vouloir pour ne pas le vouloir lui.
Mais face à cet homme que le destin remet sans cesse sur son chemin, ses certitudes pourraient s’effriter, avant de resurgir devant ses fuites continuelles.

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Mon avis : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Little Italy, une explosion de sentiments ! Un Spin-off qui tient toutes ses promesses et bien plus encore.

Après avoir succombé à Vadim et Lorelia, nous voulions tous l’histoire de Sofia et Youri. On ne pouvait pas faire l’impasse sur ces deux protagonistes aussi chaud que la braise et paradoxalement aussi glacial et dur qu’un iceberg. Mais le chaud soufflant sur le froid, il était inévitable que la glace fonde pour apaiser ce feu qui brûle nos héros. Un feu qui les consume entre colère et attirance. Entre fantasmes et envies de meurtres. Entre le bien et le mal. Entre cette sorcière Russiaddictive et ce Beau Goss exuberof qui trébuche un peu trop sur les verbes compliqués ce qui le rend encore plus attirant et flambeur de petites culottes !

Si différents et malgré tout, si complémentaires. Ils vibrent pour le même but, le bien de ceux qu’ils aiment, mettant en retrait leur propre bonheur. Peu de personnes comptent à leurs yeux, mais elles leur sont si chères… Pourtant, ce n’était pas gagné pour eux qui sont arrivés bien jeunes sur le sol américain et bien seuls. Mais c’est bien connu que ce n’est pas le sang qui fait la famille…. Sofia a perdu tous les siens dans un naufrage alors qu’ils tentaient de rejoindre les État-unis et depuis, son foyer, c’est Lori… Sa sœur, sa fille, sa meilleure amie, sa super copine… Puis s’est rajouté Vadim et elle qui pensait que Youri en faisait aussi partie s’est bien fourvoyée lorsqu’elle a appris qu’ils leur mentaient à tous depuis des années. Un mensonge trop gros pour être pardonné et atténuer sa colère… Tout comme ses absences et ses départs sans un au revoir. Mais Youri a toujours été seul. Continuellement seul et pas toujours compris… Il n’est l’homme de personne et encore moins de cette belle Ruissière qui lui manque bien trop lorsqu’elle n’est pas dans les parages à lui prendre la tête autant qu’elle la lui fait perdre….

Ange Edmon a réussi une fois de plus à m’emporter dans son récit avec la douceur et la justesse de ses mots. Elle a ce don pour nous faire vivre les émotions que vivent ses personnages en nous touchant plus que de raison. J’ai aimé rire avec Youri et Sofia. J’ai aimé leurs colères légitimes et si contradictoires à la fois. J’ai aimé cette famille de cœur dont les liens sont si puissants que n’importe quelle amertume ne peut les faire céder, tout comme j’ai aimé les quelques larmes qui ont dévalé mes joues sans préavis en me délectant de chaque mot qui les ont fait naitre. Entre quiproquos, secrets et vérité, nos héros vont se trouver et se retrouver en faisant face à tous les non-dits et en remuant leur passé pour finalement affronter ce présent qu’aucun des deux ne peux comprendre face à cette attirance qu’ils se sont toujours refusée. Face à ce feu qui les consume et les pousse inévitablement l’un vers l’autre. Face à ce désir incompréhensible et pourtant si évident qui se mélange à cette colère pourtant si puissante. Face à cette passion dévorante qui suinte de chaque mot et nous percute le cœur et les tripes.

Une alchimie parfaite entre deux protagonistes aussi attachiant l’un que l’autre va nous transporter d’un bout à l’autre de Little Italy. À des kilomètres de Little Odessa, et en même temps si près par le cœur. Par les coups dans le cœur et le coup de cœur. Une alchimie juste phénoménale, et une tension sexuelle qui se ressent entre chaque ligne, chaque soupir, murmure, geste, et même ressentiment. Leur relation a du piquant, regorge de sensualité, mais surtout, de profondeur. On découvre nos personnages, on perce leur carapace et on va trifouiller au plus profond d’eux afin d’en connaitre chaque secret. Chaque émotion. Chaque peur ! Leurs joutes verbales et leurs réparties sont extrêmement bien menées et réfléchies, que ce soit dans le plaisir, la colère ou l’émotion. Ange Edmon mène sa barque à la perfection en nous offrant cette belle romance qui se savoure dans une belle fluidité et toujours dans cette poésie qui fait la signature de sa plume.

Et que dire de ce plaisir non dissimulé d’avoir autant de Vadim et de Lori dans le récit ! En même temps, le contraire n’aurait pas été possible. Ils sont une famille et les uns ne peuvent aller sans les autres…

Un grand merci à Ange Edmon pour cette belle lecture et merci à Black Ink Editions de m’avoir permis de la découvrir en service presse numérique.

Extrait :

Je pivote vers cette voix qui embrume mon esprit plus que l’alcool qu’on s’apprête (normalement) à me servir. Le verre apparaît finalement rapidement, encombrant déjà une main. Plus qu’à occuper la seconde… C’est avec mes yeux que je la touche, à quelques centimètres de moi. Je détaille avec attention cette tenue qui l’habille, une robe rouge fendue jusqu’à ses cuisses, à la fois sage et osée, comme elle. Sa poitrine voluptueuse bloque mes prunelles, plus qu’ailleurs. Est-ce qu’elle serait à la taille de mes paumes ? Est-ce qu’elle est aussi douce que ce que j’ai pu imaginer ? Je reviens sur ses yeux, toujours froncés, et son regard qui m’engueule en silence pour mon examen en règle.

— Exact, badiné-je pour l’adoucir.

Mais elle tourne les talons, et se dirige vers la table. Le côté pile me va aussi. Elle près de Lorélia, moi de Vadim. Séparés par le couple phare de ces prochains jours. Tous deux vêtus comme des pingouins, je ne peux faire de l’ombre à mon frère. En revanche, avec sa robe qui semble en velours, écarlate, voire étincelante, Sofia risque bien de piquer la vedette à sa sœur, qui a préféré la sobriété so sexy. Vadim a l’air ravi, et n’a d’yeux que pour celle pour qui il s’est courageusement battu. Dans tous les sens du terme. Les miens ne parviennent pas à se détacher de celle que je me suis toujours refusée. C’est une amitié, qui plus est de longue date, même si elle croit, à tort, que le mensonge était de mise.

PAL & Wishlist du 20 décembre au 2 janvier


Hello les étoiles, il ne reste que quelques jours qui nous rapprochent de l’année 2022 et de ce fait, nous vous espérons une fin d’année pleine de belles surprises. Et en attendant, voici quelques sorties marquantes qui pourraient vous plaire et dont nous vous souhaitant de bonnes découvertes !

  • Editions Addictives 

Le meilleur ami de mon frère : Ana scott vous réserve une surprise pour cette fin du mois de décembre avec un nouveau roman, un nouveau titre et un nouveau thème qui rejoindra vos PAL numériques dès le 22 décembre.

Résumé : Ils vont devoir se supporter un mois. Qui craquera en premier ?
Indépendante et sûre d’elle, Camille mène à Paris la vie dont elle a toujours rêvé : son cabinet d’avocat d’un côté, ses mecs d’un soir de l’autre. Mais quand son père fait un infarctus, elle plaque tout pour soutenir sa famille, qui possède un restaurant étoilé en Bourgogne, au milieu des vignes.
Rester un mois là-bas pour aider ses frères ? C’est déjà un sacrifice. Alors, quand elle apprend que le nouveau chef pâtissier n’est autre que Léo, l’ami d’enfance de son frère qui la déteste depuis toujours, là, ça tourne au supplice !
Léo a toujours été insupportable avec elle et elle est bien décidée à le lui rendre. Seul problème, il est aussi pénible que beau et charismatique ! Et ça complique bien les choses…

  • Black Ink éditions

Kalliopée, tome 2 : Le tribu d’une épouse : Koko Nhan vous donne rendez-vous le 22 décembre avec la suite de de votre Kallioppée aussi badass qu’avide de liberté dont voici le résumé

Résumé : « Un jour, je te libérerai de ces entraves, Shaadi. Tu seras ma femme, mais libre. »
Cette promesse, Kalliopée y croit, mais elle sait aussi qu’il lui faudra être patiente. En attendant, elle refuse que ces joncs entachent les moments qu’elle passe avec Karel. Parfois doux. Souvent éprouvants. Toujours intenses.
Elle a beau tenter d’oublier ces fers soudés à ses poignets, Kalliopée est vite confrontée à l’injustice de sa condition.
Utilisée, manipulée, blessée, elle peut néanmoins compter sur des alliés de taille.
Pourtant, de Lapisia à Viridia, les territoires de l’Union se révèlent toujours plus hostiles. Sans compter les secrets que Karel s’évertue à garder et qui l’entrainent parfois loin d’elle.
Si la princesse aux yeux vairons est tiraillée entre son désir d’émancipation et celui de vivre un mariage heureux, le futur monarque est partagé entre son amour pour Kalliopée et son devoir de fils.
Pourtant, c’est côte à côte qu’ils devront avancer. Et il n’y a qu’auprès de lui qu’elle se découvre épouse et amante. Audacieuse et militante.

