L’avis de Mélissa sur le tome 1 : Les Promesses de l’ombre auto-édité par Sloane M.Gstar


Hello les étoiles, je vous présente mon avis sur le premier tome de Les Promesses de l’ombre de Sloane M.Gstar !

Titre : Les Promesses de L’ombre, tome 1

Auteure : Sloane M.Gstar

Éditeur : Auto-édition

Genre : Dark-Erotique-Thriller

Résumé : Irina Petrova était promise au futur héritier de la Bratva. Pour échapper à ce mariage, elle a fui sa Russie natale. Pendant 10 ans, elle a vécu sous une fausse identité. Hélas dans sa quête de liberté, elle a oublié une chose : on ne rompt pas une promesse faite à la Bratva et encore moins quand le Pakhan n’est autre que Nikolaï Dérékine.Il ne reculera devant rien pour qu’elle lui appartienne à nouveau. Il utilisera la force, le chantage et la torture pour la faire sienne. Il a été élevé dans la noirceur mais c’est dans la terreur qu’il assoit son règne.Que faire quand résister est parfois plus dur que de succomber ?Qu’en est-il quand l’amour, le vrai, réapparaît et vient s’ajouter à l’équation ?Certains sont prêts à donner leur vie au nom de l’amour. Irina sera-t-elle prête à donner la sienne au nom de sa liberté ?

L’avis de Mélissa :

Je tient à rappeler en premier lieu, que ce livre s’adresse à un public averti.

Une couverture sublime, un résumé prometteur et la découverte de la plume de Sloane M.Gstar :  voilà ce que représente pour moi le premier tome de « Les Promesses de l’Ombre ».

Je referme ce premier volet sur une note très positive et je suis aussi très impatiente de découvrir la suite des aventures d’Irina. Cette dernière est une jeune femme qui a réussi à fuir son destin, tout du moins quelques années, lui donnant l’occasion mais surtout l’espoir de prétendre à un avenir serein. Mais le passé n’est jamais bien loin et celui-ci va resurgir à un moment inattendu… Et c’est de la pire des manières, qu’a nouveau, elle va se retrouver sous l’emprise de Nikolaï, un homme sans limite, sans cœur, qui la traque depuis que la jeune femme a osé trahir la promesse faite à la Bratva. Il a tout mis en œuvre pour la retrouver, la faire sienne.

Alors qu’il aura une emprise totale sur son corps, sur ses faits et gestes qu’en sera-t-il de son cœur ? Car, voilà le quotidien qui va dorénavant être celui d’Irina, et que pourrait-il arriver de pire que d’être uni au Pakhan… Celui-ci arrivera-t-il à la posséder de toutes les manières possibles ? Et si, par-dessus tout, l’amour vrai se rajoutait à l’équation ?… Autour de la Bratva, nul ne peut s’attendre à une histoire de conte de fée car, dans ce monde il est question de luxe mais aussi de pouvoir et de domination… un monde où il est préférable d’être doté d’une qualité primordiale : être dépourvu de sentiments. Un trait de caractère qui décrit parfaitement notre Nikolaï Dérékine, cet homme sombre qui a lui seul instaure un climat noir et pesant… Il n’a aucune limite, il est détestable au plus au point et pourtant, impossible de rester insensible à celui qu’il est… Voilà le climat dans lequel nous plonge l’auteure avec ce premier opus. Vous l’aurez compris, inutile de s’attendre au prince charmant, ce qui me ravit personnellement. L’auteure s’en sort très bien, même si cela ne m’aurait pas du tout embêtée qu’elle aille encore plus loin (esprit tordu que je suis) !

Sloane M.GStar a tout de même fait un travail remarquable sur le choix de ses protagonistes et c’est pour moi l’un des points forts de ce livre. Leur tempérament, leur comportement, tout est très bien pensé. Chacun nous procure des émotions différentes. L’un a ma préférence c’est Alekseï, mais volontairement je vais le laisser dans l’ombre et vous inviter à venir lever le voile sur ce personnage par vous-même. Si quelques fois des répétitions de certains mots ou encore dans le comportement, le ressenti et les pensées d’Irina m’ont un petit peu dérangée, j’ai réussi finalement à leur donner du sens car, ils n’ont fait que renforcer les émotions que l’on peut éprouver à l’égard de cette dernière la rendant attachante plutôt qu’agaçante. De plus, la jeune femme va évoluer et réussir à transformer ses faiblesses en force, ce qui fait prendre un tournant à l’histoire, différent de ce à quoi l’on aurait pu penser.

Pour ma part, j’ai été agréablement surprise au fur et à mesure que j’avançais dans cette lecture. J’ai eu la sensation que les petites maladresses du débuts s’estompaient au fil des pages révélant la juste valeur de la plume de l’auteure. De plus, Sloane M.Gstar, nous offre là une fin de tome dont il est difficile de décrocher. Un final instaurant une grande frustration mais aussi et surtout une belle promesse quant à la suite des événements.

Je remercie Sloane M.Gstar pour l’envoi de ce service presse numérique.

103910849_336176700699593_6394769913116820252_n

 

L’embaumeur de Montmartre de Fleur Hana chez Infinity Collection !


Hello les étoiles, je vous présente mon avis sur L’embaumeur de Montmartre de Fleur Hana, une romance paranormal à suspense rééditée chez Collection Infinity !

Titre : L’embaumeur de Montmartre

Auteure : Fleur Hana

Éditeur : Infinity Collection

Collection : Onirique 

Genre : Thriller paranormal

Résumé : Une nouvelle danseuse du Moulin Rouge retrouvée vidée de ses organes et son sang !

Lord Spencer Fitzwilliam est dépêché sur place par l’agence britannique ROSE afin de résoudre cette sordide histoire de meurtres qui fait la une de toutes les gazettes.

Déterminé à expédier cette enquête en un temps record, il se heurte à Rosaline Leprince et son engin de malheur : sa bicyclette. La jeune journaliste au caractère bien trempé est elle aussi lancée sur les traces de celui que la capitale surnomme déjà l’Embaumeur de Montmartre.

Formant un duo improbable, ils devront mettre leurs ressentiments de côté pour débusquer l’assassin avant que celui-ci ne frappe à nouveau…

Entre Penny Dreadful et Jack l’Éventreur, L’embaumeur de Montmartre vous plonge au cœur du Paris de 1890, ses cabarets, et un mystère digne de Sherlock Holmes.

Réédition augmentée du titre ROSE, L’embaumeur de Montmartre. One Shot.

L’avisdeMya 

Il n’y a que récemment que j’ai renoué avec le genre paranormal. Ce titre est ma deuxième expérience et je ne l’ai aucunement regrettée. L’Embaumeur de Montmartre n’est pas un coup de coeur certes, mais la plume addictive de Fleur Hana m’a vite transportée dans cette trame originale… Si l’intrigue fait penser un peu à Jack L’éventreur, son cours n’en prend pas le même chemin. J’avoue qu’au début, j’avais peur que l’histoire tourne autour du paranormal, mais au fil des pages, la frileuse du genre que je suis a été rassurée par le cheminement de l’intrigue !

L’époque, 1890. L’endroit, Paris. La saison, l’été.

L’intrigue se déroule autour du meurtrier des danseuses du Moulin Rouge, le cabaret, le plus select de Paris. Les journaux à scandale s’emparent de l’affaire, chacun y va de son commentaire et les spéculations vont bon train semant un vent de panique parmi les parisiens…La police patauge dans la semoule et le tueur s’enhardit et prend de l’assurance pour remettre le couvert ! Mais il y a un journaliste qui se démarque. Ou je devrais dire une. Oui, vous avez bien compris, notre journaliste est une femme. Comme le préconisait l’époque, les femmes érudites et carriéristes étaient mal vues par la bonne société. À cause du machisme des hommes et grâce au soutien de son père, Rosaline Leprince, avec son ambition dévorante, s’est faufilée dans ce milieu typiquement masculin par la petite porte. Bien qu’obligée de publier sous un pseudonyme, elle considère cela comme le premier pas vers l’émancipation dont elle rêve tant !

Je disais donc, Rosaline a flairé le bon filon à tirer de cet effroyable meurtre et décide d’enquêter par elle-même. Le fin limier qu’elle est, elle sent qu’il y a une autre vérité  derrière ces meurtres que ce qui se raconte… Cette dernière n’hésite pas à chercher l’info là où elle ne devrait pas. C’est tout elle. La bienséance, elle n’en a cure et le jugement des regards d’autrui, l’effleure sans l’émouvoir ! Tout ce qui compte pour elle, c’est l’info qu’elle diffusera, fera la Une de La Gazette et sera lue par des milliers même avec un nom d’emprunt. Toute la fierté qui en découlera !

Rosaline sait ce qu’elle veut, sa carrière, elle en fait une affaire personnelle. Les sentiments, le mariage, les enfants et briller en société, tout ce à quoi aspirent les femmes de son entourage, ne la font pas rêver… Mais, ce qu’elle n’a pas prévu, c’est un Lord anglais, coincé, froid et imbu de lui-même qui est venu percuté ses résolutions en plein fouet …

Lord Spencer est venu incognito à Paris pour débusquer le tueur en série du Moulin Rouge qu’il soupçonne avoir déjà sévi à Londres… Mais, ce qu’il n’a pas prévu, c’est qu’une femme vient se mêler de ses affaires. Grossière, fumeuse invétérée, fagotée comme une fille de petite vie et pardessus le marché, intrépide et intelligente… Sérieux qui voudrait d’une femme maline et brillante à cette époque ?… Et elle a en plus le culot de faire battre son coeur. En fin autant qu’un coeur de scientifique peut battre…

La confrontation entre ces deux têtes de mule ne peut qu’être houleuse et irrémédiablement épique. Rosaline a décidé de ne pas lui faciliter les choses et de le pousser dans ses retranchements… De quoi lui faire perdre son flegme à cet Anglais hautain et snobinard !

Encore une fois, Fleur Hana m’a embarquée pour ce voyage dans les rues de Paris du 19e siècle. Un voyage onirique qui mêle suspense et une touche de paranormal. Juste la dose qu’il m’en faudrait pour ne pas décrocher… Attention : La romance se tient en arrière-plan laissant toute la place à l’intrigue policière ce qui n’était pas pour me déplaire personnellement ! Une intrigue qui tient bien la route et qui prend au fil des pages un cheminement inattendu pour ceux qui ne connaissaient pas déjà le genre dans lequel est classé L’embaumeur de Montmartre !

Les personnages aussi différents qu’ils se complètent était une approche intéressante et a résulté à des situations hilarantes ! Le flegme de Spencer n’a d’égale que les excentricités de sa partenaire imposée le temps d’une enquête… Un partenariat qui ne demande qu’être approfondi si Spencer se défait de son côté un peu rasoir… Mais, on peut compter sur l’intrépide Rosaline pour le décoincer !

En somme, une intrigue qui accroche, un cheminement parfait, des personnages hauts en couleur et attachants et une plume fluide et super talentueuse !

Merci Fleur Hana pour l’envoi du service presse de cette superbe expédition à haut suspense dans l’ancien Paris !

87324670_2437545406350036_3664179150182154240_n

 

 

 

hhh

#HALLOWEEN2020 BRAVO JOUEUR SANS PEUR TE VOILà DANS LA CRYPTE

EN COMPAGNIE D’UN SQUELETTE Célèbre :

Le porteur de bottes

Si à Londres il n’est pas rare d’exhumer un squelette compte tenu de l’histoire longue et mouvementée de la ville, il est plus rare de tomber sur un squelette du XV° siècle reposant dans la Tamise et chaussé de bottes. Ce qui est super bizarre, c’est que la littérature ne mentionne pour ainsi dire pas du tout l’existence de bottes à cette époque. De plus, il semble que le mec soit mort là sans bénéficier d’un enterrement. Il était âgé d’une trentaine d’année et devait probablement travailler pour la ville au nettoyage de la Tamise si on en croit à la fois ses bottes et l’avalanche de problèmes osseux que son squelette présentait, fruit sans doute d’un travail harassant.

Cette histoire vraie et bien belle, mais nous, nous somme à Montmartre et non à Londres.

Alors cherchons des Bottes en France ! Et qui de mieux que fleur Hana peut vous en donner la couleur si vous savez bien chercher !

vous avez trouvé bravo :

voici vos victuailles du jour mais attention ! Seules celles qui ont la même couleur que les bottes sont bonnes à manger

Le cri du silence par Angel Arekin aux éditions Black Ink !


Hello les étoiles, je vous présente mon avis coup de coeur sur Le cri du silence d’Angel Arekin. Edité par Black ink éditions. Encore un roman époustouflant à son actif…Un thriller à vous glacer le sang et une romance riche en émotions, Le combo parfait à ne pas louper !

