L’avis de Carine sur Serial Fucker, un roman de Océane Ghanem chez Plumes du Web


Titre : Sérial Fucker

Auteur : Océane Ghanem

Genre : Thriller romantique

Editions : Plumes du Web

Ebook : 5.99 €

Broché : 19.90

Résumé :

Jusqu’à la folie, au-delà de la mort…

Cette année, Gabriella Cruz se l’est juré : elle arrête les bêtises et se concentre sur les études, parce que si elle loupe encore une fois ses examens, son père lui coupera les vivres et elle devra rentrer au bercail. Plutôt mourir pour elle qui a toujours rêvé d’être criminologue !

Et ce n’est pas Gabriel Del Vecchio, son meilleur ami et accessoirement l’homme idéal, qui mettra à mal ses bonnes résolutions. Beau, intelligent, parfait, à un détail près : c’est un véritable Serial Fucker. Gabriella sait très bien qu’elle doit arrêter de fantasmer sur lui car il s’est montré très clair : ils sont amis et amants, mais c’est tout !

Pourtant, tout bascule lorsqu’une série de meurtres atroces et pervers frappe le campus. L’enquête la fascine, les secrets l’engloutissent. En qui peut-elle avoir confiance ?

Au jeu du chat et de la souris, Gabriella prend des risques, quitte à y laisser son coeur… et sa vie !

Mon avis :

Serial Fucker, un romantique Thriller qui m’a retourné le cerveau ! Océane Ghanem m’a complètement happée dans son roman pour mon plus grand plaisir. Il y a des récits qui se dévorent, Sérial Fucker lui, se déguste au petit oignons tout en analysant dans le moindre détail ce que l’on nous sert, et le tout, accompagné d’une bonne dose de sauce à l’hémoglobine pour donner un goût particulier à cette traque qui nous est offerte sur un plateau, dès les premières pages.

Comment peut-on être à la fois protecteur et le pire des connards ? Demandez donc à Gabriel, il est expert dans ce petit jeu et il a de qui tenir, il vous dira. Surtout, lorsque cela concerne Gabriella, sa meilleure amie, son amante aussi à ses heures. Une jeune femme magnifique et peu sûre d’elle qui sait néanmoins ce qu’elle veut. Et ce qu’elle veut, c’est lui, Gabriel et depuis toujours. Ils se connaissent depuis leur naissance. Entre eux, c’est passionné et passionnel, d’une intensité bouleversante trop forte, autant en amitié qu’en amour. Leurs sentiments sont impossibles à canaliser, et après une expérience de couple des plus houleuses au lycée, ils ont fait le choix de ne plus jamais tenter l’expérience. Se perdre n’est pas une option envisageable, alors autant vivre chacun sa vie en batifolant à droite et à gauche et en chérissant précieusement leur complicité. Aujourd’hui, entourés de leurs meilleurs amis Chiarra, Jo et Adamo, ils forment une belle bande à la Fac de Boston où Gabriella va mettre toutes les chances de son côté pour réussir son année en criminologie, mais aussi tenter de ne pas perdre Gabriel qui est devenu en l’espace de quelque temps, un Serial Fucker… Mais un beau matin, tout bascule… Une de leur amie est retrouvée assassinée. Un drame et une aubaine à la fois pour Gabriella qui va se fasciner pour l’enquête et se rendre vite compte, que sa vie peut-être aussi en danger…

Jusqu’à la folie, au-delà de la mort… Serial fucker est un coup de coeur !

Même s’il m’a manquée quelques approfondissements sur certains points, je ne peux qu’être ravie de ma lecture et surtout, ne pas tenir compte de certaines situations trop légères ou de quelques petites incohérences qui auraient pu faire tomber mon engouement. Non, la plume d’Océane Ghanem et son scénario m’ont conquise. Une traque et une intrigue fascinante ! Pour être franche, lorsque j’ai commencé ma lecture, j’étais perplexe malgré la plume très mystérieuse et addictive de l’auteure qui nous happe à l’intérieur dès le départ. Paradoxal vous me direz alors pourquoi ?

Tout simplement, car le prologue nous met face au tueur et à sa victime à l’instant T où cela a basculé. Je ne suis pas fan de ce genre de trame. J’aime chercher, deviner qui fait quoi et pourquoi alors que là, on sait qui et il ne nous manque que le pourquoi. Je ne lis déjà pas les résumés donc savoir la fin de l’histoire avant le commencement m’a un peu, même beaucoup frustrée, puis j’ai pris le temps. Le temps de me laisser porter par les mots et le récit de ces jeunes adultes et de leur amour qu’ils se portent sans pouvoir le vivre. J’ai pris le temps de me laisser manipuler par chacun d’entre eux, et surtout par l’auteure, Océane Ghanem qui pour moi, a réussi là un coup de maître ! Elle nous met une image en tête et une finalité dès le départ pour ensuite nous mener en bateau chapitre après chapitre. Oui, c’est lui c’est sûr ! Non, lui plus encore. Et puis, pourquoi pas lui ? Si en m’arrêtant à chaque petit détail, j’ai pu trouver rapidement mon meurtrier, j’ai tout de même souvent douté. Douté encore et encore et plus encore. Je partais dans un schéma, puis revenait sur un autre pour me dire, et finalement elle nous fait croire que…. pour qu’on n’y croit pas…. Et si c’était tout simplement ça ? Et si à contrario il se pourrait que… Et si…

D’avoir finalement écrit ce prologue était une idée fabuleuse et très intelligemment mené, car cela nous permet d’établir des connexions et on cherche à donner une cohérence aux divers éléments qui sont mis à jour progressivement. Dans ce Thriller romantique, Océane Ghanem invite le lecteur à procéder à sa propre enquête, ses propres analyses tout en essayant de comprendre la psychologie de chacun des personnages qui pourrait aider à être sûr de lui. À résoudre cette traque du tueur de Boston avant qu’il ne nous prenne Gabriella. Mais si sa fin la menait à l’éternelle lumière ? À cet amour qui ne peut être vécu sans souffrance ? Ne serait-elle pas libérée au fond ? Que cherche-t-elle en essayant de s’en prendre au tueur ?

« Ton nom sur une tombe, c’est l’épitaphe de mon amour »

Il est clair que dès qu’on « sait » on se dit, j’avais trouvé c’était évident, mais…. Je mets au défi tous les lecteurs de ce roman de me dire qu’à aucun moment le doute ne les a habité. Qu’à aucun moment tous les suspects n’y sont pas passés. Tout fonctionne parfaitement et dès qu’on retombe sur ce fameux prologue à la croisée du récit, on constate que tout remis en perspective avec le « pourquoi » en tête tout le fait . Que la surprise est là grâce à tous les rebondissements, quoi qu’on puisse en penser ou en dire. Et me faire surprendre moi ? J’adore !!!

Mais au-delà de l’enquête, il ne faut pas faire l’impasse sur la merveilleuse et puissante histoire d’amour qui nous électrise et nous bouffe autant que les personnages apportant une émotion dans la lecture hors du commun. Le tout, dans une ambiance que je qualifierais presque de, malsaine et oppressante. On la sent au travers des pages tout comme cette ivresse et cette tension crépitent entre les héros au point qu’il ne me manquait que voir apparaitre des étincelles sur ma liseuse et la regarder partir en fumée ! Un amour hors du commun qui leur fait plus de mal que de bien et du mal pour du bien, que personne ne peut comprendre et qu’ils ne comprennent pas eux même. Dans ce récit, personnages principaux, comme secondaires, on se délecte de chacun d’entre eux avec leurs failles, leurs imperfections et leurs perversités même. Ils n’en restent pas moins attachants et vraiment prêts à tout, les uns pour les autres. Prêt à tout pour Gabriella tout comme elle est prête à tout pour ses amis. Malgré, que la confiance s’étiole, s’envole et se noie dans une multitude de questions, de mystères et de secrets bien gardés.

Traque, amour, amitié et réussite, Gabriella va jongler, jouer et chasser. Au jeu de la chasse, elle représente pourtant un magnifique gibier et ce, pour beaucoup. Mais… Qui chasse qui et qui attrapera qui ? Entre l’incertitude, la souffrance d’un amour trop fort, l’angoisse et les non-dits, je vous invite à plonger dans cette aventure sans attendre. La traque du boucher de Boston ne pourra que vous embarquer à votre tour sur un terrain où, entre l’amour et la haine… il y a si peu de différence et tant d’étincelles…

Foncez !

Un grand merci à Plumes du Web pour m’avoir permis de découvrir cette lecture coup de cœur

Extrait :

« Elle gémit en s’étouffant. Je gémis en l’étouffant.Des dizaines de questions tourbillonnent dans ses grands yeux noirs, et je lis en elle comme dans un livre ouvert. Elle se demande : qu’ai-je fait pour mériter ça ? Est-il aussi responsable des autres meurtres ? Aurais-je pu l’éviter ? Va-t-il me violer avant de me tuer, moi aussi ? Les réponses : tout, oui, non et non. Je la prendrai après. C’est elle qui m’a initié à la danse de la mort, il est donc logique qu’elle soit ma dernière cavalière. »

Un homme pour Noël de A.D Martel en auto-édition !


Hello les étoiles, je vous présente mon avis sur Un homme pour Noël de AD. Martel. Une comédie romantique qui sent bon le sapin, la neige et ces bons parfums qui nous plongent direct dans l’ambiance de Noël nous faisant oublier nos bleus à l’âme. Une histoire bien rythmée, drôle, inventive, bien menée et une plume simple certes, mais doublement efficace.

Titre : Un homme pour Noël 

Auteure : A.D. Martel

Editeur : Auto-édition

Genre : Comédie romantique

Broché : Lien d’achat

Résumé : Et si le Père Noël vous apportait un cadeau pour le moins… inattendu ?

Tout commence par une simple lettre :

« Cher Père Noël, s’il te plaît, peux-tu apporter un homme pour ma maman ? ».

Le jour J, au pied du sapin, c’est le choc : Jo découvre un homme emballé (et même ligoté) dans du papier cadeau ! Sa fille éclate de joie, mais pour Jo… C’est la panique !

Qui est cet inconnu dans son salon ? Pourquoi affirme-t-il être son cadeau de Noël ? Est-il tombé sur la tête ? Est-ce un dangereux psychopathe ?

L’avisdeMya 

Et si tu rallongeais ton espérance de vie en faisant des fêtes de fin d’année une règle et pas seulement l’exception ? C’est prouvé scientifiquement, rire, c’est la meilleure médecine de l’homme et a d’excellents bienfaits sur le moral.  Et si tu veux éprouver cette vérité émise par les scientifiques « Rire augmente l’espérance de vie », rejoins-moi à cette fête de Noël, la plus insolite et la plus hilarante. Tout y est pour rire de bon cœur et oublier les tracas du quotidien. Une histoire abracadabrante, c’est certain, improbable, clairement mais, qu’est-ce qu’on s’en fout. Cela m’a fait tellement du bien, au cœur et aux zygomatiques et je ne vais pas faire la fine bouche.

Une héroïne qui ne mâche pas ses mots mais, tellement émouvante, une gamine surdouée, Miss teigne par excellence et un cavalier, qui surgit hors de la nuit, court vers l’aventure au galop, son nom, il le signe à la pointe de l’épée. En fin pas tout à fait cela, faut pas abuser non plus mais, il s’y approchait presque de la perfection d’un certain Z. À la place du cavalier, imagine un homme dans toute sa splendeur, emballé dans un papier cadeau festif qui jaillit de sous le sapin comme par magie, la fameuse lampe d’Aladin peut aller se rhabiller pour le coup. Pour monture, il est muni d’une simple gentillesse, un certain talent pour la cuisine et de sa sexytude irrésistible, qui ne fait du cœur meurtri de Jo qu’une bouchée. Même Margault, la petite coquine du service a été séduite par ce mystérieux bonhomme qui coche toutes les cases de l’homme idéal de sa maman chérie. Le jour où elle a dû renoncer à ses impératifs cadeaux de Noël pour trouver chaussures aux pieds de sa mère, elle n’aurait pas cru que ses vœux seraient exaucés à la lettre.

Mais ce cadeau de Noël aussi espéré que louche n’embaumerait-il pas un goût de Cyanure ? Ted est sexy à souhait et ce qui s’approche de mieux à son homme rêvé mais, Jo sent qu’il y a une odeur pas très saine sous ce masque de l’homme parfait. Quel mystère l’a fait atterrir dans ce chalet paumé et pleine tempête ?  Et à moins que les extra-terrestres n’aient décidé de passer Noël le plus humainement possible, elle ne voit comment un mec aussi canon pourrait apparaitre comme par enchantement. Il y a un os quelque part et bien pointu ou elle ne s’y connaissait pas !

Un homme pour Noël s’est avéré une histoire un peu originale, je dis un peu car, elle est inspirée d’une comédie romantique culte qui a marqué ton enfance ou ton adolescence et que tu reconnaitra sûrement si tu te décides à franchir le pas, mais, aussi rire tout son soûl pendant deux heures et non-stop. Des situations cocasses et rocambolesques et une dose de mystère dont tu ne pourras décrocher une fois la lecture commencée. Rien de tel qu’un Noël ébouriffant et plein de magie pour tout remettre en perspective et aussi revigorer le moral. Un moment de détente que je vous recommande de tenter sans tarder car, A.D. Martel ne fait pas dans la simplicité, elle vous prend dans son filet et ne vous lâche plus. Elle m’a baladée dans toutes les directions sans que je sache où elle me fera atterrir à mon grand plaisir.

Bref, une comédie romantique qui sent bon le sapin, la neige et ces bons parfums qui nous plongent direct dans l’ambiance de Noël nous faisant oublier nos bleus à l’âme. Une histoire bien rythmée, drôle, inventive, bien menée et une plume simple certes, mais doublement efficace.

A ne pas manquer surtout !

Merci à AD. Martel pour sa confiance et pour ce moment de rire à volonté !

127848128_712284233025167_463083593781152398_n

L’instant Q’ulture du Jeudi avec les termes : One shot, Spin-off, Crossover


Hello les étoiles et bon jeudi à vous ! Aujourd’hui je vous propose un petit article rapide.

L’instant Q’ulture du jeudi avec

Les Termes Spin-Off, One Shot et Crossover.


Dans nos chroniques, chez les auteurs et les éditeurs, vous rencontrez souvent ces mots anglophones qui, pour certaines sont familiers, mais pas pour d’autres. Alors faisons vite et simple. Commençons par le One shot qui veut tout simplement dire, un seul tome, histoire intégrale.

Puis le Spin-off Quézaquo ?

On appelle Spin-off lorsque l’auteur décide de faire une suite de sa première histoire, qu’elle soit en One Shot ou sur plusieurs tomes. C’est une autre histoire, une nouvelle mise en scène, d’un personnage secondaire généralement, assez attachant dans le premier opus pour être propulsé sur les devants et avoir son propre récit. L’univers dans lequel il va évoluer reste à peu près le même que dans le premier en général. Et surtout, un spin-off peut se lire indépendamment de l’histoire originale. Mais dans certaines, il est recommandé de le lire avant le spin-off , car c’est souvent que les deux histoires sont liées par le même fil conducteur. Mais aussi étant donné que vous allez retrouver les personnages du premier, il est fort dommage de ne pas connaitre leurs histoires dans les détails, chose que vous aurez envie par la suite, mais vous vous serez spoiliez tout seul.

Des exemples pour faire simple : Prenons Be Yours. Nous retournons à Sturgis pour une suite très attendue de Be Mine, le premier roman de NC Bastian qui a obtenu un franc succès. Nous retrouvons nos bikers préférés : Les Silences of Death, mais aussi Mendy, la meilleure amie de Kim et Tucker, notre jumeau torride ! Mandy et Tucker, deux personnages charismatiques aux personnalités intéressantes que j’avais beaucoup appréciées lors de ma lecture du premier volet et qui ont donc leur propre histoire dans ce Spin off.

Nous avons également Cordes Sensibles, le Spin-off de la Chute par Twiny-B dans lequel c’est la petite Ania qui était alors âgée de 6 ans est aujourd’hui une belle jeune fille. Dans ce tome, elle va se rendre en Californie chez sa tante Prune (La Chute) et son oncle Adam où se déroulera le récit. Spin-off ou One Shot, il se peut aussi que l’on trouve un Crossover. Définition de Crossover (mot anglais « mélange, croisement, passerelle») On appelle donc un Crossover lorsque l’on croise dans un roman un ou des personnages d’un autre roman d’un même auteur qui n’ont rien à voir dans le récit, et carrément même parfois, d’auteurs différents., de ME différentes.

