Mon avis sur Bewitched By The Darkness de Micaela Barletta publié aux éditions Elixyria.


Hello les étoiles, voici mon avis coup de coeur sur Bewitched By The Darkness, une romance sanglante de Micaela Barletta. Un livre époustouflant  qui ne doit pas tomber entre n’importe quelles mains.

Titre : Bewitched By The Darkness

Auteure : Micaela Barletta

Éditeur : Editions Elixyria

Collection : Elixir of Crypt

Genre : Romance Sanglante

Résumé : 

Et si vous tombiez amoureuse d’un serial killer ?

Attention : âmes sensibles, s’abstenir !
Méfiez-vous des apparences. Derrière mon charme se cachent de funestes envies. Derrière mes yeux, ce ne sont pas les fenêtres de mon âme qui s’ouvriront à vous, mais bien les portes de mon enfer.
Pourtant, elle, jeune et fragile, l’a deviné au premier regard… alors pourquoi ne s’enfuit-elle pas ? Pourquoi ai-je décidé de l’épargner ?

Caleb
Profession : Tueur en série

L’avis de Mélissa :

Wow, wow, wouahhhh 😱😱😱😍😍😍😍!!!!!
Voilà les mots qui me viennent à l’esprit à l’issue de ma lecture et je précise que je prends sur moi pour rester polie !

Pour commencer, je tiens à insister sur les avertissements autour de ce livre.
Cette histoire peut heurter certaines sensibilités et c’est vraiment quelque chose qu’il faut garder à l’esprit.

Âmes sensibles, je suis tellement désolée pour vous, si vous saviez à côté de quoi vous passez….

Caleb Owen est un homme en apparence très respectable. Jeune psychologue avéré, doté sans aucun doute d’un physique attrayant. Il a une vie des plus normales : Des amis, une femme, des parents fiers de lui… Il inspire l’admiration et le respect aux yeux de tous… Ce qu’ils ne savent pas, c’est qu’en réalité, c’est un tout autre homme. Sombre, pervers, sadique qui se livre à des activités plus que sordides pouvant inspirer la haine et le dégoût.

Et si une patiente venait à lire en lui comme dans un livre ouvert ? Cette dernière n’est autre que Nastasia Slavski. Une jeune femme fragile, avec pourtant une force de caractère indiscutable. Une patiente différente, intrigante qui pourrait bouleverser la vie de notre cher docteur.

Il y a longtemps maintenant que je suis Micaela Barletta, et tout aussi longtemps que ce livre m’attend sagement dans ma pile à lire papier… C’est le besoin de sensation forte, l’envie d’une lecture sur un sujet qui me passionne, à savoir les tueurs en série, que je me suis enfin lancée. Et je ne me suis pas trompée ! Ce livre m’a apporté tout ce que j’espérais. La couverture, ou encore le résumé lancent le ton. Pas de surprise en ce qui concerne notre lecture et pourtant… J’avais espéré ressentir quelque chose d’exceptionnel et bien le résultat et bien au-dessus de tous mes espoirs.

Caleb a tout pour lui, une femme aimante, des parents attentionnés, un boulot dans lequel il excelle. Seulement voilà, ce n’est qu’une image. Car lorsque les moments opportuns se présentent, c’est son côté obscur qui prend le dessus. Dans ces moments, il est capable du pire, un comportement qui le rend tout de suite moins attirant…(quoi que) ! Je suis réellement fascinée par un personnage tel que lui. Rentrer dans sa tête grâce à la narration de son point de vue, c’est juste hallucinant : Voir prendre vie ses pensées les plus noires, prendre conscience de son besoin d’assouvir ses désirs enfouis, ressentir ses réactions, son comportement après qu’il fut passé à l’action… Ici tout est mis en œuvre pour le comprendre au mieux.

Nastasia, est la patiente de Caleb. Elle est jeune, et il n’y a aucun doute sur le fait qu’elle ait subi des traumatismes… Incapable de se confier à un professionnel, elle se laissera pourtant aller avec le docteur Owen. Mais pourquoi ? Est-il possible qu’elle ait percé à jour le côté démoniaque de celui-ci et qu’elle soit prête à l’accepter ? Cette jeune femme est une intrigue à elle seule ! La voir évoluer, essayer de lever le voile sur son personnage soulève un grand nombre de questions et instaure un climat de suspense indéniable.

Je découvre avec cette saga la plume de Micaela Barletta. Elle n’en est pas à son premier roman, mais pour moi, c’est une grande première. Avant même de la lire, j’étais consciente que tout comme moi, elle éprouvait une passion pour les « Serial Killers » !

Il est très simple de se passionner pour quelque chose, mais pouvoir transformer une fascination en quelque chose de concret est un vrai challenge ! L’auteure a ici relevé le défi de manière admirable. Nul doute qu’elle ait bien travaillé son sujet. Pour ma part, passionnée comme je le suis, je ne cesse de me documenter sur ces personnes anormales, limite dérangeantes qui marquent les esprits et même si je ne suis pas experte en la matière, je n’ai relevé aucune fausse note.

Micaela Barletta, de sa plume envoûtante et affûtée tel un couteau de boucher, nous immerge avec ce premier tome dans une atmosphère sombre et pesante !… Faire la rencontre de Caleb a été pour moi un réel plaisir, et j’en viens à me demander si je ne suis pas quelqu’un de mentalement stable si j’ose dire ! C’est grave Docteur ?!!!

Ses agissements sont inexcusables, mais m’ont fait ressentir, malgré tout, du respect et de l’admiration envers lui. Sa folie est destructrice, parfois préméditée, d’autres fois spontanée mais, son procédé n’en est pas moins appliqué. Comme tout criminel qui se respecte, il agit de manière crescendo, prenant de plus en plus confiance en lui, ce qui donne une crédibilité sans faille au récit…. Et encore une fois, mon sentiment premier est la fascination.

Je suis époustouflée par cette lecture coup de cœur et tout autant par l’auteure. Bewitched By The Darkness a fait palpiter mon cœur de manière incontestable. Et ce final qui ne nous laisse pas le choix quant à l’obligation certaine de découvrir la suite ! Un dénouement qui met en haleine, limite frustrant pour la personne qui n’aurait pas la suite à portée de main.

Merci Micaela, d’avoir un esprit aussi tordu que le mien lol et d’avoir imaginé ces personnages exceptionnels. Je suis définitivement, inconditionnellement fan de toi. C’est avec empressement que je vais de ce pas me lancer dans Deceived By The Darkness.

 

70931459_10220465949418376_2128197251976134656_n

L’avis de Carine sur le nouveau roman de Margot D. Bortoli : Too Young, Aux Editions Addictives


414AEj48y6L

Titre : Too young

Auteur : Margot D. Bortili

Editions : Addictives

Collection : Luv

Genre : Romance

Ebook : 4.99€

Résumé : 

Les différences ne font pas le poids face à la passion !

Entre Mia et Tobias, rien n’était prévu et tout semble interdit, hors de portée.
Craquer pour le gamin qu’elle gardait autrefois, ce n’est pas envisageable pour Mia.
Mais Tobias est désormais un homme viril et sûr de lui… et il entend bien prouver à Mia que ce ne sont pas leurs 8 ans de différence qui vont les séparer, pas plus que le regard des autres.
Tobias est joueur, Mia est têtue… qui va céder le premier ?

Mon avis : 

Margot D. Bortolie aborde avec Too Young un thème d’actualité. Même si la différence d’âge dans un couple n’est plus tabou de nos jours. Pourtant, lorsque c’est la femme qui est plus âgée, les langues se délient un peu trop facilement. Par jalousie peut-être ? Chez nous, en France, c’est fortement possible, mais là où l’auteure situe son récit c’est une autre histoire, et on peut dire que les commentaires vont voler très bas.

Too Young est une magnifique romance qui nous happe dès le prologue et nous plonge totalement dans un récit qu’on pourrait penser simple en apparence, mais qui cache son lot de surprises en nous offrant un panel d’émotions intenses, fortes et extraordinaires. Un ascenseur émotionnel qui nous monte petit à petit au dernier étage d’une tour en nous faisant vivre des myriades de sensations. Mais l’auteur va couper les câbles avant d’arriver en haut pour nous offrir un chute vertigineuse qui va ouvrir toutes les vannes de notre coeur….

Mia revient dans sa ville natale après avoir essuyé bien des déconvenues à New York où pourtant tout semblait lui réussir. Un Job qui la faisait triper, un fiancé parfait qu’elle était sur le point d’épouser, un appartement de luxe… Bref, le parfait cliché de la femme épanouie. Lorsqu’on vient d’une famille modeste comme la sienne, Wall Street représentait pour elle L’eldorado et une fois atteint, elle excellait dans son travail comme Business Woman enviée de tous. Mais aujourd’hui, c’est penaude qu’elle pose ses valises à Springville. Elle revient à la case départ, seule, sans emploi chez ses parents, à 30 ans ! Un retour qui ne se passera pas sans commentaires grinçants et regards haineux. Springville est une petite bourgade où les rumeurs se propagent aussi vite qu’une traînée de poudre et dans laquelle les habitants se donnent le droit de juger au nom de leur seigneur. Une ville très pieuse, trop peut-être ? Sûrement… Mais heureusement pour Mia, elle est bien entourée grâce à des parents aimants et sa meilleure amie Calista qui est à elle seule, un antidépresseur. Un soleil qui illumine la vie morose de Mia et qui va tout faire pour la remettre en selle. Elle ne manquera d’ailleurs pas de se moquer lorsque le pasteur de la ville va demander à Mia d’aller récupérer le petit Tobie à la gare. La revoilà une nouvelle fois Baby-sitter de son psychopathe de petit voisin. Dix ans qu’elle ne l’avait pas vu, et elle s’en serait bien passée encore pour une décennie. Et c’est à reculons qu’elle va se rendre à la gare avec Calista qui peste et jure comme un charretier jusqu’à l’apparition du petit Tobie qui, a vraiment beaucoup changé…

Que vous dire ? Par quoi commencer ? Je ne lis pas les résumés et d’ailleurs, je ne l’ai pas encore lu pour savoir ce qu’il peut dévoiler. Mais ce que je sais, c’est que j’ai vu passer un nombre incalculable de post sur la toile, disant que ce roman était une tuerie et que beaucoup ont versé des larmes. Je dois vous avouer que je ne comprenais vraiment pas pourquoi. Ce roman est une belle romance certes, les préjugés, l’humour légendaire de Margot, les commérages, le droit à l’amour qu’importe l’âge ou encore le harcèlement. Tout est là pour nous apporter les rebondissements nécessaires à une bonne lecture. Mais de là à dire que c’était une tuerie, j’étais perplexe… Quelques longueurs dans le récit ont fait que j’ai failli décrocher à un moment donné. Pas abandonner loin de là, juste qu’il devenait facile de poser ma liseuse pour faire des pauses. C’est vers deux heures du matin, prête à m’endormir que je me suis pris l’uppercut ! Margot D. Bortoli m’a mise Ko. Sonnée, révoltée, ébranlée ! Tout à coup ma lecture a pris un virage à 360 degrés en m’embarquant dans une direction inattendue.

The Rebondissement qui va faire de cette lecture, une tuerie ! La passion, la douleur et toute cette révolte qui nous serre le cœur à n’en plus finir. On pense que tout est tracé, que le récit est du tout cuit et qu’ils finiront par un « vécurent heureux » avec de nombreux enfants. Mais ça, c’était sans compter le sadisme de Margot, qui après ce tournant donne une nouvelle dimension à son récit. Un récit fort et addictif ! Je n’ai pas dormi de la nuit pour le finir. Il m’était alors impossible de le poser et je l’ai dévoré jusqu’au point final. Les larmes ont eu du mal à se tarir, je peux vous avouer même que j’étais plus en sanglot qu’en larmes. Sa faculté à nous emporter dans des tourbillons d’émotions est spectaculaire. Un cyclone force 7, une tempête livresque qui a dévasté mon petit cœur d’artichaut et n’en a laissé que des débris éclatés partout.

Un roman électrique qui nous fait passer du rire aux larmes et nous fait même rire dans les larmes. Des sujets abordés qui touchent, qui se fondent parfaitement dans le récit, chacun à son importance pour la suite et auxquels, on ne peut rester indifférents. L’histoire d’amour est belle et tout en pudeur sur le fond mais tellement explosive dans les formes. Les Flash Backs nombreux nous ouvrent le cœur de nos protagonistes mais pas que. Ils sont essentiels au récit d’un bout à l’autre tout comme l’intrigue peu commune menée avec une grande habilité.  On espère tant que l’amour triomphera mais, comment en être certaine ? Mia va se battre contre elle-même en essayant tant bien que mal à repousser ces sentiments et cette attirance qui la consument un peu plus chaque jour. Le regard des autres et cette culpabilité permanente qui est bien trop forte. Alors que paradoxalement, Tobias, lui, se montre prévenant et courageux. C’est à se demander qui a 22 ans et qui a 30 ans dans l’histoire. Mais c’est un tout pour Mia et pas seulement son histoire avec Tobias qui la rend telle qu’elle est à ce jour. L’auteure nous offre plus qu’une simple histoire d’amour avec Too Young. J’avais un peu peur d’ailleurs au début que cela ne soit que ça. Mais c’est tellement plus… Margot m’a surprise. Son récit est beaucoup plus complexe, intéressant et tortueux qu’il ne parait au premier abord. Parfois drôle, parfois sombre, mais toujours sincère, vrai et profond. Les sentiments sont forts et nous montre que l’amour n’a pas d’âge. Elle a également réussi le pari fou de nous enlever cette image du petit Tobie pour laisser place à Tobias, ce petit garçon devenu un homme au cœur rempli d’amour, de tendresse et Ô combien sexy ! . Cet homme qui sait depuis son plus jeune âge ce qu’il veut et qui fera tout pour l’obtenir…

La plume de Margot D.Bortoli est toujours aussi addictive et électrique même si quelques longueurs et répétitions sont présentes. Mais elle a cette faculté à nous emporter qui fait qu’on ne peut que vite les oublier. Particulièrement dans le seconde partie dans laquelle plus rien ne compte à part les lignes et les mots qui défilent sous nos yeux et que l’on dévore sans aucune modération. Accro, Addict, qu’importe le mot, Too young est un coup de cœur. Il fait et fera partie de ses romans qui nous laissera toujours une trace de sa lecture. De ceux qui nous habitent le cœur encore et encore plusieurs jours après la fin de notre lecture.

Mention spéciale aux personnages secondaires et particulièrement Calista qui a été aussi le personnage central de ce récit. Sans elle, cette histoire n’aurait pas eu la même saveur.  

Un grand merci aux Éditions Addictives pour m’avoir permis de découvrir cette magnifique lecture fracassante en service presse. Merci à Magot D. Bortoli pour m’avoir emportée dans ce récit aussi palpitant et drôle que fort et bouleversant !

71593851_888229108222478_9099846874751303680_n

Mon avis sur Deep and Dark de Sophie S. Pierucci aux éditions Addictives !


Hello les étoiles, je vous présente mon avis coup de coeur sur cet incontournable romantic-suspense qu’est Deep and Dark de Sophie S. Pierucci publié aux Editions Addictives.

Titre : Deep & Dark

Auteur : Sophie S. Pierucci

Éditeur : Editions Addictives

Collection : Luv

Genre : Romantic-Suspense
Résumé : Il doit la tuer. Va-t-elle succomber ?

Il y a trois ans, Leia Taylor a dû tout quitter sans un regard en arrière. Nouvelle vie, nouvelle identité, sans trace, sans histoire, jusqu’au jour où l’impensable se produit : un homme chargé de la tuer s’introduit chez elle.

Il est dangereux, il est implacable, il est tout ce qu’elle a toujours redouté… Mais dans sa lutte pour lui échapper, elle parvient à le blesser. Et, quand son mystérieux agresseur se réveille, il a perdu la mémoire.

Allié ou ennemi ? Comment savoir ? Peut-elle vraiment faire confiance à quelqu’un qui ne sait plus qui il est ?

Est-il son pire cauchemar ou ce qui pouvait lui arriver de mieux dans sa vie ?
L’avis de Mélissa :

Comment trouver les mots justes pour définir à la perfection cet énorme coup de foudre littéraire ? Non mais vraiment !!!… C’est pour moi un énorme challenge de chroniquer cette pépite. Vous n’imaginez même pas ! Il est important que vous compreniez à quel point, toute lectrice de ce genre qui se respecte, ne doit pas passer à côté de ce roman. Parfois, les mots les plus simples peuvent être très révélateurs. Alors, je vais m’atteler à la tâche et je vais essayer, en toute simplicité, de donner le meilleur de moi-même tout en espérant être à la hauteur de cette auteure exceptionnelle, que dis-je phénoménale qu’est Sophie S. Pierucci.

Leia est une jeune femme exceptionnelle. Elle a tout perdu, son travail, sa famille, ses amis et même son identité, mais elle reste forte afin d’assurer sa survie. Elle ne doit compter que sur elle ou presque, au risque de mettre quiconque en danger. Malgré ses réticences, elle s’est tout de même offert l’espoir de prétendre à une vie normale en posant ses bagages. Mais l’arrivée d’un inconnu va faire basculer ce semblant de vie normale qu’elle s’est accordée…

Jack, lui, n’a qu’un objectif, capturer sa proie en menant sa mission à bien. Il est sombre, dépourvu de sentiments. Une intrigue à lui seul… Lorsqu’il va s’approcher du but fixé, la situation va lui échapper et basculer de manière considérable. Que s’est-il-passé pour que cet expert laisse tourner les choses ainsi ? Se pourrait-il que finalement, il ait une faiblesse ?

