Les P’tites étoiles du Mercredi se demandent « C’est qui qu’a pété ? « 


Coucou les grandes et petites étoiles ! Aujourd’hui Bruno et Arnaud vous parlent de « C’est qui qu’a pété ? » de Dominick et Amandine Alézard.

Description :

L’avis de Bruno (11 ans) :

C’était bien. Ça put les prouts, heureusement qu’on n’a pas l’odeur. Tous les animaux se demandent qui a pété. 

J’ai aimé les illustrations.

L’avis d’Arnaud (8 ans) :

Ils s’accusent tous les uns les autres. En plus, ils cherchent tous qui a pété.
Avec cette lecture, j’ai appris qu’il ne faut pas accuser les autres, j’ai appris d’autres mots pour dire péter et certains animaux ne pètent pas !
Les illustrations sont très bien. Ma préférée, c’est celle avec les éléphant. J’ai jamais vu un éléphant qui porte des lunettes et depuis quand ils boivent du thé. Ça m’a fait beaucoup rire. Le chat m’a fait beaucoup rire aussi. 😂

Mot de maman :

Mes loulous, surtout Arnaud a adoré dès qu’il a compris que le livre parlait de pet. C’est simple, mais ça marche ! Ce petit album aborde le fait de se dédouaner en accusant quelqu’un d’autre. Du coup, chacun accuse l’autre et chacun y va de son excuse, le tout avec beaucoup d’humour. Les animaux sont illustrés avec douceur. Les enfants ont aimé chercher la petite souris sur chaque page.

L’avis de Carine sur Ana – Tome 1- un roman de Belinda Bornsmith chez Cyplog Editions


✧˚₊‧୭⁺‿︵ titre : ANA : Tome 1  ‿︵⁺୭‧₊˚✧


Auteur : Belinda Bornsmith

Genre : Romance

Editions : Cyplog

Ebook : 5.99 €

Broché : 18.90€

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Résumé : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

En quelques secondes, une vie peut s’effondrer et ne plus se résumer qu’à un sentiment de désespoir, d’impuissance et de regrets. Kelsie en fait la brutale expérience un soir d’octobre.

Tout ce qui lui importe désormais est de rejoindre sa mère, qui vit sur la côte Est, et de se réconcilier avec elle. Accompagnée de Curt, son meilleur ami, et du chien de ce dernier, la jeune femme se lance dans un périple dangereux à travers un pays dévasté, où seule la loi du plus fort prévaut.

Quand, dans des conditions brutales, sa route croise celle du capitaine Josh Turner et son unité, leur attirance est immédiate et d’une intensité surprenante. Et lorsque militaires et civils décident d’unir leurs forces pour atteindre leurs destinations respectives, cette relation va prendre une tournure bien plus profonde, au milieu d’un terrible chaos.

Une rencontre malheureusement condamnée dès le départ.

Car au bout du chemin, tous deux savent… qu’aucun avenir n’est possible entre eux.


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Mon avis : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Lorsque j’ai débuté ma lecture, me voilà d’emblée avec trois surprises de tailles. Allaient-elles m’empêcher d’en d’apprécier ma lecture ? Pour deux d’entre elles, j’ai vraiment douté.

Première surprise, l’auteur narre à la troisième personne son récit. Il me faudra un certain temps pour me plonger dans l’histoire qui cependant s’annonce vraiment intéressante avec une trame originale et chaotique. Puis, seconde surprise, ne lisant pas les résumés, me voilà à faire la connaissance de Kelsie et me demander alors : Mais qui est ANA ? ANA qui devrait être logiquement le principal élément du roman. Belle surprise je vous dirais, et surtout, premier rebondissement qui annonce la couleur de la troisième surprise qui elle, ne peut que me déplaire, en apparence. Car dès les premières pages on sait. On sait que quoi qu’il se passe, qu’importe de qui Kelsie va tomber amoureuse, qu’importe le chemin que l’on va faire avec elle… Avec eux… Il n’y aura aucune issue pour aucun d’eux. C’est un peu comme si j’avais lu la fin avant de débuter ma lecture… Et ça… pour moi, c’est rédhibitoire. Qu’importe si le roman est une Bad End tant que je ne sais pas que cela en sera une.

Malgré tout je suis de nature curieuse et, je me pose la question. Comment Belinda Bornsmith, autrice que j’apprécie énormément pour ses romances, peut-elle arriver à alpaguer son lecteur et lui faire vivre tout de même l’aventure qui attend Kelsie, tout en sachant qu’aucun avenir ne semble possible ? Est-ce qu’une Bad End veut automatiquement dire une fin triste ? Non. Le cheminement peut nous mener à comprendre que les fins peuvent se comprendre différemment. Admettons que Kelsie n’ait pas d’avenir avec son amoureux, est-ce triste pour autant? Est-ce que cet amour justement dans de telles conditions, ne peut-il pas les amener à vivre un bonheur encore plus intense ?

À l’heure où je vous écris ses lignes, je n’ai absolument aucune idée de la fin de l’histoire ! Bad End ou Happy End mystère car, l’auteure se joue parfaitement de nous ! Mais une chose est certaine, le scénario est bon ! D’enfer même. Je n’ai à ce jour qu’une seule hâte, être déjà plongée dans le second tome.

ANA… Une romance qui ne peut laisser indifférent. Un scénario brillant, une écriture qui nous transporte et nous fait frémir de différentes manières. L’auteure réussit le pari de nous captiver tout le long du roman dans une atmosphère oppressante. J’ai eu tellement du mal à le lâcher que je l’ai lu en deux jours. Autant dire que je l’ai dévoré. Et que dire de cette couverture ? Splendide et tellement représentative.

Belinda Bornsmith nous offre là un sujet pas commun et nous plonge dans un univers angoissant avec beaucoup de réalisme qui nous permet de ressentir un panel d’émotions fortes. On a peur. Peur pour nos héros auxquels on va vite s’identifier malgré la narration à la troisième personne. Mais aussi peur pour nous ! On se sent autant concerné qu’eux. Et si cela nous arrivait ? Que ferions-nous ? On prend conscience que leur cauchemar pourrait être aussi le nôtre, car on ne peut que s’imaginer que le chaos qui règne autour d’eux serait fatalement la suite des choses. Puis viennent les questionnements, les et si… Les remords, les regrets, les envies de pardonner et d’être auprès de ceux qu’on aime. Lorsque tout bascule en un seul petit fragment de secondes, Kelsie décide de rejoindre sa mère alors qu’elle ne lui a pas parlé depuis des années. Un périple sur des routes dangereuses et dévastées sans possibilité de retour en arrière qu’elle partagera avec Curt son meilleur ami et son chien Flash. Ils feront des mauvaises rencontres, mais aussi des bonnes qui donneront un souffle beaucoup plus émotionnel au récit. Plus particulièrement lorsque le destin mettra sur leur chemin le capitaine Josh Turner et son unité. Ces hommes censés rentrer auprès de leurs familles, vont faire le choix de les accompagner sur un bout de chemin et d’unir leurs forces pour les protéger. Une dernière mission au nom des valeurs humaines que tous chérissent. Mais aussi peut être, celui de la bombe qui explose dans le cœur de Josh lorsqu’il se retrouve face à Kelsie. Entre eux, l’attraction est immédiate et d’une intensité particulièrement surprenante… Ça crépite, ça chauffe, cela monte encore et encore jusqu’à nous liquéfier d’une attente insoutenable de voir cette attirance prendre une tournure bien plus profonde. Mais…

ANA plane au-dessus d’eux avec son épée de Damoclès. ANA qui nous effraie par son côté réel au possible. ANA, avec qui Belinda Bornsmith fait le choix de mettre en avant les qualités humaines et les sentiments.

Du côté des personnages, on est sur du classique, mais efficace. Une sublime fille très douce et gentille, un meilleur ami complètement dévoué. Un groupe de soldat prêt à tout pour aider son prochain. Ils ont tous été cependant adroitement développés pour qu’on s’y attache en introduisant notamment les liens fort de la famille, de la solidarité et de l’amitié. L’auteure prend le temps de crédibiliser son récit et ses personnages dans un ensemble pour que le tout soit une belle cohérence dans leur manière d’agir. Un parfait dosage entre l’ambiance apocalyptique et les relations complexes de la nature humaine. De l’Homme face à sa survie et à son humanité qui s’envolent saccageant tout sans foi ni loi, comme des fauves lâchés dans la jungle avec pour seule règle, celle du plus fort. Le désespoir… mais au milieu de tout, dans la balance de la vie, il y aussi l’espoir. L’espoir que les valeurs humaines comptent encore pour certains… Pour Kelsie, Curt, Josh, Saul, Isaac et Lucky, sans oublier Flash. Tous attachants, généreux, courageux, et d’une belle sensibilité.

ANA, une magnifique histoire à découvrir impérativement. Un roman extrêmement touchant et captivant. Une histoire forte de valeur et de sentiments, parfaitement imagée et angoissante au récit très bien mené. J’ai vraiment passé un excellent moment avec cette lecture et vous dire à la fin que l’on déteste l’auteure… serait un doux euphémisme. Je crois bien que malgré tous les Cliffhangers que j’ai pu lire, celui-là m’a complètement chamboulée.

Retournée.

Coupée le souffle…

Et ce jusqu’au dernier mot de la fin.

Non, mais elle est où la suite !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!?????????

Un grand merci aux Éditions Cyplog pour m’avoir fait découvrir cette sublime lecture en service presse numérique.