Il se pourrait par exemple qu’un Jour le Jack de Sophie S-Pierucci aille boire un café sur la côte avec Louise et Marco de Anne Cantore, puis prenne le temps d’emmener Leila à Rome pour assister à un défilé de chez la Maison Baldi chère au coeur de Gwen Delmas pour ensuite finir au Panama en compagnie de Socrate de Haley Riles le tout, dans un récit qui n’aurait rien à voir avec les récits de bases de chacun d’entre eux. Une nouvelle histoire incluant simplement les personnages que l’on connait déjà.

Pour faire encore plus simple, Bob l’éponge pourrait se retrouver un jour à chasser les étoiles avec Dora l’exploratrice pour aller prêter main forte à blanche neige qui se bat dans la Terre du milieu contre le dragon du seigneur des anneaux. Ce serait un Crossover de fou non ? mdr

Vous me suivez tourjours ? Alors on continue avec des exemples plus réels 😉

Dans Borderline, Melody de Ena L, on retrouve May qui chante avec Také de Not a fuckin’ romance. So Romantic est aussi un Crossover de Fuckin’ romance et bien d’autre encore, car Ena L aime bien mélanger et faire croiser ses protagonistes. Idem avec Lacanau Baby. Mais nous sommes là avec une même auteure. Mais les histoires sont vraiment propres à chacune. Ce ne sont en rien des Séries avec des tomes qui se suivent.

Erin Graham aime aussi faire croiser ses protagonistes dans les romans. Avec Love is a Bastard, on aura la chance de croiser Adam et Vadim de With Love sous son autre nom de plume, Marie HJ. Mais aussi Rémy qui va naviguer dans certains de ses romans et qui finira surement un jour, en Spin-off délirant. Ou peut-être aura t-il son tome dans la saga… à savoir !

Même si cela n’est pas une généralité dans les romans, très souvent, on retrouve Spin-off et crossover en même temps. L’enjeu de Angela Behelle est un Spin-off de la société qui peu se lire indépendement et qui ne suit pas le même shéma que la saga, mais aussi aussi un crossover par son clin d’oeil au premier tome de la société qui boucle une boucle parfaite en mettant les deux récits ensemble.

.Bon à savoir :

Le premier crossover date de 1975 quand DC Comics et Marvel publient conjointement une adaptation du Magicien d’Oz. L’année d’après elles publient une aventure mettant en présence Superman et Spider-Man.

Je vous ai perdu ? Mais non !

Et si vous nous donniez vos exemples à vous ?

Crossover ?

Spin-off ?

Les deux ?

Et si vous deviez choisir un Crossover de la romance, vous croiseriez quels romans et quels personnages ?

L’avis de Charlotte sur Unwanted Love de Nina Loren


Bonjour les étoiles. Je vous présente mon avis sur Unwanted Love de Nina Loren aux Editions Addictives : une très belle romance à suspense !

Titre : Unwanted Love

Auteur : Nina Loren

Genre : Romance

Editions : Editions Addictives

Ebook :  4,99€

Résumé :

Elle n’est pas pour lui. Il n’est pas pour elle. Et alors ?

Quand Logan sort de prison, il ne demande pas grand-chose : un job, une moto, et surtout pouvoir savourer sa liberté. Mais ce n’est pas si facile quand on est un Amérindien rebelle et ex-taulard !
Heureusement, il peut compter sur son agent de probation et ami qui lui trouve rapidement une bonne place dans le haras dirigé par Murray Thornton, un homme dur mais juste. Si Logan ne fait pas ses preuves, Murray n’hésitera pas à le virer, mais s’il se montre à la hauteur, tout ira bien. Alors, hors de question que ça dérape !
Sauf qu’il y a Mary, la fille de son patron. Beaucoup plus jeune que Logan, aussi désirable qu’intouchable, elle semble attirée par cet homme qui n’est vraiment pas pour elle. S’ils cèdent à leur attirance mutuelle, les conséquences seront dramatiques !
Compte tenu d’une société qui le rejette, l’a déjà condamné plusieurs fois et s’opposera à sa relation avec la jeune femme, Logan a tout à perdre. Mais peut-être qu’il a aussi tout à gagner avec Mary, s’ils osent tous deux défier les règles.

Mon avis :

Logan sort de prison après 15 ans d’incarcération. En prison, des manques se sont fait ressentir : les femmes, la moto et les chevaux. Il doit désormais tout recommencer, notamment apprendre à vivre en société.

Bob, son agent d’insertion, lui a trouvé un travail. Logan a du mal à y croire, ce n’est pas évident de trouver un travail lorsqu’on sort de prison, encore moins quand on est Amérindien… Mais c’est parti pour une nouvelle aventure dans un ranch. Ce travail est parfait pour lui, il mettra tout en œuvre pour faire ses preuves et être à la hauteur.
Mary a 23 ans et travail comme monitrice d’équitation au ranch de son père. Elle est rapidement sous le charme du nouvel employé et n’hésite pas à utiliser son franc-parler pour le séduire. 

Logan tente de repousser les avances de la belle mais intouchable jeune femme. Mais Mary insiste, on peut dire qu’elle est têtue. Il résiste, car il a trop à perdre pour céder à des envies, si fortes soient elles. 
Logan est attachant et touchant, les années de prison lui ont laissé des marques. Mary est rafraîchissante par son caractère et son côté fonceur. J’ai souhaité que tout se passe bien pour lui, pour eux…

Pendant ma lecture, j’ai été d’abord un peu déstabilisée par les bons dans le temps, mais ils apportent un angle différent quant au déroulement des événements et créent une tension et un suspense rythmant agréablement l’histoire. 

Unwanted love est une romance à suspense, forte en émotion. Une belle histoire d’amour impossible entre une jeune femme de bonne famille et un ex-taulard Amérindien. Mon cœur s’est serré et j’ai retenu mon souffle plus d’une fois face aux événements. J’ai eu envie de tourner les pages pour comprendre, faire le lien entre les éléments donnés… J’ai beaucoup que l’histoire se déroule dans les années 80, retrouver des choses que les plus jeunes ne connaissent pas, une vie sans téléphone portable par exemple ! 

Merci à Carole et aux éditions Addictives pour l’envoi de ce service presse.

Extrait :

– J’ai acheté de quoi faire des burgers. Ça vous tente de manger avec moi, ce soir ?
– Non, merci, mademoiselle.
Je fais un pas sur le côté pour sortir. Mary me barre à nouveau le chemin.
– Vous empêchez toujours les gens de sortir de chez vous ? lancé-je, les poings dans les poches.
– Normalement, non, Logan. Mais vous… peut-être. Je pense qu’on devrait prendre le temps de faire connaissance. Histoire de rattraper l’incident avec Colin.
– Ne dit-on pas que les ennuis commencent lorsque les femmes se mettent à penser ?
Un air mi-outré, mi-amusé s’épanouit sur le joli visage de Mary.
– C’est très grossier, ironise-t-elle. Dommage, je sais que vous ne le pensez pas. Si vous comptez vous échapper en jouant la carte du gros mufle, c’est raté, Logan.
– Vous ne me connaissez pas, mademoiselle Thornton.
– J’ai un bon instinct.
On se défie du regard, jusqu’à ce que le sien descende sur ma bouche.
Non, chérie, on n’ira pas sur cette voie. Pas fou, l’Indien.
– On vous a déjà expliqué qu’il ne fallait pas faire confiance aux inconnus ? Surtout quand ils sortent de prison ?
– C’est vrai, j’ai peut-être déjà entendu un truc du genre. J’ai une mémoire sélective.
Elle ouvre la bouche pour continuer, mais je l’en empêche. Autant arrêter cette conversation avant que les choses dérapent.
– Bien… bonne soirée, mademoiselle.

L’avis de Carine sur Arte Corpus : Angel et Raph 1, un roman de Jenny Rose chez Plumes du Web


Titre : Arte Corpus 3

Tome Angel et Raph 1

Auteur : Jenny Rose

Genre : Romance

Ebook : 4.99€

Broché : 16.90€

Résumé :

De la haine à l’amour, il n’y a souvent qu’un pas ! Lorsqu’ils se rencontrent aux fiançailles d’une amie commune, Angélique et Raphaël réalisent aussitôt qu’ils ne sont pas faits pour s’entendre. Elle le trouve rustre et antipathique, selon lui elle est froide et prétentieuse. Pourtant, ils ne sont pas si différents : leur caractère borné n’a d’égal que l’amour sans limites qu’ils vouent à leur entourage. Mais alors que le talentueux tatoueur croque la vie à pleines dents, la jeune psychologue vit à travers les yeux de son frère aîné, atteint d’un handicap et d’une pathologie incurable. Leurs existences aux antipodes l’une de l’autre vont se télescoper et leur prouver que les apparences sont souvent trompeuses. Raphaël comprendra-t-il que le monde n’est qu’une palette aux nuances de gris ? Angélique parviendra-t-elle à accepter qu’une vie de sacrifices ne la rendra jamais heureuse ? Une chose est sûre : aucun des deux ne sortira indemne de cette rencontre.

Mon avis :

Avec Arte Corpus, je découvre la plume de Jenny Rose qui a été pour moi une belle surprise. N’ayant pas lu la duologie précédente, c’est aussi la découverte d’une bande d’amis qu’il vous faut absolument découvrir à votre tour. Plus que des amis, ils sont cette famille qu’ils se sont choisis et pour qui ils sont prêts à tout.

Et avec cette nouvelle duologie, après Tori et Noha, c’est au tour d’Angélique et Raphaël de nous offrir leur récit, et comme je disais plus haut, n’ayant pas lu les précédents tomes, vous comprenez donc qu’ils peuvent se lire indépendamment.

Angélique et Raphaël, deux prénoms divins, angéliques, ils en sont loin ! Deux caractères de feu qui vivent une vie à l’opposé de l’un de l’autre. Angélique est une très jolie femme douce et posée en apparence. Le feu et la glace. Piquante et complètement dans le contrôle qui serait prête à tout faire péter face à Raphaël qui ne porte de pur que son prénom. Elle le déteste, il le lui rend bien. Il aime trop jouer avec elle, la pousser à sortir sa vraie personnalité. Elle peut mieux faire encore que le peu qu’elle lui a montré jusqu’alors. Pourquoi il aime tant la piquer ? Il n’en a aucune idée mais, il est clair que même si elle n’a rien en commun avec les femmes qu’il côtoie et drague généralement, il ne peut s’empêcher de la chercher. Malgré la répulsion qu’ils se vouent l’un et l’autre, ils vont devoir se côtoyer puisque, le meilleur ami d’Ange a intégré la bande depuis sa relation avec Tori qui n’est autre que la meilleure amie de Raph.

Raphaël est un homme intense, fougueux et déterminé. Il croque la vie à pleines dents, se foutant des convenances et se conduisant comme un enfoiré de première. Mais cela ne l’empêche pas d’être honnête et loyal. Il ne cache pas qui il est. Il le revendique même. Tatoueur hors pair, il est maître dans l’art d’être un parfait connard. Et dès les premières pages, le début des hostilités est lancé au premier regard échangé avec cette jolie blonde qui parait si hautaine et coincée. Angélique…

Cette jeune psychologue qui s’interdit de vivre en se sacrifiant pour le bien-être de son père et de son frère. Raph voit bien qu’elle se bride et qu’elle s’empêche d’être totalement en accord avec elle-même. Un petit jeu s’installe alors entre eux, jusqu’à un défi qui les mènera au point de non-retour. Jusqu’à ce qu’Ange s’offre la possibilité de s’amuser, sans culpabiliser. S’accorder de brefs interludes durant lesquels elle va vivre enfin pour elle, rien de plus, rien de moins… Mais, se frotter à Raph était-ce une bien judicieuse idée ? Il incarne tout ce qu’elle refoule, tout ce qu’elle jalouse aussi… Tout ce qu’elle ne peut décidément pas s’accorder.

C’est une lutte de tout instant pour Ange qui s’autorise aucun bonheur de la vie et encore moins de s’ouvrir aux autres. Seule sa famille compte plus que tout et une relation ne peut voir le jour au milieu de tout cela. Qui pourrait l’accepter ? À part Noha… qui lui a filé entre les doigts et a finalement a fini par en trouver une autre avec qui il file le parfait amour. Elle n’est pas prête à laisser qui que ce soit bousculer sa routine rassurante. Pour autant, se hasarderait-elle à laisser filer Raph à son tour ? À la fois beau et dangereux, cet homme pourrait bien être celui pour lequel elle prendrait le risque. Mais lui ? Serait-il prêt à être avec elle en toute connaissance de cause ? Malgré tous les enjeux, tout ce qu’une relation avec elle implique ?

Arte Corpus est une belle et douce romance qui ne manque pas de peps, de part les caractères hauts en couleur de nos protagonistes qui sont parfaits dans leurs imperfections. J’ai aimé que l’auteure les façonnent tels qu’ils sont. Ni tout blanc, ni tout noir. Avec chacun ses fêlures, ses nuances ses couleurs et ses envies. Je dois avouer que j’ai dévoré cette première partie qui, malgré la simplicité de la trame est très addictive et la psychologie des personnages vraiment bien menée. Particulièrement en ce qui concerne Raphaël qui est de nature magnétique et malgré son caractère et son comportement, est toujours honnête et franc. Cet homme pour qui c’est tout blanc ou noir et qui ne voit jamais les nuances et encore moins les couleurs. Les pages défilent à une allure folle dans une fluidité parfaite, sans que l’on éprouve le moindre ennuie ou la moindre lassitude. Jenny Rose m’a tenue en haleine du début à la fin en nous offrant de magnifiques personnages avec cette bande d’amis dont on veut tout savoir.

Un excellent premier tome dont je n’ai fait qu’une bouchée et qui me donne qu’une envie, plonger dans le second le plus rapidement possible.

Un grand merci aux Éditions Plumes du Web pour m’avoir permis de lire cette belle romance en service presse numérique.

Extrait :

— Ce qui signifie, au cas où je devrais te l’expliquer, qu’il y a très peu de chances que je fasse une rencontre décisive ce soir.

— Un miracle, ça peut toujours arriver, réplique Alex avec un air goguenard. Mon petit chat, ajoute-t-il en se tournant vers Tori, on sort s’acheter de quoi manger ?

Il n’est plus qu’amour et douceur quand il s’adresse à elle et, si je ne le connaissais pas depuis aussi longtemps, je pense que je serais capable d’être jaloux de la relation qui le lie à ma meilleure amie. Celle-ci acquiesce, puis se relève en s’étirant les lombaires, avant de se pencher pour attraper son sac à main à mes pieds. Pour l’enquiquiner deux secondes, je lui bloque l’accès en agitant mon boot en cuir sous son nez, ce qui ne m’apporte qu’une tape agacée sur la cuisse et un regard blasé. Je lui lance un large rictus, mais cela ne lui fait plus ni chaud ni froid.

Ange, elle, était à deux doigts de me balancer son couteau au milieu du front quand je lui souriais comme ça. Je ne sais même pas pourquoi j’ai une pensée pour elle, alors que les fiançailles ont eu lieu il y a plus d’un mois. Il faut dire que jouer avec ses nerfs a embelli ma soirée, et que je ne suis pas peu fier d’avoir réussi à lui faire sortir les crocs. Et encore, je suis intimement convaincu qu’elle s’est canalisée.

Peut-être qu’elle sera là au mariage, cet été ? J’avoue que cette idée ne m’avait pas du tout effleuré l’esprit.

À cette éventualité, je sens une espèce de satisfaction malicieuse s’insinuer dans mon cerveau. J’aime faire chier le monde, c’est un fait. Mais la faire chier, elle, c’était quelque chose de particulièrement jouissif. Comme si j’étais un gros chat qui malmenait une petite souris teigneuse dans l’unique but de l’effrayer.

L’avis de Charlotte sur le troisième tome de Four Kings Sécurité : Roi de Trèfle de Charlie Cochet


Hello les étoiles. Je vous présente mon avis sur le tome 3 de Four Kings Sécurité : Roi de Trèfle de Charlie Cochet publié chez Juno Publising France. Un tome plus calme que les précédent mais tout aussi addictif.

Titre : Four Kings Sécurité, tome 3 : Roi de Trèfle

Auteur : Charlie Cochet

Genre : Romance MM

Editions : Juno Publishing France

Ebook :  5,49 €

Broché : 17,50 €

Résumé :

Eduardo « Lucky » Morales est un combattant, depuis son enfance à Cuba jusqu’au Béret Vert dans les Forces Spéciales. Marqué par les guerres de son passé, Lucky a appris que rien ne dure pour toujours. Protéger son cœur est une seconde nature, et s’impliquer émotionnellement n’est pas envisageable. En tant qu’associé fondateur de Four Kings Sécurité, Lucky travaille dur avec ses anciens frères d’armes, les trois autres rois de Four Kings, mais cela ne l’empêche pas de profiter à fond de la vie nocturne. Flirter avec le Texan Mason Cooper, flic et cowboy, est bien trop amusant pour que Lucky résiste à la tentation, jusqu’à ce que Mason prenne l’avantage.

