En exclusivité pour vous les étoiles ! L’itw de la Nisha’s Girl Aurelie Coleenn

Coucou les étoiles ! Aujourd’hui nous passons au crible Aurelie Coleen qui nous dit tout… ou presque ! vous voulez tout savoir ? Alors c’est parti !

Bonjour Aurelie comment vas-tu ?

 – Je vais bien merci ! 

 

 

 Super alors c’est partie !

Tout d’abord un grand merci à toi pour avoir accepté cet ITW et ainsi nous accorder un peu de ton temps  

Avant de parler de Endless lust  peux – tu nous parler un peu de toi ?

  -Je suis une maman de deux petits bouts de 7 et 4 ans, j’habite un petit village dans le nord-est et je suis amoureuse de mon chéri depuis bientôt 10 ans ! 

 

La question fatidique qui ne déroge pas à la règle de l’ITW lol, d’où te vient cette passion pour l’écriture ? 

 –Ah Ah et bien je ne suis pas toute seule dans ma tête donc les nuits blanches sont maintenant couchées sur le papier. Autant en faire profiter tout le monde. 

 

As –tu un rituel pour écrire ? Ou peut-être un endroit bien particulier ?

Le soir au calme quand mes petits monstres sont au lit. J’aime écrire avec un bon café à mes côtés… 

 

Beaucoup d’auteurs se lancent dans l’écriture à 4 mains, cela pourrait-il faire parti de tes futurs projets ? Si oui avec qui ?

 -J’écris déjà sur wattpad avec une de mes BL « Folie Attitude », mais si je devais en écrire une autre je mélangerai bien ma plume avec celle de Twiny.B. 

Ce serait vraiment une super idée ! On peut dire que le message est passé 😉

 

Venons en à ton nouveau bébé Endless Lust Gibson

Que peux-tu nous dire sur ton nouveau roman à paraître chez Nisha ?

Il est sexy Hot Rock’n’Love et surtout Caliente ! 

Oui oui je confirme !!! j’ai eu chaud très chaud même soupir …

Comment est né ce sujet et particulièrement ta source d’inspiration pour le personnage de Gibson ?

Je suis une grande fan de Kellan Kyle !  

Tiens donc lol 🙂

Des petits secrets sur lui ? On veut tout savoir 🙂

Gibson alias noam huber

Il est insortable, beaucoup trop égocentrique, mais c’est le héro le plus sexy que j’ai imaginé jusqu’à maintenant… 

 Y aura-t-il une suite avec Terry ? puis Fender ?

Oui la saga comporte 6 tomes en tout 😉 

c’est une sacré bonne nouvelle ! Je suis super heureuse yépa !

L’écriture au masculin n’a pas du être très facile pour toi, c’était une envie ? un challenge ?

Oui c’était un challenge ! Mais maintenant j’adore écrire au masculin, même si cela peut paraître bizarre vu que je suis une femme. J’y rajoute tout de même ma petite touche de romance pour rendre le tout touchant. 

Et bien bravo, c’est très réussi !

Ce roman est très très hot et je me suis surprise à me délecter de chaque scène que j’ai vraiment trouvé originale, pleine de sensualité et surtout écrite avec finesse… Mais je suis très curieuse de savoir comment cela se passe ce genre d’exercice.  Dans quel état d’esprit es-tu lors de l’écriture ? On jette sa pudeur comme on jetterait sa culotte et on entre complètement dans son personnage ? On s’en amuse ou cela s’avère t-il difficile de trouver la bonne dose ? 

 –Je m’en amuse, je jette ma pudeur et je rentre complètement dans la peau du perso. Il n’y a aucune honte à cela. J’ai demandé plusieurs fois à mon conjoint ce qu’il pensait de certaines scènes et si c’était trop à son goût je cherchai autre chose. Sur le point de vue sexuel au masculin, il faut imaginer comment « nous » [femme] réagirions à la place des hommes.

Oui et j’imagine bien que cela ne doit pas être simple du tout  lol 

Que pourrais-tu dire à nos fans page qui hésiteraient à lire Endless lust malgré ma super chronique  🙂

 –Je ne force personne à lire mes romans. Sur Wattpad les 4 premiers chapitres sont dispo pour se donner un aperçu et sur les plateformes le prologue est disponible également. Gibson est un personnage masculin, il n’hésite pas à dire les choses.

Les scènes de sexes peuvent heurter la sensibilité de certaines, mais un avertissement est mis à disposition dès l’achat du roman. Il existe aussi chez Nisha des versions sweetness pour celles qui n’aiment pas trop les détails. 

 Comment vois-tu ton avenir  dans le domaine de l’écriture ?

J’espère monter plus haut !

On passe au côté ITW délire ? Cela te dit ?

Bien sûr !

Questions/ réponses courtes : ta plus grosse…

Ta plus grosse peur :

Je déteste les araignées 

 Ta plus grosse honte :

De tomber en pleine foule ! 

Ta plus grosse partie de rire :

Je suis du genre délirante alors, je rigole beaucoup

Ta plus grosse boulette :

Raconter sans le vouloir quelque chose que je ne devais pas dire. 

Ta plus grosse…. A toi de finir :

déception ? Que les lectrices n’aiment pas mes écris. Même si je sais que je ne peux pas plaire à tout le monde. 

Merci Aurelie d’avoir pris de ton temps pour nous, en nous apportant ce petit bout de toi, un dernier mot peut-être ? 

Bonne lecture et aventure rock’n’sexy 

Ho bien ouiiii lol 

A bientôt !

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Présentation de l’auteure Ednah Walters et interview du héros Torin St James

En accord avec l’auteure Ednah Walters, je vous présente l’interview originale concoctée par la créatrice du héros Torin St James dont j’ai eu l’exclusivité à l’époque de mon blog. Afin que cette sublime itw ne se perde pas dans les méandres du net et que vous puissiez découvrir un peu mieux leur univers, voici Ednah Walters et Torin St James.

En effet Ednah Walters est américaine, diplômée de chimie (PhD), mais elle a choisi d’être mère au foyer pour s’occuper de ses cinq enfants. Elle est aussi auteure à succès consacrée par le USA Today. Elle aime inventer des héros imparfaits et des femmes amoureuses.

Sa série primée, best-seller international pour jeunes adultes, est une aventure paranormale et sentimentale. Elle commence avec le roman Runes et comprend six tomes à ce jour. Le dernier, Witches, publié en anglais en mars 2015, a remporté le prix des lecteurs Readers’ Favorite Book Awards.

J’ai donc eu la chance de pouvoir échanger avec elle directement et avec Laure Valentin, sa traductrice dans la saga Runes ( que j’ai eu le plaisir de découvrir récemment et pour laquelle j’ai un véritable coup de cœur !).

C’est ainsi qu’Ednah Walters nous a concoctées une interview personnalisée : moi-même face à Torin (qui n’est autre que LE personnage du premier volet dont j’ai fait la chronique récemment) et je vous garantis que j’ai eu quelques bouffées de chaleurs !!!

Allez je ne vous laisse pas en reste et vous présente mon interview de Torin, vue par Ednah Walters elle-même et je la remercie infiniment. Il s’agit d’un des plus beaux cadeaux qu’on m’ait fait et c’est un véritable honneur. MERCI !!

INTERVIEW DE TORIN

Le rugissement d’un moteur deux-temps se rapproche. Elyiona est une boule de nerfs, vous savez, comme ce journaliste dans Entretien avec un vampire. Sauf que son invité à elle n’est pas un vampire, sinon il ne conduirait pas une Harley en pleine lumière du jour. Elle s’avance vers la fenêtre, soulève le coin du rideau et jette un œil au-dehors. Un soupir de soulagement lui échappe quand elle constate qu’il n’est pas seul. Il aide sa petite amie à retirer son casque. La chevelure brune de la jeune femme tombe en cascade sur ses épaules. Il lui dit quelque chose, et elle lui répond par un petit coup de poing amusé dans le ventre avant d’empoigner son t-shirt pour l’attirer contre elle. Il abandonne son casque sur la selle, prend son visage entre ses mains et ils s’embrassent. Elyiona s’évente. Même sa voisine de l’autre côté de la rue a interrompu l’arrosage de son jardin pour les regarder. Craignant qu’ils ne la voient, Elyiona laisse retomber le rideau et se précipite dans sa chambre pour s’assurer d’être présentable. C’est la dixième fois qu’elle se refait une beauté.

