L’avis de Charlotte sur Say yes to the boss de Ana Scott

Bonjour les étoiles. Je vous présente mon avis sur Say yes to the boss de Ana Scott aux Editions Addictives : c’est parti pour jouer la comédie… Ou pas !

Titre : Say yes to the boss

Auteur : Ana Scott

Genre : Romance

Editions : Editions Addictives

Ebook :  4,99€

Résumé :

Embrasser mon boss ? Certainement pas !

À 27 ans, Mona Vargas est encore célibataire, au grand désespoir de sa mère. Chaque dimanche, c’est la même sérénade : cette dernière cherche à lui coller un mec dans les pattes !
Alors quand son boss, Hugo Capelli, aussi horripilant que sexy, lui demande de jouer sa fausse fiancée et de l’accompagner à la garden-party organisée par son ex en l’honneur de sa nouvelle histoire d’amour, elle décide d’accepter.
À une condition : qu’il consente à se faire passer pour son petit ami auprès de sa famille. Avec lui, pas d’ambiguïté, puisqu’ils n’ont rien en commun ! Il est aussi sûr de lui, arrogant et égocentré qu’elle est désintéressée et dévouée ! Et surtout, en tant que son patron, il lui est interdit !
Rien en commun ? Peut-être… mais ne dit-on pas que les contraires s’attirent ?
Entre fausse relation et vrais sentiments, il n’y a qu’un pas…

Mon avis :

Mona est célibataire, à 27 ans. Elle travaille comme secrétaire dans une boîte de finance, ce n’est pas le job de ses rêves, mais ça lui permet d’avoir une situation stable, ce qui rassure quelque peu ses parents.

Son patron, Hugo Capelli, est aussi attirant qu’horripilant. Il la remarque à peine jusqu’au jour où il lui fait une proposition surprenante : jouer sa fausse fiancée et l’accompagner à une golden partie organisée par son ex, à laquelle il ne souhaite pas se rendre seul.

Elle ne comptait pas accepter, cependant, elle lui impose une condition : celui de jouer à son tour son petit ami auprès de sa famille et ainsi rassurer sa mère qui s’inquiète de son célibat.

Ils ont peu de choses en commun, à première vue. Hugo est un riche homme d’affaires, elle simplement secrétaire. Malgré leurs différences, une attirance née entre eux. Seront-ils faire la part des choses entre cette fausse relation et de vrais sentiments qui pourrait naître ?

J’ai adoré le personnage de Mona qui sait ce qu’elle veut. S’engager dans une relation juste pour ne plus être célibataire n’est justement pas dans ses projets. Cependant, trouver la bonne personne n’est pas facile, surtout qu’elle est plutôt introvertie ne sort pas beaucoup. J’ai aimé son caractère, elle ose s’exprimer, même face à son odieux patron.

Hugo est bosseur. Il ne s’arrête jamais. Il a pour objectif de réussir et cela passe la réussite professionnelle, mais aussi personnel. C’est pour cela que la femme avec qui partagera sa vie est importante. Elle pourrait lui assurer une situation sociale stable.

Entre eux, la relation est plutôt tendue. Pour l’un comme pour l’autre, il est hors de question de céder à la tentation, si forte soit elle. Il est le patron, elle, son employée. De plus, l’objectif d’Hugo est tout autre. Cependant, à force de passer du temps ensemble, il devient difficile de résister….

J’ai adoré les passages dans lesquels tous les deux luttent contre leur désir, que ce soit du point de vue de Mona, ou du point de vue d’Hugo. On en apprend progressivement plus sur les personnages et j’ai adoré les découvrir en douceur leurs failles, leurs peurs, créées des événements passés.

Encore une fois, j’adore la plume de l’auteure, qui pour moi est une valeur sûre. J’ai passé un très bon moment avec cette histoire addictive et je vous la recommande vivement. Merci aux éditions Addictives pour l’envoi de ce service presse.

Extrait :

Sitôt les portes de la cabine d’ascenseur ouvertes, je m’engouffre à l’intérieur, lorsque j’aperçois Hugo, mon boss, franchir les portes automatiques du palier, son téléphone en main, un léger sourire sur les lèvres. Mon cœur bondit. Il est si beau. À chaque fois que je pose les yeux sur lui, je le trouve encore plus attirant, encore plus séduisant. Il porte une cravate foncée sur son éternelle chemise blanche, et une veste gris anthracite qui met en valeur son teint légèrement hâlé. Avec sa courte barbe parfaitement taillée, ses cheveux en arrière qui portent la marque de ses doigts, il est sublime.
Je m’abîme dans la contemplation de mon écran pour répondre à Barca que je suis ravie et impatiente de discuter avec lui. Je lui souhaite également une bonne journée, tout en ayant une intime conscience de Hugo se dirigeant vers moi de son pas martial. Et plus je le sens approcher, plus mon cœur accélère. Le virtuel, c’est bien, c’est excitant, mais le réel, si j’en crois l’emballement de mon rythme cardiaque, c’est mille fois mieux, mille fois plus intense.
– Bonjour, mademoiselle Vargas !
Et punaise, cette voix…
Je lève la tête, feins la surprise :
– Oh, euh… bonjour, monsieur Capelli.
Je prie intérieurement pour que mon souffle un peu court ne me trahisse pas.
J’observe sa main aux doigts longs et soignés appuyer sur le bouton de notre étage. Je l’imagine aussitôt sur moi, j’imagine ses caresses sur ma peau. Nos yeux se croisent. Un peu trop longuement, jusqu’à ce que je rompe le contact, avec l’impression que mes joues sont déjà en feu. Et pas que mes joues.
C’est pas vrai !
Je ne peux pas le regarder ou être proche de lui sans fantasmer sur ce que sa bouche sur la mienne, ses mains sur ma peau, ses doigts en moi me procureraient. Mes hormones bouillonnent, mon sexe frémit. J’aimerais engager la conversation, mais j’en suis incapable. Je sens son regard sur moi, un regard pesant, qui, comme hier, me déshabille.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s