Avis de Fan page (Elyio) sur Je te veux ! Avec moi… , Tome 4 de Jordane Cassidy


Bonjour les étoiles, voici l’avis coup de coeur d’Elyio sur le tome 4 de la saga Je te veux ! de Jordane Cassidy

 

Titre : Je te veux ! Avec moi …(Tome 4)

Auteur : Jordane Cassidy

Genre : Romance contemporaine

Broché : Lien d’achat

Kobo : 4€50

Résumé : Après une nuit torride avec Ethan, Kaya a fini par le quitter, ayant toutefois accompli sa mission en obtenant la signature de Laurens. Amer, Ethan tente alors par tous les moyens de la retrouver pour se venger de « l’affront » qu’il a subi, mais en vain. Une semaine s’écoule sans qu’il ne puisse avoir un seul indice. Mais voilà que son premier rendez-vous avec Laurens arrive pour finaliser le contrat avec Abberline Cosmetics et une lueur d’espoir apparaît à quelques jours de Noël…

L’avis d’Elyio : 

Il existe bien des sagas qui forcément tiendront à coeur à tout(e) lecteur(trice) qui se respecte, celles pour qui vous attendriez des mois voire des années pour en savoir toujours plus. Cette promesse, je me l’étais faite à l’époque du tome 3 lorsque l’auteur, Jordane Cassidy avait mis cette formidable histoire sur pause. Je me suis donc penchée inévitablement sur la sortie de ce tome 4 quelques semaines après sa sortie et quel bonheur de retrouver Princesse Kaya et son Roi Connard. L’attente aura largement valu le coup. Quel retour !!

La fin du 3ème volet était alors clôt sur le départ de Kaya après une nuit mémorable et ardente avec cet homme improbable qui a réussi le tour de force de lui faire oublier Adam le temps d’une soirée. Comment et où a-t-elle bien pu disparaître ? Comment a-t-elle pu laisser derrière cette lettre incendiaire qui met le corps et l’esprit d’Ethan en ébullition ?

Une chose est certaine, Kaya est son objectif ultime et comme il l’a si bien écrit, il mettra tous les moyens en œuvre pour la retrouver. Grâce à un coup de pouce, il va savoir où la recroiser. Et comme tout bon connard qu’il est, il va se mettre dans la tête de faire vengeance. Démontrant ainsi à sa Princesse que son départ va forcément se payer. Il avait tout envisager sauf ce que son coeur va lui dicter. Il se sait incapable d’aimer, telle est sa certitude inébranlable ! Quelle est donc cette raison absurde qui lui fait prendre des décisions absolument grotesques ?  Pourquoi se sent-il si paisible uniquement à ses côtés ? Pourquoi donc fallait-il que ce soit elle qui l’agace tant, qui le pousse dans ses retranchements les plus sombres ?

Avec une facilité naturelle qui lui est propre, la jolie Kaya va mettre en danger et en péril toutes les pensées qu’il croyait acquises. La douceur et l’innocence va révéler tout un pan psychologique de notre charmant PDG. Oui oui , j’ai bien dit charmant ! En effet derrière ses actes et ses paroles déplacées, se cachent tout un versant qu’il va vous être décliné. Et sérieusement, mon coeur a fondu à chaque fois. Ce tome m’a littéralement fait mourir à de nombreuses reprises. A chaque volée de leurs contacts, mon coeur se gonflait d’amour et d’espérance pour dégringoler à chaque pas en arrière. Certains y verront une envie de ne pas avancer dans l’histoire des personnages et ne comprendront pas malheureusement l’effet recherché par Jordane Cassidy. D’autres y découvriront tout cet aspect qu’il ne faut en aucun cas négliger pour parfaitement comprendre et cerner ce personnage qui est tellement complexe. Car mazette, son passé est LA véritable clé à toutes les tortures qu’il s’inflige. Toutes ses prises de décisions qui façonnent son quotidien, toutes ses limites qu’il impose à toutes les personnes qui le côtoie et à lui même également, ont une histoire bien au-delà de nos hypothèses.