Je me suis lancée dans cette lecture sans avoir lu le résumé, chose très rare. Je n’avais qu’une certitude, une auteure d’exception l’avait écrit, donc je ne pouvais passer à côté ! J’ai d’abord fait la connaissance de Leia et son histoire m’a touchée autant qu’elle m’a intriguée. Et c’est donc très vite, des questions se sont bousculées dans ma tête. Qu’a-t-il bien pu se passer pour que la vie de cette jeune femme prenne un sens pareil ? (D’ores et déjà, je peux vous dire que je n’ai pas été déçue par les révélations qui se sont succédé au fil de ma lecture.)

Puis un inconnu a fait son apparition : Jack ! Un personnage sombre, calculateur et organisé, mais surtout dépourvu d’empathie. Ayant pour seul objectif, de récupérer son « colis » rapidement et sans bavure comme à son habitude. Seulement voilà, cette fois-ci, les choses ne se sont pas passées comme prévu… Je dois reconnaître qu’à ce moment de ma lecture, j’ai vraiment flippé ! Vous m’auriez vu derrière ma Kobo : Non, non, pas une amnésie. Ma crainte ? Que ce personnage se ramollisse… A ce moment-là, une boule s’est formée dans mon ventre, j’ai même dû prier quelques fois pour que ce que je redoutais le plus, n’arrive pas. Puis Jack s’est réveillé ! Impossible de décrire la gifle magistrale que je me suis prise. C’est une personne différente qui a fait son apparition, mais un homme tout aussi froid, ténébreux, qui n’aura de cesse de se livrer à un combat psychologique pour retrouver la mémoire. À cet instant, mon cœur a flanché et j’ai compris, oh oui j’ai su, que quoi qu’il arrive, s’en était fini de moi, aucun retour n’était possible. Sophie S. Pierucci m’avait attirée, et attrapée dans ses filets pour ne me laisser aucune chance d’en ressortir indemne… Elle m’avait fait rêver auparavant avec Matt, mais cette fois-ci, elle m’a littéralement bluffée. Je peux vous dire que personnellement, je lui décerne le titre de la spécialiste des inconnus (et je ne parle pas mathématiques) !… C’est d’une main de maître que Sophie S. Pierucci a pensé, narré et mené à terme cette histoire. Des intrigues toutes aussi époustouflantes les unes que les autres. Le choix de ses mots, du caractère de ses personnages, de leurs comportements, de leurs réactions, tout est parfait. Elle nous entraîne avec sa plume fluide et maîtrisée dans un récit complètement addictif. Une histoire émotionnellement renversante avec son lot de rebondissements ! Je me demande vraiment comment mon palpitant a survécu … Il n’y a pas un sentiment que je n’ai pas éprouvé en parcourant ce roman. J’ai beaucoup ri, j’ai été en colère, j’ai été charmée, j’ai été choquée, j’ai pleuré … Oui, oui tout ça et bien plus encore. Un maelström d’émotions !

Bien sûr, je ne peux que vous recommander de découvrir l’histoire de Leia et Jack par vous-même et c’est pour cela que j’ai choisi de rester évasive. Je préciserai seulement que ce livre n’a rien d’une romance à l’eau de rose. C’est l’histoire d’une femme surprenante qui va se battre, encaisser et se forger une carapace pour survivre… Et d’un homme qui inspire la crainte, parfois même le dégoût, mais aussi le respect et surtout qui a toute mon admiration… Que voulez-vous je ne suis pas très nette et je l’aime d’amour ce Jack.

Je remercie Carole des éditions Addictives pour m’avoir permis de découvrir cette pépite en service presse numérique.
Sophie S. Pierucci : Mes mots ne seront jamais assez forts pour te faire comprendre ce que je ressens au plus profond de moi à l’issue de ma lecture. Alors je te dirai simplement, merci, merci d’être toi, merci d’être aussi talentueuse, et merci d’avoir donné vie à Jack ! Je crois que je l’aime plus encore que le Joker …

67402804_10216326028077151_8386819562733043712_n

Gary d’Ange Edmon aux éditions Black Ink !


Hello les étoiles, je vous présente mon avis coup de coeur sur Gary. Une sublime romance à thématiques d’Ange Edmon. Merci à Black Ink éditions pour cette merveilleuse histoire et pour l’envoi du service presse numérique !

Titre : Gary

Auteure : Ange Edmon

Éditeur : Black Ink éditions 

Genre : Romance

Résumé : L’ouragan Ireland Mc Allister revient balayer le quotidien de Gary après un an d’absence.

Sous l’apparence impassible de la jeune femme se cachent des blessures encore à vif. Le beau tatoué est loin de la laisser indifférente, mais plutôt crever que l’avouer.

Lui est irrésistiblement attiré par elle, mais habitué aux relations éphémères, il tente de se convaincre qu’une nuit devrait suffire à chasser cette obsession.

Gary et Ireland sont comme le feu et la glace : incompatibles en surface, chacun perturbant l’équilibre de l’autre. Mais qui du brûlant architecte ou de la glaciale décoratrice aura le dessus ?

L’avisdeMya :

Par où commencer Gary ? Tu es une personne spéciale et parler de toi demande une prose spéciale que je n’ai pas hélas dans mon jabot. De même pour toi Irelandne sois pas jalouse. Vous m’excuserez, mais je vais faire simple ! Mais tout d’abord, si tu veux bien répondre à quelques questions Gary !

Gary :  Vite fait alors, j’ai d’autres chats à fouetter !

Mya : Droit au but alors comme d’hab hein, t’es né connard ou c’est un métier que tu t’es inventé ?

Gary : Hey, tu commences fort. Vas y mollo, sinon je lance ma tornade sur toi !

Ireland : Dis tout de suite que je suis un chien enragé connard. Pour la peine, démerde-toi, j’ai assez de problèmes pour rajouter les tiens !

Mya : Bon, tu réponds ou quoi ?

Gary : Pfff, vous n’êtes prêtes à me faire aimer des étoiles, si vous me commencez à m’insulter déjà.

Ireland : Hahaha, c’est la meilleure ! Qu’il est naïf et long à la détente mon black Angel ! Je te laisse l’honneur de lui annoncer la nouvelle Mya.

Gary : Bah quoi ? Je pensais pas que tu avais à te plaindre de ma détente ma tornade irlandaise !

Ireland : Connard un jour…!

Judje Dredd : Sérieux Gary ? même moi, je sais pourquoi les filles nous filent au train depuis qu’on a eu l’âge de…Tu sais quoi !

Ireland : C’est pas croyable, je te savais pas prude à ce point Thor. « Baiser » fait, pourtant, partie de ton vocabulaire courant jusqu’aux dernières nouvelles ! On aurait tout vu ! L’effet Laïana certainement. Je vais lui demander la recette !

Bon Gary, je t’explique. Les filles succombent très vite aux bad boys et avec un minimum d’efforts. Plus la connardattitude fait partie de vos A.D.N, plus vous avez la chance d’agrandir vos tableaux de chasse !

Gary : Tu veux dire que les femmes me courent après juste parce que je me comporte mal avec eux ?

Nils : C’est pas pour ta belle gueule que j’ai défoncée à coups de poing c’est sûr.

Gary : Abruti ! J’en ai autant pour toi. On remet ça quand tu veux connard !

Ireland : Sérieusement les gars, vos enfantillages commencent à me filer la migraine. Sorry Mya, tu vas devoir te débrouiller sans nous pour raconter notre histoire. Si on laisse ces deux idiots 5 min encore, ils sont bien capables de se défroquer pour montrer qui a la plus grosse. Sur ce Salut. Allez les mômes , je vous embarque à la crèche !

Bon, c’est raté les étoiles. Mon ITW pour faire simple a tourné court. On a évité de justesse une rixe digne d’un bac à sable. Cela vous donne un avant-goût de l’ambiance « bon enfant » qui régnait entre les protagonistes que vous aurez le plaisir à découvrir dans une histoire qui réunit les ingrédients parfaits pour la recette parfaite. Un moment lecture haut en couleurs et addictif. Elle alterne moult émotions et de toutes sortes et qui en sont les mots d’ordre.

Une bonne dynamique et fluidité assure une lecture non-stop. En plus d’un jeu sincère des personnages avec leurs personnalités aussi lumineuses que sombres, ils nous ont offert des dialogues corrosifs ainsi que des réparties drôles. Ils sont d’humeur changeante certes, mais Ô combien passionnés, passionnants et bouleversants. Surtout Gary pour lequel je n’aurais pas parié. Mais, il m’a surprise, touchée en plein coeur et conquise !

En effet, l’histoire de Gary Harper et Ireland Mc Allister n’est pas le long fleuve tranquille auquel vous vous attendez ! C’est un spin off tout en émotions que nous livre là Ange Edmon aussi brillamment qu’avec une sensibilité à fleur de peau. Le récit d’une belle histoire d’amour dans laquelle rien n’est acquis. Elle est explosive et tumultueuse. Elle est née et a évolué dans la douleur. Imprégnée de tristesse, mais aussi de joie et véhicule un message d’espoir et de seconde chance ! Le parcours des protagonistes principaux nous remue les entrailles. Surtout, qu’on a souffert des même maux et qu’on a essuyé cette même douleur qui nous empêche d’avancer dans la vie. Cette douleur qui nous enterre un peu plus chaque jour. Cette douleur qui décuple la peur du lendemain et approfondit un certain mal-être sentimental.

Le passif de Gary l’empêche de s’engager dans une relation sentimentale. Papillonner et butiner pour chercher un réconfort éphémère oui, mais cela s’arrête là. L’amour n’a pas de place dans son obscurité. Mais, il a suffi qu’une tornade irlandaise surgisse dans sa vie pour transformer sa froideur apparente et son cœur endurci en de nouvelles perceptives sentimentales. Un maelstrom d’émotions qui le guident vers la lumière. Malheureusement pour lui, Ireland le fuit autant qu’il a besoin de se rapprocher d’elle. Gary, l’imprenable, aurait-il trouvé son égal ? Elle est devenue sa rédemption, sa chance de renouer avec la vie. Car jusqu’à aujourd’hui, il n’a fait que survivre. Goûter au tempérament volcanique d’Ireland, a réveillé son cœur aux délices de l’amour. À son contact, Gary est le paradoxe de l’handicapé sentimental aux émotions démesurées. La tornade irlandaise est devenue son talon d’Achille par excellence. Mais qu’en est-il pour elle ? Cette dernière souffle le chaud et le froid qu’il en perd son nord ainsi que sa patience ! Aimer Ireland, c’est révélé frustrant et aussi laborieux que traverser le désert de Gobi !

S’attacher pour Ireland, s’est risquer de souffrir. Et la souffrance, elle en connait un rayon. Elle y vit en contenu depuis le tragique drame qui a emporté les siens et son cœur avec. Aimer, c’est risquer de vivre. Aimer, c’est oublier. Aimer, c’est dépasser la culpabilité dans laquelle elle se complaît. Aimer, c’est un cadeau qu’elle croit ne pas mériter et le repousse de toutes ses forces. Mais, l’amour de l’ange noir est ravageur, sauvage, électrique et il la pousse dans ses derniers retranchements. Très tentant aussi et elle a très envie d’y succomber. Mais si…

Quel avenir pour un ange noir et une tornade irlandaise qui n’ont fait que survivre jusqu’à présent ? Si la peur de s’attacher est un point qu’ils ont en commun, lors de leur rapprochement, ils se sont découvert d’autres atomes crochus qui seraient peut-être un bon pas à faire l’un vers l’autre !

Gary est définitivement un énorme coup de cœur et au coeur ! J’ai vécu des moments intenses tout le long des pages. J’ai été séduite par les personnages aussi les principaux que les secondaires. J’ai succombé à la super ambiance au sein de la bande, leur amitié, leur attachement et leur dévouement indéfectible.

Gary, c’est la tentation à laquelle je vous recommande d’y céder. À dévorer même et  sans modération.

70211470_709157876162819_8858764347472609280_n

 

 

 

L’avis de Carine sur A trois je vous aime… T3 Un roman de Lougane Rose chez Lips & Co


41r5r3OYWHL._SY346_

Titre : A trois je vous aime… 3/3

Auteur : Lougane Rose

Genre : Romance

Editions : Lips & Co

Collection lips & roll

Ebook ; https://amzn.to/2SuXZwA

Broché : 16.99 €

Résumé : « Il me souffle qu’en amour, il n’existe aucune loi, qu’aimer n’est pas un choix mais une liberté… dont le seul maître est le cœur. »

Lilie semble plus épanouie que jamais, et pourtant, une ombre qu’elle n’arrive pas à chasser se précise au fil des jours. Dans une histoire d’amour, il est difficile de fermer les yeux sur ce que l’on ressent vraiment.

La jeune femme doute. Cette vie ne lui convient peut-être pas, elle craint de ne jamais pouvoir combler tous ses espoirs et son besoin d’amour. Année après année, les interrogations restent, même si les sentiments évoluent.

Mais aujourd’hui les trois amis n’ont plus droit à l’erreur. De Valentyn ou de Léandre, il n’est plus question que l’un d’eux souffre.

Comment décider de son avenir quand l’avis commun s’en mêle ? Dans ce tourbillon d’émotions enivrantes, entre passion et morale qui l’emportera définitivement ?

*****

Lougane Rose signe ici une saga riche en émotions, promesse de bien des heures de délice, qui saura ravir les friands de romance !

Mon avis : 

Il regarde son rêve s’évaporer, ce rêve qu’il a pourtant touché du doigt et pour lequel il était prêt à tout… Ce rêve, s’appelait Lilie et aujourd’hui elle n’est plus à lui… Son meilleur ami, son frère de toujours a gagné son cœur et plus jamais, il ne pourra penser à elle autrement que comme une amie. Son cœur saigne, pleure mais c’est une nouvelle vie qui commence pour les amoureux et lui n’en fera pas partie. 1… 2… 3… Au revoir Lilie. Je t’aime pourtant si fort et c’est bien pour cela que je te laisse partir…

Depuis que Lilie a fait son choix, tout se passe pour le mieux dans son couple. Elle est aujourd’hui une femme épanouie qui aime son mari plus que tout et son fils qu’elle chérit chaque jour. Toute trace de colère ou de jalousie a enfin quitté son mari depuis qu’elle lui a dit OUI. Ce oui, qui a permis aussi aux deux meilleurs amis de redevenir des frères de cœur aussi sincères qu’avant leur discorde. Certes, elle l’aime toujours de tout son cœur et de toute son âme, mais à ce jour, elle n’est plus que la femme d’un seul homme et tout le monde semble l’avoir accepté. Enfin la paix… Ou presque ! Car, si Lilie est heureuse, comblée et aime comme une folle son mari, elle semble ne pas être complète. Elle n’a plus cette étincelle dans les yeux, ces étoiles qui brillaient et illuminaient ses deux amants lorsqu’ils formaient la trinité. Sa raison lui a fait faire un choix qu’elle ne regrettera jamais car, Lilie est folle de son mari, mais son cœur, lui fait payer chaque jour le fait de s’être cachée et d’avoir pris pour excuse les codes, la morale et l’éducation. Pourtant en amour, il n’existe qu’une seule loi et c’est celle du cœur. Celle qui vous permet de vivre, d’aimer, d’exister et de faire ces propres choix qu’importe le regard des autres, qu’importe si cela n’est pas conventionnel. Le cœur de Lilie n’est pas divisé en deux parties égales entre ses deux amours, il est assez grand pour Eux et au même titre. Mais la voilà condamné à vivre avec un cœur comblé et meurtri à la fois…. Est-il possible d’aimer deux hommes à la fois et avec la même intensité ?

Cela serait-il possible que ce soit pour toujours ?

Rien à avoir avec une passade ou une faiblesse pour Lilie et Avec 1…2…3… Je vous aime, elle vous le confirmera. Et non, pas avec les arguments qui vous feront plier et comprendre, mais avec son cœur et celui de ses deux amours… Avec tous les sentiments qui transpirent de leur relation. Avec toute cette peine qui nous broie les tripes au point de lui dire : Mais fonce Lilie ! Écoute ton cœur ! La Trinité, c’est vous, qu’importe les qu’en dira-t-on ! Soyez heureux !

Mais si pour Lilie, aimer deux hommes à la fois peut-être possible, qu’en serait-il pour Val et Léandre ? Eux, qui se sont tant déchirés déjà pour elle, pour son amour ? Elle n’est pas la seule à vivre le dilemme de ce triangle amoureux qui est à ce jour plus qu’une illusion…

Quels choix se présentent à eux ? Comment gérer face à Soan ? Ne pas rentrer dans le moule de la société fait-il d’eux de mauvais parents ? Qui sommes-nous pour juger ?

Un troisième tome toujours aussi palpitant mais surtout empli d’une émotion et de sentiments dont on ne se lasse pas. Les triangles amoureux, ce n’est pas ma tasse de thé et j’ai déjà dû vous en parler dans mes précédents avis sur les deux premiers tomes, mais comment fermer les yeux et son cœur face à autant d’amour ? Un amour qui enfle un peu plus chaque jour et qui prend une place phénoménale. Pour Lilie, aimer un n’empêche pas d’aimer l’autre ni d’en aimer un moins que l’autre.

Un amour vrai, profond et sincère qui casse les codes. Un récit qui propose successivement le point de vue de chaque personnage, étonne, puis fait finalement mouche. À trois, je vous aime… est définitivement une trilogie coup de cœur !