  • Loraline Bradern en auto-édition

Enfer au Paradis : Intégrale : Le 27 décembre marquera le retour de Loraline Bradern avec un nouveau titre. Un voyage à Bali où tout peut arriver même l’impensable. Une aventure qui tournera au cauchemar mais, l’amour sera au rendez-vous là où ils ne l’attendaient pas !

Résumé : Ses études à peine terminées, la pétillante Élise compte bien profiter de ses derniers moments d’insouciance en s’offrant des vacances de rêve à Bali.
Aymeric, homme blessé et tourmenté, s’y réfugie aussi quelques semaines pour réfléchir à son avenir.
Ils n’étaient pas faits pour se rencontrer et encore moins se supporter… pourtant, l’île des Dieux semble absolument vouloir les rapprocher.
Alors qu’Aymeric ne recherche que la tranquillité et la solitude, son chemin ne cesse de croiser celui de cette agaçante jeune femme.
Au fil de leurs péripéties touristiques, entre attirance et accrochages, Aymeric et Élise se cherchent sans se trouver.
Mais lorsque l’Impensable survient, ils n’ont plus le choix. Ils doivent unir leurs forces pour survivre aux dangers qui les menacent.
Quand l’Enfer s’invite au Paradis, même les sentiments se déchaînent…

  • Collection Infinity 

Freaks : Dirty Nasty Freaks #3 : Callie Hart vous invite à la version broché de son dernier tome de la série Dirty Nasty. Un bain de sang, trahison et bien d’autres dans cette conclusion si épique.

Résumé : La conclusion épique d’une histoire d’amour entre un tueur à gages et la femme qu’il devait tuer. Fix Marcosa est en guerre. Son champ de bataille : New York. Il connaît la ville comme sa poche. Les ruelles et les allées sombres dissimulent des secrets qu’il est le seul à connaître. Là, quelque part, un inconnu menace la vie de la femme qu’il aime, et Fix est bien décidé à la protéger, même s’il doit faire couler du sang pour cela. Se salir les mains ne l’a jamais dérangé. Et lorsqu’il entre en guerre… il ne perd jamais…

  • BMR 

Black’s soldiers T4 – His to Protect de Lorea Read qui sera disponible dès le 29 décembre en version numérique.

Résumé : Albane travaille dans l’unité scientifique de la police de Fremont. Pour cette jeune femme au caractère flamboyant, rien n’est plus précieux que son indépendance. Alors, quand son frère, policier à Chicago, lui apprend qu’il l’a mise sous la protection d’un membre des Black’s Soldiers, son sang ne fait qu’un tour. Hors de question de laisser un homme la protéger. Et encore moins un biker  !
Cameron, alias Weasel, est l’informaticien des Black’s Soldiers. Têtu et impulsif, il aime les histoires sans lendemain. Lorsque son ami Nolan lui demande de protéger sa sœur, il accepte immédiatement. Il sait que la tâche ne va pas être simple, car Albane est tout sauf docile. Mais la menace qui plane sur elle est de plus en plus forte. Et quand un homme s’introduit chez elle, l’évidence s’impose  : il n’y a qu’au club qu’elle sera en sécurité.
Contre sa volonté, le biker emmène la jeune femme avec lui. Cette cohabitation forcée n’est pas du tout au goût de Cameron qui, tiraillé entre la promesse faite à Nolan de ne pas toucher sa sœur et les charmes de la jeune femme, a de plus en plus de mal à résister. De son côté, Albane, loin d’être insensible au regard perçant du ténébreux biker, se met en tête de le rendre dingue. Comment résister aux charmes de cette furie aux yeux vert-de-gris et à la langue bien pendue  ?

BMR vous donne aussi rendez-vous avec 3 titres en broché que vous pouvez vous offrir pour Noël rien que pour le plaisir même si vous les avez déjà lus en numérique !

  1. 31 jours #1 – Broché de Raquel Hab le 20 décembre –
  2. Il était (au moins) une fois #1 – Broché d’Irulaane le 23 décembre –
  3. Black’s soldiers #3 – Burned Love de Lorea Read le 27 décembre

Voila c’est tout pour aujourd’hui, la team des étoiles vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d’année et vous remercie pour votre fidélité. Nous vous promettant pleines d’autres nouveautés à notre retour des vacances que nous vous les souhaitons très bonnes et radieuses.

Catégories PAL

L’avis de Carine sur le roman de Lia Rose : Ultra, tome 1 : Élevée en captivité Chez Black Ink Editions


════ ⋆★⋆ ════Titre : Ultra, tome 1 : Élevée en captivité ════ ⋆★⋆ ════

Auteur : Lia Rose

Editions : Black Ink

Genre : Fiction / Romance / Fantasy/ Dystopie

Ebook : 4.99 €

════ ⋆★⋆ ════Résumé : ════ ⋆★⋆ ════

Paris 2250. Le monde tel que nous le connaissons a été réduit en cendres. L’humanité est alors divisée en deux : les humains et les mutants.
Izar se bat pour survivre dans la Sphère, une réplique de l’ancien monde où tout est factice. Lorsque le gouvernement l’accuse d’être une mutante, un être agressif et sanguinaire, sa vie bascule en enfer.
Enrôlée par les dirigeants de la Sphère, Izar va découvrir ses pouvoirs, qui elle est réellement mais va aussi se heurter à de nombreux secrets.
Jusqu’à ce qu’elle doive garder le sien : cet étranger aux yeux de démons qui vient la visiter chaque nuit. Son visage la hante. Il s’impose à elle sans prévenir, empoisonne son être, bouleverse ses songes.
Il lui est familier, éveille en elle des désirs incontrôlables. Rencontré dans ses rêves, il va pourtant devenir son pire cauchemar.
Nous sommes vos enfants.
Nous sommes vos amis.
Nous sommes vos voisins.
Nous sommes différents.
Nous sommes mutants.

════ ⋆★⋆ ════ Mon avis ════ ⋆★⋆ ════

Gloire à Black Ink !

La terre pas encore oubliée, année 2021

Et déjà bien tous différents…

Avec ce premier volet de ULTRA : Elevée en captivité, Lia Rose pose les bases d’un roman qui sort des sentiers battus en mélangeant un univers dystopique, fantastique et magique à une romance qui prend forme d’une manière assez particulière entre les songes chimériques et une réalité bidimensionnelle dans un espace temps qui nous force à nous poser des milliers de questions et nous fait tourner les pages les unes après les autres pour en savoir toujours plus.

Izar vient de terminer ses études en archéologie et la voilà prête à rejoindre la bulle dans laquelle elle va évoluer pour servir ce monde aseptisé et sans joie que sont les Sphères. Alors oui, elle est bien consciente que ce nouveau monde leur a permis de continuer à vivre alors que l’ère du Grand vide a englouti l’ancien monde. Oui, la race humaine a survécu et respire sous un soleil et un air factice; aux protocoles ascétiques où la rigueur imposée est telle, que tous sont dénués de toute forme de joie ou de plaisir. Et Izar déteste ce monde… Elle déteste les scientifiques… Elle déteste les drones qui surveillent ses moindres faits et gestes… Elle déteste chaque vaccin qu’on lui impose… Elle déteste même sa propre mère qui se laisse dépérir et ne lui accorde aucune attention… Elle aimerait tant qu’ils aillent tous brûler sous le soleil du monde oublié et qu’on la laisse en paix … Pourquoi autant d’amertume ? Pourquoi n’arrive t-elle à rien apprécier hormis ce petit plaisir qu’elle ressent à chacune de ses escapades dans le monde oublié ? Pourquoi ne rien éprouver face à ce meilleur ami de toujours qui n’aspire qu’à lui ravir son coeur ?