Lorsqu’on frappe à la porte, Elyiona accourt et l’ouvre d’un geste vif : Bienvenu chez moi, Torin et… où est Raine ?

Torin (souriant) : Elle est partie.

Elyiona fronce les sourcils en jetant un œil vers le trottoir désert : Oh. Je vous en prie, entrez et installez-vous. Vous voulez boire quelque chose ? Du thé ? Je sais que vous aimez le thé, vous les Anglais !

Torin : Non, ça ira, je vous remercie. Cela fait longtemps que je ne me considère plus vraiment comme un Anglais.

Elyiona recule pour lui laisser la place. Il est grand, avec des cheveux noirs en bataille et les yeux bleus les plus éclatants qu’elle ait jamais vus. Il attend qu’elle s’assoie, puis il prend place sur le fauteuil en face du sien.

Elyiona : Vous avez laissé Raine conduire votre Harley ?

Torin hausse les épaules : Oui. Elle apprend à contrôler sa vitesse et cela me plaît bien, comme ça je suis le passager. *il a un sourire malicieux*

Elyiona (rit en s’imaginant Torin derrière elle, les bras passés autour de sa taille) : Vous ne la déconcentrez pas ?

Torin (ses yeux bleus s’agrandissent et il lui adresse un sourire innocent) : Non. Pas intentionnellement, de toute façon c’est elle qui insiste. Alors, que vouliez-vous me demander ? Elle sera de retour dans une trentaine de minutes.

Elyiona (enveloppe du regard son jean noir, son t-shirt bleu qui fait ressortir la couleur de ses yeux, sa veste en cuir et ses chaussures en toile) : Bon. Vous ressemblez à un jeune homme de dix-neuf ans. Quel âge avez-vous en réalité ?

Torin (fait la grimace) : Dix-neuf ans ? Vraiment ? Je dois changer de style vestimentaire, alors.

Elyiona : D’accord, disons une petite vingtaine d’années. Mais sérieusement, quel âge avez-vous ?

Torin : J’ai arrêté de compter après huit siècles.

Elyiona : Puisque vous avez vécu si longtemps, quels changements négatifs avez-vous constatés au fil des ans ?

Torin : Les critères de beauté féminine. Les corps taillés comme des allumettes ne me font aucun effet. En revanche, les formes (il pose sur son corps un regard de braise avant d’esquisser un petit sourire), il y a tant de choses qu’un homme peut faire avec une femme plantureuse.

Elyiona (rougit) : Et quelles évolutions vous plaisent ?

Torin : Je fais de la moto et j’adore les progrès que les humains ont fait en ce qui concerne la création de ces bolides. J’ai hâte qu’on invente des motos volantes. Je me vois bien en chevaucher une dans cinquante ou cent ans.

Elyiona (soupire, regrettant de ne pas être immortelle) : Que signifie votre prénom, Torin ?

Torin (rit tout bas) : En gaélique, ça signifie chef ou tonnerre, et on l’associe à Thor, le dieu du tonnerre. Pour les Écossais, Torin signifie colline escarpée.

Elyiona : Êtes-vous fier de votre apparence ?

Torin (hausse les épaules) : Je n’y pense pas vraiment. Je m’entretiens pour garder la forme.

Elyiona : Allons, Torin. Êtes-vous en train de me dire que cela ne vous fait rien de voir les filles baver d’admiration devant votre corps séduisant ?

Torin (sourit) : Non, il n’y a qu’une seule fille qui peut me faire de l’effet en bavant d’envie devant mon corps, ou en le touchant, ou…

Elyiona (lui rend son sourire) : Et je suis convaincue qu’elle aime aussi vous voir baver d’admiration devant elle.

Torin : Je ne bave pas.

Elyiona (en riant) : Oui, bien sûr. Avez-vous des cicatrices, des tatouages ou des piercings ?

Torin (se met debout et soulève sa chemise pour lui montrer de légères cicatrices sur son torse) : Celles-ci sont spéciales.

Elyiona (en essayant de ne pas tomber en extase devant ses abdominaux parfaitement sculptés) : Pourquoi ?

Torin : Je les ai reçues pendant la croisade, alors que je luttais aux côtés de mon frère James.

Elyiona : Quelle est votre tenue préférée ?

Torin : Décontractée… Jean et t-shirt, ça me suffit, mais ça ne me dérange pas de porter un costume ou de ne rien porter du tout *sourit d’un air espiègle*

Le moteur d’une Harley se fait entendre en fond.

Elyiona : Quels sont les vêtements que vous préférez chez le sexe opposé ?

Torin (regarde dans le vague avec une expression nostalgique) : Il y aurait tellement de choses à dire au sujet de la nudité, mais j’attends Raine. À part ça, je dirais les robes. Quand j’étais jeune, les femmes apportaient un soin tout particulier à leurs toilettes. J’adore voir Raine avec une robe. Elle est resplendissante. D’un autre côté, je préfère la voir beaucoup plus dévêtue.

Elyiona (en riant) : Je peux lui dire que vous avez dit ça ?

Torin (se lève en ricanant) : Elle le sait déjà.

Le bruit du moteur leur parvient et Elyiona se lève à son tour.

Torin (serre la main d’Elyiona). Merci de m’avoir reçu. J’ai le droit de vous embrasser ? Juste sur la joue ?

Elyiona : Mon mari risque de déclencher une troisième guerre mondiale si vous m’embrassez ailleurs.

Torin (éclate de rire et lui dépose un baiser sur la joue) : Alors je me sauve. J’espère que nous nous reverrons, Elyiona.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

En exclusivité pour vous les étoiles ! Léo et Jade, les héros de Sur ton chemin de Mikky Sophie, vous disent tout… ou presque ;)

00-mdg-4552--10-.jpg

Les étoiles  : Salut vous deux ! Déjà un grand merci de répondre à nos questions, nous savons que vous êtes très occupés et sur les routes (clin d’œil), nous essaierons d’être aussi brèves que possible ! D’ailleurs si vous pouviez nous sortir quelques photos de vous ce serait cool, merci 😉

  • Les étoiles : Comment vous sentez-vous après ce mot fin qui clôture votre aventure livresque ?

Jade: Bonjour les étoiles, je suis un peu stressée, j’ai peur du jugement des autres !

Le mot fin signifie qu’on ne peut plus revenir en arrière, plus jamais… mais je ne changerais rien.

Léo:  la fin, c’est la mort et je ne suis pas encore un sac de viande en décomposition, c’est un mot de merde de notre créatrice, ce n’est que le début pour nous, c’est la vie qui commence au contraire.

Tous les livres devraient finir par le mot « commencement » parce que c’est à partir de là que les personnages sont libres de voguer au gré de l’imagination plus au moins fertiles des lecteurs, bref, je n’aime pas ce mot ! Je crois que je parle trop là, désolé .

  • Les étoiles : Mais non Léo, on aime t’écouter parler… et plus encore 😉 C’est très beau ce que tu dis là  😉

Jade : Qu’est ce qu’elles veulent, elles ? 

  • Les étoiles : Heu non mais, nous t’aimons beaucoup Jade, mais n’oublie pas que nous avons assisté à tout et que bon… Léo c’est Léo quoi ! Tu te croyais vraiment seule dans le van ? Nous étions toutes là ! hihihi

Jade : Léo est léo et il est toujours aussi égal à lui même, et c’est que j’aime en lui même ‘il me fait péter les fusibles des fois, par contre moi, j’ai beaucoup changé à ses côtés !