Titre : Le cri du silence 

Auteure : Angel Arekin

Éditeur : Black Ink éditions 

Genre : Thriller 

Résumé : Un tueur rôde dans les Lofoten, ces îles magnifiques de Norvège, là où la nuit ne tombe jamais en hiver et où le soleil de minuit éclaire les journées d’été. 
C’est ici que Maja a grandi, sur ces terres morcelées qui abritent tant de secrets. 
C’est ici que Caern et sa sœur sont arrivés voilà quelques années, après la faillite de leur famille. 
Adolescent silencieux et marginal, à la beauté sauvage et charismatique, Caern est pourtant méprisé de tous. Seule Maja le voit différemment et se lie avec lui malgré les mises en garde de ses proches. 
Mais alors que la relation entre les deux adolescents se développe, le Tueur des Lofoten frappe à nouveau, détruisant la tranquillité de l’archipel. 
Dix ans s’écoulent avant que le destin ne les remette sur le même chemin. Le passé a laissé des traces indélébiles mais l’attirance entre eux est toujours présente. 
Le problème, c’est qu’ils ne sont pas seuls…

L’avisdeMya :

Tout d’abord laissez-moi remercier Black Ink éditions pour l’envoi du service presse numérique. Et aussi féliciter Angel Arekin pour ce thriller magistral qui ne laisse point indemne.

L’été s’installe tout doucement à Svolvær. Les jours rallongent et s’enchaînent dans cette petite magnifique ville norvégienne. Le spectacle n’en est que plus fabuleux sous le soleil de minuit. Les plus courageux profitent du panorama époustouflant de La baie d’Unstad en s’aventurant dans ses eaux glaciales. À l’instar de quelques touristes, la bande d’Erlend y est aussi pour affronter les vagues déferlantes du spot. Maja, la petite sœur de quinze ans d’Erlend, Leiv, Jens et Madi. Tout le monde ondulent en même temps que la houle jusqu’à ce que la planche de Maja heurte celle de l’un des surfeurs. Qui n’est autre que Caern Corange. Maja est si frigorifiée et désorientée à cause du coup reçu sur la tête, que Caern se dépêche de prendre les choses en main pour la sortir de l’eau glacée lui évitant une hypothermie certaine. Tout en faisant fi des regards haineux de son frère, Erlend. C’est clair, ces deux-là ne s’aiment pas.

Le cadre que l’auteure nous décrit est idyllique et l’entente est bon enfant et donne envie de se plonger dans cette histoire sans sursis. Jusqu’à ce que l’ambiance se plombe et devienne hitchcockienne et le décor assez sinistre pour hérisser les poils et faire monter la tension artérielle à son paroxysme.

En effet, la population se réveille sous le choc et la nouvelle se répand dans la ville comme une traînée de poudre. L’odeur pestilentielle d’un cadavre sauvagement profané a souillé la pureté et la fraîcheur de l’air de l’archipel des Lofoten. Et depuis, rien n’a été dans cette bourgade. La quiétude de la ville et l’insouciance de ses habitants se sont envolées pour laisser place à un climat d’inquiétude, tendu et suspicieux.

Pendant que le chef de police Sørensen et sa brigade organisent leur chasse à l’homme, Maja et Caern mènent une lutte contre des sentiments qui leur sont interdits. Maja ne peut pas se tenir loin de l’aura magnétique de ce loup solitaire. Malgré la désapprobation de ses proches, de ses amis et même de celle de la jumelle de ce dernier, elle est déterminée à approfondir cette attraction prétendue malvenue qui l’aimante à Caern. Quant à ce dernier, ses efforts sont vains à essayer de résister à la tentation, à l’éloigner de crainte d’entacher son innocence. Et pour cause… Caern et sa jumelle, Aenna, sont l’attraction de la ville, ou plutôt ses moutons noirs. Surnommés les Silent Twins, ils sont observés comme des bêtes de foire, détestés et montrés du doigt. On raconte des choses peu ragoûtantes sur eux, et certaines sont probablement vraies. Par exemple, qu’ils entretiennent une relation malsaine, qu’ils sont nuisibles, qu’ils sont fusionnels et dysfonctionnels, qu’ils sont anormaux… Et d’autres insanités abracadabrantes. Chacun y va de son anecdote dur eux. Mais cela n’empêche pas Maja de lui courir après, voyant en lui, des qualités invisibles aux communs des mortels. Mais pas à elle. Caern est devenu une évidence, son âme sœur et ni les racontars ni même les menaces ne la dissuaderont de l’aimer.

Jusqu’à la découverte d’un deuxième cadavre. Et cette fois-ci pas de doute, tous les doigts se pointent vers Caern. Lui seul avait une aussi grande colère en lui et une bonne raison pour commettre un meurtre si violent. Un crime monstrueux qui a poussé Maja à la fuite loin sa ville et de sa famille des années durant, pour oublier le fantôme qui hante désormais sa tête et son cœur meurtri. On pourrait croire que son exode vers d’autres cieux arrêterait ce déchaînement de violence. Malheureusement, son retour au bercail semble réveiller le monstre qui sévit dans les Lofoten après une hibernation de dix ans. Les crimes n’en sont que plus brutaux et s’approchent de plus en plus d’elle. Sera-t-elle l’objet d’une obsession sanglante ?

Démêler le vrai du faux de ce thriller s’est avéré aussi casse-tête qu’un jeu de puzzle auquel Angel Arekin s’y adonne avec excellence. Le cri du silence est un embarquement total dans les contrées sauvages et sublimes du Nord. Les Lofoten comme elle en parle font rêver. Mais le revers de la médaille nous en éloigne très vite pour chasser l’émerveillement et laisser place à l’écœurement, aux crimes répugnants, au doute, à d’inévitables émotions qui nous rongent tout le long des pages. Le décor paradisiaque cède sa place à un autre plus macabre que l’auteure décrit avec brio, installant un climat de psychose purement hitchcockien. Et elle ne nous épargne pas les détails. Tout y est. Un manoir sinistre, des personnages écorchés à vif, et d’autres plus flippants, un suspense insoutenable, un malaise palpable dont je ne suis pas arrivée à m’en défaire. Cette peur qui prend aux tripes quand on ne sait pas à quelle sauce on allait être mangées. La connaissant, j’avais le droit de craindre le pire (lol). Et, je ne n’ai pas été déçue. Car, le brouillard n’a de cesse de s’épaissir au fil des pages, elle distillait les indices au compte-gouttes, laissant planer le doute et le mystère. L’improbable est devenu réel, le monstre de l’archipel s’est avéré démoniaque et insoupçonnable et sa créatrice rudement sadique.

Angel Arekin a encore une fois était au rendez-vous pour enchanter nos papilles livresques avec le combo parfait pour ne pas changer à notre grand bonheur. Elle nous a fait don d’un amour interdit, bouleversant et à la limite de l’obsession, comme elle seule sait le faire, d’une folie meurtrière et d’une intrigue machiavélique menée d’une main de maître. En somme, un thriller incontournable qui glace les sangs et au dénouement bluffant mâtiné d’une romance riche en émotions à lire sans attendre !

Je suis admirative de cette plume qui ne déroge pas à ses habitudes à nous pousser dans nos retranchements, à malmener nos cœurs et à nous tordre les tripes. Et on en redemande… Chapeau bas l’artiste qui arrive toujours à me surprendre !

 

66657971_645790582602452_7535793212032548864_n

 

 

 

Killing Eve – Codename Villanelle, Episode 2 de Luke Jennings !


Hello les étoiles, je vous présente mon avis sur le 2e épisode de Kelling Eve. Un roman de Luke Jennings et une édition de HLAB que je remercie pour l’envoi du service presse numérique via NetGalley France !

Titre : Killing Eve – Codename Villanelle, Episode 2 

Auteur : Luke Jennings

Éditeur : HLAB 

Genre : Thriller

Service presse : NetGalley France

Résumé : SECOND EPISODE DU LIVRE A L’ORIGINE DE LA SÉRIE  !
Villanelle, tueuse au sang-froid exceptionnel, se voit attribuer une nouvelle cible, un leader fanatique russe. Mais tapie dans l’ombre, l’agent du MI5 Eve Polastri veille. Redoutablement intelligente, l’espionne est prête à poursuivre son envoûtante adversaire, où que cette traque la mène… 

L’avisdeMya :

Dans ce deuxième épisode, nous retrouvons Villanelle qui est repartie en chasse pour une nouvelle mission à Londres. Nouvel objectif, nouvelle identité. Le redoutable et charismatique Viktor Kedrin n’a qu’à bien se tenir. Sauf qu’aujourd’hui, Villanelle doit être encore plus vigilante. Eve Polastri du Thames House est à ses trousses ! Cet agent du MI5 n’est pas n’importe qui. Intelligente, observatrice et très consciencieuse. Et n’aura de cesse de se mettre en travers de sa mission. Notre tueuse à gage doit concocter un plan sans faille et veiller à peaufiner le moindre des petits détails.

Réussira-t-elle son premier challenge devant la menace imminente qu’est cette espionne chevronnée ? Car si cette dernière ne connait rien sur elle, bientôt ses crimes n’auront plus aucun secret pour elle. C’est clair qu’elle se donnera les moyens pour décortiquer touts les tenants et aboutissants pour remonter jusqu’à l’assassin.

Ce second épisode met la salive à la bouche. Villanelle met son plan à exécution sans que l’auteur nous donne des précisions sur ce que trame notre tueuse. Et j’avoue qu’elle m’a bluffée à la fin. Son plan était d’une justesse qui suscite toute mon admiration. L’entrée en scène de l’espionne du MI5 donne encore plus de piment à cette mise en bouche.

Eve Polastri est une espionne qui voudrait être prise au sérieux et avoir des missions plus valorisantes que celles qu’on lui attribue. Mais son intuition lui vaudra un challenge qu’elle voudra relever et réussir. Elle est si attachante, car la découvrir hors de son élément et au quotidien auprès de son mari, l’humanise à nos yeux. Quant à Villanelle, elle est égale à elle-même. Toujours à flirter avec le danger et en cherche de sa dose d’adrénaline. Amène et attentionnée vue de l’extérieur mais froide et imperméable à l’intérieur. La seule émotion qu’elle laisse voir dans certains moments de faiblesse, c’est la colère. Elle est méthodique mais n’hésite pas à improviser pour aller au bout de sa folie.

Une bonne entrée en matière, le jeu du chat et à la souris peut commencer ! Une traque qui promet d’être meurtrière !

65597633_2197439487219762_2842431561473720320_n

 

 

Tangerine de Christine Mangan,version française éditée chez HarperCollins, mon avis !


Hello les étoiles, Tangerine est un roman à suspense superbement bien mené. Je l’ai lu dans le cadre d’un service presse octroyé par HarperCollins France via NetGalley France. Avec mes remerciements.

Titre : Tangerine

Auteure : Christine Mangan

Éditeur : HarperCollins France

Collection : Noir

Genre : Thriller

Broché : Lien d’achat

Service presse : NetGalley France

ChallengeNetGalleyFR 2019

60701193_822357521484115_917108094746492928_n

 

Résumé : Tanger, 1956. Alice Shipley n’y arrive pas.
Cette violence palpable, ces rues surpeuplées, cette chaleur constante  : à croire que la ville la rejette, lui veut du mal.
L’arrivée de son ancienne colocataire, Lucy, transforme son quotidien mortifère. Ses journées ne se résument plus à attendre le retour de son mari, John. Son amie lui donne la force d’affronter la ville, de sortir de son isolement.
Puis advient ce glissement, lent, insidieux. La joie des retrouvailles fait place à une sensation d’étouffement, à la certitude d’être observée. La bienveillance de Lucy, sa propre lucidité, tout semble soudain si fragile… surtout quand John disparaît.
Avec une Tanger envoûtante et sombre comme toile de fond, des personnages obsessionnels apprennent à leurs dépens la définition du mot doute.

L’avisdeMya :

C’est sous une chaleur étouffante et au coeur d’une ville envoûtante, une colère qui gronde en sourdine et un suspense qui amplifie l’air ambiant que débute Tangerine.

Ce roman est vraiment inédit et original, l’intrigue est surprenante et menée d’une main de maître. Tout le long de ma lecture, j’ai été happée dans la trame, ne résistant pas à tourner les pages pour découvrir le fin mot de l’histoire.

Mais, Christine Mangan a décidé que je n’aurais droit qu’à des spéculations que je n’ai cessé de faire du début jusqu’à ce que je comprenne de quoi il retourne. Et là, c’est la claque ! Être au cœur de l’action et regarder l’auteure tisser son piège diabolique et ingénieux était l’un de mes plaisirs dans cette histoire dans le voile opaque était loin d’être facile à percer.

Tangerine est un fruit qui tient son nom d’un mélange de mandarine et Tanger, une ville du nord du Maroc. Nous sommes en 1956, dans un pays qui se bat pour la liberté. À la veille de la signature du traité de l’indépendance, la colère du peuple couve contre les expatriés. Une bombe à retardement qui fera des dégâts monumentaux si elle vienne à exploser.