Mason Cooper n’est peut-être pas un soldat, mais il a mené son lot de batailles en tant que policier et maintenant inspecteur ouvertement homosexuel au sein du département des Crimes majeurs. Mason ne saurait pas dire quand les choses ont changé entre Lucky et lui, mais le magnifique et enflammé Cubain donne de nouvelles couleurs à son monde. Lorsqu’une erreur conduit à une suspension des forces de l’ordre, Mason se tourne vers une personne inattendue pour obtenir de l’aide : Ward Kingston.

Déterminé à ne pas se rapprocher davantage de Mason, Lucky est surpris lorsqu’il trouve l’homme à Four Kings Sécurité. Travailler dans le domaine de la sécurité privée peut s’avérer dangereux et imprévisible, mais c’est aussi le cas lorsqu’on tombe amoureux.

Mon avis :

Lucky, de son vrai nom Edouardo Morales est un ancien Béret Vert. Il est aujourd’hui associé de Four Kings Sécurité, avec ses anciens frères d’armes, dont Ace et Red, personnages principaux des précédents tomes. Son passé l’a marqué. Il protège désormais son cœur, impossible de parler de sentiments. 

Mason est un homme droit et intègre, son homosexualité ne l’a pas empêché de gravir les échelons. Quand il se voit suspendu de ses fonctions d’inspecteur, il n’envisage pas de rester inactif et va demander de l’aide à Ward Kingston afin d’intégrer provisoirement la Four King Sécurité. Lucky et Mason vont devoir travailler ensemble, mais Lucky en veut à Mason. En temps normal, il aime flirter, conclure et passer à autre chose. Mais Mason lui a ouvert une porte sur plus…

Le vécu des deux hommes est compliqué. L’un comme l’autre sont encore affectés par des événements passés et ils m’arrivent pas à avancer dans leur vie. Ils se cherchent, se trouvent, se repoussent. Lucky ne veut pas s’engager dans une relation longue durée. De son côté, Mason a peur de la réaction de Lucky quand il lui parlera de ce qui le ronge. La tension comme la passion augmente au fil des pages. 

J’étais impatiente de retrouver les précédents couples : Ace et Colton, Red et Laz. Plus qu’une équipe, les Kings sont une famille… Les personnages principaux comme secondaires, sont attachants. J’aime leur l’humour, leurs forces et leurs petites faiblesses. 

La plume de l’auteure, comme pour les précédents opus, est fluide et addictive. L’épilogue ne laisse pas d’autre choix que d’avoir hâte de retrouver le chef, Ward Kingston, dans le prochain tome. 
Merci à Maïwenn et Juno Publishing France pour l’envoi de ce service presse.

Extrait :

Lucky serra la mâchoire aux souvenirs de ce salaud de tentateur. Il sentait encore le toucher de Mason sur sa main, ses doigts calleux pressés doucement contre sa paume, son pouce caressant sa peau. Mason lui avait dit de belles paroles réconfortantes. Les mots inattendus, leur douceur plus encore.

— Regarde-moi.

Stupidement, Lucky l’avait fait.

— Eh bien, bon sang, tu es beau. Je sais que le moment est mal choisi, mais pourquoi je ne l’ai jamais remarqué avant ?

Lucky n’aurait pas dû l’écouter. Pourquoi n’était-il pas descendu de la voiture ? Il aurait dû sortir du véhicule.

La sensation du rembourrage de son casque de moto contre sa mâchoire fit remonter le souvenir du pouce de Mason sur sa joue avant qu’il descende lentement jusqu’à sa lèvre inférieure. Tour ce que Lucky avait eu à faire était de reculer ses lèvres. Qu’aurait fait Mason ? Aurait-il glissé son pouce dans la bouche de Lucky ?

D’instinct, Lucky passa sa langue sur sa lèvre inférieure.

Mason s’était penché vers lui, mais Lucky avait réussi à se reprendre. Ce fut plutôt la peur que l’avait saisi et l’avait foré à bouger.

Peu de choses effrayaient Lucky, mais à ce moment-là, il avait été terrifié par le magnifique cow-boy et les sentiments inattendu que l’homme suscitait en lui, sentiments qu’il avait réussi à éviter jusque-là.

L’avis de Carine sur le roman de Fanny André, Malgré nos différences : Simples colocataires. Ou pas…chez City Editions


Titre : Malgré nos différences : Simples colocataires. Ou pas… 

Auteur : Fanny André

Genre : Romance

Editions : Eden City

Ebook : 5.99 €

Broché : 16.90 €

Résumé : Secrète et mystérieuse, Elzbieta est une jeune étudiante solitaire qui fuit les autres et préserve jalousement son intimité. Séduit au premier regard par cette jeune femme qui dissimule de profondes cicatrices sous ses longs cheveux, Silas est bien décidé à l’apprivoiser.

Il réussit alors à louer une chambre en colocation dans la même maison qu’elle. Mais on est bien loin du coup de foudre réciproque  :  Elzbieta veut obliger Silas et T-Rex, son gros chien dont elle a une peur panique, à partir. Elle se lance dans une véritable guerre où tous les coups sont permis.

Mais de la haine à l’amour il n’y a qu’un pas et Silas est bien décidé à ne pas se laisser faire, la guerre est déclarée !

Mon avis :

On devrait toute avoir un Silas dans sa vie… Mais quel personnage ! Cet homme est tout simplement parfait, même dans ses imperfections. Fanny André nous offre là un magnifique duo de protagonistes qui sont peut-être à l’opposé l’un de l’autre mais, qui se complètent pourtant si bien… Et ce, malgré leurs différences.

Silas a tout du bad boy. Crâne rasé, tatoué, biker et propriétaire de T-Rex, un Beauceron. L’image qu’il dégage ne correspond en rien à sa personnalité. Bienveillant, il a toujours été du genre à détailler les manies des autres pour savoir ce qu’ils attendaient de lui et adapter son comportement pour s’intégrer plus facilement. C’est ce qu’il fera une fois de plus en arrivant à l’université dans laquelle il va suivre des cours de Psycho en vu d’une reconversion professionnelle. Dès les premières heures, il est très vite accepté et fait déjà partie du paysage. Pourtant, malgré tous ses efforts, il y a bien cette fille aux cheveux bleus qui se cache des autres, essayant d’être la plus insignifiante possible, qui l’ignore complètement. Lui qui aime analyser tout le monde est tout de suite intrigué par cette étudiante qui ne rentre dans aucune case. Pourrait-il faire partie de ses amis ? Très difficile à dire puisqu’elle ne lui adresse pas vraiment la parole.

Les jours passent et il ne peut s’empêcher de se rapprocher d’elle. En dépit de tous ses efforts qui s’avèrent infructueux, il compte bien apprivoiser la belle demoiselle, la découvrir, connaître ses secrets, ses failles, ses cicatrices. Cela tourne même presque, à l’obsession. Elzbieta joue à la nana rebelle, solitaire, elle ne parle à personne. Elle souhaite juste qu’on la laisse en paix. Si jeune et déjà si marquée par la vie, elle subit son quotidien dans des cours qui l’ennuient. Le seul endroit où elle se sente bien, c’est chez Jo, le vieux bougre chez lequel elle loue une chambre loin de toute agitation dans une solitude parfaite en fabriquant ses bidouilles. Oui, mais ça c’était avant ! Avant que Silas n’ait la bonne idée de louer lui aussi une chambre chez Jo et devenir de ce fait, le colocataire de Elz qui ne compte pas le laisser faire. Hors de question qu’il vienne briser ses habitudes et encore moins avec son énorme chien dont elle a une peur traumatisante. Il doit partir et vite et pour cela, elle va lui déclarer une guerre où tous les coups seront permis. 

Une petite guerre puérile, mais qui va surtout leur en apprendre beaucoup l’un sur l’autre. Et c’est une belle transformation qui va se tisser au fil des pages pour Elz. Par cette relation naissante, des changements vont opérer en elle et la faire gagner en assurance. Et à une certaine maturité par le partage, l’écoute et la force que va lui insuffler Silas grâce aux sentiments qui se mettent eux aussi en place.

Malgré nos différences est une magnifique lecture qui met en lumière des protagonistes singuliers, très humains et attachants, qui pourraient être n’importe qui d’entre nous. Une romance qui va aborder des thématiques difficiles qui ne peuvent que nous toucher, mais aussi nous interpeler. Et le tout, dans un naturel désarmant. J’ai vraiment aimé les messages que Fanny André a su faire passer au travers le récit de Elz et Silas qui flirtent avec de nombreuses réalités de la vie, plusieurs sujets disséminés par ci-par là, mais sur lesquels on va s’arrêter comme une évidence pour se les approprier. Des réalités dont on parle peu, pour certaines, qui alertent le lecteur dans leurs découvertes. Et l’autrice le fait avec une simplicité qui m’a touchée. Elle n’a pas cherché à enjoliver les choses, ni a les empirer. Elle a tout simplement trouvé un juste milieu pour rendre son histoire le plus réaliste possible en intégrant au récit de la romance, de l’humour aussi et de nombreuses situations qui mettront en avant des faits de société parfois, même, abjectes. Particulièrement un qui m’a mise dans une colère noire, fait couler de nombreuses larmes et dont on ne parle vraiment pas assez.

D’autres encore, comme le cas du petit frère à Silas qui m’a interpelée au point d’en avoir parlé à mon fils pour le mettre en garde. Des thèmes qui nous poussent vers la réflexion et ce, à plusieurs reprises. Sans oublier aussi l’attachement que chacun d’entre nous a pu avoir un jour pour une boule de poil, que ce soit un chat, un chien, un furet ou bien d’autres encore.

Malgré nos différences parlera évidemment de tolérance, mais aussi de préjugés, de traumatisme, et de changement de vie. Pour affronter le tout, nos protagonistes vont devoir s’adapter et aller chercher à l’intérieur d’eux, mais aussi chez l’autre, le courage d’aller au-delà d’eux même. Le tout sera toujours fait tout en subtilité, mais avec aussi le nombre de connaissances de l’auteure, très impressionnant, sur certains points qui m’ont bluffée. On voit bien qu’elle a pris le temps de faire les recherches nécessaires pour nous offrir un récit cohérent et juste. Tout particulièrement en ce qui concerne Elz et sa phobie.

Si j’ai aimé Elz dès les premières pages, touchée par ses fêlures et sa manière de mener sa vie complètement enfermée dans son monde, sans se dépêtre d’un caractère très haut en couleur. Silas lui, m’a complètement envoutée. Ce personnage est tellement beau intérieurement et si bien travaillé par l’auteure que l’on se délecte de tout ce qu’elle nous donne sur lui et avec lui. Sa reconversion professionnelle tout comme son boulot lui ressemblent tellement. Sa manière d’aborder et d’apprivoiser les gens nous conforte dans ses choix de vie et le rendent tellement humain et empathique. Un roman sombre et lumineux à la fois car, si les sujets abordés sont lourds et noirs pour certains, Fanny André y apporte sa touche d’espoir. Elle nous montre que la reconstruction n’est pas facile, mais elle n’est pas impossible. Que Malgré nos différences, nous sommes tous égaux, on peut tous s’aimer et s’entendre qu’importe nos choix de vie, le physique, l’âge, ce qu’on attend de nous. Qu’importe si on repousse les gens par peur d’être déçus ou que la peur elle-même nous guide dans une vie trop sombre pour être vécue à sa juste valeur. Qu’importe aussi les erreurs qu’on peut commettre, elles ne nous définissent pas, elles nous permettent simplement d’avancer en choisissant la bonne route en se donnant les moyens qu’elle nous mène vers la vie qu’on a choisi de vivre. Tout comme la manière de la vivre et qu’il existe des moyens pour y parvenir.

Un grand merci à Fanny André ainsi qu’à City Éditions pour l’envoi de ce service presse dans la collection romance Eden en format broché.

Extrait :

« Vu que je marche en ligne droite, nez baissé, parfois même en lisant – ouais, j’ai déjà bouffé un poteau avec cette habitude, mais ça vaut mieux que de croiser le regard des autres –, je ne remarque pas tout de suite la roue qui dépasse sur l’allée précédée d’une chaussure de cuir. Je relève la tête au dernier moment quand je suis à deux doigts de heurter ladite chaussure, mon cœur faisant un bond subitement – comme moi – pour éviter la collision.Mon regard remonte le long de la fameuse boot version chantier, et je trouve un jean, qui se révèle être porté par le nouveau. Il me sourit. Verts ou bleus, les yeux ? Dans ce genre, en tout cas…

— Salut, tu veux que je t’accompagne ?Je cligne des paupières, et une mèche de cheveux s’accroche à mes cils un peu trop maquillés. Je viens de changer. « Bad Boy Blue » avait ma préférence à «Atomic Turquoise ». Eh oui, je me teins sûrement en grande partie à cause des noms ! Voyant qu’il ne bouge pas, et étant de nature polie, je me borne à répondre :

— La BU est à cent mètres.Mais il reste là comme un con, en plein milieu.

— Un café ?Je manque de peu de m’immobiliser de nouveau, mais l’élan étant une force qui déboîte, je le dépasse sans broncher, écrasant le sol de mes Doc.

— Y a une machine à la BU, merci…Il lève une main qui se veut… apaisante ?

— Écoute, je souhaitais juste faire connaissance ; j’ai dû parler à tout l’amphi sauf à toi.Je finis par m’arrêter, sans doute trop atterrée par sa répartie.

— Ah !… Donc, je suis la dernière, tu t’y colles ? Merci, mais non, merci, c’est un peu l’argument le plus moisi que j’aie jamais entendu.Je préfère être franche, au cas où il se montrerait incapable de comprendre seul que c’était vexant, quoi ! Dernière ? Pauvre type… Je repars.

— Et si je te disais que ta nouvelle couleur est assortie à ma bécane ? C’est un signe, on doit se parler !Je dois avoir la mâchoire qui pend, tant je trouve ça débile. Il n’a pas sorti ça. Pas en vrai. Sauf qu’il sourit et semble à deux doigts de se marrer comme un abruti. Yeah, je suis la dernière et je suis assortie à sa bécane ; dans le genre rapprochement cosmique, ça se pose, là. Après avoir haussé un sourcil aussi haut que je peux, je conclus, péremptoire :

— Change de bécane. « 

The Most Insolent Man de Jeanne Pears aux éditions Addictives !


Hello les étoiles, je vous présente mon avis sur The Most Insolent Man de Jeanne Pears. Une aventure chargée d’adrénaline et dont les héros nous régalent d’un bel amour au goût d’interdit et d’une alchimie à haute tension. Une histoire mâtinée aussi d’un suspense haletant, d’une atmosphère prenante et de moult rebondissements.

Titre : The Most Insolent Man

Auteure : Jeanne Pears

Editeur : éditions Addictives

Genre : Romance

Résumé : Il est habitué à enchaîner les trophées, mais elle ne va pas se laisser faire !
Troy est pilote de course. Déterminé, arrogant, il est sûr de lui et les femmes défilent dans son lit ! Mais un soir, l’une d’entre elles lui résiste malgré le baiser torride qu’ils échangent.
Quand quelques jours plus tard, il recroise l’inconnue, il tombe des nues. Hope n’est autre que sa nouvelle collègue, et la nièce de son patron d’écurie ! En plus de ça, leur contrat leur interdit toute relation amoureuse !
Mais c’est déjà trop tard, il l’a goûtée le temps d’un baiser, l’attirance est là. Comment oublier ? Comment lutter ?
Troy ne veut qu’elle et il n’est pas du genre à abandonner avant la victoire…

L’avisdeMya 

Troy ne vit que pour sa passion. S’il sait s’amuser comme à l’instar de ses homologues célibataires, tant que ces relations soient sans attache, il reste concentré sur son objectif. Rafler autant de prix possibles et gagner le plus grand trophée de sa carrière. Une soif aveuglante l’anime, prendre revanche sur le passé, gagner pour son père et le rendre fier de lui. Sauf que dans son obsession d’être toujours premier à l’arrivée, il passe à côté d’autres belles choses que son métier peut lui offrir. À savoir, des amitiés qui ne demandent qu’à se souder et de devenir sa famille de cœur. À part sa mère, il en manque cruellement dans sa vie, tellement, il s’est barricadé au plus profond de lui-même, ne laissant personne s’approcher de plus près. Troy n’est ni égocentrique ni un loup solitaire et loin d’être égoïste. Il a un grand cœur et aime les gens contrairement à ce qu’il laisse paraître. S’il est réservé et garde ses distances avec le reste de l’équipe, c’est qu’il a ses raisons… et elles ne sont pas anodines. Du moins, de son propre point de vue. Cependant, le destin a des projets pour lui. Des projets qui n’étaient pas au programme, ni dans son futur immédiat ni dans l’avenir. Jamais. Mais, depuis que Hope a croisé son chemin, son cœur balance et le doute s’est insinué dans son esprit. Pourquoi ne peut-il pas avoir les deux ? Allier ses deux passions ne lui parait plus impossible… Certes, le secret de cette relation leur pèse, mais Troy n’a pas de regret. Il préfère partager ces instants volés avec Hope que rester loin d’elle. Il n’est pas aisé de cacher leur liaison interdite aux yeux des autres, se voir clandestinement alors qu’ils ont envie de crier leur amour au monde entier, finalement, ce qui importe, c’est qu’ils soient ensemble… Jusqu’à ce que le passé vient se rappeler au bon souvenir de Troy. Le secret qu’il tait farouchement à sa mère, plus grave, à son patron et à son équipe pour continuer à courser, vient de le rattraper. Troy n’a plus le choix, il doit se raccrocher à sa première ligne de conduite. C’est une question de vie ou de mort pour lui de gagner cette compétition. Il faut absolument qu’il aille jusqu’au bout de la course et tant pis s’il doit se briser le cœur et réduire leur amour à néant. Et pour mener son plan de carrière à bien, il se doit de la repousser, la convaincre qu’elle fait barrage entre lui et ce podium tant rêvé, même s’il doit le faire d’une manière inappropriée et au risque de la détruire !

