Lovers : Daël& Lior #1 de Florie C. chez Harlequin !


Hello les étoiles, je vous présente mon avis sur le premier volet de la saga Lovers. Daël & Lior, une romance MM de Florie C. au goût de l’interdit. Genre Roméo et Juliette des temps modernes, brillamment mené . Une histoire à découvrir. 

Titre : Lovers : Daël & Lior #1

Auteure : Florie C.

Editeur : Harlequin

Collection : HQN

Service presse : NetGalley

Résumé : A trop vouloir faire taire leurs sentiments, ils ont fini par y succomber.
Depuis des années, les Hamilton et les Rosenbach se mènent une guerre de pouvoir sans merci dans les rues de Londres. Et depuis des années, on interdit aux membres de ces deux familles de se côtoyer. Pourtant, lorsque Lior Rosenbach a rencontré Daël Hamilton sur le pont de Westminster, toutes ses certitudes ont volé en éclats. Ce soir-là, le jeune homme qu’il a appris à détester depuis toujours a su faire battre son cœur de pierre. Il se damnerait pour revoir ses yeux bleus, entendre à nouveau le son de sa voix, ou ne serait-ce que l’effleurer du bout des doigts… Mais c’est impossible. Car, si Lior cède à la tentation, c’est toute sa famille qu’il trahira, et elle a déjà trop souffert. À moins qu’il ne trouve le moyen d’aimer Daël en secret…

L’avisdeMya 

Les Hamilton et les Rosenbach, deux familles richissimes divisent Londres en deux parties. Deux familles rivales qui se disputent le pouvoir et ne lésinent pas sur les coups bas pour arriver à leurs fins. Si la concurrence se fait dans les règles entre les parents, les enfants, eux ne font pas dans la dentelle. Sous les fringues et le parfum de luxe, se cachent de vrais voyous qui ne reculent devant rien pour gagner un premier round, un autre et encore un autre. Mais quand un homme marche vers son destin, il est bien souvent forcé de changer de direction comme le dit si bien Paulo Coelho. Daël Hamilton et Lior Rosenbach l’ont su à leurs dépens.

Au moment où le feu se consumait de haine entre les héritiers des deux familles, Daël et Lior se consumaient d’un désir outre que celui de la vengeance. Braver l’interdit ne faisait pas partie du plan. Après l’avoir combattu longuement, la tentation d’y succomber était trop forte pour ignorer les conséquences de leur liaison si cela venait à se savoir. Mais le goût du risque ne fait qu’exacerber cette passion qui les dévore. Et faut dire que Daël a plus à perdre vu qu’il est l’héritier de l’empire des Hamilton et que quelques mois le séparent du fauteuil du leader.

Est-il prêt à tout perdre pour un Rosenbach ? 

Quant à Lior, seul frein à son déni, cette monstrueuse culpabilité qui brûle en lui comme de l’acide. Pendant que sa sœur et cousins le protègent au détriment de leur sécurité, il perçoit ce désir ardent et malvenu qu’il ressent envers l’ennemi comme une trahison. Surtout que Daël est la cause de certains maux de sa famille et pas des moindres.

Sera-t-il prêt à braver l’interdit et perdre l’affection de sa famille pour un Hamilton ? 

Lovers, une romance MM née dans le chaos et les conflits familiaux. Une pâquerette qui éclot dans un climat aride de tout sentiment positif et encore moins d’amour. Un Roméo et Juliette façon moderne réinventée avec intelligence et élégance. Sous le signe d’un désir ardent et de l’interdit que démarre cette histoire inédite et originale. Je dis inédite pas par le contexte mais, bien par son style et originale par son cheminement. Une lecture accrocheuse malgré un début que je pensais long mais que j’ai compris après, utile pour comprendre les tenants de la trame. 

Deux familles imbues d’elles-mêmes, sûres de leurs pouvoirs et de leurs forces mais non dénuées de fêlures ! Chacun d’entre eux traine moult casseroles qui les définissent et régissent leurs vies. Des personnages écrasés par le poids d’un lourd fardeau qui se laissent gouverner par la colère et la haine, leur leitmotiv est de porter le coup en premier sans se soucier des lourdes conséquences de leur inconscience. Bordeline, impulsifs, rageux et incapables de gérer leurs émotions comme les communs des mortels. Mais ils ont chacun un truc qui nous émeut et nous touche en plein cœur.

Une histoire rythmée, avec des personnages qui transpirent de dynamisme. Une histoire qui nous transporte dans un univers atypique et sans préavis, se laisse lire, riche en rebondissements et de moult émotions. Une course au pouvoir passionnante et passionnée, déraisonnable, immodérée et ne laisse place à l’ennui.   

Une guerre sans merci, acharnée et oh combien addictive… Conflits, interdits, vengeance et sentiments en sont les mots d’ordre qui ne laissent aucunement indifférent. Je vous recommande de découvrir Lovers à tout prix.

Merci à Harlequin de l’envoi du service presse via NetGalley ainsi qu’à Florie C. pour cette superbe histoire que je n’oublierai pas de sitôt. Hâte de découvrir la suite qui arrivera dans nos liseuses, début octobre.