Izar n’est que l’ombre d’elle même jusqu’à ce que l’impensable arrive et qu’elle se retrouve face à une évidence qu’elle ne peut comprendre… et encore moins accepter. Elle n’est pas comme les autres. Izar est une mutante. Et dans les Sphères lorsqu’on est mutant, on est ou chassé, ou enrôlé par les dirigeants pour devenir chasseur à son tour. Izar n’aura d’autre choix que de se plier à se qu’on lui demande et va découvrir petit à petit ses pouvoirs, ce qu’on attend d’elle, l’envers du décor aussi,mais surtout, qui elle est réellement . Elle va se heurter à de nombreuses réalités, tout comme à ses songes qui la maltraitent nuit après nuit, mais également, à beaucoup de secrets, la mettant dans une incompréhension totale et une colère noire. Qui est cet homme dont elle rêve chaque nuit et qui semble la connaitre plus qu’elle ne se connait elle même ? Quelle est l’étendue de ses pouvoirs et qu’attendent-ils tous, d’elle ? Qui croire ?

Lia Rose nous emporte dans une première partie qui pose non seulement les bases, mais qui nous plonge dans une destinée que l’on découvre au même rythme que notre héroïne. Une intrigue parfaitement mise en place dans un monde très bien imaginé par l’auteur et dans un mélange de genre pas facile à mettre en place et qui pourtant, tient parfaitement en haleine par son mystère. Ultra n’est pas une lecture addictive dans le sens où l’on ne peut pas s’arrêter de lire dans un rythme effréné. Non. Ultra m’a rendu addict en m’emportant dans une tonne de questionnements, de pistes à suivre, de dimensions possibles, ou encore vers des rêves chimériques que l’on souhaite tant qu’il soit réels pour certains, moins pour d’autres. Trier le possible de l’impossible, démêler le faux au vrai ou encore essayer que tout soit lié dans une vérité unique en reliant le monde et le temps. Voilà ce qui a retenu toute mon attention: Izar découvrant et nous faisant découvrir tant de choses, en semant elle-même ici et là un maximum d’indices dont elle ne se doute même pas de l’importance pour le moment. Je ne suis pas claire ? C’est bien possible et pourtant c’est bien ce méli-mélo qui donne à ce roman toute son intensité. Car si au final tout se tient, l’auteur aura réussi là une belle performance et surtout un scénario dément.

Izar est une héroïne avec une grande force de caractère. Elle est tenace, obstinée, solide et face aux secrets et aux trahisons, elle n’aura pas d’autres choix que de s’endurcir encore plus. Mais on ne peut pas savoir comment elle va évoluer et jusqu’où l’étendue de ses pouvoir ira. Tout ce que je sais, c’est que j’aime la voir grandir, la voir devenir une battante pour ceux qu’elle aime et son côté rebelle envers ceux qu’elle déteste. Elle se cherche et se trouve. Pas toujours sereine de se découvrir, car elle même, a du mal à se faire confiance.

Et que dire de la passion qui la dévore face à cet inconnu sexy et mystérieux qui souffle autant le chaud que le froid ? Passionnel ? Réel ? Utopique ? Où et quand se situe cette passion dévorante qu’elle ressent pour lui ?

Tant de questions dont j’ai hâte de connaitre les réponses !!! Vite le tome 2 ! Siou plait !!!!

Un grand merci à Black Ink Editions pour la découverte de Ultra: Elevée en captivité en service presse numérique.

════ ⋆★⋆ ════ Extrait ════ ⋆★⋆ ════

Gloire à Ernest

Sphère Tre, année 2251

— Matricule, prénom, âge, taille, poids et diplôme, lance l’Assistante d’une voix monocorde.

Je fixe la femme qui se tient en face de moi. D’elle, je ne discerne rien d’autre qu’une silhouette. Je dois deviner les traits de son visage camouflés par un voile blanc. Tout son corps est recouvert de tissu immaculé, jusqu’à ses mains gantées. Elle s’est adressée à moi d’un ton robotique. J’imagine que c’est ce qu’on devient quand on répète inlassablement les mêmes phrases, les mêmes gestes, chaque jour, depuis plusieurs années.

— Matricule 6ΨW. Izar, vingt-trois ans. Un mètre soixante-deux, cinquante-quatre kilos. Étudiante en archéologie.

Je ne suis qu’un numéro de plus pour elle. Pour tous ces scientifiques. Je ne suis pas considérée comme un être humain, simplement comme un corps capable de se rendre utile pour notre société. C’est ce que nous sommes tous.

Elle hoche à peine la tête après avoir vérifié ces informations sur un écran projeté par un drone. Je discerne la photo d’une jeune femme au teint pâle et dont les cheveux d’un brun foncé sont relevés en un chignon de rigueur. J’ai du mal à me reconnaître sur l’écran avec ce rictus fiché sur mes lèvres. Les sourires authentiques se font rares de nos jours.

— Louée soit l’influence de notre Père, s’exclame-t-elle pieusement en m’ordonnant d’avancer.

— Gloire à Ernest, marmonné-je à contrecœur.

Je mords ma joue jusqu’au sang et serre les poings tant cette simple suite de mots m’arrache la bouche. Je déteste ce protocole. Je déteste ce monde. Je déteste ces scientifiques. Qu’ils aillent tous brûler sous le soleil du Monde Oublié.

Mais je suis obligée de m’y conformer. Si je n’avais pas répondu, ils auraient pu me considérer comme une hérétique, une rebelle, une récalcitrante à l’ordre établi depuis plus de deux cents ans, et j’aurais fini par moisir dans une de leurs cellules en attente d’être utile pour la science. Sans mon consentement.

Mais comment me demander de remercier un vieux croûton mort il y a plusieurs centaines d’années et qui a érigé ce mode de vie de merde ? Cet Ernest nous a emprisonnés dans un monde aseptisé, a transformé notre existence en une vie morne et dénuée de toute forme de joie.

Ah ça, oui, nous avons survécu à l’ère du Grand Vide. Si nous respirons, c’est grâce à la construction de ces structures qu’ils appellent Sphères, aux protocoles installés et à la rigueur imposée.

Vivants. Tu parles.

C’est à peine si nous survivons.

Le centre de vaccination s’érige devant moi. Il a la forme d’un bloc de pierre rectangulaire aussi blanc que de la craie. Je me dirige vers l’ouverture en forme d’arche qui m’engloutira bientôt. Je ne peux distinguer l’intérieur. C’est aussi sombre et peu accueillant que les antres de l’enfer.

Un frisson me parcourt lorsque je pénètre au cœur du centre. Le plafond est si haut qu’il est indiscernable, surtout que des lampes en forme de cercle diffusent une lumière aveuglante. En face de moi, le ballet incessant des Assistantes voilées de blanc me donne le vertige. Elles se croisent et se recroisent, disparaissant derrière des rideaux écarlates s’étalant sur toute la surface, à perte de vue. J’ai l’impression d’être dans un abattoir.

L’avis de Carine sur Just for Christmas, un roman d’Izia  Soley chez Addictives Editions


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Titre : Just for Christmas ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Auteur : Izia Soley

Genre : Romance

Editions : Addictives

Ebook : 4.99 €

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Résumé : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

All I want for Christmas is YOU !

À cause de sa phobie de l’avion, Loah, qui a promis à sa meilleure amie de venir fêter Noël à New York avec elle, accepte de faire la route en compagnie d’Eliel.
Sauf que passer cinquante heures enfermés dans une voiture n’est pas aussi simple qu’il y paraît. En particulier lorsque celui qui partage ce covoiturage est aussi séducteur qu’incroyablement secret.
De Salem à New York, le voyage va se révéler aussi périlleux que déjanté et addictif pour la journaliste et le chasseur de trésors. Deux cœurs esseulés peuvent-ils parvenir à se rencontrer grâce à la magie de Noël ?

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Mon avis : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Just for Christmas, une magnifique romance de noël coup de cœur écrite à quatre mains en symbiose parfaite et qui se liguent pour nous faire vibrer au plus profond de nous même.

Prêt(e)s pour un road trip sous le signe de Noël ? Alors en voiture !