The Most Insolent Man était ma dernière lecture de l’année et encore une fois je ne peux que me féliciter d’avoir clôturé 2020 avec cette romance dans l’univers NASCAR. Un thème que Jeanne Pears maîtrise à la perfection, décrit d’une façon précise et avec passion, permettant un plongeon immédiat au cœur de cette aventure à haute tension. Rien de tel qu’imaginer le grondement d’une voiture de course pour s’abreuver de quelques shoots d’adrénaline tout au long de la lecture, tout oublier et ne penser plus qu’arriver au mot fin.

Jeanne Pears est une auteure qui ne craint pas de tenter de nouvelles expériences et elle nous le prouve dans cette histoire. Une expérience riche de descriptions, de jargons et de battements de cœur à plus de 300/h. Elle est animée d’une telle passion pour le sujet qu’elle arrive à nous la transmettre même si c’est le temps d’une lecture. On se prend au jeu de la vitesse et de la compétition, on se surprend à retenir notre souffle, à guetter l’arrivée comme si elle nous a payé un ticket en direct de l’évènement. Elle nous a offert un road-trip américain des plus captivants, une visite guidée de ces sites dans lesquels règne une tension électrique. Et le plus beau dans tout cela, c’est la magnifique romance qui est née dans le secret et a évolué dans l’interdit faisant vibrer mon cœur au même rythme que les courses automobiles . Sans oublier l’ambiance bon enfant teintée d’une rivalité gentillette qui habite les circuits. Une rivalité qui vire aussi à haut risque dans certains chapitres exacerbant mes émotions déjà à vif . Les amitiés qui se consolident dans un univers où la jalousie et les coups bas priment, nous rend ces personnages hauts en couleur et drôles encore plus attachants qu’on a envie d’adopter d’emblée. Des protagonistes secondaires que j’espère bien revoir dans un spin-off ou deux. À bon entendeur !

The Most Insolent Man est une aventure chargée d’adrénaline et dont les héros nous régalent d’un bel amour au goût d’interdit et d’une puissante alchimie. Une histoire mâtinée aussi d’un suspense haletant, d’une atmosphère prenante et de moult rebondissements. Les joutes verbales pertinentes aussi qu’explosives qu’hilarantes nous accrochent et nous poussent à tourner les pages sans se lasser. Encore une fois, la magie a opéré avec cette merveilleuse plume qui nous vend à chaque fois un rêve. Clairement, un talent qui n’est plus à prouver. L’accompagner dans ses voyages n’est jamais décevant et m’assure toujours une immersion totale dans ses univers. Je ne vous en dis pas plus, je vous laisse au plaisir de la découverte de ce good road-trip dans l’univers de la NASCAR. Une histoire qui nous fait vibrer autant par la vitesse sur les circuits que par les somptueuses émotions qui se dégagent entre les lignes.

Merci aux éditions Addictives pour l’envoi du service presse de cette sublime lecture.

136663741_230308398587608_2616458815768430432_n

Invitée spéciale chez les étoiles avec AB. Blackwood!


Hello les étoiles ! Aujourd’hui je vous invite à en apprendre un peu plus sur AB. Blackwood, auteure de Murder Game, de 666 Les Murmures du Diable et de Je Creuserai ta Tombe.

136407860_1824288737727251_3619814501454597707_n

Audrey : Je m’appelle Audrey et j’écris des romances et des thrillers sous le nom de plume de AB. Blackwood. J’ai commencé sur la plateforme Wattpad avant d’être repérée par une maison d’édition, puis j’ai choisi de me lancer dans l’auto édition.

Mélissa : Pourquoi te lancer dans l’écriture ?

Audrey : J’ai commencé à écrire très jeune pour échapper au réel qui ne me plaisait pas. J’avais besoin d’un univers à moi pour survivre. Et ça ne s’est pas arrangé à l’âge adulte…

Mélissa : Pour le plus grand bonheur de tes lectrices… En parlant d’univers, as-tu un rituel pour écrire ?

Audrey : Je n’ai aucun véritable rituel pour écrire. Je suis capable d’écrire dans le train comme du fond de mon lit.

Mélissa : Peux-tu nous parler de ton premier roman : Murder Game ?

Audrey : Murder Game est une Dark Romance qui mêle suspense, romance et manipulation dans une intrigue amoureuse autour d’un tueur en série.

Mélissa : Il y a un coté sombre dans chacun de tes livres, on pourrait facilement deviner ton thème de prédilection, non ? Audrey : J’adore aborder des thèmes variés et écrire des thrillers et de l’horreur, mais mon genre de prédilection est sans hésiter la romance.

Mélissa : Surprenant, ce qui me pousse à te demander quels sont ton livre et/ou ton auteur(e) préférés ?

Audrey : Un seul livre ? je ne peux pas. Un top 5 au moins :

  • Madame Bovary de Flaubert.
  • Le Festin des ténèbres de Tanith Lee
  • Ça de Stephen King
  • Le Maître des illusions de Donna Tartt.
  • Le temps de l’innocence d’Edith Wharton.

Mélissa : Je prends note. Quelques mots sur 666 Les Murmures du Diable ?

Audrey : Les Murmures du Diable, est une courte histoire d’horreur qui mélange harcèlement scolaire et manifestations démoniaques.

Mélissa : Pourquoi avoir fait le choix de l’auto-édition avec cette histoire ?

Audrey : Après une mauvaise expérience en maison d’édition, je préfère pour l’instant l’édition indépendante. L’auto-édition via Amazon est souvent plus avantageuse pour les auteur.e.s qui ont l’envie et la capacité de gérer le travail d’édition autour d’un livre.

Mélissa : A quel personnage de tes livres pourrais-tu t’identifier ?

Audrey : Si j’étais un personnage de mes livres, je serais Chloé de Murder Game, un personnage avec de multiples facettes…

Mélissa : Peux-tu nous en dire plus sur Je Creuserai ta Tombe ?              

Audrey : Je Creuserai ta Tombe est un thriller qui parle de la disparition d’un bébé et de la dépression post-partum.

Mélissa : As-tu une préférence pour l’un de ces trois livres ?

Audrey : Dans mes livres déjà publiés, mon chouchou est Murder Game. Et dans ceux qui arrivent, c’est la trilogie de romance New Adult que je suis en train d’écrire.

Mélissa : Tu peux nous en dire plus ?

Audrey : C’est une histoire d’amour tumultueuse entre deux adolescents au sein d’un pensionnat élitiste.

Mélissa : J’ai hâte de la découvrir ! Un quatre mains pourrait-il faire partie de tes projets ?

Audrey : Ecrire à quatre mains est hors de ma portée… Je suis une introvertie et une (gentille) asociale. Je suis toujours très impressionnée par les gens qui y parviennent.

Mélissa : Je nous trouve bien sérieuse.

Audrey : Un auto-portrait chinois ça te tente ?

Mélissa : Trop !

Audrey : Alors :

  • Si j’étais un animal, je serais un chat d’intérieur.
  • Si j’étais un film, je serais Joker.
  • Si j’étais un jour de la semaine, je serais le dimanche.
  • Si j’étais une sucrerie, je serais de la crème glacée.
  • Si j’étais une couleur, je serais le blanc.
  • Si j’étais un objet, je serais un ordinateur.
  • Si j’étais un footballeur, je serais virée.

Mélissa : Mdr !

Audrey : Je me sens un peu bête, mais c’est marrant. Cela me fait retomber en enfance, c’est ce que l’on faisait en cours lorsque l’on s’ennuyait.

Mélissa : J’adore, et même si j’adore le foot, je préfère te voir exceller dans l’écriture… Pour clore cet interview, j’ai une dernière question pour toi. Qu’est-ce que tu dirais pour donner envie à des lecteurs/lectrices de découvrir tes livres : Audrey : Pour cette dernière question, je ne sais me vendre de cette manière et je ne vais pas trouver une réponse qui me ressemble. Cela va sonner faux… Je peux répondre à autre chose, mais ça je ne vais pas y arriver.

Mélissa : Je trouve cette réponse en parfait accord avec ce que tu dégages : une grande sincérité. Pour moi qui te suis depuis la première parution de Murder Game, je ne peux me retenir de donner mon avis. Tu as un talent exceptionnel pour faire passer les émotions quel qu’elles soient dans tes écrits et d’un point de vue très objectif, personne ne devrait passer à côté de çà ! L’émotion dans une lecture c’est tellement important !

Pour suivre l’actualité de ABBlackwood sur ses réseaux, suivez les liens : Page Amazon – Facebook – Instagram

Merci Audrey de m’avoir accordé du temps et d’avoir répondu aux questions pour les étoiles des bibliothèques.

137317635_237351557832987_7538504221108945759_n

L’avis de Mélissa sur Fireman tome 1 : Inflame Me de Mila Marelli chez Evidence Editions.


Hello les étoiles, je vous invite à découvrir mon avis sur Fireman tome 1 : Inflame Me de Mila Marelli chez Evidence Editions. Une histoire d’amour naissante entre un pompier et une jeune femme au tempérament de feu. Une lecture pétillante, promesse de fou rire mais, tout autant incendiaire de petites culottes.

Titre : Fireman tome 1 : Inflame Me

Auteure : Mila Marelli 

Editeur : Evidence Editions 

Genre : Romance Contemporaine  

Ebook : 7.99€ 

Broché : 20.00€

Résumé : Ils n’ont rien en commun.

Lui est pompier, il combat le feu et les dangers tous les jours. Il attend celle qui partagera sa vie, une femme douce avec qui il fondera un foyer chaleureux.

Elle est une organisatrice de soirées mondaines, elle aime les fêtes, ses amis et sa liberté, et aucun homme ne lui fera changer cela.

Et pourtant, leur rencontre va être explosive !

Seront-ils prêts à faire tomber les barrières qu’ils se sont imposées ?

L’avis de Mélissa

Fireman tome 1 : Inflame Me de Mila Marelli est la naissance d’une histoire entre deux personnages diamétralement opposés qui pourtant éprouvent une attirance incontestable. Après une première rencontre plutôt explosive, ils vont se découvrir et s’apprivoiser. Ils n’envisagent pas le futur de la même manière mais, trouvent vite un compromis afin de n’abuser que des bonnes choses. Pas d’étiquette sur ce qu’ils sont, ni promesse ni espoir en l’avenir. Seulement des instants charnels, des rapports passionnels et enflammés. Mais, attention, à trop jouer avec le feu, ils risquent de se brûler.

Ézéchiel est pompier professionnel à la BSPP, ce qui implique l’uniforme, un corps de rêve et une certaine capacité à maîtriser les incendies. Il pourrait user de ces atouts pour enchaîner les conquêtes mais, il n’en est rien. Il n’est pas comme tous ces types coureurs de jupons. C’est un amoureux de l’amour, un homme respectueux, qui a des valeurs. Il est à la recherche d’une relation plus conventionnelle car, la famille c’est important et précieux alors, trouver une femme, la chérir et fonder son propre foyer, voilà ce qu’il désire. Lorsqu’il rencontre Zoé, il tombe sous son charme. La jolie brune ne se montre pourtant pas sous son meilleur jour…

En effet, elle vient d’être dérangée dans un moment qui est pour elle d’une importance capitale et frôle la crise d’hystérie. Il faut dire que la jeune femme est dotée d’un tempérament de feu. Cette directrice d’agence d’organisation en événementiel est une femme indépendante. Dans sa vie professionnelle, elle est impitoyable car, à l’image de sa vie personnelle, elle ne laisse aucune place pour les sentiments… Elle aime sa liberté et en profite pour voyager afin de s’adonner à ce qui la fait vibrer : braver l’extrême en quête de sensations fortes au grand dam de son père, qui est le premier et le seul homme de sa vie. Il est hors de question pour elle d’imaginer une relation sérieuse avec un homme, en revanche prendre du bon temps avec le soldat du feu lui semble carrément envisageable…

Dans ce premier tome, nous faisons la connaissance avec un personnage masculin très différent de ceux qu’on a l’habitude de rencontrer. Il est attachant et son côté pudique lui donne un certain charme. Qui n’a jamais souhaité rencontrer un homme comme lui, un gentleman qui une fois la porte, de son intimité, fermée, s’avère être en plus un amant qui vous fait frôler la combustion spontanée. Et puis il y a Zoé, cette fille complètement timbrée, amoureuse du grand frisson… Elle est pétillante et drôle tout en étant une femme forte et impressionnante. Au fil du récit, elle se radoucit au contact du jeune homme.

Leur histoire est intense et petit à petit, Ézéchiel fait tomber les barrières de la jeune femme. Lui, il n’a aucun doute, il veut plus que ce qu’elle lui offre et il est prêt à patienter jusqu’à ce que Zoé ouvre les yeux et accepte qu’il y a bien plus entre eux. Mais cette dernière en est elle capable ? N’est-il pas plus facile de se voiler la face, de s’imaginer des choses et de s’en servir pour justifier la fuite. Et puis officialiser une relation, la vivre au grand jour pourrait entraîner des dommages collatéraux. Qu’en sera-t-il de leur avenir ? Je vous invite à le découvrir.

Pour ma part, c’est un nouveau coup de cœur. J’aime la plume de Mila Marelli, une de celle qui vous captive très rapidement et qui vous promet des moments de lecture exquis. Je ne me lasserai jamais de la suivre dans les aventures qu’elle nous propose. Peu importe le genre auquel elle s’attaque je suis conquise. Dans Fireman, j’ai adoré la diversité des protagonistes. Comme je l’ai dit plus haut, le profil d’Ézéchiel est assez singulier et c’est très plaisant mais, mon coup de cœur est tout de même pour Zoé, la déjantée. Puis l’on rencontre d’autres personnes, les collègues et la famille du pompier, le père et les amies de la jeune femme, un tout synonyme d’une belle promesse pour le tome 2. Il y a aussi le double point de vue, qui offre un ressenti simultané de nos deux héros nous procurant de l’émotion et nous donnant une lueur d’espoir sur un éventuel avenir commun pour eux. Mais, ce que j’ai aimé plus que tout, c’est l’humour qui ressort de cette lecture. Il y a longtemps que je ne me suis pas marrée autant et ça fait du bien au moral.

Si vous aimez rigoler, cette lecture est faite pour vous ! Vous êtes déprimées ? Cette lecture est faite pour vous ! Vous n’êtes pas axées humour ? Cette lecture est faite pour vous aussi car, vous ne résisterez pas aux propos et au comportement hilarant de la jolie brune. Vous l’aurez compris, aucune excuse n’est valable pour passer à côté de cette lecture. Une romance réunissant fous rires, sentiments, et incendie de petite culotte.

Aucune description disponible.