 

Publicité

L’avis de Carine sur My Rules, le dernier roman de Anita Rigins chez Addictives Editions


Titre : My Rules

Auteur : Anita Rigins

Genre : Romance

Editions : Addictives

Ebook : 4.99€

Résumé :

Que la chasse commence.

Rose Hoffman a enfin trouvé un semblant de paix en intégrant la sororité des Pure Spirit. Des règles, un cadre strict, voilà ce qu’il lui faut pour reprendre sa vie en main ! Mais lorsque Tayron « T-J » Price débarque dans sa vie en manquant de l’écraser, ce fragile équilibre vole en éclats. Membre de la Meute, une fraternité qui ne jure que par la fête et les excès, Tayron représente tout ce que Rose déteste et un interdit qu’elle ne veut surtout pas transgresser. Avec lui, plus aucune règle, sinon les siennes… et ça, c’est bien trop dangereux pour la jeune femme. Mais pas de chance, Tayron est décidé à la prendre en chasse : il a vu le feu qui se cache derrière ses airs de fille sage, et il ne compte pas s’arrêter avant de la voir s’enflammer. Même si, pour cela, ils doivent brûler tous les deux…

Mon avis :

Ne lisant pas les résumés, c’est avec une immense joie que je me suis rendu compte en débutant ma lecture, que My Rules était en fait le Spin-off de No Rules, qui avait été pour ma part, un immense coup de cœur. Nous voilà de retour avec la Meute, La fraternité la plus influente du campus de Denver. Celle qui abrite les étudiants sans limites, les rois des excès, des « tarés » comme beaucoup disent. Mais La Meute est avant tout une famille, celle qu’ils se sont choisie. Une famille de cœur pour certains. Après avoir crié au loup avec Tucker, c’est au tour de T.J de nous emporter dans l’œil du cyclone qui ravage sa vie et qui paradoxalement, sera sauvé par une tempête.

Tayron Junior Price est peut-être le membre le plus solaire de la meute, mais c’est aussi le plus cabossé de tous. Dernière sa façade de pseudo-lover de la fraternité, TJ, cache ses sombres secrets et surtout, qui il est réellement. Et lorsque deux êtres cabossés se rencontrent, il est difficile de croire qu’ils pourront se porter vers le haut. Tout comme eux, on ne peut que s’imaginer qu’ils vont plonger chacun dans les abysses de l’autre. Qu’il est impossible de faire ressortir du bien de nous quand le mal nous ronge. Et pourtant… Parfois il suffit de chercher la lumière pour l’autre, pour qu’elle nous illumine aussi en écho.

Rose est belle, piquante, mais c’est surtout une âme brisée. Elle se laisse chaque jour envahir par les remords et cette douleur qui ne la quitte pas. Elle essaye d’avancer malgré les cicatrices d’un passé qu’elle peine à oublier. Apprendre à vivre avec n’est pas vraiment une réussite pour elle, mais elle avance, comme elle peut. Elle le doit. Hors de question de tout gâcher à nouveau. Hors de question de faire souffrir encore ceux qu’elle aime et encore moins les faire plonger dans ses ténèbres. Sa rencontre avec TJ est plus que percutante, et elle qui avait prévu de devenir plus forte, va fuir devant lui comme une lâche… Elle ne veut plus de danger dans sa vie. Rose aspire à être tranquille, elle a besoin de calme, de règles, d’un cadre sécurisant, d’où le choix de sa sororité, Les Pure Spirit. La Meute est un danger. Tayron Price encore plus. Manque de pot pour elle, il a très vite vu que dans son regard que le feu qu’il contenait n’attendait qu’une étincelle pour partir en brasier. Que la chasse commence, un jeu se met alors en place entre eux. Un jeu qui va faire aussi monter la tension sexuelle et électriser chaque rapprochement. Un jeu qu’ils cherchent malgré tout, car ils se rendent vite compte que cela les rend… vivants ! Que face à face, ils sont eux-mêmes et prennent la vie comme elle se présente sans penser à demain. Un affrontement sans aucune règle, mis à part celle d’être libre et debout.

Mais existe-t-il vraiment une règle en amour ? Seront-ils prêt à affronter le raz de marée qui s’annonce dans leur face à face ? Avoir une carapace que l’on se forge permet de se protéger des coups de la vie. Mais lorsque cette carapace nous empêche de la vivre tout simplement, il faut parfois savoir lâcher prise et faire confiance au destin, tout cruel soit-il parfois…