Et l’âme de cette histoire, c’est Alice Shipley, une jeune femme issue d’une famille richissime. Sa destinée n’est pas des plus communes. Elle a perdu ses parents dans un accident dont elle se sent encore coupable. Elle a perdu son fiancé. Et la liste de ses déboires ne s’arrêtera pas là. Un fait du Karma ou d’une main malfaisante ? Je vous laisse le découvrir.

Aujourd’hui, elle réside dans une ville qui l’étouffe mais qu’elle ne peut pas quitter. Elle vit cloîtrée et seule dans son appart ne sortant qu’en cas de besoin. Elle s’est résignée à y vivre avec une impression de malaise constant envers cette Tanger qui l’entoure de sa moiteur malfaisante. Son mari est souvent absent, ce qui lui laisse beaucoup de temps libre à macérer dans ses pensées noires. Trop douce à être timorée, manipulable, faisant le bonheur d’un mari vénal et qui ne manque jamais l’occasion de la rabaisser.

Quelle est son histoire au juste ? Cela, on ne le saura qu’à l’entrée en jeu de Lucy, son amie et ancienne colocataire. Cette dernière a atterri à Tanger sans prévenir, infusant à Alice un regain d’énergie pour se défaire des toiles d’araignées qui l’étranglent depuis trop longtemps. Panique, crise d’angoisse, rien ne lui est épargné. À ses côtés, elle apprendra à espérer, à percevoir la ville d’un œil neuf, à travers le regard de cette nouvelle arrivée.

Lucy est tout l’opposé de son amie. Elle est curieuse, s’adapte avec une facilité hallucinante et se lie même d’amitié avec les autochtones quelques heures après son arrivée. Ce qui réveillera une jalousie sous-jacente chez Alice, elle qui n’arrive même pas à aller au marché sans criser. Lucy est solaire, abordable, aimante. Un peu trop ? Inquisitrice ? Mais à sa décharge, Alice est faible, indécise, et elle a besoin d’une main secourable. Raison de plus, de tout abandonner et débarquer chez elle. Son intrusion n’est qu’un mal pour un bien ! Et le bien, Lucy sait le prodiguer comme personne.

Mais au fil des pages, je ressens une sorte de malaise via cette Lucy dont l’arrivée impromptue n’a rien d’anodin. Trop de questionnements me taraudent l’esprit sur ses agissements peu orthodoxes. N’est-elle qu’une simple intrigante convoitant la fortune d’Alice ? Est-elle l’amie sincère et protectrice ? Et jusqu’où est-elle prête à aller pour montrer son dévouement à son amie ?

Alice dont le comportement mystérieux et énervant de sa visiteuse commence à réveiller des réminiscences enfouies sous son état léthargique, plonge dans le passé pour puiser dans des souvenirs de quoi étayer ses pensées qu’elle n’ose pas encore proférer à haute voix. Et si ses soupçons n’étaient qu’un grain de folie ?

La face cachée de l’iceberg est bien plus démoniaque qu’on ne pourrait l’imaginer ! 

C’est sur un état admiratif et époustouflée par cette plume et son intrigue machiavélique que s’achève ma lecture. Et si jamais vous vous décidez à entrer dans la bulle oppressante d’Alice, assurez-vous d’avoir du souffle et de respirer un bon coup.

Le rythme varie de long à saccadé. Mais le récit reste fluide du début juqu’à la fin, ce qui vous garantira une lecture aisée.

PS : Mon seul bémol, est d’avoir reçu un fichier dont la mise en page a été négligée, ce qui m’a gâché le trip.

 

60336829_2074123219377359_7866955162152075264_n

 

 

 

Killing Eve – Codename Villanelle – Episode 1 de Luke Jennings, mon avis !


Hello les étoiles, je vous présente mon avis sur le 1er épisode de Killing EveLe roman à l’origine de la série événement Codename Villanelle signé par Luke Jennings. Merci à BMR et à HLAB, ainsi qu’à NetGalley France pour cette découverte.  

Titre : Killing Eve, épisode 1 : Codename Villanelle

Auteur : Luke Jennings

Éditeur : HLAB éditions

Genre : Thriller 

Service presseNetGalley France

Résumé : Dans un palais au bord d’un lac italien, douze hommes scellent le destin d’un homme, le condamnant à mourir.
À Paris, une femme reçoit l’ordre de tuer. Aussi insaisissable que mortellement efficace, Villanelle se met en route.

L’avisdeMya :

Ne connaissant la série que de réputation et décrite comme un thriller avec un concentré d’espionnage, je n’ai pas pu résister à la tentation de répondre présente pour le service presse dont je remercie BMR de me l’avoir proposé. Car dans ce premier épisode, l’auteur nous offre une promesse alléchante pour capter notre attention pour la suite que je me ferai un plaisir à lire…

Pendant que la vie continue son cours, des gouvernants prennent des décisions de la plus haute importance. Comme décider de « la date de péremption » d’un criminel pris d’une folie meurtrière et qui gène leurs petites affaires. Pour cela, ils ont créé une arme redoutable, efficace et froide comme la mort sans jeu de mot. Villanelle est née après un long et dur parcours fait de sueur, de souffrance et d’entraînements mentalement et physiquement exténuants.

Avant, elle avait un nom, une identité et elle tuait par nécessité mâtinée de plaisir. Aujourd’hui, sous ses habits luxueux, et une tête de femme fatale, elle a un Codename pour l’identifier. Et des noms, elle en a dans chaque ville, pour chaque mission. Noms dont elle se débarrasse, une fois le job fait. Et elle tue sur commande. Sans état d’âme. Elle traque sa cible, exécute le contrat et retourne à sa vie ordinaire jusqu’au prochain ordre de mission…

Dans ce premier épisode de Killing Eve, on assiste à la naissance de Villanelle, cette arme destructrice sans remords, et sa folle traque aux criminels psychopathes. Deux cibles, deux réussites et sans éveiller le moindre soupçon. Une tueuse caméléon qui nous promet pleins de rebondissements pour les prochains épisodes.

Un scénario récurrent certes, mais très réaliste et super addictif dans sa simplicité et son efficacité à nous glacer le sang.

Affaire à suivre…

Je vous parle rapidement des prochains épisodes !

The Poppy Family – Where Evil Grows (Playlist Killing Eve)

59538157_302430767336109_2437436976052305920_n

 

 

 

L’avis de Carine sur Les chroniques de Black River: Tome 1 : Le secret de Cracker Hall


Titre : Les chroniques de Black River: Tome 1 : Le secret de Cracker Hall

Auteur : Yann Templé
Editions : Heartless
Genre : Thriller fantastique
Ebook : 4.99 €
Broché : 17.00 €
Résumé : Chaque nuit, Tom Bowman, treize ans, fait le même cauchemar dans lequel il assiste, impuissant au meurtre d’une jeune fille dans une vieille maison. Ce rêve ne serait-il pas lié à Cracker Hall, l’étrange domaine abandonné sur la colline, où nul n’ose s’aventurer depuis des années ? Tom ressent l’Appel de la maison, comme le chant d’une sirène. Est-ce un piège ou un appel au secours ? Pour en avoir le coeur net, Tom décide de s’y rendre avec trois de ses amis. Ce qu’ils vont découvrir là-bas dépassera l’entendement. Seront-ils de taille à braver les dangers de Cracker Hall ?

Mon avis :

Elle trônait fièrement sur la colline. Telle une reine sur son piédestal, elle surplombait la ville de Black River. Symbole du passé, ils avaient été nombreux à essayer de briser ses défenses et d’en découvrir ses secrets au cours des quatre-vingts dernières années, mais personne… Personne à ce jour n’avait pu résoudre le mystère des Cracker Hall… Peu-être que Tom en était-il la clé ? Cet adolescent inexorablement attiré par cette maison qui le fascinait autant qu’elle le terrifiait. Il sentait qu’elle l’observait…. Elle avait jeté son dévolu sur lui, s’insinuant dans sa tête et dans ses rêves pour l’obliger à la rejoindre. Il aurait tant voulu se défaire de son attraction seulement, il y avait ses rêves… Ou plutôt les cauchemars dont il était prisonnier. Chaque nuit en vivant et revivant en boucle le meurtre d’une jeune fille qui ne cessait de l’appeler à l’aide, avec cette expression de frayeur qu’elle arborait avant disparaître. Elle le hantait même lorsqu’il était réveillé… Qui était-elle et pourquoi n’arrivait-il jamais à la sauver ? En plus de miner son moral, la fatigue le gagnait jour après jour et bientôt il ne pourrait plus taire ses démons. Ses pensée n’arrêtaient pas de le ramener sur la colline, comme si la maison le suppliait de venir à elle… Il savait que tôt ou tard, il devrait s’y rendre, mais pas simplement devant la grille. Comme il l’avait déjà fait sans avoir eu le courage de passer le grand portail. Non… Il savait que le mystère résidait à l’intérieur, et que pour ce faire, il aurait besoin de ses amis. Seul, il n’en aurait jamais le courage…

Après en avoir parlé avec ses amis, l’expédition était lancée, non sans mal mais lancé ! Mais les mystères qui entouraient cette maison allaient se révéler bien plus intrigants et dangereux qu’ils n’auraient pu croire….

Une plume très intéressante, qui démontre tout le potentiel que l’on peut attendre de cet auteur. Yann Templé nous offre là un thriller qui mêle horreur et fantastique d’une main de maître. Il nous offre une intrigue fascinante et bien imagée. J’ai été propulsée au cœur des pages avec ces adolescents qui vont affronter le mal sans savoir à quoi ils doivent s’attendre, mais dont l’amitié sera une force indéniable qui leur donnera le courage d’avancer.

On tourne les pages comme on regarde un film en plongeant dans le mystère d’une maison qui n’a rien à voir avec ce qu’on a l’habitude de lire. Tout s’anime et devient réel sous nos yeux. On ne lit plus, on est dans le livre, spectateur de tous les mystères et les rebondissements complexes et pourtant si simples à la fois, que l’auteur met en place tout au long de son récit. On se demande même à un moment donné, comment il fait pour ne pas s’y perdre et tout relier dans un sans faute. Je dirais qu’il manie tout simplement sa plume à la perfection et qu’il excelle dans le genre en nous offrant une lecture qui nous tient en haleine par un suspense extrêmement bien ficelé et angoissant. À aucun moment, cette angoisse ne se relâche. Les rebondissements s’enchaînent les uns après les autres jusqu’à cette chute finale, brillante et inattendue qui nous promet un second tome passionnant.

J’ai été plus que conquise par l’atmosphère que dégage cette lecture mais aussi par les décors et les personnages qui hantent cette histoire et y prennent vie. L’auteur déborde d’imagination en maintenant correctement son intrigue que j’ai trouvée très électrique. Et qui fait que le récit va crescendo dans une ambiance angoissante où le mystère règne. Seul petit bémol pour ma part, je n’ai pas su définir si ce roman était pour adulte ou pour adolescent. Un bémol qui peut être aussi un atout, car de ce fait, j’en déduis qu’il peut aisément être lu et apprécier par les deux.

Un grand merci aux Éditions Heartless de m’avoir permis de découvrir cette lecture en service presse numérique.

La femme du banquier par Cristina Alger, mon avis !


Hello les étoiles, je vous présente mon avis sur « La femme du banquier », des investigations à hauts risques au sein des sphères financières. Un thriller mené d’une main de maître par Cristina Alger. Merci à Albin Michel et à la masse critique Babelio.

Titre : La femme du banquier

Auteur : Cristina Alger

Éditeur : Albin Michel

Genre : Thriller

Broché : Lien d’achat

Service presse

tous les livres sur Babelio.com

« >Masse Critique Babelio

Résumé : L’épave d’un avion privé à destination de Genève est retrouvée dans les Alpes. Parmi les victimes : Matthew Lerner, cadre dirigeant de la Swiss United, célèbre banque offshore.
Seule face aux secrets qu’il a laissés derrière lui, Annabel, la jeune veuve de Matthew, finit par comprendre que sa mort n’a rien d’accidentel, et se retrouve prise dans un jeu de cache-cache terrifiant… de Marina Tourneau, une ambitieuse journaliste qui enquête sur un récent scandale lié à la Swiss United. Mais cette dernière osera-t-elle publier son article ?

