L’avis de Charlotte sur Kick off, Touchdown #2 de Charlie Dark


Hello les étoiles. Je vous présente mon avis sur Kick Off, Touchdown #2 de Charlie Dark publié chez Juno Publising France.

Titre : Kick Off, Touchdown #2

Auteurs : Charlie Dark

Genre : Romance

Editions : Juno Publishing France

Ebook :  6,49 €

Broché : 23 €

Résumé :

Après une victoire méritée des Broncos, Wyatt et Jessy sont sous les feux des projecteurs. Jamais un couple de la NFL n’aura suscité autant d’attention de la part des médias et pour cause : il s’agit du premier couple ouvertement gay de la ligue !

Wyatt doit concilier sa carrière sportive, avec la responsabilité d’être capitaine et donc soumis à plus d’exigence de la part de son club, tout en essayant de profiter de sa relation avec son soigneur préféré. Pour Jessy, être en couple avec Wyatt le libère un peu plus de son passé tortueux, même si sa famille lui reproche cet amour, il ne conçoit pas sa vie autrement. Jessy le cœur pris entre la passion et les traditions décide d’avancer avec son quarterback.

Rapidement le couple qui attise et attire toutes les convoitises, décide de vivre ensemble. Ils comptent bien profiter de l’intersaison pour se reposer et surtout réapprendre à vivre en étant devenus des cibles constantes. Si pour Wyatt, habitué à attirer l’attention où qu’il se rende, cela semble plus évident, pour Jessy, rien n’est joué. Peu à peu, le kiné des Broncos a la sensation désagréable d’être suivi par quelques fans envahissants.

Entre enjeux sportifs, nouveaux engagements, passions, rires, passé et avenir, les deux amants vont devoir trouver un équilibre pour apprendre à vivre ensemble et mener le jeu jusqu’au bout.

Mon avis :

Wyatt et Jessy sont plus que jamais exposés. Les médias ne les lâches pas, rien de surprenant puisque c’est la première fois qu’un joueur de la NFL assume publiquement son homosexualité.

L’emploi du temps de Wyatt est chargé : rester au top physiquement, assurer en tant que capitaine et tenter de profiter de cette relation naissante avec son beau soigneur. Jessy de son côté n’est pas habitué à être tant sous les feux des projecteurs. Il essaie de s’adapter à cette vie. Heureusement qu’il peut compter sur l’amour de Wyatt pour l’épauler, car il va devoir s’éloigner, mais surtout guérir de son passé et maintenir un lien avec sa famille qui n’accepte pas son amour pour un homme.

La pression sportive, familiale et médiatique est plus qu’inconfortable pour le jeune couple. Arriveront-ils à trouver un équilibre ?

Leur début d’histoire, racontée dans le premier tome : Playoffs a été un coup de cœur. J’étais donc ravie de retrouver ce beau duo, car certains points restaient à éclaircir. Nous partageons avec eux leur quotidien durant une pause entre deux saisons, mais une pause plutôt active, pas de repos pour le champion. Cette première partie, bien que mignonne et pleine de tendresse m’a paru longue. À l’inverse, la seconde moitié du roman, plus intense, m’a plus que conquise, j’ai été incapable de lâcher ma liseuse !

La tension monte crescendo, les doutes s’installent, j’ai eu peur pour Jessy qui n’est pas épargné dans ce deuxième opus. Sa reconstruction n’est pas simple, mais nécessaire pour qu’il puisse avancer plus sereinement dans sa vie et dans son couple. Avec le soutien de Wyatt, mais aussi d’April, il se sent enfin prêt à affronter sa plus grosse peur : son ex, Rex. Une fois mis en place, le suspense lié à cette histoire est addictif.

J’ai adoré les passages sportifs qui m’ont vraiment imprégné de cette ambiance particulière. Wyatt est un peu sur tous les fronts dans cet opus, il découvre la vie de couple, la médiatisation de son homosexualité qui parasite un peu son sport, le poste de capitaine qui lui tient à cœur…

Dans ce deuxième tome, Jessy et Wyatt sont toujours aussi attachants. Les émotions sont au rendez-vous. La plume de l’auteur est fluide et addictive. Je remercie Maïwenn et Juno Publishing France pour l’envoi de ce service presse.

Extrait :

Je vais jusqu’au cabinet de mon soigneur préféré, les Broncos disposent de cinq kinés différents. Je frappe pour la forme et j’entre sans plus de préambule, je connais Luke, il ne s’en formalisera pas…

Je reste cloué sur place. Mon cœur cesse parfaitement de battre avant d’entamer une série tout à fait arythmique.

— Vous n’êtes pas Luke, dis-je d’une voix troublée.

Devant moi se tient sans doute l’homme le plus sexy, désirable et magnifique que j’ai jamais vu !

Il possède des cheveux noirs coiffés vers l’arrière, une peau dorée comme du miel, des yeux en amande d’une couleur incroyablement bleue, un corps svelte, musclé finement, des biceps qui attirent mon regard et une bouche… une bouche à se damner !

Je suis pétrifié.

Respire, bordel ! Respire !

L’inconnu qui me fait face me sourit et celui-ci m’achève. Je reste silencieux, jusqu’à ce qu’il me dise d’une voix qui fait contracter mes bourses :

— Non, en effet, je ne suis pas Luke. Je suis Jessy, le nouveau masseur-kinésithérapeute du club.

Jessy…

Sur ce, il s’avance vers moi et me tend sa main. Je cligne plusieurs fois des yeux avant de comprendre qu’il veut me saluer.

La proximité m’arrache à ma contemplation et je prends sa paume contre la mienne.

Sa main est chaude, douce, ferme…

— Enchanté, moi, c’est Wyatt, rétorqué-je après avoir relâché à contrecœur sa main.

Jessy rit doucement et le son qu’il produit me retourne de l’intérieur.

— Je sais qui tu es, explique-t-il en souriant si fort que ses pommettes remontent et ferment à moitié ses yeux, le rendant, comme si cela était humainement possible, encore plus séduisant !

Évidemment qu’il sait qui je suis ! Je suis une des stars du club et là, Jessy doit penser que je suis un demeuré, incapable d’aligner plus de deux mots ! Le parfait stéréotype du sportif débile !

L’avis de Carine sur If you wanna be my lover…Un roman de Emma Green Chez Addictives Editions


✧˚₊‧୭⁺‿︵ If you wanna be my lover… ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Auteur : Emma Green

Genre : Romance

Editions : Addictives

Ebook : 4.99 €

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Résumé : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Un (énorme) mensonge, un (inavouable) coup de foudre… Et puis quoi encore ?

Jusque-là, April menait une existence paisible, sans stress ni complications. Tout bascule lorsque sa jumelle, May, lui demande d’échanger leurs vies. Vu sa dette envers elle, impossible de refuser…
En l’espace de vingt-quatre heures, April prend donc la place de sa sœur, récupère son job de publicitaire auquel elle ne connaît rien, le monstre velu que May appelle un chien, et même Tybalt Emerson, un boss parfaitement parfait et pas du tout prévu au programme.
Promis, c’est juste pour une semaine ! Ou deux… Un mois maximum !
Ce plan aurait presque pu fonctionner, mais c’était sans compter Tybalt, son regard qui vous happe, son sourire dément, son charme ravageur et son lot de mystères.
Les complications ?
Petit 1, il est son boss.
Petit 2, ils vont devoir cohabiter.
Petit 3, il n’a pas du tout l’air de vouloir la laisser filer…
Ah oui, dernier petit détail de rien du tout : il ne doit jamais, au grand jamais, savoir qui elle est !

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Mon avis : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Petit 1: je débute juste mon avis, mais je n’ai qu’un mot à dire: foncez !

Petit 2: si vous n’êtes pas déjà convaincu avec mon petit 1, allez lire mon petit 3 !

Petit 3: foncez lire cette magnifique romance, non mais !!! Il faut que je vous fasse un dessin ? Ok, mais il ne sera pas aussi top que si c’était April, je vous préviens 😉

April dessine des Mangas pour adulte et vit une vie pépère dans son studio de la banlieue de San Francisco avec ses trois enfants, enfin ses trois chats plus précisément, qui comblent tant bien que mal sa solitude. Jusqu’au jour où sa sœur jumelle, May, lui lance un SOS. En plein Burn Out, elle a besoin qu’April prenne sa place. Un échange de vie juste pour une petite semaine… ou peut-être plus. Si April n’est pas très pour cet échange, elle sait néanmoins qu’elle ne peut rien lui refuser…

« Tu me dois bien ça… »

Elle lui doit bien, oui ça, c’est évident. Peut-être que de lui dire “oui“, la libéra de sa dette qu’elle traine depuis 12 ans ? Possible… Mais comment donner le change et se faire passer pour une autre, lorsqu’on n’est qu’une pâle copie de sa jumelle parfaite qui elle, rayonne, brille et réussit tout… Job de rêve, maison de rêve, mec sexy ! Heu ha oui… Mec sexy et donc, on peut rajouter, comment cohabiter avec ce prince charmant, qui de plus s’avère être son Boss tout en réussissant à donner le change ? Hum… Ce n’est pas gagné tout ça. Sailor Moon elle, elle saurait faire, mais son héroïne favorite et elle ne se ressemblent pas… Ou peut-être un peu quand même. Possible aussi que le mec de sa sœur, qui ne l’est finalement pas vraiment, préfère la nouvelle May et que cette nouvelle fausse May craque littéralement pour celui qu’il ne faut pas qu’elle touche… Tybalt Emerson.

Les Emma Green m’ont complètement subjuguée avec cette magnifique histoire qui pourtant, avait pris un faux départ. Quelques répétitions qui n’avaient pas lieu d’être ont gêné le début de ma lecture… Puis comme un diesel qu’il faut chauffer, une fois partie, impossible de rétrograder. Je n’ai simplement pas dormi de la nuit pour finir le roman d’une traite. Et quel roman ! Quel bon moment de bonne humeur, de sourires, d’éclats de rire et de cœur qui gonfle en même temps que les papillons faisaient des envolées dans mon ventre. Ce roman est tout simplement un rayon de soleil. À moins que ce soit April ? Ou encore Tybalt ?

Petit 1 (bis), il faut dire que Tybalt est juste l’homme le plus canon, le plus parfait, le plus craquant, le plus …. Diabolique ? Hum soupir et re soupir Tybalt est Tybalt quoi ! La perfection au masculin malgré les mystères qui planent sur son passé et l’empêchent de se projeter dans l’avenir.

Petit 2 (bis) April est l’héroïne la plus merveilleuse qui soit. Celle à qui on aimerait tant ressembler compte tenu de son dévouement, de son caractère pétillant et de sa bienveillance. De ses bourdes aussi, qui sont toujours aussi mignonnes, comme elle ! Auprès de Tybalt, elle se découvre, se révèle et nous révèle sous son regard, les imperfections d’une vie parfaite.

If you wanna be my lover… a été une grande surprise pour moi. Je ne m’attendais pas à tant d’intensité ni à tant d’émotions dans une romance qui se voulait légère. Mais il faut dire qu’avec des personnages tels qu’April et Emerson, cette histoire ne pouvait être qu’addictive, lumineuse, pleine de peps et de tendresse. Les sujets abordés sont, eux aussi, traités avec tendresse et avec une belle pudeur malgré toute leur importance. Et ça le fait ! Très bien même. Harcèlement, tolérance, pression des réseaux sociaux, apparences, gémellité, deuil, et bien d’autres encore.

J’ai vraiment passé un agréable moment en compagnie de chacun de ses personnages, les principaux comme les secondaires, qui nous livrent une comédie romantique très rafraîchissante et souvent hilarante mais, qui ne manque pas profondeur. Drôle, touchant, attachant et juste, ce roman est une vraie bouffée d’air frais. Les amateurs de feel-good seront comblés par cette comédie romantique, un excellent remède contre la morosité ambiante, mais qui reste fort dans les valeurs qu’il transmet. Les joutes verbales de nos protagonistes et leur répartie sont extrêmement bien menées et réfléchies, que ce soit dans le plaisir, la colère ou la tristesse. Les scènes érotiques elles, sont sensuelles et écrites avec gourmandise et originalité. Tout y est, le combo est parfait ! Je me suis laissée prendre dans les filets de ce récit à ne pas pouvoir m’en séparer.

Et que dire de cette fin bonus ? Un grand merciiiiiiiiiiii C’était tellement bien joué, bien pensé, et pour ma part nécessaire pour que ce magnifique roman passe de sublime lecture à une lecture coup de cœur !

If you want my future, forget my past,

If you wanna get with me, better make it fast,

Now don’t go wasting my precious time,

Get your act together,

we could be just fine If you wanna be my lover,

you gotta get with my friends Make it last forever, friendship never ends,

you wanna be my lover,

you have got to give,

Taking is too easy,

but that’s the way it is.

Make it last forever, friendship never ends…

Un grand merci aux Éditions Addictives pour l’envoi de cette magnifique lecture en service presse numérique.

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Extrait : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Il se rapproche de moi, colle sa joue contre la mienne et nous prend en selfie.
– On peut faire mieux que ça, lâche-t-il soudain.
Ses yeux se plantent dans les miens.
Tybalt amène son visage tout près, je sens son souffle sur ma peau et mon cœur qui tambourine, s’emballe. Plus il avance et moins je respire.
Lentement, ses lèvres s’approchent des miennes. Et les capturent.
Doucement, d’abord, tandis qu’il appuie sur un bouton pour immortaliser l’instant.
Puis le portable échoue sur le sable et la douceur évolue en autre chose. Ce baiser sage, presque chaste, devient plus urgent. Plus ardent.
Tybalt emprisonne mon visage dans ses mains, ses lèvres se pressent contre ma bouche avec plus de hargne et il se fraie un passage. Je cède. Quand sa langue chaude s’enroule autour de la mienne, je crois défaillir.
C’est chaud, mouillé, interdit, dément.
Je gémis entre ses lèvres, il m’embrasse plus profondément encore en me plaquant contre lui.
Et je l’embrasse en retour.
Je l’embrasse encore.
Je l’embrasse longtemps.
Quand je recouvre mes esprits, je m’arrache à lui, me lève d’un bond et cours jusqu’aux vagues qui lèchent le sable.
Je lâche un cri dans la nuit, perdue, affolée, consciente de l’erreur irréparable que je viens de commettre.
Mais la vérité, c’est que si c’était à refaire, je ne suis pas sûre que je changerais quoi que ce soit.

If you wanna be my lover…, d’Emma Green, histoire intégrale.

L’avis de Charlotte sur Hot Bastard de Sarah Dheilm


Coucou les étoiles. Je vous présente mon avis sur Hot Bastard de Sarah Dheilm aux Editions Addictives.

Titre : Hot Bastard

Auteur : Sarah Dheilm

Genre : Romance

Editions : Editions Addictives

Ebook :  4,99€

Résumé :

Alerte coloc sexy et arrogant !

Engagée pour être la nounou du célèbre chanteur des HotEverShot, Tabatha ne pensait pas que supporter Tomy, le prétentieux batteur du groupe, ferait partie du job !
Pour Tomy, cette intruse prend un peu trop ses aises et il met un point d’honneur à la remettre à sa place. Sauf que Tab n’est pas du genre à se laisser faire.
Mais quand le passé frappe à sa porte, le bad boy a besoin d’aide… une aide qui pourrait bien leur faire oublier leurs différends !
Débute alors une drôle de colocation où la confrontation fait peu à peu place à quelque de chose de bien plus torride…

Mon avis :

Tabatha commence un nouveau travail : elle devient nounou pour un des membres du groupe HotEverShot. C’est un métier qu’elle adore. Cependant, elle ne pensait pas devoir supporter, au quotidien, un autre membre du groupe : le batteur, Tomy. Ce dernier a tendance à être très, voir trop, présent au goût de la jeune femme. Tomy ne compte pas partir et il adore remettre Tabatha à sa place. Mais elle a du répondant, hors de question de se laisser faire ! La guerre commence entre eux, mais un événement vient perturber leur quotidien déjà mouvementé. Tomy se retrouve dans une situation inattendue et compliquée. Il va avoir besoin d’aide, une aide que seule Tabatha peut lui apporter. Est-ce que cela sera suffisant pour leur faire oublier leurs différents ? C’est parti pour une colocation explosive !

Tabatha est une jeune femme sûre d’elle, la plupart du temps. Elle assume ses envies, ses choix. Elle est dévouée dans son rôle de nounou, car elle adore les enfants.

Tomy profite de sa célébrité pour enchaîner les conquêtes et il ne s’en cache pas. Hors de question de tomber amoureux, d’être en couple et encore moins de fonder une famille. Même s’il trouve la relation entre Angèle et Davon magnifique (personnages principaux de Hot Reward).

Tomy est très proche de Davon et vit quasiment chez le couple, ce qui implique une colocation avec la nounou. Entre eux, l’entente est loin d’être bonne !

J’ai adoré retrouver Angèle et Davon, on suit leur histoire et je peux vous dire que mon cœur s’est serré pour eux, voire même peut-être arrêté ! L’auteure ne les ménages pas. J’ai aimé découvrir Tomy, qui, malgré son sale caractère, peut avoir un grand cœur et être là pour les gens qui comptent pour lui. J’ai eu plaisir à connaître Tabatha, elle est enjouée, pleine de vie, elle a un caractère assez fort pour ne pas se laisser déstabiliser par les « attaques » de Tomy et sait le remettre en place quand il le faut ! Ce qui donne des échanges mouvementés et des joutes verbales (que j’affectionne particulièrement). La tension entre eux est palpable !

L’auteure a su me surprendre à plusieurs reprises dans ce roman. Tant sur les événements concernant les personnages principaux que secondaires. Je ne m’attendais clairement pas à certains rebondissements. Les personnages principaux ont beaucoup à montrer une fois leurs cœurs ouverts… Certaines blessures marquent et transforment.

La plume de l’auteure est fluide et addictive. Les émotions ne manquent pas dans cet opus, avec lequel j’ai passé un très agréable moment. Merci aux éditions Addictives pour l’envoi de ce service presse !