Lougane Rose a su poser les bons mots, mettre en avant les bonnes situations mais surtout, montrer la passion et l’amour, le vrai. Cet amour qui nous prend aux tripes et nous fait sentir vivants. Cet amour qui s’accroît chaque jour un peu plus au point de faire éclater nos cœurs. Mais non… Le coeur est extensible lorsqu’il aime et qu’importe ce que l’on peut en penser. Avec ce récit, Lougane Rose parvient à nous faire changer de perspective sur les personnages au fur et à mesure que se dévoile la vérité sur leurs sentiments indescriptibles. Sur ce besoin incommensurable d’amour sur lequel, il est difficile de fermer les yeux et qui nous fait espérer sans savoir comment cela peut être possible. Un amour Complexe, difficile, écrit tout en finesse par une plume remarquable et amoureuse de l’amour. Sous le vernis de ce couple heureux, on entrevoit un manque irréductible de l’autre pour ne former qu’Un à trois. La trinité… L’auteur nous emporte dans un tourbillon d’émotions enivrantes et passionnelles. Une lecture intense, émotionnellement épuisante, passionnée et fusionnelle. Les scènes sensuelles apportent une beauté et une intensité au récit de telle façon que cela en est époustouflant. La beauté des gestes, de l’amour, de ce respect de l’un et de l’autre. C’est fou ! C’est percutant et cyclonique. C’est écrit avec tact tout en gardant une tension érotique sans jamais tombé dans l’explicite. J’en ai savouré chaque situation, parfois euphorique et parfois au bord des larmes. On tourne les pages sans avoir envie de les quitter, on en veut encore, on veut tout savoir sur le « après » malgré les trois tomes qu’on vient de passer.

Ce roman parle d’amour et j’ai envie de dire presque et uniquement de cela. Alors, si vous aimer vibrer et avoir un coeur qui se gonfle aussi grand que peut le faire celui des protagonistes, je n’ai qu’un mot à dire : Foncez !

L’amour c’est comme une boîte de chocolats, on ne sait jamais sur quoi on va tomber.

Un grand merci à Lips &Co éditions pour m’avoir permis de découvrir cette trilogie sublime et bouleversante en service presse Papier.

67453229_841060662939323_581980515423223808_n

 

 

L’avis de Carine sur Not a fuckin’ romance de Ena L.


 



41EutERy8EL._SX331_BO1,204,203,200_Titre : Not a fuckin’ romance

Auteur : Ena L.

Genre : Romance comédie romantique

Editions : Auto

Ebook : 4.99€

Broché 18.99€18.99€

Résumé : Moi c’est Aly, écrivain encore inconnu et en galère le jour, serveuse dans un bar louche la nuit. Ma particularité ? Je partage une colocation avec les cinq plus beaux spécimens que la Terre ait portés : un ex collant, un fantasme inaccessible, un connard mégalo collectionneur de femmes, un rayon de soleil ambulant et un amateur de naturisme. Mais s’il n’y avait qu’eux… Voilà qu’un sixième débarque, et pas n’importe lequel ! Un bad boy sexy et dangereux à souhait. Si vous souhaitez en savoir plus sur les péripéties d’une auteure en devenir et découvrir qui des six beaux gosses sera l’élu (ou pas), suivez le guide ! (Avertissement de l’auteure : Récit complètement cinglé et pas du tout assumé. Stop. Dommages sur le cerveau à prévoir. Stop. Pardon pour tout. Stop.)

Mon Avis :

Par où commencer…. Vous dire de foncer déjà le lire, serait une très bonne chose car qu’importe ce que je pourrai vous dire par la suite, ce roman c’est de la bombe atomique pour les fans accros à la romance et dévoreuses de roman que nous sommes.

Pourtant ce n’était pas gagné au départ. Il m’a fallu tout de même un certain temps pour entrer complètement dans le récit. Et ce ne sera peut-être pas gagné pour tout le monde. Le style déjanté et atypique de l’auteure qui se démarque dès les premières lignes est un pari très risqué qui va être compris et adulé sur la blogosphère par son originalité et le fait que chaque lectrice pourra se retrouver dedans à un moment donné. Que ce soit dans une situation, dans une fonction ou encore dans une de ses lectures. Mais pour une lectrice ou un lecteur lambda ? Saura-t-il comprendre les messages de l’auteure et ses analyses ? Dans tout les cas, ça l’a fait pour moi et je valide à 2000 %.

La part de vérité qu’il contient est démente et tellement bien mise en situation. Ena L. casse les codes de la New Romance en nous offrant un panel de clichés hors du commun et en les transformant à sa manière. Elle nous ouvre les portes de son cœur, de sa partie cérébrale à multiples facettes, habitée ou pas de plusieurs personnalités. Quel auteur n’est d’ailleurs pas habité de ses personnages ? Combien sont-ils dans leurs têtes ? C’est une question qu’on se pose souvent… A-t-on enfin une réponse dans ce roman ? Je pense que oui 😉

Dans la tête d’Ena L., on y retrouve Aly.  Aly cela pourrait être elle et nos convictions deviennent de plus en plus sûres au fil des pages. Ses pensées se mélangent entre l’héroïne et celle qui tient la plume. Mais l’héroïne ne tient-elle pas aussi une plume ? On dit qu’un auteur est souvent soumis à ses héros qui les mènent à la baguette et les emmènent un peu là où ils le désirent. Et c’est un peu ce que nous propose Ena L. dans Not A Fuckin’ Romance.

Aly est une jeune belle femme de 25 ans qui assume parfaitement son côté bisounours et vivre dans sa bulle. Tout comme ses tenues vestimentaires qu’elle porte fièrement et qui marque sa personnalité. Écrivaine, (du moins elle essaie) elle vient de sortir son premier roman, son premier bébé dont elle est super fière. Elle vit à Bordeaux où elle partage une colocation avec six bellâtres plus beaux les uns que les autres, des bombes sexuelles, des canons atomiques. Bref, vous m’avez comprise. Un bavoir est hautement recommandé lors de votre lecture, je dirais même impératif !

Tous, sont le cliché parfait des héros qui nous font rêver… Nous avons le Bad Boy ténébreux, dangereux a l’enfance malheureuse que chaque héroïne de roman voudrait sauver. L’ex-futur médecin, beau et prévenant… L’apollon bien monté, amateur de robes de chambre, le connard arrogant et prétentieux ou encore le demi-frère intouchable, tout comme le canon hyper, hyper sexy mais… Complètement gay qui est alors aussi intouchable que le demi-frère qui n’a pourtant pas le même sang qu’elle et sur lequel il n’est pas interdit de fantasmer… Ou d’espérer. Vous me suiviez toujours ? Bref, le panel parfait de nos héros ou anti-héros de nos romances qui nous font baver et devant lesquels la belle Aly ne manquera pas de devoir essuyer son menton à plusieurs reprises. Mais la question est : Qui sera l’élue de son cœur ? 6 colocataires mais une multitude de possibilités ou pas… N’oubliez pas qu’Aly n’est pas dans une Fuckin »romance et que rien de rien ne va aller dans le bon sens !

Ce qui est certain dans un premier temps, c’est qu’Aly est un peu perdue et peu sûre d’elle depuis la sortie de son roman. Elle, qui n’aime pas se confronter aux vérités qui font mal et préfère de loin vivre dans sa bulle et son monde imaginaire, se retrouve à devoir se mettre en avant malgré elle et ses petites voix qui la hantent en permanence vont la faire se remettre en question. Ok, elle écrit avec son cœur, avec ses tripes, mais comment savoir si cela va plaire ? Comment écrire l’amour et le rendre vivant quand on est incapable de le vivre soi-même et qu’on se contente d’envier celui des autres ? Pourquoi n’aurait-elle pas aussi sa belle histoire ? Ses relations sont un tel fiasco qu’elle se retrouve à être troublée par chacun des colocs, demi-frère compris. Jusqu’à présent ses ex l’ont toujours déçue et ne lui ont pas permis de se dévoiler en tant que femme. Aly c’est pourtant une amoureuse de la vie, des arc-en-ciel et des bisounours. Une grande fan de Manga qui refuse, dans un sens, de grandir. Mais, c’est avant tout un rayon de soleil qui illumine tout son entourage bien qu’elle ne s’en rende pas compte. Une amoureuse de l’amour tout simplement mais, le connaîtra-t-elle un jour ? Peut-être que le nouvel arrivant pourrait lui ouvrir la porte du plaisir ? Celle de son cœur ? Allumer la petite étincelle qui lui manque pour embraser celle qui se cache au plus profond de son être et lui permettre de se dévoiler ?

Un roman léger, rafraîchissant et complètement barré qui ne l’est pas tant que cela finalement, tant il s’approche d’une vérité tellement évidente dans ses analyses et ses révélations. Un récit cinglé et original qui ne manquera pas de vous faire passer un excellent moment de lecture. Une comédie pleine de saveurs, de sensations et d’émotions qui m’ont emportée dans un tourbillon d’exaltation des sens et de la perception des sentiments tout comme celle des doutes et de la souffrance. Mais, aussi la perception du plaisir avec des scènes sensuelles et chaudes vraiment bien écrites et décrites qui nous embrasent par tout ce qu’elles peuvent transmettre. Tension, sensations, combustion, émotions… Et bien d’autres encore…

Ena L. va dépoussiérer la romance avec son récit mais, aussi nous faire vivre l’envers du décor lorsqu’on est auteur. Elle va nous ouvrir les yeux sur tout ce que peut ressentir cette personne qui tient la plume et nous fait vivre de magnifiques aventures avec ses récits. Ses illusions et ses désillusions par le biais de son héroïne. Nous montrer aussi qu’un auteur peut donner le sens qu’il le désire à son histoire d’une multitude de manières, nous laissant comme deux ronds de flan puis, nous faire bondir prête à l’étriper mais, sans omettre un sacré fou rire. D’ailleurs, des fous rire, j’en ai eu pas mal. Je plaide coupable moi qui suis souvent réticente à un certain degré de comédie, il m’a été impossible de ne pas me laisser attraper dans cette folie aussi déjantée que profonde et subtile.

Comme dit en début de chronique, j’ai eu du mal sur le départ. Je l’ai posé deux fois et suis passée à une autre lecture. Ce n’était pas le bon moment pour moi tout simplement. Et je suis très heureuse de lui avoir laissé sa chance. Une fois en vacances et reposée, je l’ai repris et je n’ai pas pu m’arrêter de le dévorer. De rire, de verser ma larme aussi et ce, plusieurs fois. Alors, si comme moi le début vous perd un peu, il faut persister et surtout pas lâcher, quitte à le lire à un autre moment.

Ce roman est un concentré d’émotions en tout genre. Suivre l’évolution d’Aly, la voir grandir, s’ouvrir, m’a transportée jusqu’au mot fin. Une fin qu’on ne veut pas voir arriver pour ne pas quitter cette bande de colocataires hors du commun que l’on aimerait tous et toutes pouvoir rencontrer un jour. Surtout, cet amour qui unit Hugo à sa moitié qui m’a fait rêver et ressentir des myriades de sentiments. Non, je ne nous parlerai pas de la moitié d’Aly ! Qui vous dit qu’elle va la trouver d’ailleurs ? Mystère et boule de gum comme on dit, même si pour moi, c’était une évidence dès le départ et qu’Ena L. m’a scotchée sur sa façon de faire, d’être et surtout de garder ses personnages fidèles à eux-mêmes.

Merci Ena L. pour cette merveilleuse lecture que je ne cesse et ne cesserai de recommander. Pas merci pour l’épilogue et encore que… lol

 

Cupcakes & Co(caïne) #3 : La fin de la chicklit de l’été de Fleur Hana !


Hello les étoiles, je vous présente mon avis coup de coeur sur le final de votre chick-Lit de l’été. Cupcakes & Co(caïne) #3 de Fleur Hana !

Titre : Cupcakes & Co(caïne) #3

Auteure : Fleur Hana 

Éditeur : Auto-édition

Genre : Chicklit

Résumé : Observer, enquêter, coffrer. J’avais tout prévu. Sauf Charlotte Monroe.
Je bossais sur cette affaire depuis des mois.
L’objectif était de démanteler le plus gros trafic de cocaïne de la Côte d’Azur.
Ma couverture était parfaite et j’étais à ça, juste ça, de coincer ces mafieux russes.
Tout devait se dérouler sans accroc.
Enfin ça, c’était la théorie.
La pratique ? Aujourd’hui, je me retrouve en cavale avec cette femme terrorisée par les poneys nains, fanatique de fluo et incapable de faire trois mètres sans déclencher une catastrophe.

L’avisdeMya :

C’est pleine de regret et déjà nostalgique au mot fin de cette série qui m’a conquise par la fraîcheur naturelle de ses personnages, leurs vivacités et par son ton léger et humoristique. Dans ce troisième et dernier épisode, Fleur Hana nous a offert de nouvelles tribulations que nos chouchous vont devoir affronter tout les longs des chapitres.

Aujourd’hui, Charlie et Maxence sont acculés et doivent fuir la ville pour une destination connue que d’une poignée de personnes sans savoir que leur nid couvait un serpent venimeux. Ils doivent aussi se côtoyer un peu plus intimement. Sécurité oblige. Et oui, Charlie est devenue témoin à charge après le carnage perpétré dans sa boutique Cupcakes & Co. Elle, seule peut identifier les visages de ces criminels à la détente facile. S’ensuit un road-trip déjanté et des plus hilarants mais non dénué de danger. Entre un Maxence à la limite de l’implosion et une Charlie plus sûre d’elle et de son pouvoir sur son ange gardien attitré. La situation ne pouvait qu’être tendue entre eux. Surtout si on rajoute une poursuite effrénée et une taupe qui met à mal les mesures de sécurité drastiques employées pour protéger le témoin. La tension monte crescendo faisant voler en éclat le flegme de Maxence. Vous pouvez être sûre qu’il y avait de quoi percer sa carapace et le pousser à se dévoiler un peu plus à notre grand plaisir !

Celle qui a attribué l’appellation la chick-lit de l’été n’a pas exagéré ni n’a été de la pub mensongère. Dans ce final délicieusement orchestré, la cadence monte d’un cran. Ce dernier apporte sa part de danger, de révélations, de suspense, et même de trahison. Le tout mâtiné d’une bonne dose d’amour. Une histoire comme on les aime.

Après Charlie, la maladroite et Charlie, l’enquêtrice, on découvre Charlie, l’héroïne. Celle qui force le respect et l’admiration jusqu’à se retrouver le popotin à l’air sur YouTube. Franchement, même pas surprise. Dans le 2e épisode déjà, elle nous a donné la preuve que c’est une Warrior Girl. Et que dans les difficultés, elle puise dans sa force intérieure pour accomplir des miracles dont elle ne se sait pas capable. Elle va à Maxence comme un gant. Il tempère son caractère impétueux et elle apporte un peu de fantaisie dans sa vie rigide et régentée par le métier dangereux et instable qu’il exerce.

L’auteure nous a offert des personnages attachants et d’un humour illimité même, de la part de Maxence qui nous a habitué à un plus de retenu. Dans cet épisode, il s’est lâché et de la plus drôle des façons. Cherchez pas, l’effet Charlie est inévitable. Le lieutenant Vasseur est impuissant devant son charme irrésistible et ses sentiments n’en sont que plus décuplés. Mais, quand il s’agit de faire son boulot et la protéger, il est intraitable et s’entête à attendre l’Après avant de succomber totalement.

Avec une plume fraîche, légère et sans prise de tête, Fleur Hana nous embarque pour un été gourmand et rafraîchissant plein de rebondissements, de suspense et des barres de rires à nous décrocher les mâchoires. Du sport à moindre coût pour nos zygomatiques. De quoi faire le plein de la zen attitude et faire du bien au moral. Pas le temps de s’ennuyer, les pages qui défilent d’elles-mêmes et les chapitres qui s’enchaînent jusqu’au mot fin. Et là, on se rend compte qu’on voudrait plus d’eux, impossible de les quitter sans un dernier mot d’adieu. Heureusement que Fleur y a pensé et nous a concocté un petit bonus que vous pouvez trouver en vous abonnant au mailing-list !

Une chick-Lit à lire, à consommer sans modération où que vous soyez et fortement recommandée pour lutter contre les coups de blues d’après reprise du boulot. À déguster cette succulente recette dans le métro, pendant la pause déjeuner, ou sur la plage. Voire calfeutrée chez toi à l’abri du cagnard. L’objectif, est de ne surtout pas passer à côté !

Une mention spéciale à Nonna, le parfum venu d’ailleurs, la grand-mère déjantée et sans filtre, à Jolly Jumper et à T-Rex pour leur contribution à l’embellissement de cette histoire. C’est clair qu’ils ont laissé une empreinte indéniable dans l’histoire d’amour de Charlie et Maxence. Vous saurez le pourquoi et comment à la fin de votre lecture !

Merci à Fleur Hana pour son écriture généreuse ainsi que pour sa confiance. Je suis prête pour une nouvelle aventure !

 

67645361_467702973787443_5310895604610629632_n

 

 

 

 

L’avis de Carine sur VE.RI.TAS un roman de Isabelle fourié aux Editions Black ink


41JZI8f0hWL._SY346_

Titre : VE.RI.TAS : personne n’est parfait

Auteur : Isabelle Fourié

Editions : Black Ink

Genre : Romance

Ebook : 4.99€

Résumé :

Bienvenue à Harvard.
Hockeyeur vedette de l’équipe universitaire, Léo est le stéréotype de l’étudiant populaire. Beau, riche et arrogant, il est le fantasme de la gent féminine et use de son charme pour obtenir ce qu’il veut. Tout semble lui sourire.
Pourquoi proposer un marché des plus étranges à la belle mais glaciale Astrid ?
Pourquoi accepte-t-elle de jouer sans contrepartie sa petite amie factice ?
Indubitablement attirés l’un vers l’autre, cette histoire va rapidement les dépasser. Les mensonges derrière lesquels ils se cachent résisteront-ils bien longtemps ? La vérité brisera-t-elle ce lien inattendu mais si particulier qui les unit ?