EXTRAIT :

<< — Salut ! Plus que jamais. Je t’appelle parce que j’ai un truc à négocier avec toi.
     — Tout ce que tu veux, chérie ! D’ailleurs, j’ai tes talons à la maison !
     — Mes talons ? demandé-je, ahurie.
     — Ouais, des noirs avec le dessous rouge et ils ont une torsade sur le côté.
     — Mais comment ça se fait qu’ils soient chez toi ?!
     — Attends, la dernière fois qu’on s’est vus, tu t’es mis une race, ma pauvre ! Je sais même pas comment ton foie a survécu !
     — …
     — Tu m’as trop régalé !
     — Marek, je ne suis pas seule, s’il te plaît !
Je deviens aubergine. Je sais de quelle soirée il parle. Celle dont je ne me souviens plus. C’est le black-out tellement j’étais bourrée. C’était la soirée de la phase terminale de Nastasia, lorsque, Ézéchiel et moi, nous nous sommes disputés, mais ce n’est pas du tout le bon moment de parler de ça !!
     — Franchement, minette, pourquoi avec toi toutes les soirées partent en couilles ?! Tu sais que Philibert m’en veut encore à mort. On était censés être tes baby-sitters et on s’est déglingué la gueule avec toi !
     — Attends, il m’en veut à moi aussi ?
     — Non, t’es sa chouchoute ! Mais putain, j’en ai pris plein la gueule !
Je ris et décide de terminer cette conversation qui va commencer à m’embarrasser devant la famille d’Ézéchiel.
     — Je m’en souviens pas et Nastasia n’a pas voulu me raconter, donc je pense qu’il faut laisser le …
     — Tu veux que je te rafraîchisse la mémoire ?
     — Ça va aller !! dis-je précipitamment. Je t’assure que ce n’est pas une bonne idée de …
     — Le zoo de nuit, la roulade dans l’enclos des boas.
J’ouvre la bouche en grand et écarquille les yeux.
     — Putain, c’est comme ça que j’ai ruiné mon jeans ?!
     — Ah non ma chérie, t’as ruiné ton jeans en entrant dans l’aquarium des requins, le tout en chantant baby shark à tue-tête.
Le temps que Marek rit à s’en faire péter les cordes vocales, je regarde Ézéchiel et tente de m’en sortir comme une princesse.
    —Il en fait des tonnes à chaque fois, je suis sûre que ce n’était pas aussi farfelu que ça en a l’air.
Ezra s’avance vers moi avec un sourire de vainqueur.
    — Menteuse ! C’est parce que tu t’en souviens pas, Philibert a pété un câble quand il est venu nous chercher !
    — Attends, on s’est retrouvés au commissariat ?
    — Non, chez moi, au club. D’ailleurs, je savais pas que tu parlais russe !
    — Je te rassure, moi non plus, je le savais pas ! dis-je en me frottant les paupières.>>

PAL de la semaine du 11 au 17 janvier !


Hello les étoiles, cette semaine sera prolifique en sorties chez nos partenaires. Et donc, je posterai la PAL en deux parties. Je vous en souhaite de belles découvertes !

Aujourd’hui, avec Plumes du Web et Jenny RoseCollection &H, Julie Perry, Fanny Myjany et Geovane Vaudreyéditions Addictives, Nina Loren et Allie KrownTamara Balliana et Olivia RigalBlack Ink éditions et Ange Edmon Shingfoo et Sabrina NicolasBMR et Tina Muir.  

  • Plumes du Web 

Le 12 janvier, parait le du 2e tome de Arte Corpus : Angel et Raph  de Jenny Rose.

Résumé : Après des mois de combat, Angélique baisse les armes et laisse Raphaël atteindre le seul morceau d’elle qu’elle lui a toujours refusé : son cœur. Un nouveau souffle, un avenir qu’elle ose à peine espérer, une bouffée d’oxygène au milieu des responsabilités qui pèsent sur ses épaules.
Auprès d’elle, le tatoueur se sent prêt à déplacer des montagnes pour lui prouver que le bonheur se trouve à portée de main.
Et malgré leurs caractères opposés, ils s’apprivoisent au jour le jour.
Pourtant, si la vie réserve souvent de bonnes surprises, elle offre également son lot de drames. Dès lors, se battre n’est plus une option… Mais encore faut-il en trouver le courage.
Leur amour peut-il survivre à tout, même au destin qui s’invite sans prévenir ?

  • Collection &H digital 

Sept sorties digitales sont annoncées pour le 13 janvier mais, je ne vous partagerai que celles que j’ai sollicitées sur NetGalley.

High School Bad Boy de Julie Perry 

Résumé : Il ne lui attirera que des ennuis… mais il en faudra plus pour la faire fuir.
Hope n’est pas du genre à se laisser marcher sur les pieds. Et ça ne risque pas de changer, même si elle est la petite nouvelle du lycée Archer. Après tout, elle n’y peut rien si Jace, ce mec canon dont le corps tatoué fait rêver tout le campus, s’intéresse à elle. Alors pas question d’ignorer ses regards en coin uniquement pour satisfaire celles qui la jalousent. Et tant pis si elle devient la cible numéro un de leurs coups bas, ça ne lui fait pas peur… Non, la seule chose qui pourrait l’éloigner de Jace, c’est cette part d’ombre. Celle qu’il tente de dissimuler aux autres, mais qui ne lui a pas échappé à elle. Hope sait que se rapprocher d’un bad boy pourrait être un jeu dangereux, mais elle est prête à prendre le risque. Quelles que soient les conséquences…

Avec toi, dans les nuages de Fanny Myjany.

Résumé : Les rencontres les plus inattendues sont parfois les plus belles…
Pour que Lucie se réveille seule un matin, dans un village perdu des Alpes, c’est assurément que quelque chose ne tourne pas rond. Et pour cause, son mari l’a quittée pour une autre femme, et elle a décidé de s’exiler quelques jours à la montagne, le temps de trouver un plan d’attaque. Du moins, c’est ce qui était prévu. Car, à peine installée, elle s’est laissé embarquer dans une séance de footing intensif avec la future équipe de France de football, venue s’entraîner dans la région. Et depuis, le regard vert émeraude de l’un des joueurs n’arrête pas de hanter ses nuits. Lucie sait pourtant qu’elle n’est pas ici pour se faire des amis… ni tomber amoureuse. Et, si elle veut rester concentrée sur son objectif, elle a tout intérêt à ne pas succomber à la première distraction venue… aussi séduisante soit-elle.

Le seigneur des Collines de Geovane Vaudrey.  

Résumé : Malgré la teneur de ses sentiments, elle se refuse à lui révéler qui elle est vraiment…
Héritière de la septième colline, et promise à un heureux mariage princier, Léandra se pensait à l’abri du danger. Du moins, jusqu’à ce que son futur époux la trahisse et l’abandonne au profit d’une alliance plus avantageuse. Rejetée par les siens, elle est alors contrainte de fuir son propre royaume pour protéger l’enfant qu’elle porte secrètement en elle. Et, lorsque le séduisant Gabriel de Caritas Sparo, seigneur de la cinquième colline, lui porte secours et la recueille chez lui, elle n’hésite pas à se faire passer pour la fille d’un marchand. Cet homme aux yeux clairs, qui la trouble plus que de raison, multiplie bien vite les petites attentions à son égard. Et, bien que Léandra sente son cœur battre de concert avec le sien, elle ne peut se résoudre à lui révéler son identité, au risque de perdre sa liberté… 

  • Editions Addictives 

Inwanted Love de Nina Loren dont la sortie numérique est annoncée le 14 janvier !

Résumé : Elle n’est pas pour lui. Il n’est pas pour elle. Et alors ?
Quand Logan sort de prison, il ne demande pas grand-chose : un job, une moto, et surtout pouvoir savourer sa liberté. Mais ce n’est pas si facile quand on est un Amérindien rebelle et ex-taulard !
Heureusement, il peut compter sur son agent de probation et ami qui lui trouve rapidement une bonne place dans le haras dirigé par Murray Thornton, un homme dur mais juste. Si Logan ne fait pas ses preuves, Murray n’hésitera pas à le virer, mais s’il se montre à la hauteur, tout ira bien. Alors, hors de question que ça dérape !
Sauf qu’il y a Mary, la fille de son patron. Beaucoup plus jeune que Logan, aussi désirable qu’intouchable, elle semble attirée par cet homme qui n’est vraiment pas pour elle. S’ils cèdent à leur attirance mutuelle, les conséquences seront dramatiques !
Compte tenu d’une société qui le rejette, l’a déjà condamné plusieurs fois et s’opposera à sa relation avec la jeune femme, Logan a tout à perdre. Mais peut-être qu’il a aussi tout à gagner avec Mary, s’ils osent tous deux défier les règles.

Et la sortie papier de High School Challenge de Allie Krown qui arrive dans les librairies le même jour.

Résumé : Evan est sûr de lui, sexy, mystérieux : rien ni personne ne lui résiste. Les filles ? Une différente chaque soir. Le deal est simple : elles se donnent toutes à lui, il ne se donne à personne. Tout bascule lorsque son équipe de foot lui impose un pari : séduire une fille vierge et coucher avec elle. Sa cible ? Calliopé, jolie, un peu coincée et naïve. Ça devrait être simple et facile. Ce sera son plus grand défi.

  • Cyplog 

Le 14 janvier, arrive la sortie du 5e chapitre de Le monde d’Elianor de Liah Waureel.

Résumé : Le monde tel que nous le connaissons n’est plus, et ne sera jamais plus. Le voile est à présent levé.
Après avoir vu ses ultimes espoirs de tranquillité voler en fumée, Élianor n’a d’autre choix que de reprendre la lutte. Des contrées glacées de l’Antarctique aux plages australiennes de sable fin, elle devra unir ses forces à celles de ses proches afin d’empêcher l’apocalypse annoncée.
Tous devront faire front.
Mais entre secrets incroyables, drames et bouleversements inattendus, Élianor saura-t-elle affronter son destin ? L’amour de Guillaume, son âme sœur, suffira-t-il pour l’accompagner au terme de cet ultime combat ?
Le temps des révélations finales est venu.

  • Shingfoo 

Avec la sortie de Beyond The Scars de Sabrina Nicolas. Un thriller torride qui arrivera dans vos PAL numériques le 14 janvier. 

Résumé : Une nuit a suffi pour que tout bascule. Un premier réveil. Il ne sait pas qui il est, ni d’où il vient. La seule chose qu’il pense être un souvenir, c’est un prénom, hurlé en boucle dans sa tête. Clayton…

Un second réveil des années plus tard. Alors qu’il a refait sa vie, il croise des yeux bleus qui appartiennent à son passé. Les souvenirs lui reviennent alors comme un boomerang et il décide de tout mettre en œuvre pour se venger de celui qui a voulu le séparer de son âme sœur. Elle est à lui et rien ni personne ne se mettra désormais en travers de son chemin.

Sans hésitation, déterminé, il effacera un à un, ceux qui l’ont laissé pour mort, jusqu’au jugement final.

  • Tamara Balliana & Olivia Rigal

Avec la sortie de London Calling, le 5e tome de Riviera Security. Rendez-vous le 15 janvier.

Résumé : Il est le seul à pouvoir l’aider, elle ne veut pas qu’il l’approche.James Egerton, ancien militaire au service de sa majesté, est le spécialiste en protection de personnalités chez Riviera Security. Quand son patron Ted Carter fait appel à lui pour une nouvelle mission, ce n’est pas de gaîté de cœur qu’il s’envole pour Londres.
Angelina Wood, que le monde entier connaît sous le pseudonyme d’Angel, est une chanteuses les plus en vue du moment. Mais derrière la fille à la voix d’or et sûre d’elle en apparence se cache une jeune femme au passé douloureux et aux multiples complexes.
Quand un mystérieux harceleur refait surface, l’équipe d’Angel décide de faire appel à Riviera Security pour assurer sa protection. Personne n’est mieux placé que James pour ce job : il a l’expérience, il connaît Angel, et surtout il était là lorsqu’elle a été victime d’une agression par le passé. Il y a juste un léger détail à régler : ils ne se sont pas adressé la parole depuis cinq ans et se détestent avec passion.

  • Black Ink éditions 

Et le rendez-vous attendu de Ange Edmon. En nos troubles arrive en numérique le 15 janvier.

Résumé : Pour partir en Italie, Tara doit accomplir une dernière chose, chère à son cœur. Piégée dans un passé qu’elle a partiellement effacé, elle décide de tout plaquer en espérant un nouveau départ.

Vivant en Toscane, Célio revient régulièrement sur ses terres françaises rendre hommage à sa défunte mère. Avocat renommé en France, et homme d’affaires redouté dans son pays natal, il n’imaginait pas tomber sur son premier amour, cette femme qui a disparu de sa vie sans explications. Elle ne semble pas le reconnaître, mais l’Italien n’est pas homme à baisser les bras. Entre les deux pays, leurs corps balancent, s’attirent et se rapprochent.

Quel est ce secret qui semble poursuivre Tara ? Pourquoi ne se souvient-elle pas de leur histoire ?

Luttant contre leur incessante attraction, Tara devra faire face aux démons de ce passé.

  • BMR 

Avec la sortie vendredi prochain de Au risque de t’aimer, le 2e roman de Tina Muir chez BMR. 

Résumé : Affronter la tendresse dans le regard bleu ciel de Victor  Evans est sa mission la plus difficile…
La vie de l’agent spécial Liz Hebert est un enchaînement de missions à hauts risques, sans place pour l’amour. De toute façon, une chamane mexicaine l’a vouée à avoir le cœur brisé.
Victor Evans, lui, a participé à l’emprisonnement de Staks, un dangereux trafiquant d’arts surnommé Le Client. Il est intégré au programme de protection des témoins et placé sous la surveillance de la jeune agente. Entre eux est née une indéniable attirance, sur le point de basculer.
Sauf que Staks n’a pas du tout l’intention de rester derrière les barreaux. En cavale, plus dangereux que jamais, il est déterminé à se venger et récupérer une statuette égyptienne aux pouvoirs mystérieux.
Malédiction, interdits, ennemi enragé… La situation est trop périlleuse, Liz refuse de laisser la moindre place à ses sentiments. Victor, lui, est prêt à tout pour se frayer un chemin jusqu’à son cœur.

Merci les étoiles pour votre fidélité et à très vite pour la 2e partie de la PAL de la semaine !

137576878_426159898531173_1171692783008311649_n (1)

 

 

 

Instant de Ludivine Delaune chez BMR !


Titre : Instant 

Auteure : Ludivine Delaune 

Editeur : BMR

Genre : Tranche de vie

Résumé : L’amour est un condensé d’instants inoubliables.

La vie est faite d’instants imprévisibles qui marquent à jamais.
ll y a cet instant qui a changé leur vie…

Celui où Julia a décidé de voler de ses propres ailes…
Où Paul a perdu la femme qu’il aimait…
Où Marguerite a retrouvé son Joseph après la guerre…
Où Jade a enfin eu ce qu’elle voulait…
Où Jessica s’est réconciliée avec son corps…
Cet instant qui a révélé à Grégoire qui il était vraiment et celui où Rose a chassé les démons du passé.
Et le seul qu’il n’est jamais trop tard pour vivre : l’instant présent.
Avant de vous laisser emporter par le quotidien de Julia et de ses proches, faits de petits bonheurs, de doutes et de sentiments, soyez prévenus : rien ne sera plus comme avant cet instant.

L’avis de Carine 

Instant est une romance particulière dans laquelle nous retrouvons plusieurs récits sur des personnages différents, mais tous feront partie de la vie de Julia, ou se seront croisés en un instant précis. Julia, Paul, Marguerite, Jessica, Jade, Annabelle, Emily, Rose et Grégoire partageront tour à tour un moment de leurs vies où cet instant, sera celui qui compte… Celui qui changera leurs vies à jamais, telle une prise de conscience, une décision ou un coup de foudre… Cet Instant, sera celui du grand saut, de la libération, du mauvais choix ou celui qui les unira à jamais…

Ludivine Delaune a écrit ce roman comme un poème. Il n’y a pas de vers ni de rimes, il y a des mots, des phrases qui, mis bout à bout, forment cette osmose de douceur qui nous fait apprécier chaque Instant de cette lecture. Elle manie sa plume telle une magicienne de l’émotion qu’elle nous retranscrit à la perfection. Cette émotion qui bouleverse, qui touche, qui fait rire et pleurer. Cette émotion qui s’échappe du récit pour venir nous atteindre en plein cœur et nous donner tout à coup une autre vision des autres. Une pensée très particulière pour l’histoire de Marguerite qui m’a beaucoup émue. Son récit a été comme un déclencheur. J’ai tout à coup ouvert vraiment les yeux sur la profondeur de ces tranches de vies qui défilaient au fil des pages. Et là, j’ai compris le vrai sens des mots…

Dans chacun de ses romans, Ludivine nous oblige à faire cette rétrospective de notre vie et nous pousse dans nos retranchements. Instant est plus qu’une histoire, plus qu’un roman. C’est avant tout une belle leçon de vie qui peut s’appliquer à tous les lecteurs et qui ne laisse pas indifférent par cette émotion qui monte crescendo jusqu’à ce que nos tripes soient mises à rude épreuve. Nous retrouverons des instants merveilleux, des instants dramatiques, des instants exaltants de ces personnages qui cachent bien des choses, l’instant qui fait mal, celui qui fait rêver ou encore, l’instant de trop… Le mal-être, la recherche de la gloire, les secrets, chacun sa vie, chacun sa peine, mais un destin qui les unit tous. L’histoire de leur Instant, de leur destin changé à jamais…

Un énorme merci à l’auteure pour sa confiance en me confiant son roman. J’ai passé un moment de lecture merveilleux malgré le torrent de larmes qui a gêné quelques fois ma vision. J’avoue ne pas l’avoir lu d’une traite mais, à des moments bien précis où j’en avais besoin, comme un recueil de poème qu’on aime avoir près de soi et ouvrir au hasard. Instant est un livre de chevet qu’il me plairait d’ouvrir de temps en temps pour me souvenir à cet instant, de ne pas m’oublier. Vivre l’instant présent. Ne pas oublier l’instant passé, et profiter des instants futurs. Profiter simplement de la vie et faire que chaque instant compte…

« Parce que la vie est courte… Parce qu’elle te reprend ce qu’elle t’offre… Parce qu’il faut vivre sans attendre le moindre instant, le provoquer… »

137220038_884040709008586_1509834313028469693_n

L’avis de Mélissa sur Effet Miroir de Wendy Thévin publié aux éditions BMR.