Extrait :

Tiens, pas de photos pour Super Connard ? Ils le trouvent peut-être trop rustre pour apparaître sur la couverture d’un magazine ou je ne sais quel machin qui servira à la promo des Hots. Pourtant, avec son regard bleu acier qui tranche avec la noirceur de ses cheveux, sa mâchoire carrée rehaussée d’une barbe parfaitement taillée… Oh, tais-toi, Tab !
– N’y pense même pas, grommelle l’énergumène en question alors que son frère pose un regard pensif sur lui.
– Et pourquoi donc ?
– Parce que c’est son boulot à elle, certainement pas le mien.
La façon qu’il a de me pointer du doigt fait soudainement monter en moi une furieuse envie de le mordre.
– Sauf que Tabatha m’accompagne, intervient Angèle.
– Je ne garderai pas Betty. Tu n’as qu’à y aller sans cette fille !
OK, là, c’est le moment d’ajouter mon grain de sel et de jouer sur la corde sensible. D’abord parce qu’il peut bien faire un effort pour Angèle, qui a envie pour la première fois depuis qu’elle est sortie de l’hôpital de se faire plaisir. Et puis aussi parce que je me fais un devoir de le pousser dans ses retranchements. Il paraît que ça met de l’ambiance, non ? Ça tombe bien car justement, j’ai le sens du sacrifice.
– Enfin, Tomy, imaginez qu’Angèle fasse un malaise ? Ce sera sa première sortie, il me semble important qu’elle soit accompagnée, il ne faudrait pas qu’elle présume de ses forces.
Il reste bouche bée, ne trouvant rien à répondre. Tab 1 – Tomy 0.
– Je ne saurais pas m’occuper d’un bébé, je ne suis pas équipé pour, finit-il par bougonner.
– Ça veut dire quoi, exactement ? dis-je d’un air choqué. Qu’il faut une paire de seins pour savoir donner un biberon et changer une couche ?!
Mais c’est pas possible… Plus ça va et plus je lui découvre un côté sexiste qui me reste en travers de la gorge.
– Dans ce cas, s’amuse Davon, je crois qu’il m’en est poussé pendant la nuit.
– Fais voir, un peu ? demande Jay en soulevant le tee-shirt de son ami tout en riant.
– Et vous ferez comment quand vous en aurez un à vous, alors ? je poursuis. Ce sera madame qui fera tout le travail ?
– Je n’en aurai pas, ce sera toujours des soucis en moins. Et je ne parlais pas de ça. Betty pleure dix fois plus fort dès que je la porte. Vous n’allez quand même pas me la laisser ?
– S’il te plaît, Tomy, l’implore sa belle-sœur en faisant une moue que même moi je trouve adorable. Ça me ferait tellement de bien de sortir entre filles. Et j’ai envie de mieux connaître Tabatha.
Oh bon sang, il craque en un regard. Angèle 1000 – Tomy 0, si ce n’est moins. Il ne peut rien refuser à cette femme.
– Ne me fais pas ton air de chat potté, par pitié, la supplie-t-il en enfonçant son visage entre ses mains, s’avouant déjà vaincu, tandis que son frère et Jay chuchotent en plaisantant dans son dos que ça marche à tous les coups.
– Après, bien sûr, si vous préférez tenir compagnie à Angèle, vous pouvez vous charger du shopping. Qui sait, vous pourriez en profiter pour vous trouver une robe ou de jolis dessous, pour le jour où il vous poussera autre chose qu’une montée de testostérone.

L’avis de Carine sur Dark Ages de Kalvin Kay chez Black Ink Editions


✧˚₊‧୭⁺‿︵ titre : Dark Ages

‿︵⁺୭‧₊˚✧


Auteur : Kalvin Kay

Genre : Romance

Editions : Black Ink Editions

Ebook : 4.99 €

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Résumé : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Les Vikings déferlent sur les mers pour tout piller sur leur passage. Pictavia n’est pas épargnée.

Pour sauver son royaume, le roi n’a d’autre choix que conclure un pacte avec les envahisseurs du nord.

Quelques années plus tard, de grandes voiles assombrissent les côtes pour reprendre cette princesse picte qui leur a été promise.

Unique héritière du trône, Nola ne sait pas encore qu’elle doit épouser un homme qu’elle ne connaît pas. Enlevée par ces barbares, elle va devoir apprendre à vivre avec ce Viking qui ne cesse de la tourmenter. Jamais elle ne pourra aimer un homme aussi froid et méprisant.

Runn aspire à rester ce guerrier impitoyable et voit d’un mauvais œil cette étrangère que son roi et père lui impose comme épouse.

Pourtant, les dieux semblent s’acharner à les rapprocher. Face aux épreuves, ils devront s’allier et peut-être apprendront-ils à s’aimer au-delà de ce qu’ils avaient imaginé ?


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Mon avis :

Kalvin kay revient pour notre plus grand plaisir avec une nouvelle histoire et surtout, un nouveau genre avec Dark Ages, une sublime romance historique au pays des Vikings.

Avec Dark Ages, nous sommes en immersion immédiate dans le récit. Les scènes qui se succèdent dès les premières pages nous captivent dans une épopée guerrière qui nous offre bien entendu, son lot de témérités, de pillages, de sang et de conspirations. Un monde dans lequel les complots et la trahison étaient monnaie courante et où même être du même sang ne pouvait nous épargner. D’ailleurs, Kalvin Kay ne sera pas toujours très tendre avec ses personnages et leur fera subir de dures épreuves….

Nola se voit infliger un mariage qui la rebute. Elle la chrétienne, doit s’unir à Runn, ce rustre de Viking dont elle ne comprend ni la langue, ni les manières de barbare. La nuit de noce sera éprouvante et l’envie de se venger ne la quittera pas. Aucun des deux ne désirait cette union, mais le destin en a choisi ainsi et Runn doit s’y plier, car on ne peut contrarier les Dieux qui ont décidé pour lui de faire de Nola sa femme. Deux êtres que tout oppose, mais qui devront apprendre à se faire confiance pour survivre et sauver ce qu’ils ont. Au milieu des hostilités et des épreuves, va naître un attachement et des sentiments qui va consolider le lien qui les unis peu à peu.

Runn… le beau et barbare Runn. Cet homme froid et sans pitié. Un guerrier émérite sans âme, fils du roi qui devrait très vite prendre la place de Jarl à ses côtés. Entre Nola et lui, c’est le choc des cultures, le choc de la violence, c’est dur, ça fait mal. On aimerait tant détester le détester aussi, et pourtant… On découvre au fil des pages un personnage qui ne peut que nous toucher. J’ai vraiment craqué pour cet homme qui n’est pas infaillible et surtout, qui cache un cœur sous sa maille. Enfin, un cœur à sa manière Viking, mais un cœur qui ne peut que nous faire fondre. Et que dire de Nola, cette princesse Picte à la force de caractère inébranlable qui ne baissera jamais les bras et affrontera son destin comme une reine…

Lorsque l’on tourne la dernière page, on ne peut que dire une chose : On en veut encore ! On veut encore plus de scènes épiques, de scènes caliente, mais aussi de sang et de vengeance. Oui nous sommes dans une romance, mais ne nous voilons pas la face, nous sommes dans un récit de Viking et les Vikings, ça ne discute pas tellement… mis à part à coups de hache en pleine tête. Ça porte des peaux de bêtes, ça châtie à coups d’aigle de sang et ça boit du sang de corbeau dans des cornes. SKALL ! Les étoiles ! Je vous vends du rêve hein ? Et pourtant, c’est bien le cas. Car Dark Ages est pour moi un très beau coup de cœur. La trame est tellement bien imaginée et imagée. Les intrigues, les paysages, les tourments des personnages et les rebondissements dans le récit sont juste, parfaitement parfaits dans leur imperfection. Dans ce monde où qu’importe qui vous êtes, rien ne vous est acquis pour toujours, même le Vallahala ne vous est pas garantie suivant comment vous mourez. Non vraiment, dans ce monde fait de barbaries, de pillages, de soif de pouvoir et d’or, rien ne porte à croire qu’une aussi belle histoire d’amour va adoucir les pages et naitre sous nos yeux dans une tension magnifique entre deux personnes qui, de prime abord, se détestent. L’auteure réussit là d’ailleurs une belle prouesse en arrivant à ne pas nous faire douter des sentiments naissants entre Nola et Runn. Rien ne sera pur. Rien ne sera doux. Mais tout sera vrai et intense… Une belle histoire d’amour dans un monde de brutes qui va nous faire vivre un panel d’émotions énormes.

L’auteure a fait un superbe travail de recherche sur cette romance historique qui est pleine de détails sur les US et coutumes, les lieux, les Dieux, les religions et les guerres. Le vocabulaire est riche et en parfaite adéquation avec le récit. L’histoire des personnages est vraiment bien travaillée et l’imaginaire s’imbrique parfaitement dans la chronologie historique. Un grand bravo à Kalvin Kay pour ce beau travail, cette sublime histoire et merci pour ce beau voyage en terre du Nord. J’ai le droit de demander un second tome ? 😉 Please !!!!

Un grand merci à Black Ink Editions pour m’avoir permis de découvrir encore une jolie pépite en service presse numérique.


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Extrait : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

 Je ne comprenais rien à ce qu’il disait mais sa voix grave me fit frémir. Je détournai la tête, bien décidée à le braver. Il perdait son temps. Quoi qu’il fasse, je n’étais pas prête à obéir. Exaspéré par mon attitude, il me secoua comme du blé pour m’obliger à le suivre. Dans un élan de colère, je lui crachai au visage pour lui manifester tout mon mépris. Stupéfait, il essuya d’un geste rageur sa pommette. Mon cœur s’affola quand il releva la tête vers moi et que je décelai la tempête qu’il contenait devant la foule. Sans douceur, il passa ses mains autour de moi pour me soulever et m’emmener de force à l’intérieur. Je déversai toute ma rage sur lui, le bourrant de coups pour qu’il me lâche enfin. Mes cris redoublèrent, je battais des jambes pour me dégager. Il m’enserra plus fort et traversa la grande pièce. Il me jeta à terre au pied d’une estrade en bois sculpté avant de s’en aller. Ma tresse emmêlée laissa échapper une mèche de cheveux qui me barra la vue. Les poings liés, je me redressai quand on me pressa les joues pour relever mon visage. Je grimaçai de douleur quand un homme massif à la barbe grisonnante me jaugea avec intérêt. Son regard torve se promenait sur ma bouche avant de s’abaisser vers ma gorge. Je résistai à ses doigts, mais il raffermit sa prise pour m’empêcher de bouger. Il se rapprocha de ma joue pour me respirer avant de s’humecter les lèvres. Sa bouche révéla une rangée de dents limées qui me dégoûta profondément. Un sourire déforma ses traits quand il me relâcha et je massai ma mâchoire douloureuse. Les battements de mon cœur pulsaient jusque dans mes tempes quand un des Vikings brisa le silence oppressant. Je le reconnaissais. **

L’avis de Carine sur The Duke, un roman de Charlie Lazlo, chez Addictives Editions.


✧˚₊‧୭⁺‿︵ The Duke ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Auteur : Charlie Lazlo

Genre : Romance

Editions : Addictives

Ebook : 4.99 €

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Résumé : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Elle est libre. Il est libertin. Belle alliance ou mauvaise idée ?

Libertin, richissime et farouchement indépendant, Julian Langley, duc de Kingsberry, n’a absolument pas prévu de se marier.
Quant à la brillante et cultivée lady Georgia, voisine de ses terres, elle entend bien rester célibataire et continuer de mener sa vie et ses études autant que le lui permettent les règles et la bienséance du XIXe siècle anglais. Mais c’est compter sans sa belle-mère, qui veut lui imposer un mariage de convenance avec un vicomte répugnant. Alors, quand le duc de Kingsberry propose à Georgia un arrangement qui leur permettrait à tous les deux de rester libres, elle est tentée de dire oui. Mais Julian est arrogant, sûr de lui, riche, puissant… et célèbre pour ses frasques et ses nombreuses maîtresses !
Jusqu’où Georgia sera-t-elle prête à aller pour honorer son contrat sans renier sa liberté ?
Le duc ne sera-t-il pas le premier à s’en mordre les doigts ?

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Mon avis : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Quel plaisir de retrouver Charlie Lazlo avec cette magnifique romance historique qui apporte un vent de modernité à l’Histoire.

Les auteurs ont relevé le défi historique de main de maître en criant haut et fort les convictions de lady Georgia. Une femme née dans une époque qui l’attache à un rôle qu’elle exècre plus que tout, suivant, contre son gré, les règles et la bienséance du XIXe siècle anglais.

Alors qu’à Londres tout n’est qu’agitation pour préparer le début de la saison des évènements mondains, Lady Georgia n’a que faire des belles toilettes et des heures passées chez la modiste pour se pavaner dans les soirées mondaines et faire son entrée dans le monde, (et voyez plus là, trouver un mari convenable à son rang, un genre de marché où les jeunes filles sont exhibées et où les hommes non mariés n’ont plus qu’à faire leur choix). Non. Lady Georgia se complait plutôt à l’étude des sciences, des astres, ou encore à chevaucher les vertes prairies de Chester Coldfield loin du tumulte Londonien. Et j’entends par chevaucher, vraiment chevaucher ! Comme un homme ! Lady Georgia a été élevée par son père qui l’a toujours laissée libre à ses activités, bien loin d’être appropriée pour une jeune fille de cette époque.

De nature très curieuse, déterminée et lumineuse, sa soif d’apprendre est incommensurable. Son comportement ne correspond en rien à ce qu’on attend des femmes, même si bien entendu, elle sait parfaitement faire et se tenir lorsque cela est nécessaire. Seulement, sa liberté est sacrée et elle compte bien en profiter le plus longtemps possible. Mais voilà que sa belle-mère décide pour elle et la fiance sans qu’elle puisse riposter à un homme qui la répugne. Comment refuser ce mariage alors que les femmes n’ont pas mot à dire ? Comment garder son indépendance ?

Julian Langley, duc de Kingsberry est un homme dirigiste, exigeant et surtout il est libertin. Mais il sait bien que malgré sa liberté qu’il chérit, il ne pourra plus éviter le mariage bien longtemps. Pourtant, hors de question de s’encombrer d’une oie blanche dont les seules activités sont de papillonner des cils et broder entre le changement de deux toilettes. Le Duc ne cesse de voyager, que ce soit pour le roi ou ses affaires, et il ferait de toute façon, un bien piètre mari. D’autant plus qu’il préfère jouir (et faire jouir) des femmes d’expériences qui ne vivent pas dans l’oisiveté. Ses soirées, il les passe auprès de couturières, d’actrices, de chanteuses. Des femmes qui ne sont pas farouches au plaisir qu’elles peuvent lui donner et il leur rend bien. Mais une rencontre étonnante au détour d’un chemin pourrait bien tout changer et faire naître une alliance qui lui permettrait de rester libre tout en étant marié. C’est possible ça ? Cela se pourrait. Cependant, avec leurs caractères bien trempés, ce n’est pas gagné !

Les plumes de Charlie Lazlo m’ont transportée d’un bout à l’autre. Déjà dans un premier temps avec les échanges épistolaires si bien mis en place. Puis avec cette alchimie qui se dégage des protagonistes. L’évidence même. Pétillante, mordante et tendre. Mais aussi, cette sensualité débordante au fur et à mesure des pages qui m’a littéralement envoûtée toute en me frustrant, mainte et mainte fois. Entre les piques mordantes et pleines de véracités, les joutes désopilantes, et ce besoin d’évasion et de liberté, l’histoire n’a pas un raté.

Lady Georgia est si impétueuse, vivante et avide de culture, si libre, si solaire, si cultivée… Une femme moderne qui n’a pas été brimée dès son enfance pour rentrer dans le moule qui lui était destiné. Malheureusement, la marier contre sa volonté, c’est comme la tuer à petit feu. Ne plus chevaucher dans les plaines, ne plus s’éduquer, ne plus respirer sous ses corsets… Malgré les frasques qui font la réputation du Duc, elle ne peut pas refuser sa proposition qui lui semble être sa seule échappatoire. Mais tiendra-t-il parole face à ses conditions ? Conditions qu’elle va cependant rapidement regretter… Tout comme Julian comprendra bien trop tard combien il sera dangereux d’être uni à cette ensorceleuse aux boucles rousses.

Si Julian est présenté comme un homme dirigiste et froid, on va vite s’immiscer sous sa carapace et comprendre tout ce qui le mine et l’anime. Tout ce qui le rend tel qu’il est face à l’amour, face aux femmes. Femmes qui, contre toute attente, il respecte bien plus que ne le font les hommes de son milieu. C’est pourquoi il ne réfléchit pas lorsqu’il propose une alliance à Georgia. Elle est si différente des jeunes filles naïves de bonne famille et sera parfaite à ses côtés. Georgia qu’il se doit pourtant de garder à distance dès qu’il comprend qu’il s’est fourvoyé en pensant que la cohabitation serait simple. Il joue le chaud et le froid tandis qu’elle, joue au chat et à la souris. Une belle oie blanche qui le fascine. Une oie blanche tentatrice et séductrice. Une oie blanche qui va le rendre fou ! De désir ? D’amour ? Ou fou furieux ?

The Duke, un sublime moment de lecture ! J’ai passé un excellent moment avec Julian et Georgia et surtout, j’ai appris tant de choses… Les plumes des auteurs sont fluides malgré le langage soutenu qui est très bien employé. Toujours aussi addictive, elles nous gardent prisonnières de leur récit dans un très bon rythme qui ne nous permet pas de faire des pauses. Les rebondissements et les changements de lieux, de décors rendent la lecture aérienne et nous offrent à nous aussi ce sentiment de liberté. L’histoire d’amour est belle et les auteurs nous alpaguent dans le roman pour que nous vivions au travers de Julian et de Georgia, les conditions abjectes des mentalités et des comportements de la haute société de cette époque et la manière dont sont traitées les femmes. L’intrigue se devine facilement, mais cela n’enlève en rien l’addiction de la lecture. Les scènes explicites quant à elles ne sont pas si nombreuses, mais elles sont merveilleuses… Passionnées. Julian s’ouvre peu à peu sous le désir qu’il ressent tout en gardant comme il peut son sang froid face à l’innocente Georgia qui, elle, ressent beaucoup trop de choses incontrôlables, inavouables et inconnues pour ne pas tout tenter et le faire craquer. Leur relation va prendre le temps de se mettre en place, les sentiments vont éclore, doucement, mais leur profondeur, elle, est indéniable. Et les émotions que l’on peut ressentir n’en sont que décuplées par cette attente qui nous ronge.