Mon avis  :

VE.RI.TAS

7 lettres synonyme d’une romance coup de coeur, splendide, addictive et passionnelle…

 7 lettres d’un titre sublime dans lequel tricher n’est pas jouer…

A mi-chemin entre la Vérité et la Confiance,

Ma vérité à moi est de vous dire de ne pas passer à côté de ce roman !

La vie d’Astrid Du Prey de Latour Van Deer Meer est dictée par son nom, son rang et l’argent de sa famille. Être la petite fille d’une princesse, cousine d’un Roi et femme de milliardaire n’a pourtant rien de glamour, ni pour elle, ni pour sa sœur Amaraah. Toutes les deux détestent son Altesse qui le leur rend si bien.

Son éducation a fait d’elle une personne froide qui a dû apprendre à enfouir ses sentiments au plus profond d’elle-même. Au point qu’il en est même difficile entre sœur, d’exposer leur attachement mutuel et leurs propres émotions.

Enchaînée à un passé et rongée de culpabilité, enchaînée à un titre qu’elle déteste, Astrid aspire à vivre son moment en s’éloignant du vignoble familial . Après un cursus exemplaire et son acceptation au sein de l’université de ses rêves, elle quitte la France, y laisse son nom, sa fortune et se rend incognito dans cette université prestigieuse et exigeante qu’est Harvard. Et ce ne sera en aucun cas pour élargir un quelconque réseau de connaissances ou d’amis qui est à ce jour d’ailleurs inexistant qu’elle souhaite s’y rendre, mais pour y trouver sa vérité ….

Cette vérité qui lui permettra de briser les chaînes qui la retiennent d’elle-même, briser cette peine qui enserre son cœur et son âme jour après jour… Se trouver, trouver sa vérité… Véritas… La devise de Harvard qui l’a conduit jusqu’à Boston et qui va la mettre sur le chemin de Léo…

Léo Montgomery, le parfait petit bourgeois connard de première, vedette de l’équipe de hockey de l’université mais, soumis lui aussi aux exigences d’une famille vénale qui fait passer titre et argent avant le bonheur de leurs enfants. Oncle sénateur, père homme d’affaires et une Reine mère qui régente son existence avec des actions pas très louables, Léo ne souhaite plus se faire dicter sa conduite. Malheureusement il n’a pas le choix. Il serra bientôt marié à une femme qu’il déteste pour vivre une vie qui ne lui ressemble pas.

Décidé a profiter de sa dernière année de liberté à Harvard comme il l’entend,  avec qui il l’entend, il sait pertinemment que quoi qu’il fasse il sera perdant face à ses obligations.

Mais sa rencontre percutante avec Astrid pourrait bien lui apporter un peu de fraîcheur si cette dernière se montrait moins farouche. Ce qu’il ne sait pas encore, c’est sur Qui, il est tombé car Astrid n’est pas du genre à craquer pour le premier play-boy venu. Élevée pour diriger et non se soumettre, la partie va être des plus délectables…. Particulièrement lorsqu’il va lui proposer un drôle de deal

VE.RI.TAS : Personne n’est pas parfait mais, le cœur, lui ne cherche en aucun cas la perfection du moment qu’il bat en écho pour la première fois de sa vie.

Un roman coup de cœur avec des personnages hauts en couleur qui ne manquent pas de caractère et qui de par leurs situations familiales, apportent une nouveauté rafraîchissante dans ce style de lecture. Des histoires qui se déroulent à l’université, il en existe des tonnes, mais avec des protagonistes tels que nous retrouvons ici, je trouve que VE.RI.TAS sort nettement du lot.

Je découvre la plume d’Isabelle Fourrié dans cette romance que j’ai trouvée plus qu’addictive grâce à la complexité familiale qui entoure nos protagonistes. On pourrait s’y perdre par les moult informations données pour donner le ton et les bases de l’histoire mais, cela n’a pas été le cas pour moi qui suis rentrée dedans les deux pieds en avant et avec un plaisir non dissimulé de découvrir enfin autre chose.

Une héroïne comme je les aime, forte et déterminée malgré, ses démons et son traumatisme qui la rendent parfois vulnérable. Un héros à qui on veut mettre un coup de pied bien placé dès le départ tellement il peut être horripilant, mais qu’on chérit au fil des pages dès qu’il nous ouvre ses pensés et particulièrement son cœur.

Deux êtres qui semblent à l’opposé l’un de l’autre mais, qui se ressemblent pourtant plus qu’il n’y parait… Deux combattants pour leurs libertés. Deux jeunes adultes richissimes mais, dont le destin tout tracé ne prend pas en compte la plus belle des richesses, celle des sentiments naissants et l’appel du cœur….. Deux âmes blessées chacune à sa façon qui fait que la vérité n’est pas toujours bonne à dire. Et pourtant cette vérité les pousse l’un vers l’autre en s’acceptant tels qu’ils sont, tels qu’ils souhaiteraient être, passant au-delà de leurs barrières, de leurs craintes et du manque de confiance. Deux points de vue qui nous offrent toute la complexité des âmes de nos protagonistes, leurs forces, leurs faiblesses, leurs sentiments, leurs mensonges mais surtout, leurs vérités…

L’auteure nous embarque dans leur monde, leur histoire et nous la fait vivre, nous offrant ainsi une multitude de papillons dans le ventre. Astrid n’avait pas conscience que cela pourrait être possible, elle ne voulait laisser personne d’autre s’immiscer dans son cœur pour ne pas souffrir de le perdre. Mais, c’était sans compter Léo, qui de plus,va être un professeur hors pair, la rendant très studieuse et assidue à des cours plus que particuliers. Il va faire sortir le papillon de sa chrysalide pour lui permettre de laisser s’envoler tous les sentiments retenus prisonniers de son cœur. Un amour qui sera fort et intense malgré les secrets qui l’entourent. Un amour factice à la base qui deviendra tellement puissant qu’il leur apportera la force nécessaire pour se battre.

J’ai beaucoup apprécié que l’auteure nous fasse vivre l’année universitaire dans sa totalité, nous montrant aussi par ce fait, que tout ne se fait pas en un jour. Tout n’est pas toujours facile et qu’il faut laisser le temps au temps pour que la vérité et la confiance consolident un tout. Une relation. L’amour. Oublier le passé et donner sa chance au futur. Apprendre la confiance en soi mais, aussi la donner aux autres. Apprendre à vivre et à réaliser ses rêves. Apprendre qui on est, qui on veut être et être enfin soi-même.

Une plume fluide et addictive qui m’a emportée dans cette romance sensuelle, caliente, forte en émotions et aux personnages très intéressants auxquels on s’attache sans préavis. Les principaux comme les secondaires, ils sont tous très attrayants, ayant chacun leur passé, leur secret et leurs démons qu’ils combattent avec force et détermination.

Ce roman est le grand gagnant du concours « University » des Éditions Black Ink et il mérite amplement sa première place.

Un grand bravo à Isabelle Fourié, une auteure prometteuse que je suivrai avec plaisir lors d’une prochaine sortie.

VERITAS 😉 les joueuses

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’oiseau Rare d’Émilie Collins chez BMR !


Hello les étoiles, je vous présente mon avis coup de coeur sur L’Oiseau Rare d’Émilie Collins, publié chez BMR. Une magnifique et touchante romance que je vous recommande vivement.

Titre : L’oiseau Rare

Auteure : Émilie Collins

Éditeur : BMR

Genre : Romance

Broché : Lien d’achat

Service presse : NetGalley France

Résumé : Une poignée d’habits détrempés, une voiture au réservoir à moitié plein et sa chienne Sita, voilà tout ce qu’il reste à Zélie. Mise à la porte de chez elle après une dispute houleuse, sans personne sur qui compter, elle décide de suivre la trace d’une mystérieuse lettre qui la conduit dans un petit village de campagne.
Là-bas, le pire se produit, et Sita est renversée par un chauffard. C’est alors que Mathias, jeune vétérinaire qui habite en face, prend sous son aile l’animal blessé et sa maîtresse. Mais la plus cabossée des deux n’est pas celle que l’on croit. Tout le village va bientôt s’occuper de la jeune fille farouche qui va vite s’avérer être un souffle puissant pour dépoussiérer les blessures et les secrets.

L’avisdeMya :

La vie de Zélie a basculé par un temps pluvieux et glacial. Depuis quelque temps déjà, cela n’allait pas mais, ce jour-là figure dans son top des records du pire ce qui aurait pu lui arriver. Jetée dehors avec le peu qu’elle possédait, càd sa chienne, Sita, et quelques affaires abîmées par la pluie, Zélie ne sait pas où aller ni vers qui se tourner. Seule au monde et ruinée, elle roule au hasard, jusqu’à ce qu’elle tombe sur un courrier qui lui a été adressé et qu’elle a oublié d’ouvrir.

Zélie ne sait pas encore que ce pli la guide avec sa destinée. Quand une porte se ferme, une autre s’ouvre, dit-on. Et celle de Zélie s’ouvrit et toute grande !

Mathias, après une longue et dure journée à soigner les petits et gros bobos de ses patients, il n’aspirait qu’à dormir du sommeil du juste. Une nuit réparatrice bien méritée. Mais, ce qu’il n’attendait pas, c’est de passer sa nuit à sauver la vie de Sita et prendre soin de sa mystérieuse maîtresse en piteux état.

Mathias n’attendait pas à trouver l’amour, mais le destin a décidé pour lui. Zélie et Zita se sont immiscées dans sa vie et dans son cœur sans préavis. Mais si cette dernière a vite été charmée par sa bonté de cœur, c’est loin d’être le cas de la première.

Son moineau effarouché, on lui a visiblement abîmées les ailes et freiné son envol vers la liberté. Elle est cassée, méfiante mais, Mathias est cap de réparer ses ailes brisées comme il a réparé celles de Sita. De l’amour, il en a à revendre et compte apprivoiser son cœur blessé. Mais se laissera-t-elle approchée ?

Mais quand les non-dits et les secrets s’en mêlent, l’amour ne suffit plus. Et quand la jalousie et le manque de communication s’invitent dans un coupe, la raison s’en va !

L’Oiseau Rare est le genre de romance qui commence à se faire rare. C’est désormais une de mes incontournables. J’ai été charmée par autant de douceur, autant de poésie qui se dégage des mots d’Émilie Collins. C’est ma première découverte de l’auteure et j’ai été conquise par sa belle plume, son style épuré et ces émotions diffusées avec générosité et une grande sensibilité. Autant la romance était magnifique, autant l’intrigue était accrocheuse et rondement bien menée, autant la thématique abordée par l’auteure était bouleversante.

L’Oiseau Rare est une histoire émouvante et vibrante de sincérité. Une histoire prenante de seconde chance, de formidables amitiés et pas que… Si addictive qu’on tourne les pages aussi vite qu’on peut et on se délecte de cet amour enchanteur qu’elle nous offre.

L’auteure nous propulse dans un univers féerique et tout en douceur. On s’attache facilement à ses personnages pleins de bienveillance. Zélie ne s’est pas faite seulement des amis. Elle a retrouvé une famille accueillante et aimante qu’elle ne pensait plus avoir. Tim, Mamie Thym, Christophe, Christine… Et d’autres, l’ont entourée de bonté, de tendresse, de soutien et de leur amitié. Quant à Mat, loin d’être parfait mais, il a su gagner mon respect par son comportement généreux et sa patience. Et aussi par sa persévérance même si l’attitude de Zélie n’était pas des plus engageantes. Bref, un vrai chevalier des temps modernes.

En somme, j’ai adoré cette magnifique histoire, une romance qui a su toucher mon cœur et je suis sûre qu’elle touchera les vôtres si vous tentez l’aventure ! Vous l’avez sûrement deviné, une lecture coup de coeur !

Merci à BMR pour l’octroi du service presse numérique via NetGalley France et merci à Émilie Collins pour cette belle émotion !

65943694_1502781049864127_7245510412743999488_n

 

 

 

Mon Univers #1 (All in) d’Emma Scott. Une édition de Juno Publishing France !


Hello les étoiles, je vous présente mon avis coup de coeur sur Mon univers, le premier tome de la duologie All In d’Emma Scott. Merci à Juno Publishing France pour l’envoi du service presse numérique via NetGalley France !

Titre : Mon Univers #1 (All in)

Auteure : Emma Scott

Éditeur : Juno Publishing France

Genre : Romance M/F

Broché : Lien d’achat

Service presse : NetGalley France

Résumé : Je t’aimerais pour toujours, si seulement j’en avais la chance

Kacey Dawson a toujours vécu sa vie à fond, impulsivement, parfois imprudemment. Maintenant, guitariste dans un groupe très prometteur, elle est à deux doigts de toucher à la gloire et la fortune. Mais Kacey est partagée entre vouloir devenir une musicienne sérieuse et les démons qui l’attirent vers le monde scintillant, mais imprégné d’alcool qu’est la célébrité. Un concert raté à Las Vegas menace de complètement ruiner sa carrière. Elle se réveille avec une gueule de bois phénoménale et aucun souvenir de la nuit passée, ni comment elle s’est retrouvée sur le canapé de son chauffeur de limousine… Jonah Fletcher est à court de temps. Il sait que sa situation est sans espoir, et s’est juré de profiter des quelques mois qui lui restent. Ses plans consistent à assister à l’inauguration de son oeuvre en verre dans une prestigieuse galerie d’art… cela n’inclut pas de tomber amoureux de la rockeuse, sauvage et agitée qui a atterri sur son canapé. Jonah voit que Kacey est sur une pente destructrice. Il la laisse rester avec lui durant quelques jours afin de lui permettre de se redresser. Mais aucun d’eux n’anticipait le lien profond qu’ils ressentent, ni comment cela pouvait changer si rapidement d’amitié en autre chose. Une chose profonde, pure, qui change la vie… Une chose aussi fragile que du verre, ils le savent bien, qui explosera au final, peu importe à quel point ils essaient de s’y accrocher. Aimer avec tout son coeur, sacrifier, connaître une douleur terrible et une joie grandissante. Vivre sa vie avec toutes ses beautés, ses peines, et à la fin, être capable de sourire à travers les larmes et savoir qu’on n’aurait pas changé une seule chose, c’est tout simplement cela que nous apprend Mon Univers.

L’avisdeMya :

Kacey Dawson, guitariste d’une étoile montante, est sur la mauvaise pente. Sur les routes trop jeune et depuis trop longtemps. Aujourd’hui, elle ne tient debout que grâce à sa copine Lola et à son compagnon meurtrier qui remplit sa vie solitaire d’ombres et d’éclats, éphémères soient-elles.

L’alcool lui apporte l’oubli et balaie ses mauvais souvenirs, son mal-être et son manque de confiance en elle. Elle est douée pour les mots et c’est grâce à elle que le groupe commence à connaître une certaine notoriété. Mais la jeune fille préfère rester en retrait et dans l’anonymat. Les seules choses dont elle a besoin, c’est être sur scène et de ces moments de pure connexion avec ses fans qui la noient dans un bain de foule rempli d’amour. Oui, d’amour. Le problème de Kacey vient de là. Privé de tout sentiment affectif, de tout contact humain depuis sa naissance que le moindre geste envers d’elle, la remplit d’allégresse.

La déchéance n’est pas loin. Car à la fin de chaque concert, on la ramasse à la petite cuillère. Jusqu’à ce jour…C’est dans ces moments de doute que Kacey va à la rencontre de son destin !

Kacey provoque une émeute dans la boîte de nuit où elle se produisait avec son groupe. Et son sauveur n’est autre que le chauffeur de la limousine que le Label met à leur disposition.

Depuis sa rencontre avec Jonah Fletcher, sa vie s’est remise sur les rails. Et sa tête a cessé de tourner dans tous les sens. Kacey a retrouvé le petit truc qui manquait à sa vie sans qu’elle sache quoi.  Jonah, en peu temps, est devenu son évidence, sa boussole dans les ténèbres. Ce travailleur du verre lui a appris la valeur du temps et lui a montré l’estime d’elle-même. Et aussi la valeur de ces petits moments que la vie lui offre. La vie est si courte et la mort est si brusque, est devenu leur mantra. Jouir de ces moments jusqu’à plus soif pour ne pas avoir des regrets. Pour remplacer les mauvais souvenirs par d’autres plus beaux.

Mais d’où tire-t-il toute cette sagesse ? Jonah est un être à part. Réservé et tient à sa routine. Sa philosophie de vie, il ne l’a pas inventée. Mais il l’a tirée des épreuves qu’il subit en silence et avec pudeur.

Avant sa rencontre avec Kacey, il était obnubilé par le temps. Déterminé à accomplir sa mission avant que la date fatidique n’arrive à échéance. Aujourd’hui, le temps, n’est plus aussi important que partager ces petits moments et accumuler le plus de beaux souvenirs possibles avec son âme sœur. Celle qui a apporté le soleil et un peu de couleur dans sa grisaille. Avant elle, il ne se laissait pas approcher. Il ne s’attachait pas. La solitude lui convenait. Seuls sa famille et ses deux meilleurs amis qui avaient droit à son intimité et à sa confiance. Il accomplissait sa routine, résigné.

Aujourd’hui, il est avec elle, il rit avec elle, il aime et il est aimé comme il le mérite enfin. Il occulte la douleur qui noue ses entrailles. Il est serein et en accord avec lui-même. Il vit l’instant tout simplement ! Elle est son univers autant qu’il l’est pour elle ! Et s’ils devaient mourir le lendemain, ils partiront heureux de connaître cette félicité que leur amour leur octroie.

Tout ce qu’il veut, c’est vivre le présent avec la femme de sa vie. Et qu’importe ce que le destin leur réserve. Tragique soit-il !

