Green Oak d’Emma Landas aux éditions Black Ink !

Hello les étoiles, je vous présente mon avis sur la dernière publication de Black Ink éditions. Green Oak d’Emma Landas. Une sublime histoire qui ne vous laissera pas indifférentes. Un amour plus fort que toutes ces différences, la redoutable excuse pour s’entre-déchirer, l’arme fatale que l’Homme a inventée pour s’auto-détruire !

Titre : Green Oak

Auteure : Emma Landas

Éditeur : Black Ink éditions 

Genre : Romance

Résumé : La vie de Victoria bascule un jour d’été ensoleillé, quand son cœur sombre en même temps qu’elle au fond du lac.

Lui, le sang-mêlé mis à l’écart par son peuple, lui le beau Tzigane aux yeux gris et à la peau trop mate pour les Gadjos mais trop pâle pour les siens, est aux antipodes de la jolie blonde issue de l’aristocratie.

Et pourtant ! Le destin se joue des conventions et des apparences. Le vieux chêne vert sera témoin de cet amour hors du temps qui unit deux âmes que tous cherchent à séparer.

L’avisdeMya :

Avant tout, des remerciements s’imposent autant à la maison d’éditions Black Ink qu’à toute son équipe. Mea culpa Emma Landas. Un adage arabe dit : « Qui ne te connaît, t’ignore ». Comme je ne connaissais pas ta plume, j’ai failli passer à côté d’une pépite. Car, au tout début de ma lecture, je n’ai pas du tout accroché à cette histoire. J’avais l’impression qu’elle ne menait nulle part. Fatiguée et en panne de lecture, J’ai dû lâcher l’affaire et faire une pause. Jusqu’à hier. J’ai pris mon courage à deux mains et je me suis lancée dans l’aventure et là enfin, c’est le déclic. Il m’a manqué juste un peu de patience à la première lecture et je reconnais qu’elle n’est pas mon fort. Je me félicite d’être allée jusqu’au bout, sinon j’aurais manqué une romance qui vaut vraiment le voyage et le temps passé dessus.

L’histoire de Lorialet et Victoria n’est pas commune malgré ce qu’en ai pensé au début. Et mène finalement à la plus belle et douce des étapes de la vie. L’amour. Cette offrande divine après laquelle on court tous et on est prêts à tous les sacrifices pour la préserver. Un bel amour passionnel, sauvage et tout en douceur à la fois. Un amour plus fort que toutes ces différences, la redoutable excuse pour s’entre-déchirer, l’arme fatale que l’Homme a inventée pour s’auto-détruire !

L’argent et l’amour font tourner le monde. La plupart du temps, la cupidité gagne sur les sentiments. Mais parfois, l’amour gagne. Et c’est d’autant plus, la plus belle des victoires. Dans Green Oak, l’amour et l’argent entrent aussi en compétition. Là où la richesse essaie encore de dominer et faire plier les sentiments les plus nobles.

Mais Victoire et Lorialet, malgré leurs différences, les esprits étriqués, la douleur, l’enfermement, ils crieront leur amour aussi fort, aussi loin qu’on pourrait les entendre. Et terrasseront les préjugés juste par la force de ces beaux sentiments qui les animent.

Et pourtant, entre eux, ce n’était pas le coup de foudre. Non loin de là. Après tout, les petits gens ne se mélangent pas aux bourgeois, n’est-ce pas ? Entre la bourgeoise et le sang-mêlé, s’il devrait y avoir une chose, ce n’est surtout pas le coup de foudre. Depuis le premier jour, ça ne l’a pas fait pour Lorialet. Ce sac d’os et même pas belle n’arrêtait pas de lui coller aux basques ni de le pousser dans ses retranchements. Et il ripostait de la seule façon qu’il connaissait : Avec une grande méchanceté. Le pire c’est quoi qu’il fasse ou dise pour la blesser, Victoire ne l’a jamais lâché, n’a jamais arrêté de chercher sa compagnie, son amitié. Jusqu’à présent ! Le temps qu’il se rende compte que la donne a changé, c’était déjà trop tard.