Une très belle romance autour de la condition de la femme au XIXe siècle qui n’avait pas son mot à dire et encore moins le droit d’accéder à la culture. The Duke est un peu une ode au féminisme et à la liberté. J’ai particulièrement apprécié les références sur les mœurs et coutumes de l’époque dans cette société menée par des hommes. Mais aussi, les découvertes, les inventions, et le marché entre l’Angleterre et les Amériques que j’ai trouvés très intéressant d’en lire un bout d’Histoire. Un fond de véracité au récit qui lui donne ainsi plus de poids tout en gardant son caractère si léger et si enjoué grâce à deux protagonistes qui font briller le soleil au milieu de la pluie. Bon d’accord, plutôt un soleil qui brille face à la lune, une belle lune on dira. Mais Georgia aime tant admirer les astres et les comprendre… Que voulez-vous ? Soupir…

Un grand merci aux Éditions Addictives pour m’avoir permis de découvrir cette sublime lecture, légère et si forte à la fois.

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Extrait : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

– Que savez-vous exactement de mes voyages, Georgia ?
– Je sais ce que vous m’en avez dit, l’autre jour, au musée… Je sais aussi que vous voyagez même lorsque vous êtes à Londres, et à toute heure, si j’en crois vos absences ces dernières nuits…
Je raffermis la pression de ma main contre la douce cambrure de son dos.
– Seriez-vous inquiète, ma chère ? Ou pire, jalouse ?
Deux prunelles grises me fixent, furieuses ou goguenardes, je ne sais pas.
– Je ne fais que constater et converser un peu.
Ma jambe droite s’immisce un peu plus entre ses cuisses, contre le tissu aérien de sa jupe. Mon bassin frôle son ventre. À dessein, même si le contact a été aussi fugace et discret que possible pour éviter tout scandale.
– Et moi je crois, ma chère épouse, que n’en déplaise à vos beaux discours, vous vous êtes ennuyée sans moi.
Georgia rougit légèrement, une fois de plus. Mais, tandis que je contrains son dos à s’incliner contre ma main, elle redresse le menton.
– Sans doute n’ignorez-vous pas que l’on peut passer seule des moments très agréables. Pour ma part, j’ai apprécié grandement les plaisirs solitaires dans notre lit cette semaine. Ils étaient aussi stimulants qu’enrichissants, figurez-vous.
Elle relève encore un peu plus son adorable menton pointu.
– Vous savez que l’on n’est jamais si bien servie que par soi-même, Monsieur, n’est-ce pas ?
L’idée instantanée de mon épouse se caressant en mon absence comme elle vient de l’évoquer sans fard me donne l’envie immédiate de l’enlever pour aller la prendre dans la voiture qui nous attend dans la grande cour.
Pour lui prouver que ma bouche dévorant son sexe, luisant de son désir pour moi, vaudra tous les plaisirs solitaires qu’elle a pu se donner cette semaine alors que je la fuyais pour ne pas céder à ses formes tentatrices.
J’arrive à me freiner alors que la valse s’achève. Mais pas semble-t-il à me taire.
Malgré ma mâchoire contractée par le désir, je parviens même à lui adresser un sourire désinvolte.
– Permettez-moi, Madame, de vous démontrer le contraire ce soir.
J’observe les prunelles arrondies qui me dévisagent.
– Rentrons, voulez-vous ?

***

The Duke, de Charlie Lazlo, histoire intégrale.

L’avis de Carine sur Ana – Tome 1- un roman de Belinda Bornsmith chez Cyplog Editions


✧˚₊‧୭⁺‿︵ titre : ANA : Tome 1  ‿︵⁺୭‧₊˚✧


Auteur : Belinda Bornsmith

Genre : Romance

Editions : Cyplog

Ebook : 5.99 €

Broché : 18.90€

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Résumé : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

En quelques secondes, une vie peut s’effondrer et ne plus se résumer qu’à un sentiment de désespoir, d’impuissance et de regrets. Kelsie en fait la brutale expérience un soir d’octobre.

Tout ce qui lui importe désormais est de rejoindre sa mère, qui vit sur la côte Est, et de se réconcilier avec elle. Accompagnée de Curt, son meilleur ami, et du chien de ce dernier, la jeune femme se lance dans un périple dangereux à travers un pays dévasté, où seule la loi du plus fort prévaut.

Quand, dans des conditions brutales, sa route croise celle du capitaine Josh Turner et son unité, leur attirance est immédiate et d’une intensité surprenante. Et lorsque militaires et civils décident d’unir leurs forces pour atteindre leurs destinations respectives, cette relation va prendre une tournure bien plus profonde, au milieu d’un terrible chaos.

Une rencontre malheureusement condamnée dès le départ.

Car au bout du chemin, tous deux savent… qu’aucun avenir n’est possible entre eux.


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Mon avis : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Lorsque j’ai débuté ma lecture, me voilà d’emblée avec trois surprises de tailles. Allaient-elles m’empêcher d’en d’apprécier ma lecture ? Pour deux d’entre elles, j’ai vraiment douté.

Première surprise, l’auteur narre à la troisième personne son récit. Il me faudra un certain temps pour me plonger dans l’histoire qui cependant s’annonce vraiment intéressante avec une trame originale et chaotique. Puis, seconde surprise, ne lisant pas les résumés, me voilà à faire la connaissance de Kelsie et me demander alors : Mais qui est ANA ? ANA qui devrait être logiquement le principal élément du roman. Belle surprise je vous dirais, et surtout, premier rebondissement qui annonce la couleur de la troisième surprise qui elle, ne peut que me déplaire, en apparence. Car dès les premières pages on sait. On sait que quoi qu’il se passe, qu’importe de qui Kelsie va tomber amoureuse, qu’importe le chemin que l’on va faire avec elle… Avec eux… Il n’y aura aucune issue pour aucun d’eux. C’est un peu comme si j’avais lu la fin avant de débuter ma lecture… Et ça… pour moi, c’est rédhibitoire. Qu’importe si le roman est une Bad End tant que je ne sais pas que cela en sera une.

Malgré tout je suis de nature curieuse et, je me pose la question. Comment Belinda Bornsmith, autrice que j’apprécie énormément pour ses romances, peut-elle arriver à alpaguer son lecteur et lui faire vivre tout de même l’aventure qui attend Kelsie, tout en sachant qu’aucun avenir ne semble possible ? Est-ce qu’une Bad End veut automatiquement dire une fin triste ? Non. Le cheminement peut nous mener à comprendre que les fins peuvent se comprendre différemment. Admettons que Kelsie n’ait pas d’avenir avec son amoureux, est-ce triste pour autant? Est-ce que cet amour justement dans de telles conditions, ne peut-il pas les amener à vivre un bonheur encore plus intense ?

À l’heure où je vous écris ses lignes, je n’ai absolument aucune idée de la fin de l’histoire ! Bad End ou Happy End mystère car, l’auteure se joue parfaitement de nous ! Mais une chose est certaine, le scénario est bon ! D’enfer même. Je n’ai à ce jour qu’une seule hâte, être déjà plongée dans le second tome.

ANA… Une romance qui ne peut laisser indifférent. Un scénario brillant, une écriture qui nous transporte et nous fait frémir de différentes manières. L’auteure réussit le pari de nous captiver tout le long du roman dans une atmosphère oppressante. J’ai eu tellement du mal à le lâcher que je l’ai lu en deux jours. Autant dire que je l’ai dévoré. Et que dire de cette couverture ? Splendide et tellement représentative.

Belinda Bornsmith nous offre là un sujet pas commun et nous plonge dans un univers angoissant avec beaucoup de réalisme qui nous permet de ressentir un panel d’émotions fortes. On a peur. Peur pour nos héros auxquels on va vite s’identifier malgré la narration à la troisième personne. Mais aussi peur pour nous ! On se sent autant concerné qu’eux. Et si cela nous arrivait ? Que ferions-nous ? On prend conscience que leur cauchemar pourrait être aussi le nôtre, car on ne peut que s’imaginer que le chaos qui règne autour d’eux serait fatalement la suite des choses. Puis viennent les questionnements, les et si… Les remords, les regrets, les envies de pardonner et d’être auprès de ceux qu’on aime. Lorsque tout bascule en un seul petit fragment de secondes, Kelsie décide de rejoindre sa mère alors qu’elle ne lui a pas parlé depuis des années. Un périple sur des routes dangereuses et dévastées sans possibilité de retour en arrière qu’elle partagera avec Curt son meilleur ami et son chien Flash. Ils feront des mauvaises rencontres, mais aussi des bonnes qui donneront un souffle beaucoup plus émotionnel au récit. Plus particulièrement lorsque le destin mettra sur leur chemin le capitaine Josh Turner et son unité. Ces hommes censés rentrer auprès de leurs familles, vont faire le choix de les accompagner sur un bout de chemin et d’unir leurs forces pour les protéger. Une dernière mission au nom des valeurs humaines que tous chérissent. Mais aussi peut être, celui de la bombe qui explose dans le cœur de Josh lorsqu’il se retrouve face à Kelsie. Entre eux, l’attraction est immédiate et d’une intensité particulièrement surprenante… Ça crépite, ça chauffe, cela monte encore et encore jusqu’à nous liquéfier d’une attente insoutenable de voir cette attirance prendre une tournure bien plus profonde. Mais…

ANA plane au-dessus d’eux avec son épée de Damoclès. ANA qui nous effraie par son côté réel au possible. ANA, avec qui Belinda Bornsmith fait le choix de mettre en avant les qualités humaines et les sentiments.

Du côté des personnages, on est sur du classique, mais efficace. Une sublime fille très douce et gentille, un meilleur ami complètement dévoué. Un groupe de soldat prêt à tout pour aider son prochain. Ils ont tous été cependant adroitement développés pour qu’on s’y attache en introduisant notamment les liens fort de la famille, de la solidarité et de l’amitié. L’auteure prend le temps de crédibiliser son récit et ses personnages dans un ensemble pour que le tout soit une belle cohérence dans leur manière d’agir. Un parfait dosage entre l’ambiance apocalyptique et les relations complexes de la nature humaine. De l’Homme face à sa survie et à son humanité qui s’envolent saccageant tout sans foi ni loi, comme des fauves lâchés dans la jungle avec pour seule règle, celle du plus fort. Le désespoir… mais au milieu de tout, dans la balance de la vie, il y aussi l’espoir. L’espoir que les valeurs humaines comptent encore pour certains… Pour Kelsie, Curt, Josh, Saul, Isaac et Lucky, sans oublier Flash. Tous attachants, généreux, courageux, et d’une belle sensibilité.

ANA, une magnifique histoire à découvrir impérativement. Un roman extrêmement touchant et captivant. Une histoire forte de valeur et de sentiments, parfaitement imagée et angoissante au récit très bien mené. J’ai vraiment passé un excellent moment avec cette lecture et vous dire à la fin que l’on déteste l’auteure… serait un doux euphémisme. Je crois bien que malgré tous les Cliffhangers que j’ai pu lire, celui-là m’a complètement chamboulée.

Retournée.

Coupée le souffle…

Et ce jusqu’au dernier mot de la fin.

Non, mais elle est où la suite !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!?????????

Un grand merci aux Éditions Cyplog pour m’avoir fait découvrir cette sublime lecture en service presse numérique.


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Extrait : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Kelsie hocha la tête, puis se dirigea vers le côté passager et prit place sur le siège. Une fois débarrassée de son manteau, son sac à dos calé près de ses pieds, elle avisa la carte à moitié dépliée sur le tableau de bord, alors que Curt grimpait derrière le volant. Dans le même mouvement, il glissa son fusil entre eux.

À portée de main.

Sa gorge se serra.

Mon Dieu, comme leur vie avait changé depuis ce jour ! Elle le repoussa de sa mémoire, préférant se concentrer sur le périple qui les attendait.

Son seul but : atteindre leur destination.

Curt démarra et la gorge de nouveau nouée, Kelsie regarda une ultime fois l’immeuble, avant de le laisser définitivement derrière elle… Au bout de l’impasse, le Hummer s’engagea dans les rues désertes d’une ville fantôme.

Quelques minutes plus tard, il déboucha sur un carrefour, emprunta une avenue qui, à elle seule, résumait le spectacle désolant de toute la métropole : voitures abandonnées ou carrément incendiées, vitres explosées en mille morceaux, magasins pillés, poubelles renversées sur la voie publique, détritus…

Le visage sombre, Kelsie contempla le décor, toujours aussi perturbée par ce tableau consternant. Elle ne comprendrait jamais la race humaine : ses débordements, sa folie, même dans les moments les plus difficiles où l’union aurait dû être de rigueur. Ses yeux s’attardant sur les façades balayées par la bruine, elle se demanda soudain combien d’habitants se cachaient encore derrière ces murs…

Et parmi eux, combien n’avaient plus personne en ce bas monde ? Avaient-ils trouvé de l’aide quelque part ? Chez un voisin ? Un ami ?

Elle l’espérait de tout cœur.

Sa poitrine se serra lorsqu’ils passèrent devant une boutique de fleurs – sa vitrine en bon état devait certainement son salut à la grille qui la protégeait. De sa vision périphérique, elle vit Curt jeter un regard dans la même direction, sans un mot.

Le véhicule continua sa route. Pas une âme à l’horizon. Seulement un silence oppressant.

L’avis de Charlotte sur L’inconnu Sexy de Marion Laurent


Bonjour les étoiles. Je vous présente mon avis sur L’inconnu sexy de Marion Laurent aux Editions Addictives : une romance pleine d’humour !

Titre : L’inconnu sexy

Auteur : Marion Laurent

Genre : Romance

Editions : Editions Addictives

Ebook :  4,99€

Résumé :

Et si jouer sa petite amie était le rôle de sa vie ?

Éternelle romantique, April est une actrice qui enchaîne les publicités au lieu des premiers rôles. Matt, quant à lui, est un riche trader aux allures de Thor qui fuit l’amour comme la peste.
Quand ils se rencontrent dans les rayons d’un grand magasin, Matt sort d’une conversation téléphonique avec sa mère. Tous les ans, à la Saint-Valentin, c’est la même histoire ! Elle lui met la pression pour qu’il vienne accompagné au repas de famille. Sauf que cette année, il a dit oui.
Lorsqu’il croise le regard d’April, Matt croit avoir trouvé la solution idéale pour faire illusion auprès des siens et être tranquille. Il fait une proposition à la jeune femme : jouer le rôle de sa petite amie. La date d’expiration est claire : le 14 février au soir. Seul problème, April risque de prendre son rôle un peu trop à cœur… Saura-t-elle abattre les barrières que Matt s’est fixées ?

Mon avis :

April rêve d’être actrice, mais pour l’instant elle se cantonne à des rôles dans des publicités. Elle n’en reste pas moins une éternelle romantique. Matt est trader, il gagne bien sa vie, c’est un bel homme aux allures de Thor, mais pas question pour lui de laisser de la place à l’amour.
Ils se croisent un peu par hasard et de fil en aiguille, il propose à la jeune femme de jouer le rôle de sa petite amie pour une seule et unique journée. April, saura-t-elle garder la distance nécessaire ? Matt, gardera-t-il les barrières qu’il s’impose ?

April est un personnage surprenant. Elle a une petite particularité qui la rend unique, très attachante et marrante malgré elle. Elle a ses petites « bizarreries » qui la rendent terriblement touchante.
Matt a une cuirasse bien en place et s’interdit toute relation d’une durée supérieure à une nuit. Pour lui, il est impensable de se laisser piéger par les sentiments et il ne veut pas faire de place à l’amour dans sa vie.

Matt se surprend lui-même par la proposition qu’il fait à April : passer une journée en famille avec lui pour jouer le rôle de sa petite amie et ainsi calmer sa famille, notamment sa mère, qui s’impatiente de le voir rencontrer quelqu’un.

Ensemble, ils vont devoir composer le rôle d’un couple ce qui donne droit à des scènes plutôt cocasses, embarrassantes ou marrantes. Alors qu’April joue ce rôle à la perfection, Matt de son côté ne s’investit pas franchement dans le personnage. Arriveront-ils à faire illusion ?

J’ai beaucoup ri grâce à April, mais aussi avec le gardien de son immeuble qui par des surnoms particuliers et aux jeux de mots qui en découlent, laisse place à d’énormes quiproquo et beaucoup d’ambiguïté.

J’ai beaucoup aimé l’amitié durable et sincère entre April et Jen, sa coloc. Cette dernière est d’une bienveillance à toute épreuve et d’un soutien sans faille.

Cette romance pétillante est très rythmée. Elle mêle avec justesse humour, tendresse et sentiments. J’aime toujours la plume fluide de l’auteur et j’ai passé un très bon moment de lecture avec « l’inconnu sexy ». Merci aux éditions Addictives pour l’envoi de ce service presse.