L’avisdeMya :

Tout d’abord, tous mes remerciements à la masse critique Babelio ainsi qu’aux éditions  Albin Michel pour l’envoi du service presse papier « La femme du banquier » de Cristina Alger. Ma première découverte de cet auteur, et je lirai avec plaisir son premier roman « Park Avenue » dont je n’ai entendu que du bien. Si le début était un peu long et m’a un peu laissé sur ma faim (je suis une grande impatiente, je veux tout et tout de suite.) la suite, était haletante, pleine de suspense et de rebondissements. Tout ce que j’aime dans le genre. Cristina Alger a resserré les fils d’araignée qu’elle a tissés avec brio au fil des pages m’empêchant de décrocher. Et oui, j’étais tellement happée dans ce déballage des magouilles des grands pontes que j’ai souvent oublié de respirer. 
L’auteur nous embarque dans l’univers pourri de la haute finance. Les abus de pouvoir des politiciens, les blanchiments d’argent, les évasions fiscales, soutiens aux dictateurs auteurs de génocides, et la corruption des branches pourries de certaines hautes instances en sont les mots d’ordre. Un voyage captivant et des respirations saccadées qui nous baladent aux quatre coins du globe pour faire le grand plongeon dans les eaux troubles des banques offshores !

Il a fallu la disparition des radars, d’un avion d’une personnalité de la haute société, pour que commence la descente en enfer de ces fruits pourris de la finance. Un effet papillon dont le puzzle dévoile, d’une page à l’autre, un gros complot contre des crieurs de la vérité soupçonnés de collaborer avec la police fédérale. Et surviennent quelques « accidents » qu’on pourrait croire anodins séparément, mais mis dans le même contexte, prennent sens. À nos yeux en tant que lecteurs. Aux yeux de Duncan Sander décédé dans d’étranges circonstances et à ceux de Marina Tourneau et son équipe d’investigations. Des investigations qui décimeront quelques cadavres avant de faire éclater l’horrible vérité au monde. Des dommages collatéraux diraient certains car faire éclater la vérité, a son prix. Et ceux qui jouent à la détourner le paient un jour ou l’autre. Du moins dans les livres… 

Comme je disais, « La femme du banquier » a comblé toutes mes attentes. On‘ y trouve tous les ingrédients pour vivre les cheminements des faits comme si on y était. D’ailleurs, cette histoire rappelle d’une façon flagrante, l’affaire Snowden qui a défrayé la chronique et continue encore de faire parler d’elle, car elle n’a pas dévoilé tous ces dessous. Comme c’est souvent le cas dans ce genre de transactions douteuses. Tous les personnages présents ont joué un rôle essentiel pour réussir l’effet papillon dont je parlais en haut. Chaque fait, chaque incident survenu tournait autour de l’argent sale qui était pour ces magnats une fin et non seulement un moyen. Rien n’a été laissé au hasard pour réussir ce combo gagnant. Des investigations à hauts risques au sein de ces sphères financières qui restent un grand mystère pour les personne lambda. Un thriller addictif mené d’une main de maître dont je félicite l’auteur.

Si vous aimez le genre des thrillers financiers, « La femme du banquier » est une déflagration mondiale au sein de la haute finance que vous ne devez pas passer à côté. Il est d’une efficacité inouïe, et d’un réalisme à faire peur. Comme on le sait tous, un système politique qui perd son intégrité mène un pays à sa perte.  
Le dénouement est un brin irréaliste même si cela fait du bien de croire, même en un laps de temps, que le pouvoir de l’amour et celui de la vérité s’en sortent toujours vainqueurs. Il faut bien rêver et c’est cela le pouvoir d’un bon livre.

Craig Armstrong – Finding Beauty

 

56749213_279698042919204_6763350121305341952_n

 

La femme du banquier<div class= »Bnote »><a href= »https://www.babelio.com/livres/Alger-La-femme-du-banquier/1123107″><img src= »https://www.babelio.com/images/Star4.5.gif &raquo; />

L’avis de Mélissa sur Tu n’aurais pas dû… Tome 1 : Soumission et Persécution de Cindy C.


Hello les étoiles ! Mélissa vous présente son avis sur Tu n’aurais pas dû Tome 1 : Soumission et Persécution de Cindy C. Un thriller publié en auto-édition !

Titre : Tu n’aurais pas dû, Tome 1 : Soumission et Persécution
Auteur : Cindy C.
Éditeur : Auto-édition
Genre : Thriller

Broché : Lien d’achat

Résumé : Cassy n’avait que 11 ans quand sa mère est décédée. Malgré son jeune âge, elle a assistée à une scène qui va la traumatiser. Deux ans plus tard, son père va lui révéler les faits sur cette terrible perte qu’ils ont subie, mais Cassy ne le croit pas, elle va partir en quête de vérité. Sa relation avec son père va devenir de plus en plus étrange.

Rien n’empêchera Cassy d’atteindre son objectif car l’amour de sa mère la conduira vers les révélations…

L‘avis de Mélissa :

C’est à travers des extraits publiés sur son groupe auteur que j’ai découvert la plume de Cindy C. et c’est pourquoi lorsque j’ai vu qu’elle était à la recherche de chroniqueuses pour son Thriller : « Tu n’aurais pas dû : tome 1 » j’ai tout de suite était emballée.

Tout d’abord, comme le fait l’auteur dans les premières pages, je tiens à vous avertir que le contenu de ce livre aborde un thème assez choquant et ne doit donc pas se retrouver entre n’importe quelles mains.

Cassy est une jeune fille qui a subi une grosse perte. Celle de sa maman alors qu’elle n’avait encore que 11 ans. Avant cet événement tragique, sa vie était belle… Mais depuis, elle est devenue un véritable cauchemar. Son père Stephen qui était si aimant a changé du tout au tout mais jusqu’à quel point ? Pourquoi et comment a- t-il pu se transformer en cet être aussi abject?

Je me suis lancée à l’aveugle dans cette lecture, chose qui m’arrive très rarement et je dois reconnaître qu’au premier abord, j’ai été déroutée.

Le nombre de pages, très court, pour commencer m’a fait peur, puis l’avertissement.

Je me suis dit : « Dans quoi me- je suis lancée ? » Mais… l’envie de découvrir cette auteur a repoussé mes craintes et je ne me suis plus arrêtée. Chose que je ne regrette pas. Car, j’ai beaucoup apprécié ce premier tome. Cindy a une très belle plume, une de celle qui vous emporte dans votre lecture et ce jusqu’à la dernière page. J’ai découvert un récit émouvant et choquant. L’histoire de la jeune Cassy qui a assisté à une scène qui restera gravée à jamais dans son esprit. Qui ? Pourquoi ? Tant d’interrogations qui feront que son quotidien aura pour unique but, d’obtenir des réponses à ses questionnements. Et malgré son jeune âge, elle fera preuve de courage et de résistance à toute épreuve afin de découvrir la vérité.

Habituellement, je ressens toujours un manque quant au trop peu de détails dans des histoires courtes comme celle-ci, mais je dois reconnaître que cette fois-ci, pas du tout. Je pense que lorsqu’on traite de certains sujets, il faut savoir accrocher le lecteur sans pour autant le faire fuir et là, Cindy a dosé à la perfection la profondeur des mots, des scènes pour faire passer un maelström d’émotions, mais tout en nous donnant envie de continuer et de savoir quel destin est réservé à Cassy. Et c’est exactement ce que j’ai ressenti à la fin de cette lecture. Des sentiments tels que la rage, la haine, la colère envers certains protagonistes, mais aussi de la compassion, de la tendresse pour cette jeune fille courageuse. Et je me languis déjà de découvrir la suite de ce premier opus et de savoir ce qu’il va advenir de Cassy.

Je remercie Cindy C. pour sa confiance et pour ce service presse numérique que je vous invite à découvrir.

Une lecture bouleversante, qui ne vous laissera pas indemne mais qui mérite vraiment d’être découverte…. Mais je le précise encore une fois, ce livre n’est pas fait pour tout le monde, prenez en compte l’avertissement et le sujet abordé avant de vous lancer.

CÉCILE, chanson qui traite de l’inceste

52130119_301144240544571_7992360613693095936_n

L’avis de Carine sur Murder Game, le roman de AB. Blackwood chez Somber lips



Titre : Murder Game
Auteur : AB.Blackwood
Genre : Thriller
Editions : Somber Lips
Ebook : EUR 5,99
Broché :
Résumé :

Quand un meurtrier sévit sur le campus de Yale il devient d’autant plus terrifiant qu’il porte un masque de loup. Mais qui se cache derrière ce sérial killer d’une extrême violence qui s’en prend aux femmes de l’université ?

Chloé, étudiante française venant parfaire sa thèse aux États-unis, assiste le professeur Marius Alexander, tout aussi beau que célèbre, dans une étrange chasse. Les deux semblent fascinés par l’attrait de ce tueur, et se mettent en tête de découvrir son identité, se rapprochant l’un de l’autre d’une étrange manière.

Mais la jeune femme ignore encore jusqu’où leur enquête va les amener…

Aux portes de la vérité, l’assassin n’est peut-être pas le seul à se cacher derrière un masque.
Mon avis :

Dans la nuit noire du Campus de Yale, Alison rentre malheureuse d’une soirée. Elle est triste, fatiguée, et c’est plongée dans ses idées noires qu’elle se rend compte peu à peu qu’elle est suivie… Par qui ? Ou par quoi ? Ce n’est que plus tard et surtout… trop tard qu’elle verra la lame du couteau briller…. Cette histoire ? tout le monde en parle sur le campus lors de la rentrée universitaire de Chloé, une jeune française accepté à Yale dans le cadre de sa thèse en psychologie.  Alison occupait le poste que cette dernière devrait pourvoir auprès du professeur Alexander et ses nouveaux amis ne manquent pas de faire de l’humour noir sur le fait qu’elle risque de finir de la même façon… Mais Chloé est une battante qui ne se laisse pas marcher sur les pieds et croit encore moins à la fatalité. Elle veut réussir, s’élever au dessus de sa condition et surtout… ne pas ressembler à son père qui alternait les petits boulots et le chômage. Alors ce n’est pas parce qu’on cri  au loup qu’elle va détaler comme une petite fille et abandonner ce pour quoi elle s’est battue bec et ongle… Le loup ? Elle est prête à le traquer elle même si il le faut… Mais rien, ne la fera dévier de son projet de vie… rien ni personne…

Un roman coup de coeur qui m’a fait passer un moment de lecture très prenant. Je me suis délectée de chaque phrase, chaque mot, chaque situation. Tout y est, tout est bien pensé, et même plus encore. C’est avec une plume addictive et terriblement efficace que l’auteur nous plonge dans son univers et nous offre un récit sombre et mystérieux, qui nous emporte sans préavis, d’un bout à l’autre.

Un thriller haletant, je dirais même exaltant, plein de rebondissements… intelligemment mené qui ne nous laisse aucune échappatoire, aucune excuse pour le poser. On en dévore chaque page dans l’attente de La Révélation qui sera plus que, déroutante… Car même si, comme moi vous arrivez à trouver, à aucun moment vous en devinerez la chute finale.

Mais qui est le loup du campus et quelles sont ses motivations ?

Au fil des pages, le découvrir est devenu une obsession. On se fait notre propre enquête, on soupçonne, fait attention au moindre indice, puis on tremble de savoir si nous avons raison et surtout pourquoi !

Ce qui est magistral avec ce livre, c’est que l’auteur réussit à nous alpaguer dans son intrigue à partir de personnages caricaturaux et tout ce qui se rattache à eux.

Nous avons la colocataire bimbo, la gentille étudiante française qui fera fondre le bourreau des cœurs et star du campus mais pas que… Puis la sœur un peu folle dingue, le gentil petit ami de la copine, les fraternités secrètes, le professeur mystérieux et inaccessible qui fait fantasmer les étudiantes… Tous ont leurs étiquettes et seront jugés tels quels, et pourtant… AB. BlackWood sème le doute, démonte nos théories et nous pousse simplement là ou elle le désire en nous offrant des indices percutants, mais toujours avec une psychologie fine, qui va autant lui servir sur ses personnages, que sur le lecteur. Même la narration choisie est bien pensé et apporte un atout de plus au récit lors de situations bien particulières… Avec talent, elle tisse son intrigue comme un puzzle dont les morceaux seraient disséminés dans chaque chapitre.

AB.Blackwood nous donne le sentiment d’avoir écrit ce livre pour déjouer justement tous les stéréotypes que l’on rencontre dans ce genre de lecture. Que ce soit dans l’action, les situations fortes, intrigantes ou amoureuses, mais surtout, dans les dialogues qui m’ont donné l’impression que l’auteur me connaissait et qu’elle avait écrit ce roman pour moi en ironisant sur tous les clichés qui me gênent en général.

Tous les personnages apportent leur pierre avec pour chacun un rôle bien défini et fort. Mais le duo que forme Chloé et son professeur à la recherche du loup est magistral, de fins psychologues qui n’ont pas peur des psychopathes et qui au contraire, sont fascinés par eux …. Réussiront-ils à faire cesser ces meurtres en série en découvrant qui se cache derrière le masque, ou en seront-ils les victimes ? Et si leurs théories s’avéraient fausses et qu’à cause d’eux,  les meurtres s’amplifiaient laissant le meurtrier libre de recommencer à sa guise ? Et si…  pour y arriver ils devaient eux aussi tomber leur masque ?