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Extrait : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Kelsie hocha la tête, puis se dirigea vers le côté passager et prit place sur le siège. Une fois débarrassée de son manteau, son sac à dos calé près de ses pieds, elle avisa la carte à moitié dépliée sur le tableau de bord, alors que Curt grimpait derrière le volant. Dans le même mouvement, il glissa son fusil entre eux.

À portée de main.

Sa gorge se serra.

Mon Dieu, comme leur vie avait changé depuis ce jour ! Elle le repoussa de sa mémoire, préférant se concentrer sur le périple qui les attendait.

Son seul but : atteindre leur destination.

Curt démarra et la gorge de nouveau nouée, Kelsie regarda une ultime fois l’immeuble, avant de le laisser définitivement derrière elle… Au bout de l’impasse, le Hummer s’engagea dans les rues désertes d’une ville fantôme.

Quelques minutes plus tard, il déboucha sur un carrefour, emprunta une avenue qui, à elle seule, résumait le spectacle désolant de toute la métropole : voitures abandonnées ou carrément incendiées, vitres explosées en mille morceaux, magasins pillés, poubelles renversées sur la voie publique, détritus…

Le visage sombre, Kelsie contempla le décor, toujours aussi perturbée par ce tableau consternant. Elle ne comprendrait jamais la race humaine : ses débordements, sa folie, même dans les moments les plus difficiles où l’union aurait dû être de rigueur. Ses yeux s’attardant sur les façades balayées par la bruine, elle se demanda soudain combien d’habitants se cachaient encore derrière ces murs…

Et parmi eux, combien n’avaient plus personne en ce bas monde ? Avaient-ils trouvé de l’aide quelque part ? Chez un voisin ? Un ami ?

Elle l’espérait de tout cœur.

Sa poitrine se serra lorsqu’ils passèrent devant une boutique de fleurs – sa vitrine en bon état devait certainement son salut à la grille qui la protégeait. De sa vision périphérique, elle vit Curt jeter un regard dans la même direction, sans un mot.

Le véhicule continua sa route. Pas une âme à l’horizon. Seulement un silence oppressant.

L’avis de Charlotte sur L’inconnu Sexy de Marion Laurent


Bonjour les étoiles. Je vous présente mon avis sur L’inconnu sexy de Marion Laurent aux Editions Addictives : une romance pleine d’humour !

Titre : L’inconnu sexy

Auteur : Marion Laurent

Genre : Romance

Editions : Editions Addictives

Ebook :  4,99€

Résumé :

Et si jouer sa petite amie était le rôle de sa vie ?

Éternelle romantique, April est une actrice qui enchaîne les publicités au lieu des premiers rôles. Matt, quant à lui, est un riche trader aux allures de Thor qui fuit l’amour comme la peste.
Quand ils se rencontrent dans les rayons d’un grand magasin, Matt sort d’une conversation téléphonique avec sa mère. Tous les ans, à la Saint-Valentin, c’est la même histoire ! Elle lui met la pression pour qu’il vienne accompagné au repas de famille. Sauf que cette année, il a dit oui.
Lorsqu’il croise le regard d’April, Matt croit avoir trouvé la solution idéale pour faire illusion auprès des siens et être tranquille. Il fait une proposition à la jeune femme : jouer le rôle de sa petite amie. La date d’expiration est claire : le 14 février au soir. Seul problème, April risque de prendre son rôle un peu trop à cœur… Saura-t-elle abattre les barrières que Matt s’est fixées ?

Mon avis :

April rêve d’être actrice, mais pour l’instant elle se cantonne à des rôles dans des publicités. Elle n’en reste pas moins une éternelle romantique. Matt est trader, il gagne bien sa vie, c’est un bel homme aux allures de Thor, mais pas question pour lui de laisser de la place à l’amour.
Ils se croisent un peu par hasard et de fil en aiguille, il propose à la jeune femme de jouer le rôle de sa petite amie pour une seule et unique journée. April, saura-t-elle garder la distance nécessaire ? Matt, gardera-t-il les barrières qu’il s’impose ?

April est un personnage surprenant. Elle a une petite particularité qui la rend unique, très attachante et marrante malgré elle. Elle a ses petites « bizarreries » qui la rendent terriblement touchante.
Matt a une cuirasse bien en place et s’interdit toute relation d’une durée supérieure à une nuit. Pour lui, il est impensable de se laisser piéger par les sentiments et il ne veut pas faire de place à l’amour dans sa vie.

Matt se surprend lui-même par la proposition qu’il fait à April : passer une journée en famille avec lui pour jouer le rôle de sa petite amie et ainsi calmer sa famille, notamment sa mère, qui s’impatiente de le voir rencontrer quelqu’un.

Ensemble, ils vont devoir composer le rôle d’un couple ce qui donne droit à des scènes plutôt cocasses, embarrassantes ou marrantes. Alors qu’April joue ce rôle à la perfection, Matt de son côté ne s’investit pas franchement dans le personnage. Arriveront-ils à faire illusion ?

J’ai beaucoup ri grâce à April, mais aussi avec le gardien de son immeuble qui par des surnoms particuliers et aux jeux de mots qui en découlent, laisse place à d’énormes quiproquo et beaucoup d’ambiguïté.

J’ai beaucoup aimé l’amitié durable et sincère entre April et Jen, sa coloc. Cette dernière est d’une bienveillance à toute épreuve et d’un soutien sans faille.

Cette romance pétillante est très rythmée. Elle mêle avec justesse humour, tendresse et sentiments. J’aime toujours la plume fluide de l’auteur et j’ai passé un très bon moment de lecture avec « l’inconnu sexy ». Merci aux éditions Addictives pour l’envoi de ce service presse.

Extrait :

– Mais allez-vous arrêter de bouger à la fin ! dis-je en lui attrapant les poignets à la volée.
– Co… Co… Connard ! s’écrie April en continuant de s’agiter malgré tout.
Sans réfléchir, je me jette sur elle et pose ma main sur sa bouche. Ses yeux s’arrondissent de surprise et un voile vient troubler son regard. Pour contrer ses gestes, je suis obligé de bloquer son corps avec le mien. Mon cœur s’accélère. Sa peau est brûlante, incandescente même. J’ai la sensation de me consumer. Un long frisson me parcourt l’échine. Mon regard s’ancre dans le sien et une poussée de désir naît entre mes cuisses. Cette fille m’exaspère autant qu’elle m’intrigue, m’énerve autant qu’elle m’excite.
Et bon sang, que je suis énervé en cet instant précis !
Nos visages ne sont qu’à quelques centimètres l’un de l’autre. Un parfum de vanille vole jusqu’à mes narines et une folle envie de la goûter me traverse l’esprit. Son regard est empli de peur, de désarroi et d’excitation. Sa poitrine se soulève de plus en plus rapidement. Ses pupilles se dilatent et elle arrête enfin de bouger. Après quelques secondes, je retire doucement ma main de sa bouche.
– Ça y est, vous êtes calmée ? murmuré-je.
– Vous n’êtes qu’un c… commence-t-elle.
Poussé par une excitation soudaine, une pulsion sexuelle incontrôlable, j’oublie tous mes principes. Je ne la laisse pas finir sa phrase et je plaque ma bouche sur la sienne. Le seul moyen de la faire taire ? Ou de calmer mes ardeurs.

Comment éditer son livre soi-même ? La réponse est : l’auto-édition.


L’auto-édition

Longtemps l’auto-édition a été considérée comme une édition “bas de gamme“. Des histoires non-retenues par des maisons d’édition… Des auteurs souhaitant garder leur liberté d’écriture… mais souvent interrogeant de fait le lectorat quand à la qualité du roman, car une chose est certaine, un bon roman auto-édité demande de revêtir plusieurs casquettes, et ce n’est pas si simple que cela.

En tant qu’auteur auto-édité, après avoir écrit votre roman, il vous faudra être aussi éditeur. Et ce point n’est pas le moindre car il comprend beaucoup de travail.

Les différentes étapes :

  • Relecture
  • Correction orthographique syntaxique

Une correction parfaite sur le fond et la forme. Le fond : l’histoire, ses incohérences, les améliorations à apporter à votre récit, les personnages à approfondir, des passages à étayer ou à couper… Les bêtas sont ici un bon atout, car ils seront vos premiers lecteurs. La forme : les mots utilisés, l’orthographe, la syntaxe, la ponctuation, la conjugaison, la grammaire etc… Que vous soyez bon en orthographe, ou que vous ayez des bêtas qui sont passés sur votre roman, faire appel ensuite à un correcteur professionnel est recommandé. Laisser trop de fautes peut desservir votre roman, mais aussi l’ensemble des auteurs auto-édités. Proposer un texte de qualité est primordial.

  • Version finale

Mise en page (texte, couverture, choix du titre, synopsis) La mise en page doit être soignée et confortable pour la lecture. Les lecteurs sont aussi très sensibles à l’aspect visuel du texte.

La Cover : choix très important. Attirer le regard, créer le désir de découvrir l’histoire, inciter à l’achat. Là encore on ne peut pas s’inventer être du jour au lendemain graphiste. Faire appel à un pro est recommandé. Si vous décidez de la faire vous même, attention d’utiliser une photo légale et un format adapté ! N’hésitez pas à vous inscrire sur www.dragonfly-design.org/conseil-gratuit où vous trouverez de nombreux conseils.

Rédaction de la 4e de couverture. Ne pas trop en dire, mais en dire assez pour susciter l’envie d’en savoir plus. Conception de la première page.