Extrait :

– Mais allez-vous arrêter de bouger à la fin ! dis-je en lui attrapant les poignets à la volée.
– Co… Co… Connard ! s’écrie April en continuant de s’agiter malgré tout.
Sans réfléchir, je me jette sur elle et pose ma main sur sa bouche. Ses yeux s’arrondissent de surprise et un voile vient troubler son regard. Pour contrer ses gestes, je suis obligé de bloquer son corps avec le mien. Mon cœur s’accélère. Sa peau est brûlante, incandescente même. J’ai la sensation de me consumer. Un long frisson me parcourt l’échine. Mon regard s’ancre dans le sien et une poussée de désir naît entre mes cuisses. Cette fille m’exaspère autant qu’elle m’intrigue, m’énerve autant qu’elle m’excite.
Et bon sang, que je suis énervé en cet instant précis !
Nos visages ne sont qu’à quelques centimètres l’un de l’autre. Un parfum de vanille vole jusqu’à mes narines et une folle envie de la goûter me traverse l’esprit. Son regard est empli de peur, de désarroi et d’excitation. Sa poitrine se soulève de plus en plus rapidement. Ses pupilles se dilatent et elle arrête enfin de bouger. Après quelques secondes, je retire doucement ma main de sa bouche.
– Ça y est, vous êtes calmée ? murmuré-je.
– Vous n’êtes qu’un c… commence-t-elle.
Poussé par une excitation soudaine, une pulsion sexuelle incontrôlable, j’oublie tous mes principes. Je ne la laisse pas finir sa phrase et je plaque ma bouche sur la sienne. Le seul moyen de la faire taire ? Ou de calmer mes ardeurs.

Comment éditer son livre soi-même ? La réponse est : l’auto-édition.


L’auto-édition

Longtemps l’auto-édition a été considérée comme une édition “bas de gamme“. Des histoires non-retenues par des maisons d’édition… Des auteurs souhaitant garder leur liberté d’écriture… mais souvent interrogeant de fait le lectorat quand à la qualité du roman, car une chose est certaine, un bon roman auto-édité demande de revêtir plusieurs casquettes, et ce n’est pas si simple que cela.

En tant qu’auteur auto-édité, après avoir écrit votre roman, il vous faudra être aussi éditeur. Et ce point n’est pas le moindre car il comprend beaucoup de travail.

Les différentes étapes :

  • Relecture
  • Correction orthographique syntaxique

Une correction parfaite sur le fond et la forme. Le fond : l’histoire, ses incohérences, les améliorations à apporter à votre récit, les personnages à approfondir, des passages à étayer ou à couper… Les bêtas sont ici un bon atout, car ils seront vos premiers lecteurs. La forme : les mots utilisés, l’orthographe, la syntaxe, la ponctuation, la conjugaison, la grammaire etc… Que vous soyez bon en orthographe, ou que vous ayez des bêtas qui sont passés sur votre roman, faire appel ensuite à un correcteur professionnel est recommandé. Laisser trop de fautes peut desservir votre roman, mais aussi l’ensemble des auteurs auto-édités. Proposer un texte de qualité est primordial.

  • Version finale

Mise en page (texte, couverture, choix du titre, synopsis) La mise en page doit être soignée et confortable pour la lecture. Les lecteurs sont aussi très sensibles à l’aspect visuel du texte.

La Cover : choix très important. Attirer le regard, créer le désir de découvrir l’histoire, inciter à l’achat. Là encore on ne peut pas s’inventer être du jour au lendemain graphiste. Faire appel à un pro est recommandé. Si vous décidez de la faire vous même, attention d’utiliser une photo légale et un format adapté ! N’hésitez pas à vous inscrire sur www.dragonfly-design.org/conseil-gratuit où vous trouverez de nombreux conseils.

Rédaction de la 4e de couverture. Ne pas trop en dire, mais en dire assez pour susciter l’envie d’en savoir plus. Conception de la première page.

  • Fixer son prix.
  • Souscrire aux formalités administratives et juridiques. Dépôt légal BNF et numéro ISBN devant figurer sur tous les exemplaires d’une même œuvre soumise au dépôt légal.
  • Impression en format papier, ou la mise en ligne pour un format numérique. Trouver le bon imprimeur.
  • Promotion de votre livre

Puis s’en vient le circuit de distribution, la vente et la promotion de son ouvrage. Et dans le cas d’un livre papier : le suivi d’impression, le stockage et les envois postaux. La promotion de votre livre se présente comme le véritable le nerf de la guerre, car sans promotion, pas de visibilité et sans visibilité, pas de ventes. Pas de ventes, pas de lecteurs ! Le produit doit être bon, mais le lancement doit être impeccable.

Attention de ne pas entrer dans la formule « je vous vends mon livre à tout prix » mais plutôt à une bonne communication pour donner envie aux lecteurs de le découvrir.

  • Les réseaux sociaux aujourd’hui sont un bon atout. Ils seront un bon départ pour un bouche à oreille. Commencez par ouvrir votre page auteur sur différents réseaux tel que Facebook, instagramm etc..
  • Faire appel à des bloggeurs, booktubers… peut vous donner de la visibilité pour le départ, mais attention de choisir des blogs qui lisent votre univers.
  • Mise en ligne d’extraits, concours sur votre page auteur ou dans des groupes de lecture.
  • Participez à des salons du livre.
  • Visitez les libraires si vous disposez d’exemplaires papier.
  • Se faire référencer sur des annuaires.
  • Créer votre propre blog. (atu, partage de chroniques, ventes en ligne)

Vous voulez qu’on s’intéresse à vous ? Pensez aussi à vous intéresser aux autres.

Il faut savoir qu’il existe beaucoup d’outils pour vous aider, mais aussi, que tout cela à un coût. Cependant vous pouvez aussi passer par des plateformes tel que Amazon Kindle Direct Publishing qui sera une bonne passerelle pour publier à moindre coût. Mais aussi, vous simplifiera un bon nombre de tâches.

Voilà un petit topo qui n’est certes pas complet, mais qui peut déjà vous donner une idée sur l’auto-édition dans sa globalité. Aujourd’hui beaucoup d’auteurs se lancent dans l’auto-édition et font un travail remarquable. Des auteurs de talent s’auto-éditent ou encore ont débuté de cette manière avant de rejoindre une maison d’édition. Beaucoup font aussi les deux.

Alors, l’auto-édition vous fait de l’oeil ? Vous souhaitez vous lancer, mais vous ne savez pas par où commencer ? Vous êtes auto-édité et avez besoin d’aide ? Je peux aussi vous recommander le guide publié par Shana Keers Auteure auto-édité où vous trouverez encore plus d’informations, complètes et concrètes pour vous aider dans votre démarche. Mais aussi:

AVANCER DANS L’AUTO-ÉDITION AVEC SÉRÉNITÉ: Écriture, publication, communication…

« UN GUIDE PRATIQUE DESTINÉ À TOUS LES AUTEURS, NOVICES COMME CONFIRMÉS » – TAMARA BALLIANA, ROMANCIÈRE. . « UN GUIDE IDÉAL POUR COMPRENDRE LES FACETTES DU MÉTIER D’AUTEUR AUTO-ÉDITÉ ET DEVENIR UN VRAI PRO. » – LÉA TRYS . Ces guides sont des feuilles de route pour vous aiguiller dans cette fabuleuse aventure en vous apportant plus de 250 outils utiles à l’auto-édition: écriture, publication, communication et marketing n’auront plus de secrets pour vous. Ils vous seront précieux pour ne pas vous éparpiller, et vous accompagneront dans les différentes étapes de votre projet, de ses prémices jusqu’à sa publication. Sans oublier les conseils pour que votre ouvrage vole de ses propres ailes et trouve son public

Et vous les étoiles ? Que pensez-vous de l’auto-Edition ?

J’espère que ce petit article a pu vous apporter quelques lumières. Si vous avez des conseils à rajouter n’hésitez surtout pas !

L’avis coup de cœur de Charlotte sur Troubled Hearts 3 : le droit au bonheur de Marie Anjoy


Coucou les étoiles. Je vous présente mon avis coup de cœur sur Troubled Hearts, tome 3 : le droit au bonheur de Marie Anjoy publié chez So Romance

Titre : Troubled Hearts, tome 3 : le droit au bonheur

Auteur : Marie Anjoy

Genre : Romance

Editions : So Romance

Ebook :  6,99€

Broché : 17,99€

Résumé :

Qui du libertin notoire ou du séduisant œnologue arrivera à séduire la farouche Clémence ?

Lorsque Clémence, brillante avocate à Paris, retrouve ses amis dans leur propriété bordelaise, elle n’imaginait pas croiser la route de deux mâles aussi séduisants que différents l’un de l’autre.
L’un est une relation de Robert, juge réputé, libertin notoire, adepte de jeux érotiques très particuliers dont elle-même est friande. L’autre, le trop sage œnologue qui officie sur le vignoble de Suzie, réveille en elle autant de blessures que d’espoirs si longtemps dissimulés.
Alors, entre plaisirs charnels débridés et l’opportunité d’une forme de stabilité, qui de Lucas ou Mateo saura toucher son cœur ?

Mon avis :

Clémence retrouve ses amis Robert et Suzy dans leur propriété bordelaise. C’est là qu’elle fait la rencontre de deux hommes très différents : l’un, Lucas, est juge et libertin. Il a des mœurs plutôt libérées et des envies pleinement assumées. Ils se retrouvent dans leurs envies de jeux érotiques plutôt particuliers. L’autre homme, Mateo, est un employé de Suzy dans le domaine viticole. Il est l’opposé de la jeune femme. Il est plutôt sage malgré un caractère bourru. Ce dernier réveille chez Clémence des blessures profondément enfouies.

J’avais rencontré Clémence dans les précédentes, mais de façon plutôt rapide et je ne pensais pas pouvoir l’apprécier. Un préjugé rapidement éclipsé par cette personnalité complexe tantôt séductrice, loin d’être farouche, sûre d’elle, tantôt émotive et touchée plus qu’elle ne le souhaiterait par certaines choses.

Chacune des facettes de sa personnalité convient à un des hommes qu’elle a rencontré. Son côté libertin matche bien avec Lucas avec qui elle peut assouvir ses besoins, même les plus inavouables. La partie plus naturelle et à fleur de peau de sa personnalité correspond bien mieux à Mateo, alors qu’il ne souhaite clairement pas une aventure d’un soir, mais plutôt s’investir dans les relations qu’il entreprend et l’exclusivité n’est pas une option avec lui.

Cette romance ne manque pas de piquant, de plaisir charnel, de passion, mais aussi de tendresse de doute et de remise en question. Chaque personnage rencontré dans ce tome : Clémence, Mateo, Lucas, Enzo (le neveu de Mateo) à son lot de souffrance et ils ont su me toucher d’une manière ou d’une autre. Bon, il y en a un que j’ai aussi détesté, mais je vous laisserais comprendre pourquoi en lisant ce tome.

J’ai aussi beaucoup aimé retrouver les personnages principaux des opus précédents : Robert et Suzie, bien entendu, mais aussi Nick et Meg.

Ce troisième opus ne manque pas de sentiments et d’émotions, comme le précédent, ce tome est terriblement addictif, je dirais même que c’est celui qui m’a le plus séduit jusque-là des 3 tomes. Clémence a su me surprendre par sa personnalité complexe et ses blessures qui font d’elle ce quelle est aujourd’hui. La plume de l’auteur m’a une nouvelle fois captivé, je n’ai pas vu le temps passer.

Un beau message d’espoir qui me donne envie de faire confiance à la vie que chaque coup dur fera place à de beaux moments… Merci Marie Anjoy pour l’envoi de ce service presse.

Extrait :

Chemin faisant, nous croisons Robert.

— Je m’inquiétais, ne te voyant plus dans les parages.

— Ah oui ? Pour moi ou pour les hommes que je pourrais séduire ? Sache que ton jumeau de cœur m’a déjà fait la leçon, ajouté-je devant son air déconfit. Promis, je serai sage comme une image. Sauf si j’en trouve un à ma mesure. J’espère que ta maison est bien insonorisée ?

— Clem ! 

— Oh, je t’en prie ! Je constate que ton sens de l’humour ne s’améliore pas au fil des ans.

— C’est ça ! Comme si tu plaisantais !

— Aurais-tu peur que je dévergonde tes relations coincées du c…

Robert m’empoigne par le coude et m’entraîne à l’écart de Lucas et Marie, me coupant au milieu de ma phrase.

— On se calme. OK ?

— Quoi ? Je ne peux plus rigoler ? Si tu n’apprécies pas mes manières, tu aurais dû t’abstenir de m’inviter. Et j’y suis pour rien si tes fréquentations sont super collet monté ! Quoique Lucas me semble suffisamment déluré pour répondre à mes besoins. Mais je ne voudrais pas empiéter sur les platebandes de la petite, donc est-ce que elle et lui… ? m’informé-je.

— Marie n’est pas son type. Par contre toi, oui. Vous devriez bien vous entendre.

— Eh bien, voilà ! Je te remercie de nous avoir placés à la même table.

— Tâche cependant de bien te tenir. Ne va pas faire étalage de tes prouesses sexuelles et de ton fameux top 10. Garde-le pour un cercle plus intime.

Je m’approche et lisse la chemise du plat de la main de mon ex toujours aussi beau qu’au premier jour de notre rencontre, quinze ans plus tôt. Voire encore plus sexy. À la place de Suzie, je serais jalouse de toutes les nanas qu’il côtoie, même si nul n’ignore l’amour sans limites qu’il éprouve pour elle. Malgré celui qu’il ressentait pour moi du temps de notre vie commune, j’ai conscience de n’avoir pas été aimée aussi intensément. Pour preuve : son peu d’enthousiasme à me reconquérir. OK ! Pour être honnête, le pauvre n’en a pas vraiment eu l’opportunité face à mon comportement de peste. Pour autant, notre relation amoureuse, muée en une amitié indéfectible, perdure depuis toutes ces années. L’affection que nous portions à Eve nous unit pour toujours. J’imagine qu’elle doit s’en réjouir, où qu’elle soit ! Décidément, de sombres souvenirs polluent mon cerveau, aujourd’hui. Je me reconcentre sur l’instant présent et ajuste mon masque.

— Pas d’inquiétude, mon petit cœur. Personne ne t’a détrôné du podium. Mais promis, je tiendrai ma langue ou, tout au moins, en ferai un autre usage dans l’intimité de ma chambre.

— Clem, tu es insupportable. Tu ne penses qu’à ça !

— Eh ! Qui a mis le sujet sur le tapis ? Toi, que je sache !

Mon ami lève les bras en signe de reddition et me souhaite un bon après-midi. Je l’abandonne pour rejoindre ma table, tout émoustillée à la perspective d’une fin de soirée avec le sexy Lucas. J’userai de tous les artifices pour quelques heures torrides en sa compagnie, dans mon lit ou ailleurs. Distraite par ce projet et la tête dans les nuages, fantasmant à des scènes indécentes, j’entre en collision avec un mur de béton.

En réalité, je découvre un torse bien sculpté sur lequel ma main s’égare avant que je ne lève les yeux sur son propriétaire et croise ceux d’un brun, de type hispanique, au regard noisette. Contrairement à la majorité des invités, il ne porte pas de chemise, mais un t-shirt, blanc ajusté, soulignant sa plastique plus qu’appétissante, sans parler de sa bouche qui appelle les baisers.

L’avis de Charlotte sur Roi de Carreau, le dernier tome de la saga Four King Sécurité de Charlie Cochet


Hello les étoiles. Je vous présente mon avis sur le tome 4 de Four Kings Sécurité : Roi de Carreau de Charlie Cochet publié chez Juno Publising France. Un final addictif et plein de tendresse.

Titre : Four Kings Sécurité, tome 4 : Roi de Carreau

Auteur : Charlie Cochet

Genre : Romance MM

Editions : Juno Publishing France

Ebook :  5,99 €

Broché : 18 €

Résumé :

Quand les cartes ne sont pas en votre faveur, les Rois égalisent les chances.

Pour Ward « King » Kingston, le rôle de protecteur, forgé par le feu et la tragédie, est un rôle qu’il prend au sérieux. Lorsqu’on demande à King de protéger le fils d’un général quatre étoiles et ami, il est replongé dans le milieu des opérations secrètes du gouvernement pour une mission qui lui rappelle des souvenirs douloureux de son passé. Dès que King rencontre Leo, dans le chaos de la fermeture d’un site secret, il est clair qu’il n’a jamais été confronté à un tel défi, qui mettra à l’épreuve son sens inébranlable du contrôle.

Leopold de Loughrey est un génie incompris dont l’anxiété et l’insécurité sont exacerbées lorsqu’il est recruté de force pour travailler sur un projet top secret. Terrifié par ce que signifie son rôle d’« atout inestimable », le stress de Leopold mène à des disparitions, des disputes et des crises qui menacent son projet et son avenir. L’arrivée de King est un calme dans la tempête pour Leo et ses pensées frénétiques.

Mon avis :

Ward Kingston, surnommé King et le chef de la société Four Kings Sécurité. Pour rendre service à son ami, le général, il accepte le rôle de protecteur envers son fils, Léo, qui se retrouve malgré lui au cœur d’une opération secrète du gouvernement. Un milieu qui risque de faire remonter à la surface de douloureux souvenirs…

Léo est un génie et il est missionné pour travailler sur un projet top secret. C’est un jeune homme anxieux et souvent en insécurité, la mission qui lui a été confiée augmente son stress et l’environnement dans lequel il travaille n’aide pas : entre des cris, des disputes, les gens autour de lui, la pression qui lui est imposée, tout l’angoisse et il n’arrive pas à mener à bien sa mission. Pour Léo, l’arrivée de King est une bénédiction. Il lui procure le calme et la sécurité dont il a besoin. Pour King en revanche, c’est une autre histoire, Léo est particulier et fait ressortir chez lui une facette qu’il ne connaît pas et cela met à mal son sens du contrôle pourtant jusque-là inébranlable.

J’étais impatiente de retrouver l’équipe de Four Kings Sécurité, qui est une famille à laquelle je me suis attachée. Je l’étais d’autant plus, car c’était l’occasion de découvrir Ward Kingston qui restait jusque-là mystérieux et n’oublions pas que l’épilogue du dernier opus nous laissait plein de doutes quant à la suite.

King à une autorité naturelle que l’on avait ressenti dans les précédents tomes et qui se confirme avec « roi de carreau ». Il est sûr de lui et tu n’as aucun souci pour se maîtriser et contrôler ce qui l’entoure. Jusqu’à sa rencontre avec Léo, c’était le cas, car le jeune homme avec sa façon de penser particulière va changer la donne. King se retrouve perturbé par cet homme qu’il doit protéger.