Je ne vous en veux pas parce que ma créatrice vous aime bien mais faudrait pas me chercher quand même, j’ai évolué, mais une partie de l’ancienne-moi, est toujours tapie quelque part et n’attend qu’un signal pour mordre !

aa.jpg
Aucune panique dans le regard…
  • Les étoiles : Wouh, Jade, tu nous as fait peur , nous pensions que ton contact avec le Yéti, t’avais transformée en guimauve, mais nous voyons que rien n’a changé !

           Pas de soucis Jade, nous nous contenterons de le rêver dans nos fantasmes LOL 

J’imagine que vous connaissez par cœur votre créatrice, pouvez vous nous parler d’elle ?

Sans titre 16.jpg

Léo: notre créatrice? Elle est aussi schizo que ma mère !

Jade: mais non, n’exagère pas quand-même !

Léo: oui, c’est vrai j’abuse, c’est juste que c’est une emmerdeuse mais je l’aime bien, Elle voit le destin comme un challenge, elle aime inverser le cours d’une vie à partir où  elle voit la beauté dans chacun de nous.

Jade : C’est vrai, grâce à elle, j’arrive à me trouver belle parfois.

Léo : Non c’est grâce à moi et à ma langue.

 Les étoiles (*soupir ! Léo arrête de nous titiller! Rêvons les yeux ouverts…Quelle chance elle a celle-là, qu’est ce qu’on donnerait pour nous retrouver à sa place pfff)

Jade : Tu devrais l’utiliser à bon escient au lieu de dire des conneries, pfff celui-là il me rend chèvre, il n’en rate pas une, mais bientôt, j’y mettrais le holà parole de Jade !

(Clin d’œil de Léo à jade. Elle rougit.)

Jade : Vous voyez les étoiles ? Oui je croyais vraiment être seule dans le van, Léo a le don aussi de me faire oublier tout le reste, s’il vous met dans sa bulle, plus rien n’existe à part lui, et vous ne voudriez plus en sortir pour rien au monde.

kk.jpg

  • Les étoiles : Faut avouer que rien que pour sa langue savoureuse et experte, nous ne le voudrions pas non plus,  hihihi oui, oui promis que pour nos fantasmes…. Nous nous ne voulons pas te faire concurrence, c’est clair que nous serons loin du compte, un regard du Yéti vers toi et le monde s’éclipse, ne laissant parler que votre désir … (Soupirs des étoiles, on en a gros sur le coeur !)
  • Et cette créatrice schizo, vous a t-elle parlé de ses prochains projets ?

Léo : Oui, je crois qu’elle est complètement barrée, Elle a voulu m’expliquer mais j’ai rien capté, trop de choses lui passent par la tête que je n’arrivais plus à la suivre, et entre vous et moi, je n’ai pas trop l’envie, (clin d’œil), j’ai une obsession à m’en occuper !

Jade : Elle n’arrête pas de penser à ses nouveaux personnages, elle va finir par nous oublier, et bientôt, nous prendrons la poussière dans sa vieille bibliothèque ! 

Léo : On m’a chassé toute ma vie mais de la tête de ma créatrice, cela n’arrivera jamais, fais moi confiance, quand elle aime, elle ne fait pas semblant et elle nous aime trop cette folle !

Jade : En tout cas, cette nouvelle histoire risque de vous surprendre encore

Les étoiles : Mais non, personne ne pourra vous oublier ! Le moindre petit geste quotidien nous fait penser à vous, par ex, en mangeant des madeleines, et nous n’allons pas parler de la douche… (la honte !) Non, nous garderons cela pour nous LOL.  

 Nous avons très hâte d’en savoir plus, nous aimons les belles surprises !

  • Comment êtes- vous sortis de son imagination d’ailleurs ?
Léo: elle voulait un mec qui ne rentre pas dans les normes de la romance alors elle m’a créé sauvage, un peu à l’Ouest et ronchon, enfin je crois.
Jade: c’est surtout qu’elle fantasmait sur un canadien qui voyage en van. Elle te voulait un peu comme lui même si toi t’es carrément beaucoup plus. Pour moi, elle m’a crée à l’opposé de Léo, sédentaire, réservée, avec plein de principes à la con… enfin… c’est ce que j’étais.
serviette.jpg

Leo: mon parfum préféré…

Jade: ça me rappelle que j’ai une douche à prendre ! tu viens Leo ?

– Les étoiles : hop hop , plus tard la douche on parle là lol

 Et toi Léo, tes petits surnoms, tu en penses quoi ? Le yéti, l’homme des bois ?
la puissance des mots ont-ils fait de toi, cet homme viril énigmatique qui nous fait tant rêver ?
Léo: je ne sais pas trop pourquoi elle m’a surnommé ainsi,  encore une de ses lubies fofolles, je ne suis pas très sociable, je fais fuir les gens qui m accostent, je dis ce que je pense et je ne m encombre pas de ce que les autres peuvent penser. C’est peut-être cela qui fait de moi l’Homme que je j’ai été, que je suis aujourd’hui et je l’assume totalement !
–  Qu’en pense Jade ?
Jade : C’est vrai que son comportement me faisait frémir de peur et de colère mais c’est l’homme qu’il est qui a fait battre mon cœur, alors aucun regret, si c’était à refaire, je plongerais les yeux fermés dans sa bulle protectrice !

serviette.jpg

Jade: ah je me souviens de ce jour-là, Leo avait laissé tombé la serviette. J oublierais jamais ce moment. Une révélation majestueuse.

Leo: t’es sérieuse là ?

Jade: je parlais de ton dos, banane !

Leo : Banane ? C’est à peu près ça oui !

 Un mot pour qualifier l’un et l’autre?
Leo pour résumer Jade ?
Leo: insaisissable
Jade pour résumer Leo ?
Jade: insaisissable.
Leo: à vos lassos !
  • Les étoiles : Quels sont les endroits qui vous font rêver ?

Jade: la montagne…

Léo : n’importe où… à partir du moment où on est ensemble, dans notre bulle !

Vancrafted-Roadtrip-Combi-Vanagon-une-1140x500.jpg
Jade : Elle est pas belle la vie ? Leo... Je t’aime, Jade.

Les étoiles : OMG, qu’ils sont mignons ces deux là ! (des soupirs, encore des soupirs et à jamais !) 

serviette.jpg

 Jade: je ressemble à ma mère.

Leo: je sais pas sur quoi me concentrer, ta bouche ou tes yeux. Putain ! Heureusement que c’est pas une photo avec ton corps entier… tes fesses, tes… il est fini l interview ? J’ai un truc urgent à faire ! 

Les étoiles : Patience Leo ! Je sais que tu peux par rester en place mais quand même ! un peu de tenu… ou pas… 😉

Allez, nous allons vous laisser à vous roucoulements, et arrêter avec nos questions épuisantes ! Car j’ai l’impression qu’on a du mal a vous tenir là !

Si vous avez un message pour vos lectrices, profitez-en !

Jade : merci à celles qui se sont mises ou qui se mettront à ma place.

Leo: la vie nous est offerte… et elle réserve de belles surprises, venez dans ma bulle… mais n’oubliez pas de claquer la portière en partant.

Les étoiles : Hey,  Jade ! Pssst  : Si jamais tu es d’accord, hum, nous aimerions bien que Léo nous donne chaud encore sur quelque lignes ( hum… rougissements gênants de la totalité des étoiles ! )

chau.jpg

Moment chaud:

Leo: j’ai peur de ne pas pouvoir te satisfaire Carine, j’ai jamais eu autant de désir pour une seule femme. Je parle d’elle et déjà je l’imagine coincée entre mes bras, son corps nu, allongé sous mon poids. Ses cuisses agrippant mon bassin et l entraînant à se presser contre son volcan en fusion. J ai envie d’elle chaque fois qu’elle me regarde, chaque fois que je la regarde… je suis foutu depuis toujours, éperdument foutu d’elle depuis le jour où elle a failli m écraser, mais vous le savez déjà ça !

