Esme, tome 1 de Farah Anah aux éditions Black Ink !

Hello les étoiles, je vous présente mon avis sur le 1er tome de Esme de Farah Anah. Une romance passionnelle publiée aux éditions Black Ink devant laquelle vous ne pouvez rester de glace.

Titre : Esme, tome 1

Auteure : Farah Anah

Éditeur : Black Ink

Genre : Romance

Broché : Lien d’achat

Résumé : La gringa, c’est ainsi qu’ils m’appelaient dans le quartier.

Pestiférée, je n’avais que douze ans et mes perspectives d’avenir étaient nulles, jusqu’à ma rencontre avec lui.

Abain m’a sauvée, Abain a fait naître non seulement l’espoir, mais la passion en moi. Nous étions inséparables, il était ma moitié, d’amour et d’amitié, ma raison quand j’égarais la mienne, me rattrapait au bord de ces gouffres où, par sa faute, je manquais de déraper. Sa main tendue, son regard chargé de promesses d’un futur meilleur étaient en réalité… un poison.

Je l’ai compris lorsque sans aucune explication, il a disparu de ma vie. Quand je l’ai aperçu des années plus tard, ce jour d’été, sur mon lieu de travail, subissant la brûlure de son indifférence.

Pourquoi m’a-t-il abandonnée ? Pourquoi revenir ainsi dans ma vie ? Et, bon sang, qui est cette femme avec lui ?

Ne subsistent plus que des interrogations qui me feront sombrer dans une tortueuse tragédie.

L’avisdeMya :

Esme a été oubliée des forces divines à sa naissance, car depuis qu’elle a ouvert les yeux dans cette maison où les sentiments humains n’avaient pas de place, son avenir paraissait tout tracé. En fin, c’est l’avis de ceux qui côtoyaient sa famille. On disait d’elle qu’elle suivra les traces de ses paternels accro à l’alcool et aux drogues. Mais Esme, même si elle partait avec un lourd handicap, elle n’a de cesse de vouloir démentir toutes ces statistiques qui n’étaient pas en sa faveur. Elle ne voudrait en aucun cas tomber dans la drogue ni rester dans ce quartier dont les habitants salissaient sa réputation par des ragots mensongers juste par ce que sa mère se prostitue pour un gramme de coke. Une mère qui n’a de mérite que l’avoir mise au monde. Même une chienne enragée a plus d’instinct maternelle qu’elle.

Alors pour se sortir de ce quartier pourri qui lui prédit un futur aussi pourri, elle travaille dur et encaisse les maltraitances morales et physiques en serrant les dents. Ne pensant qu’à ses rêves. Jusqu’à l’arrivée d’Abain Loreto dans sa vie. Et elle était si jeune. Le déménagement d’Abain dans son quartier était autant une bénédiction pour elle qu’une malédiction de mon avis. Effectivement, en un laps de temps, il est devenu son protecteur, son amant, son âme sœur, l’ancrage auquel elle s’accroche quand les choses deviennent trop dures pour elle… Bref, son tout. Avec lui à ses côtés, elle ne manquait de rien et personne n’osait se frotter à elle. Fini les temps des brimades, des privations, des humiliations et harcèlements qu’elle subissait à la longue. Et cela aurait continué comme cela jusqu’à la fin de sa vie si elle l’avait voulu. Car Abain lui rendait tous ces sentiments qu’elle a pour lui au centuple. De cela, elle en a jamais douté.

Mais Esme est une rebelle et tient trop à son indépendance. Et ne se livre pas si facilement, car les secrets, elle en connait un rayon et bat son amoureux à plate couture dans ce domaine. Ne pensant qu’à protéger son cœur et ses projets d’avenir, elle n’a fait qu’à sa tête et a plongé les pieds devant dans les magouilles de son Abain qui a laissé faire devant son insistance. Signant par là, la fin de ses rêves les plus fous.

Aujourd’hui, Esme a 24 ans, et essaie laborieusement de prendre sa vie en main après avoir été mise longtemps à l’ombre. Mais, voilà que l’un des fantômes de son passé refait surface, rapportant son lot de rancœur et de questionnements auxquels Abain refuse de répondre. Noyant le poisson par des faux-fuyants. Rien de ce qu’il lui raconte ne lui apporte l’apaisement dont elle a besoin pour tourner la page même s’il était toujours protecteur envers elle.

Quelques années avant, Abain au jour et au lendemain, s’est volatilisé de sa vie la laissant dans la mouise et dans une détresse palpable. Et malgré tous les efforts, allant jusqu’à consentir au pire de ce que vous pourrez imaginer, pour retrouver ses traces, mais en vain. Résignée à la nouvelle de sa prétendue mort, Esme a essayé tant bien que mal à survivre dans un milieu où la violence et les coups traîtres font rage.