Et c’est avec Loah et Eliel que nous allons prendre la route et avaler les kilomètres qui séparent Salem dans l’Oregon à la Big Apple ! Loah à peur de l’avion et pas que. Et pour honorer la promesse qu’elle a faite à sa meilleure amie de passer les fêtes ensemble à New-York, pas d’autre choix que d’accepter de faire du covoiturage avec le pote du frère de ladite meilleure amie qui doit se rendre aussi dans le New Jersey. Un voyage qui s’annonce stressant pour Loha qui a du mal à rester de marbre face à cet homme qui flirte entre l’arrogance et l’inconvenance, mais qui contre toute attente, lui inspire une confiance perdue depuis bien longtemps. Il comblerait presque ce vide intersidéral qui la ronge depuis des années et les peurs qui la dévorent… Et pourtant, elle ne sait rien de lui… Mais les kilomètres qu’ils vont partager, vont créer des liens où chaque première fois compte. Où se créer des souvenirs compte. Où découvrir qui on est, nous mènera à savoir qui on veut être. Un Noël qui sera plus que déstabilisant pour Loha qui devra composer avec les fantômes qui hantent ses ombres face à celui qui la mènera vers la lumière. Mais tel un lapin pris dans les phares d’une voiture, l’éblouissement risque de faire bien mal.

Just for Christmas a été pour moi une lecture coup de cœur et plus encore. Je pourrais même dire coup de foudre ! Forte, passionnelle et tourmentée. J’ai été percutée par l’intensité de cette histoire Je ne peux vous parler du thème qui m’a totalement conquise et encore moins de la psychologie des personnages qui est menée cependant, à la perfection pour que tout se tienne. Impossible sans vous spoiler. Ce que je peux néanmoins vous dévoiler, c’est que les plumes des deux auteurs ont réussi à me toucher, m’emporter et me faire fondre d’un bout à l’autre. Me surprendre? Beaucoup. Autant par la trame que l’originalité de l’histoire. Me faire rire? Aussi. Et pleurer? Souvent. Nous sommes loin d’une romance guimauve et mièvre de Noël. Non, là nous sommes dans une romance comme je les aime ! Avec un vrai thème, une vraie psychologie, un vrai drame, une vraie reconstruction. Des vraies émotions ! Incapable de la lâcher, car les auteurs ne ménagent pas leurs héros et nous avec. Des héros que la vie n’a pas épargnés et qui vont nous toucher plus que de raison autant par leurs faiblesses que par leur force, leurs peurs, leur amour aussi fort et leur ténacité. Ils sont aussi fracassés émotionnellement l’un que l’autre par un passé avec lequel ils devront composer s’ils désirent se reconstruire et créer un avenir. Reste à savoir si à deux ils peuvent se réparer ou si à contrario, cela ne peut qu’ouvrir des brèches plus importantes dans leurs fêlures.

Entre la féérie de Noël, les rebondissements et les fantômes du passé, nos protagonistes illuminent de leur aura cette romance pas comme les autres.

La magie de Noël sera-t-elle au rendez-vous ? Ne dit-on pas que dans la vie il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous ?

Just for Christmas à lire de toute urgence !

Un grand merci aux Éditions Addictives pour ce merveilleux moment de lecture en service presse numérique.

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Extrait : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

– Vaughn ! interpellé-je le gardien de l’immeuble. C’est Loah. Cette saloperie s’est encore bloquée !
– Cette fois, j’en ai marre, râle le quinquagénaire dans un grésillement affreux pour mes tympans. Cinq minutes et je relance le monstre, petite. Ensuite, je passe un coup de fil au propriétaire. Il va m’entendre, cet abruti de…
Une flopée d’insultes s’envole puis diminue à mesure que Vaughn semble s’éloigner. Seulement alors je me retourne sur l’inconnu. Ce dernier, la tête penchée sur le côté, me sourit. Encore. En moins arrogant certes, mais avec tout de même une pointe d’insolence. Bon, à sa décharge, j’imagine que faire littéralement bugger une fille en l’ayant tout juste frôlé du regard a de quoi gonfler l’ego. Cela étant dit, ce qui se trouve autour de ses yeux n’est pas mal non plus… Des mèches châtains coiffées en un désordre calculé effleurent son front tandis qu’un léger voile plus foncé couvre sa mâchoire qui se contracte soudain. J’analyse longuement cette dernière. Peut-être trop, d’ailleurs, si j’en crois sa bouche, courbée en un pli sensuel, qui se pince fort. À contrecœur, je m’en détache pour tomber sur son torse caché par un manteau d’un bleu sombre dont l’ourlet arrive à mi-cuisse. Opérant le chemin inverse, mon regard retrouve le sien qui me scrute sous un sourcil arqué.
– À présent que nous sommes presque intimes, il serait peut-être temps de passer aux présentations, non ? raille-t-il d’une voix rauque, légèrement ébréchée, qui n’arrange en rien le désordre dans mes cellules nerveuses.
– Intimes ?
– Vous venez de me détailler encore plus attentivement que le fait ma mère après six mois sans me voir, ricane-t-il.
– Désolée, m’excusé-je dans un rire. C’était assez malpoli de ma part, j’avoue.
Le coin de ses commissures se relève, rehausse sa pommette gauche. Puis il s’adosse à la paroi métallique, fourre ses poings dans les poches de son jean en écartant les pans de son manteau et, d’un timbre coulant, il rétorque :
– Aucun souci. J’ai connu pire qu’une jolie femme me dévorant des yeux.
– Et j’ai connu mieux comme phrase de drague.
– On vous drague souvent ?
– Pardon ?
– Vous prétendez connaître mieux. Du coup, je m’intéresse. Soit vous vous faites draguer souvent et, là, votre expérience est assez significative pour en juger. Soit ce n’est pas le cas et donc j’ai le droit de ne pas me fier à votre remarque. J’aimerais juste savoir où me situer…
– À la frontière entre l’arrogance et l’inconvenance, voilà où vous vous situez.
Un rictus satisfait fend son visage et provoque, par je ne sais quel stratagème, un sourire amusé sur le mien.
– J’aime assez. Je devrais tenter la panne d’ascenseur plus souvent.

Just for Christmas, d’Izia Soley, histoire intégrale.

PAL & Wishlist de la semaine du 13 au 19 Décembre 2021


Hello les Étoiles! Peu de sorties pour la Team cette semaine, que du numérique, mais pour notre plus grand plaisir des histoires aussi diverses que variées. En avons-nous quelques unes en commun?

Aux Éditions Addictives, trois sorties numériques très attendues cette semaine:

  • Too Young for me, de Emily Kind qui sortira ce lundi 13 Décembre. 

Résumé: Deux interdits pour le prix d’un : elle risque le tout pour le tout !

À son retour de Nouvelle-Zélande, Macksim Halen emménage pour quelques semaines chez Oscar avec qui il a créé un réseau de clubs de strip-tease, le Naughty Dreams. Il décide de tester incognito l’un de ses clubs et tombe sur Midnight, une cam girl de 20 ans qui n’a pas froid aux yeux. Entre Macksim et Midnight, l’attraction est immédiate et n’a rien de virtuelle. Sauf que Midnight, de son vrai nom Sol, n’est autre que l’insolente fille d’Oscar, l’ami et associé de Macksim. 

Évidemment, les parents de Sol ne sont au courant de rien. S’ils découvrent son job secret, elle est fichue ! Et si en plus ils se rendent compte que Macksim et Sol s’adonnent au jeu de la séduction, alors là ce sera la fin de tout, pour l’un comme pour l’autre. Mais au lieu de faire profil bas, Sol ne peut s’empêcher de provoquer Macksim, qui est loin de rester indifférent… Est-ce qu’à force de jouer avec le feu, les deux amants interdits ne vont pas se brûler les ailes ?

  • le deuxième volume de The boy on Fire, signé Emma Green qui sortira ce 15 Décembre.

Résumé: Il a le feu en lui. Acceptera-t-elle de se brûler les ailes ?

À 21 ans, Jagger l’éternel joueur n’a toujours pensé qu’à lui et à profiter de la vie. Mais aujourd’hui, il doit voler au secours de Kasper, son petit frère de 17 ans tombé dans une secte.

Là-bas dans l’outback, au fin fond du désert australien, on ne joue pas, on ne sourit pas, et surtout on respecte les règles sous peine des pires châtiments. Car de cet endroit qu’on appelle Le Cercle, on ne revient pas. 

Pour infiltrer cette communauté secrète et en sortir son frère, Jagger accepte d’épouser Nell, une fidèle disciple aussi fermée qu’indéchiffrable. 

Mais derrière ses yeux vairons troublants, la mystérieuse blonde se révèle moins douce et docile qu’elle n’y paraît. Et le fougueux Jagger, qui pensait ne jamais tomber amoureux, va devoir faire l’impossible choix : son frère ou l’amour ? Sa liberté ou le risque de tout perdre ?