  • Fixer son prix.
  • Souscrire aux formalités administratives et juridiques. Dépôt légal BNF et numéro ISBN devant figurer sur tous les exemplaires d’une même œuvre soumise au dépôt légal.
  • Impression en format papier, ou la mise en ligne pour un format numérique. Trouver le bon imprimeur.
  • Promotion de votre livre

Puis s’en vient le circuit de distribution, la vente et la promotion de son ouvrage. Et dans le cas d’un livre papier : le suivi d’impression, le stockage et les envois postaux. La promotion de votre livre se présente comme le véritable le nerf de la guerre, car sans promotion, pas de visibilité et sans visibilité, pas de ventes. Pas de ventes, pas de lecteurs ! Le produit doit être bon, mais le lancement doit être impeccable.

Attention de ne pas entrer dans la formule « je vous vends mon livre à tout prix » mais plutôt à une bonne communication pour donner envie aux lecteurs de le découvrir.

  • Les réseaux sociaux aujourd’hui sont un bon atout. Ils seront un bon départ pour un bouche à oreille. Commencez par ouvrir votre page auteur sur différents réseaux tel que Facebook, instagramm etc..
  • Faire appel à des bloggeurs, booktubers… peut vous donner de la visibilité pour le départ, mais attention de choisir des blogs qui lisent votre univers.
  • Mise en ligne d’extraits, concours sur votre page auteur ou dans des groupes de lecture.
  • Participez à des salons du livre.
  • Visitez les libraires si vous disposez d’exemplaires papier.
  • Se faire référencer sur des annuaires.
  • Créer votre propre blog. (atu, partage de chroniques, ventes en ligne)

Vous voulez qu’on s’intéresse à vous ? Pensez aussi à vous intéresser aux autres.

Il faut savoir qu’il existe beaucoup d’outils pour vous aider, mais aussi, que tout cela à un coût. Cependant vous pouvez aussi passer par des plateformes tel que Amazon Kindle Direct Publishing qui sera une bonne passerelle pour publier à moindre coût. Mais aussi, vous simplifiera un bon nombre de tâches.

Voilà un petit topo qui n’est certes pas complet, mais qui peut déjà vous donner une idée sur l’auto-édition dans sa globalité. Aujourd’hui beaucoup d’auteurs se lancent dans l’auto-édition et font un travail remarquable. Des auteurs de talent s’auto-éditent ou encore ont débuté de cette manière avant de rejoindre une maison d’édition. Beaucoup font aussi les deux.

Alors, l’auto-édition vous fait de l’oeil ? Vous souhaitez vous lancer, mais vous ne savez pas par où commencer ? Vous êtes auto-édité et avez besoin d’aide ? Je peux aussi vous recommander le guide publié par Shana Keers Auteure auto-édité où vous trouverez encore plus d’informations, complètes et concrètes pour vous aider dans votre démarche. Mais aussi:

AVANCER DANS L’AUTO-ÉDITION AVEC SÉRÉNITÉ: Écriture, publication, communication…

« UN GUIDE PRATIQUE DESTINÉ À TOUS LES AUTEURS, NOVICES COMME CONFIRMÉS » – TAMARA BALLIANA, ROMANCIÈRE. . « UN GUIDE IDÉAL POUR COMPRENDRE LES FACETTES DU MÉTIER D’AUTEUR AUTO-ÉDITÉ ET DEVENIR UN VRAI PRO. » – LÉA TRYS . Ces guides sont des feuilles de route pour vous aiguiller dans cette fabuleuse aventure en vous apportant plus de 250 outils utiles à l’auto-édition: écriture, publication, communication et marketing n’auront plus de secrets pour vous. Ils vous seront précieux pour ne pas vous éparpiller, et vous accompagneront dans les différentes étapes de votre projet, de ses prémices jusqu’à sa publication. Sans oublier les conseils pour que votre ouvrage vole de ses propres ailes et trouve son public

Et vous les étoiles ? Que pensez-vous de l’auto-Edition ?

J’espère que ce petit article a pu vous apporter quelques lumières. Si vous avez des conseils à rajouter n’hésitez surtout pas !

Les P’tites étoiles du mercredi avec « Le géant, la fillette et le dictionnaire »


Coucou les grandes et petites étoiles ! Aujourd’hui Bruno et Arnaud vous parlent de « Le géant, la fillette et le dictionnaire » ! de Jean Leroy (Auteur), Stéphane Poulin (Illustrations).

Description :

Un marchand de dictionnaires frappe à la porte de la maison du géant. « Au secours, un ogre ! » crie-t-il en s’enfuyant. Le géant, étonnamment, ne connaît pas la définition du mot « ogre ». Il vérifie dans le dictionnaire : « Ogre : géant légendaire qui se nourrit de petits enfants. » « Manger des petits enfants ? Ça alors ! Je n’y avais jamais pensé ! »

L’avis d’Arnaud (8 ans) :

Le géant ne connaît pas la définition du mot Ogre, et quand il la lit ça lui donne envie de manger un enfant.
La fillette est coriace, car elle n’a pas peur du géant. Elle est très gentille, même si lui veut la manger.
J’ai bien aimé, mais je n’aurais pas aimé être à la place de la fillette et ça aurait été « chaud patate  » si j’étais à sa place.
Les illustrations sont bien.

L’avis de Bruno (10 ans, pour la dernier fois 😊) :

Le géant est grand et effrayant. Il est méchant parce qu’il veut manger une fillette.
La petite fille est gentille, mais elle ne se laisse pas faire.
Digression de Bruno : Imagine s’il y avait des voleurs… Ils seraient mangés par le géant. Tu as déjà vu des humains manger un géant ? 😂
Les dessins sont beaux et j’aime quand il faut tourner le sens du livre pour tout voir.

Mot de maman :

Cet album est grand, mais il faut au moins ça pour contenir le géant ! Les illustrations presque réalistes sont superbes. L’histoire est agréable à lire et permet de parler du dictionnaire, qui n’est plus notre réflexe à la maison. Arnaud me dit toujours « demande à ton téléphone » quand je ne sais pas répondre à ses questions ! On peut aussi identifier avec les enfants, grâce aux illustrations, des légumes, beaucoup de légumes. On parle aussi d’amitié, même la plus improbable !

L’avis coup de cœur de Charlotte sur Troubled Hearts 3 : le droit au bonheur de Marie Anjoy


Coucou les étoiles. Je vous présente mon avis coup de cœur sur Troubled Hearts, tome 3 : le droit au bonheur de Marie Anjoy publié chez So Romance

Titre : Troubled Hearts, tome 3 : le droit au bonheur

Auteur : Marie Anjoy

Genre : Romance

Editions : So Romance

Ebook :  6,99€

Broché : 17,99€

Résumé :

Qui du libertin notoire ou du séduisant œnologue arrivera à séduire la farouche Clémence ?

Lorsque Clémence, brillante avocate à Paris, retrouve ses amis dans leur propriété bordelaise, elle n’imaginait pas croiser la route de deux mâles aussi séduisants que différents l’un de l’autre.
L’un est une relation de Robert, juge réputé, libertin notoire, adepte de jeux érotiques très particuliers dont elle-même est friande. L’autre, le trop sage œnologue qui officie sur le vignoble de Suzie, réveille en elle autant de blessures que d’espoirs si longtemps dissimulés.
Alors, entre plaisirs charnels débridés et l’opportunité d’une forme de stabilité, qui de Lucas ou Mateo saura toucher son cœur ?

Mon avis :

Clémence retrouve ses amis Robert et Suzy dans leur propriété bordelaise. C’est là qu’elle fait la rencontre de deux hommes très différents : l’un, Lucas, est juge et libertin. Il a des mœurs plutôt libérées et des envies pleinement assumées. Ils se retrouvent dans leurs envies de jeux érotiques plutôt particuliers. L’autre homme, Mateo, est un employé de Suzy dans le domaine viticole. Il est l’opposé de la jeune femme. Il est plutôt sage malgré un caractère bourru. Ce dernier réveille chez Clémence des blessures profondément enfouies.

J’avais rencontré Clémence dans les précédentes, mais de façon plutôt rapide et je ne pensais pas pouvoir l’apprécier. Un préjugé rapidement éclipsé par cette personnalité complexe tantôt séductrice, loin d’être farouche, sûre d’elle, tantôt émotive et touchée plus qu’elle ne le souhaiterait par certaines choses.

Chacune des facettes de sa personnalité convient à un des hommes qu’elle a rencontré. Son côté libertin matche bien avec Lucas avec qui elle peut assouvir ses besoins, même les plus inavouables. La partie plus naturelle et à fleur de peau de sa personnalité correspond bien mieux à Mateo, alors qu’il ne souhaite clairement pas une aventure d’un soir, mais plutôt s’investir dans les relations qu’il entreprend et l’exclusivité n’est pas une option avec lui.

Cette romance ne manque pas de piquant, de plaisir charnel, de passion, mais aussi de tendresse de doute et de remise en question. Chaque personnage rencontré dans ce tome : Clémence, Mateo, Lucas, Enzo (le neveu de Mateo) à son lot de souffrance et ils ont su me toucher d’une manière ou d’une autre. Bon, il y en a un que j’ai aussi détesté, mais je vous laisserais comprendre pourquoi en lisant ce tome.

J’ai aussi beaucoup aimé retrouver les personnages principaux des opus précédents : Robert et Suzie, bien entendu, mais aussi Nick et Meg.