Léo de son côté est un être à part. Sa façon de penser déroute beaucoup de monde. Créer des liens avec les autres est très compliqué pour lui. Hormis son père et sa sœur, il n’a personne sur qui compter. Il tente tout le même d’accorder sa confiance à King, car ce dernier lui apporte beaucoup de sérénité et il se sent en sécurité avec lui.

La tension monte progressivement, car la vie de Léo est menacée. King fait tout ce qu’il est en son pouvoir pour assurer sa protection et fini par faire appel à son équipe, ce qui est un plaisir pour moi, car ça m’a permis d’avoir des nouvelles d’Ace, Lucky et Red, les personnages principaux des tomes précédents.

J’ai beaucoup aimé découvrir King sous un nouveau jour, quittant peu à peu le contrôle pour être plus spontané, souriant, mais aussi faire face à ses blessures qui, bien qu’ils les contrôlent en apparence, restent douloureuses et marquantes pour lui.

Cette saga et plein de rebondissements, d’amour, de tendresse et de passion. Les personnages sont agréables à suivre et j’ai beaucoup aimé découvrir leurs histoires au travers des quatre tomes de Four King Sécurité. La plume de l’auteure, comme pour les précédents opus, est fluide et addictive.  

Merci à Maïwenn et Juno Publishing France pour l’envoi de ce service presse.

Extrait :

Bowers fit une pause, l’étudia avant de hocher la tête.

— OK. Nous avons besoin que Leo coopère, et pour l’instant ce n’est pas le cas.

— Il refuse ?

— Pas tout à fait. L’atout, je veux dire Leo est… bien, un cas unique. Il faut un certain type d’individu pour être capable de faire ce qu’il fait. Le dossier de Leo ne nous a pas préparés à la réalité. Nous avons fait appel à plusieurs experts dans l’espoir que nos gars puissent apprendre à interagir efficacement avec lui, mais ça n’a fait qu’empirer les choses. Et puis il y a les disparitions.

King fronça les sourcils.

— Disparitions ?

Lorsque le général avait approché King pour la première fois, il avait mentionné quelque chose à propos de la disparition de son fils, mais King avait supposé qu’il voulait dire que Leo continuait à quitter son poste, pas qu’il se volatilisait réellement.

— Vous êtes en train de me dire que Leo disparaît sous le nez de l’armée et de la NSA ?

— Croyez-moi, je suis aussi confus que vous l’êtes. Je ne sais pas comment il fait, mais il le fait. Puis il revient comme si de rien n’était. Chaque fois qu’il disparaît, nous risquons d’être exposés, car le protocole de sécurité doit être réinitialisé et tout est verrouillé. C’est un foutu bordel.

— Et la surveillance ?

— C’est ça le problème, dit Bowers.

L’avis de Carine sur Et Maintenant ? Tome 2, un roman de Gen Martin chez Black Ink Editions


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Et Maintenant ? Tome 2‿︵⁺୭‧₊˚✧


Auteur : Gen Martin

Genre : Romance

Tome 2/2

Editions : Black Ink Editions

Ebook : 4.99 €

✧˚₊‧୭⁺‿︵ Résumé : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Vous croyez au grand amour ? Ce moment où le centre de votre univers devient une seule et unique personne ? On se réveille le matin pour voir la femme qu’on aime nous sourire, pour entendre le son de sa voix ou tout simplement pour la serrer dans nos bras. Angélique représente tout ça et plus encore à mes yeux. Toutefois, j’ai bien peur que la réciprocité ne soit plus d’actualité, désormais.

En ce qui me concerne, je suis l’abruti qui l’a laissé filer. Je lui ai menti, je l’ai trahie, en plus de lui briser le cœur de la plus horrible des façons. Pourtant, toutes mes actions, tous mes gestes n’avaient qu’un seul but : ne pas la faire souffrir. Au final, c’est l’inverse qui s’est produit, puisqu’elle m’a quitté.

Maintenant, je vais vous montrer comment on regagne le cœur de l’amour de sa vie.


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Mon avis : ‿︵⁺୭‧₊˚✧

Oli a perdu son Ange… Les mensonges et les trahisons ont eu raison de leur couple. Mais comment remonter la pente quand la seule envie qu’on a, est de se laisser glisser encore plus bas. La souffrance est telle qu’aucun des deux ne peut reprendre le cours de sa vie. Plus rien n’a de sens…. Ils sont brisés… Si Oli se réfugie dans les textes de ses chansons et les répétitions, Angélique, elle, n’a plus rien. Elle n’est plus qu’une coquille vide qui végète comme elle peut tombant dans un puits sans fond de désespoir. Oli pensait pouvoir reconquérir son ange et se faire pardonner, mais il va vite se rendre compte qu’il est allé beaucoup trop loin… Et tout cela fait tellement mal…

Catch Me !

Après un premier opus qui se terminait sur une note douloureuse, je n’avais qu’une hâte, c’est de savoir ce que cette auteure allait nous réserver dans la suite à venir. Et je ne fus pas déçue de ma lecture…

Avec Et maintenant Tome 2 de Gen Martin, le récit monte en puissance. Gen Martin a réussi à mettre en place dans cette suite ce qu’il m’avait un peu manqué dans le premier tome, une émotion débordante. Plus d’amour, plus de tristesse, plus de désespoir… Les rebondissements animent parfaitement la lecture et nous tiennent en haleine au milieu de tant de larmes versées. Oui j’ai pleuré. Beaucoup même à un moment donné. J’ai eu si mal pour Oli… Ce personnage au grand cœur m’a vraiment émue et touchée. On peut dire qu’il n’est pas épargné par les coups dur de la vie et de voir sombrer notre bel ange bleu finit de nous anéantir. Il y a beaucoup de tensions entre Oli et Ange, ça crépite, c’est électrique et leur attirance est palpable, mais tout aussi douloureuse. Ils vont autant s’aimer que se déchirer.

Des émotions brutes de décoffrage et des sentiments sincères criant de vérité. Des scènes de sexe exquisément calientes, mais aussi des scènes qui font mal… À nous déchirer l’âme par les larmes de nos héros qui ne peuvent que faire couler les nôtres. Les mensonges ne vont encore pas les épargner et cette fois-ci, c’est Angélique qui s’y colle. Peut-être qu’elle comprendra pourquoi Oli avait lui aussi omis de lui dire des vérités qui font mal ? Des mensonges qui n’avaient que pour but de la protéger ? Mais comment savoir où se trouve la limite ?

Les personnages secondaires sont très présents et tous, avec des personnalités bien détaillées. Ils apportent une profondeur intéressante au roman, nous rendant aussi témoin de leur propre histoire. Je les ai trouvés adorables et tellement attachants. J’ai vraiment apprécié de suivre leurs aventures. Il y a une belle cohésion entre eux. Leur entente est belle et les liens qui les réunissent sont tout simplement beaux et on ne peut que succomber à chacun.. Même si j’ai particulièrement apprécié Emm et Matt. Alice, quant à elle, aura une mention spéciale: il était complexe d‘arriver à définir ce genre de personnalité. Cependant, une fois toutes les cartes en main, on ne sait même plus si on doit la détester ou la plaindre. Le récit n’aurait pas la même saveur sans eux. Ils sont le soleil dans la tempête et essayent de chasser les nuages comme ils le peuvent. Encore faudrait-il que nos héros les laisse faire ?

Et maintenant ? Une très belle histoire d’amour et de passions avec des personnages complexes aux caractères volcaniques, qui savent nous tenir le cœur au creux de leur tourmente… La plume de l’auteur est douce et agréable. Et même si dans le premier tome j’avais eu du mal à entrer dans l’histoire le temps de m’adapter à son style, une fois le premier quart passé, la lecture était devenue totalement addictive et passionnante. Je me suis incrustée dans la bulle des héros pour n’en sortir qu’au mot fin de cette histoire. Alors oui, je ne cacherais pas qu’il y a encore un peu trop de descriptions à mon goût dans ce second tome qui ne servent pas à l’avancement du récit, mais du moment où cela ne le dessert pas non plus, ce n’est pas bien grave.

Une jolie duologie qui vous fera passer un bon moment de lecture. Elle vous fera pester aussi, souvent, très souvent. Oli et son Ange, ce n’est pas qu’une simple histoire d’amour… C’est leur histoire d’amour…. Vous allez les aimer, mais aussi les détester, et ce, de nombreuses fois. Préparez-vous !

Catch them!

Un grand merci aux Éditions Black ink pour m’avoir permis de découvrir cette belle duologie. Merci à Gen Martin pour cette belle histoire d’amour.


✧˚₊‧୭⁺‿︵ Extrait : ‿

Son corps me manque, son parfum me manque, tout en elle me manque. Elle sanglote et serre mon T-shirt avec force. De l’avoir dans mes bras me submerge de bonheur, même si je sais qu’elle m’en veut.

Je relève son menton tremblant, puis j’appuie mes lèvres sur les siennes. Mon but est de la réconforter, car je déteste la voir pleurer par ma faute. Comme elle ne se retire pas, je l’embrasse avec plus d’intensité en faufilant ma langue afin de jouer avec la sienne qui demeure hésitante. Je la presse plus fort contre moi jusqu’à l’entendre soupirer de bien-être. Il ne m’en faut pas plus pour la soulever et la diriger vers le canapé où je la dépose délicatement en ne cessant de la goûter. Je prolonge ce baiser délicieux qui me transporte, j’ai eu si peur de ne plus jamais la sentir, qu’elle ne me laisse plus la toucher. Je m’abandonne à ce moment inespéré et remonte une de mes mains vers sa superbe poitrine.

L’avis de Carine sur le roman de Robyne Max Chalavan chez Black Ink Edition : Dark Whisper


✼ •• ┈┈┈┈Titre :┈┈┈┈ •• ✼
Dark Whisper

Auteur : Robyne Max Chavalan

Editions : Black Ink
DARK ROMANCE

╺╺╺╺╾ Résumé : ╼╸╸╸╸

À la claire fontaine.
C’est la comptine par laquelle un auditeur mystérieux m’interpelle pendant mon émission.
Celle aussi que le Chuchoteur me chante la nuit venue lorsqu’il m’enferme dans l’obscurité.
Pour me contraindre à me souvenir.
Pour m’obliger à l’aimer.

Je m’appelle Hazielle Vellanian et je suis animatrice radio. Si audacieuse que je sois derrière mon micro, c’est tout l’inverse lorsque je sors de mon studio. Je suis solitaire. À la limite de l’agoraphobie. D’autant plus, à l’heure où sévit le tueur des Mille et une Nuits.
Aussi lorsque le Chuchoteur me propose des informations à ce sujet, je n’ai qu’une possibilité : accepter.

Mon problème ? Ce doute qui me pourrit l’esprit.
Qui est-il ? L’assassin lui-même ? Quelqu’un que je connais ? Un homme de mon passé ?
Le pire ? Ne pas avoir le choix et l’accueillir dans mon lit.

Mon destin est désormais lié au sien.
Chaque souvenir qui me revient peut me pousser à la découverte de vérités que j’ai préféré occulter.
Chaque moment de séduction me fait tomber dans une sombre passion.

Ici, Hazielle Vellanian, pour BCR, et voici mon histoire.

╺╺╺╺╾ Mon avis : ╼╸╸╸╸

Radio étoiles, la radio qui illumine vos lectures !

Attention, antenne dans trois, deux, …

Bonjour à tous, ici Carine pour les étoiles ! Je suis heureuse de vous retrouver pour vous parler de mon avis sur la pépite livresque de Robyne Max Chalavan ! Et, chers auditeurs, chères auditrices, « On se dit tout ! », alors soyez bien à l’écoute! Le mot d’ordre dans ce roman étant « La vérité et toute la vérité », je vous invite à rester à l’antenne du début à la fin, car je vais vous chuchoter la plus machiavélique des chroniques.

Il y a des sons qui nous rassurent tout comme d’autres nous glacent le sang… Une flamme d’un briquet qu’on allume, des froissements de vêtements qu’on enlève ou encore, une porte qui se ferme… Le son de la nuit noire et de ses murmures qui l’accompagne. Le son du silence, emmuré dans ses démons et puis le son d’une comptine qui fait remonter les souvenirs oubliés ou encore, le son du chant d’un rossignol… Puis, il y a les voix… Celles qui nous parlent, celles que l’on écoute malgré nous, celles qui hurlent, celles qui chantent et celles qui chuchotent ou nous racontent des histoires dans une musicalité si parfaite qu’elle est proche des anges… Des histoires sanglantes ou les contes enchanteurs de notre enfance… Des sons qui vous immergent dans un univers qui vous fait frémir, vous hérissent de chaire de poule, vous fait suffoquer accélérant alors votre rythme cardiaque à son paroxysme. Est-ce la peur ? Le désir ? L’enchantement ? L’horreur !? La frénésie d’une lecture démente ? Chut…. Écoutez bien l’histoire que je vais vous raconter…

« On se dit tout » sur Dark Whisper.

Restez bien à l’écoute, nous démarrons avec une chanson que vous connaissez tous, mais qui ici, sera loin d’être enchanteresse… Ritournelle de notre enfance qui nous renvoie dans le passé, quelque peu déformé en véritable cauchemar dans le présent…

À la claire fontaine M’en allant promener,

J’ai trouvé l’eau si belle, Que je m’y suis baignée.

Il y a longtemps que je t’aime, jamais je ne t’ai oubliée…

Voilà ce que le chuchoteur susurre à Hazielle, animatrice radio dans « On se dit tout ». Alors qu’un tueur en série, le tueur des Mille et une nuits, sévit dans la ville, un mystérieux interlocuteur qui se fait appeler le chuchoteur propose de révéler des informations en direct à l’antenne. Et bien entendu, Hazielle a toute son attention. Mais qui est cet homme qui lui laisse un arrière-goût de « Je te connais, je sais qui tu es et tu sais qui je suis. » Et si le tueur, c’était lui ?

Pour avoir droit à ces informations de tailles, Hazielle va devoir puiser de la force au plus profond d’elle, puiser dans son passé et ses souvenirs, mais aussi chanter… Chanter et, jouer.

Chante rossignol, chante…. Je te vois…

En sera-t-elle capable ? Et si la vérité était à double tranchant ? Aussi tranchant qu’une lame peut l’être…

Avec Dark Whisper, Hazielle Vellanian va nous délivrer son histoire. L’histoire d’un petit Rossignol aux trilles qui font autant sourires que pleurer. Une histoire racontée telle que, on se retrouve plongée au cœur de l’âme de notre héroïne, vivant et ressentant tout, au même titre qu’elle, chaque émotion, chaque peur, chaque honte et chaque désir. Conté d’une voie suave et chuchoté au creux de notre oreille avec l’aide de cet homme mystérieux qui va lui permettre de rouvrir le livre de sa vie et d’en découvrir ou redécouvrir, chaque pan de son histoire. Cependant, est ce que cela sera libérateur pour elle, ou, a contrario, pourrait-elle sombrer dans la folie ?

Chante, rossignol chante, toi qui as le cœur gai. Tu as le cœur à rire, moi je l’ai à pleurer…

Il n’est pas aisé de vous parler du récit en profondeur. Encore moins vous en délivrer la psychologie qui est complètement détonante et écrite avec brio. Conquise par le talent de Robyne Max Chalavan qui va à chaque roman au-delà de mes espérances. Elle joue vraiment avec nous et nous torture l’esprit autant que l’âme. Elle nous balade de suspicions en suspicions. De doutes en doutes… Elle nous conseille d’ailleurs, en début de lecture de ne pas chercher à comprendre, qui est qui, mais plutôt de se laisser porter. J’ai toujours pour habitude de faire le contraire de ce qu’on me dit… Oups désolée Robyne ! Malgré tout, même si mener mon enquête m’a fait découvrir très vite certaines choses, il m’était cependant impossible d’en connaitre le déroulement qui allait suivre. Tout fût surprises sur surprises. Rebondissements sur rebondissements et toujours la peur au ventre de se demander quelles seront les intentions finales du chuchoteur. Jusqu’où va-t-il pousser Hazielle ? Que veut le tueur et pourquoi ? Jusqu’où seront prêts à aller les journalistes, les inspecteurs de police, pour arrêter ce tueur des Mille et une Nuits. En quoi ses sœurs, son frère et son histoire peuvent aider ? Arrêter ce carnage qu’importe les conséquences, voilà le mot d’ordre et on ne sait vraiment jamais à quoi s’attendre. Quelle folie l’auteure va encore nous sortir derrière la page que l’on va tourner ? Le cœur bondissant, j’ai posé mon livre tellement de fois. Pas que je ne voulais pas le continuer, au contraire, je voulais en apprécier chaque page, chaque mot, chaque peur… Chaque frisson. Les émotions sont là et bien là. Que ce soit dans la douceur ou dans la douleur. Elles sont vives et même violentes parfois. Et pourtant… On ne s’en lasse pas une seconde.

Dark Whisper, une dark psycho énorme ! Une histoire d’amour qui sort du lot et des sentiers battus. Envoutante et terrifiante à la fois. Sublime et cruelle. Forte et fragile. Toujours au bord du gouffre entre les silences et les non-dits. Les secrets et les révélations. La vérité, toute la vérité et rien que la vérité… Hazielle réussira t-elle à obtenir cette vérité ? Au moins à savoir qui se cache sous les doux murmures qui la rende folle de désir ? Ce désir aussi coupable qu’il peut être bon. Aussi pervers et pourtant tellement à sa place…

Des personnages complexes tortueux et torturés qu’on ne peut qu’aimer et parfois même détester en même temps, et auxquels on va s’attacher sans aucun préavis. Leur histoire est pleine de douleurs, mais si fascinante et belle à la fois. Lorsqu’on a tout perdu. Lorsque les ténèbres nous engloutissent. Il reste toujours un espoir pour retrouver la lumière. Peut-être qu’en étant aimé… Comme dans les contes de notre enfance ?