Victoire a disparu de sa vie laissant derrière elle un vide abyssal qu’il n’a pu combler qu’à force de travail. Si son souvenir d’elle s’escomptait dans son esprit, son cœur ne l’a pas oublié. La preuve, dès qu’elle a réapparu, il est entré en transe et a recommencé à battre d’un tempo qu’elle seule sait retentir en lui !

Mais, la revenante n’est plus sa Victoire d’antan. Si elle a gardé le sourire lumineux et son attitude belliqueuse qu’il aimait et détestait à la fois, ses yeux, eux ne chantaient plus le même refrain. Son regard s’est éteint, auréolé de tristesse et d’ombres. Qu’est-il arrivé à sa lumière ? Pourquoi l’a-t-elle abandonné pour réapparaître aussi belle et tourmentée au moment où il a commencé à prendre sa vie en main ?

Loralet le découvrira à ses dépens et bien assez tôt ! Toute vérité n’est pas bonne à entendre. Et celle de Victoire est terrible, destructrice ! Mais, il doit accuser le coup, l’assumer et faire en sorte qu’elle ne détruise pas sa seule et plus belle possession. Aujourd’hui, pour la garder, il aura du pain sur la planche. Il aura à donner de lui-même pour vaincre ses démons et ceux de sa plus belle victoire ! Le chemin vers l’amour ne sera pas de tout repos, mais la famille auquel il ne croyait pas, est là pour lui prêter mains fortes. Le goût du sacrifice ne sera que plus savoureux surtout quand c’est offert à l’être aimé.

Tout est parti d’une légende, mais ne dit-on pas que les légendes ont une part de vérité ? Faut savoir lire entre les lignes pour l’assimiler. Car les prémonitions d’Aïda qu’il a crues être un délire d’une aïeule qui perd la tête et auxquelles, il n’a jamais cru, se sont avérées et l’enfant de la lune a su retrouver la force en lui et l’homme qu’il est vraiment, pour mener son combat et celui de son aimée. Leur combat pour faire vaincre l’amour !

Green Oak n’est pas un conte de fées qu’on raconte, on en rit et on oublie aussi vite. C’est une histoire qu’on savoure comme du petit lait et on s’en souvient pour la belle leçon de vie qu’on en tire. On la garde en mémoire pour sa pérennité.

Green Aok n’est pas seulement une histoire d’amour, mais aussi des thèmes qui donnent à réfléchir. Comme l’acceptation de soi avant de réclamer celle d’autrui. C’est aussi un appel à la tolérance. Un don du sacrifice au nom de l’amour des plus addictifs. Une ode à l’amour sans frontières : De la richesse, ethniques, raciales ou culturelles. Et aussi un hommage à nos différences, aux liens du sang ou du cœur.

La sagesse qu’on en tire : La vie est belle si on se donne la peine de la vivre tout simplement sans nous emprisonner dans des cases qui ne servent qu’approfondir un mal-être récurent !

Alors si votre cœur vibre et parle le langage de l’amour, Green Oak est une histoire qui est faite pour vous ! Une romance qui vibre de mille notes et de mélodies qu’on apprécie de chapitre en chapitre. Une histoire qui résonne de moult émotions intenses, de bonne humeur, d’amour mais aussi de tristesse, de douleur et de mille de ces choses qui nous tordent les boyaux ou font palpiter nos cœurs en symbiose. Des personnages forts et attachants qui nous subjuguent à nous faire rire de leurs mordantes réparties, à nous faire pleurer de leurs maux. Ou à nous émouvoir de leur douceur et de leur bel amour.

Bravo à la talentueuse artiste qui a dessiné ce tableau de maître dans lequel la lumière dame le pion à la noirceur. A celle qui a composé cette bel air qui continuera à faire bondir mon coeur de mille frissons. Et le vôtre aussi, si vous tenter l’aventure de cet amour qui rappelle un certain Roméo et Juliette revisité avec excellence.

 

69279127_622299538296210_6069550815230558208_n

 

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s