Ce troisième opus ne manque pas de sentiments et d’émotions, comme le précédent, ce tome est terriblement addictif, je dirais même que c’est celui qui m’a le plus séduit jusque-là des 3 tomes. Clémence a su me surprendre par sa personnalité complexe et ses blessures qui font d’elle ce quelle est aujourd’hui. La plume de l’auteur m’a une nouvelle fois captivé, je n’ai pas vu le temps passer.

Un beau message d’espoir qui me donne envie de faire confiance à la vie que chaque coup dur fera place à de beaux moments… Merci Marie Anjoy pour l’envoi de ce service presse.

Extrait :

Chemin faisant, nous croisons Robert.

— Je m’inquiétais, ne te voyant plus dans les parages.

— Ah oui ? Pour moi ou pour les hommes que je pourrais séduire ? Sache que ton jumeau de cœur m’a déjà fait la leçon, ajouté-je devant son air déconfit. Promis, je serai sage comme une image. Sauf si j’en trouve un à ma mesure. J’espère que ta maison est bien insonorisée ?

— Clem ! 

— Oh, je t’en prie ! Je constate que ton sens de l’humour ne s’améliore pas au fil des ans.

— C’est ça ! Comme si tu plaisantais !

— Aurais-tu peur que je dévergonde tes relations coincées du c…

Robert m’empoigne par le coude et m’entraîne à l’écart de Lucas et Marie, me coupant au milieu de ma phrase.

— On se calme. OK ?

— Quoi ? Je ne peux plus rigoler ? Si tu n’apprécies pas mes manières, tu aurais dû t’abstenir de m’inviter. Et j’y suis pour rien si tes fréquentations sont super collet monté ! Quoique Lucas me semble suffisamment déluré pour répondre à mes besoins. Mais je ne voudrais pas empiéter sur les platebandes de la petite, donc est-ce que elle et lui… ? m’informé-je.

— Marie n’est pas son type. Par contre toi, oui. Vous devriez bien vous entendre.

— Eh bien, voilà ! Je te remercie de nous avoir placés à la même table.

— Tâche cependant de bien te tenir. Ne va pas faire étalage de tes prouesses sexuelles et de ton fameux top 10. Garde-le pour un cercle plus intime.

Je m’approche et lisse la chemise du plat de la main de mon ex toujours aussi beau qu’au premier jour de notre rencontre, quinze ans plus tôt. Voire encore plus sexy. À la place de Suzie, je serais jalouse de toutes les nanas qu’il côtoie, même si nul n’ignore l’amour sans limites qu’il éprouve pour elle. Malgré celui qu’il ressentait pour moi du temps de notre vie commune, j’ai conscience de n’avoir pas été aimée aussi intensément. Pour preuve : son peu d’enthousiasme à me reconquérir. OK ! Pour être honnête, le pauvre n’en a pas vraiment eu l’opportunité face à mon comportement de peste. Pour autant, notre relation amoureuse, muée en une amitié indéfectible, perdure depuis toutes ces années. L’affection que nous portions à Eve nous unit pour toujours. J’imagine qu’elle doit s’en réjouir, où qu’elle soit ! Décidément, de sombres souvenirs polluent mon cerveau, aujourd’hui. Je me reconcentre sur l’instant présent et ajuste mon masque.

— Pas d’inquiétude, mon petit cœur. Personne ne t’a détrôné du podium. Mais promis, je tiendrai ma langue ou, tout au moins, en ferai un autre usage dans l’intimité de ma chambre.

— Clem, tu es insupportable. Tu ne penses qu’à ça !

— Eh ! Qui a mis le sujet sur le tapis ? Toi, que je sache !

Mon ami lève les bras en signe de reddition et me souhaite un bon après-midi. Je l’abandonne pour rejoindre ma table, tout émoustillée à la perspective d’une fin de soirée avec le sexy Lucas. J’userai de tous les artifices pour quelques heures torrides en sa compagnie, dans mon lit ou ailleurs. Distraite par ce projet et la tête dans les nuages, fantasmant à des scènes indécentes, j’entre en collision avec un mur de béton.

En réalité, je découvre un torse bien sculpté sur lequel ma main s’égare avant que je ne lève les yeux sur son propriétaire et croise ceux d’un brun, de type hispanique, au regard noisette. Contrairement à la majorité des invités, il ne porte pas de chemise, mais un t-shirt, blanc ajusté, soulignant sa plastique plus qu’appétissante, sans parler de sa bouche qui appelle les baisers.

L’avis de Charlotte sur Roi de Carreau, le dernier tome de la saga Four King Sécurité de Charlie Cochet


Hello les étoiles. Je vous présente mon avis sur le tome 4 de Four Kings Sécurité : Roi de Carreau de Charlie Cochet publié chez Juno Publising France. Un final addictif et plein de tendresse.

Titre : Four Kings Sécurité, tome 4 : Roi de Carreau

Auteur : Charlie Cochet

Genre : Romance MM

Editions : Juno Publishing France

Ebook :  5,99 €

Broché : 18 €

Résumé :

Quand les cartes ne sont pas en votre faveur, les Rois égalisent les chances.

Pour Ward « King » Kingston, le rôle de protecteur, forgé par le feu et la tragédie, est un rôle qu’il prend au sérieux. Lorsqu’on demande à King de protéger le fils d’un général quatre étoiles et ami, il est replongé dans le milieu des opérations secrètes du gouvernement pour une mission qui lui rappelle des souvenirs douloureux de son passé. Dès que King rencontre Leo, dans le chaos de la fermeture d’un site secret, il est clair qu’il n’a jamais été confronté à un tel défi, qui mettra à l’épreuve son sens inébranlable du contrôle.

Leopold de Loughrey est un génie incompris dont l’anxiété et l’insécurité sont exacerbées lorsqu’il est recruté de force pour travailler sur un projet top secret. Terrifié par ce que signifie son rôle d’« atout inestimable », le stress de Leopold mène à des disparitions, des disputes et des crises qui menacent son projet et son avenir. L’arrivée de King est un calme dans la tempête pour Leo et ses pensées frénétiques.

Mon avis :

Ward Kingston, surnommé King et le chef de la société Four Kings Sécurité. Pour rendre service à son ami, le général, il accepte le rôle de protecteur envers son fils, Léo, qui se retrouve malgré lui au cœur d’une opération secrète du gouvernement. Un milieu qui risque de faire remonter à la surface de douloureux souvenirs…

Léo est un génie et il est missionné pour travailler sur un projet top secret. C’est un jeune homme anxieux et souvent en insécurité, la mission qui lui a été confiée augmente son stress et l’environnement dans lequel il travaille n’aide pas : entre des cris, des disputes, les gens autour de lui, la pression qui lui est imposée, tout l’angoisse et il n’arrive pas à mener à bien sa mission. Pour Léo, l’arrivée de King est une bénédiction. Il lui procure le calme et la sécurité dont il a besoin. Pour King en revanche, c’est une autre histoire, Léo est particulier et fait ressortir chez lui une facette qu’il ne connaît pas et cela met à mal son sens du contrôle pourtant jusque-là inébranlable.

J’étais impatiente de retrouver l’équipe de Four Kings Sécurité, qui est une famille à laquelle je me suis attachée. Je l’étais d’autant plus, car c’était l’occasion de découvrir Ward Kingston qui restait jusque-là mystérieux et n’oublions pas que l’épilogue du dernier opus nous laissait plein de doutes quant à la suite.

King à une autorité naturelle que l’on avait ressenti dans les précédents tomes et qui se confirme avec « roi de carreau ». Il est sûr de lui et tu n’as aucun souci pour se maîtriser et contrôler ce qui l’entoure. Jusqu’à sa rencontre avec Léo, c’était le cas, car le jeune homme avec sa façon de penser particulière va changer la donne. King se retrouve perturbé par cet homme qu’il doit protéger.

Léo de son côté est un être à part. Sa façon de penser déroute beaucoup de monde. Créer des liens avec les autres est très compliqué pour lui. Hormis son père et sa sœur, il n’a personne sur qui compter. Il tente tout le même d’accorder sa confiance à King, car ce dernier lui apporte beaucoup de sérénité et il se sent en sécurité avec lui.

La tension monte progressivement, car la vie de Léo est menacée. King fait tout ce qu’il est en son pouvoir pour assurer sa protection et fini par faire appel à son équipe, ce qui est un plaisir pour moi, car ça m’a permis d’avoir des nouvelles d’Ace, Lucky et Red, les personnages principaux des tomes précédents.

J’ai beaucoup aimé découvrir King sous un nouveau jour, quittant peu à peu le contrôle pour être plus spontané, souriant, mais aussi faire face à ses blessures qui, bien qu’ils les contrôlent en apparence, restent douloureuses et marquantes pour lui.

Cette saga et plein de rebondissements, d’amour, de tendresse et de passion. Les personnages sont agréables à suivre et j’ai beaucoup aimé découvrir leurs histoires au travers des quatre tomes de Four King Sécurité. La plume de l’auteure, comme pour les précédents opus, est fluide et addictive.  

Merci à Maïwenn et Juno Publishing France pour l’envoi de ce service presse.

Extrait :

Bowers fit une pause, l’étudia avant de hocher la tête.

— OK. Nous avons besoin que Leo coopère, et pour l’instant ce n’est pas le cas.

— Il refuse ?

— Pas tout à fait. L’atout, je veux dire Leo est… bien, un cas unique. Il faut un certain type d’individu pour être capable de faire ce qu’il fait. Le dossier de Leo ne nous a pas préparés à la réalité. Nous avons fait appel à plusieurs experts dans l’espoir que nos gars puissent apprendre à interagir efficacement avec lui, mais ça n’a fait qu’empirer les choses. Et puis il y a les disparitions.