Hello les étoiles, je vous invite à découvrir mon avis sur Effet Miroir de Wendy Thévin publié aux éditions BMR. Un triangle amoureux mêlant jalousie et rivalité. Un homme, deux sœurs au cœur d’une histoire déraisonnable. Quand l’attraction est trop forte, difficile d’y résister !

Titre : Effet Miroir

Auteure : Wendy Thévin

Editeur : BMR

Genre : Romance

Ebook : 4.99€

Broché : Lien d’achat

Résumé : Qui n’a jamais rêvé d’avoir une sœur jumelle ? D’avoir à ses côtés un être qui l’aimerait coûte que coûte ?
Pour Ana, c’est le contraire. Elle donnerait tout pour que sa sœur Julie n’existe pas. Elle la déteste corps et âme, et la fuit comme la peste. Car depuis toujours, cette gémellité lui a pourri la vie.
Obligée d’aller vivre chez Julie aux États-Unis, Ana craint le pire. La cohabitation s’annonce cauchemardesque. Mais lorsqu’elle rencontre le magnifique Melvin, le petit ami que sa sœur lui avait jusqu’alors caché, Ana se réjouit. Voilà une bonne occasion de se venger de sa jumelle, et de s’amuser !

L’avis de Mélissa :

Ana se voit contrainte de quitter la France pour aller vivre chez sa jumelle, Julie. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, cela ne l’enchante pas du tout. Le pourquoi ? Elles se détestent. Il fut un temps où la complicité était bien présente mais celui-ci, est révolu depuis longtemps. Elles se sont d’abord éloignées, puis un événement et venu briser complètement leur lien. Partager à nouveau le même toit relève pour toutes deux de l’impossible mais, Ana a t’elle vraiment le choix ? Et puis, après tout, ne serait-il pas l’occasion de prendre sa revanche ?

On découvre très vite le tempérament de la jeune femme. Elle n’a pas froid au yeux, joue toujours la provocation et se fiche complètement du regard des gens. Elle « travaille » son look de rebelle pour renforcer sa parfaite opposition avec sa sœur. Julie, elle mène une vie tranquille et posée. Elle a une profession remarquable et vit avec son petit ami auquel elle a tout de même caché l’existence à sa famille. Mais pourquoi ? Cet homme, c’est Melvin… un charme fou, un regard azur. À l’arrivée de la jeune française, il reste très discret. La ressemblance physique entre sa petite amie et sa belle-sœur le trouble tout autant que la différence dans leurs façons d’être, leurs comportements. Malgré les mises en garde de Julie, il ne peut lutter contre cette envie de creuser et d’en apprendre plus sur Ana. Il est persuadé qu’une tout autre personne se cache sous cette apparence trompeuse. Est-il dans le vrai ? Ou deviendra-t-il un pion pour permettre à Ana de mener à bien sa vengeance ?

Effet Miroir est une romance comme je les aime. Wendy Thévin a su réunir tous les critères pour nous offrir une superbe lecture. Un triangle amoureux qui prend vie au cœur d’une rivalité entre sœur faisant naître jalousie et incertitudes. Des personnages pétillants et diversifiés que l’on apprend à connaître au fil des pages. Que l’on voit évoluer dans leurs façons d’être mais, aussi dans leurs sentiments mais, surtout à qui l’on s’attache comme si c’était notre bande de pote. L’attraction quasi immédiate entre deux protagonistes qui laisse envisager une relation qui serait totalement inconvenante….

Je me suis laissé embarquer facilement dans cette histoire. Les éléments sont bien exploités afin de rendre le récit crédible. Je relève tout de même un point négatif, un peu de trop de fautes à mon goût. Je trouve ça dommage pour une parution en maison d’éditions…. Je me dois de le mentionner mais pas de panique, le plaisir à découvrir la plume de l’auteure et la qualité de l’histoire me permet d’en faire abstraction. De plus, j’ai adoré les petits clins d’œil à des personnages, ou encore à des auteurs que nous connaissons tous. En plus, Wendy Thévin a trouvé la clé pour faire passer l’émotion. Rire, larmes, compassion et plus encore sont au rendez-vous.

C’est sur une touche plus que positive que je referme ce livre. Il serait dommage de passer à côté des aventures d’Ana, de ne pas lever le voile sur les casseroles qu’elle traîne et de ne pas savoir ce que l’avenir lui réserve. Le passé nous forge, il peut faire ressortir le plus mauvais mais tout autant le meilleur de nous. C’est avec plaisir et hâte que je lirai à nouveau cette auteure !

EXTRAIT :

<< Le fameux Cooper me regarde avec une intensité déconcertante. Ses yeux bleu
clair me percutent immédiatement, et j’ai l’impression qu’il m’analyse
longuement avant d’intervenir. Il est séduisant. Le genre de beauté qu’on ne
remarque pas forcément au premier coup d’œil. Sa carrure carrée est tout aussi
impressionnante. Ses muscles bandent son T-shirt, qui lui moule parfaitement au
corps. Au simple fait qu’il pose ses deux billes azur sur moi, mes bras se
couvrent d’une chair de poule étrange. Des palpitations naissent dans ma poitrine
pour venir se loger tout droit dans mon estomac.
— Alors Julie, t’as enfin décidé de te dérider et d’abandonner tes affreuses
chemises nouées jusqu’au cou ?
Je bloque, incapable de répliquer ; les mots ne sortent pas de ma bouche. La
manière dont son pote me regarde me rend fébrile. Bordel, ma serviette est
tombée sans que je m’en aperçoive ou quoi ? Pourquoi me fixe-t-il de cette
manière ? Ma température monte d’un cran. Mais au même moment, la porte
s’ouvre, interrompant le silence, et ma sœur débarque dans cette scène devenue
trop étrange.
— Ana ! hurle-t-elle.
— Julie…
Le grand blond se retourne, puis nous dévisage à tour de rôle, complètement
paumé. On dirait qu’il est en plein mauvais tripe.
— Oh merde alors ! intervient-il. C’est quoi ce bordel, Melvin ? Pourquoi je
vois ta meuf en double ? Elle est méga forte ta bière en vrai.
Il éloigne la bouteille en verre de sa bouche, pour tenter d’analyser son
contenu. Le troisième luron, un Latino, se retourne également, pas vraiment
certain de comprendre ce qu’il se passe. Quant à l’autre, il reste figé sur moi.
— Ana, punaise ! Mais va t’habiller, s’énerve ma sœur. Tu ne peux pas te
trimballer toute nue dans un appartement où un homme, qui soit dit en passant
n’est pas le tient, vit.>>

A propos d’amour de Hilaria Alexander chez Juno Pubulishing France !


Hello les étoiles, je vous présente mon avis sur À propos d’amour de Hilaria Alexander. Une jolie histoire d’amour et de passion mâtinée d’une bonne dose d’humour et d’une pointe d’érotisme. Juste la dose qu’il faut pour pimenter un peu plus cette romance captivante avec des personnages hauts en couleur. Quand l’amour et l’humour font ménage, il ne vous reste qu’une chose à faire ! A ne pas manquer surtout.

Titre : A propos d’amour  spin-off de Cet amour

Auteure : Hilaria Alexander

Editeur : Juno Pubulishing France

Genre : Romance

Broché : Lien d’achat

Cet Amour : Lien d’achat

Résumé : Mon voeu était un baiser pour le Nouvel An, mais je suis tombée dans son lit.

Nous n’allions pas mettre au courant son frère ou mon meilleur ami.

Jamais. Nous allions emporter ce secret jusque dans la tombe.

Boyd Rivers avait des règles auxquelles il ne dérogeait pas. L’une d’elles : une seule et unique nuit.

J’avais les miennes. L’une d’elles : plus d’imbéciles.

Je vivais à Amsterdam et lui à New York.

Nous ne devions jamais nous recroiser, mais le destin ne cessait d’entremêler nos chemins.

Nous n’avions RIEN en commun… à l’exception d’une alchimie sexuelle extraordinaire.

Il avait brisé ses règles pour moi. Je réalisai l’avoir jugé trop vite.

Coucher ensemble de temps en temps nous allait PARFAITEMENT… jusqu’à ce que le destin nous place dans une situation incongrue.

Je pensais qu’il s’agissait uniquement de sexe sans aucune attache entre lui et moi… mais n’est-ce pas finalement de l’amour ?

L’avisdeMya 

Après Cet amour, une mélodie musicale mâtinée de douceur, Hilaria Alexander nous a concocté un spin-off érotique mâtiné de suspense. Un tome qui peut se lire indépendamment du premier même si, c’est plus agréable de connaitre l’histoire de Lou et Ella. Dans À propos d’amour, Hilaria vous donne rendez-vous avec de l’amour certes, mais aussi une passion incommensurable qui a commencé par une attirance palpable, suivi d’un baiser puis une nuit de pur plaisir et sans attache. Mais ce qui n’était pas prévu, c’est de se retrouver et vouloir revivre cet instant de volupté qu’ils ont vécu.

Ally et Boyd ne croient plus en l’amour, ne font pas dans les sentiments ni dans les relations de longues dates. Tous les deux ont cédé à l’élan de leurs cœurs, et ont dégusté la souffrance qui en résulte. Mais le désir est plus fort qu’eux, la tentation de succomber à l’élan du corps se fait plus pressante et ne demande qu’à être assouvie. Cependant, penseront-ils à se protéger d’un éventuel coup de cœur qui les ramènera à leurs souffrances passées ?

Malgré le déni, la distanciation, la crainte de l’effet boomerang, l’amour ne se laissera pas ignoré, ne se fera pas oublier, cette fois-ci, les règles ne suffiront plus pour les tenir éloigner l’un de l’autre. C’est inévitable, une évidence ! Les émotions qui les animent sont plus puissantes que toute crainte de souffrir. Boyd sera son exception, Ally sera sa seule entorse aux règles. Et la surprise que le hasard leur réserve fera soit leur union, soit sonnera le glas à cette relation bâtie de sable. Un édifice précaire qu’un coup de destin peut balayer !

Comme je disais, si Cet amour a été d’une douceur lyrique, la dynamique Ally et Boyd n’avait rien de romantique ni de poétique. Elle était passionnée et faites d’étincelles ardentes dans lesquelles ils prenaient parfois le risque de s’y brûler… Jusqu’à ce que la raison et les règles du jeu se rappellent à leurs bons souvenir. Tous les deux étaient froids, cartésiens, indépendants, pas de rêves farfelus à part ceux qui concernaient leurs carrières. Ils assumaient leurs choix de vie, savaient ce qu’ils voulaient et comment l’obtenir. Leur relation dénuée d’exclusivité et de jalousie satisfaisait les deux parties jusqu’à ce que l’envie de l’un de l’autre, leurs craintes et les incertitudes s’insinuent dans la mécanique bien huilée qu’ils ont insaturée. De fortes personnalités mais non démunis de failles. S’ils ont un point commun, c’est bien, cette dualité qui fait ce qu’ils sont. Implacables et solides comme le roc mais, devant, certaines situations non maîtrisables, ils sont aussi démunis qu’un bébé. Un mâle alpha dans toute sa splendeur et une guerrière qui ne s’ébranle pas pour peu. Même devant le charisme de l’indécrottable Boyd.

Des hauts et des bas pendant cette lecture. Dans certains chapitres, la cadence s’accélère à en devenir intense, palpitante et dans d’autres, elle descend d’un cran nous offrant un moment d’accalmie bien que trompeuse. Des instants sombres et d’autres drôles à en devenir cocasses ramenant le sourire sur les lèvres et l’euphorie dans les cœurs.

Bref, À propos d’amour est une jolie histoire d’amour et de passion mâtinée d’une bonne dose d’humour et d’une pointe d’érotisme. Juste la dose qu’il faut pour pimenter un peu plus cette romance captivante avec des personnages hauts en couleur. Quand l’amour et l’humour font ménage, il ne vous reste qu’une chose à faire ! A ne pas manquer surtout.

Merci à Juno Publishing France pour l’envoi du service presse numérique.

136153155_167579141818257_1978096426353736541_n

Et puis un jour de Ludivine Delaune chez BMR !


Titre : Et puis un jour 

Auteure : Ludivine Delaune

Editeur : BMR

Genre : Romance – Tranche de vie

Résumé : Un simple regard, deux vies qui basculent.
Ces dernières années, Sarah s’est perdue dans son rôle de mère. Le temps l’a éloignée de son mari, Simon, qu’elle a tant aimé.   Pourtant, lors d’une escapade à Paris, Sarah croise le regard de Gino. C’est le coup de foudre, intense et irréversible. Tout les sépare, elle, mariée et mère d’un petit garçon, et lui, séducteur au cœur fermé. Pourtant, plus rien ne compte.
Au contact de Gino, Sarah comprend qu’il n’est pas trop tard pour réapprendre à aimer et profiter de la vie. Ils le savent tous les deux, ceci n’est qu’une parenthèse inattendue, sans promesses ni regrets.
Mais certaines histoires sont parfois trop dures à oublier…

L’avis de Carine

La gentille Sarah mène une existence des plus banales. Mariée à son premier amour, la maison, le bébé et le chien… beige. Mon début de lecture de ce roman avec moult détails a failli, un instant, me faire décrocher et mal apprécier cette belle histoire. Mais au fur et à mesure, je me suis rendu compte que cela avait toute son importance pour décrire le stéréotype de la femme parfaite dans une vie parfaite.

Et puis un jour… Sarah croisera le beau Gino, grand séducteur italien, il collectionne les femmes mais, son cœur, il le garde bien fermé à double tour. Impossible de le partager avec qui que ce soit, il l’a déjà donné et on ne le reprendra plus ! Et puis un jour

Ce roman a débuté par un prologue qui m’a mis l’eau à la bouche. Puis, je suis rentrée dans une belle histoire malgré un début qui a manqué de fluidité. Et comme je l’expliquais là-haut, l’auteure visait à nous montrer cette atmosphère de vie lourde et pénible que vivait le personnage féminin. Mais très vite, on se laisse prendre au piège, on aime croire que ces tranches de vies soient réelles, car oui, elles le pourraient aisément. Nous allons suivre Sarah et Gino mais aussi, par parcimonie, les personnes qui les entourent.

Nous pourrions toutes être Sarah, c’est certain. Confinée dans une vie raplapla, un mari qui passe plus de temps à vous demander « Qu’est-ce qu’on mange » ? « Où est ma chemise ? », plutôt que de vous dire « Chérie, tu es magnifique ce soir »…. Nous avons toute cette amie déjantée dont la liberté nous fait rêver. Mais, au fond ne comprendrait pas pourquoi nous voudrions sortir de notre confort pour un peu de folie… Nous pouvons toutes croiser un Gino et un Gino croiser une Sarah mais… Rare ceux qui prendraient le même chemin… La vie à deux est avant tout un projet de vie et le maintenir à flot est un combat de tous les jours, en éviter la routine en fait partie. Pourtant et parfois, quelque chose fera que tout peut changer… Croyez-vous en l’âme sœur ? Mais surtout, peut-on, après avoir vécu une telle parenthèse, reprendre le cours de sa vie comme si rien ne c’était passé ? Cela est moins certain… Mais…

Une belle tranche de vie que je qualifierais aussi un peu de leçon de vie. J’aime la façon dont l’auteure a mené ce récit et surtout, j’en ai apprécié la chute. Sa manière de narrer très imagée m’a replongée dans mon périple parisien il y a quelques années et j’en ai bu chaque détail. Cela nous permet également de bien vivre les scènes mais, pas en tant que spectateur, ou lecteur, non. Sa plume nous pousse dans nos propres retranchements, en nous faisant ressentir une multitude de sentiments. Que ferions-nous si nous étions à la place de Gino et Sarah ? Que ferions-nous si notre meilleure amie nous passait un tel appel ?

Merci à Ludivine Delaune pour cette superbe lecture qui parle de la vie, la vraie, et dont les protagonistes chamboulent nos petits cœurs.