  • EROS. Égoïste, rancunier, odieux, sexy de Marion Laurent qui sortira ce 17 décembre.

Résumé: Il la méprise, elle le hait. Mais il la prend pour quelqu’un d’autre et elle compte bien en profiter.

S’il y a bien un individu au monde que Lucia déteste autant qu’elle aime passionnément, c’est Eros Moretti, le garçon le plus arrogant, sûr de lui et un peu connard sur les bords qu’elle ait jamais rencontré. Pourtant, Lucia a toujours craqué secrètement pour le regard de braise du jeune homme, son sourire insolent et son corps de sportif.

Quand elle le croise par hasard dans un bar de Florence, après l’avoir perdu de vue pendant deux ans, Lucia perd ses moyens. Eros a toujours été odieux avec elle, aucune raison que ça change. Mais contre toute attente, ce dernier la confond avec Giulia, sa sœur jumelle et accessoirement son ex, avec qui il semble vouloir remettre le couvert. Jouer le jeu et se glisser dans la peau de sa jumelle auprès d’Eros ? C’est terriblement tentant. Mais se montrer à l’aise et s’amuser dans des fêtes est un sacré challenge quand on est surnommée « l’intello » !

Lucia parviendra-t-elle à s’immiscer dans cet univers qu’elle exècre ? Et surtout… réussira-t-elle à duper Eros ?

Chez Black Ink Éditions, I put a spell on you, sortira ce 15 Décembre, un premier tome signé Max L. Telliac. 

Résumé: Rosena et ses deux sœurs forment un redoutable trio de traqueuses.

Leur job ? Pourchasser des sorciers aux intentions obscures. Les récents événements les poussent sur une piste inquiétante : des humains sont retrouvés lobotomisés.

Sur la route de la jeune chasseuse se dresse Alistair, un puissant sorcier, aussi charismatique que ténébreux.

Leur animosité réciproque se trouve décuplée quand ils s’aperçoivent qu’un mystérieux sort les unit tous deux et les empêche de s’entretuer.

Chacun devra composer avec son ennemi naturel pour lever le voile sur la machination qui les dépasse. Et quand l’attirance magnétique qu’ils ressentent l’un pour l’autre s’invite dans l’équation, le danger rôde là où on ne l’attend pas.

Au fil de nombreuses épreuves, du cœur des enfers aux voyages dans le temps, les deux aimants de polarité inverse finiront-ils par fusionner ?

Et si de toutes les potions, le philtre d’amour restait le plus puissant?

Merci les étoiles pour votre attention, bonne lecture et à la semaine prochaine!

PAL de la semaine du 06/12 au 12/12


Hello les étoiles, la team vous propose pour cette semaine une petite pile à lire  constituée de sorties en papier et en numériques. Nous vous souhaitons bonne lecture !

BMR 

263056066_653875529114611_2092410034355735903_n

  • Bad girl Good cop de Wendy Thévin sera disponible en papier le 6 décembre. Ce roman est précédemment paru sous le titre de Effet Miroir.

Résumé : Pour fuir ses problèmes, Ana est obligée de trouver refuge chez sa sœur Julie, aux Etats-Unis. Contrariée à l’idée de rejoindre sa jumelle qu’elle déteste, la cohabitation prend une toute autre tournure lorsqu’Ana rencontre Melvin, le petit ami de sa soeur. Tous les deux sont aux antipodes  : Ana, la fêtarde, sexy et autodestructrice, et Melvin, le policier rangé, froid et mystérieux. Sous l’influence de Julie, Melvin reste méfiant. Et pourtant, il ne sait rester insensible face à la passion et aux fêlures d’Ana.
Melvin souhaite sauver Ana de ses démons, tandis qu’elle voit en lui un moyen de se venger de sa sœur… Mais n’y a-t-il vraiment que ça entre eux  ?

Résumé : Douze humaines se retrouvent bloquées sur une planète extraterrestre hivernale. Et comme par hasard, je suis l’une d’entre elles. La chance, n’est-ce pas  ? Et comme si ce n’était pas assez, notre nouvelle maison produit une sorte de gaz toxique qui nous tue à petit feu. Nous devons accepter qu’un insecte adapte nos corps pour survivre dans cet endroit brutal. Sauf que mon insecte, ce crétin, pense que je devrais être la compagne du plus grand et du plus grincheux extraterrestre du groupe, Raahosh. Lui aussi pense que l’insecte a raison, alors il me kidnappe et m’emmène loin du groupe, déterminé à me faire craquer pour lui.
Il ne sait pas à qui il a affaire.
Et si je n’avais pas autant envie de lui arracher ses vêtements (merci, insecte), je lui dirais exactement ce que je pense. En l’état, je fais de mon mieux pour lutter contre cette attirance démesurée. Même si c’est plus facile à dire qu’à faire…

  • Moon – tome 3 de Eva Dupea rejoindra vos piles à lire en papier le 10 décembre.

Résumé : En se rendant au rendez-vous dans la cour du Mûrier, Even a eu un accident de moto. Il est plongé dans le coma. Comble du malheur, Lexie apprend qu’elle n’est pas l’élue de son cœur  : il aurait, avant sa chute, demandé Amélia en mariage…
Lexie décide de tout révéler à Tom  : sa trahison et la vérité sur les sentiments qui la lient à Even. La voilà désormais seule à Paris. Mais quelques mois plus tard, Tom accepte de la revoir et de reprendre doucement leur histoire… Lexie essaie de s’impliquer dans leur relation, mais malgré les peines et les trahisons, Even garde une place particulière dans son cœur. Entre passion et raison, saura-t-elle faire un choix  ?

Editions Addictives 

  • Wild Bikers : Rendez-vous après demain, 7 décembre, avec le nouveau roman de Caroline Sauvage.

Résumé : Il ne croyait pas en l’amour, il ne pourra plus se passer d’elle.
Alors qu’elle vit dans la rue depuis deux mois, Texas sauve la vie d’un homme, sans savoir qu’il fait partie du club de bikers des Savage Tigers. En faisant cela, elle est loin d’imaginer qu’elle va se faire kidnapper sur l’ordre de Blake, le président du club. Mais si ce dernier changeait la vie de la jeune femme ? Et si son avenir, c’était lui ?
Tout ce qui compte pour Blake, c’est son club et venger son père, abattu dans de sombres circonstances. Froid et autoritaire, il collectionne les femmes et n’est jamais tombé amoureux. Mais ça, c’était avant de croiser le regard noir et envoûtant de Texas.
Quels sombres secrets cache Texas ? Et si elle était la clé du passé de Blake ?

Black Ink éditions 

Résumé : Détroit. Entre la violence et la pauvreté, la vie de Marshall est comme un disque rayé qui joue continuellement le même son. Cumulant les galères, ce jeune rappeur de 24 ans travaille d’arrache-pied pour atteindre son but : le succès. C’est sa seule option pour s’en sortir. La seule cible qu’il vise. Un leitmotiv qui lui interdit toute déviation, toute distraction et tout plaisir.
Jusqu’au jour où Jodie, cette jeune étudiante persécutée qui rêve de quitter la ville, entre dans sa vie. Elle fait face à la haine de ses camarades, l’absence de sa mère et la misère ambiante.
Malgré son attirance pour elle, Marshall refuse de l’entraîner dans son monde où règne le chaos.
Elle décèle ce qu’il y a de plus noir en lui mais parvient surtout à canaliser cette rage. Leur relation est impossible, pourtant résister devient de plus en plus difficile.
Si rien ni personne ne peut l’arracher à sa ligne de conduite, le destin pourrait bien en décider autrement…

So Romance 

  • Ligati per Siempre #3 de C. Rozart : À paraître le vendredi 10 décembre : la suite et dernier tome de la saga « Chardon bleu » ! Êtes-vous prêtes à retrouver Eliza et Silver ?

Résumé : Il suffit d’une rencontre mouvementée pour perdre le contrôle de sa vie…⠀
Éliza est une jeune femme partagée entre son métier d’éducatrice, son conjoint Nathan, et sa fille de 3 ans : son unique rayon de soleil. Elle mène une vie bien rangée et orchestrée, parfois trop.⠀
Un soir, en route pour son cours de zumba, elle se retrouve au mauvais endroit, au mauvais moment : elle croise la route d’un groupe d’hommes armés en lutte contre un forcené. Elle réchappe de cette altercation mouvementée grâce au mystérieux Silver, le chef du groupuscule. Pour la soumettre au silence sur cette affaire top secrète, il la soustrait à sa vie, durant un mois. Le cauchemar se transforme petit à petit en opportunité pour une nouvelle vie… ⠀

Ena l

Parfait ou presque: (Eh ! Une panne, ça arrive à tout le monde !) de Ena L qui sera disponible le 8 décembre prochain.