King fronça les sourcils.

— Disparitions ?

Lorsque le général avait approché King pour la première fois, il avait mentionné quelque chose à propos de la disparition de son fils, mais King avait supposé qu’il voulait dire que Leo continuait à quitter son poste, pas qu’il se volatilisait réellement.

— Vous êtes en train de me dire que Leo disparaît sous le nez de l’armée et de la NSA ?

— Croyez-moi, je suis aussi confus que vous l’êtes. Je ne sais pas comment il fait, mais il le fait. Puis il revient comme si de rien n’était. Chaque fois qu’il disparaît, nous risquons d’être exposés, car le protocole de sécurité doit être réinitialisé et tout est verrouillé. C’est un foutu bordel.

— Et la surveillance ?

— C’est ça le problème, dit Bowers.

L’avis de Carine sur Et Maintenant ? Tome 2, un roman de Gen Martin chez Black Ink Editions


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Et Maintenant ? Tome 2‿︵⁺୭‧₊˚✧


Auteur : Gen Martin

Genre : Romance

Tome 2/2

Editions : Black Ink Editions

Ebook : 4.99 €

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Résumé : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Vous croyez au grand amour ? Ce moment où le centre de votre univers devient une seule et unique personne ? On se réveille le matin pour voir la femme qu’on aime nous sourire, pour entendre le son de sa voix ou tout simplement pour la serrer dans nos bras. Angélique représente tout ça et plus encore à mes yeux. Toutefois, j’ai bien peur que la réciprocité ne soit plus d’actualité, désormais.

En ce qui me concerne, je suis l’abruti qui l’a laissé filer. Je lui ai menti, je l’ai trahie, en plus de lui briser le cœur de la plus horrible des façons. Pourtant, toutes mes actions, tous mes gestes n’avaient qu’un seul but : ne pas la faire souffrir. Au final, c’est l’inverse qui s’est produit, puisqu’elle m’a quitté.

Maintenant, je vais vous montrer comment on regagne le cœur de l’amour de sa vie.


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Mon avis : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Oli a perdu son Ange… Les mensonges et les trahisons ont eu raison de leur couple. Mais comment remonter la pente quand la seule envie qu’on a, est de se laisser glisser encore plus bas. La souffrance est telle qu’aucun des deux ne peut reprendre le cours de sa vie. Plus rien n’a de sens…. Ils sont brisés… Si Oli se réfugie dans les textes de ses chansons et les répétitions, Angélique, elle, n’a plus rien. Elle n’est plus qu’une coquille vide qui végète comme elle peut tombant dans un puits sans fond de désespoir. Oli pensait pouvoir reconquérir son ange et se faire pardonner, mais il va vite se rendre compte qu’il est allé beaucoup trop loin… Et tout cela fait tellement mal…

Catch Me !

Après un premier opus qui se terminait sur une note douloureuse, je n’avais qu’une hâte, c’est de savoir ce que cette auteure allait nous réserver dans la suite à venir. Et je ne fus pas déçue de ma lecture…

Avec Et maintenant Tome 2 de Gen Martin, le récit monte en puissance. Gen Martin a réussi à mettre en place dans cette suite ce qu’il m’avait un peu manqué dans le premier tome, une émotion débordante. Plus d’amour, plus de tristesse, plus de désespoir… Les rebondissements animent parfaitement la lecture et nous tiennent en haleine au milieu de tant de larmes versées. Oui j’ai pleuré. Beaucoup même à un moment donné. J’ai eu si mal pour Oli… Ce personnage au grand cœur m’a vraiment émue et touchée. On peut dire qu’il n’est pas épargné par les coups dur de la vie et de voir sombrer notre bel ange bleu finit de nous anéantir. Il y a beaucoup de tensions entre Oli et Ange, ça crépite, c’est électrique et leur attirance est palpable, mais tout aussi douloureuse. Ils vont autant s’aimer que se déchirer.

Des émotions brutes de décoffrage et des sentiments sincères criant de vérité. Des scènes de sexe exquisément calientes, mais aussi des scènes qui font mal… À nous déchirer l’âme par les larmes de nos héros qui ne peuvent que faire couler les nôtres. Les mensonges ne vont encore pas les épargner et cette fois-ci, c’est Angélique qui s’y colle. Peut-être qu’elle comprendra pourquoi Oli avait lui aussi omis de lui dire des vérités qui font mal ? Des mensonges qui n’avaient que pour but de la protéger ? Mais comment savoir où se trouve la limite ?

Les personnages secondaires sont très présents et tous, avec des personnalités bien détaillées. Ils apportent une profondeur intéressante au roman, nous rendant aussi témoin de leur propre histoire. Je les ai trouvés adorables et tellement attachants. J’ai vraiment apprécié de suivre leurs aventures. Il y a une belle cohésion entre eux. Leur entente est belle et les liens qui les réunissent sont tout simplement beaux et on ne peut que succomber à chacun.. Même si j’ai particulièrement apprécié Emm et Matt. Alice, quant à elle, aura une mention spéciale: il était complexe d‘arriver à définir ce genre de personnalité. Cependant, une fois toutes les cartes en main, on ne sait même plus si on doit la détester ou la plaindre. Le récit n’aurait pas la même saveur sans eux. Ils sont le soleil dans la tempête et essayent de chasser les nuages comme ils le peuvent. Encore faudrait-il que nos héros les laisse faire ?

Et maintenant ? Une très belle histoire d’amour et de passions avec des personnages complexes aux caractères volcaniques, qui savent nous tenir le cœur au creux de leur tourmente… La plume de l’auteur est douce et agréable. Et même si dans le premier tome j’avais eu du mal à entrer dans l’histoire le temps de m’adapter à son style, une fois le premier quart passé, la lecture était devenue totalement addictive et passionnante. Je me suis incrustée dans la bulle des héros pour n’en sortir qu’au mot fin de cette histoire. Alors oui, je ne cacherais pas qu’il y a encore un peu trop de descriptions à mon goût dans ce second tome qui ne servent pas à l’avancement du récit, mais du moment où cela ne le dessert pas non plus, ce n’est pas bien grave.

Une jolie duologie qui vous fera passer un bon moment de lecture. Elle vous fera pester aussi, souvent, très souvent. Oli et son Ange, ce n’est pas qu’une simple histoire d’amour… C’est leur histoire d’amour…. Vous allez les aimer, mais aussi les détester, et ce, de nombreuses fois. Préparez-vous !

Catch them!

Un grand merci aux Éditions Black ink pour m’avoir permis de découvrir cette belle duologie. Merci à Gen Martin pour cette belle histoire d’amour.


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Extrait : ‿

Son corps me manque, son parfum me manque, tout en elle me manque. Elle sanglote et serre mon T-shirt avec force. De l’avoir dans mes bras me submerge de bonheur, même si je sais qu’elle m’en veut.

Je relève son menton tremblant, puis j’appuie mes lèvres sur les siennes. Mon but est de la réconforter, car je déteste la voir pleurer par ma faute. Comme elle ne se retire pas, je l’embrasse avec plus d’intensité en faufilant ma langue afin de jouer avec la sienne qui demeure hésitante. Je la presse plus fort contre moi jusqu’à l’entendre soupirer de bien-être. Il ne m’en faut pas plus pour la soulever et la diriger vers le canapé où je la dépose délicatement en ne cessant de la goûter. Je prolonge ce baiser délicieux qui me transporte, j’ai eu si peur de ne plus jamais la sentir, qu’elle ne me laisse plus la toucher. Je m’abandonne à ce moment inespéré et remonte une de mes mains vers sa superbe poitrine.

Sorties Juno Publishing France !


Hello les étoiles, cette semaine Juno Publishing France vous donne rendez-vous avec 8 parutions MM !

Les protecteurs #7, Révélation de Sloane Kennedy

Romantic Suspense

J’ai fait confiance une fois. Je ne referai pas cette erreur…

Une enfance terrible et une trahison dévastatrice ont laissé Cain Jensen, 25 ans, marqué physiquement et psychologiquement. Afin de se protéger, il garde tout le monde à distance et pour protéger les autres il fait en sorte de ne jamais s’impliquer émotionnellement. Depuis qu’il a rejoint un groupe clandestin de justiciers il y a trois ans, chaque vie qu’il sauve l’aide à soulager la culpabilité de celles qu’il a perdues il y a si longtemps. Alors lorsqu’il est envoyé dans une cabane isolée dans les montagnes, au nord de Seattle, pour enquêter sur la disparition d’un collègue de son patron, il n’a qu’une idée en tête : faire en sorte que justice soit rendue, quelles que soient les circonstances.

Mais rien n’aurait pu préparer Caïn à ce qu’il trouve sur cette montagne… ou à l’intense besoin d’offrir soudain plus qu’une simple protection.

J’ai enfin réussi à me libérer, mais je ne me suis jamais senti aussi piégé de toute ma vie…

Ethan Rhodes est en fuite depuis six mois, mais il ne va jamais assez vite, jamais assez loin. À 30 ans, le talentueux urgentiste devrait passer ses journées à sauver la vie des autres, pas à se soucier de la sienne. Pourtant, il sait que les quatre années de violence physique et émotionnelle qu’il a subies aux mains de son ex instable ne sont rien comparées à ce qui se passera quand Ethan n’aura plus aucun endroit où se cacher. Un épisode violent permet à Ethan d’échapper de justesse à la mort et le conduit dans une cabane dans les montages où son corps meurtri aura le temps de guérir avant qu’il n’ait à fuir à nouveau.