Jade: il est fini l’interview ? Parce que j’ai des trucs urgents à faire ! Leo: on est d’accord !

serviette.jpg

Les étoiles : Ok ok on vous laisse tranquille on a compris ! Un grand merci d’avoir fait une halte chez les étoiles et bonne route à vous les baroudeurs !

Prenez bien soin de vous et surtout de ta langue Leo 🙂

Retrouvez Sur ton chemin de Mikky sophie ici et je vous invite à découvrir aussi Love Ticket par

Sans titre 15.jpg

Pascale Stephens, Auteure de Not easy – 1 – Show me chez BMR en ITW pour les étoiles !

Bonsoir les étoiles ! Après mon avis sur Show Me, aux Editions BMR, je vous invite à découvrir son auteure,  Pascale Stephens, qui a eu la gentillesse de répondre à nos questions.

 

Bonjour Pascale et merci d’avoir accepté cet ITW en nous accordant un peu de ton temps.

Nous allons bien sûr parler de Show Me mais avant peux -tu nous parler un peu de toi ?

  • Alors j’ai 44 ans, je suis monitrice dans une maison familiale et rurale. Je vis en couple, je n’ai pas d’enfants, seulement deux chats. J’aime lire, bricoler (quand j’ai le temps), la moto, cuisiner…. J’ai commencé d’écrire il y a 5 ans mais je ne suis jamais allée au bout des textes que j’ai produit à cette époque. Show me est le premier que j’ai mené à son terme et jusqu’à présent c’est une magnifique aventure.

Tu as publié ce roman une première fois en auto-éditions, peux -tu nous parler de son parcours ?

  • Fin juillet, j’ai décidé de publier « N’est pas Cendrillon qui veut » puisque c’est son ancien titre, en auto édition grâce à la plateforme create space d’Amazon. La semaine qui a suivi, j’ai été contactée par Carole , une blogueuse, qui a beaucoup apprécié mon roman. C’est grâce à elle, que je suis rentrée en contact avec l’éditrice de Black moon romance. Le comité de lecture ayant été positif, elle m’a contactée. « N’est pas Cendrillon qui veut » a subi quelques transformations, il a changé de nom, il est sous contrat et il a débuté une nouvelle vie.

Tu n’as jamais écrit sur wattpad auparavant ?

  • Non, jamais, pour être franche, j’en avais entendu parler sans savoir ce que c’était vraiment. C’est bête parce que j’y ai découvert des textes vraiment sympa

La question fatidique qui ne déroge pas à la règle de l’ITW lol, d’où te vient cette passion pour l’écriture ?

  • Lol, je crois que j’ai toujours lu, notre maison était toujours pleine de livres et de magazines. J’ai toujours voulu écrire en me disant que je n’en étais pas capable. J’ai perdu ma mère et je me suis dit que la vie est vraiment trop courte pour la finir avec des regrets et je me suis lancée et c’est devenu vital…. en fait je n’arrête plus d’écrire lol

Parles nous de Show me, comment t’es venue l’idée de cette histoire ?

  • Je suis comme beaucoup de femmes, j’ai des kilos en trop, je ne suis pas parfaite lol. Un soir je venais de terminer un roman, j’étais sur mon canapé et je me suis dit que, encore une fois, c’était une jolie fille, bien faite, la vedette de l’histoire. Peu de temps avant j’avais vu le film « mince alors » de Charlotte de Turkheim, que j’ai adoré, et d’idée a germé doucement. Je voulais créer une héroïne qui ne serait pas parfaite mais qui aurait, elle aussi, son conte de fée et son prince charmant

Oui, j’ai beaucoup apprécié le fait qu’elle ne soit pas justement un canon filiforme, on a toutes nos formes, on l’a peut être été un jour mais on le reste rarement et pourtant il faut continuer a s’aimer comme nous sommes ;).

Par contre est-ce que son caractère bien trempé sort de ton imagination ou elle te ressemble hihi 🙂

  • Bon d’accord c’est un peu moi lol…. la vie nous apprend à ne plus se laisser faire… en même temps je crois qu’on met un peu de nous dans chacun des personnages, une petite facette de notre personnalité, ce qu’on aime ou on déteste. C’est un exutoire extraordinaire. 

J’imagine bien lol En tout cas j’adore Mia ! 

Tu vas faire une suite avec James mais il y en aura t-il d’autres ?

  • Oui il y en aura encore une. VALE sera le héros de ce troisième tome. Il aurait du y en avoir une quatrième mais elle sortira surement en auto édition

Je suis très contente pour Vale il est très énigmatique comme personnage dans ce premier tome, il donne envie d’en savoir plus  😉

  • Pour Vale, je pense que je vais m’amuser. Il dit tout ce qui lui passe par la tête donc les dialogues risquent d’être sympa à écrire. En plus c’est un coureur de jupon… je crois que je vais vraiment aimer écrire cette histoire lol

Quelles sont tes lectures de prédilection ?

  • J’aime la romance sous toutes ses formes, la bit lit, et les policiers historiques style nicholas le floch. J’ai relu les 50 nuances deux fois, wild heart deux fois aussi mais je le fais rarement, peut être dans dix ans .

Ton endroit préféré pour écrire ?

  • Mon canapé ou ma cuisine.

Quelques petites questions courtes en vrac de ta « plus grosse » ça te dis ?

  • Allez c’est parti pour les petites question ou plus grosses lol

Ta plus grosse peur ?

  • perdre ceux que j’aime…. les araignées beurk

Ta plus grosse boulette lol hahaha !

  • J’avais une tante que je détestais et qui me le rendait bien. Je l’ai copieusement insultée alors qu’elle était la. Ou alors rouler très vite sans savoir que j’étais suivie par les gendarmes dans une voiture banalise. Quand j’ai regarde dans mon rétro j’ai vu le gyrophare sur le tableau de bord…. je me suis dit je suis morte et non…. ils ont été trop sympas

oups la chance lol 

Ta plus grosse honte 

  • Je réfléchis mais je crois pas avoir été honteuse de qlq chose. Ou si avoir honte du comportement d’une personne

Ta plus grosse surprise

  • Etre signée par BMR, je ne pensais vraiment pas le mérité, enfin pas plus que bcp d’autres textes que j’ai lu et qui sont magnifiques et non édités.

Ta plus grosse partie de rire

  • Avec ma meilleure amie Anne, je crois que même quand on est au trente sixième dessous on finit par se bidonner. On se connait tellement bien que ça démarre souvent pour un rien

Ta plus grosse envie

  • Envie d’aller en Ecosse et envie de racheter une moto

Ta plus grosse…. A toi de finir 

  • Ma plus grosse satisfaction, c’est d’être la, chez moi et répondre à tes questions parce que les lecteurs ont bien accueillis ce premier roman. Au départ on écrit pour soi mais c’est pour les autres aussi qu’on le fait. Et quand les critiques sont en grande majorité positives, les retours des lecteurs géniaux alors on est content.

Un petit mot pour tes lecteurs ? Une chose à rajouter ? C’est ici !

  • Je te remercie beaucoup et merci à tous les lecteurs et lectrices qui ont aimé show Me, j’espère qu’ils aimeront le suivant parce que mon aventure continue.

Merci Pascale d’avoir pris de ton temps pour répondre à mes questions et encore bravo pour ton premier roman et je t’en souhaite beaucoup d’autres !

  • Merci Carine, c’était un réel plaisir. A bientôt 😊💛💚💙❤💜

Retrouvez Show Me Ici !