Résumé : Moi, c’est Ilyan. Trente ans, canon (ce n’est pas moi qui le dis !), friqué (les comptes en banque ne mentent jamais), intelligent (regardez mon job !), sociable (regardez mon répertoire !), et le coup du siècle (les petites culottes non plus ne mentent jamais).
En gros, je suis le mec parfait, le gendre idéal. C’est comme ça que tout le monde me qualifie depuis toujours.
Enfin… ça, c’était avant cette histoire de panne. Ou plutôt cette histoire de pannes au pluriel.
Soyons réalistes : on peut être le plus beau gosse de la Terre, si on n’arrive pas à la lever, c’est la fin de tout.
Je suis prêt à tout essayer pour refaire fonctionner la machine.
Tout ? Oui, vraiment tout, je vous jure. J’irai même jusqu’à pactiser avec cette femme démon qui se dit ma collègue de travail.
Tel un aventurier des temps modernes, je me lance à la recherche de la raideur perdue… Souhaitez-moi bonne chance.

Merci les étoiles et à la semaine prochaine pour une nouvelle PAL !

260771674_890682568482497_1989826136557237560_n

Catégories PAL

L’avis de Carine sur le premier épisode de The Boy on Fire des Emma Green Chez Addictives Editions


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Titre : The Boy on Fire 1/3 ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Auteurs : Emma Green

Genre : Romance

Editions : Addictives

Ebook : 4.99 €

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Résumé : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Il a le feu en lui. Acceptera-t-elle de se brûler les ailes ?

À 21 ans, Jagger l’éternel joueur n’a toujours pensé qu’à lui et à profiter de la vie. Mais aujourd’hui, il doit voler au secours de Kasper, son petit frère de 17 ans tombé dans une secte.
Là-bas dans l’outback, au fin fond du désert australien, on ne joue pas, on ne sourit pas, et surtout on respecte les règles sous peine des pires châtiments. Car de cet endroit qu’on appelle Le Cercle, on ne revient pas.

Pour infiltrer cette communauté secrète et en sortir son frère, Jagger accepte d’épouser Nell, une fidèle disciple aussi fermée qu’indéchiffrable.
Mais derrière ses yeux vairons troublants, la mystérieuse blonde se révèle moins douce et docile qu’elle n’y paraît. Et le fougueux Jagger, qui pensait ne jamais tomber amoureux, va devoir faire l’impossible choix : son frère ou l’amour ? Sa liberté ou le risque de tout perdre ?

***

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Mon avis : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

C’est avec un thème qui n’est pas souvent abordé dans la romance que les Emma Green nous offrent ce superbe Spin-Off de The boy next room. Un sujet dérangeant qui touche et surtout, qui révolte ! Un retour dans l’Out Back, dans ce Bush Australien aux couleurs ocres, où les auteurs nous ont fait rêver et voyager dans The Boy next room, mais pas ici. Ici le Bush nous laissera un goût amer et les Emma Green seront les gardiennes d’une prison qui n’a rien de doré.

Jagger n’a pas d’autre choix que de s’enrôler chez « Les Bienheureux » pour tenter de convaincre son petit frère Kasper de quitter au plus vite cette secte qui n’a rien de bienheureuse. Le Cercle… où les règles sont sans pitié, où les punitions pleuvent au gré d’un Saint qui n’a rien d’un ange. Le Diable… Voilà ce qu’il est. Et Jagger va vite comprendre que lorsqu’on entre dans le Cercle… On n’en ressort pas ! De plus, le voilà marié du jour au lendemain à une fille qu’il ne connait même pas. Lui le coureur de jupons qui ne s’est jamais pris au sérieux et qui chérissait jusqu’alors une liberté qu’il n’est pas prêt de retrouver. Non, impossible même. Car face à l’amour qu’il porte à son frère, face aux sentiments qui vont commencer à naître pour cette fidèle du Cercle pas si fidèle, Jagger voit l’étau se resserrer autour de lui jour après jour. Et il aura beau jouer de son arrogance légendaire pour ne rien montrer, pour ne pas s’attacher et ne pas dévier de son objectif, il va cependant se rendre compte qu’il n’est pas le seul à jouer… Pas le seul à cacher ses blessures et ses secrets. Et ce n’est pas seulement le Cercle qu’il devra affronter, mais aussi cette jolie blonde très froide de prime abord, aux yeux de sorcière qui n’a pas la langue dans sa poche.

Une fois de plus les plumes des Emma Green m’ont envoûtée dès les premières lignes en nous plongeant dans une atmosphère dérangeante, anxiogène et pourtant, paradoxalement, non dénuée d’humour et de moments tendres. Il faut dire que le duo, Jagger et Nell se marie à la perfection, autant dans leurs caractères que dans leurs objectifs jusqu’à ce que ces derniers deviennes un réel problème pour chacun d’eux. Des personnages haut-en couleurs bridés par des règles qui vont à l’encontre de ce qu’ils sont. De qui ils sont. De ce à quoi ils aspirent… Des règles qu’ils se doivent de suivre pour mener leur plan à bien tout à s’affrontant mutuellement pour ne pas se rapprocher. Et c’est dans une alternance entre des moment tendres et douloureux, piquants et joueurs à l’image de Jagger, et pleins d’humour que nos auteures nous emportent dans un récit pleins de promesses.

Un épisode qui pose certes les bases de l’enfer du Cercle en immersion totale en son coeur, mais qui ne manquera pas de nous faire vivre des myriades d’émotions et de tensions entre les manipulations et la violence de cette secte. Entre ce manque de liberté, de confort, d’amitié ou encore d’amour, qu’il soit fraternel ou pas. Car un seul doit être aimer, idolâtrer et il se nomme Le Saint. Jagger réussira t-il à faire entendre raison à Kasper ? Et si pour sauver Kasper il devait se perdre ? Tout perdre ?

Un épisode plus qu’addictif et passionnant qui ne peut se lire que d’une traite avec une intrigue très bien menée alternant les points de vues de nos protagonistes qui nous permettent de mieux les comprendre et les aimer, qu’importe leurs choix, leurs actions ou encore leurs réactions face au Cercle.

Une fin qui nous laisse sur un cliffangher qui donne des sueurs froides et des palpitations au coeur qui ne cesseront qu’au début de la lecture du second épisode… Et encore… Car là encore, on ne sera épargné par rien. Non rien de rien.

Un grand merci aux Editions Addictives pour la lecture de ce premier épisode en service presse numérique et pour leur confiance.

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Extrait : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

– Bienheureuse Nell, bienheureux Jagger, le Saint a décidé de votre union. Elle sera célébrée ici même demain, dès le lever du soleil. Votre rite de purification aura donc lieu aujourd’hui.
Le type aux épaules carrées et à la chemise bleue aussi claire que les veines gonflées sur ses tempes vient de débiter sa sentence d’une voix martiale, puis nous quitte aussi sec en repartant d’un pas rapide.
– Salut. Je suis Jagger, donc.
Il y a encore un sourire dans sa voix. J’en vois un autre traverser son visage. Je ne suis pas du genre à la fermer, mais ça me laisse bouche bée.
– Tu aurais pu plus mal tomber, non ?
Son impertinence n’a pas d’égal.
– Tu devrais sourire un peu plus, ça fait du bien, continue-t-il en plissant ses beaux yeux clairs.
Gris. Ou peut-être verts. Un peu en amande, difficile d’y voir clair. Le garde à sa droite se racle la gorge pour lui signifier de se taire. L’insolent se fend d’un nouveau sourire, presque diabolique, puis ricane d’une voix étouffée. Je le fusille du regard, il hausse les épaules et lève plusieurs fois ses sourcils comme pour me provoquer.
– Laisse-moi deviner, tu ne m’aimes pas beaucoup, c’est ça ?
– Non, je te déteste déjà.
– C’est dommage, mais c’est franc, au moins.
– Être beau ne suffit pas, gros malin.
– Ah oui ? Regarde-moi d’un peu plus près, pour voir ?
– Ici, on ne sourit pas, on efface cet air conquérant et on courbe le dos, c’est compris ? Ne m’attire pas d’ennuis.
– Ouuuh… Pas marrante, la nouvelle.
– C’est toi qui es clairement nouveau, ici. Donc laisse-moi t’expliquer…
– Tu crois vraiment que je suis du genre à écouter une emmerdeuse comme toi qui a pour unique principe de tirer la tronche ?
– Qui tu viens de traiter d’emmerdeuse, enfoiré ?!