Un millier de coups au cœur pour ce premier tome de la duologie All In. Mon univers est un cocktail d’intenses émotions. Un condensé de souffrance. Et une mosaïque de moult et belles couleurs. Une histoire bouleversante qui m’a brisé le cœur. Une découverte d’une plume au talent fou qui diffuse de l’émotion à volonté. Une histoire douloureuse mais aussi riche d’un plein de petites choses ou petits moments qui donnent le sourire et rendent heureux. Un amour aussi altruiste qu’égoïste. Aussi beau que déchirant. Fusionnel, intense et aussi d’une douceur incommensurable…

Les personnages sont si attachants. Autant les principaux que les secondaires. Ces derniers ont apporté la pierre à l’édifice pour le consolider et amener le sourire quand la tristesse envahit nos cœurs. Kacey qui était si seule s’est trouvé une famille. Une famille qui l’a accueillie à bras ouverts et sans jugement. Cette famille même sur laquelle elle pourrait compter et l’accompagnera dans les moments difficiles ainsi que dans les bons moments.

Si vous ne l’avez pas encore lu, je vous recommande de foncer découvrir cette pépite émotionnelle qui restera dans mon cœur et à jamais !

65467199_841906006193476_5550070225812062208_n

 

L’avis de Carine sur Reckless Love, un roman de Diane Hart chez Butterfly Editions


51Vb0A90l7L._SY346_.jpgTitre : Reckless Love

Red romance

Auteur : Diane Hart

Editions : Butterfly

Genre : Romance

Ebook : 4.99€

Broché : 25.99€

Résumé : Installé à New-York depuis la fin de ses études, Jack O’Shea cumule les succès. Fortune, pouvoir, femmes, tout lui réussit. A la tête d’un fonds d’investissement, il mène son existence d’une main de maître, mais surtout de fer. Pour ce séducteur ténébreux et inaccessible, la vie ne doit rien laisser au hasard. Le hasard génère des imprévus et Jack déteste les imprévus… du moins jusqu’à ce qu’il pose les yeux sur la meilleure amie de sa soeur. A vingt-cinq ans, Lauren Williams a tout pour elle. Ravissante, brillante et indépendante, elle sait ce qu’elle veut et où elle va. Alors que la plupart des femmes la jalousent, les hommes, eux, la désirent. Lorsqu’elle décroche un job aux Etats-Unis, la jeune femme est aux anges. Enfin ça, c’était sans compter sur l’arrogant, mais néanmoins irrésistible frère de sa plus vieille amie. Entre eux, l’attraction est inattendue, dévorante et pourtant, impossible. Elle est sensuelle, insaisissable et désinvolte or, représente tout ce qu’il a toujours fui. Il est séduisant, énigmatique et fait resurgir en elle les sensations défendues d’un passé compliqué. Déchirés par le poids de leur histoire respective et le désir dévastateur qui les consume, Jack et Lauren parviendront-ils à lâcher prise ? Et surtout, en assumeront-ils les conséquences ?

Mon avis :  

Après avoir eu un énorme coup de cœur pour Baby-sitting Love, c’est avec une joie immense que je me suis plongée dans ce spin-off, Reckless Love.

Jack n’est plus le petit garçon de 5 ans que nous avons pu connaitre dans le premier opus. C’est aujourd’hui un homme sublime qui n’a rien à envier à son père. Vous me direz que c’est un O’Shea, rien d’anormal, mais c’est encore plus que ça.

Installé à New-York, il mène une vie bien remplie entre le métier qu’il exerce, ses plans cul et sa passion de s’envoyer en l’air à bord de son planeur. Jack aime l’argent, les belles femmes et les belles choses. Il a le moyen de se payer tout ce qu’il désire. Comme rouler en McLaren ou voyager en Jet Privé. Il a bossé assez dur et a réussi à se faire un nom que tout le monde connait et ce n’est en aucun cas grâce à papa O’Shea avec lequel il est en conflit depuis plusieurs années.

Jack est à la tête d’un fond d’investissement qu’il gère de main de maître et qui lui rapporte plus d’argent qu’il n’en faut. Perfectionniste obsessionnel, sûr de lui, Jack est le businessman new-yorkais que toutes les femmes veulent épouser… Ou simplement avoir la chance qu’il pose un pose un jour les yeux sur elles. Voire les mains sur leurs corps qui fument dès qu’elles le croisent. Ténébreux, irrésistible et arrogant au plus haut point, Jack est surtout… Inaccessible.

Il a fait le choix de vivre seul, de ne pas s’attacher. Tomber amoureux ne fait pas partie de ses plans et il fait tout pour que cela ne lui arrive pas. Il couche rarement deux fois avec la même fille et ce, même si elle pourrait le transporter sur la lune. Il cloisonne tout, contrôle tout, et ne laisse personne l’atteindre. Un peu cliché ? Il pourrait vous dire que vous avez sûrement raison mais qu’il se tape en fait de ce que vous pouvez en penser. Jack a fait un choix avec lequel il vit en parfaite harmonie. L’amour est une source de souffrance et un piège qu’il préfère simplement tenir éloigné de lui mais ça… C’était sans compter sur les idées lumineuses de sa morveuse de sœur qui va le supplier d’héberger sa meilleure amie, Lauren. Elle arrive à New-York, et son appartement ne sera disponible que dans trois petites semaines.

Lauren… Jeune femme brillante, indépendante et volontaire qui vient de décrocher « Le poste » qui prouve aux yeux de tous qu’elle n’est pas une simple femme magnifique mais, qu’elle a aussi une tête bien remplie. La nature l’a faite plus que jolie et elle a très vite compris l’effet qu’elle pouvait avoir sur les hommes.

Mais si elle a su en jouer à un moment de sa vie, aujourd’hui, elle n’a aucune envie de se consacrer à une relation quelconque, car en tant que carriériste bourrée d’ambition, son seul désir est son accomplissement professionnel et rien ne pourra se mettre en travers de son chemin.

Mais lorsqu’elle va croiser les deux perles grises de son colocataire, il se pourrait bien que sa joie de vivre se transforme en un désir brûlant et inassouvi qui la consume intérieurement et qui la laisse en combustion totale H24 ! L’attraction entre eux va être immédiate, inattendue, déroutante et surtout… Impossible.

Jack n’arrive plus à la sortir de ses pensées tout comme il hante les siennes. Elle est tellement sûre d’elle… Tellement excitante… Tellement belle… Il a du mal à ne pas penser à tout ce qu’il aimerait lui faire. Elle dégage cette assurance de la femme qui n’a pas froid aux yeux et qui sait ce qu’elle peut faire d’un homme…. Lauren serait-elle une (Jack) au masculin ? Il se pourrait bien mais, … Comment pourrait-il combattre son double ?

Une fois de plus ce sera un énorme coup de cœur ! Diane Hart a réussi à m’embarquer sans que j’en oublie, non plus, le petit Jack. Cependant, j’avais peur de ne pas pouvoir faire abstraction du fait que dans le premier opus, il n’avait que 5 ans et pourtant, sans l’oublier, c’est bien Jack, le trentenaire qui m’a fait fondre comme neige au soleil. Liquide oui une fois de plus, il me semble bien avoir noté ce qualificatif dans le premier et il a toute sa place dans celui-là aussi.

J’ai vraiment passé un excellent moment de lecture avec Reckless love. Tout est profond, intense, sensuel et complètement addictif. Les pages défilent, 800, ce n’est pas rien et pourtant… À chaque page que l’on tourne on se délecte de tout. Les joutes verbales, les émotions, le désir qui les consume et qui nous donne chaud à maintes reprises. Et ce n’est pas la canicule qui est en cause.

Chaque doute, remise en question ou encore chaque peur nous coupe le souffle. Cette douleur qui émane des personnages est vraiment palpable et on s’attache tellement vite à eux que tout en est décuplé. Chaque moment fort est détaillé et écrit tout en subtilité ce que nous pousse encore plus loin dans les émotions. L’auteure nous aspire dans son récit et refuse de nous relâcher.

La plume de Diane a beaucoup évolué par rapport au premier opus. Toujours aussi fluide et pleine de peps. Elle est aujourd’hui plus affûtée, recherchée, mûrie. Mais son humour et sa fraîcheur sont toujours aussi présents.

Avec Reckless Love, elle nous emporte d’un bout à l’autre dans une rythme qui suit l’évolution du récit. Plus lent sur le départ avec beaucoup de descriptifs pour nous permettre de bien visualiser le milieu bourgeois dans lequel nos personnages évoluent. Je ne suis pas fan de trop des citations redondantes de marque, mais en même temps cela donne le ton. Puis crescendo, la tension arrive, et Diane Hart va la pousser à son paroxysme pour notre plus grand bonheur.

Au plus, Lauren va challenger Jack, au plus, l’attirance sera forte. Au plus il va la repousser, au plus, la frustration fera monter la température de son excitation jusqu’au point de non-retour. Ils se cherchent, mais refusent de se laisser aller à leurs désirs. La tentation est beaucoup trop forte pour qu’ils tiennent le coup. Les barrières qu’ils ont pu ériger au fil des années, tombent les unes après les autres. Les carapaces se disloquent et font ressurgir toutes les fêlures de leurs passés qui seront un énorme frein à un quelconque avenir.

Deux êtres magnétiques dont un désir fou et incontrôlable va les pousser dans leurs retranchements jusqu’à ce que cela les dévastes et qu’ils prennent conscience que le destin n’est pas dicté par le passé. Que l’avenir peut-être différent que ce qui est écrit s’ils le vivent main dans la main, s’ils lâchent prise… . Mais quand la peur s’en mêle… Rien n’est rationnel.

Le plus de cette histoire, sera également cette intrigue qui rajoute du piment avec un suspense qui prend le dessus à un moment donné. Tout colle parfaitement et s’imbrique dans le récit à la perfection. Et que dire de ma joie de retrouver Savannah et Calhann … Est-il nécessaire que je vous en parle ? Non pas vraiment car si vous voulez aussi les retrouver, il ne vous reste plus qu’à lire ce spin-off tant attendu et qui est une pure réussite.

Merci Diane de m’avoir fait une nouvelle fois vibrer avec les O’Shea et j’espère que nous aurons un jour la joie de pouvoir suivre les aventures de Poppy.

Merci Aurélie pour ce merveilleux service presse qui, comme le premier, est un énorme coup de coeur, de chaud, de… un ventilateur please !

65386768_681626998941664_4383467412121452544_n

 

 

Combat d’amour, tome 2 : Du désir à la passion de Loraline Bradern, mon avis !


Hello les étoiles, je vous présente mon avis coup de coeur sur Du désir à la passion, le 2e volet de Combat d’amour. Une romance historique signée Loraline Bradern aux Éditions AdA dans la Collection Monarque !

51Suv0nKZkL._SX317_BO1,204,203,200_

Titre : Combat d’amour, tome 2 : Du désir à la passion

Auteure : Loraline Bradern

Éditeur : Éditions AdA

Collection : Monarque

Genre : Romance historique

Broché : Lien d’achat

Résumé : Décidée à sauver son père, Alinor tente de séduire Gautier de Fougères pour sassurer de son aide dans son entreprise, mais sa tentative échoue. En dernier recours, la jeune femme se résout à utiliser la force contre lui. Contrainte de laffronter les armes à la main, elle est vaincue et le Normand commet une faute irréparable. Entretenant malgré elle une liaison avec lennemi, Alinor est déchirée entre sa loyauté envers son père et ses sentiments naissants pour lenvahisseur. Et cest sans compter le danger qui plane sur sa tête depuis le retour du malfaisant Gervais de Mortreux.

L’avisdeMya :

Avant de vous partager mon ressenti sur cette pépite historique, laissez-moi tout d’abord remercier Loraline Bradern pour l’envoi du service papier dont la couverture donne envie de se plonger dans cette magnifique pépite (Vous conviendrez avec moi que le model est canon n’est-ce-pas LOL). Histoire et romance riment en symbiose, contrairement au premier tome où l’histoire primait sur la romance. Contrairement à d’habitude, et pour éviter tout spoiler, je ne vous relaterai pas le cheminement de la trame, j’estime que le résumé de l’éditeur en révèle assez !

J’ai été ravie de ma lecture du premier tome, et le deuxième s’est avéré de loin meilleur que le coup de coeur n’a pas raté ! Car, à toutes les trépidations qu’on a eues dans le 1er volet, s’ajoute l’évolution de la relation entre Alinor et Gautier qui vivent dans le déni complet et n’arrivent pas à s’avouer l’inavouable ! Une relation toujours aussi épique, orageuse et pleine d’étincelles.

Vous l’avez compris, Alinor ne cède pas du terrain à son ennemi et toute occasion est bonne pour à aller à l’encontre de son autorité dominatrice. Quant à Gautier, impuissant devant autant de rébellion, puise dans ses dernières réserves le peu de patience qui lui reste pour faire abdiquer sa saxonne tant bien que mal, sans jamais vraiment y arriver. Si ce n’est en lui imposant sa force virile.

Les seuls moments dans lesquels ils se livrent l’un à l’autre sans arrières pensées, sans penser au lendemain. Occulter les aléas de la guerre, contrebalancer l’honneur et la loyauté. Leur seul souci, c’est de mêler leurs sens corporels et s’en enivrer jusqu’à oublier qui est l’ennemi, qui est l’allié. Exit le vassal et le suzerain. Il ne reste qu’eux. Enfermés dans leur bulle saturée de parfum distillé par un désir fou et ardent. Leurs sentiments percent et transpercent de sincérité et de volupté dans ces étreintes volés au temps et aux convenances d’usage !

Alinor est tel un mustang avide de liberté et rétive que même la manière douce ne vient pas à bout de son caractère sauvage. Et Gautier, toujours égal à lui-même. Flegmatique sauf quand sa Saxonne le mène en bourrique, et devant ceux qui s’approchent de trop près d’elle. Loyal à son roi et fidèle à ses convictions. Très protecteur et possessif. Surtout envers une femme qu’il n’aimerait pas revendiquer étant réfractaire au mariage et à la chasse des dots. Mais qu’il ne laissera dans les bras de quiconque !

Devant une passion dévoreuse mâtinée de manipulation, de complot et d’une menace avérée, le corps et le cœur ne cèdent pas d’un iota devant la raison !

Ces deux derniers, nous ont offert un sublime voyage à travers les temps. Une épopée au cœur des conflits autour d’une couronne conquise où rien ne leur est épargné. Danger, tourments du devoir et du désir ! Les personnages secondaires n’ont pas démérité. Surtout Thibaud, qui n’en manquait pas une pour taquiner et pousser son ami dans ses derniers retranchements. Il me tarde de découvrir le volet qui lui est consacré, car, en plus du personnage rigolo, je suis sûre qu’il a des choses captivantes à nous raconter à son tour.

Un coup de cœur pour ce deuxième de la série Combat d’amour. Loraline Bradern a fait de l’excellent travail avec sa belle et talentueuse plume. Elle nous a offert le combo parfait pour faire une bonne romance historique et nous embarquer d’office et sans préavis au cœur d’une histoire pleine de rebondissements, de suspense, d’humour et de sensualité.

Un turn-page que je vous recommande de découvrir que vous soyez amatrices de romance historiques ou pas…

 

64449773_2250417398607466_5436785433973358592_n

 

 

 

Amour, flingues et macaronis d’Anna Triss, mon avis !


Hello les étoiles, je vous présente mon avis coup de coeur sur cette pure folie nommée, Amour, flingues et macaronis, une comédie romantique signée par la plume talentueuse d’Anna Triss ! Merci à Black Ink éditions pour l’envoi du service presse !

Titre : Amour, flingues et macaronis

Auteure : Anna Triss

Éditeur : Black Ink

Genre : Comédie romantique

Résumé : Ne me jugez pas trop vite. Ne me détestez pas.Ne me jugez pas trop vite.

Sept années de passion, de bonheur et de sexe torride pour en arriver là aujourd’hui…
Il y a six ans, à Florence, après moult mésaventures rocambolesques, moi, Robyn, j’ai épousé Valentino Massari, l’amour de ma vie. Mon Échelon Cinq est devenu le père d’adoption de ma fille.
Nous étions heureux tous les trois. Une famille épanouie.
Jusqu’à récemment, j’étais persuadée d’avoir déniché la perle rare avec mon macaroni.
J’étais convaincue que ma poisse légendaire s’était envolée.
Mais quelque chose de terrible s’est passé…
Détrompez-vous, le prince charmant n’existe pas.
L’homme que je prenais pour mon prince charmant est italien, tueur à gages… et je l’ai quitté…

L’avisdeMya

Après un premier tome hilarant à nous démonter les maxillaires, Anna Triss récidive et remet le couvert dans ce deuxième volet en mettant à contribution tous ses personnages ! Mais sérieux, pas un pour rattraper l’autre, pour mon grand plaisir.

Un coup de cœur pour cet opus qui m’a fait beaucoup rire au moment où j’en avais vraiment besoin et grâce auquel je me suis remise tout doucement à la lecture après une longue panne. Si l’humour fait vivre plus longtemps, comme le prédisent les grands spécialistes de la santé, Anna vient de jouer un grand tour à mon karma en me permettant de grappiller quelques heures de plus de durée de vie.

Sept ans de vie commune sous le soleil florentin, de délices culinaires, de sexe effréné, de bonheur et d’amour n’ont pas compté pour Robyn. Première crise qui embrume le ciel de nos deux amoureux et Rob prend ses cliques et claques. Et retour à la case départ !

Mais qu’est-ce qui lui a pris de quitter son macaroni qu’elle aimait d’amour jusqu’à présent ? L’a-t-il trompée ? Est-il devenu violent ? C’est étonnant et ne pourrais croire cela venant de Valentino Massari. Il l’adore tellement, elle et sa fille, jamais il ne leur ferait du mal. Alors que s’est-il vraiment passé ? Peut-être bien qu’il se soit refusé à plus de galipettes ! Je dis ça, je dis rien… Faut l’avouer, Rob peut se révéler insatiablement insupportable quand elle s’y met !