My Rules ne sera pas un coup de cœur contrairement à No Rules, moins percutant que le premier opus, mais ce fut tout de même une très belle lecture qui ne manque pas d’émotions. On l’aime tellement notre T.J qu’on ne peut qu’être touché même si pour ma part, j’ai l’impression parfois de tourner en rond dans les romances qui se ressemblent dans le fond. On a souvent le même schéma qui se répète avec les âmes torturées et le départ de celle-ci ne faisait pas exception sur la trame. Mais Anita Rigins a néanmoins réussi à me rattraper et me faire accrocher. Particulièrement par les sujets abordés. Deux sujets de société, deux victimes collatérales de la violence humaine. Qu’elle soit directe ou indirecte, elle tue physiquement, mais brise aussi des âmes qui errent ensuite dans une vie en laquelle ils ne peuvent avoir confiance. Tayron et Rose sont diamétralement opposés, mais se ressemblent dans leurs ténèbres. Chacun ses doutes et ses angoisses. Chacun sa croix et cette peur qui le bouffe. Peur de décevoir, peur de perdre ceux que l’on aime, peur de ressembler à un autre… Peur de ses excès, de ses actes. Peur de ne pas mériter le meilleur et se contenter du pire… Mais là où je dis bravo et que j’ai adoré, c’est qu’Anita Rigins réussi à sortir du cliché des deux âmes brisés par la vie. En mettant en lumière leur côté sombre, elle va aussi user et abuser ( pour notre grand bonheur) d’humour et de joutes verbales géniales qui rendent le récit dynamique à l’image de ses protagonistes. Avec TJ et Rose, on roule à 200 à l’heure sans casque, les cheveux au vent. On aime les sentir vivant et on se sent vivant à notre tour.

Les protagonistes sont attachants et apportent l’émotion qu’il faut au récit, ni de trop, ni de pas assez. Surtout avec Rose qui grâce à son caractère m’a immédiatement conquise. On est très loin de la petit âme en peine qui se fait croquer par le grand méchant loup une fois le personnage bien cerné et compris. Non. Traquée par le loup, Rose pourrait facilement être celle qui remplie son corps de pierre et le jeter à la rivière pour qu’il la laisse en paix. Le tout avec ses airs de fille innocente en petite jupe rouge et le sourire en coin, avec tout de même la peur de se faire gronder par mère-grand pour avoir désobéi. Elle ne manque pas de répartie face à lui et devient plus forte que jamais. TJ ne cesse de dire qu’il voit le feu en elle et il n’a pas tout à fait tord. Sauf que ce feu qu’il voit, c’est lui qui en maintient les braises. Tout comme Rose a contrario, apaise les siennes et sa colère qui le consume…

Anita Rigins a réussi à porter au récit son lot d’émotion sans trop tomber dans le mélo. Un peut trop poétiquement imagé parfois à mon goût sur certain passages mélancoliques. Elle pointe du doigt au travers les histoires de nos héros la violence sans en être immergé complètement. C’est sur le côté psychologique et émotionnel de la relation qu’elle va mettre en avant les répercutions morales du vécue de nos protagonistes. Elle va même y rajouter un petit goût d’interdit, sinon ce ne serait pas drôle, n’est-ce pas? Le fond n’est pas tendre pour nos héros et pourtant, elle a réussi à rendre le tout simplement beau et vivant ! Petite mention spéciale pour le prologue que j’ai trouvé extrêmement accrocheur et annonciateur d’une belle tempête émotionnelle sans se douter que cette tempête serait une jolie Fleur.

Un grand merci aux Editions Addictives pour cette belle lecture, et même si j’ai vu que c’était la fin de la meute avec TJ, je garde un grand espoir pour Sam !

Extrait :

– Qui a besoin de faire la fête ?! s’exclame une grande blonde en entrant dans notre maison, l’air joyeux. Oh, mon Dieu, c’est carrément trop mignon ici !
Une vingtaine d’étudiants la suivent, et je découvre un pack de bières sous la plupart des coudes.
Non, non, non. C’est pas vrai !
Je m’interpose devant la porte, mais c’est trop tard.
Et enfin, je le vois, sur sa moto rutilante qui fait un bruit d’enfer avant de se stopper à côté du rassemblement de voitures. T-J m’aperçoit directement, un grand sourire collé sur le visage.
– Mais quelle vilaine menteuse tu fais, mon cœur, débute-t-il en s’approchant. Je croyais que vous organisiez quelque chose ce soir.
– Qu’est-ce que tu fous, bordel de merde ?! Prends tes petits copains et allez faire votre soirée ailleurs ! Tu m’entends ?!
– J’ai décidé de venir faire la fête ici, en comité réduit pour éviter tout débordement.
Je frappe sa poitrine de mon index accusateur.
– Mais je ne veux pas de ta foutue fête !
J’entends des rires dans mon dos. Est-ce que… est-ce que j’entends également Isaa ? Est-ce qu’elle est en train de s’amuser ?
– Je sais que tu ne crois pas au destin, alors appelons ça… le hasard. On cherchait une maison pour faire la fête, et c’est tombé sur la tienne. Comme par hasard.
Ce type est insupportable.
Il s’apprête à continuer son explication mais je le coupe férocement :
– Pourquoi ?! Pourquoi, T-J ?!
Il fronce ses sourcils une seconde avant de se pencher vers moi, ses yeux dans les miens :
– Parce que j’ai vu ce feu en toi qui ne demande qu’à tout ravager sur son passage. Tu te caches dans cette grande maison, mais je pense que tu caches beaucoup plus que ça. Et c’est le moment de laisser la tempête se déchaîner…

***

My Rules, d’Anita Rigins, histoire intégrale.