Comment avec un tel passif est-il possible de se reconstruire de manière saine ? Vous apprendrez bien des secrets et ces derniers sauront vous divulguer une partie de ce vous attendiez depuis si longtemps.

Kaya va, sans se rendre compte, commencer à dompter cet homme si loin de toute convenance, cet homme si détestable et si détesté. Qu’il sera facile alors pour nous lecteurs d’aimer à le détester à notre tour. Qu’il sera bon de l’apprécier aussi pour ses failles qu’il laisse doucement percevoir à la seule personne à qui il n’aurait jamais pensé ouvrir son âme. N’oublions pas que comme tout bon illusionniste, il ne voudra lui dévoiler que ce qu’il veut bien qu’elle voit.

J’ai ainsi été malmenée tout du long de ce tome 4 qui s’avère être le plus volumineux par rapport aux 3 précédents. J’avoue m’être interrogée quant à l’importance de l’épaisseur de ce volet. Je peux désormais dire qu’il était indispensable de faire ainsi. La complexité de cet opus n’aurait pu en être autrement. Prise au piège de cette folle aventure, on y découvre pas seulement le passé d’Ethan mais tout un enchevêtrement de circonstances quant aux différents personnages qui jonchent cette saga. L’auteur va aussi une fois de plus, ébranler toutes les certitudes et offrir un final à ce tome digne d’un grand cliffanger. Me dire qu’il faudra désormais attendre un moment avant de connaître la suite sera sans doute une des plus douces tortures. Mais nulle doute qu’elle nous prépare encore bien des surprises.

Vous l’avez compris, j’ai encore une fois été sous le charme incontestable de Princesse Kaya et de son despote préféré. J’ai aimé avec eux, j’ai ri à leurs dépens, j’ai détesté et rongé mon frein, confirmant ainsi un coup de coeur irréversible pour tous ses personnages qui composent cette histoire rocambolesque.

La plume de l’auteur que j’affectionne particulièrement prend une ampleur confortable dans ce volet. Elle impose ainsi son style à la 3eme personne permettant un tout autre aspect de perception en lecture. Les pensées et les faits sont plus intimistes et dévoilent certains aspects que vous n’auriez sans doute pas envisagé.

Je confirme donc mon coup de coeur pour ce 4ème tome attendant maintenant fermement le jour où je découvrirai comme vous ce tome 5 actuellement en cours d’écriture.

Kaya, Ethan et tous les autres… je vous attends 😉

Cœur de pirate – Prémonition, playlist d’Elyio

 

412k5druril

 

L’avis de Carine sur le roman de Shanthi Sekaran, Lucky Boy



Titre : Lucky Boy
Auteur : Shanthi Sekaran
Editions : Milady littérature
Ebook : 12.00 €
Broché : 20.00 E
Résumé :

Pour la première fois, elle se mit à observer les enfants. Les bébés. Sa poitrine se serra à leur vue. Elle aurait voulu en tenir un contre son cœur, sentir le poids doux et chaud d’un nouveau-né dans ses bras. Aimer et être aimée. Concocter une vie toute neuve à partir de son propre sang, de son propre corps. Devenir le foyer d’un être, un nid rassurant et doux dans un monde aux contours tranchants.

À dix-huit ans, des rêves plein la tête, Solimar décide quitte le Mexique pour se rendre en Californie, et traverse la frontière au péril de sa vie. Après un voyage semé d’embûches, lorsqu’elle arrive à Berkeley, Solimar découvre avec stupeur qu’elle est enceinte. Sans papiers et livrée à elle-même, elle trouve en son fils son point d’ancrage, et dans la maternité, son identité.
(…) Je me permet de ne pas vous mettre le résumé en entier qui en dit beaucoup trop sur le roman. Si vous souhaitez néanmoins le lire, je vous invite à suivre ce lien
Mon avis :

Avec Lucky Boy, Shanhi Sekaran nous offre le récit touchant sur les expériences très différentes de deux femmes immigrées aux États-Unis à travers le fossé socio-économique.