Au fil des pages, je comprends enfin le pourquoi du comment et je suis soulagée que mes spéculations ne soient avérées ! Si Rob a pris la poudre d’escampette, c’est bien à cause de Val mais pas pour les raisons que je croyais. Apparemment, on peut ensevelir le passé dans les plus profonds des puits, mais il trouve toujours le moyen de revenir dans nos vies pour la mettre sens dessus dessous !

En effet, notre échelon cinq (oui, ne soyez pas surprises, depuis, il est devenu notre macaroni aussi) était bien naïf sur ce coup-là ! Il a pensé qu’il suffisait de tourner le dos à tout ce qui a fait sa vie d’antan, pour qu’ils y restent loin derrière. Malheureusement pour lui, pour Rob, pour leur amour et les belles choses qu’ils ont construites ensemble, le passé ne veut pas se faire oublier. Le revoilà qu’il se ramène dans leur quotidien serein et pépère avec ses gros sabots pour les mettre tous en danger de mort. C’est plus que le coeur et la raison de Rob ne peuvent supporter. Alors, elle a mis ses sentiments en quarantaine et a adopté la seule solution qu’elle connaisse et dans laquelle elle excelle. Forcément, l’exercice ne lui est pas inconnu : La fuite. Pas pour elle, non… C’est pour mettre sa fille à l’abri. Après tout, elle est maman avant toute chose.

Ne reste qu’à savoir si Val lui pardonnera sa désertion et elle, si elle lui pardonnera de les mettre en danger ! Mais dans les épreuves qu’ils vont devoir traverser, solliciter le pardon ne sera plus aussi important que de devoir se serrer les coudes et faire face à l’ennemi !

Avec Amours, flingues et macaronis, sourire large aux lèvres et air extasié garantis en fin de lecture ! L’auteure a mis le paquet pour un embarquement assuré et a sorti l’artillerie lourde en matière de vocabulaire « indécent » mais si drolatique. Je ne connaissais pas le quart de ces expressions. Je mourrais certainement moins bête ! (LOL)  Rebondissements, joutes verbales à mourir de rire, situations burlesques, du show, tout ça tout ça. Autant de saveurs et de mets appétissants à vous mettre sous la dent et que vous aurez le bonheur de découvrir dans ce tome haut en couleur.

Tout est bon est à prendre dans cette histoire. Que ce soit en ce qui concerne la trame, les émotions, le jeu parfait des personnages, principaux ou secondaires. D’ailleurs, Nina et Giacomo nous ont offert du grand spectacle, et même Anya, la petite fille d’antan, et ado aujourd’hui, elle y a mis du sien. La relève de ces ramonés du bulbe est assurée…

Quant à Lili, la vamp octogénaire, n’est pas en reste. Ses frasques défraient la chronique et met à mal la réputation de Bonnie & Clyde en matière d’audience et de fan.

Je ne vous dirais pas plus, cette pépite gaguesque est un bol d’air rafraîchissant qui mérite vraiment le détour d’être lue et non racontée !

Bravo Anna Triss et merci à toi pour ces crises de rire de pure folie ainsi qu’aux éditions Black ink pour l’envoi du service presse !

user_scoped_temp_data_orca-image-1802051299649395090.jpeg

 

 

L’avis de Carine sur le roman de Marie H.J Turn Me Wild


41TZ91Hs6EL._SY346_

Titre : turn Me Wild

Auteur : Marie H.J

Editions : Private Editions

Genre: Romance MM suspens

Sous genre : Déjantée à la Marie H.J

Ebook : 4.99 €

Broché : 16.99€

Résumé : Qui veut la peau de Kay Tardam ?
Figurez-vous que nous aimerions tous le savoir. C’est d’ailleurs un peu le sujet de ce roman…
Il s’agit d’une enquête. Mais pas uniquement. Vous y trouverez deux hommes (un garde du corps ultra intelligent et super sexy, et une Rockstar siphonnée), un mec qui cherche les noises, des jumeaux mercenaires, un agent suicidaire, un groupe hard métal Shock-rock un peu ravagé, une poupée en silicone nouvelle génération à bouche aspirante, des rats morts et deux chiens. On y parle d’hippopotames aussi, mais c’est un détail.
Pour le reste, à savoir, s’il y aura de la romance… La vraie question à se poser serait plutôt : est-il possible de rester indifférent face à Kay Tardam ? Et je répondrais… que le découvrir pourrait bien signifier ma perte…Quant aux questions subsidiaires, du genre : les deux héros vont-ils finir ensemble ? Y aura-t-il du sexe et de l’action ? J’ai envie de dire que le mieux c’est de lire. Désolé, mais tout ceci est classé confidentiel.
Bon, allez, un petit indice quand même… Je ne suis pas gay. Lui, par contre, il l’est… Voilà voilà… On dira que je n’ai rien dit…
H. Meyer
Romance MxM, comportant des scènes explicites destinées à un public averti.
Histoire Intégrale

Mon avis :

Vous ne savez pas qui en veut à la peau de Kay Tardam, mais une chose est certaine, Marie H. J en veut à la nôtre ! Le pire dans tout cela ? C’est qu’on en est conscientes et qu’on en redemande à chacune de ses nouvelles sorties.

Pourtant avec Turn Me Wild, c’est dans un registre bien différent que sa plume folle va nous emmener. Une enquête menée pas toujours suivant les codes par le beau H. Meyer. Ce dernier, pourrait être dans la vraie vie, le double masculin de notre auteure de talent complètement siphonnée du bocal.

Siphonnée ? Déjantée ? Addictive ? Cette lecture nous emporte d’un bout à l’autre, en y mêlant à la perfection les sentiments naissants entre deux être complètement différents. Mais tout aussi fous, chacun à sa façon et dans la manière de vivre sa vie. Le tout dans une intrigue rondement bien menée qui nous tient en haleine du début à la fin tout en nous permettant de mener l’enquête au fil des pages. Un roman détonnant aux protagonistes provocateurs et surtout… Sexy en diable…

Kay Tardam est une star qui est montée un peu trop vite et qui vraisemblablement a dû perdre un ou deux neurones en cours de route. Un ou deux millions plutôt même, ne soyons pas radines. Pour le coup, il mérite de vous être présenté à sa juste valeur. Capable de se rendre à poil à un concert ou de se jeter dans une piscine du balcon de l’étage où il réside, rien de lui fait peur, rien ne peut l’atteindre comme rien ne le dérange. Il est capable de tout pour faire le Buzz et il n’est pas le seul.

Les membres de son groupe sont aussi extravagants que lui et ils ont tous adopté des règles de vie qui les poussent à franchir toujours plus loin les frontières de la normalité sociale. Leur carrière est émaillée d’excentricités, de scandales et de dérapages en tout genre. Mais c’est ce qui fait aussi leur grande popularité auprès de leurs fans. Il n’y a qu’à se baser sur le nom de leur groupe et vous comprendrez toute la subtilité de ces messieurs… Sublime Vomit ! Un pseudonyme qui fait rêver n’est-ce pas ? Surtout que si l’envie de gerber sur scène leur viendrait subitement, ils seraient capables de vous en faire partager chaque jet… Et le pire dans tout ça ? C’est que les fans en attendraient la bouche ouverte. Heu… Je vous choque peut-être ? Faut pas ! Je vous situe juste dans quelle galère le beau H. se retrouve lorsqu’il est appelé à la protection rapprochée du chanteur. Ce dernier, subit, depuis quelque temps, les menaces d’un corbeau qui a essayé d’intenter, à plusieurs reprises, à sa vie. Et si lui n’en a vraiment que faire, ce n’est pas le cas de son agent qui va tout faire pour qu’il soit en sécurité. Faut dire que ce dernier est dejà au bord du suicide avec cette bande de fous furieux qu’il adore néanmoins plus que tout.

Hanno travaille pour la boite des gardes du corps la plus sordide de la région. Elle regroupe tous les flics un peu véreux sur les bords, les militaires à tendances suicidaires ou totalement fous, voire des déserteurs et bien d’autres encore… Bref un petit panel qui vous donne le ton de l’agence W.Galler et H. fait bien partie des meilleurs.

Dans quelle catégorie se situe H.  ? Moi je sais,  mais vous si vous désirez le savoir il faudra lire le roman. Je ne vais non plus tout vous dévoiler, je ne suis pas folle moi ! Enfin… presque pas… Mais ce que je peux vous dire déjà, c’est qu’il n’a pas peur d’appuyer sur la gâchette, il a la détente facile et s’il faut tirer sur son client pour éviter qu’il ne se fasse tuer, il le fera sans scrupule. Une balle dans la jambe n’est rien comparé à une dans la tête c’est clair ! Sauf que dans la tête, ils ne viendront pas râler de son manque de professionnalisme et les mises à pied sont récurrentes pour le beau Hanno.

Soyons fous et jetons-nous dans le vif du sujet qui est bien sûr l’enquête de ce roman mais pas que…. Il est clair que si notre beau garde du corps n’est pas gay, il n’en reste pas moins insensible aux charmes de notre Star et étant bordeline sur les bords, ce n’est pas ce qui l’arrêtera si il décide que cela doit se faire et comprendre pourquoi il est autant attiré. Mais, il n’est pas là pour ça. Son but à lui est de faire manger ses couilles au trouble-fête avant qu’il ne touche à celles de Kay. Mais peut-être qu’il les touche déjà sans que l’on sache que c’est lui ?

Manifestement nous allons soupçonner tout le monde dans ce roman. Et lorsque je vous ai dit plus haut que nous menions l’enquête, c’est évident que vous ne passerez pas à côté de le faire aussi. Tout est fait pour et très bien fait jusqu’au changement de caractère des protagonistes lorsque le côté sérieux de la trame se met en place.

Mais là où cela reste marrant, c’est sans aucun doute cette cohabitation à moult étincelles entre deux hommes aussi tarés, l’un que l’autre. Leurs méthodes sont aussi extravagantes qu’eux et ce, pour notre plus grand plaisir !

Un coup de cœur une fois de plus pour la plume de Marie H. J. Mais surtout et encore, pour ses personnages qui sont toujours des êtres à part et si touchants dans leur genre. Que ce soit les principaux ou les secondaires. On prend le temps de tous les analyser et de les apprécier… Ou pas.

Bonito, j’avoue l’aimer à la folie mais ne le dites pas à Kay. Il serait capable d’en faire un caprice. Pour les rats et les hippo, je passe ma route, mais ne pensez pas qu’ils passeront inaperçus loin de là. Ils sont tous autant précieux car même si on se retrouve souvent à dire… Beurk, on n’en rigole pas moins.

Un roman décapant, hilarant dans un premier temps mais aussi très sérieux lorsque la vie de Kay est en jeu. Ne pensez surtout pas que cela peut être un roman léger basé sur le sexe et l’humour. Cela n’existe pas avec Marie H. J. Tout est toujours bien dosé et l’on peut aisément passer d’une crise de fou rire à une crise de nerf ou encore à se manger les ongles du suspens qui nous prend les tripes. L’intrigue est tout à fait sérieuse, tout comme l’enquête et le poids que H porte sur ses épaules pour ne pas perdre Kay. Ce ne sera pas chose aisée pour lui surtout lorsque les attirances et les sentiments s’en mêlent et que les deux gabarits sont complètement à l’opposer l’un de l’autre. Kay ne semble jamais arrêter de faire le Show, qu’importent les circonstances, l’heure, de jour ou encore de nuit. Ses frasques rendent Hanno complètement fou mais qui rendra l’autre plus fou ? Je vous laisse le découvrir !

Ne manquez en aucun cas cette pépite hors du commun qui vous fera passer un excellent moment de lecture en compagnie de nos deux siphonnées du cigare. Ils vont vous offrir des moments de tendresse et de sensualité incroyables en plus des scènes torrides à vous en couper la chique. Un humour excellentissime qui se marie à la perfection avec le côté sombre du roman et l’intrigue qui est rondement menée dans un rythme qui ne faiblit à aucun moment.

Vous avez deux façons d’aborder cette intrigue d’ailleurs. Vous munir d’une feuille et d’un stylo et de mener l’enquête au fur et à mesure que Marie vous lâche des indices. Ou tout simplement vous laisser emporter jusqu’au dénouement. À vous de voir 😉 mais dans tous les cas, ne passez pas à côté !

Un grand merci à Marie H.J pour m’avoir permis de découvrir cette pépite en avant première et merci pour ta confiance.

64308667_449444808954445_2087576288809189376_n

L’avis fan’s page d’Elyio sur La Perle Rose d’Isla A.


Hello les étoiles, dans la rubrique Fan’s page, Elyio vous livre son avis coup de coeur sur La perle Rose d’Isla A. Un New Adult publié chez Butterfly éditions !

Titre : La perle Rose

Auteure : Isla A.

Éditeur : Butterfly éditions

Genre : Romance

Broché : Lien d’achat

Résumé : Karys croque la vie à pleine dents. Son assurance naturelle ainsi que son exubérance ont toujours été ses meilleures alliées pour briser chaque barrière s’érigeant sur sa route. Aussi, lorsqu’elle fait la connaissance de Caleb, la jeune femme est loin de s’imaginer que cette rencontre va la plonger dans les abysses creusant l’âme de cet homme obscur et fascinant. Pour Caleb, la vie n’est qu’un piège qui, depuis son enfance, referme ses mâchoires d’acier sur lui, le tuant à petit feu. Alors, lorsque cette brune aux yeux verts, si confiante, s’offre à lui, le coeur à découvert, c’est sans hésiter que, par égoïsme, le jeune homme l’entraîne dans son enfer. Karys découvre, à ses dépens, que Caleb est un homme aux facettes multiples, pétri de contradictions et de secrets bien trop lourds à porter. Elle décide de le fuir, lui et ses démons, refusant de sacrifier son bonheur à qui que ce soit. Toutefois, le destin le leur a déjà prouvé à multiples reprises : la cruauté des sentiments, il s’en moque. Deux ans plus tard, les existences de Karys et Caleb se retrouveront de nouveau emmêlées, mais à quel prix ? Et si Caleb était effectivement le monstre qu’il prétend incarner ?

L’avis d’elyio :

Car il y a des suites qui nous paraissent essentielles voire absolument et incontestablement indispensables à une histoire, je me suis plongée dans La Perle Rose d’Isla A.

D’abord sous le charme de la Rose des Vents, il ne m’en aura pas fallu plus pour foncer dans cette partie qui contiendra les clés que nous attendions tous. Comment ne pas vouloir connaître tous les tenants et aboutissants des mystères restés en suspens à la fin du premier opus ?

Milyia et Soen vivent désormais heureux. D’Adam, il reste tous leurs souvenirs, tous les conseils qu’il a été susceptible de prodiguer un jour. Et toute la lumière qui émanait de lui. De sa part sombre, il reste des filaments de pensées vite occultés par l’amour qu’ils ont tous eu un jour pour lui. Cet homme, malgré tous ses travers, a su laisser une empreinte sur l’âme de chacun d’entre eux.

Son meilleur ami, Caleb, marqué par sa disparition, n’est plus que l’ombre de lui-même. Sa relation avec Karys a explosé en plein vol. En effet, le départ de celle-ci lors de la mort d’Adam, va déclencher bien des événements. Les secrets sont bien enfouis et il fera tout pour ne rien en dévoiler. Ainsi en a-t-il décidé : ELLE ne saura la vérité que lorsqu’il l’aura décidé ! Mais avant ça, il lui faudra lui rendre la monnaie de sa pièce… Du moins c’est ce qu’il pensait être capable jusqu’à ce qu’il recroise ses yeux émeraude…

La Furie, quant à elle, avec son esprit revanchard, ne compte pas se laisser se dicter sa conduite. Plus jamais, on ne la reprendra à croire un jour au bonheur. Plus jamais, elle ne lui accordera ne serait-ce qu’une once de compassion. Elle aussi pensait qu’elle ne se laisserait plus dompter par la réapparition de ses yeux onyx. Jamais aucun mensonge ne sera autant mis à l’épreuve… Comment pourra-t-elle seulement un jour vivre sans cette attirance qui la lie irrémédiablement à lui ? À cet homme qui a su un jour la faire vivre pour mieux pouvoir la briser.

Quel avenir pour eux ?

Les secrets ont un poids.

Les secrets sont un fardeau.

Les secrets masquent parfaitement la vérité.

Seront-ils assez fous pour relever le défi ?

Une fois encore, les personnages créés par l’auteure Isla A. m’auront fait vivre toutes les gammes d’accords et de désaccords qui les composent. Alors que le premier volet m’avait déjà rudement mise à l’épreuve, La Perle Rose sait parfaitement composer avec tous les éléments pour me mettre à genou tout en me berçant.

L’auteure prouve ainsi que la qualité de sa plume n’est plus à faire et confirme ainsi sa position au sein de la maison d’édition Butterfly Éditions. Grâce aux liens indéfectibles qui la lient également à Milyi Kind (autre auteure de la même ME) dont les récits se mêlent avec perfection avec ses propres livres. J’ai ainsi pu retrouver un de mes amours de BBF de la saga Jamais 2 sans trois… Mais je ne vous en dirai pas plus..

J’ai donc terminé ma lecture de ce livre la tête dans les nuages, mes émotions à vif, mais sereine. Toutes les pièces du puzzle prendront forme au gré des chapitres, nous malmenant parfois certes, mais tout ce qu’il y a de plus nécessaire. Un véritable Up and Down d’émotions à l’état sauvage.