Cependant, tout change avec l’arrivée d’un mystérieux étranger qui bien malgré lui va offrir à Ethan quelque chose qu’il avait finalement accepté de ne plus jamais avoir… l’espoir.

Héros #2 : La promesse d’Andrew de Nic Starr

Contemporain

Une tragédie les sépare. Une seconde chance les réunit.

La vie du jeune mécanicien Andrew Campbell ne pourrait pas être meilleure. Il est sur le point de restaurer une Ford Mustang avec son père avant de partir pour l’ultime voyage à travers le pays avec son meilleur ami, Tanner McKenzie. Mais la tragédie frappe, et la vie d’Andrew est bouleversée.

Contraint de faire un choix difficile entre suivre son cœur et faire ce qu’il doit pour protéger son petit frère, Andrew repousse Tanner.

Le cœur brisé, Tanner part seul pour le voyage prévu. Sa vie prend un autre chemin et il ne revient que dix ans plus tard. Désormais pompier, il n’a jamais oublié son premier amour et personne n’a jamais pris la place d’Andrew dans son cœur. Il est déterminé à découvrir si Andrew ressent la même chose.

Tanner espère juste qu’Andrew est excité de le revoir et qu’il est disponible – et enfin sorti du placard – après tout ce temps. Parce que s’il l’est, le temps pourrait être venu pour leur seconde chance en amour.

Galaxies et Océans de N.R. Walker

Contemporain

Saisissant sa seule chance de s’échapper, Ethan Hosking quitte son ex-petit ami violent en laissant toute sa vie derrière lui et se retrouve sur la trajectoire déchaînée d’un feu de brousse. Cherchant désespérément à repartir à zéro, désormais un homme nouveau nommé Aubrey Hobbs sort de la forêt ravagée par le feu. Sans carte d’identité ni argent et avec pour seul bagage le télescope de son grand-père, il va là où la Croix du Sud le mène.

Patrick Carney est le gardien de phare de Hadley Cove, une petite ville située sur l’île isolée de Kangaroo Island, au large de la côte sud de l’Australie. Après la mort tragique de son amant quatre ans auparavant, il mène une vie solitaire ; juste lui, un chat, les océans Indien et Austral, et une bonne dose de solitude. Il est satisfait de sa vie jusqu’à ce qu’un étranger débarque et lui fasse tourner la tête.

Patrick ne s’attendait pas à s’intéresser à quelqu’un d’autre.

Aubrey ne s’attendait pas à être heureux.

Entre l’amour d’Aubrey pour les étoiles et celui de Patrick pour l’océan, ces deux cœurs fragiles doivent naviguer sur de nouvelles eaux. S’ils parviennent à surmonter la tempête de leur passé, ils pourraient bien vivre un amour qui éclipse tout.

Survivre #2 : Brûler de Nora Phoenix

Ménage (MMM) Fantasy

Tout ce qu’ils veulent, c’est être en sécurité… et pouvoir aimer.

Austin, Mack et Tan ont trouvé un endroit sûr dans une ferme déserte. Ils ont de quoi se nourrir et un abri, mais que devront-ils faire pour le garder ?

Des visiteurs inattendus ne cessent de se présenter, et il devient de plus en plus difficile de distinguer les amis des ennemis… et la frontière entre le bien et le mal devient de plus en plus floue.

Ils sont là l’un pour l’autre, et ils se rapprochent de plus en plus, mais lorsque la catastrophe frappe et menace ce qui s’est développé entre eux, trouveront-ils un moyen de s’en sortir ?

Brûler est le deuxième livre de la série Survivre, une série à suspense se déroulant dans une réalité alternative et qui raconte l’histoire de trois hommes blessés qui se battent non seulement pour rester en vie, mais aussi pour prospérer au milieu d’une invasion extraterrestre.

Four King Sécurité #4 : Roi de carreau de Charlie Cochet

Romantic Suspense

Quand les cartes ne sont pas en votre faveur, les Rois égalisent les chances.

Pour Ward « King » Kingston, le rôle de protecteur, forgé par le feu et la tragédie, est un rôle qu’il prend au sérieux. Lorsqu’on demande à King de protéger le fils d’un général quatre étoiles et ami, il est replongé dans le milieu des opérations secrètes du gouvernement pour une mission qui lui rappelle des souvenirs douloureux de son passé. Dès que King rencontre Leo, dans le chaos de la fermeture d’un site secret, il est clair qu’il n’a jamais été confronté à un tel défi, qui mettra à l’épreuve son sens inébranlable du contrôle.

Leopold de Loughrey est un génie incompris dont l’anxiété et l’insécurité sont exacerbées lorsqu’il est recruté de force pour travailler sur un projet top secret. Terrifié par ce que signifie son rôle d’« atout inestimable », le stress de Leopold mène à des disparitions, des disputes et des crises qui menacent son projet et son avenir. L’arrivée de King est un calme dans la tempête pour Leo et ses pensées frénétiques.

Le café de Broken Road de T.A. Webb

Contemporain

Que se passe-t-il lorsque vous obtenez tout ce pour quoi vous avez travaillé, pour finalement découvrir que ce n’est pas ce que vous vouliez vraiment ?

Dan O’Leary a travaillé jour et nuit pour terminer ses études de droit, rejoindre un grand cabinet et devenir associé, le tout avant l’âge de trente-cinq ans. Il a trouvé un homme qui lui a fait perdre la tête, et son meilleur ami depuis vingt ans l’a toujours soutenu.

Son mécontentement croissant à l’égard de son travail amène Dan à envisager un changement, mais une série de trahisons, professionnelles et personnelles, le conduit à reconsidérer toute sa vie.

En prenant un nouveau départ, Dan va rencontrer les habitants de Blue Ridge, en Géorgie, notamment le chef de la police Nick Oliver, et peut-être trouver un nouveau foyer. Mais le danger de son ancienne vie le suit et met non seulement sa vie, mais aussi celle de ses nouveaux amis, en danger.

A fleur de peau #3 : Croire de Garret Leigh

Contemporain

L’ambulancier Rhys Foster est accro à l’adrénaline. En journée, c’est le sang et les plaies, la nuit, c’est le frisson des clubs. Avec une personne différente dans son lit la plupart des nuits, il n’a pas le temps de se sentir seul… n’est-ce pas ?

L’artiste Jevon Campbell est un thérapeute comme aucun autre – danseur, magicien, acrobate, il met tout en œuvre pour aider les enfants dans le besoin à rire à nouveau. Il effectue une visite exceptionnelle à domicile lorsqu’il rencontre l’énigmatique Rhys dans un bar de Londres.

Leur connexion est instantanée, mais Rhys réalise rapidement que la confiance naturelle de Jevon ne s’applique pas dans la chambre. Il n’a aucune idée de la beauté et de la fascination qu’il exerce, et Rhys décide de le lui montrer.

Ils deviennent de plus en plus proches, mais le temps ne joue pas en leur faveur. Rhys semble incapable d’exprimer ce qu’il ressent, et avec le départ imminent de Jevon qui plane sur eux, leurs engagements respectifs pourraient les déchirer à jamais.

Alors que les jours passent, Rhys doit apprendre à croire qu’il mérite le bonheur que Jevon lui offre.

Tad dans tous ses états #6 Final de Kora Knight

Erotique

Avec son secret dévoilé et l’incertitude derrière lui, Tad se sent délivré. Enfin, il peut simplement être lui-même. Ce qui signifie qu’il n’a plus besoin d’analyser tous les sentiments que Scott éveille en lui. Parce que maintenant Tad possède l’assurance de vivre pleinement ces émotions. D’être avec l’homme dont il est fou amoureux de toutes les manières imaginables. En public. En privé. Sans aucune réserve. Une liberté intérieure dont il ignorait l’existence jusqu’à ce que Scott vienne l’y initier.

Découvrez l’épilogue de leur histoire, remplie d’espièglerie et de promesses, de rires et d’amour. Et, oui, un peu de ces échanges torrides qui les caractérisent si bien, évidemment !

Rendez-vous le 15 septembre pour les sorties made in France !

Les P’tites étoiles du mercredi avec Clochette et la créature légendaire


Coucou les grandes et petites étoiles ! Aujourd’hui Arnaud vous parle de « Clochette et la créature légendaire » 

Description :

« Un album grand format relié cousu avec une couverture mousse et de grandes illustrations. Une mise en page animée avec des fonds, des illustrations pleines pages et des textes courts ».

L’avis d’Arnaud (8 ans) :

Le résumé m’a donné envie de lire l’histoire. 

Les énormes empruntes m’ont fait peur, à la place de Noa, j’aurais informé tout le village. Noa est une fée courageuse, elle n’a pas peur du danger. La créature est gentille même si elle fait peur.
Les autres fées ne voient pas les choses comme Noa et se méfie de beaucoup d’animaux sauvages ou inconnus.
La fin est un peu triste. 

Les dessins sont très beaux. 

Mot de maman :

Ce livre est très beau. La couverture est rigide avec de la mousse. Les illustrations sont magnifiques.
L’histoire est agréable à lire avec peu de texte par page. Les messages transmis sont accessibles le tout dans un univers Disney plein de magie pour faire rêver les petits et les grands !