The Boy on Fire, d’Emma Green, volume 1 sur 3.

PAL de la semaine du 29 novembre au 5 décembre !


Hello les étoiles, voici quelques sorties de la semaine, on espère que vous y trouverez votre bonheur !

  • Carolina Costa

Amour, flocons et poils de chat, après la sortie ebook, Caroline Costa et Bookmark vous donnent rendez-vous avec la sortie du broché de cette romance de Noël qui sera disponible dans les librairies dès demain !

Résumé : Forcés de cohabiter dans un chalet perdu au cœur de la Laponie, Florine et Aleksandar vont vivre un Noël pour le moins… inattendu. Fauchée, Florine n’avait rien prévu pour les fêtes. Alors quand on lui propose de partir au fin fond de la Laponie pour restaurer des peintures, elle n’hésite pas une seconde. Dans ce chalet perdu au milieu de la neige, elle pourra enfin travailler seule… avec son chat ! Lassé des éternelles frasques de son ex-petite amie, Aleksandar décide de rentrer chez lui plus tôt que prévu. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne s’attendait pas à tomber sur une belle inconnue recouverte de peinture, accompagnée d’un chat qui fait déjà comme chez lui ! Mais si la cohabitation commence mal, ces deux êtres malmenés par la vie pourraient bien découvrir qu’ils ont plus que l’amour de l’art en commun.

  • Editions Addictives 

Ride Fast, Love More de Lexie Tales qui sortira le 30 novembre dans sa format ebook.

Résumé : Un road trip initiatique, dans tous les sens du terme !
La France, c’est fini pour Lola : trop de mauvais souvenirs sont rattachés à son pays natal.
Alors qu’elle se jette à corps perdu dans son road trip à travers les États-Unis, elle fait escale à Arden, un village tranquille du Nevada.
Mais elle va vite se rendre compte que la bourgade est en fait le lieu de rendez-vous des Phœnix, un inquiétant club de bikers.
Parmi eux, Tygger, le plus macho et horripilant de tous, prend un malin plaisir à lui montrer qui commande : il compte bien jouer avec elle, jusqu’à ce qu’elle craque. Et alors que Lola découvre avec lui l’envie dévorante et le vrai plaisir, son road trip devient de plus en plus initiatique…

Beau, sexy, drôle… mais interdit ! Camilla simon inaugurera les festivités du mois décembre avec son dernier titre qui sortira en ebook.

Résumé : Quand un coup d’un soir vire au cauchemar !
Ward ne voulait qu’une seule chose en revenant de sa dernière tournée de concerts avec son groupe de rock : profiter de son célibat à fond !
Il déchante vite quand il apprend qu’il va devoir coacher la nouvelle saison de « A Golden Talent », une émission musicale en quête des talents de demain.
Mais quand il retrouve la jolie brune avec laquelle il a vécu une aventure aussi intense qu’éphémère parmi les candidats, il se dit que tout n’est pas perdu !
De son côté, Cheyann n’a qu’une idée en tête, gagner le concours pour sauver le domaine viticole familial qui croule sous les dettes.
Attirance, désir et secrets les amèneront à s’apprivoiser même s’ils n’ont pas le droit d’être ensemble. Alors vont-ils tout risquer ? Elle, sa place dans le concours, et lui, sa réputation ?

  •  &H DIGITAL

Noël désastreux, mariage heureux de Christelle Da Cruz en version digital. cliquez sur le titre pour lire le résumé et + si affinités.

Hot Christmas de David Lange. Si vous êtes curieux d’en savoir plus, cliquez sur le titre.

Je serai ton pire Noël ! Déborah J. Marrazzu vous donne rendez-vous avec sa dernière romance de Noël en version ebook.

Help ! Mon ex est Mon boss de Héline Allen qui sera disponible aussi en numérique dès le 1er décembre.

Kiss Me, Baby de Mélusine Pinson. Disponible aussi le 1er décembre.

  • Plumes du Web

Sang noir de Sara Solak qui arrivera en ebook et en broché dans vos piles à lire le 2 décembre.

Résumé : Des nouveaux pouvoirs liés à un sorcier impitoyable. Une traque. Une vengeance. Et un vampire un peu trop collant. Mon entrée dans le monde de la magie ne pouvait pas mieux débuter !

Un soir dans une ruelle sombre, la vie de Rain bascule, la propulsant dans un monde inconnu.

Victime d’un vampire sorti tout droit d’un magazine de mode, elle découvre qu’elle est une sorcière. Il faut dire que leur sang est infect, et que l’homme aux canines aiguisées n’hésite pas à le lui faire savoir ! Elle pourrait se réjouir d’apprendre qu’elle a des pouvoirs, mais manque de chance, sa magie ne se manifeste qu’en présence d’un dénommé Silas : un sorcier sans pitié, antipathique au possible, plutôt effrayant – mais aussi un peu trop attirant. Et, bien sûr, il semble déterminé à lui faire la peau, à moins qu’elle puisse lui être utile… Elle n’avait pas réellement de passé, et pas d’avenir. Mais c’était probablement mieux que d’être traquée, comme tous les Sang-Noir.

Maintenant elle n’a plus le choix, il lui faut fuir… et Silas est sa seule issue.

  • Black ink éditions 

Little Italy , le 3 décembre signe le retour de Ange Edmon avec un nouveau titre.Tout d’abord en numérique et après en broché.

Résumé : Huit mois que Sofia a quitté Little Odessa à New York pour s’installer à Little Italy en Californie.
C’est long…Enfin non, pas tout à fait.
Youri et elle ont grandi ensemble dans ce quartier où lui est resté, craint et respecté, jusqu’à ce que le poids des secrets fasse voler en éclats leur amitié. Alors, elle n’est pas prête à l’affronter quand il débarque dans sa ville, ni à s’opposer à tous ces troubles que sa présence occasionne. Russe, arrogant et diablement sexy, il réveille en elle des sentiments qu’elle ne pensait qu’avoir imaginés.
Du chaud au froid, du mal au bien, du pire au meilleur, ils ne cessent de jouer avec le feu, attisant toujours plus les braises. Enfermée dans sa colère, Sofia a surtout besoin de lui en vouloir pour ne pas le vouloir lui. Mais face à cet homme que le destin remet sans cesse sur son chemin, ses certitudes pourraient s’effriter, avant de resurgir devant ses fuites continuelles.

  • BMR 

Résumé : Magnar est un viking respecté et un combattant hors pair. Un jour, lui et son clan attaquent un village saxon à la recherche de la Stjarna, un bien aussi précieux que mystérieux. Alors qu’il pille une maison, il tombe nez à nez avec une jeune femme prête à mourir pour protéger le secret de cet objet. Le puissant viking n’en revient pas. Elle ose lui tenir tête ! Il décide d’en faire sa prisonnière  et l’emmène sur son drakkar.
Magnar tente de l’interroger. Mais Sisi, sa captive, se révèle particulièrement têtue et impertinente. Son tempérament de feu ne laisse pas indifférent le beau viking, et Sisi est prête à se servir de son corps d’une beauté sans pareille en échange de sa liberté.
Chacun a besoin de l’autre, mais aucun des deux n’est prêt à se soumettre. Car Sisi risque de devenir esclave et Magnar ne peut l’aimer sans trahir les siens…

  • Ice Planet Barbarians ceux ou celles qui attendent le phénomène TikTok de Ruby Dixon arrivé récemment en France, il sera disponible en format papier le 3 décembre prochain.

Résumé : Découvrez la romance hors du commun entre Georgie, une femme humaine, et Vektal, un extraterrestre d’une autre planète. On pourrait penser qu’être enlevée par des extraterrestres est la pire chose qui puisse m’arriver… Mais la situation s’empire lorsque ces extraterrestres rencontrent des problèmes avec leurs navires et décident d’abandonner leur cargaison de femmes humaines – moi y compris – sur une planète faite de glace.
Nous ne sommes pas équipées pour survivre dans ce désert hivernal. Pour nous sauver, je pars dans la neige dans l’espoir de trouver de l’aide.
Et j’en trouve ! Mais il s’agit d’un grand et imposant extraterrestre à cornes bleues qui se présente de façon plutôt… surprenante. Sa poitrine vibre en ma présence et Vektal dit que c’est parce que je suis sa compagne, sa femelle choisie. Il m’aidera, moi et mon peuple, à survivre, mais je ne suis pas sûre qu’il accepte de me laisser partir.