Je vous laisse découvrir cette pépite livresque que je vais relire dès que possible, car lorsqu’on se rend compte de la subtilité de l’auteur, on ne peut que repartir à la chasse aux indices !

Un énorme merci à Lips & Roll pour m’avoir permis de découvrir cette lecture palpitante en service presse, mais aussi merci à AB. Blackwook d’avoir écrit cette merveille.

 

  hhh

#HALLOWEEN2020 LA BIBLIOTHEQUE 

En pleine lecture de la légende de la bête du Gévaudan, tu te rend compte que tu n’as aucune victuailles ici … les loups sont-ils passés par là ? Il est fort possible… Cependant nous ne pouvons pas te laisser croupir dans cette pièce qui donne la chair de poule !!! Brrrr Je te propose d’attraper le bon roman sur les étagères. Non ! N’ait pas peur du chat au contraire… il est là pour t’aider dans ton choix. 

Les superstitions autour du chat débutent au temps de l’Egypte ancienne. Les yeux de l’animal reflétant la lumière étaient le symbole du pouvoir du dieu du soleil, Râ. Mais paradoxalement, même si le chat était une idole, les Egyptiens considéraient le chat noir comme un Ethiopien noir à l’image …. ? Sauras -tu trouver la réponse ? Facile ! Par contre Ab Blackwood n’est pas docteur et c’est pas 33 qu’il faudra murmurer lorsque tu trouveras Camille, cette jeune fille de 13 ans harcelée à l’école…. Non ce n’est pas de la paranoïa… Ecoute…. tu entends les murmures ? cherche bien…

 

 

 

The Gift de Louise Jensen, mon avis !


Hey les étoiles ! The Gift est un thriller psychologique mené de main de maître par Louise Jensen. Merci à NetGalley France et BMR pour ce superbe service presse.

51mmq9+S61L

Titre : The Gift

Auteur : Louise Jensen

Éditeur : BMR

Genre : Thriller

Kindle : Lien d’achat

Résumé : « Ne pas faire un bruit.
Par-dessus les battements de mon cœur, je l’entends.
Une toux. Derrière moi. Tout près. Trop près. »
Courir. »
À trente ans, Jenna reçoit un nouveau cœur et voit sa vie entièrement chamboulée. L’opération l’a sauvée, mais marque le début d’une longue descente aux enfers : cauchemars, paranoïa, impression d’insécurité. Est-elle victime d’un syndrome post-traumatique ? Ou un lien s’est-il noué avec sa donneuse, Callie, la forçant à vivre des souvenirs qui ne sont pas les siens ?
C’est ce que Jenna est déterminée à découvrir. Malgré les avertissements de ses proches, elle prend contact avec la famille de Callie. Qui était-elle ? Est-elle vraiment morte dans un accident ? Jenna est convaincue qu’on lui cache quelque chose, mais enquêter risque de tout lui coûter : ses amis, sa santé mentale et même sa propre vie…

L’avisdeMya :

Jusqu’à ce jour, Jenna menait sa petite vie tout simplement mais qui lui convenait très bien. Un travail qui la passionne et un fiancé qu’elle aime. Mais le destin en a décidé autrement pour eux. Depuis la tragédie, Jenna a tout perdu.

Jenna a frôlé la mort. Et s’elle est vivante aujourd’hui, c’est grâce à un don d’une mort a priori accidentelle. Depuis lors, un organe étranger bat dans sa poitrine au rythme d’une énergie qui n’est plus sienne ni ne maîtrise.

Le jour, elle vit en apnée à cause d’une impression d’urgence qui l’appelle de passer à l’action même s’elle n’arrive pas à savoir quoi. Et la nuit, ses rêves ne lui appartiennent plus. Des fois euphorisants, et d’autres glaçants. Rêves prémonitoires ou jute cauchemars d’un esprit malade ? Elle est perdue ne sachant pas où s’arrête l’irréel ni ou commence la réalité.

Jenna décide d’en savoir plus sur sa donneuse, mais les conséquences ne seront pas sans danger pour sa santé mentale.

Chaque porte qu’elle ouvre, elle se retrouve devant une autre fermée à double tour. D’autres zones d’ombre à éclaircir la propulsant dans un cercle infernal.

Mais rien n’arrête Jenna. Ni le fait de se sentir épier ni le danger qui la guette. Elle se sent investie d’une mission qu’elle accomplira coûte que coûte. Est-elle vraiment persécutée ou elle sombre dans une folie paranoïaque dû à sa culpabilité de vivre alors qu’une personne n’a pas eu cette chance ? Est-ce vraiment un appel au secours de l’au-delà, comme elle le prétend ? En tout cas, Jenna se sent enfermer dans un piège qui lui réservera bien de surprises et pas de belles.

Beaucoup de questionnements en suspens dans cette lecture et moins de réponses jusqu’au dénouement final qui était plus qu’improbable. L’auteur nous balade dans une totale confusion au fur et à mesure qu’on avance. Elle brouille les pistes mettant tous nos théories à mal. Et cela dû au talent fou d’une auteur maître dans son domaine.

The Gift est un thriller psychologique tenant. L’intrigue est hautement captivante que passionnante. L’auteur maintient le suspense avec maestria. Il est d’une oppression angoissante tout le long des pages sans qu’elle n’ait besoin de faire dans la violence. Elle nous emprisonne dans un brouillard à la Hitchcock, fermement pris entre les fils d’une gigantesque toile d’araignée sans espoir de nous en défaire. L’adrénaline monte crescendo sans savoir ce qui se passe vraiment. Et cela, entre chaque ligne, dans chaque souffle, chaque mot, chaque geste qu’on devient aussi paranoïaques que son héroïne. Le suspense distillé à grandes doses est assuré autant qu’assumé  !

En somme, The Gift, est le roman à lire absolument si vous êtes fans du genre !

Dark Piano – Paranoia pour accompagner The Gift

 

51mmq9+S61L

A la nuit je mens de Kara Thomas, mon avis !


Hello les étoiles ! Je vous invite à lire mon avis sur A la nuit je mens de Kara Thomas. Mes remerciements à Bragelonne / Castelmore et NetGalley France pour ce superbe thriller psychologique.

41LxGbXUGML._SY346_

Titre : A la nuit je mens

Auteur : Kara Thomas

Éditeur : Castelmore

Genre : Y.A/ Thriller

Kindle : Lien d’achat

Broché : Lien d’achat

Résumé : « Il existe dans ce monde des choses pires que les monstres. Et elles parviennent toujours à me retrouver… »
Tessa, dix-sept ans, revient après huit ans d’absence à Fayette, la petite ville de Pennsylvanie où elle a grandi. Elle en est partie quand sa famille a éclaté, après qu’elle et sa meilleure amie Callie ont témoigné contre Wyatt Stokes, le tueur en série surnommé «  le Monstre de l’Ohio River  ». Mais revenir dans sa ville natale force Tessa à affronter les doutes qu’elle a tus pendant toutes ces années  : que s’est-il réellement passé la nuit du dernier meurtre  ? En cherchant à répondre à cette question, Tessa va exhumer bien des secrets, sur Callie, sur sa famille et sur les meurtres. Or plus elle se rapproche de la vérité, plus elle se rapproche d’un danger mortel auquel elle ne pourra pas échapper…

L’avisdeMya : 

10 ans après la tragédie, Tessa est revenue dans le patelin de son enfance. Que de mauvais souvenirs qu’elle n’a pas envie de déterrer. Mais son père se meurt et elle se sent obligée de lui faire ses adieux. Même s’il n’était pas un parent modèle, néanmoins Tessa est très attachée aux qu’on dira t-on.

Mais son retour, déclenche le retour du Serial – Killer qui sévissant dix ans avant dans la région.  À croire que le monstre de l’Ohio River n’attendait que son retour pour se refaire une réputation dans cette petite ville poussiéreuse. Mais Le MOR, croupit en prison et attend son exécution grâce à leurs témoignages à elle et à celui de Callie. En effet, les deux copines ont été les témoins clé de son procès.

Mais ce jour là, l’operandi – modus a changé. Sa dernière victime, Laurie, faisait partie de leur bande. S’elle est issue d’une famille loin d’être exemplaire, aux premières nouvelles, elle ne partageait aucun point commun avec les proies habituelles du tueur. Mais comme elle a été assassinée de la même manière qu’elles, les forces de l’ordre n’ont eu aucun doute sur sa culpabilité. Est-ce le fait d’une poussée de zèle jusqu’à influencer les témoins à charge ? Bien possible. Les deux fillettes avaient à peine 8 ans et donc facilement maniables.

Aujourd’hui, une autre victime s’ajoute à la liste, et le MOR ne pourrait être le coupable. Alors qu’est-il ? Un imitateur ? Y- a -t-il un innocent en prison? Est-ce possible que quelqu’un a profité de la présence du Serial – Killer pour régler des comptes en suspens ? Tant de questions que se pose Tessa auxquelles, elle aimerait trouver des réponses en puisant dans les méandres de ses souvenirs. Ces derniers sont la preuve, que la jeune fille n’est pas si innocente que cela. Non qu’elle est le MOR, ou sa complice. Non. Mais Tessa a caché des informations cruciales à l’enquête. Et le dit témoignage était faux. Et avec ces nouvelles données, c’était difficile de démêler l’info de l’intox.

Faute de preuves et d’indices accablants, le shérif et son équipe pataugent et ne savent plus à quel saint se vouer. Tessa et Callie, dans la pressente nécessité de réparer le passé, partent à la chasse de la vérité sans se douter des conséquences funèbres à leurs découvertes. Nos détectives en herbe vont partir sur les traces d’un criminel tordu, manipulateur et ne seront pas au bout de leurs surprises. Et elles seront de taille !

A la nuit je mens, est un thriller psychologique écrit avec une maîtrise à vous mettre les nerfs à vif. Un imbroglio où tous les protagonistes pourraient être le suspect numéro 1 ou complice. Une bonne partie d’échec où l’auteur nous manipule comme des pions. Le suspense est tenant et maintenu jusqu’au dénouement spectaculaire avec d’incroyables et inattendus rebondissements.

La plume n’a rien de transcendant certes et un brin redondante, mais elle est brillante et d’une efficacité redoutable. Malgré quelques longueurs au début, j’ai passé un très bon moment à me casser la tête à jouer l’enquêtrice à deux sous mais je m’en suis pas mal sortie en devinant quelques faits. Un thriller que je recommande aux fans des intrigues à suspense captivants.

P.S : Pour info, étant un thriller Young Adult, vous remarquerez l’absence de Shows et tous détails macabres qu’on affectionne habituellement dans les histoires à tueurs en série et du coup, il est tout à fait adapté à vos ados. 

Playlist de Tessa, l’héroïne de ce thriller !

35300538_10213657329441353_6103683169439973376_n

L’avis de Carine sur le roman de Michelle Richmond, Piège Conjugal



Titre : Piège conjugal
Auteur : Michelle Richmond
Traductrice : Karine Lalechère
Genre : Thriller
Editions : Presses de la cité
Ebook : 13.99 €
Broché : 21.00€

Piège Conjugal : The Marriage Pact pour son édition originale paru chez Bantam Books en 2017, à été publié dans trente pays et il est actuellement en cours d’adaptation pour le grand écran par la 20th Century Fox.
Résumé : Alice, ancienne rockeuse reconvertie en avocate, et Jake, psychologue, s’aiment, l’avenir leur appartient. Le jour de leur mariage, un riche client d’Alice se présente avec un cadeau singulier : l’adhésion au « Pacte ». Le rôle de ce club ? Garantir à ses membres un mariage heureux et pérenne, moyennant quelques règles de conduite : décrocher systématiquement quand le conjoint appelle, s’offrir un cadeau tous les mois, prévoir une escapade trois fois par an… mais surtout, ne parler du Pacte à personne. Alice et Jake
sont d’abord séduits par l’éthique, les cocktails glamour et la camaraderie que fait régner le Pacte sur leur vie… Jusqu’au jour où l’un d’eux contrevient au règlement. Le rêve vire au cauchemar. Mais comme le mariage, l’adhésion au Pacte, c’est pour le meilleur… comme pour le pire.

Mon avis écrit par #Carine :

Seriez-vous prêts à tout pour que seule la mort vous sépare ? Alice et Jake l’était… ils ont signé… mais à ce jour, ils donneraient n’importe quoi pour pouvoir revenir en arrière…

Dès le départ, le ton est donné par l’auteur. Il nous plonge dès les premières lignes dans une situation intrigante, qui va nous laisser dans le flou le plus total de ce qui nous attend.