Tout comme ma Furie chérie. Car, oui je suis totalement in love de cette folle dingue. Cette fille à la fois combative et sensible, à l’aura solaire et à l’amour inconditionnel. Tous ces personnages laisseront à jamais une marque au fer rouge sur mon âme comme de rares livres sont capables de le faire. Ils resteront ainsi encrés dans mes livres fétiches, dans mes lectures, qu’il me prend parfois de relire par amour pour ceux qui les habitent et qui les font vivre.

Terminer la Perle Rose m’emplit d’un sentiment de plénitude, d’abandon ultime, d’amour pur et d’espoir. Mais je n’oublierai ces moments de rage qui m’ont enflammée, de sanglots à moitié étouffés et de peines non dissimulées. Merci Isla de me faire vibrer comme tu l’as fait à travers cette merveille. Je te souhaite des années de succès même si je suis convaincue que tu le feras haut la main. Bien heureux sont ceux qui croisent un jour ton chemin. Merci d’avoir illuminé le mien à travers tous ces êtres que tu as dépeints.

Affaire à suivre donc 😉

Orianthi – Shut Up & Kiss Me

 

L’avis de Carine sur le tome final de Une plume dans le désert. Un roman de Aryabella Connors chez Lips and Co


41Fr49B0WxL

Titre : Une plume dans le désert

tome 3/3

Auteur : Aryabella Connors

Genre : Romance

Editions : Lips and Co

Collection Lips and Roll

Ebook : 5.99€

Broché : 16.99€

Résumé : « J’ai l’impression que tout le monde me regarde. Je suis encore aux aguets, je scrute la silhouette de chaque personne que je croise, détaillant sa tenue à la recherche d’une arme cachée, et me rends compte à chaque fois que cette manie n’a pas sa place ici. Je dois trouver un moyen de m’y faire, à ce calme, cette paix, cette liberté… »

À peine de retour sur le sol américain, Maxynne se retrouve confrontée à Brooster, son « fiancé », qui entend bien récupérer sa promise. Sebastian étant toujours en Libye, l’attente de son retour semble interminable à la jeune femme perdue entre l’amour et la raison.

Quand les autres soldats reviennent enfin, elle constate avec effroi qu’il n’est pas parmi eux, présumé mort dans un crash d’hélicoptère. Mais pour Maxynne, c’est inenvisageable ! Une sorte de lien la pousse à croire que son lieutenant est toujours en vie.

La tristesse aurait-elle cédé la place à la folie ? Ou doit-elle continuer à espérer ?

En plus de ce deuil intolérable et de l’étau des responsabilités qui se resserre, la belle infirmière va recevoir une nouvelle qui pourrait bien tout chambouler…

****

Mon Avis :

Un troisième tome différent, mais non moins intense…

À peine les pieds posés sur le sol Américain, que Maxynne se retrouve face aux « Grands » de la Pantha. Le comité d’accueil n’est pas celui qu’elle espérait. Et se retrouver devant ceux qui souhaitent diriger son avenir va la rendre folle de rage. Son ex-fiancé, Brooster, compte bien la récupérer et la ramener à la raison. Sauf que Maxy n’est plus cette douce femme soumise à des idéaux qui n’étaient finalement pas les siens. Et surtout, ces Indiens qui pensent qu’elle doit être purifiée pour retrouver son rôle D’Aïyana ne sont plus sa famille… Non, sa famille se tient là, auprès d’elle et prête à en découdre avec tous ces hommes à plumes plus ridicules qu’autre chose. Tous font bloc aux côtés de Leur Rossignol dans leurs uniformes qui attirent le respect. Mais si les Panthaliens finissent par rebrousser chemin, ils ne comptent pas en rester là. Maxynne est leur Aïyana et hors de question qu’elle n’épouse pas Brooster. Qu’importent les moyens à employer. Le Cycle des saisons est beaucoup plus important pour eux que la dignité humaine.

Le retour à la réalité est dur pour elle. L’odeur de la ville lui saute à la gorge, tout comme celle des pots d’échappement. Tout est différent de la Libye et son cœur se serre en voyant les enfants s’amuser en toute sécurité, les femmes déambuler sans voile, ou encore tous ces magasins qui regorgent de nourritures. La paix, la liberté sont étranges tout à coup. Elle n’a plus l’impression d’être à sa place. Les gens qui vivent ici n’ont aucune idée de ce qu’il se passe à des milliers de kilomètres de là, et encore moins, ce qu’il se passe dans son cœur…

Maxynne a laissé trop de choses dans le désert. Et la plus précieuse de toutes est son Big Love, son âme sœur qui lui a appris que l’amour valait autant la peine de se battre que pour la vie. Elle est triste, perdue. Sa tente lui manque, son lit de palette lui manque, IL lui manque… Mais Sébastien est dans son cœur, il est partout autour d’elle et elle n’a plus qu’une hâte, c’est qu’il rentre à son tour pour qu’ils puissent enfin aspirer à cette vie qu’ils ont tant rêvée. Maxynne à fait le choix de l’amour et elle ne le regrette pas une seule seconde, et ce, même lorsque le pire va lui tomber dessus…

Ce troisième et dernier tome de Une plume dans le désert clôture la saga magistralement même si nous ne sommes plus dans la même dynamique que dans les deux premiers, ni dans les mêmes émotions. Il n’en est pas moins fort. Ni moins intense. Bien au contraire. Et ce, même si parfois quelques scènes m’ont un peu déroutée, je me suis laissée porter une fois de plus dans cet univers fascinant que l’auteure nous décrit avec passion.

Les rebondissements sont riches et bouleversants. J’ai pleuré dès les premières pages. Maxynne m’a touchée plus que raison, tout comme les familles et tous ceux qui sont rentrés chez eux, ou à contrario… Ceux qui ne sont pas rentrés. Ou plutôt si, mais les pieds en avant… C’est la dure réalité de la guerre, de ces hommes et de ces femmes qui se battent de l’autre côté des frontières au nom de leurs pays. Et que peu savent ce qu’ils endurent pendant, après, ni les exploits qu’ils peuvent y réaliser.

Les retours sont douloureux et il faut réapprendre à vivre normalement, jusqu’au prochain départ. Maxynne en fera les frais en ayant du mal à reprendre sa vie en main et se jetant alors à corps perdu dans son travail et dans sa quête de protéger et sauver ceux qu’elle aime. Elle qui a toujours été le pilier de tous, va néanmoins s’effondrer suite à une nouvelle qu’elle ne peut accepter et va devenir l’ombre d’elle-même. C’est au tour des autres de prendre soin d’elle et lui faire remonter la pente. Elle trouvera son salut à l’hôpital dans lequel elle prend ses nouvelles fonctions tout en continuant sa formation d’Ange Gardien. Son statut lui sied à merveille. Elle est vraiment faite pour cela et c’est bien dommage que ni son père, ni les Panthaliens ne peuvent la comprendre et approuver ses choix.

Cependant, nous sommes très loin de nous retrouver face à la douce Maxynne. La guerre a laissé des traces qui l’aident à remonter la pente mais qui vont aussi la rendre dure et intransigeante. En se forgeant alors une carapace pour que rien ne puisse atteindre à nouveau son cœur déjà bien meurtri.

Aryabella m’a offert un nouveau souffle dans mes lectures et je l’en remercie car cette saga est un véritable coup de cœur. Elle nous offre plus qu’une simple romance. Elle nous emporte dans un autre univers, dans une aventure hors du commun avec de vraies valeurs qu’elle a mises en avant dans le récit.

Avant de nous broyer les tripes dès le début de ce tome, elle nous a précédemment fait vivre le « Théâtre » comme si nous y étions, comme si nous le vivions, et nous a fait prendre conscience des liens forts qui peuvent s’y créer. De cette folie qui fait tomber nos frères, nos sœurs, tout comme les autochtones. Et dans cette suite, ces liens auront toutes leurs importances. Les émotions sont là tout comme le suspense et la tension qui nous animent tout au long des pages. Mais aussi les désillusions avec lesquelles l’auteure nous malmène. On refuse que cela se termine et on en veut encore du désert Libyen !

 J’ai aussi beaucoup aimé le parallèle entre les militaires et les Panthaliens, car il nous fait prendre conscience que certains se complaisent dans des choses futiles, comme le cycle des saisons en ayant aucun remords à sacrifier une vie, pendant que d’autres se battent et risquent la leur pour sauver celle des autres et aider tout un pays.

Je ne peux que vous conseiller de découvrir cette saga à votre tour, je vous l’ordonne même car elle est sans conteste, mon coup de cœur de cette année…

Un grand merci à Lips and Co pour m’avoir permis de découvrir cette pépite livresque en service presse broché. Ils trônent fièrement dans ma bibliothèque et feront partie de ces romans que l’on prend plaisir à lire et à relire.

Merci Aryabella Connors pour m’avoir emportée dans ton univers et m’avoir fait vivre cette aventure pleine d’émotions et de valeurs humaines.

61451163_806795159699207_4894548346884063232_n

On comptera les étoiles de Fleur Hana, mon avis !


Hello les étoiles, je vous présente mon avis coup de coeur sur On comptera les étoiles de Fleur Hana que je remercie pour ce service presse riche d’une magnifique émotion !  Ce superbe Young Adult a été publié chez J’ai Lu 

Grand jeu de l’été

énigme du 9 aout 2019

maxresdefault

 

Titre : On comptera les étoiles 

Auteure : Fleur Hana 

Éditeur : J’ai Lu

Genre : Young Adult 

Poche : Lien d’achat

Résumé : Nous avons tous une bonne étoile, encore faut-il la trouver…
Lycéenne solitaire et réservée, Amélia entretient toujours des liens très forts avec sa confidente, Maëva, malgré la distance qui les sépare. Elle ne souhaite qu’une chose : ne pas faire de vagues et s’acheminer discrètement jusqu’à la délivrance – le bac.
Quand elle rencontre Samuel, elle ne s’attend pas à ce que le bassiste au cœur tendre bouleverse son existence. Prévenant, drôle et sécurisant, il l’amène peu à peu à s’ouvrir aux autres et à la vie.
Toutefois, lorsque la jeune fille croise une connaissance du passé, tout bascule. Amélia découvre que certaines blessures ne sont pas refermées, au risque de lui faire perdre à la fois Sam et sa meilleure amie…

61497216_331744457444246_626187982440759296_n

C’est un tel plaisir de retrouver la plume talentueuse et addictive de Fleur Hana. Je voudrais d’abord la remercier pour autant de générosité, autant de sensibilité et d’engagement dans ses écrits. Je n’ai pas lu tous ses livres mais promis, j’y remédierais dès que possible. Fleur nous offre toujours une grande et forte émotion. En plus, de ses personnages extraordinaires qui ont leurs propres façons de raconter leurs histoires. Uniques dans leurs genres. On comptera les étoiles n’a pas échappé à la règle.

Elle s’appelle Amélie, elle a presque 18 ans. Elle parle trop et adore utiliser les mots compliqués et pas pour faire la fayote. Elle est Cyclothymique à ce qu’il parait ! Quoi ? Oui, j’ai eu la même réaction en lisant ce mot. Lia est du genre bipolaire et cela se ressent autant dans sa façon de parler que dans le débit !

Sa bizarrerie, son accoutrement vestimentaire un peu décalé, et sa manie de sauter du coq à l’âne ne pouvaient qu’attirer l’attention de ceux qu’elle veut justement éviter. Et cela n’a pas raté. À peine arrivée à son nouveau lycée, et elle a beau rasé les murs pour passer inaperçue, Samuel Marquez l’a remarquée. Si au premier regard, c’est son allure et ses yeux bleus ourlés de Khôl qui l’ont poussé à l’accoster, c’est leur conversation originale et un brin bizarre qui l’a convaincu que Lia sera un membre à part entière dans sa vie, une évidence. Cela, il n’en a aucun doute. Mais qu’en est-il d’elle ? De ses sentiments ? Lia n’est pas le genre à s’épancher, ni à laisser paraître ses émotions. Mais, Sam a de la patience à en revendre et il a assez d’assurance pour vaincre ses défenses… Il attendra qu’elle soit prête, car il ne conçoit une vie où elle n’y est pas !

Lia est toujours sur la défensive, ne se laisse pas approcher ni toucher. Elle est solitaire et à part sa meilleure amie, Maëva, elle ne parle à personne. Ses airs mystérieux et craintifs lui font pressentir un grand mal-être. Cela lui donne envie de s’immiscer dans sa tête pour connaître toutes ses pensées et mettre un visage sur ses maux. Son allure éthérée et fragile éveille sa fibre protectrice. Sam veut tout lui offrir, une famille, sa protection, son sourire… Son amour. Le laissera-t-elle faire ? Lia lui cache ses émotions, ses maux mais elle n’a pas besoin de parler pour qu’il comprenne que quelque chose ne tourne pas rond. Ce mal qui la ronge et l’empêche d’accepter tout ce qu’il ressent pour elle.

Amélia a beau craqué sur le séduisant bassiste d’Uprising, le peu qu’elle connaisse sur l’amour, ne l’encourage pas à se laisser aller. Les blessures du passé ont la dent tenace et reviendront tôt ou tard tout abîmer ! Et cela commence déjà. Faire entrer Samuel dans sa vie, malgré tout le bien qui en résulte, a fait fuir sa seule réalité. Sa seule amie, sa confidente. Et si elle devait choisir entre eux-deux, sa réponse serait l’évidence même !

On comptera les étoiles est un magnifique Young Adult qui charme par sa douceur, et son intensité à la fois. Habituellement, je ne suis pas fan du genre. Souvent déçue, je n’en lis que très peu. Mais Fleur Hana, comme à son habitude, nous a fait un présent inestimable. Un voyage émotionnel riche de moult couleurs. Une histoire d’une justesse implacable et pleine d’une perception de la vie qui me parle et me touche en plein coeur. Un titre à résonance lyrique mais qui offre un contenu dont on ne sort pas indemne. Autour de la romance, gravitent autant de thématiques qui ne laissent pas de marbre et ciblent des faits de société banalisés autrefois, mais heureusement de plus en plus dénoncés aujourd’hui. Un message fort, direct et sans ambiguïté. Cela aussi c’est la règle dans les romans de Fleur. Une plume aérienne et toute en finesse qui a le don de mettre les mots justes sur les maux.  !

Lia et Sam, sont deux personnages auxquels on s’attache définitivement et leur histoire, on ne s’en lasse pas. Ils sont bouleversants, sincères, d’un naturel surprenant et d’une sensibilité à fleur de peau addictive. Comment s’empêcher de craquer pour eux ? Nos jeunes gens font preuve d’une grande maturité et on a qu’une envie, c’est de les adopter et ne plus les quitter. Ce qui n’enlève en rien aux personnages secondaires. Qui à leur tour ont apporté la pierre à l’édifice et ont magnifié de leur présence et leur soutien cette histoire hors du commun. Jamais je ne regarderai les étoiles sans avoir l’envie de les compter !

Un énorme coup de coeur et mille coups en plein dedans pour On comptera les étoiles. Une histoire parfaite écrite par une plume parfaite que je vous recommande sans hésitation !

Franz Ferdinand – Do You Want To (Official Video)

 

61800834_536140493587188_7830516659612811264_n

 

 

 

 

L’avis de Carine sur le roman de Alfreda Enwy, Ne crois pas que tu m’aimes


41MBpzfRfVLTitre : Ne crois pas que tu m’aimes 1/2

Auteur : Alfreda Enwy

Genre : New Adult

Editions : Collection &H

Ebook : 5.99€

Résumé : PARTIE 1

Il l’a toujours protégée… mais parviendra-t-il à la sauver de lui-même ?

Il s’appelle Mao, elle s’appelle Autumn. Depuis qu’ils se sont rencontrés, enfants, dans ce parc, ils sont inséparables. Pour Mao, cette amitié est plus importante que tout. Autumn est la fille la plus précieuse qui soit, l’exception dans le monde où il gravite. Étudiant le jour, Mao participe à des combats clandestins la nuit, et est un enfoiré de première… tout le temps. Alcool, sexe, fêtes, il voit la vie comme un jeu dans lequel tout est permis… ou presque. Car, quand il prend conscience qu’Autumn est une jeune femme séduisante avant d’être l’amie drôle et attachante qu’il a toujours connue, il comprend que, pour une fois, il va devoir respecter certaines limites. Pour préserver leur amitié, et surtout pour protéger Autumn de lui-même, Mao est prêt à tout, mais est-il vraiment le danger qui la menace ?Retrouvez la partie 2 du roman en numérique.
Le roman intégral Ne crois pas que tu m’aimes est disponible en format papier dans la collection &H.

Mon avis :  

Encore une chronique coup de cœur ! Oui je sais qu’en ce moment, cela n’arrête pas. mais c’est un fait, nos auteures françaises sont à la pointe de la romance !

Autumm, un bien joli prénom parfaitement en adéquation avec le physique de cette dernière mais aussi avec son caractère aussi vif que la couleur de ses cheveux de feu. Née dans une famille hors norme, Autumm ainsi que son frère et sa sœur son livrés à eux-mêmes depuis bien trop longtemps surtout pour leur jeune âge. Leurs pères ? Inexistants, inconnus même. Nées de trois pères différents et non désirés (oui trois fois cela fait beaucoup), ces derniers n’ont pas non plus la chance d’avoir une mère qui sache tenir son rôle. Alcoolique, droguée, elle est rarement à la maison et lorsqu’elle s’y présente, c’est pour venir chambouler leur vie.

Autumm assume leur quotidien, tant bien que, mal en cumulant les boulots et en essayant de préserver au mieux l’insouciance de sa petite sœur. Cette dernière est la plus touchée des trois et qui espère toujours que sa mère, en soit vraiment une, un jour. En attendant, faut tout gérer et ce n’est pas simple pour elle.