Mais tomber sur lui par hasard, dans son costume BCBG et propre sur lui, dans une jolie et luxueuse maison et à quelques jours de son mariage en plus, il y avait de quoi péter les plombs. Il a réalisé tous ses vœux d’enfance, tout ce qu’elle a rêvé… avec lui. Mais loin d’elle, sans elle… Et avec une autre femme qu’elle. Comment pourrait-elle combler ce trou béant qu’elle a cru avoir colmaté après toutes ces années de souffrance ? A-t-elle sacrifié sa liberté et une bonne partie de son corps, de son âme en prison, pour un mec qui n’en valait pas la peine ? L’a-t-il vraiment trahie ?

Tous les indices nous confortent dans cette idée mais, Esme est si amoureuse et se refuse d’ouvrir les yeux sur une réalité au goût amer. Abain est son âme sœur, l’homme qu’elle aime de tout son cœur depuis ses douze ans. Il l’aime, elle l’aime. Ils s’aiment depuis trop longtemps pour qu’il l’abandonne sans raison. Jamais elle ne pourrait croire qu’il lui a planté un poignard dans le dos !

Il n’est pas facile de chroniquer ce premier tome d’Esme sans éviter les spoilers. Farah Anah m’a embarquée pour un voyage qui n’est que souffrance, violence, frissons, passion et amour fusionnel. Pas facile de me brider car, il y a beaucoup à dire sur cette histoire hors du commun. J’aimerais féliciter l’auteure de cette prise de risque, car l’histoire d’Esme et Abain n’est pas commune et sort des sentiers battus. Elle pourrait rebouter certaines mais, si on fait abstraction d’un fait qui pourrait être choquant, on pourrait alors plonger dans une mer de moult émotions que l’auteure nous a offertes avec générosité et sans prendre des gants.

Dès le début de ma lecture, j’ai pressenti que cette histoire d’amour aussi fusionnelle que destructrice ne pouvait que mal finir, qu’elle va aussi me briser le cœur, et la suite m’a donné raison.

Esme, malgré son passif, est quelqu’un qui a le sourire facile et le cœur sur la main. Loyale dans ses amitiés, travailleuse et fidèle à ses amours. Le milieu carcéral n’a pas touché son âme malgré les outrages qu’elle y a subis. Si elle réussit à donner le change à son entourage, elle ne peut pas nous cacher ses fêlures ni ses émotions. Elle nous livre ses larmes et son âme écorchée à vif sans pudeur. Fragile et forte à la fois, elle m’a touchée autant dans ma chair que mon coeur.

Quant à Abain, ténébreux et versatile, sa personnalité reste un flou total. Si ses paroles nous disent son dévouement à son amour d’antan, certaines de ses actions nous mettent le doute et nous laissent à notre faim. Est-il vraiment ce qu’il prétend être ? Pourquoi avoir disparu tout de suite après l’incarcération d’Esme ? Est-ce pour la protéger comme il le prétend ? Mais alors d’où vient ce sentiment de culpabilité qu’on perçoit dans ses yeux, dans sa voix ? L’a-t-il vendue pour sauver sa peau ? Ses airs mystérieux nous plongent dans la confusion la plus complète et l’auteure n’a rien fait pour nous aider à déchirer le voile de ce personnage aux multiples visages ! Sadique un jour, sadique toujours…

En somme, Farah Anah vous donne rendez-vous avec des émotions brutes et sincères, une énigme obscure et savamment bien menée, des personnages sombres certes, mais si attachants. Mais pas que cela… Elle vous embarquera aussi pour une histoire inédite et passionnante. Elle vous raconte l’histoire d’un amour fusionnel au point d’être douloureux. Un amour et une passion qui ne vous laisseront nullement indifférentes. Une histoire sombre qui vous touchera jusqu’à la moelle…

Attention, ce premier volume est une vraie incitation à l’émeute car Farah Anah sait manier le mot frustration comme jamais mais, la bonne nouvelle, le deuxième tome arrivera le 4 novembre dans vos PAL. Vernie que je suis, je le débute ce soir ! (Préco par ici)

Merci à Black Ink éditions pour l’envoi du service presse numérique ainsi  qu’à l’auteure pour cette belle et captivante histoire bouleversante !

74664664_3135494896525349_8522394440269037568_n

5 commentaires sur « Esme, tome 1 de Farah Anah aux éditions Black Ink ! »

        1. Un peu mieux qu’on s’est parlés la dernière fois. merci mon ami.
          Je rentre juste du boulot, je me fais un thé à la menthe et m’installe tranquille avec ma liseuse. Le temps n’incite pas à la promenade.
          Oui, je sais bien que tu aimes cette satanée pluie. Et moi, je veux du soleil, la crève veut pas me quitter. 🤧😷
          Pleins de bisous. Profite bien de la pluie pour écrire, à partir de demain, ils annoncent une canicule exceptionnelle sur la Touraine😂

          Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s