41s08vit6gl-_sy346_

Résumé : 

Mina est le vilain petit canard de la famille Westcomb. Benjamine d’une fratrie de trois filles, elle n’a rien en commun avec ses deux aînées : elle est brune quand elles sont blondes, ronde alors qu’elles fileraient des complexes à Miss Monde en personne… Étudiante en marketing le jour, serveuse dans un pub irlandais la nuit, elle se sent à mille lieues des princesses de contes de fées… Jusqu’au jour où elle rencontre Connor, séduisant trentenaire, mystérieux et hors d’atteinte. Pourquoi Mina a-t-elle l’impression que Connor la connaît mieux que personne ? Pourquoi semble-t-il avoir le pouvoir de déceler en elle ce que personne ne voit jamais… et de chambouler son univers ?
(Ce roman a fait l’objet d’une première parution en auto-publication sous le titre N’est pas Cendrillon qui veut.)

team

not-wee

Sophie Santoromito Pierucci l’auteure de Brisé(e) en ITW pour les étoiles !

Re bonsoir les étoiles ! Après mon avis sur Brisé(e), aux Editions Black Moon, je vous invite à découvrir son auteure Sophie Santoromito Pierucci qui a eu la gentillesse de répondre à nos questions.

Bonjour sophie !

Tout d’abord un grand merci à toi pour avoir accepté cet ITW et ainsi nous accorder un peu de ton temps  😉

Avant de parler de Brisé(e), peux – tu nous parler un peu de toi ?

  • Je crois que c’est la question la plus compliquée ! Peut-être parce que je suis un peu timide… alors je vais faire au mieux. J’ai 32 ans, je suis la maman de deux enfants de 3 et 5 ans, je vis en couple et je suis l’aînée d’une fratrie de 6 enfants (vive les familles composées décomposées !). Ça c’était pour les généralités !

Je suis aussi la fille impulsive et grande gueule qui regrette souvent d’avoir ouvert la bouche avec précipitation. Je prends à cœur beaucoup trop de choses, me donne corps et âme pour les gens que j’aime et j’ai tendance à accorder beaucoup trop rapidement ma confiance.

J’adore flemmarder sur mon canapé avec un pilou-pilou sur les jambes, mon péché mignon sont les m&m’s, je déteste le sport et je bois minimum 15 cafés par jour !

Je ne sais pas s’il existe un terme qui caractérise ce que je suis, je vais donc tenter d’être claire… je touche à tout mais avec acharnement. Mouai pas très clair… Je m’explique… quand j’étais petite j’aimais le dessin, j’ai fait du dessin. Plus tard, la mode des perles en swarovski est arrivée, j’ai fait des confections. Ensuite, j’ai appris la couture, le tricot, le crochet, le piano (à 20 ans et toute seule) la peinture à l’huile, j’ai rénové mon appartement (de la pose du carrelage à la tapisserie) et j’en oublie sûrement. Bref, tout ce qui m’accroche me rend gaga ! Je suis une passionné des apprentissages !

Hum, on se ressemble beaucoup sur ce dernier point lol

J’ai lu dans tes remerciements que tu fais partie de celles qui ont tenté l’aventure Wattpad, que peux-tu nous en dire ? 

  • C’est ma belle-sœur, qui en avait surement raz le bol de lire ma première histoire de l’époque (café-in), qui m’a poussée à publier sur wattpad. J’ai donc suivi son conseil. Wattpad, au-delà d’être une plate-forme d’écriture, c’est aussi une extraordinaire aventure humaine. J’ai pu rencontrer de merveilleuses personnes, drôles, folles, aimantes, attentionnées et de tout âge ! Je leur dois autant qu’à ma belle-sœur, parce que recevoir un commentaire sur un chapitre, ça a le même effet qu’un carreau de chocolat (ou d’un m&m’s pour moi) et que ça donne toujours un peu plus de courage et de motivation pour continuer à écrire !

Beaucoup de personnes dénigrent WP et je peux le comprendre quand on voit certaines chroniques bourrées de fautes d’orthographes et de grammaires. Mais il faut voir au-delà, interagir avec l’auteur ou les autres utilisateurs n’est pas possible avec un simple livre. Ça ne t’est jamais arrivé de vouloir crier haut et fort ce que tu ressens en vivant le passage d’un livre ? Si oui, c’est ça WP !

Heuuu oui !! Il m’arrive souvent de régler les comptes avec les auteurs par mp ! Mdr

La question fatidique qui ne déroge pas à la règle de l’ITW lol, d’où te vient cette passion pour l’écriture ?

  • AUCUNE IDÉE !

Du plus loin que je me souvienne je sais lire (ok, phrase bateau). J’engloutis les livres à la journée. Il m’arrive même parfois de relire des livres que j’ai déjà lu il y a longtemps et de me dire vers le milieu : « ça me dit quelque chose… merde je l’ai déjà lu ». Alors peut-être que de lire m’a poussée à écrire…

Je ne sais pas. En revanche, je sais de quand et d’où. Après le décès inattendu de mon oncle et une nuit au travail. Peut-être parce que je ne voulais pas qu’il ne reste rien de moi ici s’il m’arrivait quelque chose ? Je devrais peut-être faire une analyse chez un psy… en tout cas je l’ai fait dans une période de ma vie où j’en avais besoin. Écrire c’était une nécessité, ça me permettait de vivre autre chose et d’oublier l’espace d’un instant la réalité. Ça me faisait du bien !

Aujourd’hui, rien n’a changé ! Je ne saurais dire si c’est une passion mais c’est une nécessité. Je ne peux pas rester une journée, une nuit, sans penser à mes personnages, mes histoires, et à écrire !

As –tu un rituel pour écrire ? Ou peut-être un endroit bien particulier ?

  • J’écris mieux le matin au réveil et la nuit. Pas de rituel, si ce n’est un café et une cigarette et surtout du calme !

J’en viens à Brisé(e) et j’aurais tout de même une question personnelle.

Tu décris à la perfection le métier d’Océana, autant dans les gestes, que dans les sentiments que l’on peut ressentir. Exerces –tu toi-même cette profession ?

  • Je suis infirmière ! Tu m’as très bien cernée ! Je travaille dans un service de cardiologie (adulte). Et c’est vrai que je n’ai eu aucune difficulté à construire le personnage d’Oceana grâce à ça. D’ailleurs, l’expérience du lève malade est véridique. C’est une horreur !

Démasqué lol   Effectivement le passage du lève malade est assez particulier et toute l’appréhension qui entoure cette scène est vraiment  très bien décrite.

Que peux-tu nous dire sur Brisé(e) ? Comment est née ce sujet et les personnages ?

  • Je vais essayé d’être concise. La première histoire que j’ai écrit (café-in) avait mis en scène Rick, pour lequel beaucoup de mes lectrices s’étaient attachées. Je devais donc lui trouver son histoire… l’idée de l’infirmière et du patient, n’est pas un fantasme (je ne voudrais pas qu’il naisse un tas de rumeur, je ne soigne que des vieux dans mon service ! Beurk) Je voulais quelque chose qui n’avait jamais été fait. Je tiens à préciser que je n’avais jamais entendu parler de Avant toi de Jojo Moyes (le film n’était pas encore sorti et le livre n’avait pas encore connu ce succès) pour tout dire je ne l’ai toujours pas lu parce-que j’ai peur de pleurer comme une merde ! Bref, l’idée a mûri et Brisé(e) est né. Oceana devait avoir une raison vitale pour rester auprès de Rick et lorsque l’on connait la système de santé aux États-Unis on a vite fait d’en trouver une… c’est pourquoi cette histoire ne pouvait pas se dérouler en France.