Leur destinée est bien réelle, certes, elle est semée d’embûches, de virages, de ravins prêt à s’effriter dès qu’ils s’en approchent. Il y a pourtant tant à apprendre d’elle. Son enseignement se dessine à nous à chaque instant de notre parcours de vie. Encore, faut-il ne pas en avoir peur ? Et ce, Même si les murmures nous font sombrer…

À la claire fontaine m’en allant promener….

Un grand merci à Black Ink à Editions pour m’avoir permis de lire cette bombe !!! Merci à Robyne Max Chalavan d’y aller toujours encore plus fort, plus loin, et avec grand talent.

╺╺╺╺╾ Extrait : ╼╸╸╸╸

— À la claire fontaine, m’en allant promener…

Toujours cette même voix qui chuchote à mon oreille. Qui me pousse à bout. Qui me torture. Qui m’empêche de respirer. De trop penser.

— J’ai trouvé l’eau si belle, que je m’y suis baigné…

Rauque et basse. Qui accentue les « s » et les « j ». Intonation hypnotique pour paroles cryptiques. Souffle chaud pour frissons sur ma peau.

— Il y a longtemps que je t’aime, jamais je ne t’oublierai…

Comptine de mon enfance, transformée en une signature cauchemardesque d’appartenance.

Je sanglote silencieusement. Je n’en peux plus de ce jeu qui dure depuis quatre mois maintenant. Je n’ai toujours pas de réponses à mes questions. Pourquoi moi ? Pourquoi ? J’ai beau supplier, hurler jusqu’à m’en briser les cordes vocales, mon tortionnaire reste d’un calme serein. Olympien. En toutes circonstances. Vernis d’impassibilité distinguée qui cache une innommable cruauté.

— Sous les feuilles d’un chêne…

Je frémis. J’ai froid. J’en ai marre d’être nue. Physiquement comme moralement. Il sait tout de moi. Alors que je ne suis certaine de rien le concernant.

Je gémis. Cela fait longtemps que je ne parle plus. Non pas que je n’aie pas déjà testé cette méthode, mais désormais je me protège. J’en ai besoin après tout ce qu’il s’est passé. Et puis, je cherche à l’atteindre. Encore une fois.

— Ah, Hazielle, Hazielle, Hazielle… N’as-tu rien à me dire ? gronde-t-il. N’as-tu pas compris que contre moi tu ne peux rien ?

Bien sûr que j’ai compris. Et pourtant, j’en redemande.

L’avis de Charlotte sur Au bout du chemin de Marie Anjoy


Coucou les étoiles. Je vous présente mon avis sur Au bout du chemin de Marie Anjoy publié chez Studio 5 éditions.

Titre : Au bout du chemin

Auteur : Marie Anjoy

Genre : Romance

Editions : Studio 5 éditions

Ebook :  4,99€

Résumé :

Emma, trente ans, maman d’une petite fille de six mois, voit le ciel s’abattre sur sa tête à l’annonce de son cancer du sein. Isolée dans un petit village de Provence, entourée de proches soit trop occupés, soit démissionnaires, elle tente de faire face à cette épreuve du mieux qu’elle le peut. Ses efforts tombent à l’eau quand son mari abandonne brusquement le navire. Le profond désarroi de la jeune femme touche Marina, l’infirmière qui s’occupe d’elle. De là, une belle amitié se tisse et Marina promet de rester à ses côtés pour l’aider à se battre. Emma va rencontrer le frère de cette dernière, Tristan, séduisant kinésithérapeute qui se remet difficilement d’une épreuve personnelle. Les deux laissés pour compte vont lentement s’apprivoiser, s’apprécier et sans le savoir, se sauver mutuellement. Le lien qu’ils établissent n’est comparable à aucun autre, mais leur parfaite osmose va être mise à rude épreuve… En fin de traitement, après avoir laissé Emma seule pendant des mois, son mari, Lorenzo, revient avec le désir de la reconquérir. Entre la perpétuelle bataille qu’est devenue sa vie et les doutes qui la tenaillent, Emma aura un choix crucial à faire. La moindre erreur pourrait lui être fatale et elle le sait. Saura-t-elle prendre la bonne direction ? Il n’y en a qu’une seule et pour nous tous, la lumière se trouve toujours au bout du chemin.

Mon avis :

Emma est mariée et maman depuis 6 mois. Sa vie n’est pas toute rose, elle manque de sommeil, son mari n’est pas très présent et elle est isolée dans un petit village, mais dans l’ensemble tout va bien pour elle, jusqu’à l’annonce qui va tout changer : elle a un cancer du sein.

Elle fait face comme elle peut, mais son entourage n’est pas au rendez-vous pour la soutenir dans cette épreuve. Pire, son mari quitte carrément la maison, ai-je besoin de vous préciser que je n’ai pas apprécié ce personnage ? Il lui reste quelques amis fidèles, dévoué à son bien-être, sur qui elle peut heureusement compter. De plus, durant son combat, elle croise la route de Marina, une infirmière au petit soin pour elle avec qui le lien dérive naturellement de professionnel à personnel. Par son biais, elle va faire la connaissance de son frère, Tristan, kiné.

Tristan connaît aussi son lot de déboires. Entre eux aussi le lien change rapidement et il devient un ami, un confident, un soutien énorme pour Emma. Et elle en aura besoin pour traverser ce parcours semé d’embûches, de doute, de joie aussi. Un combat parfois difficile à affronter… Ce chemin lui demande des remises en question. Elle va devoir prendre des décisions pour remettre sa vie sur les rails, mais il n’est pas toujours simple de faire les bons choix.

Avec « Au bout du chemin », nous ne sommes pas dans un schéma habituel de romance, on trouve ici plutôt une tranche de vie, bien qu’il y ait de la romance. Mon attention était plus portée sur le parcours d’Emma, qui est émouvante et très attachante. J’ai vécu avec elle durant la lecture de ce roman, subissant les nouvelles, affrontant les épreuves, partageant de merveilleux moments. Elle est éblouissante, malgré tout, un modèle de force et de courage. C’est un roman qui va me rester en tête pour un bon moment tant les émotions sont fortes, il est rare que je sois autant touchée par un roman écrit à la troisième personne, mais l’auteure réussi parfaitement à transmettre chaque ressenti avec justesse. C’est un roman qui permet de prendre du recul sur sa propre vie.

Merci Marie Anjoy pour l’envoi de ce service presse intense en émotions. Je vous recommande vivement la lecture de cette pépite.

Extrait :

Tandis que Chloé dort, Emma profite de ces quelques heures de tranquillité. L’arrivée d’un bébé dans un couple chamboule totalement le quotidien et Lorenzo, son époux, accepte difficilement de se retrouver, trop fréquemment à son goût, sur la touche ; ses envies, son appétence sexuelle, freinées par la diminution de celles de sa femme et l’attention quasi totale portée à sa fille, plutôt qu’à lui.

Aujourd’hui, pour apaiser son humeur chagrine et ses doléances, Emma cède à ses suppliques, presque par devoir — « conjugal » aurait ajouté sa grand-mère — dans un premier temps, puis par plaisir, tant son époux, fétichiste de ses seins, maîtrise les préliminaires. Et en cet instant, il leur prête un intérêt particulier, lorsqu’il s’interrompt soudainement.

— C’est quoi, ce truc ?

— Quoi ? 

— Tu as une boule que tu n’avais pas avant.

— Une boule ?

— Attends, donne-moi ta main, je te montre.

Ses caresses se transforment en palpation médicale jusqu’à ce qu’il localise l’induration sous le mamelon et y guide les doigts d’Emma. Mais son attention se détourne rapidement de cette anomalie.

— Bon, on s’en fiche. Tes seins sont magnifiques, monstrueusement excitants. Je les adore !

Mais la présence de cette nodosité trouble la jeune femme qui instantanément s’y focalise. Aussitôt mille pensées l’obsèdent et l’empêchent de se détendre, bien qu’elle tente de se raisonner. Après tout, toutes les grosseurs ne sont pas obligatoirement cancéreuses. De plus, elle n’entre pas dans la catégorie des femmes à risques, sans antécédent familial, trente ans à peine et suivie régulièrement par son gynécologue. Donc… Il s’agit très probablement d’un simple kyste. Cependant, d’un naturel pessimiste, elle ne peut chasser les supputations improductives. Immédiatement, l’exacerbation des sens, suscitée par la reprise des effleurements de Lorenzo, retombe.

L’avis de Charlotte sur Cherche-moi, je te fuis de Billie Morgan


Bonjour les étoiles. Je vous présente mon avis sur Cherche-moi, je te fuis de Billie Morgan aux Editions Addictives : une romance à ne pas louper !

Titre : Cherche-moi, je te fuis

Auteur : Billie Morgan

Genre : Romance

Editions : Editions Addictives

Ebook :  4,99€

Résumé :

Ils s’énervent et se rendent fous… de désir !

Gauthier pensait avoir un avenir tout tracé, mais tous ses plans s’effondrent et son bonheur avec !
Décidé à faire ce qu’il veut, quand il veut, il décrète qu’il se la coulera douce, et selon ses propres règles ! Abandon de la fac, drogues, filles… après tout, pourquoi se limiter ?
Mais c’était sans compter Anaïs. Elle est belle et pétillante, n’a pas la langue dans sa poche et ne supporte pas les mecs torturés comme lui !
Et c’est aussi sa très, très sexy meilleure ennemie…

Mon avis :

Gauthier voit ses rêves pour l’avenir partir en fumée. Il décide d’arrêter ses études, se met à fumer, se droguer… Il n’a plus de limites. C’était sans compter sur sa rencontre avec Anaïs, une jeune femme solaire, pleine de vie, qui ne mâche pas ses mots. Les opposés s’attirent, parait-il… Qu’en sera-t-il pour eux ?

Gauthier était gentil, prévenant, différent des mecs de son âge, mais ça, c’était avant… Maintenant, il est déboussolé par un événement qui va remettre en question tout ce qu’il avait imaginé pour sa vie future. C’est le début pour lui d’une descente aux enfers. Petit à petit, il se laisse glisser de plus en plus profondément. La colère prend le dessus sur ses autres émotions et il a du mal à gérer ce qu’il devient. Certains sursauts de lucidité l’aideront à prendre les bonnes décisions ?

Anaïs a une vie plutôt stable, elle travaille, a un groupe d’amis soudé et se donne à fond pour sa passion : l’aviron. Elle est pétillante et n’hésite pas à exprimer le fond de sa pensée. Elle n’hésite donc pas à dire ce qu’elle pense à Gauthier. Elle n’apprécie pas vraiment les hommes comme lui : torturés…

Entre eux, la relation est complexe. Ils n’ont pas le choix de se côtoyer, parfois, ils s’apprécient, parfois, ils se détestent.

J’étais heureuse de découvrir le contexte de cette histoire, déjà, elle se déroule à Grenoble, chez moi (ou presque), ce qui est un avantage pour s’immerger, mais particulièrement, j’ai apprécié découvrir le sport d’Anaïs, l’aviron, c’est assez rare dans les romances (je n’en ai jamais lu en tout cas).

L’auteure aborde des sujets sensibles comme la dépendance, la dépression et d’autres que je vous laisserais découvrir. Je me suis laissé porter par cette superbe histoire et je suis passée par beaucoup d’émotions… J’aurais aimé faire partie de ce groupe d’amis, secouer Gauthier, rassurer Anaïs, les aider d’une façon ou d’une autre…

Merci aux éditions Addictives pour l’envoi de ce service presse que je vous recommande de découvrir !

Extrait :

— On est bien, là aussi, non… ?
Quand je comprends où elle veut en venir, je me sens bouillonner dans chaque cellule de mon corps. Je m’accoude pour la regarder, soudain intimidé. Je lui chope une mèche de cheveux et la fais crisser sous mes doigts.
— C’est bizarre de rester ici, non ? C’est peut-être la planque d’un gamin ?
Elle s’agrippe à mon tee-shirt et se soulève pour murmurer contre ma bouche :
— C’est la nôtre, maintenant…
Je n’hésite plus et me rue sur elle comme un malpropre. Elle pousse un drôle de gémissement quand je m’écrase de tout mon poids sur elle et on bascule sur le côté pour la libérer.
— Pardon !
Elle rit et crochète sa jambe autour de la mienne, m’arrimant à elle. La banquette n’est pas très large et je doute qu’on fasse long feu dans cet endroit insolite.
— Tu veux qu’on arrange un peu ? demandé-je en regardant autour de moi.
— Je rêve ou tu cherches à gagner du temps ?
— C’est-à-dire ?
— Je te sens timide, tout à coup…
Je me redresse, indigné, glisse du canapé et tombe lourdement sur le cul, avec elle.
— Tu vois maintenant ce que je veux dire !
Elle éclate de rire en basculant la tête en arrière et se positionne à califourchon sur moi pour se relever. Alors je n’y tiens plus, écrase ma paume entre ses deux seins, dérape pour encercler sa nuque et la ramener à moi. Tant pis pour le confort. Lorsque nos bouches se percutent, j’oublie la dureté du sol dans mon dos, la brise qui se lève et me fait frissonner, à moins que ce ne soit elle. Je ne sais même plus où je suis quand elle se plaque contre moi et que sa poitrine remonte sous son débardeur. J’emprisonne son petit cul musclé avec mes mains et le masse tendrement, puis je sens dans sa poche une bosse qui m’intrigue. J’y glisse deux doigts et me décale pour voir si c’est bien ce que je crois. Oui ! Trois capotes reliées entre elles !
— Ben dis donc ! T’étais sûre de ton coup !
Morte de honte, elle se cache le visage dans mon cou, avant de le lécher et d’onduler sur mon érection qu’elle apprivoise.
— C’est quand je suis allée chercher la couverture, dans la chambre… J’ai pensé à toi, toute la soirée, j’avais tellement envie qu’on se retrouve enfin… Je… je les ai piqués à Natalia.
Je pouffe avec elle et encercle ses mâchoires pour que nos yeux se trouvent. Elle balbutie :
— Mais c’est pas pour ça qu’on doit…
— Je sais.
— Aller jusqu’au bout, finit-elle.
— Je sais…
Notre baiser reprend, plus langoureux, plus exigeant. Elle a une manière de me laper qui me rend dingue, j’en ai les poils qui se dressent et la queue qui frétille. Maintenant j’en suis certain : je n’ai jamais désiré personne comme elle. C’est très bestial, instinctif, je ne réfléchis plus et ne pense qu’à agir. Je me fous d’hier et encore plus de demain. Seul le moment présent compte, pour nous deux.

L’avis de Carine sur Depuis les ténèbres, un roman de Manon Donaldson chez Black Ink Editions


░░░░░ Titre : ░░░░░

Depuis les ténèbres

Auteur : Manon Donaldson

Genre : Romance

Editions : Black Ink

Ebook : 4.99 €

Broché : 18.00€

╔══◄░░░░░►══╗ Résumé : ╚══◄░░░░░►══╝

Le couple d’Amalya et Kade symbolisait aux yeux de tous l’union de deux âmes sœurs inséparables, consumées par une passion brûlante.

Et pourtant, la carrière militaire de Kade, aux prises avec ses démons, a réussi à les arracher l’un à l’autre.

Leur amour est aussi destructeur que l’attraction incontrôlable qui régit chacune de leurs retrouvailles sulfureuses. Aujourd’hui, les ténèbres cherchent à engloutir Amalya, malgré son combat pour retrouver une vie paisible et sa résolution à ne plus céder à la tentation qu’incarne Kade.

Remontez le fil de leur passé tumultueux pour comprendre les méandres de leur présent placé sous le signe du danger insaisissable qui plane. Si l’amour ne suffit pas, comment trouver la force de pardonner la trahison ?

╔══◄░░░░░►══╗ Mon avis : ╚══◄░░░░░►══╝

Aimer jusqu’à l’impossible envers et contre tous… Aimer pour le meilleur et pour le pire et le pire du meilleur… Jusqu’à l’infini…

« Je serais là, pour toujours et à jamais, jusqu’à l’éternité et bien au-delà »

C’est une belle promesse que Kade fait à Amalya, son amour de toujours, son âme sœur, celle pour laquelle il serait prêt à donner sa vie pour son bonheur ou pire, la regarder vivre le sien, si c’est son désir. Tout le relie à elle, tout. Elle est son tout, tout comme Kade est son tout à elle. Ils s’appartiennent au-delà de l’univers, au-delà de la vie… Mais l’amour est parfois plus destructeur que bénéfique. Parfois, la distance est nécessaire, un mal pour un bien, mais fait tout aussi mal. Mais comment faire lorsque nos âmes sont reliées, attirées l’une vers l’autre comme deux aimants, mais ne peuvent cohabiter ?

Les démons de Kade sont bien trop présents… Bien trop dangereux pour une vie ensemble. Il le sait, et elle le sait ! Plus rien n’est possible. Mais survivre l’un sans l’autre, est une bien autre histoire… Pourtant, chacun d’entre eux est prêt à tout pour le bien de l’autre… Tout ? Vraiment ? Jusqu’à quel point ? Amaylia est si forte face à sa faiblesse qu’elle ne se rend pas compte assez vite du piège qui se referme sur elle. À vouloir occulter ce qui fait mal. À vouloir trancher ses décisions, et surtout sauver celui qu’elle aime plus que tout, elle s’enlise encore plus dans la destruction jusqu’à l’annihilation.