L’avis de Carine sur le roman de Robyne Max Chalavan chez Black Ink Edition : Dark Whisper


✼ •• ┈┈┈┈Titre :┈┈┈┈ •• ✼
Dark Whisper

Auteur : Robyne Max Chavalan

Editions : Black Ink
DARK ROMANCE

╺╺╺╺╾ Résumé : ╼╸╸╸╸

À la claire fontaine.
C’est la comptine par laquelle un auditeur mystérieux m’interpelle pendant mon émission.
Celle aussi que le Chuchoteur me chante la nuit venue lorsqu’il m’enferme dans l’obscurité.
Pour me contraindre à me souvenir.
Pour m’obliger à l’aimer.

Je m’appelle Hazielle Vellanian et je suis animatrice radio. Si audacieuse que je sois derrière mon micro, c’est tout l’inverse lorsque je sors de mon studio. Je suis solitaire. À la limite de l’agoraphobie. D’autant plus, à l’heure où sévit le tueur des Mille et une Nuits.
Aussi lorsque le Chuchoteur me propose des informations à ce sujet, je n’ai qu’une possibilité : accepter.

Mon problème ? Ce doute qui me pourrit l’esprit.
Qui est-il ? L’assassin lui-même ? Quelqu’un que je connais ? Un homme de mon passé ?
Le pire ? Ne pas avoir le choix et l’accueillir dans mon lit.

Mon destin est désormais lié au sien.
Chaque souvenir qui me revient peut me pousser à la découverte de vérités que j’ai préféré occulter.
Chaque moment de séduction me fait tomber dans une sombre passion.

Ici, Hazielle Vellanian, pour BCR, et voici mon histoire.

╺╺╺╺╾ Mon avis : ╼╸╸╸╸

Radio étoiles, la radio qui illumine vos lectures !

Attention, antenne dans trois, deux, …

Bonjour à tous, ici Carine pour les étoiles ! Je suis heureuse de vous retrouver pour vous parler de mon avis sur la pépite livresque de Robyne Max Chalavan ! Et, chers auditeurs, chères auditrices, « On se dit tout ! », alors soyez bien à l’écoute! Le mot d’ordre dans ce roman étant « La vérité et toute la vérité », je vous invite à rester à l’antenne du début à la fin, car je vais vous chuchoter la plus machiavélique des chroniques.

Il y a des sons qui nous rassurent tout comme d’autres nous glacent le sang… Une flamme d’un briquet qu’on allume, des froissements de vêtements qu’on enlève ou encore, une porte qui se ferme… Le son de la nuit noire et de ses murmures qui l’accompagne. Le son du silence, emmuré dans ses démons et puis le son d’une comptine qui fait remonter les souvenirs oubliés ou encore, le son du chant d’un rossignol… Puis, il y a les voix… Celles qui nous parlent, celles que l’on écoute malgré nous, celles qui hurlent, celles qui chantent et celles qui chuchotent ou nous racontent des histoires dans une musicalité si parfaite qu’elle est proche des anges… Des histoires sanglantes ou les contes enchanteurs de notre enfance… Des sons qui vous immergent dans un univers qui vous fait frémir, vous hérissent de chaire de poule, vous fait suffoquer accélérant alors votre rythme cardiaque à son paroxysme. Est-ce la peur ? Le désir ? L’enchantement ? L’horreur !? La frénésie d’une lecture démente ? Chut…. Écoutez bien l’histoire que je vais vous raconter…

« On se dit tout » sur Dark Whisper.

Restez bien à l’écoute, nous démarrons avec une chanson que vous connaissez tous, mais qui ici, sera loin d’être enchanteresse… Ritournelle de notre enfance qui nous renvoie dans le passé, quelque peu déformé en véritable cauchemar dans le présent…

À la claire fontaine M’en allant promener,

J’ai trouvé l’eau si belle, Que je m’y suis baignée.

Il y a longtemps que je t’aime, jamais je ne t’ai oubliée…

Voilà ce que le chuchoteur susurre à Hazielle, animatrice radio dans « On se dit tout ». Alors qu’un tueur en série, le tueur des Mille et une nuits, sévit dans la ville, un mystérieux interlocuteur qui se fait appeler le chuchoteur propose de révéler des informations en direct à l’antenne. Et bien entendu, Hazielle a toute son attention. Mais qui est cet homme qui lui laisse un arrière-goût de « Je te connais, je sais qui tu es et tu sais qui je suis. » Et si le tueur, c’était lui ?

Pour avoir droit à ces informations de tailles, Hazielle va devoir puiser de la force au plus profond d’elle, puiser dans son passé et ses souvenirs, mais aussi chanter… Chanter et, jouer.

Chante rossignol, chante…. Je te vois…

En sera-t-elle capable ? Et si la vérité était à double tranchant ? Aussi tranchant qu’une lame peut l’être…

Avec Dark Whisper, Hazielle Vellanian va nous délivrer son histoire. L’histoire d’un petit Rossignol aux trilles qui font autant sourires que pleurer. Une histoire racontée telle que, on se retrouve plongée au cœur de l’âme de notre héroïne, vivant et ressentant tout, au même titre qu’elle, chaque émotion, chaque peur, chaque honte et chaque désir. Conté d’une voie suave et chuchoté au creux de notre oreille avec l’aide de cet homme mystérieux qui va lui permettre de rouvrir le livre de sa vie et d’en découvrir ou redécouvrir, chaque pan de son histoire. Cependant, est ce que cela sera libérateur pour elle, ou, a contrario, pourrait-elle sombrer dans la folie ?

Chante, rossignol chante, toi qui as le cœur gai. Tu as le cœur à rire, moi je l’ai à pleurer…

Il n’est pas aisé de vous parler du récit en profondeur. Encore moins vous en délivrer la psychologie qui est complètement détonante et écrite avec brio. Conquise par le talent de Robyne Max Chalavan qui va à chaque roman au-delà de mes espérances. Elle joue vraiment avec nous et nous torture l’esprit autant que l’âme. Elle nous balade de suspicions en suspicions. De doutes en doutes… Elle nous conseille d’ailleurs, en début de lecture de ne pas chercher à comprendre, qui est qui, mais plutôt de se laisser porter. J’ai toujours pour habitude de faire le contraire de ce qu’on me dit… Oups désolée Robyne ! Malgré tout, même si mener mon enquête m’a fait découvrir très vite certaines choses, il m’était cependant impossible d’en connaitre le déroulement qui allait suivre. Tout fût surprises sur surprises. Rebondissements sur rebondissements et toujours la peur au ventre de se demander quelles seront les intentions finales du chuchoteur. Jusqu’où va-t-il pousser Hazielle ? Que veut le tueur et pourquoi ? Jusqu’où seront prêts à aller les journalistes, les inspecteurs de police, pour arrêter ce tueur des Mille et une Nuits. En quoi ses sœurs, son frère et son histoire peuvent aider ? Arrêter ce carnage qu’importe les conséquences, voilà le mot d’ordre et on ne sait vraiment jamais à quoi s’attendre. Quelle folie l’auteure va encore nous sortir derrière la page que l’on va tourner ? Le cœur bondissant, j’ai posé mon livre tellement de fois. Pas que je ne voulais pas le continuer, au contraire, je voulais en apprécier chaque page, chaque mot, chaque peur… Chaque frisson. Les émotions sont là et bien là. Que ce soit dans la douceur ou dans la douleur. Elles sont vives et même violentes parfois. Et pourtant… On ne s’en lasse pas une seconde.

Dark Whisper, une dark psycho énorme ! Une histoire d’amour qui sort du lot et des sentiers battus. Envoutante et terrifiante à la fois. Sublime et cruelle. Forte et fragile. Toujours au bord du gouffre entre les silences et les non-dits. Les secrets et les révélations. La vérité, toute la vérité et rien que la vérité… Hazielle réussira t-elle à obtenir cette vérité ? Au moins à savoir qui se cache sous les doux murmures qui la rende folle de désir ? Ce désir aussi coupable qu’il peut être bon. Aussi pervers et pourtant tellement à sa place…

Des personnages complexes tortueux et torturés qu’on ne peut qu’aimer et parfois même détester en même temps, et auxquels on va s’attacher sans aucun préavis. Leur histoire est pleine de douleurs, mais si fascinante et belle à la fois. Lorsqu’on a tout perdu. Lorsque les ténèbres nous engloutissent. Il reste toujours un espoir pour retrouver la lumière. Peut-être qu’en étant aimé… Comme dans les contes de notre enfance ?

Leur destinée est bien réelle, certes, elle est semée d’embûches, de virages, de ravins prêt à s’effriter dès qu’ils s’en approchent. Il y a pourtant tant à apprendre d’elle. Son enseignement se dessine à nous à chaque instant de notre parcours de vie. Encore, faut-il ne pas en avoir peur ? Et ce, Même si les murmures nous font sombrer…

À la claire fontaine m’en allant promener….

Un grand merci à Black Ink à Editions pour m’avoir permis de lire cette bombe !!! Merci à Robyne Max Chalavan d’y aller toujours encore plus fort, plus loin, et avec grand talent.

╺╺╺╺╾ Extrait : ╼╸╸╸╸

— À la claire fontaine, m’en allant promener…

Toujours cette même voix qui chuchote à mon oreille. Qui me pousse à bout. Qui me torture. Qui m’empêche de respirer. De trop penser.

— J’ai trouvé l’eau si belle, que je m’y suis baigné…

Rauque et basse. Qui accentue les « s » et les « j ». Intonation hypnotique pour paroles cryptiques. Souffle chaud pour frissons sur ma peau.

— Il y a longtemps que je t’aime, jamais je ne t’oublierai…

Comptine de mon enfance, transformée en une signature cauchemardesque d’appartenance.