136411513_592446934956739_4278456511659715209_n

L’avis de Carine sur le roman en version Audio de Chloé Wilkox : The Virgin’s Price


Bonjour les étoiles. Aujourd’hui je vous propose un avis un peu particulier. Une chronique rédigée sur un roman Audio, un genre de lecture dans laquelle j’ai décidé de me lancer. Une belle surprise des Éditions Addictives qui sortent plusieurs titres de leur catalogue dans cette version Audible avec une narratrice à laquelle j’ai adhéré dès le départ. C’est important de le dire car, c’est toujours ce qui a fait que j’avais du mal à me lancer sur l’Audio. Il faut absolument adhérer à cette voix que nous allons avoir dans nos oreilles et pour Virgin’s Price, ça l’a carrément fait 🙂

Au lieu de lire avec les yeux, me voilà à le faire avec les oreilles ! Et quelle belle idée. Pourquoi ? Tout simplement car on peut le faire à divers endroits tout en pouvant également faire autre chose. Dans les transports ou en marchant. En faisant du sport ou en flânant. Personnellement, j’ai trouvé mon rythme en écoutant dans la voiture (où d’habitude j’écoute les Podcasts de Gwen Delmas que je vous conseille) mais surtout, en faisant le ménage et le repassage lol. Je vous assure que cette corvée passe comme une lettre à la poste en écoutant un livre et particulièrement celui que j’ai choisi. Mon mari s’est même étonné de me voir astiquer autant la maison lol. Comme je ne voulais pas m’arrêter d’écouter, je trouvais pleines de nouvelles choses à faire. Et, le faire avec plaisir et ça moi je dis « j’achète ! »

Titre : The Virgin’s Price

Auteur : Chloé Wilkox

Genre : Romance

Editions : Addictives

Audio : 16.95€

Ebook : 4.99€

Résumé :

Elle n’a plus rien à perdre… sauf elle-même.

Heaven a toujours vécu une existence de rêve au sein de la jeunesse dorée de New York.

De fêtes déjantées en boutiques de luxe, de brunchs extravagants en vacances paradisiaques, elle n’a jamais eu à se soucier de rien… jusqu’à l’arrestation de son père dans un scandale financier.

Les comptes sont gelés, son nom est terni, sa mère se voile la face en dépensant sans compter l’argent qu’elle n’a pas, et Heaven doit brusquement lutter seule pour continuer ses études, survivre et payer les avocats de son père.

C’est dans ces conditions qu’elle croise Jude Crawford, arrogant, moqueur, sexy, irrésistible… qu’elle doit fuir à tout prix. Ce n’est pas le moment de se laisser séduire et il ne doit rien savoir de ses secrets inavouables !

D’autant que, accablée de dettes, isolée et désespérée, Heaven se résout à l’impensable : vendre sa virginité aux enchères.

Contre toute attente, c’est Jude qui l’emporte. Mais celui qu’elle prend pour son sauveur pourrait se révéler le pire des bourreaux…

Mon avis :

Virgin’s Price, une romance hautement addictive !

J’ai été plus que séduite par la plume de l’auteure, mais aussi par la narratrice de ce roman, puisque je l’ai découvert en Audio et que la voix est vraiment très importante pour accrocher à la lecture.

Virgin’s Price c’est l’histoire de Heaven, une jeune New-Yorkaise que ne connaissait à ce jour que le bon côté de la rive en vivant dans l’Upper East Side. Là où se regroupe le plus de personnes riches au mètre carré ! Des personnes plus riches que riches qui finalement se doivent d’être résidents de l’Upper East Side s’ils souhaitent être « considérés et acceptés » par les personnes qu’ils côtoient. Et qu’importe s’ils se sont connues dans les bacs à sable ou en jouant au Trader à Wall Street avec les millions des autres, ils se doivent surtout de le rester. Voilà l’endroit où est née Heaven. Voilà le milieu dans lequel elle doit survivre, alors que depuis que son père, grand Trader a été arrêté, elle n’a plus un dollar et que toutes ses amies font partie de cette jeunesse privilégiée de New-York où dépenser 2000 $ pour une robe Gucci, qu’il ne faudra surtout pas remettre, est monnaie courante. Comment faire pour cacher à toutes ses amies qu’elle n’a plus rien ? Comment vivre tout simplement, payer ses études qu’il est hors de question d’abandonner, tout comme il est impensable pour elle d’abandonner son père qu’il soit coupable ou non ?

Alors Heaven ment. Heaven use et abuse de subterfuges pour ne rien laisser paraitre et essayer de survivre jusqu’à ce que son père sorte de prison. Elle accumule les cartes de crédits qui malheureusement ne sont pas inépuisables. Seulement, à dix-neuf ans, devoir porter sur ses épaules toutes les erreurs de ses parents n’est pas facile. Sa mère continue de vivre comme si de rien n’était en dépensant des sommes astronomiques qu’elle n’a pas. Les avocats de son père qui réclament beaucoup d’argent. Et ses frais d’université qui ne se matérialiseront pas par magie. Heaven tombe petit à petit dans un gouffre sans fin à force de vouloir combler ce qui ne le sera jamais assez. Un gouffre abyssal où même sauter des repas où encore vivre de l’autre côté (dont il ne faut pas prononcer le nom) ne peut remédier à sa chute dans les enfers… Mais Heaven ne flanche pas.

Heaven est une personne droite, volontaire et déterminée qui fera tout pour ceux qu’elle aime, jusqu’à tomber bas… Très bas… Tout en gardant la tête haute et le menton fier. Prête à tout, au point de devoir faire l’impensable. Vendre la seule et unique chose qu’elle gardait précieusement contrairement à ses amies. Sa virginité…

Virgin’s Price est vraiment un roman comme je les aime. Un roman qui parle de sujets durs et pourtant, il reste frais et complètement génial ! La plume de Chloé Wilkox est vraiment très prenante. Elle mêle à la perfection mystère, sensualité et action, tout comme rebondissements et messages qu’elle souhaite faire passer. Je ne lis pas les résumés, mais le titre parle déjà pour lui. Donc je m’attendais à une jolie histoire de héros qui tomberait amoureux de celle qui s’est vendue à lui. Mais non, on est loin d’une romance écrite d’avance. L’auteure a su jouer à la perfection avec ses héros, nous menant alors par le bout du nez d’un bout à l’autre. Heaven pourrait paraitre superficielle sur le départ, mais on voit bien qu’elle ne l’est pas tant que ça. Déjà, par sa manière de prendre soin de ses amies, ne pas leur imposer ses soucis ou encore profiter d’eux et de leur argent. Puis par ses ambitions qui n’ont rien de celle d’une pauvre petite fille de riche, qui souhaite l’être à son tour. Mais il ne faut pas oublier que telles que sont ses amies, elle l’a été aussi à une certaine phase de sa vie et que si aujourd’hui, elle a muri, elle n’en reste pas moins une fille née dans l’Upper East Side et vue comme telle.

Vue comme telle par Jude Crawford, cet homme riche, arrogant, un peu connard aussi oui, mais tellement irrésistible… Cet homme aussi magnifique que mystérieux. Aussi chaud que la braise et à la fois aussi glacial que la calotte polaire. Jouant avec ce chaud et ce froid qui déstabilise notre héroïne autant que nous, faisant monter la température du roman jusqu’à ce que toutes les soupapes de sécurité cèdent et explosent d’une sensualité caliente. Hum oui… vous l’aurez compris, je suis tout à fait sous le charme. Qui ne le serait pas d’ailleurs ? On ne peut que comprendre notre héroïne, cette chanceuse… ou pas.

Avec Virgin’s Price, Chloé Wilkox va nous immerger dans un monde où l’argent est le maitre mot. Dans un monde où n va parler d’inclusion sociale, mais aussi d’exclusion. Des dérives du capitalisme et des scandales financiers qui ont éclaboussé Wall Street ces dernières années. Elle met en lumière un monde de paillettes pas si étincelant que ça où l’argent le ternit plus que ce qui le fait briller. Et elle le fait avec des personnages qui ont tous une place importante dans cette romance, même les secondaires insignifiants de base. Nos héros, eux, sont juste époustouflants avec leur force qu’ils assument, aussi bien que leurs failles, et cette attraction qui ne cesse de grandir et monter en tension nous régalant de chacune de leur rencontre, chacune de leurs joutes, chacune de leurs indécisions, mais aussi de leur décision.

La plume de Chloé Wilkox est fluide, juste, sans longueurs. J’ai beaucoup apprécié le vocabulaire utilisé en parfaite adéquation avec le récit et qui nous immerge parfaitement dans le genre et l’univers de nos protagonistes. Tout comme j’ai aimé qu’elle se serve de vrais sujets d’actualité sur certains points, des lois, des droits et des risques encourus. Un roman très complet qui m’a complètement conquise et que je ne peux que vous conseiller de lire à mon tour.

Fan de la chute ! J’aime pouvoir me poser dix mille questions, être au plus près pour finalement me dire : Ha bien non, c’était presque ça, mais encore cela ne l’est pas vraiment ! Et qui fait que ce roman ne ressemble à aucun autre qui pourrait avoir le même sujet de départ.

Virgin’s Price… Un roman à lire avec les yeux ou avec les oreilles, mais à découvrir sans aucun doute Un grand merci Aux Éditions Addictives pour m’avoir permis de découvrir ce magnifique roman dans sa version Audio.

Extrait :

– Espèce de salaud…

Mais Shark intercepte la gifle que je m’apprêtais à lui donner, tient fermement mon poignet dans sa main.

– Tout doux, McAdams. Dois-je te rappeler les règles élémentaires du commerce ? Le client est toujours roi.

– Sauf que tu n’es pas mon client, sifflé-je. Jamais tu n’auras ce pour quoi tu as payé, tu entends ? Certainement pas après la façon dont tu viens…

– … de quoi ? me coupe-t-il avec un demi-sourire. D’acheter ce que tu as toi-même mis sur le marché ? Quoi que tu éprouves pour moi, Heaven, tu serais idiote de faire marche arrière. Tu devrais t’estimer heureuse de te faire autant d’argent en me vendant ce que tu étais prête à m’offrir il y a seulement une semaine.

Je dégage mon poignet, vive comme l’éclair. Un feu s’allume dans mes veines : celui de la haine.

– Qu’est-ce qui t’a rendu aussi pourri, hein, Jude ? craché-je en sentant les larmes me monter aux yeux. Aussi malfaisant ? Papa n’assistait jamais à tes compétitions sportives ? Maman ne te félicitait pas assez pour tes sculptures en pâte à modeler ?

– Tu as une imagination débordante, rétorque ce salaud d’un ton égal. Continue à viser au hasard, essaye de te montrer plus originale, et peut-être que tu finiras par tomber juste.

Je sens ma rage redoubler. J’ai envie de le griffer, de le frapper, de lui faire mal.

Il veut m’humilier ? Il n’en sortira pas indemne.


– Dis-moi, Jude, si tu préfères les vierges, ce ne serait pas parce qu’elles n’ont aucun point de comparaison par hasard ? Tu as des petites angoisses de performance, c’est ça ?

– J’imagine que tu vas le découvrir assez vite, annonce-t-il d’une voix profonde sans même me donner la satisfaction d’un regard noir. Je t’attends dans deux jours à l’hôtel Barker, bungalow 13. Sois là à dix-neuf heures précises, les retards m’exaspèrent. Ah, et une dernière chose…

Shark se penche à mon oreille, au point que son souffle mentholé m’enveloppe, ainsi que son odeur si masculine.

– Même si tu me détestes, tu vas aimer ça, Heaven, déclare-t-il d’une voix basse et brûlante. Je t’en fais la promesse.

Broken Knight #2 All Saints High de L.J. Shen – Collection &H !


#BrokenKnight #NetGalleyFrance

Hello les étoiles, je vous présente mon avis sur Broken Knight, le 2e tome de All Saints High de L.J. Shen. Ce 2e volet n’était pas seulement un coup de cœur, mais aussi un millier de coups au cœur. L.J. Shen ne nous a rien épargné dans ce deuxième volet consacré à un personnage déjà très prometteur dans le 1er volet de All Saints High. Et effectivement, Knight ne m’a pas déçue. A ne pas manquer !

Titre : Broken Knight #2 All Saints High 

Auteure : L.J. Shen

Editeur : Harlequin

Collection : &H

Genre : New Adult 

Broché : Lien d’achat

Résumé : Il veut la conquérir.
Elle le veut tout entier.
Knight est la star du lycée. Sexy, sportif, populaire, il enchaîne les filles comme les soirées. Pourtant, derrière cette façade de serial lover insouciant, Knight ne pense qu’à Luna. Luna, sa voisine, qu’il a prise sous son aile tout au long de leur enfance. Mais, alors qu’il se décide à amener leur relation amicale sur un terrain plus… sensuel, Luna lui échappe.
Tout le monde aime Luna. Discrète, douce, paisible. Mystérieuse. Ce que les gens ignorent, c’est qu’elle n’est pas la Belle au bois dormant passive qu’ils imaginent. Non, Luna sait parfaitement ce qu’elle veut  : Knight, celui qui lui a redonné goût à la vie quand tout s’écroulait autour d’elle. Elle le veut, mais pas à n’importe quel prix. Hors de question de finir comme toutes ses conquêtes d’un soir, qu’il jette le lendemain. Pour Luna, ce sera tout, ou rien.

L’avisdeMya 

Broken Knight n’était pas seulement un coup de cœur, mais aussi un millier de coups au cœur. L.J. Shen ne nous a rien épargné dans ce deuxième tome consacré à un personnage déjà très prometteur dans le 1er volet de All Saints High. Et effectivement, Knight ne m’a pas déçue. Si cette histoire donne le sourire de prime à force de chamailleries entre la bande, ne vous leurrez pas, les larmes et versées à torrents ont été aussi au rendez-vous. L.J. Shen m’a presque brisé le cœur, je ne sais pas encore si le prochain tome réparera ce qui a été cassé.  Cette lecture me prouve encore que cette auteure a plusieurs cartes gagnantes à jouer de sa plume experte. À chaque fois, je me demande si elle a quelque chose de mieux à donner, et à chaque fois, elle m’éprouve les nerfs et exacerbent mes émotions ! Me laissant euphorique au mieux, triste, nostalgique, au pire. Heureusement, les happy-end me réconcilient avec mes futurs choix de lecture. Car il faut le dire, qu’après lecture du tome 1 & 2, cela été difficile de me replonger dans une autre sans être imprégnée de ces émotions passées.

Pour vous dire, ce deuxième volet a tenu toutes ses promesses et haut la main. L.J. Shen m’a encore embarquée pour d’autres horizons aussi différents qu’inattendus. Un voyage rempli de doute et d’incertitude, d’incompréhension, de non-dits, rempli de ce sentiment d’injustice qui prend aux tripes et de larmes… d’un flot de larmes. Mais c’était aussi un voyage dans lequel priment l’amitié, le désir, l’amour, la bonne humeur et toutes ces petites choses qui en font une magnifique lecture. Une histoire poignante dont je ne suis pas sortie indemne.

Luna et Knight ou Knight et Luna. Ces deux-là sont indissociables l’un de l’autre. Inséparables comme les doigts de la main et cela depuis leur première rencontre alors qu’ils étaient gamins. Ils ont tout partagé et vécus ensemble, le meilleur comme le pire. Et le pire, ils en connaissent un rayon. Ces traumatismes qui jalonnent leurs chemins depuis l’enfance. Luna par l’abandon de sa mère et Knight par l’épée de Damoclès qui flirte avec la vie de sa maman. Si vous avez lu le volet consacré à Dean et à Rose dans la série Sinners, vous saurez de quoi je parle. Toutes ces embûches qui ont impacté leurs vies et ont façonné les personnes qu’elles sont aujourd’hui. Luna affronte cette déchirure de l’âme et ce manque qu’elle a de celle qui l’a mise au monde en se taisant. Le silence est devenu son exutoire, un genre de rébellion contre la douleur. Comme le dit si bien la citation :

Les mots du silence sont violents aussi pour soi que pour les autres »

Et on peut dire que ces mots tus font souffrir son entourage qui ne sait comment réparer le préjudice, comment lui rendre son innocence et son enfance volées à jamais. L’amour de ses proches ne suffit pas, l’amour de Knight l’est-il ? Encore il faut qu’il l’aime !  Knight quant à lui, s’il savait ce qui tournait dans le crâne de sa meilleure amie aurait-il pu tourner autrement ? Lui, le séducteur impénitent, il n’y a que ces moments de plaisir éphémère entre les bras d’autres femmes pour lui faire oublier son amour non rendu et les souffrances interminables de sa mère !

Et si toute cette vie de serial-fucker qu’il s’autoproclame à haut et à cri n’était que poudre aux yeux ? Une manière ou une autre pour attirer son attention ? Une façon de donner le change à sa vie monacale ? De cacher sa passion, son amour incommensurable pour sa meilleure amie qui ne cesse de l’éviter ?

Et c’est là que les non-dits les mènent à l’erreur ! Des erreurs irréparables à moins que l’amour ne soit plus fort que tout mensonge ou trahison !  