Pour Rick, c’est plus compliqué. Surtout qu’une partie de son histoire est expliqué dans mon premier livre (café-in) donc je devais échafauder quelque chose qui ne serait pas en contradiction avec la personnalité que je lui avais déjà construit…

Je peux te rassurer sur un point, lorsque j’ai commencé à le lire j’ai pensé immédiatement à Avant toi , mais ce fut très bref ! Car l’histoire n’a aucune similitude 😉 mis à part l’assistante de vie, mais ça ! Quand on a une personne qui a besoin de soin, on ne va pas lui envoyer la boulangère du coin lol 

Que pourrais-tu dire à nos fans page qui hésite encore à lire brisé(e) malgré ma super chronique 😛 mdr

  • Merci ! (Imagine moi avec un sourire colgate devant mon écran !)

Compliquée ta question parce que je ne sais pas me vendre… euhhhh.

Tout d’abord rien à voir avec Avant toi. Les comparaisons me mettent les nerfs à vif, Rick ne va pas mourir et Oceana a les pieds sur terre !

Ensuite, non mon livre n’est pas le livre de l’année dont on se souviendra toute sa vie mais je pense qu’il vaut la peine d’être lu. Pourquoi ? Parce qu’il traite insidieusement de plusieurs choses. De la difficulté de se faire soigner, de soigner, d’accepter de passer la main et de se faire soutenir, d’arrêter de penser que la vie est une fatalité et que nous n’avons pas le choix. Mais aussi de l’amour « extra large » qui va de la simple amitié, à l’amour d’une mère pour son enfant.

On a tous un grand rêve, quel est le tien ?

  • Je n’ai pas de rêve à proprement parler mais j’aimerai un jour louer une vieille mustang et me faire la route 66 (dont une partie n’existe plus, crotte) puis faire le tour du monde, visiter ce que nous ont laissé les anciennes civilisations.

Moins égoïstement, je souhaiterai simplement que les Hommes cessent de se haïr. La vie est tellement courte mais si belle !

🙂

D’autres projets livresques en cours ?

  • Je continue d’écrire sur Wattpad, mon histoire en cours Attirantes Coïncidences, parle de deux voisins au passé douloureux. Sitôt terminé je me mets sur l’histoire de Carl, peuchere (comme on dit chez nous) il a le droit à son happy end lui aussi non !

hooooooo mais j’osais pas te le demander ouiiiii je veux du Carl !! Son personnage m’a beaucoup touchée, je n’en parle pas dans la chronique pour ne pas spoiler, mais il est un vrai plus dans le roman 😉

On passe au côté ITW délire ?

J’ADORE !

Questions/ réponses courtes : ta plus grosse…

Ta plus grosse peur :

Il y a quelques années je t’aurais répondu : l’orage. Aujourd’hui sans hésitation : qu’il arrive quelque chose à mes enfants ! Rien que d’y penser j’ai le palpitant…

Ta plus grosse honte :

Tu veux dire en dehors de la fois où je suis allée à l’école en culotte (c’était un rêve bien sûr) ? Ma belle mère qui m’a surpris au lit avec son fils un dimanche matin… « à table… » avait-elle dit avant de refermer la porte aussi sec. Bizarrement je ne me rappelle pas du repas ce jour-là !

Ptdr !!

Ta plus grosse partie de rire :

Il y en a trop. Mais celle dont je me souviens : Une blague sur les chinois débridés avec mon frère. Je ne la raconte même pas tant elle est ridicule ! Mais j’ai ri jusqu’à en pleurer.

Ta plus grosse boulette :

Dans les toilettes il y a quelques heures ? Non franchement je sèche. Tout le monde fait des erreurs mais de là à t’en citer une en particulier… peut-être avoir acheter cet appartement au lieu d’une maison avec jardin parce qu’on ne pense pas au bien être des enfants jusqu’à en avoir ?

Ta plus grosse…. A toi de finir 😉

Si j’avais été un homme je t’aurais dit dans mon pantalon… remarque que mes fesses ne sont pas mal dans le genre non plus ! Ma plus grosse fierté en dehors de mes enfants et de Brisé(e) je dirais d’avoir pu être adopter par l’ex-mari de ma mère. Ça n’est pas (uniquement) mon deuxième papa ( et oui je suis chanceuse à l’état civil j’ai deux papas et une maman) mais aussi le grand père de mes enfants et l’un de mes meilleurs piliers dans la vie !

Merci sophie d’avoir pris de ton temps pour nous, en nous apportant ce petit bout de toi 😉

Ce fut POUR MOI un réel plaisir d’y avoir répondu, même si en éternel insatisfaite que je suis, je ne suis pas contente de ce que j’ai dit !

Merci pour le temps que tu as passé sur Brisé(e) sur ta chronique, et sur mon ITW (j’ai l’impression d’être une star !). À très bientôt et qui sait peut-être un jour autours d’un Sexe on the beach au Regence ? 😉

Avec plaisir lol !!! 

A très bientôt Sophie

ITW écrit par Carine

 

 

Natacha J Collins, auteure HQN, Interview !

Hello, pour notre séance interview, une auteure talentueuse récemment découverte a accepté de jouer aux Q/R pour le plaisir des étoiles, je nomme Natacha J. Collins mais avant un petit clin d’œil sur bibliographie :

Natacha J. Collins a toujours raconté des histoires, d’abord par l’illustration et la bande dessinée, avant de laisser les mots seuls façonner les aventures jaillies de son imagination. Son expérience journalistique dans la presse cinéma et télévision a également influencé son amour pour les belles histoires, grandes ou petites – et qui finissent bien, de préférence !

Retrouvez Natacha J.Collins sur :

Sa page Facebook

Son Twitter

Son blog : http://natachajcollins.blogspot.fr/

Ses livres :

Les amants de Troie Amazon

Passion à Hollywood : Amazon

L’insoumise et le pirate : Amazon

2016-19-11--13-15-37.jpeg

#Teamdesétoiles : Hello Natacha, tout d’abord merci de prendre de ton temps pour répondre à nos question .

  #Natacha : Bonjour tout le monde et merci de m’accorder cette interview !

#Team : Comment et quand t’es venue la passion de l’écriture ?

#Natacha : J’adore lire depuis toute petite. Des histoires courtes, des bandes-dessinées, tout y passait ! Et je me suis assez rapidement mise à lire des romans adaptés à mon âge. Vivre des aventures inventées par d’autres m’a donné envie de créer les miennes, voire d’ajouter ma petite touche personnelle à une histoire qui m’avait particulièrement plu (comme « L’histoire sans fin », par exemple, du regretté Michael Ende). Et plus, j’écrivais, plus j’aimais donner vie à des personnages, les accompagner dans leurs aventures, surtout que bien souvent, ils me mènent par le bout du nez 😉

#Team :  D’où te provient l’inspiration ?

#Natacha : De tellement de choses ! D’un événement de la vie de tous les jours, d’un regard, d’un sourire, d’un paysage, d’une chanson, d’une lecture, d’un souvenir… d’un rêve, aussi, parfois. Les documentaires et séries historiques sont également une bonne source d’inspiration pour moi.

#Team : Pourquoi des romans Historiques ?

#Natacha : Tout simplement parce que je pense être assez romanesque et que l’Histoire est emplie de promesses d’aventures, de légendes et de mystères qui ne demandent qu’à être racontées. Il y a tellement de matière à écrire de belles histoires, dans des périodes passionnantes, que cela titille mon imagination. De plus, quand je planifie une romance historique, je passe par une grosse période de documentation pour m’assurer d’être la plus crédible possible. C’est super intéressant, j’apprends plein de choses et c’est génial !

#Team : As-tu un rituel pour écrire ?

#Natacha : Je me pose devant mon écran, un casque vissé sur les oreilles et une tasse de thé chaud à portée de main. En dehors de ça, j’essaie d’écrire au moins un peu tous les jours, en fonction du temps dont je dispose. En général, je commence par noter l’idée globale de l’histoire, ainsi que plusieurs scènes et moments clés. Je note tout, puis j’essaie d’établir un plan ou tout du moins, une ligne directrice. J’ai été particulièrement scrupuleuse là-dessus pour « Les Amants de Troie », mais je ne le suis pas toujours autant, je l’avoue. De toute manière, mon plan de départ est toujours malmené en cours d’écriture. En partie à cause – ou grâce – à mes personnages qui adorent s’imposer et qui ne sont pas toujours d’accord avec moi. Comme c’est leur histoire que je raconte, je les laisse faire la plupart du temps 😉 Alcide (dans « Les Amants de Troie ») s’est montré particulièrement indiscipliné en la matière (rires) !