Autumn tente chaque jour de survivre pour passer au suivant et gagner assez pour subvenir aux besoins de sa fratrie. Elle fait toujours passer sa petite famille avant ses propres besoins… Son propre bonheur. Heureusement qu’elle peut compter sur Mao son ami de toujours, celui qui, dès le premier jour, a cherché à la protéger. Elle est devenue aussi précieuse qu’il peut l’être pour elle. Il est une constante dans sa vie qu’elle ne peut concevoir sans lui. Tout deux, confrontés trop tôt à la dure réalité dans laquelle ils évoluaient ont été souvent la bouée de l’autre. Ils ont grandi chacun avec son lot d’épreuves trouvant refuge dans leur amitié qui compte plus que tout.

Mais aujourd’hui Autumm est une belle femme tout comme Mao est devenu très sexy… Trop même pour que la belle rousse continue de le regarder en ami. Mais elle sait aussi qu’elle n’a aucune chance. Elle n’est pas comme toutes ces filles qu’il ramène chaque soir. Mao est un fêtard qui noie son mal-être dans le sexe et l’alcool et les combats et il ne voit en elle que cette sœur qu’elle n’est pas… Ou peut-être se refuse-t-il de la voir autrement pour la préserver ?

Un premier tome coup de cœur qui annonce un second encore plus poignant… Alfreda Enwy nous offre au travers des mots, des émotions à nous retourner le cœur, les tripes et même le cerveau. Ne crois pas que tu m’aimes est un récit touchant, intense et bouleversant qui vous plonge dans la vie chaotique de deux êtres aux âmes abîmées par la vie. Malgré leur jeune âge… Ils combattent leurs démons, chacun à sa manière, mais apportant à l’autre la force nécessaire pour aller de l’avant. Deux êtres que le destin a réuni pour faire front et pourtant, si différent.

Si Autumm se bat bec et ongle pour s’en sortir, Mao lui se bat tout court. Utilisant les combats clandestins pour évacuer cette rage qui gronde en lui. Il est arrogant et impulsif… Le parfait connard, parfois même avec Autumm avec des paroles blessantes. Pourtant elle est la personne la plus précieuse à ses yeux … Sa Koyo… Celle qui connait ses faiblesses, ses fêlures et à laquelle il a avoué toutes ses blessures… Et même s’il s’en veut ensuite , il ne peut faire autrement… Mais personne d’autre que lui n’en a le droit… Surtout pas ! On ne touche pas de près ou de loin à sa Koyo.

Même si la trame a été prévisible, elle n’en était pas moins intense jusqu’à la dernière page. Comment ne pas succomber à Autumm et à Mao ? Ainsi qu’à Avery et Dustin… C’est dur, sombre, violent… Mais c’est aussi tendre et plein d’amour et parfois même, d’humour… Un récit qui nous emporte au-delà d’une simple amitié entre des enfants grandissant hors normalité et d’une enfance heureuse. C’est avant tout, un combat contre la vie, un combat qui les mets souvent KO. Mais dont la rage et le courage qui les habitent, les font se relever encore et encore. Ils se battent pour ceux qu’ils aiment avec passion, et cette passion, ils nous la transmettent de page en page.

L’auteure aborde là un sujet difficile. Je dirais même plutôt des sujets difficiles mais tous gravitent autour de même thème : La maltraitante sous tous ses aspects. Elle le fait avec maîtrise tout autant que la psychologie des personnages qui va avec. Elle rend ces moments fort, et douloureux, en nous tirant même des larmes parfois.

Il faut par moment avoir le cœur solide. Souvent on s’insurge contre ce qu’on lit car on se retrouve devant des situations qui peuvent être réelles, et même trop souvent malheureusement. On aimerait tant pouvoir les aider, leur dire comment faire, comment s’en sortir. Mais aussi de prendre le temps de s’aimer, de rire, de s’amuser…

Un récit déchirant à certains moments, intense à d’autres. Magnifique à ses heures, et tellement touchant que je ne peux que vous le recommander. Ce n’est pas le genre d’histoire à laquelle on pourrait s’attendre en lisant le résumé. On est loin du roman qui relate les sentiments de deux amis d’enfance qui découvrent qu’ils sont attirés au-delà que part une simple amitié et dont l’amour entre dans l’équation de leur relation.

Non, c’est une autre histoire, bien plus profonde, bien plus puissante mais aussi, bien plus triste. Mais tellement courageuse…

Un petit plus que j’ai très apprécié dans ma lecture, c’est toutes ces belles histoires sur le Japon qui apportent une touche supplémentaire au récit sur la culture Japonaise. Cela l’enrichie et nous fait voyager en nous intégrant dans leur bulle au-delà du temps qui passe… Bercée par la brise d’automne aux couleurs chatoyantes. Cette saison que Mao aime pardessus tout… et pour laquelle il est prêt à tout…

Un grand merci à NetGalley France et Collection &H de m’avoir permis de lire ce roman en service presse numérique. Merci Alfreda Enwy de m’avoir, une nouvelle fois, conquise et fait vivre ce moment de lecture intense.

41MBpzfRfVL

 

L’avis de Carine sur Etrangers de Cara Solak chez Plumes du Web


téléchargement
Titre : Étrangers 1/2
Auteur : Cara Solak
Genre : Dystopie
Editions : Plumes du Web
Ebook : 4.99 €
Broché : 17.90€
Résumé : La « grande catastrophe » a rendu stérile une bonne partie de la population il y a près de 25 ans. Depuis, des cités ont été créées pour regrouper les féconds, les protéger et assurer l’avenir de l’humanité.
Lilas vit à Valéria, la cité qui rassemble les procréateurs de l’ancienne Europe. Si elle a un appartement, un travail à l’hôpital et au ministère de la procréation, sa vie ne ressemble en rien à celle du reste du monde.
Répression – accouplement millimétré dans le but d’enfanter – surveillance. Voici la vie à Valéria.
Et si la sécurité trouvée ne valait pas l’absence de liberté ?
Et si cet étranger venu de l’extérieur faisait basculer toutes ses convictions ?
Sexe, amour, trahison… Et si tout n’était qu’illusion ?
Mon avis :

Avec Étrangers, Cara Solak nous propulse dès les premières pages dans un autre univers. Un univers dans lequel il n’y a pas de place pour le plaisir, l’attirance, l’amour ou les sentiments qui sont complètement prohibés… Un monde où la procréation est sacrée et dans lequel, il est plus qu’un devoir pour les habitants de s’adonner aux accouplements orchestrés dans le seul but d’enfanter. Plus qu’un devoir, c’est une nécessité …. Pour l’avenir de l’humanité.

Valéria… Une des cités qui rassemble tous les procréateurs de l’ancienne Europe en leur offrant la sécurité et dans laquelle la vie des habitants y est réglée comme du papier à musique jusqu’aux battements de leurs cœurs. Parce qu’avant de pourvoir vivre, il faut d’abord survivre…

Lilas en fait partie et était très jeune lorsque Valéria a été créé. Trop jeune pour appréhender mais pas assez pour ne pas ressentir ce sentiment d’injustice trop souvent étouffé dans l’œuf car les souvenirs l’enchaînent à une liberté qui n’est finalement qu’une illusion. Mais Lilas est une rebelle à sa façon et conteste le système indirectement avec ses maigres moyens qui sont dirigés par ses convictions. Mais hors de question de prendre trop de risques qui pourraient la conduire hors de Valéria où son sort sera bien pire…

Pourtant, le jour où le destin la mettra en présence d’un étranger au regard envoûtant venu de l’extérieur, son monde va basculer emportant alors toutes ses certitudes mais lui ouvrir cependant, de nouveaux horizons…

Un coup de coeur pour cette Dystopie que Cara Solak a écrite avec talent ! Avec Étrangers, l’auteur nous offre une lecture des plus passionnantes et totalement addictive dans laquelle elle excelle à y mêler les genres.

Elle nous ouvre les portes d’une société utopique dans laquelle les habitants se confortent à des directives allant à l’encontre de leurs convictions et dans une totale répression dans le seul but de survivre. Mais survivre dans une prison n’est-il pas une façon de mourir à petit feu ? Se résigner, être abusée même avec un consentement est-il vraiment une manière de vivre sa liberté ? Mais comment faire lorsqu’au-delà des murs de cette forteresse, le danger est encore plus grand ?

Une intrigue vraiment fantastique et bien cherchée ! Ce roman dystopique est une belle pépite, j’ai même envie de vous dire une tuerie dans le genre. Il contient tout ce qu’il faut pour nous rendre complètement accro à cette lecture. L’action et les rebondissements sont très présents et la part de romance, tout comme celle de l’amitié, apportent la touche nécessaire à l’attachement fort des personnages, autant les principaux que les secondaires.

On est en immersion totale dans le récit et notre coeur fait Boum Boum. Boum car on s’insurge et on se révolte pour les protagonistes de part le thème du récit. Boum, car l’envolée de papillons qui nous submerge, nous laisse un goût incertain pour la suite. En nous donnant des bribes de pensées qui vont nous obliger à nous poser moult et moult questions. On sent que quelque chose nous turlupine sans pouvoir y mettre le doigt dessus et cela nous rend complètement dingue. Il fait encore boum lorsque l’auteure sadique nous offre une fin digne d’un Cliffhanger de grand film en nous laissant comme deux ronds de flan… Puis boum boum, car il faut attendre pour avoir la suite.

Le style de l’auteure est exaltant, haletant. Son écriture est fluide sans fioriture, sans aucune longueur, tout à son importance. Le récit est vivant et très rythmé. Ses personnages sont bien travaillés chacun avec un rôle et un caractère bien défini. Ils sont parfois intrigants car Cara Solak sème comme un Petit Poucet de quoi nous déstabiliser, de quoi nous faire douter de chacun. Mais qu’on les aime ou pas… On ne peut que vouloir les connaitre en profondeur et savoir où ils veulent nous mener et de quel côté ils sont. Ils évoluent tous dans un décor qu’on ne peine pas à imager. Tout défile comme si nous étions devant un grand écran et on se délecte de chaque instant. Même lorsque la situation nous fait frémir car c’est une chose que Cara Solak réussit aussi à merveille… Elle sait faire passer les émotions et les rendre palpables.

Je pourrais vous en dire encore et encore, mais je pense que si vous le lisez c’est mieux non ? Vous l’avez compris ce roman est un coup de coeur et je n’ai plus qu’une seule hâte, en lire la suite !

Un grand merci aux Éditions Plumes du Web pour leur confiance en m’ayant permis de découvrir cette pépite en service presse

téléchargement61335937_402976493624660_1407285720032215040_n

L’avis de Carine sur le roman de Erin Graham, The Boss aux Editions Addictives


41ylVoftF1L._SY346_Titre : The Boss

Auteur : Erin Graham

Genre : romance

Editions : Addictives

Ebook : 4.99 €

Résumé :

Irrésistible, envoûtant, indomptable…

Entre Emily et Marek, c’est électrique dès le premier regard.
Lui est patron, dur, inflexible et n’accepte jamais moins que l’excellence.
Elle est inexpérimentée, déterminée à faire sa place et à obtenir des réponses.
Ils sont liés par un passé que Marek préférerait oublier et qu’Emily refuse d’effacer.
Entre affrontements et rapprochements, lequel cédera le premier ?

Découvrez The Boss, la nouvelle romance d’Erin Graham !

***

Mon avis coup de coeur ! :

Ce roman est un coup de coeur mais aussi… un coup dans le coeur…

Lorsque l’amour est une évidence et que la jeunesse offre les perspectives d’un avenir radieux, rien ne peut être plus beau qu’un premier baiser sous un arbre, au bord d’un lac qui accueille depuis des années les échanges de cette bande d’adolescents soudés comme les cinq doigts de la main.

Quatre gars, une fille. Les quadruplés sont tout pour Millie et ce depuis ses 10 ans, tout comme elle est tout pour eux… Elle s’est toujours senti choyée et en sécurité avec eux. Des frères protecteurs en qui elle a entièrement confiance qui l’ont adoptée sans préavis et veille sur elle depuis leur première rencontre. Elle les aime tous et ils le lui rendent bien. Justin le Clown, Thomas le charmeur au grand cœur, Vivian l’affectueux et enfin, le beau et tendre Marek…

Mais à l’aube de ses 16 ans, Millie aimerait beaucoup que Marek ne la voit plus comme une simple amie. Ils ont une relation qu’elle chérit plus que tout, loin de tous. Une relation qui n’appartient qu’à eux et qui les lie d’une manière beaucoup plus forte. Cela fait bien longtemps que ses sentiments ont évolué et qu’un simple regard de son « ami » la consume et fait battre son cœur plus que de raison. Elle est transie d’amour, mais lui ? Elle a bien peur qu’il ne soit transi de rien du tout. Mais si dans la vie tout arrive et le destin réalise parfois nos rêves, il n’en reste pas moins cruel à ses heures… Et lorsqu’on qu’un drame vient les percuter, plus rien ne sera plus jamais comme avant…

Huit années sont passées… Huit années à supporter la vie… À briser des miroirs avec l’envie d’en finir. Huit années d’un combat à maudire la terre entière et haïr les personnes qui menaient une vie normale et tous ceux qui n’avaient pas pu la sauver… Huit années pour se reconstruire pas après pas, dans la peur, la douleur mais toujours avec cette petite lumière qui brille au loin pour lui faire entrevoir que la vie vaut la peine d’être vécue.

Mais Millie est bien entourée par des personnes qui ont tout fait pour elle jusqu’à s’oublier eux-même. Ils ont mis leur vie de côté  pour l’aider à sortir du gouffre abyssal dans lequel il lui a été très dur de sortir. Même si rien n’est gagné à ce jour, elle a néanmoins un objectif qui lui tient à cœur pour enfin pouvoir boucler la boucle de sa reconstruction, et c’est avec l’aide de Aude, sa sœur, qu’elle va mettre son plan en place..

Emilie Laurent…La femme courageuse qui souhaite à ce jour avancer et se faire pardonner, se fait parfois doubler par la jeune Millie qui a peur de tout et dont la vie se construit sur des failles qu’il lui faut combler si elle ne souhaite pas retomber à nouveau. Il suffirait d’un rien…. Mais son envie d’avancer doit commencer par une explication qu’elle doit à des personnes qui lui ont été chères, même si cela veut dire… revenir sur un passé qu’elle se doit d’accepter et non pas effacer…

Erin Graham nous offre, une fois de plus, une pépite livresque aux personnages touchants, écorchés à vifs dont la détresse nous bouleverse et nous consume d’amour pour eux. Un récit émouvant qui m’a touchée en plein cœur et l’a broyé moult fois .

Mais ce n’est pas un récit qui vous tire vers le bas bien au contraire. Il est fort et plein d’espoir. Un récit courageux et riche en émotions qui s’amusent à faire de notre cœur un yoyo qui ne restera jamais en bas.

Erin nous plonge certes dans un gouffre, mais nous remonte aussitôt vers la lumière et joue en parfaite sadique à nous faire redescendre quelques pages plus tard. Particulièrement avec les flash-back qui nous apportent leur lot d’émotions avec un goût amer. Des flash-back qui nous aident à comprendre Millie et d’accepter en même temps qu’elle, son passé et faire front avec elle pour que l’avenir soit plus radieux mais pas que pour elle…

Lorsqu’un événement traumatisant vient briser la bulle de bonheur qui était votre vie, il ne se contente pas d’en briser qu’une seule… Non. Il engloutit toutes les personnes qui vous aiment en les brisant eux aussi d’une autre manière. Millie ne sera pas la seule à combattre ce passé. Même si les séquelles ne sont pas les mêmes, elles ont influé sur la vie de chacun.

Marek est devenu à ce jour un autre homme, guidé par une obsession qui ne le quitte pas et qui régente sa vie.  Un homme inflexible, rongé par les remords d’un passé qu’il n’a pas pu maitriser. Il ne veut que l’excellence pour une seule et unique raison… Toujours son obsession…

Millie va devoir user de subterfuges grâce à l’aide d’Aude sa sœur, pour pouvoir l’approcher à nouveau. Mais quand l’amour est une évidence, il vient vous percuter à nouveau sans crier gare. Sauf que tout deux, ne sont plus ces adolescents insouciants. Ils sont cet homme, et cette femme que la brutalité du destin a séparé sans qu’ils puissent vivre leur histoire…  Aujourd’hui ils méritent d’être heureux après tant d’épreuves, mais cela ne sera pas simple de s’aimer à nouveau avec le poids de la culpabilité et les stigmates du passé.

Une magnifique romance émouvante qui m’a fait passer par d’énormes et d’intenses émotions. J’ai ris, pleuré…souvent. Mais, j’ai aussi été plus que conquise par tout cet amour et ce courage qui découle de chaque page.

La psychologie des personnages principaux comme celle des secondaires est vraiment bien travaillé et apporte encore plus de profondeur et de réalisme aux événements.

Des personnages secondaires qui sont un véritable atout pour ce roman et qui apportent tellement plus qu’une simple présence aux côtés de nos protagonistes… Ils en font aussi partie car The Boss n’est pas seulement l’histoire de Marek et Millie. C’est avant tout celle d’une amitié brisé par la douleur et par les remords et aussi celle d’une famille qui va tout faire pour faire bloc autour de la personne qu’ils aiment le plus au monde. Un récit qui nous emporte sur le chemin des épreuves de la reconstruction qui nous broie les tripes à de nombreuses reprises. Cette histoire est peut-être une fiction, mais elle pourrait très bien être l’histoire de quelqu’un…

Un énorme merci, une fois de plus, à Erin Graham qui m’empote toujours plus haut, plus loin, en me faisant vivre tellement d’émotions que j’en deviens vraiment accro. Merci également aux Éditions Addictives de m’avoir permis de découvrir cette pépite en service presse.

 

59485458_1447516838706865_99895944257994752_n