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui, évidemment il y a d’autres sorties cette semaine mais nous ne postons que ceux qu’on va lire ! Bonne lecture les étoiles et merci pour votre fidélité !

Catégories PAL

L’avis de Carine sur le roman de Charlotte Roucel : Fight chez Black Ink Editions


✧˚₊‧୭⁺‿︵ titre : Fight ‿︵⁺୭‧₊˚✧


Auteur : Charlotte Roucel

Genre : Dark Romance

Editions : Black Ink Editions

Ebook : 4.99 €

Broché : 18.00€

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Résumé : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

RÉÉDITION – DARK ROMANCE

Lorsque votre quotidien est ponctué du pire, vous n’attendez plus rien de la vie. Seule la mort vous importe. Marie la touche du doigt fréquemment sans pour autant obtenir cette précieuse délivrance. Des mains de son bourreau, elle subit mille souffrances depuis des mois.
C’est alors que son frère rate son coup avec le gang des Warriors, l’un des plus sanglants de la ville. Il échange Marie contre un peu de temps pour récupérer la situation.
Cette dernière se retrouve coincée avec Noah, jeune lieutenant prometteur de l’organisation criminelle, qui enchaîne les femmes. Charismatique et hypnotique, il s’avère brute et dominateur, pourtant la fragilité de Marie le touche. Progressivement, un lien se tisse entre eux et la jeune femme est confrontée à des émotions qu’elle n’a jamais ressenties jusque-là. Mais ce que Noah éveille en elle lui fait peur, car ce petit rayon de lumière dans ce monde de ténèbres peut lui être enlevé à tout moment.
« Attends-toi à ce que chaque jour soit pire que le précédent » est leur crédo. Et ils n’ont encore rien vu…
Lorsque son bourreau sort de l’ombre et qu’une guerre de gangs éclate, rien ne va plus.
L’amour peut-il survivre à toutes les épreuves, même aux plus sombres et humiliantes ?


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Mon avis : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

J’avais déjà lu Fight il y a quelques années, mais cette réédition est tout simplement époustouflante. Charlotte Roucel est allée au bout des choses et ne s’est bridée en rien dans cette nouvelle version. Le changement est détonant et complètement explosif ! Pour moi, un véritable coup de cœur pour ce roman qui m’a happée du début à la fin.

Dès les premières lignes, on entre dans le vif du sujet et la lecture devient si addictive, qu’on ne peut pas poser le livre avant de l’avoir fini. Charlotte Roucel donne le ton dès le prologue en nous garantissant une seule chose… On n’en sortira pas indemne !

Marie est emmenée contre son gré chez les Warrios, un gang le plus violent de la ville. Son frère a merdé… La seule façon de pouvoir s’en sortir est d’échanger sa sœur pour qu’on lui accorde un délai. Cette liberté qu’il compte bien mettre à profit pour pouvoir la sortir de là le plus rapidement possible. Sa seule condition était qu’elle soit confiée à Noah, un des membres le plus impulsif de la bande. Pourquoi ? Pourquoi lui faire vivre une chose pareille ? Sa propre sœur, la prunelle de ses yeux, celle pour qui il s’est toujours battu malgré le chaos et la famine qui règne sur la ville… Quel est vraiment son objectif ? Que deviendra Marie au bout de ces 15 jours de délai si Seb ne parvient pas à temps à remplir sa mission et à la sortir de là ?

Lorsque Marie rencontrera Noah pour la première fois, tout doute sera levé, elle va vite comprendre dans quel pétrin son frère l’a mise. Cet homme violent se sert des femmes pour son bon plaisir et calmer ses colères. Chez le Warrios c’est la loi du plus fort et le plus fort, c’est lui…

Mais lorsque ses yeux vont se poser sur la jolie Marie, il va tout de suite comprendre qu’elle va lui causer des problèmes, son regard et sa beauté virginale lui font se dire que rien ne sera jamais plus comme avant… De plus, sa fragilité et son comportement vont attirer son attention… Cette fille cache un lourd secret… Quelque chose qui lui fou une trouille bleue… Encore plus que ce qu’elle peut le craindre lui… Et il est bien décidé à la faire parler.

Charlotte Roucel nous offre avec Fight une histoire palpitante et très intense qui nous tient en haleine du début à la fin, sans cesser de nous surprendre. Je n’ai pas décroché un seul instant et j’ai lu le livre dans l’après-midi. Il m’était carrément impossible de le quitter. Cette histoire, c’est de la bombe, une dark romance vraiment bien écrite qui nous emmène dans une torture émotionnelle qui nous ronge les sangs. Rien n’est laissé au hasard, tout à un sens, et tout se tient dans le flot de révélations qui nous tombent dessus et nous percutent en déliant toute l’intrigue d’une façon majestueuse. L’auteure mène sa barque avec brio, sans fioritures et va droit au but que ce soit dans les scènes trashs ainsi que dans tous les rebondissements. Charlotte signe là un roman dérangeant et bouleversant qui décrit une descente aux enfers avec un réalisme rare, elle nous fait découvrir la peur, l’angoisse, le chagrin, le courage et cet amour inébranlable qui guidera nos deux protagonistes pleins de fêlures tout le long de leur combat contre le mal et dans le mal !

Fight est une palette d’émotions extraordinaire. Ce roman est loin d’être de la guimauve, il est dur, sombre, lorsqu’un peu de tendresse arrive, on s’y accroche comme on peut pour continuer notre lecture en gardant de l’espoir pour la jolie Marie qui est si forte malgré ce qu’elle pense. On s’attache aux personnages torturés dès le départ et la plume fluide et magique de Charlotte Roucel nous emporte dans un univers impitoyable en abordant avec justesse les sentiments et le ressenti de chaque protagoniste.

Un roman à découvrir ou redécouvrir !

Un grand merci à Black Ink Editions pour ce service presse coup de cœur qui m’a vraiment fait passer un très bon moment de lecture très addictif et prenant au plus haut point !


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Extrait : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

J’ai envie de lui rire au nez. Vraiment ? Me tenir à l’écart de leurs combines ne m’aura servi qu’à éviter la prison. Mais mon sort était-il plus enviable au leur ? Certainement pas.

— Mais ne te fais pas d’illusions, me prévient-il en attrapant ma nuque.

Son visage touche presque le mien. Son haleine chargée de nicotine me brûle les sinus.

— Ce n’est pas parce qu’à une époque, j’ai été copain avec ton frangin que tu auras droit à un traitement de faveur. Ces quinze jours, c’est tout ce qu’il te reste avant de connaître l’enfer. Alors, ne sois pas stupide. Obéis-moi et je me plierai en quatre pour te faire plaisir si je suis de bonne humeur. On s’est compris ?

— Oui, murmuré-je tandis qu’il accentue la pression.

Il me lâche et part ouvrir une porte que je n’avais pas vue derrière moi.

— Viens par là.

Ma gorge se noue quand j’aperçois une baignoire dans la pièce adjacente. Mes pieds refusent d’avancer. Qui dit salle de bains, dit se dévêtir. Je ne ferais pas le poids contre lui si c’est ce qu’il veut et que je m’y oppose. Mais mon esprit se rebelle.

— Entre.

De la bile tapisse mon palais. Pas encore. Pas cette fois. Par instinct, j’esquisse un pas en arrière. Noah, lui, s’impatiente, il m’agrippe le bras et me tire dans la pièce alors que les battements de mon cœur m’étourdissent tant ils résonnent dans mon crâne. Je me retrouve face au miroir, contre la vasque. Il se colle contre mon dos, les paumes posées à plat sur le meuble. Ses yeux accrochent les miens à travers la glace. Il me dépasse de presque deux têtes et est bien plus large que moi.

— Déshabille-toi.

Cet ordre me gifle, fait ressortir trop de mauvais souvenirs. Les tremblements reprennent de plus belle. Mon visage se vide de tout son sang. Je tomberais sans aucun doute s’il ne me maintenait pas. Je ne peux pas subir ça encore une fois. Je refuse. Mes paupières se ferment sous la menace sous-jacente. Ce que je ne vois pas n’existe pas.