Comme je disais là-haut, LJ. Shen a de l’or dans les mains, une valeur sûre pour s’abreuver de belles histoires à moult émotions. Si vous n’avez pas encore lu la série Sinners, il est temps d’y remédier. Car si cette nouvelle saga peut se lire indépendamment de l’ancienne, cependant, je vous recommande de tout lire dans l’ordre, sinon vous manquerez l’essence même de ces personnages aussi fascinants que bouleversants.

C’est le cœur serré et les nerfs à peine apaisés que je tourne la dernière page. L’histoire est peut-être finie mais l’aventure continue avec Vaughn qui a à cœur de nous raconter son histoire dans Angry God que je me ferai un plaisir de dévorer ou à déguster tout doucement pour faire durer le suspense qui ne va pas manquer à coup sûr dans le 3e volet.

Vous l’aurez compris, je suis fan de la plume de cette auteure, fan de ses histoires, fan des Sinners et encore plus fan de leurs progénitures qui ont repris la relève et s’instaurent rois sous les yeux bienveillants des anciens, statut que je leur concède avec bonheur et une grande joie.

Merci à L.J. Shen, à Collection &H ainsi qu’à NetGalley pour l’envoi du service presse !

knigt

L’avis de Charlotte sur Je veux juste être heureux de Marilou Sunny


Bonjour les étoiles. Je vous présente mon avis sur Je veux juste être heureux de Marilou Sunny, en auto-édition : servez-vous une part de bonheur !

Titre : Je veux juste être heureux

Auteur : Marilou Sunny

Genre : Romance

Editions : Auto édition

Ebook :  2,99 €

Broché : 13 €

Résumé :

David a quarante-deux ans, il est divorcé depuis quelques années et son célibat lui pèse.
Bien sûr, il peut compter sur sa fille Mélissa et toute sa famille pour lui donner le sourire. Tout comme son métier de coiffeur qu’il adore et « sa chérie » qui n’est autre que sa Harley.
Lorsque son ex-femme quitte la Côte d’Azur pour l’Auvergne, il décide de la suivre afin de conserver la garde alternée, le bien-être de sa fille est sa priorité. Ce nouveau départ lui permettra-t-il de mettre fin à sa solitude ? Arrivera-t-il à saisir sa chance si elle se présente ?
Marilou Sunny vous propose un point de vue 100% masculin avec un homme sincère et aimant.

Mon avis :

David a plus de quarante ans. Il est divorcé depuis plusieurs années. Il décide de suivre son ex-femme en Auvergne pour rester proche de sa fille, Mélanie. Cette dernière est sa priorité et il compte bien continuer à la voir régulièrement. Et pourquoi ne pas profiter de ce nouveau départ professionnellement et personnellement ?

David a deux passions dans la vie : sa moto et son métier de coiffeur. C’est un homme mature, bienveillant et respectueux, envers les femmes notamment. Il ne court pas après les conquêtes. Il sait cependant reconnaître les charmes d’une femme et les apprécier. Ce qui ne manquera pas d’arriver dans son nouveau village. Cependant, la belle n’est pas très accessible. Saura-t-il la séduire ?

Malgré l’envie de faire confiance à cette femme qui fait renaître des sensations dans sa poitrine, des doutes font leur apparition quant aux mystères fait par sa belle.

Au-delà de la romance, on parle aussi de son rôle de père, de maladie, de famille. Une famille qui, de ses sœurs à sa fille, se mêle de la vie sentimentale de David. Les sœurs de David apportent une touche de folie, c’est une sacrée équipe !

Le point de vue 100% masculin est original et très plaisant. Cette romance est douce, je me suis laissée portée par cet homme avec qui j’ai passé un très agréable moment. C’est une histoire sans grand drame avec une pointe de doutes et inquiétudes, mais surtout avec de la passion, de l’humour et beaucoup de positivité ! 

Marilou Sunny aborde un thème, pourtant difficile à vire, avec beaucoup d’amour et de bienveillance. Avec cette lecture, j’ai aussi découvert avec grand plaisir la plume fluide de l’auteure que je serai contente de lire à nouveau ! Merci Marilou Sunny pour ce service presse !

Extrait :

Le camion des déménageurs pointe le bout de son nez cinq minutes plus tard sous les acclamations de tous mes sauveurs. Sandra, Nelly et leurs époux qui ont roulé de nuit avec ma voiture sont juste derrière lui. Mes sœurs observent à la dérobée le comité d’accueil. Et Sandra me glisse à l’oreille :

— Dav, qui sont toutes ces personnes ?

— Les habitants de la ville ! lui réponds-je enthousiaste.

— Et sans te connaître, ils sont venus te prêter main-forte ? Comme ça, gratuitement, juste par gentillesse ? s’étonne-t-elle.

— On dirait bien !

— Waouh ! Je suis sur le popotin ! Ce n’est pas chez nous qu’on verrait ça ! s’exclame-t-elle.

Nelly ressort de chez Claudette, un sac de viennoiseries à la main. Et me tend un croissant :

— Tiens, Dav, tu es blanc comme un cul, et la nana à l’intérieur, ne te lâche pas des yeux !  

— Quelle nana ? hurle presque Sandra.

Seigneur ! Mes frangines n’ont aucune retenue quand il s’agit de ma vie amoureuse, enfin de mon absence de vie amoureuse ! Et encore, Julie n’est pas là, c’est elle, la pire !

Mais au fait, de qui parle-t-elle ?

À nouveau, ce rire cristallin se fait entendre et je me tourne vers le salon de thé.

Et là, j’arrête de respirer…

Je suis juste subjugué par la femme qui déambule d’un coin à l’autre de cet endroit coquet. Mon regard glisse sur elle, son sourire lumineux embellit les lieux, ses yeux bleus se posent avec douceur sur chacune des personnes qu’elle salue. Ses mains délicates caressent une épaule, repoussent la mèche de cheveux d’une fillette pour la glisser derrière son oreille, et je souris devant ce spectacle…

— Oh putain, elle te plaît ? me secoue Sandra.

Je feins l’indifférence en m’éloignant, mais c’est très mal connaître ma sœur que d’espérer m’en sortir ainsi.

— Nell ! Rencarde-toi sur la serveuse, on tient enfin le bon numéro !

Attirance – Les Frères Harris #3 d’Amy Daws chez Juno Publishing !


Hello les étoiles, je vous présente mon avis sur Attirance, le 3e tome de Les Frères Harris de Amy Daws. Un moment lecture plein de pep’s, d’émotions et de rires. Un petit bonheur à ne pas manquer.

Titre : Attirance – Les frères Harris #3 

Auteure : Amy Daws

Editeur : Juno Publishing France

Genre : Romance sportive

Broché : Lien d’achat

Résumé : Ils étaient meilleurs amis jusqu’à ce qu’ils deviennent colocataires. Booker Harris a passé les dernières années à se dépasser pour devenir le meilleur gardien de but de la Championship League. Fatigué de vivre dans l’ombre de ses frères faisant les gros titres, il s’est enfin forgé son propre chemin.

Enfant, Poppy McAdams était heureuse de vivre dans son petit monde imaginaire jusqu’à ce que le garçon d’à côté avec ses fossettes et ses yeux pleins de douleur débarque dans son fort en carton en exigeant toute son attention.

Meilleurs amis pendant la majorité de leurs vies, tout change lorsque Poppy quitte soudainement Londres pour l’université.

Elle est désormais de retour, et l’adolescente bizarre que Booker connaissait a disparu, désormais remplacée par une femme éblouissante pleine de secrets. Des secrets que Booker meurt d’envie de connaître.

Et voici comment partager le mur d’une chambre avec votre meilleure amie d’enfance se transforme rapidement en quelque chose qui n’a rien de mignon et innocent.

L’avisdeMya

Attirance, une romance sportive qui porte bien son titre. Ce 3e tome est dans la continuité des histoires des frères Harris, mais un peu différent cette fois-ci ! Si ses ainés ont défrayé les chroniques par leurs frasques à répétition, Booker, le petit dernier de la fratrie, sort du lot. Aussi réservé et discret que ses frères sont espiègles, tapageurs. L’amour vient de taper à sa porte et il ne sait comment gérer ces émotions interdites auxquelles il a déjà succombé mais qui lui ont laissé un goût de rejet et d’amertume. Celle qui fait battre son cœur ne lui est pas inconnue. C’est sa meilleure amie. Et aussi celle qui l’a abandonné jadis sans même un mot d’explication. Et la voilà de retour, encore plus souriante, plus vive et friponne qu’elle l’était à l’adolescence. Et surtout, encore plus désirable qu’avant. Se laissera-t-il aller à ces sentiments qui lui ont rappelé la douleur de l’abandon ? Le rêve est-il permis aujourd’hui alors qu’il était impossible avant ?

Quant à Poppy, si elle est heureuse de rentrer au bercail, l’appréhension de revoir celui qui lui a brisé le cœur n’est pas bien loin. La cohabitation s’annonce sportive entre ces deux-là. Poppy a quitté l’adolescent mais, celui qui se retrouve devant elle, a gagné en muscles, en hauteur, en sexytude mais, aussi en maturité. Si elle n’a pas pu résister à l’adolescent, comment rester de glace devant l’homme qu’il est devenu ? À peine arrivée chez lui que la situation leur échappe. Premier dérapage, encore un rejet. Comment faire face à la honte, à cette attirance inévitable ? Comment regarder son meilleur ami en face et lui avouer la blessure qui lui a infligée ? Ce coup de poignard qui a laissé une cicatrice qui n’a de cesse de la démanger depuis six ans !

De l’amitié à l’amour, il n’y a qu’un pas à ce qu’on dit. Si leur amour d’adolescence a failli détruire leur amitié, leur amour d’adulte fera-t-il mieux ? Réussiront-ils à préserver ce lien qui les a toujours unie ? 

Entre non-dits, attirance, crainte et le légendaire jeu du chat et de la souris, Amy Daws nous offre un nouveau et captivant séjour chez les Harris. S’inviter chez cette famille, c’est synonyme de rires et d’émotions à volonté. Les histoires d’amour des Harris sont loin d’être faciles et non dénuées de sel. Garantie d’un bon moment de lecture. 

Booker, s’il est différent de ses frères, plus posé, plus mesuré dans ses actes et ses paroles et ne se lie pas facilement, la famille compte beaucoup pour lui. Et il vit mal l’abandon de ceux qu’il aime. Mais s’il veut cette fois-ci garder Poppy et gagner sa confiance, il se doit d’ouvrir son cœur à l’amour et occulter ses peurs. Dépasser cette phobie qui fait barrière entre lui et le bonheur.

Bref, une très belle et attendrissante histoire d’amour, d’amitié et d’une famille unie dans le meilleur que dans le pire, mâtinée de moult émotions et d’humour. Ce tome est de loin mon préféré, Booker a tout pour vous séduire. Il est sensible, protecteur, doux et surtout trop mignon. Son histoire avec sa meilleure amie pourrait bien se rappeler à vos bons souvenirs et vous émouvoir comme elle m’a émue. Les pages tournent non-stop et on ne se rend compte qu’au mot fin tellement c’est fluide et bien écrit.

Cette romance est un moment de bonheur à ne pas manquer.

Merci à Juno Publishing France pour l’envoi du service presse numérique.

Publication Instagram hackathon écologie blanc et vert

 

L’avis de Mélissa sur Hysteria de Beth Draven publié aux éditions Chambre Noire.


Hello les étoiles, voici mon avis sur Hysteria de Beth Draven publié aux éditions Chambre Noire. Un thriller qui a fait palpiter mon coeur avec intensité.

Titre : Hysteria

Auteure : Beth Draven

Éditeur : Chambre Noire

Genre : Thriller

Résumé : Seattle. Parc Kerry. Une jeune femme se réveille sans aucun souvenir. Elle en a oublié jusqu’à son propre nom et la raison pour laquelle elle est couverte de sang, ni même à qui il appartient…

Recueillie à l’hôpital, madame X trouve son seul allié en la personne de l’étrange Dr Scott, un neurologue du service de psychiatrie qui semble pourtant ne plus avoir le droit d’exercer. Quand la police tente d’enquêter sur les circonstances troublantes de sa découverte, l’un des hommes les plus puissants de la ville lui rend enfin son identité en clamant être son mari. Pourtant, de nombreuses zones d’ombres demeurent et des images pleines de violence refont soudain surface et assaillent son esprit.

Simples cauchemars ou souvenirs réels ?

Mon avis 

Une jeune femme se réveille, désorientée, les vêtements maculés de sang. L’environnement lui paraît familier, mais aucune idée de ce qu’elle fait ici, qui plus est dans cet état. Rien, pas un souvenir, même pas concernant sa personne, oubliant jusqu’à son propre prénom. Que s’est-il passé ? Réflexion, incompréhension, peur, crainte, agitation, flou total puis trou noir.

Second réveil, cette fois-ci dans un service hospitalier. Comment ne pas devenir folle ! Une batterie d’examens, un nom que l’on attribuera à n’importe qui en quête d’identité : Madame X, et personne qui se soucie de nous. Des images, qui relèvent de souvenirs ou au contraire qui sortent de l’imaginaire… Comment le savoir ? Perturbant ! Un mal-être, un fossé qui se creuse… Jusqu’à la rencontre avec le Docteur Scott ! Il est différent, il inspire la confiance… mais son silence et son absence nous convainquent qu’il ne nous apportera pas son aide !  Arrive alors cet autre homme, charismatique, respecté et connu de tous. Il pose un prénom sur notre existence ! « Je m’appelle ……. et j’ai un mari ? » Comment encaisser ces nouvelles informations ? Que croire ? Qui croire ? Qui suis-je ? Et qu’ai-je fait ?….

Une seule solution nous offre une réponse certaine : lire Hysteria de Beth Draven. Voilà la clé pour découvrir l’identité de cette « madame X », la clé pour résoudre cette énigme pleine de rebondissements. Un thriller qui vous tiendra en haleine tout du long. Ce livre est écrit sous plusieurs points de vue, certes déstabilisants mais, en parfait accord avec l’intrigue que nous propose l’auteure. J’ai été perturbée au début, mais arrivée au terme de ma lecture, je ne vois pas comment il aurait pu en être autrement. J’ai ressenti les émotions comme si j’étais moi-même cette jeune femme perdue. Un sentiment d’appréhension montant crescendo quant à la suite des événements. Et ce final !!!

J’ai eu l’honneur de découvrir la plume de Beth Draven précédemment avec une saga qui je l’espère verra le jour à nouveau : Stalking. Avec Hysteria, l’auteure nous montre une fois encore la qualité de sa plume. Je tiens à relever la richesse, tout du moins, la qualité du vocabulaire employé. Je ne trouve peut-être pas les bons mots, mais je dirai que le langage soutenu est de rigueur. C’est quelque chose qui m’a beaucoup plu, qui nous ouvre les portes sur une certaine dimension. Rien de léger, chaque mot est calculé, dosé et placé à la perfection. Les personnages ont chacun leurs importances. Ils sont troublants et sèment le doute dans votre esprit sur le rôle qu’ils jouent dans cette histoire. Quant à l’intrigue, un pur régal. Des rebondissements à foison, si bien que chaque fois que j’ai pensé avoir résolu le mystère, j’ai dû repartir dans mes investigations car, j’étais loin, très loin du compte.

Je vous recommande fortement de faire connaissance avec cette femme qui ne sait pas ce que cache son amnésie et qui en vient à se demander s’il ne vaudrait pas mieux ne jamais se souvenir. Parfois le passé cache de sombres démons qu’il est préférable de ne pas réveiller.

Je remercie NetGalley pour m’avoir permis de découvrir cette pépite en service presse. Merci à Beth Draven pour m’avoir encore une fois procuré un moment de lecture intense. Je ne me lasserai jamais de lire cette plume particulière.

 

Aucune description disponible.

Extrait :

« — Comment dois-je t’appeler ?

Peu importe le moment où je l’espionne du coin de l’œil : dès qu’il pose un regard sur moi, il ne se départit jamais de son sourire. Un sourire toujours aussi désarmant. J’ignore encore si il me trouble d’émoi ou d’appréhension. Sûrement les deux.

— Eh bien, tu peux m’appeler Bradley ou Brad comme tu veux. C’est encore un peu tôt pour « chéri », tu ne crois pas ?

— Très bien, j’acquiesce en baissant les yeux, s’en relever sa tentative de blaguer. — Ne sois pas impressionnée par mois, tu peux tout me demander.

— En réalité, tout m’impressionne. Être ici dans cette immense maison, être seule avec toi. Pour moi, tout est nouveau, tout est inconnu, c’est comme si je venais ici pour la première fin de ma vie.

Je crains que ma franchise ne le perturbe, je m’attends même à une grimace désapprobatrice, mais il se contente d’une expression neutre et énigmatique. J’appréhende toutes ces réactions. »