#Team : Je confirme Alcide est quelqu’un de singulier, toujours de bonne humeur, il prends la vie à bras le corps, je ne dirais pas non à une histoire qui lui sera dédiée LOL

                Quel genre de littérature aimes-tu lire ?

#Natacha : J’aime beaucoup les romances – historiques ou non – matinées d’aventure, le fantastique, l’horreur et le surnaturel, la science-fiction… Des histoires qui me font rêver, qui sortent du quotidien, qui me font découvrir des univers, des périodes ou des endroits du monde que je ne connais pas encore…

#Team : Tes auteurs préférés ?

#Natacha : Ah, vaste sujet ! Disons que je n’ai pas d’auteur préféré à proprement dit, mais plutôt des auteurs que j’apprécie beaucoup, comme Stephen King, Emily Brontë (« Les Hauts de Hurlevent », un très bon souvenir littéraire découvert au lycée), Marion Zimmer Bradley, Michael Ende, Isaac Asimov, Agatha Christie, Terry Goodkind… La liste n’est pas exhaustive !

#Team : Emily Brontë et Jane Austen y sont beaucoup  pour ma passion, donc je comprends tout à fait, un auteur qui t’inspire ? Où t’as inspirée ?

#Natacha : Je ne saurai dire, sincèrement. Je pense que c’est plutôt un mélange de plusieurs styles, de plusieurs univers et d’histoires, plutôt que d’un seul auteur en particulier.

#Team : Parle-nous de ta nouvelle sortie ? « LES AMANTS DE TROIE » Chronique ICI

               Comment t’es venue l’idée ?

#Natacha : Et bien, c’est tout simple. J’avais envie depuis très longtemps d’écrire une romance se déroulant dans l’Antiquité. Je suis passionnée par cette période depuis aussi longtemps que je m’en souvienne, et la légendaire Guerre de Troie m’a semblé le cadre idéal pour me lancer. On y trouve tous les bons éléments pour un récit épique, de l’action, de l’honneur, de la trahison, de l’amour, du drame, de l’espoir… J’avais envie de la faire revivre par le biais d’un jeune couple que tout oppose, et qui pourtant, envers et contre tout, s’aimeront tandis que leur monde s’écroule autour d’eux.

#Team : As-tu d’autres romans édités ailleurs que chez Harlequin HQN ?

#Natacha : Pas pour le moment, mais une autre maison d’édition est très intéressée par la romance paranormale que je suis en train d’écrire en ce moment. À suivre, donc 😉

#Team : C’est sûre qu’on t’aura à l’œil dorénavant LOL ! Quel genre de femme es-tu ? Jalouse – possessive – douce – fragile – forte – têtue conciliante – carriériste – femme au foyer – indépendante ? ….

#Natacha : Est-ce que c’est si facile de se décrire soi-même ? Il vaudrait mieux demander à mes proches (rires). Allez, je me lance ! Je pense être rêveuse, romanesque, sensible, protectrice, douce et aimante. Têtue, gourmande, tête en l’air et gaffeuse me vont bien aussi 😉 Un peu chiante également, parfois, mais que ça reste entre nous (rires) !

#Team : bien sûr que ça restera entre nous, il n’y a que quelques centaines de fans qui nous suivent qui le sauront, alors pas d’inquiétude, nous sommes un puits bien profond LOL !

               T’arrive-t-il de t’identifier à tes héroïnes ?

#Natacha : Mes héroïnes ont toujours une part de moi en elles. Je ne peux pas écrire autrement, en fait. Mais elles ont également leur propre personnalité et il m’arrive d’admirer leur détermination et leur courage face à toutes les épreuves que je leur impose… Note : penser à ajouter « un brin sadique » pour la réponse à la question précédente 😉

#Team : La question éternelle, y a t-il un auteur qui n’a pas un grain de sadisme dans ses gènes ? Sinon, nos lectures seront bien fades !

               Quels loisirs à part la lecture ?

#Natacha : J’aime passer du temps en famille, chahuter avec ma fille, enquiquiner mon grand fils (rires). J’aime aussi beaucoup cuisiner – surtout des desserts, jouer à des jeux vidéo, regarder des séries télé, des films, écouter de la musique, me défouler en chantant et en dansant toute seule (mal, d’accord, mais c’est l’effort qui compte, non ? 😉 dans mon salon… Le problème, c’est que je cherche encore le moyen de rajouter des heures à mes journées !

#Team : Ha…Ha..!  Je pense qu’on est tous là à vouloir rajouter des heures à nos journées trop courtes, les auteurs pour écrire plus, et les lecteurs pour dévorer un peu plus LOL!

              Des futurs projets ?

#Natacha : Toujours (rires) ! Comme je l’ai mentionné, je suis en pleine écriture d’une romance paranormale qui ne cesse de grossir et sera donc au final bien plus longue que ce que j’avais prévu au départ. J’ai aussi des germes de projets d’autres histoires en cours, autant historiques que contemporaines. J’ai aussi « dans les cartons », une histoire de fantastique/horreur avec de la romance dedans, bien évidemment 😉

#Team : On en bave déjà, hâtes de découvrir tout ça !

                 Un dernier mot pour tes lecteurs ou tes futurs ?

#Natacha : Un énorme merci ! C’est grâce à vous que l’aventure continue, que mes histoires vivent et j’espère qu’elles continueront à vous faire rêver et à vous transporter encore très longtemps ! Quand à celles et ceux qui ne les connaissent pas encore, elles n’attendent plus que vous 😉

#Team : Natacha, c’est un plaisir de papoter livres avec toi, nous te remercierons encore de nous accorder cette interview et continue de nous faire vibrer avec ta jolie plume !

Ecrit par Soumya 

Bridget Page, participante au grand prix du Thriller VSD Fyctia.

fyctia-site-internet_Hugo-Cie.jpg

Bonjour Bridget ! Nous sommes très heureuses de pouvoir faire un petit zoom sur toi et parler un peu de ta participation au grand prix du Thriller VSD Fyctia.

.la team.jpg   Pour commencer, étant très curieuse, et pour celles et ceux qui ne te connaissent pas encore, peux-tu nous faire une petite présentation ? Qui es-tu Bridget Page !? 😉

Je suis une femme de 51 ans, secrétaire médicale de profession. J’ai deux enfants de 26 et 22 ans et je vis dans la Sarthe.

Je suis une passionnée de jeux vidéos depuis toujours, je joue à World of Warcraft depuis plus de dix ans, ainsi qu’à certains jeux qui impliquent la conquête spatiale.

Je suis également férue d’informatique, de nouvelles technologies.

la team.jpg  Parle-nous de ta participation au concours Fyctia, il me semble que ce n’est pas nouveau pour toi ?

En effet. Il y a un peu plus d’un an, j’écrivais mon premier roman, dans le cadre du premier concours Fyctia. Il s’agissait d’une romance, sombre et relativement torturée, du nom de Diary of Rebirth. J’ai terminé seconde.

la team.jpg Peux-tu nous en expliquer le fonctionnement ?

L’auteur publie un chapitre puis un second. A partir de là, les votes des lecteurs sont nécessaires pour débloquer les suivants. Plus il y a de chapitres, plus le nombre de votes nécessaire augmente.

la team.jpg   Comment es-tu arrivée là et surtout qu’en penses-tu ?

J’ai entendu parler de cette plateforme qui se créait. On la comparait à Wattpad, ce qui n’est pas tout a fait exact. Fyctia organise des concours, selon des styles littéraires différents, avec des sujets donnés. Le gagnant de chaque concours obtient la publication de son roman. C’est une sorte de tremplin.