Perdue dans les abysses du néant entre le passé et le présent, entre l’amour et la haine, la douleur et la peur, Amalya qui a atteint le point de non-retour, nous livre son histoire. Leur histoire…

Avec Depuis les ténèbres, Manon Donaldson nous immerge dans un récit intense où se côtoient le présent et le passé dans une narration très originale et depuis un endroit qui ne l’est pas moins… L’histoire de deux Âmes sœurs, Amalya et Kade avec une certaine hauteur surfant sur les souvenirs de Amalya qui vont petit à petit nous livrer le récit d’un amour fort. Un amour puissant, magnifique, mais tout aussi toxique et destructeur. Un amour qui fait bien trop mal malgré sa profondeur et son intensité… Malgré sa force et sa véracité. Et tout aussi bon malgré le mal à l’âme…

Je t’aime, pour le meilleur et pour le pire…

Amalya va se battre de tout son être pour celui qui l’aime plus que tout. Pourtant, la haine qu’elle lui voue est tout aussi puissante. Mais comme on dit, la frontière est vraiment mince entre ces deux sentiments. Qu’importe que leur amour soit sain ou pas, est-il seulement possible qu’ils finissent par trouver la plénitude ? Manon Donaldson a un talent indéniable pour nous emporter avec elle dans ses travers. Pour nous offrir un récit aussi tonitruant que machiavélique avec une mise en place de trame qui nous tient en haleine d’un bout à l’autre. Elle use et abuse de son sadisme en nous livrant un récit hors du commun dans lequel on se retrouve aux côtés de notre héroïne (dont on s’imaginerait bien tenir la main) qui découvre tout, en même temps que nous. Et ce, de manière assez particulière pour nous garder dans une tension extrême. Alors oui, j’ai été perdue sur quelques pages, le temps de trouver le rythme dans lequel elle avait fait le choix de nous narrer l’histoire de Kade et Amalya. Un choix qui cependant, correspond parfaitement à la situation de l’instant T où démarre le roman. Mais dès qu’on a trouvé le fil, plus rien ne peut nous arrêter ! Les pages défilent à une allure folle ! Amalya veut savoir, mais nous encore plus qu’elle. Pourquoi Kade n’est pas auprès d’elle. Qui est cet homme mort dont on parle ? Comment elle en est arrivée là, mais surtout… Kade est-il toujours l’amour de sa vie?

Un récit fort ! Saisissant. Envoûtant. Criant d’un amour indestructible, à la vie à la mort. Un récit qui a malmené autant mon cœur que mes nerfs avec une intrigue parfaite, un suspense des plus prenant, haletant même ! Une course contre le temps. Le temps présent et le temps passé pour peut-être envisager un temps futur. Un récit passionnant qui met en évidence des thèmes difficiles et d’actualités, menés à la perfection dans un cheminement psychologique rondement conduit par une plume plus qu’addictive.

Des personnages forts et hauts en couleurs auxquels on ne peut que succomber et les aimer de tout notre cœur. Une histoire d’amour aussi cruelle que magnifique que je ne peux que vous recommander de lire à votre tour. Depuis les ténèbres est pour un moi un énorme coup de cœur ! Cela faisait longtemps que je n’avais pas été prise autant par une lecture. J’ai aimé Kade et Amalya. J’ai pesté contre eux. Ma colère a souvent pris le dessus et ma peur… encore plus. Et que dire de cette fin que j’appréhendais, car pour moi, il n’y avait qu’une seule issue pour mes amoureux maudits… Et bien à vous? Rien en fait 😉 Motus et bouche cousue comme on dit ! Il ne vous reste plus qu’à le lire pour savoir. Mais à l’auteure ? Un énorme bravo ! Et surtout un grand merci ❤

Merci à Black Ink Éditions de m’avoir permis de découvrir cette nouvelle pépite livresque en service presse numérique.

╔══◄░░░░░►══╗ Extrait : ╚══◄░░░░░►══╝

J’atteins instantanément un autre palier de contrarié… Je devrais être soulagée qu’il n’essaie pas de remettre le couvert, de tirer un coup rapide pendant une permission en me brisant à nouveau le cœur. Mais je suis en colère de constater que même si je meurs de l’intérieur, il n’en a rien à battre. Ni maintenant, ni avant, ni jamais. C’est précisément la piqûre de rappel dont j’avais besoin…

Je reconnais bien l’expression qui illumine son visage à l’instant. Celle-là même qui lui offre un sentiment de toute-puissance pour m’avoir prise en défaut. Je le scrute en silence une nano seconde supplémentaire et soupire avant de rentrer, de déposer mon barda sur le fauteuil le plus près et de récupérer mon sac sur le sol. Je me relève, clé en main, et ne manque pas de le surprendre au moment où ses yeux s’égarent sur mon fessier. Il ne s’en cache même pas, et m’offre un de ses sourires carnassiers de connard arrogant.

— Tu n’as pas changé, annonce-t-il sur un ton empreint d’assurance.

Je me contente d’avancer vers lui jusqu’à l’embrasure de la porte, le scrutant avec intensité. J’approche si près que nos orteils se touchent. Je diminue encore davantage l’écart entre ma bouche et son oreille en me tenant à une si courte distance que son torse effleure la pointe de mes seins. Je m’élève sur la pointe des pieds afin de lui susurrer langoureusement :

— Si, j’ai changé, affirmé-je doucement. La preuve, je suis étanche à ton charme désormais et je ne me laisserai plus culbuter entre deux permissions. Maintenant, tu as le droit de regarder autant que tu le désires ce petit cul pendant qu’il se tire.

Puis, avant même qu’il n’ait le temps de riposter, j’attrape sa main, y fourre les clés et lui tourne le dos, pas peu fière.

Je savoure ma victoire, je déguste l’étincelle de convoitise miroitant au fond de ses prunelles. C’est moi qui ai gagné, lui qui a perdu… C’est une évidence, mais le fait de l’évoquer ainsi m’emplit d’un sentiment de contrôle. J’occulte volontairement le moment où, lorsque j’ai frôlé sa paume, j’ai été envahie d’images, de sensations et de souvenirs appartenant à ce nous qui n’existe plus. Je prétends que ce n’est rien, que je suis indifférente à présent. Ce mensonge, je m’y accroche férocement afin qu’il devienne ma seule vérité.

Matteo : Les frères Rossi #2 de Tamara Balliana !


Hello les étoiles, je vous invite à découvrir Matteo, le 2e volet de la saga Les frères Rossi. Une lecture estivale pleine d’énergie, de fraîcheur et de positivité. La plume de Tamara Balliana est toujours aussi talentueuse pour nous faire aimer ses histoires en toute simplicité mais, tout aussi efficaces. À ne pas manquer !

Titre : Matteo : Les frères Rossi #2

Auteure : Tamara Balliana

Editeur : T.B

Genre : Comédie romantique

Broché : Lien d’achat

Résumé : Elle a tout pour lui plaire. Il est tout ce qu’elle déteste, du moins… c’est ce qu’elle croit.
La dernière chose à laquelle Joséphine s’attendait après sa garde à l’hôpital, c’était de se prendre le ciel sur la tête. Encore moins de se retrouver coincée complètement nue dans une baignoire, et devoir compter sur les pompiers pour l’en sortir.
Quand Matteo Rossi sauve la vie du docteur Joséphine Toussaint (ou du moins sa dignité), il pense que la chance lui sourit. La jolie médecin qu’il croise régulièrement dans les couloirs des urgences l’a enfin remarqué ! Mais il constate très vite qu’elle reste totalement insensible à son charme, tout comme à son humour.
Pour Jo, les pompiers font partie de sa liste d’hommes à ne fréquenter EN AUCUN CAS. Mais en apprenant à connaître Matteo, elle se rend compte qu’il est bien plus complexe qu’elle ne l’aurait imaginé. Acceptera-t-elle de franchir les limites qu’elle s’était imposées après sa dernière rupture ? Ou bien son cœur est-il trop meurtri pour qu’on en ravive la flamme ?

★・・・・・・★L’avisdeMya★・・・・・・★

Comme à son habitude, Tamara Balliana nous embarque pour une belle et addictive aventure et cette fois-ci au cœur des services des urgences avec l’un des frères Rossi. Matteo, pompier sexy, charmeur de ses dames et la blague facile. Si d’habitude, il emballe aisément les femmes qu’il a dans le collimateur, cette fois-ci, il est tombé sur un os avec le Doc Jo. Ce médecin urgentiste est totalement immunisée contre son charme et n’a pas peur de le rembarrer quand il franchit la ligne rouge. Froide, hautaine et indifférente à ses célèbres blagues et à ses sourires qui ont un franc succès auprès des patientes qu’il achemine quotidiennement vers son service. Matteo a beau déployé le gros matos, rien à faire, Joséphine Toussaint lui bat froid comme si elle l’accusait de tous les crimes de l’humanité…

Que faire ? Persévérer dans sa campagne de séduction ou battre en retraite ? Jo valait-elle le temps qu’il lui consacre alors que tant de femmes n’attendent pas autant de sa part ? Un clin d’œil, un sourire et le tour est joué.

Jo, malgré son comportement hostile envers Matteo Rossi, elle est loin d’être indifférente à son sex-appeal et à son charme naturel. Le feu sous la glace ne demande qu’à flamboyer mais, une expérience douloureuse l’a échaudée de ses semblables. Si elle s’accordait à lâcher prise encore une fois, elle irait certainement à la catastrophe. Car, de son point de vue, les pompiers sont tous du même acabit. Charmeur mais, une fois qu’ils ont gain de cause, ils disparaissent dans la nature, laissant des cœurs brisés dans leurs sillages. Cependant, le côtoyer au fil des jours, elle découvre les aptitudes humaines de Matteo, qui ne se contente pas d’effectuer son devoir mais, il le fait avec passion, sérieux, avec bienveillance et compassion. Sa bonté de cœur et son bagout réconfortant auprès des patients ne sont pas seulement une légende, mais une réalité qu’elle découvrira en l’accompagnant dans ses missions de sauvetages. Une réalité qui ramollira son comportement inamical qu’elle a instauré avers les pompiers, surtout envers lui et balaiera aussi ses sacro-saintes règles.

S’est-elle fourvoyée en donnant sa confiance à Matteo Rossi ? En tout cas, ce qu’elle vient de découvrir dans ce dossier de malheur lui donne raison qu’elle aurait dû se méfier !

Quel plaisir de retrouver les frères Rossi et l’histoire pleine de douceur et d’humour de Matteo. Après, Livio que j’ai beaucoup aimé, ce 2e volet, m’a transportée. Matteo, qui porte le masque éternel de son charmant sourire pour donner un peu de joie autour de lui ou pour accompagner ses patients dans les meilleurs conditions possibles. Son humanité et sa gentillesse et sa bonne humeur, qualités indispensables dans l’exercice de son métier, m’ont tout de suite séduite avant même, ses attraits physiques. Ce bonhomme a vraiment tous les atouts pour vous faire passer de bons moments avec ses blagues souvent pourries mais, qui ne manquent jamais de nous faire sourire. Si Jo lui a donné du fil à retordre, son sourire lumineux et sa sincérité vont vite changer la donne auprès d’elle.  Matteo Rossi n’a pas démérité et Joséphine non plus. Si au premier abord, on la trouve, arrogante et condescendante envers autrui, un peu froide sur les bords, surtout en tant que médecin, c’est son comportement dans son service qu’on découvre la vraie Jo. L’amitié de Soumya l’infirmière et sa façon de jouer à la maman poule avec elle, laisse voir que Jo, est appréciée aimée autant dans son travail que dans le privé. Et ce qu’elle laisse voir en public n’est qu’un masque pour se protéger après la blessure à l’âme qu’elle trimbale comme un fardeau. Cette attitude même qu’elle déteste chez Matteo qui contrairement à elle, a choisi l’humour pour se protéger aussi. Ce dernier a eu aussi son lot de souffrances pour avoir besoin de rire pour mieux vivre.

Bref, une comédie romantique qui rassemble tous les ingrédients essentiels à une lecture estivale pleine d’énergie, de fraîcheur et de positivité. La plume est toujours aussi talentueuse pour nous faire aimer ses histoires en toute simplicité mais, tout aussi efficaces.

Un pompier sexy et charmeur, un médecin urgentiste hostile mais loin d’être indifférente et un carlin tout mignon qui va briser la glace d’une relation loin d’être évidente. À ne pas manquer !

Hâte de découvrir l’histoire de Giovanni ainsi que celle de Vincenzo.

Merci Tamara Balliana pour l’envoi du service presse numérique.

matteo

L’avis de Charlotte sur The Bloody Tigers : Legacy de Lizzie F


Bonjour les étoiles. Je vous présente mon avis sur The Bloody Tigers : Legacy de Lizzie F, en auto-édition.

Titre : The Bloody Tigers : Legacy

Auteur : Lizzie F

Genre : Romance

Editions : Auto édition

Ebook :  4,99 €

Broché : 15 €

Résumé :

Fraîchement diplômée, Louisa est une jeune femme promise à un grand avenir. Petit génie de l’informatique, elle est élevée dans un monde d’hommes, entre un père aimant qui est aussi son meilleur ami et un oncle surprotecteur à la tête des Bloody Tigers, l’un des plus dangereux gangs de bikers du pays. Mais elle ne sait pas quel chemin prendre…

Un soir d’été, ce destin de rêve bascule et prend un tournant inattendu. Sa soif de vengeance et une quête de justice la mènent à Bakersfied, où elle sollicite l’aide de sa « famille ». Elle espérait y trouver des réponses, elle va finalement découvrir son histoire. Mais la vie regorge aussi de surprises… Elle croise le chemin de Scott, l’un des lieutenants de son oncle, qui a interdiction de l’approcher. Seulement entre eux, l’attirance est instantanée, irrépressible.

Quand Louisa est enlevée, toutes leurs certitudes s’effondrent et un contre-la-montre s’engage pour la sauver.
L’amour sera-t-il plus fort que la vengeance ?

Mon avis :

Louisa à tout pour réussir dans la vie, un diplôme obtenu sans difficulté, un choix d’université incroyable, une passion pour la mécanique et un savoir faire exceptionnel en informatique. Le tout accompagné par un père aimant qui est également son meilleur ami, avec qui elle peut tout partager et par un oncle, un brin surprotecteur chef des Bloody Tigers, un club de Bikers influent. Malgré tout, elle ne sait pas quoi faire, quel choix prendre pour son avenir.

Cependant, un événement va modifier sa vie plutôt tranquille et ses pas vont la mener auprès de son oncle, au cœur du club de bikers. Sa soif de vengeance, ne risque-t-elle pas de l’aveugler ? Saura-t-elle faire les bons choix ?

Louisa est indépendante, elle a une sacrée personnalité en plus d’être très intelligente. Son côté intellectuel ne l’empêche pas d’aimer mettre les mains dans le cambouis, de faire de la moto et de sortir. Elle assume ses actes et elle est forte. Elle a tout de même des doutes et ne sait pas trop si ses choix seront les bons. Rejoindre son oncle était une nécessité. J’ai adoré son approche des bikers, elle est authentique et n’a pas froid aux yeux !

Elle rencontre Scott, un des membres du club, entre eux, le courant passe immédiatement et Louisa ne compte pas se laisser dicter sa conduite. Cependant, Scott, de son côté respecte les règles et les valeurs du club et toucher à la nièce du chef n’est clairement pas une option ! Il donnera tout pour résister à la tentation d’un rapprochement avec Louisa. Scott est un jeune homme plein de surprise, il est un homme dangereux, comme ses frères bikers, mais il cache un cœur énorme. Impossible de ne pas succomber à son charme !

Les événements s’enchaînent sans temps mort, l’histoire est bien rythmée, entre des moments chargés d’émotions, des moments drôles, du suspense et de l’action, pas le temps de s’ennuyer. J’ai été prise dans l’histoire très rapidement, car Louisa est très attachante. J’ai suivi avec plaisir son parcours atypique, elle m’a surprise par son répondant, son humour et sa force de caractère.

Je lis pour la première fois un écrit de Lizzie F. avec cette romance et je peux vous dire que c’est une très belle découverte. Sa plume est fluide et l’histoire très prenante. Elle ne ménage pas les personnages qui devront faire face à plusieurs épreuves, pas toujours simple à affronter. Je suis passée par beaucoup d’émotions à la lecture de cette belle histoire que je vous recommande !

Merci Lizzie F pour ce service presse.

Extrait :

— Alors, poupée, qu’est-ce que tu fais à Bakersfield ?

Je prends une voix rauque et séductrice pour m’adresser à elle.

La chasse est ouverte !

Elle se tourne vers moi, tandis que les coins de sa bouche s’incurvent en un sourire canaille. Avec le même ton de voix que j’ai employé, elle me répond lentement en s’approchant de mon visage.

— Si tu ne veux pas que je te pète le bras, tu ferais mieux de le retirer dès maintenant…

Sa réplique me surprend tellement que je reste sur le cul, figé, la bouche grande ouverte. Quant aux gars, ils sont pris d’un fou rire et se fichent ouvertement de ma gueule.

— Ha, ha ! Putain, elle a du caractère, la p’tite ! apprécie Karl.

— Grave ! Tu peux toujours courir, frangin, j’crois qu’elle n’est pas intéressée ! renchérit Adam.

— T’as entendu la p’tite dame, Scotty. Retire ton bras ! se marre Pitch.

Je capitule et ôte mon bras, bon joueur. Hum, j’ai perdu une bataille, mais pas la guerre… Sa résistance ne la rend que plus désirable.

Marc se calme le premier et l’observe en fronçant les sourcils.

— Dis-moi, petite, on ne s’est pas déjà rencontrés quelque part ? Tu m’es familière !

— Je ne pense pas. Ton visage ne me dit absolument rien, et à moins que tu sois déjà venu faire réparer ta bécane à Camden, dans le Maine, il est peu probable qu’on se soit déjà croisés !

Je siffle, surpris. Elle vient de l’autre bout du pays !

— Eh bien, le Maine, ce n’est pas la porte à côté ! T’es bien loin de chez toi, poupée. Du coup, qu’est-ce qui t’amène dans notre bonne vieille ville ? tenté-je à nouveau avec curiosité.

— Alors, premièrement, tu ferais bien de ne plus m’appeler poupée, Casanova, ou tu pourrais le regretter. Deuxièmement, comme je l’ai déjà dit, je fais du tourisme.

Sa voix est à la fois douce comme une caresse et tranchante comme la lame de mon couteau. Une main de fer dans un gant de velours. Encore une fois, elle me trouble, j’en perds mes mots, mais je me ressaisis très vite.