Jake et Alice s’aiment, mais ce dernier a tellement peur qu’elle lui échappe que l’idée du mariage à vite fait son petit chemin. Il faut dire que cette jeune collaboratrice dans un cabinet d’avocat est une rockeuse reconvertie, qui par le passé, n’était pas un modèle de constance. Alors, lui passer la bague au doigt était pour Jake une manière de la lier à lui pour le meilleur… mais aussi pour le pire…

Les préparatifs sont fins prêts, les cadeaux affluent, tout comme les invités de dernières minutes. Ce qui sera le cas de Finnegan, un client du cabinet dont Alice vient de clore le dossier et qui adore les mariages et son institution. Ce dernier très honoré, va leur envoyer un présent très mystérieux… Un coffret de bois sur lequel est gravé « Le Pacte »… mais à sa grande surprise, le coffret sera verrouillé et aucune clé ne l’accompagne, seul un billet manuscrit qui les informe que Le Pacte ne les abandonnera jamais… Jake sera dubitatif et oubliera ce présent jusqu’à leur retour de voyage de noces où on leur exposera les avantages de signer pour un mariage heureux jusqu’à la fin de leur vie… S’offrir des cadeaux, s’appeler régulièrement, tout avait l’air si simple que Jake et Alice ont très vite été séduits par l’éthique du club et de ses avantages… Pourtant ils vont s’en mordre les doigts et se rendront compte un peu trop tard, qu’une fois signé… c’est pour la vie… On ne quitte pas Le Pacte… Ils ont vécu le meilleur ? Le pire les attends de pied ferme…

Je dois vous avouer que j’ai été très surprise par ce thriller très soigné et bien travaillé. Dans un premier temps, j’ai adoré l’idée, car il faut dire qu’elle est un peu tordue quand même. Je m’explique : L’auteur nous offre une trame originale, sombre et énigmatique mais qui ne manque pas de sarcasme en tournant en dérision d’une certaine manière, l’institution du mariage. Ce récit va nous pousser dans la réflexion de ce que l’on attend de la vie à deux. Ma seconde surprise sera la narration de l’auteur qui m’a vraiment faite accrocher dès les premières pages. Il n’écrit pas une simple histoire, Il nous la raconte comme si cette dernière était une histoire vraiment vécue et nous emporte dans l’univers de son intrigue avec subtilité en alternant les événements liés au Pacte et sa vie. Le Pacte… Lorsque je vois ce mot, la première chose qui me vient en tête c’est un pacte satanique… Aucun rapport me diriez-vous ? Pas si sûr… Passer un Pacte avec le diable pour être plus riche, avoir plus de pouvoir ou plus de privilèges … Qu’importe ce que l’on demande, qu’importe le marché… Car passer un Pacte, veut dire que l’on souhaite ce qu’il y a de mieux, l’idéal, la perfection, mais il y a toujours un prix à payer… Pour Jake et Alice, il leur faudra juste suivre des règles simples… seulement en apparence… Car finalement, ce n’est pas vivre avec une épée de Damoclès prête à nous tomber dessus si l’on venait à enfreindre une règle ? Manipulations, suspense et rebondissements bien menés. Bienvenus dans le monde de la paranoïa où tout va nous faire douter, dans un très bon rythme et dans une atmosphère oppressante. Tout monte crescendo, jusqu’au final qui aurait pu être aussi intriguant car je m’attendais vraiment à quelque chose de plus percutant… Je ne peux pas dire que j’ai été déçue non plus. C’est assez paradoxal, mais pour moi cette fin a plusieurs sens. Et celle que j’ai perçue me convient parfaitement et boucle la boucle.

Un grand merci à Babelio et à la plume très surprenante de Michelle Richmond qui m’a fait oublié que l’auteur était bien elle et non Jake ! et oui j’ai écrit « il » tout au long de mon avis en pensant à Jake et non à l’auteur. Je pense qu’elle a bien réussi mon immersion dans son roman.

j’ai passé un excellent moment de lecture, Je terminerais avec cette citation que j’ai adorée :

Pour un mariage réussi, il faut tomber amoureux plusieurs fois, toujours de la même personne…

La menace BlueWaters de Raphaël Glutz, mon avis !


Bonsoir les étoiles ! Je vous invite à découvrir un bon thriller : La menace de BlueWaters de  Raphaël Glutz  publié chez Incartades éditions

Titre : La menace BlueWaters

Auteur : Raphaël Glutz

Éditeur : Incartades éditions

Genre : Thriller

Kindle : Lien d’achat numérique

Broché : Lien d’achat broché

Résumé : Bel homme, sportif, le milliardaire James Schwarz, président du BlueWaters Group à seulement trente-six ans, doit uniquement sa réussite à son intelligence et sa persévérance. Après des années de recherches et d’efforts, il parvient à développer une formule chimique qui révolutionne les industries automobile et pétrolière.
Mais le jour où il est victime d’un grave accident de la route, sa vie bascule. Pour le sauver, Mary, sa compagne, chercheuse à la tête d’un projet top secret pour le groupe MilProjects, implante dans son cerveau une puce encore jamais testée sur l’homme.
Après l’opération, il se réveille seul chez lui, perdu entre imagination et réalité. Le doute commence à s’installer.
Pourquoi ses collaborateurs cherchent-ils soudain à obtenir la formule qu’il est seul à connaître dans son intégralité ? Pourquoi se sent-il si faible ? Où est Mary ? Était-ce vraiment un accident ?
Lorsqu’il comprend qu’il a été manipulé et que sa vie est en danger, il apprend que la femme qu’il aime a été enlevée. Il doit alors découvrir qui cherche à lui nuire et pourquoi, pour la retrouver.

L’avisdeMya :

Tout d’abord merci aux éditions Incartades pour l’envoi de ce service presse.

Pour commencer, je vous résume l’intrigue de ce thriller mais pas trop. Le protagoniste clé, James Schwarzest un trentenaire fortuné. Son intelligence a ouvert large les portes de la richesse devant lui. Mais pas que, malheureusement pour lui et ses proches !

Il a inventé une ingénieuse formule qui fera de l’eau, l’énergie pure de l’avenir. Une invention qui révolutionnera le monde de l’industrie . Et à cause de cela, James est devenu le point de mire de la convoitise et la cupidité. Et aussi la cible à abattre par les grosses industries pétrolières que le groupe BlueWaters menace leurs profits .

Après un banale et mystérieux accident de la route, il s’est réveillé avec des blancs dans son cerveau. Le flou total. Des événements qui tournent en boucle dans sa tête sans qu’ils sachent s’ils sont réels ou juste des cauchemars dû à la prise de ces pilules que le médecin lui a prescrites. De l’homme d’affaires dynamique, de solide et en pleine forme, James est devenu une loque humaine. Et comme si cela ne suffisait pas, sa fiancée a disparu dans des circonstances inconnues.

Après quelques jours dans un état végétatif, il a enfin saisi que quelque chose ne tournait pas rond dans sa vie et décide de la prendre en main. Arrêtant tout traitement suspect, il part à la recherche de la vérité pour combler les trous noirs dans sa tête. Un voyage qui vire à une chasse effrénée à l’homme au péril de sa vie.

Après maintes découvertes et de cadavres parsemés ici et là sur sa route, James comprend qu’il fait l’objet d’un complot. Mais par qui ? Et quel rôle Mary, sa fiancée, a-t-elle dans cette horrible machination ? Est-elle un dommage collatéral ? Une monaie d’échange ? Manipulatrice ? Ou justement la clé de cette course contre la montre ? La vérité est autre que ce qu’il croyait. Et pour la découvrir, Il va au devant de risques immensurables.  Mais sans tenter le diable serait chose difficile. Sa quête ne sera pas sans danger, ni d’une trahison qu’il pensait improbable.

La menace BlueWaters est une fiction qui flirte avec la réalité. Une intrigue autour d’espionnage industrielle. Une course haletante contre la mort. Un thriller d’un suspense à vous couper le souffle. Musclé et sanglant. L’auteur a mené la trame avec dextérité et tambour battant. Surtout pour un premier roman. Il va vous emparquer dans un univers où l’argent et le pouvoir sont les mots d’ordre. Et tous les dégâts qui peuvent résulter de vouloir se l’octroyer d’une façon illégale. Une folie meurtrière à moult rebondissements, à tensions intenses et bien imagée. Au point qu’on se croit dans un des épisodes des séries à suspense dont je raffole.

L’écriture n’est pas de la grande littérature mais ce n’est pas ce qu’on demande qu’on aime ce genre de lecture. J’ai pris beaucoup de plaisir à le lire et je le recommande aux amateurs d’intrigues à suspense et d’adrénaline. Divertissement garanti.

 Mon choix musical pour cette lecture

 

L’avis de Carine sur le nouveau Thriller de GH David, NEZARA


Titre : Nezara : prédateurs

Auteur : G. H David

Genre : Thriller court

Indépend’encre

Ebook : 0.99 €

Broché : 4.99€

Résumé : À Paris, Hélène Christy dirige une brigade héritée de l’Inquisition qui lui a valu un surnom de circonstance : Hell Christ.
Enfer et Paradis, un duel qui convient à son âme : difficile de dire qui de la jeune femme ou de ses inquiétants suspects sont les plus tourmentés.
Rite satanique, prêtre obscur et sombres secrets : plongez dans un Noël bien loin des traditions… plus noir que blanc.

Mon avis écrit par #Carine :

Et si nous passions noël du côté maléfique ?

GH David nous offre avec Nezara, une histoire courte des plus surprenante…   Il y a tout un tas de symboles qui caractérisent les fêtes, mais qui peuvent avoir tout à coup une signification autre qu’un beau conte de noël…  comme par exemple le sapin avec sa forme particulière… ou encore,  le père noël, qui cette année pourrait bien jouer au malin …

Hélène Christy, surnommée Hell  Christ, travaille pour l’unité la plus barge de la PJ, celle qui s’occupe des affaires spirituelles non classées, appelée la BIPs… Menant une vie très tourmentée, elle est complètement en phase dans cette section grâce ses facultés, un peu spéciales…

Hell Christ nous embarque en intervention avec elle, et nous fait découvrir au travers de ces lignes, son enquête qu’elle partagera avec son nouveau référent du Vatican « Sexy Priest »…

Tout commence avec la découverte d’un corps avec une mise en scène, rue Rivoli à Paris… mais aussi quelques punaises, des Nezara, qui nous offrent une odeur bien moins alléchante que celle du père Chills… Cette nouvelle affaire est donc suffisamment importante en tout cas pour que le commissaire insiste sur la présence de Christy…

Une histoire courte rondement menée avec une intrigue des plus passionnante et qui sort des sentiers battus. J’ai été conquise et il faut l’avouer, GH David a réussi son pari avec moi, j’ai une peur bleue de tout ce que touche aux esprits et toutes ces bestioles qui les accompagne. Elle a une fois de plus la faculté à immerger son lecteur dans un univers qu’il n’a pas l’habitude de fréquenter et ce,  avec le peu de page que comporte cette nouvelle. J’en demande encore, bien plus que cette mise en bouche qu’elle nous offre… Un univers qui me terrifie, mais accompagné de sexy priest et Hells Christ, risque fort d’être intéressant…

Un roman court certes, mais très addictif dans lequel GH David nous déverse son flot d’ humour noir qui m’a vraiment mise en conditions dès le début de la lecture, pour me faire tomber petit à petit dans les tourments de l’enquête, mais aussi de la belle enquêtrice…

Un grand merci à GH David pour ce service presse qui m’a laissé une drôle d’odeur lol

Mon avis sur le roman de Bridget Page Timothy Blake : La mort en héritage by Carine


Titre : Timothy Blake, la mort en héritage

Auteure : Bridget Page

Auto-édition

Genre : Thriller

Kindle : 4€99 cliquez sur le lien ici

Broché : 17€00 cliquez sur le lien ici

 

 Résumé :

Depuis longtemps fasciné par les sociopathes, Gildas Gabin a obtenu un certificat de Sciences Criminologiques avant d’intégrer la Police. Confronté très rapidement à une affaire de meurtres en série, ses connaissances, conjuguées à des capacités sensorielles hors norme, lui ont permis de se bâtir une réputation qui l’amène désormais à intervenir aux quatre coins de l’Europe.

C’est dans ce cadre que l’on fait appel à lui pour résoudre une série de meurtres sur La Rochelle, une ville reliée au pire de ses souvenirs et au plus cuisant de ses échecs.

Timothy Blake est officiellement infirmier anesthésiste intérimaire. C’est du moins ainsi qu’il apparaît à sa femme, Rachel. Mais la réalité est tout autre. Tim a des besoins très particuliers et un hobby peu commun : il tient de son père un lourd héritage qu’il s’efforce de perpétuer, y travaillant sans relâche depuis bientôt dix ans.

Désormais, Tim se sent prêt à voler de ses propres ailes, quitte à se dédouaner des consignes paternelles, à surfer sur les vagues de la décadence, à repousser les limites de la cruauté, mais aussi celles de sa propre jubilation…

Timothy Blake nous entraîne au cœur de sa sordide passion, tandis que Gildas Gabin s’efforce de débusquer l’« artiste » et de stopper l’hémorragie.