Je n’avais encore jamais rien écrit (hormis dans mon adolescence). Je me suis dit que le moment était venu de savoir si les histoires que j’avais en tête revêtaient la moindre valeur.

Ce fut une expérience enrichissante pour moi : j’y ai appris beaucoup de choses et je me suis surtout prouvé à moi-même que j’étais capable de mener à bien un projet.

la team.jpg   Ton roman « Timothy Blake : La mort en héritage » est un style un peu inédit pour toi, même si ta trilogie « Sur la Ligne » a été une amorce. Quelle a été ton inspiration ? Et comment a-t-il prit vie ?

Depuis l’auto édition de Diary of Rebirth, j’avais ce projet en tête. Mais passer de la romance épicée au thriller me semblait être un bien grand fossé. Diary of Rebirth a bien fonctionné et c’est dans ce registre que l’on voulait me voir revenir. J’aime beaucoup la New Romance, j’ai adoré en écrire une et j’y reviendrai, sans le moindre doute. J’ai déjà un projet en tête.

Avec mon second roman, Sur la Ligne, j’ai touché du doigt le thriller, le temps du tome 1 et j’ai adoré cela. Malheureusement celles et ceux qui avaient aimé la romance m’ont assez peu suivi sur ce projet que j’ai, malgré tout, mené à bien et également autoédité.

Il était évident que le public que j’avais touché avec D.O.R. ne me suivrait pas dans le thriller. J’avais donc abandonné ce fameux projet d’un pur thriller.

Le concours Fyctia me donne l’opportunité d’écrire ce roman tout en le proposant à un public qui s’attend à lire du thriller et qui le souhaite. J’ai décidé de saisir cette opportunité, quitte à me planter dans les grandes largeurs 😀

la team.jpg    Tu en es actuellement au chapitre 39, as-tu changé des choses depuis le début suite à des commentaires de lecteurs ? Si non, le ferais-tu si besoin ?

Ecrire une histoire, jour après jour, sans pouvoir revenir sur les chapitres précédents est très formateur mais extrêmement angoissant.  Heureusement les commentaires des lecteurs me permettent de rectifier le tir, que ce soit sur le profil d’un personnage, sur l’action en elle—même, sur la plausibilité des faits, des techniques d’investigation, etc..

Certains commentaires m’ont permis d’équilibrer le duel entre mes personnages principaux, d’autres m’ont donné des idées, d’autres encore m’ont permis de prendre confiance en moi et de voir plus grand.

la team.jpg   Quel est ton secret pour rendre tes romans aussi addictifs ? lol Pourquoi même dans la noirceur on boit autant ton histoire ?

Je ne sais pas vraiment… Peut—être est ce parce que je passe d’un point de vue à un autre, que je me mets si fort à la place de mes personnages que je deviens chacun d’eux. Cela créé sans doute une sensation de totale immersion qui plait à mes lecteurs. Ce serait plutôt à moi de te poser la question 😀

la team.jpg   Comment vois-tu ton avenir et quel est ton rêve le plus fou dans le domaine de l’écriture?

Je n’ai pas trop d’idée sur mon avenir, je ne suis pas du genre à avoir les yeux plus gros que le ventre. Je me satisfait du plaisir que j’éprouve en écrivant, de celui qui m’inonde lorsqu’une lectrice me dit que mon livre l’a touché, bluffé, ou tout autre sentiment bienvenu ^^

Si je dois me placer dans le domaine du rêve, je dirai que j’aimerai me consacrer entièrement à l’écriture, en vivre correctement et voir un jour l’un de mes écris rencontrer un plus large public 😉

la team.jpg  Quelles sont tes lectures de prédilection ? Car j’imagine que tu es avant tout également une lectrice 😉

Tout d’abord je suis une fan de Stephen King et de Dean R. Koontz, pour moi ce sont des maîtres.

Dans un tout autre domaine, je lis énormément de New romance, de Dark Romance.

L’émergence d’une libéralisation du plaisir féminin dans ce type de lecture m’intéresse énormément et écrire des scènes de ce genre est bien plus compliqué qu’on ne pourrait le penser. Ce sont d’ailleurs, pour moi, les plus difficiles à produire.

 la team.jpg Un petit mot pour celles et ceux qui n’auraient pas encore commencé à lire Timothy Blake ?

Timothy Blake : la mort en héritage est un duel entre deux hommes diamétralement opposés. Timothy est un sociopathe, pour ne pas dire un psychopathe, élevé à bonne école. Il est froid, il n’éprouve ni remord, ni regret, il est axé sur le plaisir que lui donne ce qu’il nomme son « art ». Tim est un artiste d’un genre particulier, en somme.

Gildas Gabin est un flic qui s’est spécialisé dans les tueurs en série et à qui on fait appel dans différents pays d’Europe. Mais cette affaire ci va réveiller en lui des souvenirs lointains, un échec, un regret, une souffrance qui vont resurgir et faire de cette enquête la plus difficile de sa carrière et sans doute la plus dangereuse.

la team.jpg  Si tu veux rajouter quelque chose, c’est ici  :

J’espère que vous trouverez dans mon univers un peu éparpillé, il faut bien le dire, de quoi faire vibrer vos cœurs et vos âmes. Le frisson de l’amour ou bien le frisson de la terreur : tout ceci reste du domaine de l’intense, de la chair de poule qui fleurit sur nos bras, de cette coulée glacée qui dévale nos échines, de ce battement de cœur loupé, au détour d’une page. C’est finalement ce que chacun d’entre nous recherche dans un roman : ressentir, éprouver, trembler, et finalement rendre les armes, vaincu, en tournant l’ultime page.

Bonne lecture à toutes et tous 😉

la team.jpg  Merci Bridget d’avoir pris de ton temps pour nous 😉 Les étoiles sont toujours ravies de te lire !

Bibliographie de Bridget Page

Lien vers sa page Amazon ici 

ITW réalisé par #lateam

Aujourd’hui c’est notre Fan page Isabelle Caillet qui s’est prêtée au jeu et qui nous a rédigé sa première chronique en nous donnant son avis sur Timothy Blake !!!! Merci Isabelle  !!!! et bravo !

Avis sur Timothy Blake : L’amour en héritage écrit par Isabelle Caillet :

Résumé : Il n’y a pas plus différents que Gildas Gabin et Thimothy Blake. L’un est un flic brillant, l’autre un monstre que seule la mort d’autrui parvient à émouvoir. Pourtant, ils ont un point commun : chacun dans leur domaine, ils sont les meilleurs et trouveront en l’autre un adversaire à leur mesure. Mais lorsqu’un grain de sable enrayera la machine bien huilée de leur duel, Gildas et Tim entameront un combat sont la seule issue sera la mort

Ce thriller est tout simplement très intense, d’un côté on a un flic qui fait tout ce qu il peut pour trouver ce monstre et d’un autre on a un psychopathe qui tue pour son plaisir. Nous apprendrons beaucoup au fil de l’histoire, particulièrement d’où lui vient cette folie meurtrière. Avoir un point de vue multiple nous permet d’entrer dans la tête de chaque personnages et d’en vivre chaque scène décrite. Le tueur a une très bonne maîtrise de lui-même, il nous fascine par son savoir faire, trouver des victimes et comment il est indéniablement bien préparé pour ne pas se faire attraper. C’est un thriller très angoissant, très addictif, la plume de l’auteur est toujours aussi excellente, j’ai vraiment hâte de connaître la suite des événements.

Gildas va t’il trouver le tueur ?

Comment Timothy va t’il entreprendre la suite ? Mais surtout, quand fera -t-il enfin un erreur….

Que de questions qui restent en suspend… Et qui nous laisse pantelant !

Je vous invite à lire ce Thriller fascinant en suivant ce lien.

14874914_10211143545494691_1693172770_n.jpg