Kavya est issue d’une immigration privilégiée, elle a tout pour être heureuse. De bonne famille, un travail, des amis et un mari aimant. Mais lorsque le désir de maternité pointe son nez, et que rien n’arrive, ce manque va la grignoter de plus en plus. Jour après jour, devenir mère deviendra une obsession. Aimer et être aimée, devenir le foyer d’un petit être qu’elle pourra choyer et ce, à n’importe quel prix…

Solimar, jeune mexicaine rêve de la Californie et d’une vie meilleure. Elle pourra aider sa famille au Mexique tout en vivant le rêve américain. Tout est prêt, le passeur doit la récupérer et même si la peur de ne jamais arriver à destination la tiraille, Soli est plus que prête. Son Papi a tout prévu, tout payé… Demain Soli prendra la route qui lui permettra de passer la frontière mais pas sans risque. Une route qu’elle prendra au péril de sa vie…

Mais si les embûches seront nombreuses, Soli apprendra vite et trouvera au cours de son périple, certes beaucoup de désillusions en faisant de mauvaises rencontres, mais elle en fera aussi de bonnes. Comme Checo et ses amis qui désirent également passer la frontière coûte que coûte… Soli arrivera malgré tout à Benkley où vit sa cousine comme beaucoup d’immigrés avec ou sans papiers… Une nouvelle vie l’attend avec pour commencer, un imprévu de taille…

Lucky Boy… Coup de coeur éditorial 2018 amplement justifié… Une mise en lumière sur les expériences et la complexité de l’immigration aux États-Unis qui suscite réflexion sur la manière dont on vit ou on survit dans un environnement qui n’est pas le nôtre. Ce que l’on est prêt à faire pour aller au bouts de nos rêves, que ce soit pour une vie meilleure, pour l’amour de son enfant, ou encore pour un besoin vital de maternité. Un roman touchant, qui aborde un grand nombre de sujets sensibles, comme principalement l’immigration illégale, mais aussi de la détention, de la fécondité et ou encore, du placement familial. Un roman dont la moralité ne fait pas défaut, surtout en ce qui concerne les abus de pouvoir que peuvent vivre les mexicaines dans leur quête… Des abus que connaissent malheureusement plus de 60 % des femmes et ce, au simple passage de la frontière…

Deux femmes, deux histoires, un enfant… Une situation très complexe dans laquelle on ne peut prendre aucune partie. Les deux nous touchent, nous interpellent dans leur douleur mais aussi par l injustice des droits auxquels elles peuvent prétendre…

Il faut savoir que le droit de l’immigration accorde aux immigrantes d’emmener leurs enfants nés sur le sol américain avec eux lors de leur expulsion, mais les tribunaux de la famille et la nature du système de détention font souvent obstacle à l’exercice de ce droit. Solimar va devoir survivre et se battre corps et âme freiné par le système. Un système qui mettra aussi Kavya dans une situation qu’elle ne contrôle plus aveuglé par l’amour qu’elle peut enfin offrir à ce petit Lucky Boy. Est-il vraiment un enfant chanceux dans tout ce chaos ? Pourquoi ce titre ? Peut-être tout simplement car c’est un enfant aimé inconditionnellement ?

Au fil des pages, et avec une plume fluide et pleine de douceur malgré le thème, l’auteur va également nous décrire les différentes cultures à travers celle de Solimar et celle Kavya. On y découvrira des passages vraiment intéressants qui apportent un plus au récit mais aussi à notre façon de voir et comprendre nos protagonistes.

Une fin juste et pleine de pudeur, qui pousse le réalisme de cette histoire encore plus loin même si on aurait pu en imaginer beaucoup d’autres. Là encore, l’auteur a fait son choix, un choix que j’ai trouvé judicieux.

Un grand merci à Milady ainsi qu’à la Masse Critique Babelio pour l’envoi de ce service presse dans sa version papier qui arbore une magnifique couverture et de bonne facture.