Je sanglote silencieusement. Je n’en peux plus de ce jeu qui dure depuis quatre mois maintenant. Je n’ai toujours pas de réponses à mes questions. Pourquoi moi ? Pourquoi ? J’ai beau supplier, hurler jusqu’à m’en briser les cordes vocales, mon tortionnaire reste d’un calme serein. Olympien. En toutes circonstances. Vernis d’impassibilité distinguée qui cache une innommable cruauté.

— Sous les feuilles d’un chêne…

Je frémis. J’ai froid. J’en ai marre d’être nue. Physiquement comme moralement. Il sait tout de moi. Alors que je ne suis certaine de rien le concernant.

Je gémis. Cela fait longtemps que je ne parle plus. Non pas que je n’aie pas déjà testé cette méthode, mais désormais je me protège. J’en ai besoin après tout ce qu’il s’est passé. Et puis, je cherche à l’atteindre. Encore une fois.

— Ah, Hazielle, Hazielle, Hazielle… N’as-tu rien à me dire ? gronde-t-il. N’as-tu pas compris que contre moi tu ne peux rien ?

Bien sûr que j’ai compris. Et pourtant, j’en redemande.

L’avis de Charlotte sur Au bout du chemin de Marie Anjoy


Coucou les étoiles. Je vous présente mon avis sur Au bout du chemin de Marie Anjoy publié chez Studio 5 éditions.

Titre : Au bout du chemin

Auteur : Marie Anjoy

Genre : Romance

Editions : Studio 5 éditions

Ebook :  4,99€

Résumé :

Emma, trente ans, maman d’une petite fille de six mois, voit le ciel s’abattre sur sa tête à l’annonce de son cancer du sein. Isolée dans un petit village de Provence, entourée de proches soit trop occupés, soit démissionnaires, elle tente de faire face à cette épreuve du mieux qu’elle le peut. Ses efforts tombent à l’eau quand son mari abandonne brusquement le navire. Le profond désarroi de la jeune femme touche Marina, l’infirmière qui s’occupe d’elle. De là, une belle amitié se tisse et Marina promet de rester à ses côtés pour l’aider à se battre. Emma va rencontrer le frère de cette dernière, Tristan, séduisant kinésithérapeute qui se remet difficilement d’une épreuve personnelle. Les deux laissés pour compte vont lentement s’apprivoiser, s’apprécier et sans le savoir, se sauver mutuellement. Le lien qu’ils établissent n’est comparable à aucun autre, mais leur parfaite osmose va être mise à rude épreuve… En fin de traitement, après avoir laissé Emma seule pendant des mois, son mari, Lorenzo, revient avec le désir de la reconquérir. Entre la perpétuelle bataille qu’est devenue sa vie et les doutes qui la tenaillent, Emma aura un choix crucial à faire. La moindre erreur pourrait lui être fatale et elle le sait. Saura-t-elle prendre la bonne direction ? Il n’y en a qu’une seule et pour nous tous, la lumière se trouve toujours au bout du chemin.

Mon avis :

Emma est mariée et maman depuis 6 mois. Sa vie n’est pas toute rose, elle manque de sommeil, son mari n’est pas très présent et elle est isolée dans un petit village, mais dans l’ensemble tout va bien pour elle, jusqu’à l’annonce qui va tout changer : elle a un cancer du sein.

Elle fait face comme elle peut, mais son entourage n’est pas au rendez-vous pour la soutenir dans cette épreuve. Pire, son mari quitte carrément la maison, ai-je besoin de vous préciser que je n’ai pas apprécié ce personnage ? Il lui reste quelques amis fidèles, dévoué à son bien-être, sur qui elle peut heureusement compter. De plus, durant son combat, elle croise la route de Marina, une infirmière au petit soin pour elle avec qui le lien dérive naturellement de professionnel à personnel. Par son biais, elle va faire la connaissance de son frère, Tristan, kiné.

Tristan connaît aussi son lot de déboires. Entre eux aussi le lien change rapidement et il devient un ami, un confident, un soutien énorme pour Emma. Et elle en aura besoin pour traverser ce parcours semé d’embûches, de doute, de joie aussi. Un combat parfois difficile à affronter… Ce chemin lui demande des remises en question. Elle va devoir prendre des décisions pour remettre sa vie sur les rails, mais il n’est pas toujours simple de faire les bons choix.

Avec « Au bout du chemin », nous ne sommes pas dans un schéma habituel de romance, on trouve ici plutôt une tranche de vie, bien qu’il y ait de la romance. Mon attention était plus portée sur le parcours d’Emma, qui est émouvante et très attachante. J’ai vécu avec elle durant la lecture de ce roman, subissant les nouvelles, affrontant les épreuves, partageant de merveilleux moments. Elle est éblouissante, malgré tout, un modèle de force et de courage. C’est un roman qui va me rester en tête pour un bon moment tant les émotions sont fortes, il est rare que je sois autant touchée par un roman écrit à la troisième personne, mais l’auteure réussi parfaitement à transmettre chaque ressenti avec justesse. C’est un roman qui permet de prendre du recul sur sa propre vie.

Merci Marie Anjoy pour l’envoi de ce service presse intense en émotions. Je vous recommande vivement la lecture de cette pépite.

Extrait :

Tandis que Chloé dort, Emma profite de ces quelques heures de tranquillité. L’arrivée d’un bébé dans un couple chamboule totalement le quotidien et Lorenzo, son époux, accepte difficilement de se retrouver, trop fréquemment à son goût, sur la touche ; ses envies, son appétence sexuelle, freinées par la diminution de celles de sa femme et l’attention quasi totale portée à sa fille, plutôt qu’à lui.

Aujourd’hui, pour apaiser son humeur chagrine et ses doléances, Emma cède à ses suppliques, presque par devoir — « conjugal » aurait ajouté sa grand-mère — dans un premier temps, puis par plaisir, tant son époux, fétichiste de ses seins, maîtrise les préliminaires. Et en cet instant, il leur prête un intérêt particulier, lorsqu’il s’interrompt soudainement.

— C’est quoi, ce truc ?

— Quoi ? 

— Tu as une boule que tu n’avais pas avant.

— Une boule ?

— Attends, donne-moi ta main, je te montre.

Ses caresses se transforment en palpation médicale jusqu’à ce qu’il localise l’induration sous le mamelon et y guide les doigts d’Emma. Mais son attention se détourne rapidement de cette anomalie.

— Bon, on s’en fiche. Tes seins sont magnifiques, monstrueusement excitants. Je les adore !

Mais la présence de cette nodosité trouble la jeune femme qui instantanément s’y focalise. Aussitôt mille pensées l’obsèdent et l’empêchent de se détendre, bien qu’elle tente de se raisonner. Après tout, toutes les grosseurs ne sont pas obligatoirement cancéreuses. De plus, elle n’entre pas dans la catégorie des femmes à risques, sans antécédent familial, trente ans à peine et suivie régulièrement par son gynécologue. Donc… Il s’agit très probablement d’un simple kyste. Cependant, d’un naturel pessimiste, elle ne peut chasser les supputations improductives. Immédiatement, l’exacerbation des sens, suscitée par la reprise des effleurements de Lorenzo, retombe.

Les P’tites étoiles du Mercredi avec « Le petit arbre qui voulait devenir un nuage »


Coucou les grandes et petites étoiles ! Aujourd’hui Bruno et Arnaud sont accompagné par Sasha et vous parlent de « Le petit arbre qui voulait devenir un nuage » ! de Agnes Ledig et Frédéric Pillot.

Description :

Quand le petit tilleul voit un nuage blanc se poser dans ses branches, il lui confie son rêve : voyager comme lui au-dessus des forêts, des bateaux et des villages… Le nuage, lui, aimerait avoir la vie tranquille et enracinée de son nouvel ami, chaque jour visité par de magnifiques oiseaux. Tous deux vont se faire une promesse qui les laissera heureux et légers. Cet allègre poème en alexandrins est une invitation à jouir de ce que l’on est.

L’avis d’Arnaud (8 ans) :

L’arbre rencontre un nuage. Ils voudraient échanger leur place. L’arbre n’aime pas sa vie et ne rêve que de voyage alors que le nuage aimerait se reposer. Ils ont eu une bonne idée, heureusement qu’ils sont amis. J’ai aimé les rimes.

L’avis de Bruno (10 ans) :

J’aime beaucoup l’histoire de l’arbre, même s’il m’a rendu un peu triste.


L’avis de Sasha (8 ans) :

Cet arbre est triste, car il voudrait être un nuage et le nuage voudrait être un arbre. Le livre est drôle surtout à la dernière page, j’adore l’illustration.


Mot de maman :

J’adore les romans de l’auteure, je n’ai pas résisté à la découvrir dans ce style bien différent. C’est une belle découverte ! L’histoire est une belle, douce, poétique et pleine de tendresse. J’ai beaucoup aimé les mots et les rimes qui rythment le récit. Le message transmis est touchant. Les illustrations sont également pleines de douceur.

P’tites questions aux p’tites étoiles : 
Aimerais-tu être un nuage ?
A : non, je serai fatigué.
S : oui, je ferais le tour la planète.
B : oui, pour voir la terre d’en haut.

Aimerais-tu être un arbre ?
A : non, je m’ennuierais.
S : non, je n’aimerais pas rester immobile.
B : non, comment je dormirai ?

Est-ce un avantage d’avoir un ami différent ?
A : oui, mais je ne sais pas pourquoi !
S : oui, ils ne font pas les mêmes choses.