Privé de ses aptitudes si particulières, hanté par un spectre qui obscurcit son jugement, il lui faudra résoudre l’énigme de son passé pour mettre le point final à la série sanglante qui terrorise La Rochelle.

Entre haine et fascination, les deux hommes se lancent dans une course-poursuite qui les mènera au plus intime secret de l’autre, les faisant basculer dans un affrontement personnel irréversible dont la mort pourrait s’avérer l’ultime issue.

Mon avis écrit par #Carine :
   

Après m’être plongée chaque jour dans un nouveau chapitre lors du concours Fyctia Thriller, c’est avec immense joie que j’ai pu reprendre ma lecture de Timothy Blake. J’ai été frustrée de ne pas connaître le fin mot de l’histoire tans j’étais prise dedans !

Je vous rappelle que Timothy Blake faisait partie des finalistes de ce concours, et même s’il n’a pas été le grand gagnant, pour moi, il l’est sans conteste !

Gildas Gabin, célèbre criminologue reconnu de tous et très demandé, arrive sur la Rochelle où un tueur en série excelle dans « l’art de tuer ses victimes » en effet celui –ci ne se contente pas simplement de tuer, il  les mets en valeur tel un tableau de grand maître à échelle humaine. Une mise en scène dans laquelle tout est orchestré à la perfection, du contenu, au contenant…

L’auteur ne cache rien, et dès le départ nous connaissons l’identité de ce tueur en série, de cet « artiste de la mort », Timothy Blake. (En même temps, c’est le titre me direz-vous lol )

Infirmier le jour, marié et menant une vie stable en apparence,  il cache son secret qu’il dissimule au mieux : son addiction  dont il est le seul maître … Dix ans d’organisation, d’entraînement et de perfectionnement. Ces œuvres sont de plus en plus belles, audacieuses et peaufinées avec soin… On dira, nous,  qu’elles sont de plus en plus cruelles, barbares, et complètement démentes…. Derrière cette façade banale se cache « l’artiste » et toutes les monstruosités qui en découlent…

Timothy Blake va se frotter au grand Gildas Gabin, qu’il voit arrivé comme un obstacle dans un premier temps, mais auprès duquel il va vite prendre plaisir à se mesurer. J’aurais même tendance à dire que Gildas le fascine…  Deux tempéraments hors du commun dans une traque incessante où les fantômes du passé vont se télescoper avec l’enquête et mettre à mal notre criminologue qui traîne un drame personnel depuis de nombreuses années. Son seul et unique échec… le plus important à ce jour… le plus personnel… Son don va alors être perturbé et il ne ressentira pas les choses comme il en a l’habitude. 

 Qui des deux aura l’ascendant sur l’autre ? Jusqu’où Timothy poussera-t-il Gildas Gabin et qui  gagnera ce face à face tortueux qui vous prend les tripes à plusieurs reprises ?

L’auteur nous plonge dans un récit à deux voix où nous allons tour à tour entrer dans la tête du policier et du psychopathe. Par ce biais elle nous offre sur un plateau d’argent toutes leurs pensées, leurs gestes, leur passé, leur vie… mais aussi, une bonne dose d’adrénaline qui nous tient dans une addiction totale du début à la fin.

Nous sommes Gildas Gabin criminologue et nous menons l’enquête,  mais nous serons aussi Timothy Blake, psychopathe et tueur en série… Bridget Page a l’art et la manière de nous immerger toujours dans nos rôles dès le début de la lecture, dans laquelle être simple spectateur ne nous suffit pas. On entre dans le vif du sujet avec nos protagonistes qui feront de nous les témoins de ce duel poignant.

Timothy Blake : La mort en héritage… Tout est dans le titre…et qu’importe dans le sens où l’on souhaite l’interpréter. Vous comprendrez aussi par-là que ce thriller est consacré particulièrement à notre antihéros, notre psychopathe, qui pour une fois n’a pas suscité mon empathie,  mais m’a fasciné cependant dans sa découverte, qui fût fort intéressante du point de vue psychologique. Un point aussi fascinant chez Gildas qui va être trop impliqué dans cette affaire et fera de lui un autre homme, un chasseur prêt à tout pour arrêter ce monstre. Mais finalement… Qui chasse l’autre ?

Un roman sombre et complètement addictif. Bridget Page n’aime pas faire dans la dentelle, elle nous l’a déjà prouvé avec sa trilogie « Sur la ligne » un roman qui me hante encore et toujours, mais dans Timothy Blake elle va mettre en avant une nouvelle facette d’un psychopathe. Car Timothy est avant tout aux yeux de tous, un homme rationnel et banal, en apparence saint d’esprit qui pourrait être votre voisin ou monsieur tout le monde… Elle nous fait découvrir au fil des pages le déclencheur de ce mode de vie et toute l’intelligence de celui-ci pour mener ses projets à termes dans une plénitude absolue. 

Pourquoi ce besoin viscéral de tuer  Est-ce génétique, biologique simplement un désir plus fort que tout ?

De Gildas ou Timothy, qui gagnera la partie ? Je vous laisse le découvrir en lisant cette nouvelle pépite de Bridget Page que je remercie énormément pour sa confiance.

Mon avis sur … Timothy Blake, la mort en héritage de Bridget Page


Titre : Timothy Blake, la mort en héritage

Auteure : Bridget Page

Auto-édition

Genre : Thriller

Kindle : 4€99 cliquez sur le lien ici

Broché : 17€00 cliquez sur le lien ici

Kobo : 4€99 cliquez sur le lien ici

Résumé :

Depuis longtemps fasciné par les sociopathes, Gildas Gabin a obtenu un certificat de Sciences Criminologiques avant d’intégrer la Police. Confronté très rapidement à une affaire de meurtres en série, ses connaissances, conjuguées à des capacités sensorielles hors norme, lui ont permis de se bâtir une réputation qui l’amène désormais à intervenir aux quatre coins de l’Europe.

C’est dans ce cadre que l’on fait appel à lui pour résoudre une série de meurtres sur La Rochelle, une ville reliée au pire de ses souvenirs et au plus cuisant de ses échecs.

Timothy Blake est officiellement infirmier anesthésiste intérimaire. C’est du moins ainsi qu’il apparaît à sa femme, Rachel. Mais la réalité est tout autre. Tim a des besoins très particuliers et un hobby peu commun : il tient de son père un lourd héritage qu’il s’efforce de perpétuer, y travaillant sans relâche depuis bientôt dix ans.

Désormais, Tim se sent prêt à voler de ses propres ailes, quitte à se dédouaner des consignes paternelles, à surfer sur les vagues de la décadence, à repousser les limites de la cruauté, mais aussi celles de sa propre jubilation…

Timothy Blake nous entraîne au cœur de sa sordide passion, tandis que Gildas Gabin s’efforce de débusquer l’« artiste » et de stopper l’hémorragie.

Privé de ses aptitudes si particulières, hanté par un spectre qui obscurcit son jugement, il lui faudra résoudre l’énigme de son passé pour mettre le point final à la série sanglante qui terrorise La Rochelle.

Entre haine et fascination, les deux hommes se lancent dans une course-poursuite qui les mènera au plus intime secret de l’autre, les faisant basculer dans un affrontement personnel irréversible dont la mort pourrait s’avérer l’ultime issue.


L’avis d’Elyiona :

C’est avec une pensée toute particulière que je me suis lancée dans la relecture de Timothy Blake sous la plume incroyable de Bridget Page. Cette histoire ayant pris forme sous les lumières du concours Thriller sur Fyctia, chaque chapitre mène vers un monde plongé dans les pensées ténébreuses de celui qui fera trembler La Rochelle… Comme tous ceux et celles qui ont suivi ce thriller sans en connaître la fin, il nous faut désormais vous planter le décor.

La Rochelle est la proie d’un serial killer, ses victimes prenant la forme de diverses « sculptures ». Nul ne sait qui se cache derrière ces atrocités et le doute d’un lendemain incertain prend doucement forme dans l’esprit des habitants. Seule certitude, il ne s’en prend qu’à des femmes avec des critères immuables…

Pour contrecarrer la continuité de ses actions, la ville fait appel à Gildas Gabin connu pour des capacités bien particulières requises au niveau européen. Mais cette intervention n’est pas du goût de tous et encore moins de celui de Timothy Blake. Déterminés l’un comme l’autre à avoir gain de cause, une partie d’échecs stratégique prend toute son ampleur et démarre sur les chapeaux de roues.

Reste désormais à savoir quels seront les pions avancés, car une chose est certaine, aucun des deux ne veut perdre… et tous les moyens sont bons pour déstabiliser l’adversaire !!!

Voilà que j’ai à peine refermé la dernière page de ce thriller, que la chaire de poule ne m’a toujours pas quittée. Timothy Blake contient un rythme d’évènements soutenu et à peine baisserez-vous votre garde qu’une nouvelle vague viendra vous déstabiliser. Autant vous prévenir je n’ai été apaisée à aucun moment, le doute étant constant et les détails divers me collant parfois des frissons dans le dos. Les crimes sont d’un réalisme troublant à vous glacer le sang. Agissant avec la constance d’un métronome, le Charpentier naval, tel que l’appelle la population, se délecte du plaisir qu’il tire lors de la création de ses « œuvres ». La tension est oppressante et la passion pathologique qu’il voue à la terreur de ses victimes m’a maintenu dans cette ambiance si tragique, le cœur au bord des lèvres.

Mais la colère va lui faire dépasser ses limites, et il ne peut y avoir qu’un vainqueur. Autant vous dire que la sensation d’angoisse est palpable et que j’ai été prise à la gorge par les descriptions d’un réalisme déstabilisant.

Nul doute que notre prise de position sera bien posée mais les pensées de nos protagonistes sauront vous faire souffler, vous faire frémir, vous faire sourire ( qu’il s’agisse de Jeanne, des enfants ou des collègues improbables de Gildas) et surtout vous faire attendre l’inévitable… Plusieurs hypothèses, plusieurs scénarios autant de situations qui ont fait tourner mon esprit à plein régime et autant vous dire que j’ai adoré.

Les personnages ont leur personnalité propre et totalement différente les uns des autres, allant jusqu’au grand écart en se trouvant dans l’esprit torturé de Timothy Blake.

C’est dans cet exercice périlleux du thriller que l’on retrouve cette fois Bridget Page et autant vous signaler que pour moi, il s’agit d’un pari gagné et haut la main. Les détails sont autant de preuves des recherches qu’elle a dû entreprendre dans les différents domaines. Qu’il s’agisse des troubles de la personnalité, des recherches dans le domaine médical et maritime.

L’auteure saura prouver qu’elle excelle dans les différentes catégories d’écriture auxquelles elle s’essaie et qui aura su suscitée mon intérêt durant toute ma lecture. Sa plume reste toujours aussi professionnelle, fluide et addictive et saura sans nul doute, conquérir encore de nombreux lecteurs.

Vous l’avez sans doute compris mais il s’agit ici bel et bien d’un coup de cœur. Désormais il n’appartient qu’à vous d’entrer dans l’univers de la mort en héritage…

 

Musique proposée à la lecture :

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

L’impasse, mon avis !


Bonsoir à tous et à toutes, je vous présente mon avis sur L’Impasse, un passionnant thriller de Estelle Tharreau . Merci à Taurnada et à la Masse Critique de Babelio

L'Impasse par [Tharreau, Estelle]

Titre : L’impasse

Auteur : Estelle Tharreau

Éditeur : Taurnada

Genre : Thriller

Kindle : ICI 4.99

Poche : ICI 9.99

RésuméAu coeur de Chanzy, ville minière en plein déclin, trois femmes, deux hommes et un enfant se partagent une cour baptisée « L’Impasse ». Tous ne survivront pas à la haine qui les lie. Revenu sur les lieux de son enfance, le policier David Bertal suivra, au fil des vengeances et des trahisons, le chemin qui le conduira à affronter les acteurs de son passé. Mais, entre doutes et remords, parviendra-t-il à déchirer le voile noir qui entoure la vie et les secrets de ceux qu’il a aimés autrefois ?

L’avisdeMyaExcellence nommée Estelle !

L’auteur a esquissé le plan de sa trame dans une ville minière qui va sur son agonie économique . Et précisément dans L’Impasse qui appartient à une famille très influente dans cette contrée . Elle se compose du chef de famille, Pascal Pelissier, qui de prime paraît assez commun et affable mais son regard dur démontre la fourberie de son âme manipulatrice et tortueuse . De son épouse caroline, une femme effacée et brisée qui ne doit son salut qu’aux antidépresseurs et aux kilomètres parcourus tous les jours jusqu’à pousser son corps à sa perte . Et aussi de la mère de Pascal, Madeleine, une mère désenchantée, désorientée mais pas aussi folle qu’on ne le croit .