— Parfait, comment je dois t’appeler, alors ? m’agacé-je.

 Je n’ai pas l’habitude qu’on me parle ainsi, et encore moins une nana.

L’avis de Charlotte sur Troubled Hearts, tome 2 : pas sans toi de Marie Anjoy


Coucou les étoiles. Je vous présente mon avis sur Troubled Hearts, tome 2 : pas sans toi de Marie Anjoy publié chez So Romance

Titre : Troubled Hearts, tome 2 : pas sans toi

Auteur : Marie Anjoy

Genre : Romance

Editions : So Romance

Ebook :  5,99€

Broché : 13,99€

Résumé :

Quels sont les lourds secrets enfouis dans le passé du ténébreux Nick ?

Pas sans toi lève le voile sur ce qu’il s’est passé avant Juste un défi entre nous… L’histoire retrace la vie des personnages avant la rencontre de Meg et Nick, et explique comment la situation du premier roman a pu se mettre en place : pourquoi Nick est-il devenu un dragueur invétéré ? Quelle est la vraie nature de son étrange liaison avec Suzie ? Comment Suzie a-t-elle rencontré Robert ? En quoi la mort d’Eve, la femme de Nick, est-elle liée à tout cela ?

Mon avis :

Ce tome, raconte l’histoire de Suzie, Robert et Nick, avec la rencontre entre ce dernier et Meg, histoire du premier tome. Il permet de découvrir : quel est le lien particulier qui unit Suzie et Nick ? Comment était Nick avant d’être l’homme à conquête ? Comment Robert et Suzie se sont rencontrés ? Comment se sont déroulés les événements qui ont changé leur vie à tous ?

Faisons un petit tour des personnages : dans ce tome, Nick est en couple avec Eve, la femme de sa vie. Il est totalement différent de ce qu’il est dans les débuts du premier tome. Ce retour en arrière permet de comprendre comment il en est arrivé là, qu’elles ont été les étapes de sa vie, pas toujours facile. Suzie est l’amie de Nick depuis très longtemps, leur relation est particulière. Suzie est un personnage complexe, j’avais eu du mal à la cerner dans le tome précédent, je comprends mieux pourquoi ! Son histoire aide à la comprendre et à découvrir qui elle cache dernière cette solide carapace. Quant à Robert, ici, nous découvrons ses blessures les plus profondes, celles nées lors de la tragédie qui a marqué leur vie.

Concernant l’histoire, nous avons un aperçu de ce qu’était leur vie avant le tome 1. Pas de surprises, donc, sur le dénouement, mais de belles découvertes des personnages. J’ai aimé découvrir la douceur de leur rencontre et la sincérité de leurs liens. J’ai adoré suivre les difficultés qu’ils rencontrent pour surmonter un événement dévastateur, chacun agissant comme il le peut.

Dans Pas sans toi, l’accent est mis sur les émotions, les trois protagonistes ont réussi à me toucher. J’étais déjà séduite par Nick, qui m’a une nouvelle fois conquise. J’ai été agréablement surprise par Suzie, qui mérite réellement d’être connue. Je redoutais l’histoire de Robert, j’avais peur d’arriver à ce passage que l’on sait traumatisant pour lui… Une chose est sûre, elle m’a prise aux tripes.

Ce deuxième tome qui est, comme le premier, plein d’émotions. La plume de l’auteure est fluide et m’a fait passer un très bon moment avec cet opus. Merci Marie Anjoy pour l’envoi de ce service presse.

Extrait :

— Pour l’instant, range ton sex-appeal quelque part parce que nos invités sonnent à la porte.

Je bougonne en reculant. Cette femme est une tigresse, son corps de déesse me rend fou de désir sans même le toucher. Me voilà bien embarrassé, à l’étroit dans mon pantalon, ce que ne manquera pas de remarquer la bande de joyeux drilles qui tambourinent à la porte, Clémence en particulier, qui a la fâcheuse manie d’avoir toujours les yeux rivés sur l’entrejambe des mecs. Eve sourit en me regardant, s’approche de moi pour m’embrasser, sort la chemise de mon jeans me caressant au passage.

— Qu’est-ce que tu fais, diablesse ? Tu trouves que tu ne m’as pas assez chauffé ?

— Tu es toujours excité. Je fais en sorte que Clémence ne fasse pas une fixette sur ta protubérance, elle ne te lâcherait pas de la soirée. Quant à Suzie, elle te reprocherait une faute de goût impardonnable. « Seigneur, une chemise Hugo Boss dans un Levis ! »

— Tu te moques de Suzie, là ?

— Bien sûr que non, tu sais bien que ceci n’est qu’un amusement pour elle ! Jouer la blonde écervelée pour exaspérer ses parents. Il va bien falloir qu’un jour, elle montre son vrai visage.

— J’ignorais que tu l’avais percée à jour.

Eve me repousse et je me dirige vers la porte d’entrée.

— On arrive, patience ! Eh oui, mon cœur, Suzie n’est pas celle qu’elle veut laisser croire. Elle va finir par s’épuiser avec ce rôle, tu devrais lui dire, elle pourrait t’écouter, ajouté-je en ouvrant la porte.

Fake Fiancé Deal d’Émilie Maes aux éditions Addictives !


Hello les étoiles, je vous présente mon avis sur Fake Fiancé Deal d’Émilie Maes. Rebondissements, suspense et émotions au rendez-vous dans cette histoire de seconde chance que je vous recommande de découvrir !

Titre : Fake Fiancé Deal

Auteure : Émilie Maes

Éditeur : Éditions Addictives 

Collection : Luv

Genre : Romance contemporaine 

Résumé : S’aimer pour de faux, s’attirer pour de vrai.
L’amour ? Annie a clairement d’autres choses à penser ! Entre un père parti sans rien dire, une mère qui ne gère rien et une sœur placée en foyer, elle arrive au point de rupture.
Mais quand les choses empirent encore, il ne lui reste qu’un recours : signer un contrat lucratif de fausse fiancée avec Damon, un homme arrogant dont elle ne connaît rien et qui a désespérément besoin de redorer son image.
La jeune femme accepte de jouer la comédie à une condition : que Damon ajoute une clause « no sex » à leur accord. Annie est prête à respecter le contrat à la lettre, surtout pendant la période d’essai de sept jours, car il est hors de question de risquer de perdre l’argent que lui rapportera ce deal !
Sur le papier, c’est parfait. En pratique, entre les provocations de Damon, qu’elle a envie d’étriper, et le désir qu’elle ressent pour le corps de rêve de son faux fiancé, la cohabitation se transforme en délicieuse torture…

★・・・・・・★L’avisdeMya★・・・・・・★

Annie est une jeune fille courageuse et déterminée, qui mène pleins de projets de front et sans soutien. Entre ses études, la maladie et l’incompétence de sa mère à prendre soin de sa petite sœur souvent, placé au foyer, le manque d’argent, elle ne voit pas le bout du tunnel. Jusqu’à sa rencontre avec Damon… Ce dernier a un besoin urgent de redorer son blason auprès de ses associés ainsi qu’améliorer son image publique et sa seule option, c’est de se trouver une fausse fiancée. Et Annie est arrivée au moment opportun pour lui offrir un semblant d’intégrité. Un contrat de fausses fiançailles qui profite aux deux parties mais, qui partit en dérive quand une attirance fatidique et intense s’en est mêlée.

En effet, ce désir imprévu et malvenu est venu porter le premier coup de canif dans le contrat censé être sans l’élément sexe ou toute relation qui pourrait les rapprocher. Il s’est insinué dans leur peau, ne leur laissant pas d’autres choix que succomber aux élans de la chair frémissante de leurs corps. Et cela ne s’arrêtera pas là. Les deux contractants vont adorer bafouer toutes les règles qu’ils ont eux-mêmes instaurées… jusqu’à ce qu’Annie découvre la duplicité de Damon… L’horreur et le sentiment de trahison sont venus s’ajouter à ses maints soucis alors qu’elle croyait que l’argent allait tous les anéantir.

Nécessité fait loi certes, cependant, Annie est-elle capable de fermer les yeux devant le mensonge et l’infamie commise par Damon ?

Fake Fiancé Deal, une jolie romance qui remplit son rôle distrayant à 100 %. Si je ne suis pas fan des histoires qui évoluent comme l’éclair, il y a des circonstances atténuantes à celle-ci. L’appétence sexuelle foudroyante et du premier coup d’œil entre les personnages clés était convaincante et surtout irrésistible. Une intrigue inédite rondement efficace, une plume addictive et un style simple et surtout fluide qui rend la lecture aussi agréable que rythmée. Une histoire sexy, souvent, torride et drôle qui m’a fait passer un superbe moment. Quant aux personnages, ils en imposent par leurs charismes avérés. Ils sont aussi drôles qu’attachants. Pour une fois, je n’ai pas à élire mon préféré car, j’ai adoré leurs deux caractères pas si différents qu’on ne pourrait le croire. Au fil des pages, on découvre une similitude dans leurs histoires émouvantes. Tous deux ont goûté à la vie dans les foyers et ont souffert de l’abandon. Tous deux, ils se sont donnés les moyens pour s’imposer et s’intégrer dans une société qui les a rejetés.

Le fort tempérament d’Annie répond tac au tac à celui de Damon, donnant naissance à des situations explosives et hilarantes… comme je les aime. Si Damon croyait détenir les rênes, Anne va vite prendre le dessus de leur relation interdite. Et cela aussi, j’ai adoré. Annie semble un brin impulsive et parfois, contradictoire avec elle-même mais, c’est une fille qui gagne à être connue et rien que ses tacles aux manigances de Damon, sa pétillance et sa malice, nous la font aimer sans préavis.

Et je n’oublie pas la dynamique qui était au point. Les personnages secondaires ont apporté de l’eau au moulin, avec une participation très pertinente !  Pour un premier roman, Émilie Maes a fait du bon boulot. Rebondissements, suspense et émotions au rendez-vous dans cette histoire de seconde chance que j’ai pris plaisir à lire et que je vous recommande de découvrir.

Merci aux éditions Addictives pour l’envoi du service presse numérique.

235195297_183209760543340_1319364774732494850_n

L’avis de Carine sur Unfaithful, un roman de Karyn Adler chez Black Ink Editions


▀▀▀▀▀▀▀▀▀ Titre : ▀▀▀▀▀▀▀▀▀

Unfaithful

▀▀▀▀▀▀▀▀▀ Auteur : ▀▀▀▀▀▀▀▀▀

Karyn Adler

▀▀▀▀▀▀▀▀▀ Editions : ▀▀▀▀▀▀▀▀▀

Black Ink

▀▀▀▀▀▀▀▀▀ Genre : ▀▀▀▀▀▀▀▀▀

Romance

Ebook : 4.99 €

Broché : 18.00 €

Résumé :

« Ivy aime Andrew. Andrew aime Ivy »

Lorsque le destin a bouleversé l’équilibre de notre vie cadencée, c’est tout notre univers qui s’est écroulé. À qui la faute ? À lui ? À moi ?
L’amour est toujours là, c’est vrai. Pourtant, tout a changé. Nos corps doivent réapprendre à s’aimer. Nos âmes, à se retrouver.
« Ivy aime Andrew. Andrew aime Ivy. »
Voilà ce que je me répète chaque fois que j’esquisse mes fautes dans mes carnets.
Des mots crayonnés comme pour m’y rattacher, comme pour m’en défaire.
J’ai menti. Je l’ai trahi. Je laisse d’autres hommes posséder mon corps quand mon cœur n’appartient qu’à lui.
Pourquoi ? Pour nous sauver. C’est la seule manière d’y arriver.
Il y a eu un avant et je veux croire à un après.
Jugez-moi. Haïssez-moi, si vous voulez.
Lisez-moi, et vous comprendrez que je l’aime assez pour avoir tout tenté.
Et vous, jusqu’où iriez-vous par amour ?

▀▀▀▀▀▀▀▀▀ Mon avis : ▀▀▀▀▀▀▀▀▀

N’ayant pas lu le résumé avant de débuter ma lecture, et ne parlant pas l’anglais, me voilà une fois de plus plongée dans une romance qui parle d’un thème qui me rebute : l’infidélité. Et une fois de plus, me voilà emportée hors de ma zone de confort. Exit mes préjugés et toute révulsion sur ce dernier qui n’est finalement en aucun cas le principal sujet du roman. Car lorsqu’on parle d’amour passionnel à ce point et aussi bien, et dans un même temps d’infidélité, et ce, avec une originalité désarmante puisque la personne que l’on trompe est sans aucun doute celle que vous aimez le plus au monde, et que de le faire vous fait souffrir à un point qui dépasse tout entendement, mais, que vous le faites pour lui… moi je dis que je suis tombée dans une lecture qui m’a complètement fascinée.

« Ivy aime Andrew, Andrew aime Ivy ». Voilà ce qu’il faut retenir dès la lecture des premières pages.

Ivy et Andrew s’aiment, il n’y a aucun doute. Mariés depuis des années, ils se sont connus très tôt et leur amour n’a jamais failli, même dans les moments les plus difficiles. Pourtant, un évènement va venir semer le trouble dans leur couple jusque là très fusionnel. Un évènement qui ne va pas remettre en question l’amour qu’ils se portent, mais à cause duquel ils pourraient se perdre… Cependant, ils s’aiment beaucoup trop pour ne pas tout tenter et sauver ce qu’ils ont de plus cher au monde…. Tout tenter ? Et si au contraire cela pouvait tout changer ?

Unfaithful ou comment parler d’amour. Du vrai. De celui qui vous fait vous sentir vivant. De celui qui vous rend heureux à chaque seconde de votre vie. De celui où dire je t’aime n’est pas une simple phrase anodine, mais aussi bien une vérité qu’un besoin inexorable de le dire encore et encore, de se le prouver chaque jour qui passe, de le partager… Se désirer au-delà de l’entendement jusqu’au jour où tout s’écroule… Il suffit d’une minute, d’une seconde, d’une fatalité pour que tout change. Et là, ce sont les rêves qui se brisent, tout comme les cœurs… On essaye, on doute, on chute, on s’écroule, on souffre, on perd ses repères. Puis le choc, la colère qui devient alors indispensable pour tenir, se réveiller, se sentir vivant à nouveau et pouvoir aimer…

Avec Unfaithful, j’ai retrouvé la plume de Karyn Adler avec une grande joie. J’aime sa plume lorsqu’elle me raconte la douleur. Elle excelle dans la manière de nous mettre à fleur de peau en mettant des mots sur les maux. Une plume toujours aussi belle, tendre, pleine d’émotions et passionnelle. Dans la beauté comme dans la douleur. Elle sait marquer les cœurs et les âmes, et avec ce roman, elle ne faillit pas. Avec Unfaithful, ce sont les mots qui vont créer les maux pour venir à bout d’autres maux. Le mal par mal… Un mal qui fait mal… Ils vont s’embarquer dans une histoire qu’aucun des deux ne maitrisent, avançant à l’aveugle, se suivant main dans la main, mais à quel prix ? Leur couple tout fusionnel et passionnel soit-il, peut-il y survivre ? Pourtant, paradoxalement, c’est bien pour le sauver qu’ils souffrent autant… S’égarer pour se retrouver… Est-ce vraiment la seule solution ? Et s’il fallait toucher le fond pour trouver l’impulsion de remonter ?

Une romance originale qui sort des sentiers battus avec un couple déjà existant qui s’aime sans qu’aucun doute ne soit permis. Un couple prêt à tout sauf à se perdre, même si c’est pour se retrouver. C’est beau, ça fait mal, mais c’est fort. Il est compliqué de pouvoir vous en dire plus sans spoiler. Ce roman ne peut se raconter, il ne peut que se lire en se laissant porter par les émotions et avec une question que vous ne cesserez de vous poser : Jusqu’où seriez-vous prêts(es) à aller par amour ?

Et si vous vous laissiez surprendre à votre tour par Unfaithful pour savoir ?

Ne jugez pas ! Et laissez vous porter…

Un grand merci aux Editions Black Ink pour m’avoir permis de découvrir Unfaithful en service presse numérique.

▀▀▀▀▀▀▀▀▀ Extrait : ▀▀▀▀▀▀▀▀▀

J’ai à peine franchi la porte d’entrée que la vue d’Ivy me coupe le souffle. Comme si je la découvrais pour la première fois. Elle est là, à quelques pas de moi, son corps sublimé par une robe moulante qui enrobe ses courbes aguichantes. Elle a ramassé ses cheveux en un chignon flamboyant d’où s’échappent quelques mèches. Elle sourit, tournant sur elle-même. Je relâche ma mallette, pose mes clés et desserre ma cravate sans la quitter des yeux. Chaque pas vers elle me donne envie de lui sauter dessus sans attendre. Pourtant, j’ai la vague impression que ce n’est pas ce qu’elle a prévu.

— Ivy…

— Ça te plaît ? demande-t-elle, mordillant sa lèvre inférieure.

— Si ça me plaît ? Tu es… sublime.

Je passe mes doigts fébriles dans mes cheveux, le cœur battant sur un tempo incertain. C’est elle. C’est cette émotion qui me submerge lorsqu’elle me regarde comme si j’étais la seule chose qui compte pour elle. Le seul au monde. Chaque inspiration me coûte. J’ai envie d’elle. Là, maintenant, ici même. Je sais qu’elle en a conscience. J’agrippe sa taille, l’attire contre mon corps tendu, et l’embrasse avec fougue et passion. L’une de mes mains remonte lentement, jusqu’à se faufiler sous les quelques mèches volatiles de son chignon. Je saisis sa nuque pour l’approcher un peu plus de moi. J’intensifie le baiser, forçant le passage de ses lèvres pour y glisser ma langue. J’ai envie de la dévorer, de la faire mienne, plus encore qu’elle ne l’est déjà. Elle gémit dans ma bouche et ça ne fait que décupler mon désir. Mon sexe se tend, frottant sans gêne contre son bas-ventre. Elle ondule et je grogne. Mes doigts jouent entre ses cuisses, les siens se posent sur mon torse et elle me repousse pour reprendre son souffle.