Du côté pauvre de l‘Impasse, habite la famille Mazoyer, Nicolas, un scélérat de la pire espèce qui en parallèle de son service militaire, il arrondit ses fins de mois en profitant du désarroi de ses prochains . Son épouse virginie, qui s’épuise pour nourrir sa petite famille . Et de leur fils de 5 ans, Benjamin, un enfant innocent mais à force d’en avoir trop vu, il s’est muré dans son mutisme et jette sur le monde un regard impénétrable et dérangeant  .

Et comme dans toutes les villes, il y a un sénateur magouilleur. Un flic fatigué et désabusé, revenu au bercail après dix ans d’exercices à Paris. Florence, la secrétaire arriviste qui gravit les échelons en jouant de ses atouts, mais attendant son heure pour avoir sa part du gâteau . Et bien d’autres personnages d’importance plus au moins moindre .

La question qui se pose : Quel est le point en commun entre tout ce beau monde ? La réponse est : Un meurtre violent et de vilains secrets, qui feront l’effet d’une bombe si cela viennent à être déterrés .

David, croyait se la couler douce en revenant dans la ville de son enfance . Il s’attendait à régler des litiges entre voisins ou des crimes mineurs . Au lieu de cela, il se retrouve avec un crime crapuleux sur les bras . Une population confinée dans le silence . Par besoin de garder la source de leur pitance ou par peur, il ne sera pas facile de délier les langues .

Notre flic harassé doit faire face à une affaire imbriquée comme dans un puzzle . Il doit affronter son implication dans cet imbroglio . Interroger un ami ou un proche . Lutter contre une incendie meurtrière allumée par sa division dans leur recherche de boucs émissaires . Pour ne pas  affecter les élections parlementaires de certains, son chef est prêt à tout . Ces ripoux qui n’hésitent pas à attiser le feu pour brouiller les radars des forces de l’ordre, quitte à mettre la ville en sang .

Le zèle de l’enfant du pays et sa pugnacité d’exploiter toutes les pistes même les plus sensibles, ne plairont pas à sa hiérarchie . Mais il ne baissera pas le bras même s’il devrait faire cavalier seul .

Le cheminement au dénouement est ardu mais pas impossible quoique le complot machiavélique de l’assassin est tissé de fil en béton et fera ramer les flics les plus aguerris .

Installez-vous confortablement, Monsieur, Madame et préparez-vous à plonger dans l’univers d’un thriller au goût du charbon, du sang, de la sueur, de la peur et de la misère. Estelle a planté un décor couleur sombre et m’a intégrée dedans avec sa maestria qui m’est devenue familière . Orages était un coup de coeur mais L’Impasse le dépasse de loin . Estelle a accéléré la cadence dans ce deuxième roman . Elle a signé un brillant scénario . Une intrigue admirablement captivante . Une trame ficelée de main maître . Un suspense à couper au couteau et une tension électrique au fil des pages et jusqu’au dénouement .

Un thriller qui pourrait être inspiré du réel et habilement mené du début à la fin .

 

 

Terre de loups, mon avis…


Bonjour à tous, voici ma première chronique parmi les étoiles : Terre des Loups de Gilles Milo-Vascéri

Titre : Terre des Loups

Auteur : Gilles Milo-Vacéri

Éditeur : Les éditions du 38

Genre : Thriller

Kindle : 6€99

Broché : 22€50

Résumé :

Quand Lorenza Beaumont, reporter de guerre, rencontre Grégory Nashoba, homme d’affaires et expert mondial en Canis Lupus, elle ne se doute pas que sa vie va basculer. Elle découvre la personnalité fascinante de Grégory, dernier descendant d’une puissante lignée amérindienne, au cœur d’une mystérieuse légende.

Un attentat à la bombe décime la famille de Greg et le blesse très grièvement. À sa sortie de l’hôpital, il n’aura qu’une obsession, retrouver les responsables de ce drame.

La journaliste restera à ses côtés et, de Paris en Afghanistan, des hauts plateaux éthiopiens jusqu’aux États-Unis, ils vont traquer ensemble les meurtriers, aidés par leur ami Pierre Bonnefeu, divisionnaire de Police. Entre trafic d’armes et de stupéfiants, mettant leur vie en jeu face à des tueurs avides et sanguinaires, ils affronteront le pire de l’âme humaine.

Les assassins n’auraient jamais dû s’en prendre à la famille de Grégory, car ils ont réveillé le Gardien de la Terre des Loups, un fauve qui ne connaît ni pitié, ni pardon.

L’avis d’Elyio : un incontournable !!!

Lorenza est une jeune journaliste de terrain, dont la carrière est avant tout son quotidien, sa vie, sa vocation et bien plus encore… son échappatoire.

Alors qu’elle négocie un nouveau poste avec ses avantages, elle est sauvée de justesse par un inconnu…

Ou du moins il l’était jusque-là. Et alors que son chemin semblait tout tracé, il prend un virage à 360°…

Grégory Nashoba, quant à lui, est un homme secret. Alors que professionnellement tout lui réussi, un drame sans précédent vient le frapper de pleine face. Bien décidé à prendre les devants et à chercher les responsables pour les condamner pour leur acte de barbarie, une nouvelle alliée va se placer à ses côtés.

Combattante et déterminée saura-t-elle s’adapter à ce nouveau territoire jusque là abstrait de ses connaissances.

L’Homme devra encore pousser ses limites grâce à une force dont lui seul à la maîtrise… mais sera-t-il assez rapide ?

C’est avec un plaisir non dissimulé que j’ai une fois encore découvert un des univers qui tient tant à cœur de l’auteur Gilles Milo-Vacéro.

Qu’il s’agisse des us et coutumes, ou de tout un pan de leurs croyances, je suis entrée dans la culture amérindienne avec une facilité déconcertante. J’ai adoré mettre un pied dans ces connaissances qui pourraient très bien paraître dépassées pour notre civilisation, mais qui en fait ouvre les yeux sur le côté égocentrique de nos populations.

La connexion que le personnage de Greg exerce autour de lui, semble voué à des traditions et une vision de la vie courante dont le bonheur et le respect sont les maîtres mots.

Bien que fictif ce personnage a su m’émouvoir de part différents aspects, qu’il s’agisse de son respect pour les autres, son entourage, la Terre, la Vie de manière plus générale.

Quant à sa rencontre avec Lorenza elle va se transcender dans un pan qu’il ne maîtrisait pas encore l’Amour avec un grand A.

Il faut dire que leurs sentiments naissent d’un sauvetage dont la jeune femme sera la victime. J’ai véritablement perçue leur « rencontre » contre un tremblement de terre personnel voire même un tsunami balayant beaucoup de leurs convictions personnelles.

D’abord victime d’une tragédie sans scrupules, les instincts les plus primaires de Lorenza mais surtout de Greg seront réveillés.

Déterminés comme jamais ils ne l’ont été auparavant, ils seront prêts à tout pour que justice soit faite… quitte à y laisser quelques ailes !

Au détour de ma lecture j’ai ainsi vécue une armada d’émotions sur le ton de cette romance sur fond de quête personnelle vivant certains moments sous tension permanente.

De nombreux sujets sont traités et certains thèmes malheureusement plus que d’actualités, cachés par le fond de notre société.

Mais ce qui ressort énormément est cet amour inconditionnel pour la race des loups, les Canis Lupus, cette race si particulière mais si homogène. Leur vie coordonnée est régit par un système bien précis montrant les règles pour le maintien du juste et de la cohésion de la meute.

J’aurai ainsi pu lire encore des centaines de pages de cette histoire comme je les aime. L’auteur Gilles Milo-Vacéri signe, ici, une fois de plus une pépite à l’état pure. Sa plume toujours aussi fluide et précise a su immiscer chaque émotions avec une précision déconcertante.

Pour finir, et  vous l’aurez compris ce livre est un incontournable, un beau coup de coeur et un très beau moment de lecture. Encore une fois, merci Gilles…

Musique proposée en lecture :

51TwZlKojtL._SY346_

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Terre des Loups, mon avis !


Bonsoir, je vous présente mon avis sur un roman qui rentre dans mes incontournables et mérite tous les éloges reçus, je n’ai plus à vous présenter Gilles Milo-Vacéri qui à chaque publication, me surprend et me conquiert avec une nouvelle réussite alors chapeau bas l’artiste, mes remerciements à Anita Berchenko de « Les éditions du 38 pour ce service presse coup de coeur !

Terre des Loups par [Milo-Vacéri, Gilles]

Titre : Terre des Loups

Auteur : Gilles Milo-Vacéri

Éditeur : Les éditions du 38

Genre : thriller

Kindle : ICI

Broché : ICI

Résumé :

Quand Lorenza Beaumont, reporter de guerre, rencontre Grégory Nashoba, homme d’affaires et expert mondial en Canis Lupus, elle ne se doute pas que sa vie va basculer. Elle découvre la personnalité fascinante de Grégory, dernier descendant d’une puissante lignée amérindienne, au cœur d’une mystérieuse légende.

Un attentat à la bombe décime la famille de Greg et le blesse très grièvement. À sa sortie de l’hôpital, il n’aura qu’une obsession, retrouver les responsables de ce drame.

La journaliste restera à ses côtés et, de Paris en Afghanistan, des hauts plateaux éthiopiens jusqu’aux États-Unis, ils vont traquer ensemble les meurtriers, aidés par leur ami Pierre Bonnefeu, divisionnaire de Police. Entre trafic d’armes et de stupéfiants, mettant leur vie en jeu face à des tueurs avides et sanguinaires, ils affronteront le pire de l’âme humaine.

Les assassins n’auraient jamais dû s’en prendre à la famille de Grégory, car ils ont réveillé le Gardien de la Terre des Loups, un fauve qui ne connaît ni pitié, ni pardon.

L’avisdeMya :

Méga coup de coeur pour cet incontournable merveille

Qui aurait deviné que Lorenza, en sortant de chez elle ce jour-là, qu’elle aurait rendez-vous avec son destin !

Sa balade dans les rues de Paris, la tête dans ses pensées, a failli lui coûter la vie mais un heureux hasard a voulu que Grégory ne soit pas loin, en lui sauvant la vie, ce dernier est devenu son obsession, et il y avait de quoi !

Greg est un bel homme aux yeux bleus envoûtants auréolés de mystère rappelant un loup dans toute sa splendeur, a ravagé le coeur de la femme en elle, mettant sa vie bien ordonnée sens dessus dessous, et a titillé la curiosité du reporter professionnelle qu’elle est, cette rencontre va l’entraîner dans de dangereux périples au quatre coins du monde de Paris au Caire, de l’Éthiopie en Iran pour atterrir en Afghanistan, pays de terribles conflits, bravant des tueurs sanguinaires sans loi ni foi, des fanatiques aveuglés par leurs haines, et des soldats corrompus que la guerre a tué toute humanité en eux .

De proies, ils deviennent chasseurs, cherchant la vérité, et criant vengeance en chœur, en cours de route, Lorenza va découvrir de nouvelles facettes de Greg et percera ses mystères qui mettront son esprit cartésien à dure épreuve, mais apprendra à vivre en symbiose autant avec l’homme qu’avec le loup en lui !

 Je suis bluffée encore une fois par la plume de Gilles, « Terre des loups » a surpassé « L’affaire Aurore S. » dans mon esprit (si j’ose dire) même si c’est un autre genre, mais je tenais à le préciser pour donner plus d’ampleur à mon ressenti envers cette lecture passionnante et addictive, qui s’est avérée un cocktail explosif de divers émotions, on reconnaîtra la touche imparable de Gilles qui nous embarque dans son voyage à grand 8 à travers son imagination qui, ma fois, ne connaît pas de limites, (je ne m’en plains pas hein…), moi qui suis fan de tout ce qui se rapporte aux indiens et le mythe de l’esprit du loup, j’étais servie et je me suis régalée, sa maîtrise des descriptions des paysages est d’une précision indiscutable, mais sans en trop faire, (le baroudeur a parlé), les personnages magnétiques et criants de réalisme se complètent par leurs différences jusqu’à en faire un, le scénario est brillant, l’intrigue dosée à point de fantastique, est prenante, et on ne peut qu’être touché par la tendresse que dégage ce roman malgré le sang versé, une écriture exemplaire comme à son habitude, un thriller tout en intensité et à haute tension mais d’une sensibilité à fleur de peau, (la griffe made in Gilles) .

En somme je suis conquise par « Terre des Loups », dont les rebondissements s’enchaînent à grande vitesse et sans répit (n’oubliez surtout pas de respirer un grand coup au fil des pages tournées), le résumé ne reflète que peu la grande qualité de cette magnifique oeuvre, alors ajoutez-le à vos P.A.L et sans tarder !16295271_363543530691041_1435177530_n